[L'eau] Dessalement de l'eau

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 26 janv. 2015, 21:07

Arabie saoudite : la 1ère usine de dessalement à énergie solaire au monde

26 janv 2015 enerzine

La société espagnole Abengoa a été sélectionnée par Advanced Water Technology (AWT) en vue de développer conjointement en Arabie saoudite la première usine de dessalement à grande échelle au monde alimentée par énergie solaire.

AWT est une jeune société basée à Riyad dont la mission est de fournir des solutions d'approvisionnement en eau abordables, innovantes et durables. Détenue par Taqnia, elle constitue la branche commerciale de King Abdulaziz City Science and Technology (KACST).

L'usine produira 60.000 m3 d'eau par jour afin d'approvisionner la ville d'Al Khafji située dans le nord-est de l'Arabie saoudite, assurant la disponibilité permanente de l'eau tout au long de l'année.

Ce projet novateur revêt un caractère mondial, car il comprend une centrale photovoltaïque qui sera en mesure de fournir la puissance requise par le processus de dessalement, ce qui réduira de manière significative les frais opérationnels. Il intègrera également un système d'optimisation de la consommation d'énergie, ainsi qu'une phase de traitement préalable destinée à réduire les taux élevés de sel, d'hydrocarbures et de graisses relevés dans l'eau de mer de cette région.

L'usine de dessalement d'Al Khafji assurera un approvisionnement régulier en eau potable afin de contribuer au développement socio-économique du pays. Comme dans d'autres villes d'Arabie saoudite, l'eau représente une ressource rare. Abengoa et AWT répondront de manière durable et fiable aux besoins en eau de la population locale.

Ce nouveau contrat permettra de conforter la position de leader qu'occupe Abengoa dans le secteur de l'eau en portant sa capacité totale de dessalement à près de 1,5 million de m3 par jour, ce qui représente une performance suffisante pour approvisionner 8,5 millions de personnes dans le monde. Il permettra également à la société de renforcer sa position au Moyen-Orient où celle-ci a déjà réalisé de grands projets dans le secteur de l'eau, tels que l'usine de dessalement de Barka à Oman, et dans le secteur de l'énergie, comme la plus grande centrale photovoltaïque de la région à Abu Dhabi.

Il s'agit de la première incursion d'AWT dans les activités en amont de la production d'eau de dessalement. Dans un proche avenir, cette société prévoit d'étendre ses activités afin d'inclure des activités en aval, telles que le recyclage et la gestion de l'eau.
http://www.enerzine.com/1/18062+arabie- ... onde+.html

Il pousse un peu enerzine.
C 'est une centrale solaire PV qui alimente l' usine de dessalement en electricité.
Pas du solaire direct.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par mobar » 26 janv. 2015, 22:45

energy_isere a écrit :
Arabie saoudite : la 1ère usine de dessalement à énergie solaire au monde


Il pousse un peu enerzine.
C 'est une centrale solaire PV qui alimente l' usine de dessalement en electricité.
Pas du solaire direct.
Une usine de dessalement par osmose inverse ne consomme que de l electricite :-"
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 14 févr. 2015, 21:29

Oran inaugure la plus grande station de dessalement d'eau de mer d'Algérie

10 Novembre 2014 econostrum.info

La plus grande station de déssalement d'eau de mer d'Algérie, 500 000m³ par jour, a été inaugurée lundi 10 novembre 2014 à Oran (ouest du pays) par le Premier ministre algérien. Cette station, située à El Mactâa, à l'est d'Oran, utilise le procédé de l’osmose inverse.

Elle permettra de satisfaire aux besoins de la wilaya(préfecture)d’Oran mais également ceux des wilayas limitrophes à l'instar de Mascara, Tiaret, Relizane et Mostaganem, selon l'agence PaS.
Le coût de cette réalisation s'est élevé à 491 M$.

Une Société par actions, la "Talhiyat Miyah El Mactaa" (TMM spa) société par actions détenue à 47% par le Singapourien Hyflux Menaspring Ltd et les Algériens AEC (43%) et ADE (10%) avait été créée pour construire cette station.

Hyflux Operating Maintenance Algeria (HOMA)gérera la station en vertu d'un contrat conclu avec TMM spa pour une durée de 25 ans.

Oran et la région Ouest du pays, ont connu durant plusieurs décennies une grave crise de l’eau avec un stress hydrique sans précédent.
http://www.econostrum.info/Oran-inaugur ... 19348.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 11 nov. 2015, 10:59

Dessaler l'eau de mer pour la rendre potable
Les solutions climat signées SUEZ

LE 03/11/2015, Les Echos

Dessaler l’eau de mer pour la rendre potable en utilisant des énergies renouvelables, voilà le défi que s’est lancé SUEZ à Abu Dhabi dans les Emirats Arabes Unis. Dans cette région qui constitue, avec l’Afrique du Nord, la partie du monde la plus aride et dont la demande en eau ne cesse d’augmenter, le groupe s’est vu confier la conception, la construction et l’exploitation d’une unité pilote de dessalement unique au monde, capable d’apporter une réponse concrète et durable, au stress hydrique.

Quand l’eau de mer devient potable

SUEZ transforme l’eau de mer en eau potable. Un phénomène résultant d’une technologie de pointe : l’osmose inverse. Cette technique permet de retenir sous l’effet de la pression, plus de 99,9% des sels dissous présents dans l’eau. A l’origine de cette performance : un filtre membranaire qui retient les molécules de sels mais laisse passer les molécules d’eau. L’eau douce est ainsi récupérée, puis soumise à de nombreux contrôles avant d’être distribuée ; tandis que le sel est dilué et réintégré dans le milieu marin. Une technologie dont SUEZ fait déjà profiter 10 millions de personnes à travers le monde. Et lorsque l’on sait que l’eau de mer représente 97% des ressources en eau de la planète, on comprend l’opportunité d’un tel procédé qui transformerait ainsi la Terre, en un gigantesque réservoir naturel.

Une unité éco-énergétique

L’unité pilote de dessalement éco-énergétique mise en place par SUEZ à Abu Dhabi relève du défi sur les plans technique, économique et environnemental. Inscrite dans un projet de recherche multi-parties, cette unité pilote a pour objectif de tester et développer des technologies de dessalement d’eau de mer moins gourmandes en énergie électrique et pouvant être alimentées à 100% par des sources d’énergie renouvelable. Une fois cette phase de recherche accomplie, il s’agira de les mettre en œuvre pour offrir – sur des stations de dessalement présentes dans cette région – une performance énergétique supérieure aux usines les plus sophistiquées actuellement en fonctionnement, avec un impact environnemental minimal. L’une des pistes : l’alimentation à 100% par de l’énergie solaire, ce qui représenterait une première mondiale.
http://www.lesechos.fr/partenaire/suez/ ... 171826.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 24 nov. 2015, 18:06

SUEZ ambitionne de dessaler l'eau de mer grâce à de l'énergie solaire

24 nov 2015 enerzine

En juin 2014, Masdar avait confié à SUEZ la construction et l'exploitation d'une unité pilote de dessalement d'eau de mer pouvant être alimentée par des énergies renouvelables et à faible impact environnemental.
Il s'agissait d'un enjeu important pour cette région qui fait face à une forte croissance de sa population et de son urbanisation ainsi qu'à un développement économique soutenu alors même que ses ressources en eau sont limitées.

L'usine, dont la construction est finalisée a été inaugurée lundi dernier en présence de Ministres et Hauts Représentants des Émirats Arabes Unis.**

Le contrat, basé à Ghantoot, à 90 kilomètres au nord-ouest d'Abou Dhabi, prévoit la conception, l'ingénierie, l'approvisionnement, la construction, la mise en œuvre, l'exploitation, la maintenance et l'évaluation de l'usine pilote de dessalement sur une période de 18 mois. L'inauguration de l'usine marque le lancement de la phase opérationnelle.

SUEZ indique avoir passé avec succès les tests de production et de qualité de l'eau, en conformité avec les exigences et objectifs de Masdar. L'usine atteint une production d'eau potable de 100 m3 par jour pour une consommation électrique inférieureà 3,6 kWh/m3, offrant ainsi une performance énergétique supérieure aux usines de dessalement les plus modernes actuellement en fonctionnement.

Avec plus de 250 usines construites à son actif, le spécialiste français du dessalement par osmose inverse s'est engagé dans ce projet avec certains de ses partenaires les plus innovants : Dow Water and Process Solutions a mis au point des technologies membranaires innovantes d'ultrafiltration et d'osmose inverse et ADIONICS® une technologie de déionisation liquide / liquide novatrice.

Parallèlement, en coopération avec le Masdar Institute of Science and Technologyet le centre de recherche Laborelec d'ENGIE, SUEZ étudie actuellement la possibilité de dessaler l'eau de mer grâce à de l'énergie solaire, dans le but de développer des usines de dessalement totalement alimentées par des énergies renouvelables.

Ces projets visent à tester et développer des technologies innovantes dans le domaine du dessalement qui permettent de sécuriser l'accès à l'eau et de réduire la consommation énergétique, tout en se conformant aux objectifs d'économie d'énergie des Émirats ArabesUnis. Le but final sera de mettre en œuvre ces technologies éco-énergétiques dans des usines de dessalement à grande échelle.

"SUEZ est fier de participer activement au Programmede dessalement d'eau de mer et aux initiatives de Masdar en faveur des énergies renouvelables. Avec ce projet, l'objectif de SUEZ est d'identifier les nouvelles technologies de dessalement qui permettront d'assurer un accès durable à l'eau, tant dans cette région aride que dans le reste du monde. SUEZ confirme ainsi son engagement à identifier et développer des solutions globales de gestion durable des ressources, un enjeu essentiel, notamment dans cette région" a expliqué Jean-Louis Chaussade, Directeur Général de SUEZ.


** SE le Sultan Al Jaber, Ministre d'État et Président de Masdar, SE Suhail Al Mazrooi, Ministre de l'Énergie, SE Rashid Bin Fahed, Ministre de l'Environnement et des Eaux, et de Pierre Pauliac, Directeur Général de SUEZ au Moyen-Orient.
http://www.enerzine.com/604/18883+suez- ... aire+.html

Genre d' article pas très informatif !
On ne sais pas ce que l' énergie solaire vient précisément faire la dedans.

Et est ce de l' énergie solaire thermique ou solaire PV pour alimenter des compresseurs electrique ???

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 01 déc. 2015, 19:56

Après avoir innové dans l’éolien, Marc Vergnet propose aujourd’hui une technique souple, propre et bon marché pour dessaler l’eau de mer par la seule énergie solaire photovoltaique
lire ici http://www.sciencesetavenir.fr/nature-e ... serre.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 23 sept. 2016, 11:02

Suez Environnement a annoncé vendredi avoir remporté le contrat de la construction et de l'exploitation d'une nouvelle usine de dessalement à Playas de Rosarito, au Mexique.

PARIS, 23 septembre Reuters

Le montant total du contrat de construction s'élève à 389 millions d'euros, a précisé le groupe français de services à l'environnement dans un communiqué. Suez participera ensuite à l'exploitation du site pendant 37 ans.

La capacité de l'usine, dont la construction débutera en 2017, pourrait atteindre en 2024 quelque 380.000 m3 par jour, faisant d'elle la plus grande usine de dessalement d'eau de mer du continent américain, a précisé le groupe.

Le Mexique, en situation de pénurie d'eau, se tourne actuellement vers des solutions alternatives comme le dessalement pour assurer l'alimentation en eau de sa population.
http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1BZ1D8

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par mobar » 24 sept. 2016, 06:43

energy_isere a écrit :
Suez Environnement a annoncé vendredi avoir remporté le contrat de la construction et de l'exploitation d'une nouvelle usine de dessalement à Playas de Rosarito, au Mexique.

PARIS, 23 septembre Reuters

Le montant total du contrat de construction s'élève à 389 millions d'euros, a précisé le groupe français de services à l'environnement dans un communiqué. Suez participera ensuite à l'exploitation du site pendant 37 ans.

La capacité de l'usine, dont la construction débutera en 2017, pourrait atteindre en 2024 quelque 380.000 m3 par jour, faisant d'elle la plus grande usine de dessalement d'eau de mer du continent américain, a précisé le groupe.

Le Mexique, en situation de pénurie d'eau, se tourne actuellement vers des solutions alternatives comme le dessalement pour assurer l'alimentation en eau de sa population.
http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1BZ1D8
En 2024, Suez dépassera (peut-être :-" ) Veolia qui a construit en 2005 ce qui était à l'époque la plus grande usine de dessalement au monde (320 000 m3/jour)
Bravo quand même au challenger!

http://www.finance.veolia.com/communique-10.html

Mais c'est encore assez loin du record du monde :
La plus grande usine au monde se trouve d’ailleurs dans les Emirats arabes unis, à Jebel Ali, à une trentaine de kilomètres de Dubaï. Elle peut produire 900 000 mètres cubes d’eau douce par jour
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 27 nov. 2016, 19:12

Arabie: investir 50 mds euros dans le secteur de l'eau en cinq ans

L'Arabie saoudite devrait investir dans les cinq prochaines années 50 milliards d'euros dans le secteur de l'eau avec la participation de fonds privés pour répondre à une croissance de la demande dans ce pays au climat aride, ont indiqué dimanche des responsables.

Le royaume, premier exportateur mondial de brut --dont les revenus pétroliers ont baissé l'an dernier de 51% en raison de la chute des prix--, cherche à diversifier son économie par une plus grande implication du secteur privé dans l'investissement et l'industrie.

Parmi les établissements appelés à être privatisés figure la Saline Water Conversion Corporation (SWCC), en charge du dessalement de l'eau de mer, pompée dans les eaux du Golfe et de la mer Rouge.

"Les futures usines seront proposées au secteur privé", a annoncé Ali al-Hazmi, patron de la SWCC, lors d'un forum sur l'investissement dans le secteur hydraulique.

"Nous avons tout préparé pour la privatisation" dans le royaume, qui tire l'essentiel de ses besoins en eau du dessalement, a-t-il ajouté.

"Cela nécessite beaucoup d'argent et de capitaux à investir" dans le secteur, a rappelé Mansour al-Mushaiti, haut responsable du ministère de l'Environnement, de l'eau et de l'agriculture devant les participants au forum.
http://www.boursorama.com/actualites/ar ... b219e0e9f9

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 15 janv. 2019, 21:42

Dessalement de l'eau : l'ONU s'inquiète des risques pour l'environnement

Par Giulietta Gamberini 14/01/2019

Pour assouvir leurs besoins croissants en eau potable, nombre de pays dépendent de plus en plus largement du dessalement, dont les techniques deviennent de moins en moins coûteuses. Dans un rapport publié ce lundi, l'ONU met en garde sur les risques environnementaux de la saumure ainsi rejetée dans le milieu naturel.


Croissance démographique, réchauffement climatique, industrialisation, développement des classes moyennes : une variété de facteurs explique l'augmentation continue des besoins mondiaux en eau potable. Mais bien que de plus en plus convoitée, la ressource reste inégalement distribuée sur la planète. Aujourd'hui, entre 1,5 et 2 milliards de personnes vivent dans des régions où, du moins pendant une partie de l'année, l'eau douce disponible ne suffit pas face à la demande. Un demi-milliard est même concerné par cette rareté tout le temps, selon l'Organisation des nations unies (ONU).

Depuis les années 60, une solution s'est donc progressivement imposée : le dessalement, notamment de l'eau de mer. Il est aujourd'hui pratiqué dans 15.906 usines répandues dans 177 pays, calcule l'ONU, qui ce lundi 14 janvier publie une recherche visant à mettre à jour les données sur le sujet. Le processus, essentiellement fondé sur la distillation ou l'osmose inverse, devient en effet de moins en moins cher grâce au développement de nouvelles technologies.

Les capacités de production actuelles atteignent donc les 95 millions de mètres cubes par jour, dont presque la moitié est concentrée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, notamment en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unies et au Koweït. Dans huit pays -Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, Bahreïn, le Koweït, les Maldives, Malte, le Qatar et Singapour -, le dessalement permet même de répondre à l'ensemble des besoins nationaux en eau potable. Dans six autres - les Barbados, le Cap Vert, les Émirats arabes unis, la Guinée équatoriale, Oman et les Seychelles - il en couvre la moitié.

142 millions de mètres cubes de saumure rejetés chaque jour

Ce caractère de plus en plus incontournable du dessalement d'eau de mer constitue toutefois un danger croissant pour l'environnement, souligne l'étude, menée par des chercheurs canadiens, coréens et néerlandais. Non seulement le processus de dessalement est extrêmement énergivore - bien que de plus en plus souvent alimenté par des énergies renouvelables ou de récupération.

Aussi, à son issue, il y a la saumure, à savoir de l'eau chaude très concentrée en sel et autres minéraux. En moyenne, la production d'un litre d'eau potable implique celle de 1,5 litre de saumure - "bien que les valeurs varient considérablement, en fonction de la salinité de l'eau d'alimentation et de la technologie de dessalement utilisée, ainsi que des conditions locales", précise l'étude.

Au niveau mondial, 142 millions de mètres cubes de saumure sont donc rejetés chaque jour par les usines de dessalement : 51,8 milliards de mètres cubes par an, assez pour couvrir la Floride d'une épaisseur de 30,5 centimètres, calculent les chercheurs. En raison d'une large utilisation de l'eau de mer et de technologies de dessalement thermique, la production de 55% de cette saumure est d'ailleurs concentrée en quatre pays : l'Arabie saoudite (22%), les Émirats arabes unis (20.2%), le Koweït (6.6%) et le Qatar (5.8%).

Salinité et substances chimiques

80% de la saumure étant produite dans un rayon de 10 kilomètres d'un littoral, elle est le plus souvent rejetée en mer, parfois sans dilution ou traitement.


Or, sa « salinité élevée », ainsi que la « réduction des niveaux d'oxygène dissous » dans les eaux réceptrices qui en résulte, « peuvent avoir de profondes répercussions sur les organismes vivant au fond des eaux, ce qui peut se traduire par des effets écologiques observables tout au long de la chaîne alimentaire », s'inquiètent les auteurs de l'étude.

Ils évoquent également des risques majeurs liés à la présence dans la saumure rejetée de produits chimiques toxiques, utilisés comme agents détartrants et nettoyants dans le processus de dessalement (du cuivre et du chlore notamment).

Une mine de composants chimiques

Tout en reconnaissant « le besoin urgent de rendre les technologies de dessalement moins chères et de les étendre à des pays à faibles revenus » - aujourd'hui deux tiers des usines sont, en effet, situées dans des pays à hauts revenus -, les auteurs de l'étude appellent donc à une « amélioration des stratégies de gestion de la saumure », notamment dans un contexte où le recours au dessalement de l'eau de mer est destiné à encore croître.

Ils soulignent notamment que loin de constituer seulement un déchet, la saumure, dont la gestion « peut représenter jusqu'à 33% des coûts d'une usine » et est « l'un des principaux obstacles » au développement du dessalement, a le potentiel de devenir une ressource. Elle peut notamment être utilisée en aquaculture, « avec une augmentation de la biomasse de poisson de 300% » ou en faisant attention au risque d'une salinisation progressive des terres, pour l'irrigation des plantes tolérantes au sel : notamment l'algue spiruline, largement vendue comme complément alimentaire, ou des arbustes fourragers.

La saumure peut également être une source de production de l'électricité, et est une "mine" de magnésium, gypse, chlorure de sodium, calcium, potassium, chlore, brome, lithium, bore, strontium, rubidium, uranium etc.

Des "perspectives positives et prometteuses"
Bien que « des efforts aient été déployés ces dernières années », les technologies nécessaires, notamment à l'extraction des composants chimiques, « sont toutefois immatures » et donc aujourd'hui « économiquement non compétitives ». Mais « avec l'amélioration constante de la technologie et l'amélioration de l'accessibilité économique, nous entrevoyons des perspectives positives et prometteuses », concluent avec optimisme les chercheurs, qui soulignent :


« Il est nécessaire (...) de transformer un problème environnemental en une opportunité économique. »
https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 03570.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 11 janv. 2020, 11:18

Kenya : la première usine de dessalement à énergie solaire installée par GivePower à Kiunga

Image

Agence Ecofin 10 janv 2020

Le Kenya dispose désormais de sa première usine de dessalement de l’eau fonctionnant au solaire. L’infrastructure a été construite dans le village côtier de Kiunga, situé sur la côte est du pays. Elle est l’œuvre de l’organisation non gouvernementale GivePower.

La localité desservie est en proie à une sécheresse sévère depuis plusieurs années, rendant difficile l’accès de ses 3500 habitants à une eau potable. Le système érigé produit, grâce à sa mini-centrale solaire intégrée, 50 kilowatts d’électricité, ce qui lui permet de tourner 24 heures par jour. Elle peut ainsi produire assez d’eau potable pour 25 000 personnes chaque jour et est prévue pour fonctionner pendant 20 ans.

« L’humanité a besoin de prendre des mesures rapides pour résoudre le problème croissant de l’accès à l’eau qui se pose aujourd’hui dans les pays en développement. Avec notre expérience dans l’énergie propre off-grid, GivePower peut immédiatement aider à déployer des solutions solaires d’accès à l’eau dans les régions du monde qui souffrent d’une pénurie d’eau prolongée », a affirmé Hayes Barnard, le président de GivePower.
https://www.agenceecofin.com/solaire/10 ... r-a-kiunga

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 16 févr. 2020, 10:40

La Tunisie lance les travaux d'une usine de desalination à Sfax.
Capacité de 100 000 m3 par jour. Coût de 335 millions de dollars.
https://constructionreviewonline.com/20 ... -commence/

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8964
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par kercoz » 17 févr. 2020, 22:55

Il semble y avoir tres peu de processus de déssalement par le froid ....ce qui semble pourtant, à première vue, bien plus facile du point de vue énergétique.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par energy_isere » 17 févr. 2020, 23:01

kercoz a écrit :
17 févr. 2020, 22:55
Il semble y avoir tres peu de processus de déssalement par le froid ....ce qui semble pourtant, à première vue, bien plus facile du point de vue énergétique.
? Je n'aurais pas dit ça à première vue ......

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [L'eau] Dessalement de l'eau

Message par mobar » 17 févr. 2020, 23:02

Le dessalement par congélation (300 kJ/kg) est moins énergivore que le dessalement par évaporation (2500 kJ/kg), mais plus énergivore que l'osmose inverse et la qualité de l'eau issue de la glace congelée est de moins bonne qualité que l'eau osmosée

En plus personne n'a jamais fait d'usine de congélation de capacité importante

Donc ça ne se fait pas, sans compter que les pays qui veulent dessaler l'eau de mer sont en général des pays chauds! :-"
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre