Vaches / bétail CO2 et méthane

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 03 mars 2014, 18:50

l' ADEME présente des calculs d'emissions de CO2 equivalent pour les ovins :

http://www.basecarbone.fr/docs/generale ... ?ovins.htm

25.4 kg de CO2 equivalent pour l' agneau.
Mais sans compter la transformation ltérieure et le transport.

Un peu moins pour le mouton adulte.

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 07 août 2015, 11:55

Un aliment permet de réduire de 30% les pets des vaches

07.08.2015 ATS/AFP

Gaz à effet de serre •Un complément alimentaire donné à des vaches laitières a permis de faire tomber de 30% les émissions de méthane, un gaz à effet de serre produit par la digestion de ces ruminants. Un élément prometteur dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Les bovins dans les élevages produisent environ 44% des émissions mondiales de méthane résultant des activités humaines, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), expliquent les auteurs d'une recherche (à retrouver via ce lien) publiée dans la dernière édition des Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

La fermentation dans la panse des bovins, des moutons et des chèvres, une des quatre cavités de leur estomac, produit du méthane qui résulte de l'action de micro-organismes dans la digestion. Mais ces animaux doivent éructer ces gaz pour survivre. Des vaches laitières émettent ainsi de 450 à 550 grammes de méthane par jour.

Les scientifiques ont découvert qu'une substance baptisée 3-nitrooxypropanol (3-NOP) développée par la firme néerlandaise DSM Nutritional Products, donnée comme complément alimentaire, bloquait une enzyme nécessaire à la formation du méthane dans la panse sans affecter la digestion.

Gain de poids

Cette recherche menée pendant trois mois dans des étables de la Penn State University (Pennsylvanie, Etat de l'est des Etats-Unis) avec 48 vaches de race Hosltein, a également montré que ce nouvel inhibiteur de méthane avait permis un gain de poids 80% supérieur aux animaux du groupe de contrôle.

Ce gain de masse corporelle s'explique par le carbone qui n'a pas été utilisé dans la formation de méthane que l'organisme a mis à profit pour produire plus de tissus.

En outre, la quantité d'aliments consommée n'a pas diminué tout comme la capacité des bovins à digérer des fibres. Leur santé n'a pas non plus été affectée, précise Alexander Hristov, professeur de nutrition à la Penn State University, principal auteur de cette recherche.

Enfin, fait important, la quantité de lait produite n'a pas été réduite, ajoute-t-il. Cette étude a été menée en reproduisant les mêmes conditions que celles trouvées dans les élevages et les unités industrielles de production laitière, explique le professeur Hristov.

Nombreuses substances testées

Ces dernières années, plusieurs équipes scientifiques ont testé de nombreuses substances chimiques, notamment des nitrates, pour diminuer la production de méthane des ruminants, parvenant même à des réductions de 60%, poursuit-il. Mais ces agents ont dû être abandonnés en raison de leur nocivité pour la santé et les risques pour la sûreté alimentaire et l'environnement.

«Si l'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) approuve cet inhibiteur de méthane et qu'il est utilisé par le secteur agricole, cela pourrait avoir un impact important sur les émissions de gaz à effet de serre provenant de l'élevage», a jugé le professeur Hristov dans un entretien téléphonique avec l'AFP.

Il a aussi estimé que les éleveurs et producteurs de lait devraient être incités à utiliser ce complément alimentaire. Le point important est le gain de poids et les vaches laitières en perdent énormément quand elles vêlent car elles produisent alors beaucoup de lait, a-t-il expliqué.

Convaincre le secteur agricole

«Si l'on peut réduire la perte d'énergie avec cet inhibiteur de méthane, les vaches prendraient plus de poids et plus rapidement», ajoute le scientifique. Il estime que ces facteurs devraient convaincre le secteur agricole d'utiliser ce nouveau complément alimentaire qui va encore faire l'objet de recherches pour conforter ces résultats.

Selon lui, son coût devrait baisser suffisamment en étant produit industriellement et ne pas être dissuasif pour les éleveurs.

Pour Ermias Kebreab, professeur de science animale à l'Université de Californie à Davis, qui n'a pas participé à cette recherche, «cet inhibiteur de méthane est très prometteur car on ne s'attendait pas à une telle réduction». «30% c'est énorme et peut faire une grande différence dans les gaz à effet de serre du secteur agricole», a-t-il dit à l'AFP.

Au total l'agriculture contribue pour 24% des émissions mondiales de ces gaz, CO2 et méthane essentiellement. «Pour les agriculteurs, c'est intéressant car ils n'ont pas à changer la manière de nourrir leur bétail», a poursuivi le scientifique.

«C'est très différent de ce qui est surtout fait actuellement pour minimiser la production de méthane des ruminants qui consiste surtout à modifier leur régime alimentaire», relève-t-il.
http://www.laliberte.ch/news/un-aliment ... cR9gfntlHw

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 29 mai 2016, 20:44

Climat. Chez les vaches, les antibiotiques augmentent les gaz à effet de serre

NEW SCIENTIST - LONDRES
le 25/05/2016

Une étude montre que traiter le bétail aux antibiotiques stimule la production de méthane dans les bouses, contribuant ainsi davantage au changement climatique.

“Les antibiotiques administrés aux bovins peuvent avoir des effets de grande envergure sur un écosystème, en changeant la composition des microbes dans les entrailles de bousiers et en augmentant les émissions de méthane provenant des matières fécales”, révèle New Scientist. Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs ont analysé les bouses et les écosystèmes qu’elles hébergent, provenant d’un troupeau de vaches traitées à la tétracycline.

“Cet antibiotique est couramment donné au bétail pour prévenir les maladies et stimuler la croissance, rappelle le journal scientifique, et ce même si cela peut conduire au développement de bactéries résistantes aux médicaments.” Les résultats de ces travaux, publiés mardi 24 mai dans Proceedings of the Royal Society of London B, montrent que les bouses des bovins traités produisent presque deux fois plus de méthane – un gaz qui contribue à l’effet de serre - que celles de bétail non traité.

Même si les bousiers – dont le système digestif est perturbé par les antibiotiques - ne semblent pas eux-mêmes blessés par ces traitements, ils pourraient voir leur sens de l’odorat altéré ou leur comportement modifié, craignent certains chercheurs. Pour Kevin Floate, chercheur à l’Agriculture and Agri-Food Canada, cité par New Scientist :

Il semble important d’évaluer les effets de différents types d’antibiotiques qui ont d’autres modes d’action et affectent différents types de bactéries.”

Autre sujet d’étude à examiner à l’avenir : la durée des effets des antibiotiques sur la flore microbienne une fois le traitement arrêté..
http://www.courrierinternational.com/ar ... t-de-serre

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 15 nov. 2016, 19:26

Les vaches rotent moins quand elles mangent du lin, et c'est bon pour la planète

Franck Stassi Usine Nouvelle 15/11/2016

Les rots des vaches sont fortement émetteurs de méthane, un gaz à effet de serre. Le bétail fait l’objet de nombreuses études et expérimentations afin d'améliorer leur digestion.

Lorsqu’ils digèrent de l’herbe et du fourrage, les ruminants produisent du méthane - on parle de fermentation entérique. En équivalent gaz carbonique, cela représente plus de 50% des émissions de l'élevage, qui émet au total 18% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. En France, cette part s’élève à 10%. Les projets se multiplient donc pour tenter de limiter les rots des vaches et, par conséquent, les émissions de gaz à effet de serre. Une fois n’est pas coutume, il n’est pas question ici de remettre en cause l’élevage intensif. "L’accroissement du niveau de production s’accompagne généralement d’une alimentation plus riche en concentré et d’une ingestion supérieure, deux facteurs contribuant à réduire la production de méthane", soulignait, dès 2009, l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

Pour réduire les émissions, du lin…

Des travaux menés par le fabricant en nutrition animale Valorex, l’Institut de l’élevage, l’association Bleu blanc cœur et la coopérative Terrena viennent de mettre en exergue les progrès permis par la consommation de lin cuit. Menée dans cinq pays depuis 2013, cette étude, baptisée Eco-Méthane, fait part d’une réduction des rots et de la production de méthane de 10% à 37% selon les pays, lorsque les rations sont complétées par du lin cuit. Lorsque les vaches consomment moins d’herbe, comme en Israël, les résultats sont nettement améliorés. Le surcoût de 5% à 10% par rapport au tourteau de soja, est partiellement compensé par le fait que le lin favorise la production de lait.

… des hublots ou des algues

Certains scientifiques vont plus loin dans la démarche. En Belgique, des chercheurs de l’école Agro-Bio Tech de Gembloux ont équipé deux vaches "hublots" ventraux par lesquels ils ont fait passer des canules, des petits tubes en plastique, pour avoir directement accès au contenu du rumen, un élément du système digestif des ruminants. L'objectif étant de mieux comprendre le système de digestion des ruminants.

Au Danemark, des chercheurs de l’université d’Aarhus développent une herbe plus facile à digérer. Le projet bénéficie d’une subvention gouvernementale de 2 millions d’euros. Et en Australie, un chercheur de l’université James Cook, dans le Queensland, affirme que l’ajout d’algues dans les rations alimentaires du bétail peut faire chuter les émissions de méthane dans une fourchette comprise entre 50% et 70 %. Rocky De Nys nourrit l’espoir d’atteindre un taux de 99% après ajustement. A la différence de l’expérimentation belge, ces chiffres se basent toutefois, pour l’heure, sur des travaux réalisés à partir d’un estomac artificiel.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... te.N464228

Avatar de l’utilisateur
williams
Condensat
Condensat
Messages : 638
Inscription : 03 janv. 2010, 15:45
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par williams » 16 nov. 2016, 18:46

Quand on nous parle des vaches pour le CO2... ici c'est abusif car à ce moment là l'émission de CO2... est naturel tout comme quand c'est nous même qui....

D'après-vous, comment c'est pour les autres grandes espèces de ruminant (yacks...) vivant dans la nature est non avec l'homme :roll:

Williams

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 16 nov. 2016, 18:59

williams a écrit :Quand on nous parle des vaches pour le CO2... ici c'est abusif car à ce moment là l'émission de CO2... est naturel tout comme quand c'est nous même qui....

D'après-vous, comment c'est pour les autres grandes espèces de ruminant (yacks...) vivant dans la nature est non avec l'homme :roll:

Williams
Le problème est qu' il y a bien plus de vaches et bœufs que de gros ruminants sauvages.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5189
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par Raminagrobis » 17 nov. 2016, 17:38

energy_isere a écrit :
williams a écrit :Quand on nous parle des vaches pour le CO2... ici c'est abusif car à ce moment là l'émission de CO2... est naturel tout comme quand c'est nous même qui....

D'après-vous, comment c'est pour les autres grandes espèces de ruminant (yacks...) vivant dans la nature est non avec l'homme :roll:

Williams
Le problème est qu' il y a bien plus de vaches et bœufs que de gros ruminants sauvages.
en effet :

Image
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
williams
Condensat
Condensat
Messages : 638
Inscription : 03 janv. 2010, 15:45
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par williams » 17 nov. 2016, 18:58

energy_isere a écrit :
williams a écrit :Quand on nous parle des vaches pour le CO2... ici c'est abusif car à ce moment là l'émission de CO2... est naturel tout comme quand c'est nous même qui....

D'après-vous, comment c'est pour les autres grandes espèces de ruminant (yacks...) vivant dans la nature est non avec l'homme :roll:

Williams
Le problème est qu' il y a bien plus de vaches et bœufs que de gros ruminants sauvages.
Oui je ne dis pas le contraire là dessus, même s'il faut voir toutes les espèces d'herbivores sauvages existant sur Terre tout de même. Puis il faut aussi voir tout les ruminants sauvages que l'homme a tué aux cours de ces derniers siècles et continue malgré l'extinction de ces animaux puis vu l'évolution des élevages des vaches et bœufs.

Mais malgré cela ce sont des êtres vivants donc il ne faut pas exagérer. Pourquoi on entend rien à propos de l'évolution de la population humaines alors que cela joue aussi sur les gaz à effet de serre.

Il faut même voir les questions que certaines personnes se posent mais que les experts ne répondent pas pourtant pour des raisons

Williams
Dernière modification par williams le 17 nov. 2016, 20:24, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9754
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par mobar » 17 nov. 2016, 20:08

williams a écrit :
Oui je ne dis pas le contraire là dessus, même s'il faut voir toutes les espèces d'herbivores sauvages existant sur Terre tout de même. Puis il faut aussi voir tout les ruminants sauvages que l'homme a tué aux cours de ces derniers siècles et continue malgré l'extinction de ces animaux puis vu l'évolution des élevages des vaches et bœufs.

Mais malgré cela ce sont des êtres vivants donc il ne faut pas exagérer. Pourquoi on entend rien à propos de l'évolution de la population humaines alors que cela joue aussi sur les gaz à effet de serre.
[/url]

Williams
Le méthane produit par les ruminants est une infime partie du carbone capté lors de la croissance des plantes ayant servi à l'alimentation du bétail. Ce carbone était du CO2 atmosphérique transformé par la photosynthèse dont la majeure partie a été retransformée en CO2 et en bouse

Il a surement été généré plus de GES fossile pour produire les engrais, alimenter les tracteurs agricoles, les transports de ces aliment et du bétail entre l'élevage et l'assiette des con sot mateurs que de méthane biogénique issu des pets de ces ruminants.

Les communicants prennent vraiment les cons pour des gens!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 18 nov. 2016, 11:17

Raminagrobis a écrit :
energy_isere a écrit :
williams a écrit :Quand on nous parle des vaches pour le CO2... ici c'est abusif car à ce moment là l'émission de CO2... est naturel tout comme quand c'est nous même qui....

D'après-vous, comment c'est pour les autres grandes espèces de ruminant (yacks...) vivant dans la nature est non avec l'homme :roll:

Williams
Le problème est qu' il y a bien plus de vaches et bœufs que de gros ruminants sauvages.
en effet :

Image
Merci Ramina, j' avais vu un graphe de ce genre dans le passé, c'est ce à quoi je pensais.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 18 nov. 2016, 11:20

mobar a écrit :
williams a écrit :
Oui je ne dis pas le contraire là dessus, même s'il faut voir toutes les espèces d'herbivores sauvages existant sur Terre tout de même. Puis il faut aussi voir tout les ruminants sauvages que l'homme a tué aux cours de ces derniers siècles et continue malgré l'extinction de ces animaux puis vu l'évolution des élevages des vaches et bœufs.

Mais malgré cela ce sont des êtres vivants donc il ne faut pas exagérer. Pourquoi on entend rien à propos de l'évolution de la population humaines alors que cela joue aussi sur les gaz à effet de serre.
[/url]

Williams
Le méthane produit par les ruminants est une infime partie du carbone capté lors de la croissance des plantes ayant servi à l'alimentation du bétail. Ce carbone était du CO2 atmosphérique transformé par la photosynthèse dont la majeure partie a été retransformée en CO2 et en bouse

Il a surement été généré plus de GES fossile pour produire les engrais, alimenter les tracteurs agricoles, les transports de ces aliment et du bétail entre l'élevage et l'assiette des con sot mateurs que de méthane biogénique issu des pets de ces ruminants.

Les communicants prennent vraiment les cons pour des gens!
Non c'est le liseur Mobar qui ne lis pas.

L' article que j' ai posté dit bien :
Lorsqu’ils digèrent de l’herbe et du fourrage, les ruminants produisent du méthane - on parle de fermentation entérique. En équivalent gaz carbonique, cela représente plus de 50% des émissions de l'élevage......

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9754
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par mobar » 18 nov. 2016, 11:42

energy_isere a écrit : Lorsqu’ils digèrent de l’herbe et du fourrage, les ruminants produisent du méthane - on parle de fermentation entérique. En équivalent gaz carbonique, cela représente plus de 50% des émissions de l'élevage......
Ce n'est juste pas possible!

Une tonne de matière sèche de fourrage et de céréales, c'est 50% de carbone, lors de la digestion, une vache consomme 20% au plus de cette matière carbonée pour la transformer majoritairement en CO2 par sa respiration. 1 à 2% du carbone de l'alimentation (au max des max) se retrouve sous forme de méthane entérique. Le reste finit dans les bouses et retourne au sol.

Autre approche :

Pour produire 1 kg de bœuf il faut 7 kg de soja et cela génère plus de 300 kg de CO2 fossile (engrais, carburant et transport) quand ce soja vient d'Argentine). Donc une vache qui consomme 30 kg par jour de soja et 40 kg de fourrage a déjà généré 1500 kg de CO2 fossile, sans avoir émis le moindre pet.

Pour que ses émissions de méthane représentent 50% du total, avec un facteur 20 fois celui du CO2, il faudrait, à la grosse qu'une vache pète l'équivalent de 30 Nm3 de méthane par jour!

Des conneries, si c'était le cas les agriculteurs gagneraient plus de pognon en connectant leurs vaches à une cogénération pour faire de l'électricité subventionnée qu'à produire du lait à 25 c/litre!

Quand un ruminant éructe, le gaz qu'il éjecte est composé d'une partie de méthane, mais aussi de CO2, d'azote et d'oxygène
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 18 nov. 2016, 12:14

mobar a écrit : .....7 kg de soja et cela génère plus de 300 kg de CO2 fossile (engrais, carburant et transport)
ben voyons.

ca ferait prés de 43 kg de CO2 fossile pour un kilo de Soja quand bien méme viendrait il d' Argentine. ](*,)

Ca fait encore plus que le nombre de kilo de CO2 par kilo viande elle même.

Allez rechercher d'autres data pauvre clown.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9754
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par mobar » 18 nov. 2016, 13:22

energy_isere a écrit :
mobar a écrit : .....7 kg de soja et cela génère plus de 300 kg de CO2 fossile (engrais, carburant et transport)
ben voyons.

ca ferait prés de 43 kg de CO2 fossile pour un kilo de Soja quand bien méme viendrait il d' Argentine. ](*,)

Ca fait encore plus que le nombre de kilo de CO2 par kilo viande elle même.

Allez rechercher d'autres data pauvre clown.
Un bovin consomme 25 tonnes de nourriture par an soit l'équivalent de 7 tonnes/an de carbone et il émet selon l'ADEME entre 120 kg/an de méthane pour une vache laitière et 50 kg/an pour un bœuf à viande



Le clown suggère à Mooosieur je sais tout (qui gobe tout ce qui lui passe sous le nez et le colporte tel un perroquet) de consulter et de faire quelques calculs de coin de table et surtout de ne pas confondre le méthane biogénique des vaches avec les gaz à effets de serre fossiles sensés être les seuls (selon les escrocs réchauffistes) à devoir être pris en compte pour qualifier l'influence de l'homme sur le réchauffement insupportable de la planète de 0.6°C par siècle

http://www.arte.tv/sites/fr/robin/files ... rielle.pdf
http://www.bilans-ges.ademe.fr/static/d ... 0v11.0.pdf
Un impact réel mis en doute[modifier | modifier le code]

Ces résultats font l'objet de polémiques et des travaux plus récents les remettent en cause, notamment le rapport duALIne de l'INRA75. Les auteurs expliquent ces résultats contraires aux données du rapport Livestock's Long Shadow datant de 2006 par plusieurs éléments :
Une surévaluation des rejets de GES par l’élevage.
La non prise en compte de la séquestration du carbone quand une terre arable est convertie en prairie
La stabilité du taux de méthane dans l'atmosphère entre 1999 et 2008 malgré une croissance du cheptel mondial : depuis 1999, le lien entre augmentation du cheptel et augmentation du taux de méthane n'existe plus
Le rapport conseille d'intensifier l'élevage pour limiter les rejets de GES et l'impact sur l'environnement, ce point de vue est remis en cause par un contre-expertise du CIRAD

D'autres travaux concluent que les régimes consommant moins ou pas de viande n'auraient pas d'impact sur les rejets de gaz à effet de serre et donc sur le bilan énergétique de l'alimentation.

Un certain nombre d'études suggèrent que, si l'on exclut le transport et les processus de transformation, les prairies pâturées auraient un bilan carbone proche de la neutralité. D'après les travaux du CIV, validé par l'Ademe, le stockage de carbone dans les prairies permet de compenser 75% des rejets de méthane provoqué par les digestions de l'herbe et 30% du rejet total de l'activité d'élevage.

.
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Vaches / bétail CO2 et méthane

Message par energy_isere » 06 août 2019, 22:22

Contre le changement climatique, le rapport du Giec préconise un régime végétarien
Le Giec se réunit à Genève pour rendre un nouveau “rapport spécial”, sur le changement climatique et l’utilisation des sols. Il y préconise notamment une alimentation saine à base de plantes.

5 août 2018

.........
Notre système alimentaire génère entre 25 et 30% des gaz à effet de serre produits sur Terre. Pour réussir à nourrir les 9,8 milliards d’êtres humains prévus en 2050, le monde devra produire 56% de plus de nourriture par rapport à 2010. “Cela nécessiterait une surface de près de six millions de kilomètres carré qui serait déboisée pour être convertie à l’agriculture, les deux tiers pour l’élevage et le reste pour les cultures”, explique Fred Stolle, co-auteur d’un rapport sur le sujet. Si le niveau de consommation de viande et de produits laitiers augmente conformément aux habitudes alimentaires actuelles, il faudra ainsi convertir en terres agricoles un espace d’une superficie deux fois plus grande que l’Inde, écrit le Daily Mail.

Parmi les mesures avancées par le rapport, la proposition d’un changement majeur vers les régimes végétariens et végétaliens est mise en avant. “La consommation de régimes alimentaires sains et durables, tels que ceux basés sur les céréales secondaires, les légumineuses, les légumes, les noix et les graines… offre des opportunités majeures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre”, indique le rapport.

........
https://m.huffingtonpost.fr/entry/chang ... try_recirc

Répondre