Europe, mesures de réduction des émissions de C02

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Europe, mesures de réduction des émissions de C02

Message par energy_isere » 21 févr. 2007, 12:45

N' en déplaise au négateurs du RC anthropique, il y bel et bien des mesures de réduction des émissions de C02 qui sont en cours (Kyoto, certainement insufisant, mais ... c'est mieux que rien du tout) ou en cours de négociation.

voici les derniéres nouvelles pour l' Europe.

Ce fil est dédié à l' Europe


CO2 : l'Europe s'accorde sur le taux de 20% pour 2020

Les 27 états membres sont d'accord de réduire les émissions de gaz à effet de serre «d'au moins 20 %» d'ici 2020, selon le ministre allemand Sigmar Gabriel. Une tentative à 30 % pourrait même être envisagée en cas d'un accord au niveau international.

Un point de blocage apparaît tout de même au niveau de la répartition des quotas entre les pays. Rien n'a encore été décidé sur ce point précis.

La survie du protocole de Kyoto après 2012 devient un enjeu crucial pour l'union européenne qui souhaite y associer d'autres pays qui n'ont pas encore ratifié le texte, comme les Etats-Unis, la chine et l'Inde.

Les négociations d'un nouvel accord devraient démarrer lors le la prochaine conférence de l'ONU sur le climat, en décembre à Bali, et être achevées en 2009.
enerzine

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 21 févr. 2007, 14:32

Aux dernières nouvelles, le marché des certificats de CO2 était la seule chose que les USA pouvaient envisager d'accepter, sans doute parce qu'elle a une connotation très libérale.

Le fait que le marché se soit effondré en Europe (bravo TNL :)) suite à l'incurie de nos dirigeants est une très mauvaise nouvelle : qui, outre-atlantique, va investir dans des instruments financiers susceptibles de tomber à zéro pour cause de mauvaise gestion gouvernementale ?
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Fish2
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 324
Inscription : 18 nov. 2005, 10:57
Localisation : 79 - campagne Deux-Sèvres

Message par Fish2 » 21 févr. 2007, 15:49

Inutile de tirer sur l'ambulance : l'incurie des dirigeants n'est pas seule en cause, même s'ils ont leur part quand ils fixent des quotas trop généreux.
Le système du marché de quotas C02 risque bien de devenir la fausse bonne idée libérale de lutte contre le RC, en raison de son comportement irrationnel, qui pourra difficilement être maîtrisé : il est extrêmement sensible aux conditions météo !

En Europe, la principale source de variation d'émissions, vient des variations de sollicitations des centrales électriques au charbon.
Le prix actuel de la tonne est une conséquence directe de l'hiver doux que nous connaissons.
Dernière modification par Fish2 le 21 févr. 2007, 16:03, modifié 1 fois.
« Sauf événements majeurs, la probabilité est forte que le prix du baril redescende vers 30 dollars l’an prochain. » Thierry Desmaret, Le Figaro, novembre 2004

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 21 févr. 2007, 15:55

Fish2 a écrit :Le système du marché de quotas C02 risque bien de devenir la fausse bonne idée libérale de lutte contre le RC, en raison de son comportement irrationnel : il est extrêmement sensile aux conditions météo !
cela n' est il pas le cas avec le pétrole ? Un hiver doux en Amérique du Nord, et hop le baril atone ! Un hiver rigoureux, ca monte !

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 21 févr. 2007, 16:06

Le marché des émissions CO2 est totalement artificiel.

Chaque pays européen stipule en début d'année la quantité de CO2 autorisée à l'émission, pour un certain nombre d'acteurs identifiés. Chaque acteur dépassant sa valeur attribuée devra acheter le nombre de certificats quantitativement équivalents avant la fin de l'année.

Si les quotas attribués en début d'année sont matériellement trop faciles à respecter, personne n'achète de certificats, leur prix s'effondre, fin de l'exercice. La plupart des acteurs sont insensibles aux conditions climatiques (cimenteries, sidérurgie, etc.)

C'est donc bien au mauvais chiffrage de nos gouvernements que nous devons cet effondrement.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Fish2
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 324
Inscription : 18 nov. 2005, 10:57
Localisation : 79 - campagne Deux-Sèvres

Message par Fish2 » 21 févr. 2007, 16:27

@ energy_isere : tout à fait, d'ailleurs en éditant mon message j'ai failli rajouter le parallèle avec le pétrole.

Dans le cas du marché du CO2, la volatilité sera encore plus forte, car les centrales à charbon sont allumées de préférence en dernier, après le recours au nucléaire, à l'hydro, aux éoliennes, au gaz, donc des variations d'émissions amplifiées.
En France (cas extrême), 1% de production électrique supplémentaire en pointe peut générer 10 à 20% d'émissions C02 en plus.

Totalement imprévisible des mois à l'avance.

Les partisans du marché soutiennent que c'est le meilleur moyen pour fixer un "vrai prix" du carbone, contrairement à une taxe progressive qui relèverait de l'arbitraire. On observera dans les prochaines années que ce "vrai prix" fluctue entre 1 et 1000, et on se rendra compte que Dame Nature n'a jamais lu Adam Smith.
Dernière modification par Fish2 le 21 févr. 2007, 16:44, modifié 1 fois.
« Sauf événements majeurs, la probabilité est forte que le prix du baril redescende vers 30 dollars l’an prochain. » Thierry Desmaret, Le Figaro, novembre 2004

Fish2
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 324
Inscription : 18 nov. 2005, 10:57
Localisation : 79 - campagne Deux-Sèvres

Message par Fish2 » 21 févr. 2007, 16:40

Environnement2100 a écrit :La plupart des acteurs sont insensibles aux conditions climatiques (cimenteries, sidérurgie, etc.)
Leur activité n'est pas sensible à la météo, mais ce sont de gros consommateurs d'électricité. Et sur l'ensemble des industries concernées par les quotas, les centrales électriques représentent le plus gros morceau. Elles fournissent l'électricité pour tout le monde, y.c. les particuliers et bureaux non concernés par les quotas, mais dont la consommation varie fortement selon la météo.

De plus les sidérurgistes et cimentiers ne maîtrisent pas les émissions de C02 de l'électricité qu'ils achètent, sauf engagement du fourniseur, mais Enercoop n'est pas prêt à satisfaire ce genre de clientèle.
Dernière modification par Fish2 le 21 févr. 2007, 17:03, modifié 1 fois.
« Sauf événements majeurs, la probabilité est forte que le prix du baril redescende vers 30 dollars l’an prochain. » Thierry Desmaret, Le Figaro, novembre 2004

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 21 févr. 2007, 17:00

Je maintiens qu'un cimentier, un sidérurgiste, un verrier consomment essentiellement de grandes quantités de charbon ou de gaz ; leur consommation relative d'électricité est faible.

Comme nous avons toujours en France 90 % de notre électricité ne générant pas de CO2, l'impact de l'électricité dans les émissions de CO2 des industriels français (hors secteur énergie bien sûr) est négligeable.

En revanche, le niveau d'activité économique de ces acteurs est primordial ; l'effondrement du cours manifeste hélas un bas niveau d'activité industrielle par rapport à ce qui avait été "prévu" il y a deux ans.

Pour le fonctionnement du mécanisme des quotas, je recommande ce texte très lisible.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Fish2
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 324
Inscription : 18 nov. 2005, 10:57
Localisation : 79 - campagne Deux-Sèvres

Message par Fish2 » 21 févr. 2007, 17:23

Merci pour le document du ministère, qui m'a permis de voir que le prix de marché n'irait pas au delà de 40€/t, puisque c'est le niveau de l'amende infligée en cas de dépassement de quota. Donc ma fourchette de 1 à 1000 pour les écarts de prix est exagérée, 1 à 100 sera plus réaliste.

Sur le raisonnement je pense que tu minimises l'impact de la météo, le recours au centrales à charbon est variable d'une année à l'autre, selon les conditions hivernales, ce qui impacte le niveau global d'émissions, quel que soit le niveau d'activité industrielle.

Et puis c'est au niveau européen qu'il faut raisonner, pas au niveau français.
« Sauf événements majeurs, la probabilité est forte que le prix du baril redescende vers 30 dollars l’an prochain. » Thierry Desmaret, Le Figaro, novembre 2004

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 21 févr. 2007, 19:21

Fish2 a écrit :Merci pour le document du ministère, qui m'a permis de voir que le prix de marché n'irait pas au delà de 40€/t,
100 €/t à compter de 2008 AMC.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 21 févr. 2007, 20:24

Fish2 a écrit :Sur le raisonnement je pense que tu minimises l'impact de la météo, le recours au centrales à charbon est variable d'une année à l'autre, selon les conditions hivernales, ce qui impacte le niveau global d'émissions, quel que soit le niveau d'activité industrielle.
Les centrales au charbon servent essentiellement pour la base et donc fonctionnent quelles que soient les conditions climatiques.

S'il fait froid, on allumera plutôt des centrales à gaz et/ou fioul (certaines sont bi-énergie) et des centrales hydro-électriques.
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 13 mars 2007, 21:50

La réduction des émissions de CO2 échauffe les esprits au Royaume-Uni

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters / 13.03.07

L'objectif d'une déduction de 60 % des émissions de CO2 prévu par le projet de loi sur le changement climatique qui doit être présenté, mardi 13 mars, devant le Parlement britannique fait l'objet d'une passe d'armes entre le Parti travailliste et les conservateurs, lancés dans une surenchère écologiste.

A la veille du débat au Parlement, Gordon Brown et David Cameron, qui s'affronteront au cours des prochaines élections générales, ont lancé des propositions destinées à capter le vote écologiste. David Cameron, qui a fait de la lutte contre le réchauffement climatique un de ses thèmes favoris depuis qu'il a pris la direction du Parti conservateur il y a quinze mois, a mis au défi les travaillistes d'avancer des objectifs chiffrés dans leur projet de loi sur l'environnement qui doit être présenté mardi à la Chambre des communes. "Nous devons nous assurer que les mesures annoncées par le gouvernement ont une véritable portée, qu'elles ne sont pas seulement teintées de vert", a déclaré M. Cameron. Les conservateurs veulent notamment taxer davantage les vols les plus polluants et les avions à moitié vides. Ils prévoient aussi de taxer les personnes prenant l'avion plus d'une fois par an.

Gordon Brown a, de son côté, insisté sur la nécessaire dimension internationale d'un tel combat, à l'image de l'accord conclu par les 27 membres de l'Union européenne vendredi à Bruxelles. Il a aussi appelé à la création d'un "nouvel ordre mondial" pour lutter contre le réchauffement climatique. Il a souligné l'euroscepticisme de M. Cameron, qui, selon lui, l'empêcherait d'avoir la moindre influence en Europe sur le sujet. Le successeur désigné de Tony Blair propose une série de mesures allant de l'isolation des foyers britanniques d'ici à 2010 au remplacement des ampoules traditionnelles par des ampoules à faible consommation et à la disparition de la fonction "veille" sur les téléviseurs et les lecteurs de DVD.

"NOUS DEVRIONS VISER UNE RÉDUCTION DE 80 % DES ÉMISSIONS"
Le projet de loi sur le changement climatique, défendu par le secrétaire à l'environnement, David Miliband, comprend quatre mesures-clés : il prévoit une réduction des émissions de CO2 de 60 % d'ici à 2050 par rapport à 1990, la création d'un "comité du carbone" pour réduire les émissions dans les différents secteurs de l'économie, la création de sources d'énergie alternatives pour faire en sorte que l'objectif de 2050 soit atteint, et enfin l'amélioriation de la façon dont les réductions de CO2 seront suivies par les autorités.

L'opposition conservatrice prépare une série d'amendements pour fixer, notamment, un objectif annuel de réduction des émissions. Peter Ainsworth, le secrétaire à l'environnement du "cabinet fantôme", estime que pour être vraiment efficace, le projet de loi doit comprendre trois éléments : la fixation d'un objectif de réduction annuelle des émissions de CO2, la création d'un organisme de contrôle de ces objectifs, et la publication d'un rapport annuel consacré à cette réduction. David Miliband a repoussé ces demandes.

Les libéraux-démocrates soutiennent aussi cet objectif d'une réduction des émissions de CO2. Le porte-parole de la formation, Chris Huhne, chargé de l'environnement, indique que son parti soutient le projet de loi, mais que l'objectif d'une réduction de 60 % ne va pas assez loin. "C'est un bon début, mais nous devrions viser une réduction de 80 % des émissions", estime-t-il

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 14 mars 2007, 00:07

ils serait temps qu'ils s'echauffent un peu les britanniques sur la question. Maintenant que les champs pétrolifères de la Mer du nord sont vides, ils peuvent se le permettre non ?
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 27 mars 2007, 12:34

CO2 : la Commission approuve le plan 2008-2012

La Commission européenne a adopté lundi 26 mars, le plan national d'allocation de quotas d'émission de dioxyde de carbone (CO2) de la France pour la période 2008-2012 du système communautaire d'échange de quotas d'émission (SCEQE).


La Commission a accepté le nombre total de quotas d'émissions proposé par la France – équivalent à 132,8 millions de tonnes de CO2.
L'approbation de la Commission est subordonnée à la modification d'un élément technique du plan.

La France a retiré la première version de son PNA en novembre 2006 qui proposait des autorisations totalisant 155,6 millions de tonnes de CO2, et a présenté un nouveau PNA amendé fin 2006. L'objectif de la Commission lorsqu'elle se prononce sur les plans nationaux élaborés dans le cadre du SCEQE est de veiller à ce que les États membres s'acquittent de leurs obligations en matière d'émissions dans le cadre du protocole de Kyoto.

M. Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l’environnement, a déclaré à ce propos: «Je salue la révision satisfaisante par la France de son plan national d'allocation. Le gouvernement français a manifestement bien compris la nécessité de préserver l'intégrité du système d'échange de quotas d'émission en tant qu'instrument permettant de lutter efficacement contre le changement climatique et pouvant servir de modèle à d'autres régions et pays. La Commission continuera à évaluer tous les plans nationaux de façon cohérente, en veillant à maintenir les conditions de rareté des quotas qui sont indispensables pour garantir l'efficacité du système et permettre à l'Europe d'atteindre ses objectifs en vertu du protocole de Kyoto.»
enerzine

Avatar de l’utilisateur
J'ean Chie raque
Kérogène
Kérogène
Messages : 79
Inscription : 20 mars 2007, 19:19

Message par J'ean Chie raque » 27 mars 2007, 22:01

Oui mais qui peut croire que c'est la protection de l'environnement qui pousse aux limites d'emissions de co2. Depuis quand l'UE s'inquiète sérieusement de ce genre de question ?

Répondre