Page 1 sur 85

[RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

Publié : 07 mai 2007, 15:30
par LeLama
Ca fait plusieurs messages ou je me fais renvoyer dans mes buts parce que j'exprime le fait que je manque de donnees factuelles sur le RC. J'ouvre ce fil pour qu'on puisse au fil des messages poster des donnees factuelles quantifiees.

On trouve des arguments qualitatifs a peu pres partout (inversion des puits de carbone, phenomene de bifurcation par liberation du permafrost, variation des rendements alimentaires, augmentation des epidemies....) mais en general, pas d'enonces suffisamment quantifies pour mesurer l'ampleur du changement.

La temperature a augmente de 1 degre au siecle passe sans changement catastrophique. Est-ce qu'on peut quantifier les changements pour des variations de trois ou sept degres ? Ce n'est pas du tout la meme chose par exemple si on s'attend a ce que les rendements alimentaires baissent de 1% ou de 10% et si ces changements se font pour des hausses de trois ou huit degres.

Publié : 07 mai 2007, 15:43
par jerome
Quantifier les impacts du RC en fonction de l'augmentation de la température est exactement ce qu'a essayer de faire le groupe II du GIEC. Un trés gros dossier en est sortie, avec un résumé de qq pages : site du groupe II du GIEC

Cela reste des suppositions, mais voilà les points forts de ce rapport (texte extrait du blog Gaïa : bulletin de santé):

- 75 à 250 milions de personnes pourront manquer d'eau en Afrique d'ici 2020.
- Les rendements agricoles pourront augmenter de 20% en Asie de l'Est et du Sud-Est, mais pourront décroître de 30% en Asie Centrale et en Asie du Sud.
- L'agriculture non irriguée pourra chuter de 50% dans certains pays africains d'ici 2020.
- 20 à 30% de toutes les espèces végétales et animales seront menacées d'exctinction si les températures s'élèvent de 1,5 à 2,5°C.
- Les glaciers et le couvertures neigeuses devraient se réduire, réduisant la disponibilité en eau douce des pays alimentés par l'eau des glaciers.

Publié : 07 mai 2007, 16:49
par LeLama
Merci Jerome. Je vais regarder le rapport.

Re: Rechauffement climatique: donnees factuelles

Publié : 07 mai 2007, 17:12
par Environnement2100
LeLama a écrit :J'ouvre ce fil pour qu'on puisse au fil des messages poster des donnees factuelles quantifiees.
Tu veux dire... Image des chiffres ?
Je ne peux que te féliciter pour cette démarche saine, et t'encourager à lire les dizaines de fils précédents dans lesquels on s'est attachés à justement mettre des chiffres en évidence.
La temperature a augmente de 1 degre au siecle passe sans changement catastrophique.
Plutôt 0.6°C ; je propose que tu reparles avec les ours polaires de ta notion de "pas de changement catastrophique", ainsi qu'avec toutes les espèces qui vont disparaître du fait de la suppression de la calotte polaire arctique.
Est-ce qu'on peut quantifier les changements pour des variations de trois ou sept degres ? Ce n'est pas du tout la meme chose par exemple si on s'attend a ce que les rendements alimentaires baissent de 1% ou de 10% et si ces changements se font pour des hausses de trois ou huit degres.
L'effet n'est pas linéaire :
- jusqu'à +2°C, certains éléments seront positifs pendant que d'autres seront négatifs ; on s'attend, par exemple, à ce que les rendements de l'agriculture augmentent, dans les pays qui seront suffisamment riches pour pouvoir irriguer ; dans le même temps, l'aggravation des intempéries contribuera à détruire l'agriculture des pays pauvres

- à partir de +3°C, l'effet positif disparaît partout, les effets négatifs s'aggravent

- au-delà de +5°C, AMC aucun biologiste ne veut prendre le risque de citer de chiffre ; on parle bien d'une "autre planète", il me semble que ça suffit.

Il faut bien se dire que personne sur terre n'a les moyens scientifiques de décrire une Terre avec 3 degrés de plus, avec ses dizaines de millions d'espèces. Ni maintenant, ni dans dix ans : nous le saurons quand ça se produira. Ca ne te rappelle pas quelque chose ?

Publié : 07 mai 2007, 20:12
par Tiennel
Bravo pour ce fil ; si cela vous dit, vous pouvez en profiter pour mettre à jour l'article du wiki sur le problème du réchauffement climatique ou bien les rejets de CO2


La modération

:)

Publié : 20 mai 2007, 00:46
par phyvette
Cher Lama

Voila des données factuelles toutes fraîches sur le bilan sources/puits de carbone, ou l'on constate que les émissions fossiles on plus que triplaient en 45 ans . L'article précise les inquiétudes du GIEC sur la pérennité des puits de carbone continentaux , la biosphère devenant a la fin du siècle une source de CO2, quand les océans pennants a absorbé les quantités actuel par saturation de CO2 et baisse de la circulation océanique.

Image

Phyvette

Publié : 20 mai 2007, 01:31
par phyvette
Lelama a écrit :Quelqu'un pour donner les chiffres exacts ? Quel est le rapport entre le co2 emis et celui absorbable par la terre ?
Un autre graphe , Lama de la même source sur les perturbations anthropiques du cycle du carbone, qui répond a ta question d'il y a qq jours


Image


Phyvette

Publié : 20 mai 2007, 08:29
par GillesH38
Pour etre un peu plus technique, pour ceux qui sont à l'aise avec les maths (comme Le Lama ;-) ).

La modélisation du CO2 se fait en considérant qu'il y a différents "puits" qui absorbent partiellement le CO2, avec des vitesses différentes (un peu comme une partie de la pluie ruisselle rapidement sur le sol, une autre d'évapore, une autre péentre dans le sol, etc...). Mathématiquement, cela revient à considérer que chaque tonne de CO2 émise donne une variation dans l'atmosphère modélisée par une somme d'exponentielles décroissantes A0+SOMME (Ai exp(-t/ti)). Le terme constant A0 correspond au CO2 qui ne sera jamais absorbé, et les termes Ai représentent les fractions absorbées par les différents puits qui absorbent avec des temps caractéristques ti.

Le probleme des climatologues est de déterminer les valeurs de Ai et des ti. Ca se fait par un mélange de modélisations, de mesures in situ, et d'approximation. Le gros probleme est qu'on mesure les Ai et les ti actuels, et on fait comme si ils ne changeront pas dans la futur : c'est l'approximation linéaire. Or il y a des rétroactions non lineaires qui font que si le CO2 augmente , la température augmente, et justement les Ai changent. Mais personne n'est vraiment capable de quantifier ce changement, parce que nos connaissances des milieux naturels est insuffisante pour prendre en compte ces effets non lineaires. On a des inquiétudes sur le fait que l'absorption par les océans et les forets semble diminuer plus vite que prévu, mais pas vraiment de certitude...

Publié : 22 mai 2007, 19:45
par nelson62
J'espère que c'est le bon fil...
Hausse inquiétante des émissions de CO2 dans le monde

Selon une étude scientifique américaine publiée hier, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) ont augmenté sur notre planète d'une façon inquiétante entre 2000 et 2004, soit un rythme trois fois supérieur à celui des années 1990.

L'étude publiée sur le site internet de la revue de l'Académie nationale des Sciences (PNAS) montre que ce principal gaz à effet de serre a augmenté de 3,1% par an au début des années 2000 contre un rythme de 1,1% par an dans les années 1990.

Les raisons de cette accélération est largement due à la hausse de la consommation d'énergie et à l'augmentation de carbone dans la production d'énergie.

"Malgré le consensus scientifique selon lequel les émissions de dioxyde de carbone affectent le climat, nous ne constatons pas de signes de progrès dans la gestion de ces émissions aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Dans de nombreuses parties du monde, nous reculons", souligne le principal auteur de cette étude, Chris Field, directeur du département sur l'écologie mondiale à la Carnegie Institution
:)

Source:enerzine :)

Publié : 22 mai 2007, 20:21
par rico
Ce matin aux info sur France 2 j'ai entendu ça :
"D'ici 2030 les émissions de CO2 pourraient augmenter de 57%".

Publié : 02 juin 2007, 20:10
par Blackdress
Une question idiote (désolé si c'est pas le bon fil) :

Qu'est-ce qui empêcherait de cultiver des plantes à forte teneur en carbone, de les récolter, les compacter et enfin les stocker dans des mines désaffectées ?

Ce serait plus stable que du CO2 stocké sous forme gazeuse non ?

Et pour le financement, eh bien... "yakataxer", un petit prélèvement mondial (comme ça pas de distorson de concurrence et de faux prétexte type OMC :smt077 ) sur les énergies fossiles ;)

Bon le mieux bien sur comme pour les biocarburants c'est de cultiver sur des surfaces non alimentaires, ou encore de cultiver des algues.

Publié : 03 juin 2007, 01:05
par phyvette
Blackdress a écrit :Qu'est-ce qui empêcherait de cultiver des plantes à forte teneur en carbone, de les récolter, les compacter et enfin les stocker dans des mines désaffectées ?
Qu'est-ce qui empêcherait ? Le coût bien sur et la complexité.
Il est beaucoup plus simple de séquestrer le CO2 et de l'injecter dans d'anciennes mines de sel , des dômes de sel, de nappes aquifères salines profondes , où le CO² est dissous dans l'eau. En combinaison avec le sel le CO² se transforme en calcaire. C'est ainsi que l'atmosphère primitive de la terre a peut se débarasser de ses 12% de CO² pour arriver au 0,03% actuel.

Phyvette

Publié : 03 juin 2007, 01:24
par Blackdress
Ah bon tant mieux alors.

Je pensais qu'on avait un "petit" problème avec l'emballement de la concentration de CO2 depuis le début du siècle, mais si on a la solution et qu'elle est simple et peu onéreuse à mettre en oeuvre je me rendors tranquille :-D

Plus sérieusement la captation + séquestration de CO2 gazeux semble plus difficilement réalisable que tu ne le laisses entendre.

A l'inverse, cultiver des plantes pour les stocker ensuite constituerait un débouché supplémentaire pour les agriculteurs, notamment dans les pays pauvres.

En un sens, la construction à base de bois rejoint cette vision.

Seule difficulté, la concurrence avec l'alimentaire et désormais les biocarburants.

Publié : 03 juin 2007, 01:40
par phyvette
Blackdress a écrit : Plus sérieusement la captation + séquestration de CO2 gazeux semble plus difficilement réalisable que tu ne le laisses entendre.
J'ai pas dis ça . La captation et séquestration du CO² dans les mines de sel ou des aquifères salines profondes est compliqué et cher .
Ta solution est très compliqué et très cher et irréaliste concernant les disponibilités de la SAU.

Phyvette

Publié : 03 juin 2007, 09:41
par Tiennel
Une seule centrale au charbon typique brûle dix tonnes de charbon à la minute. Il semble difficile de tenir un tel rythme d'absorption par des cultures environnantes.