Acidification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Acidification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par energy_isere » 27 mai 2008, 20:23

en Octobre 2005 on trouvait sur notre-planéte.info :
L'acidification des océans menace les organismes marins

Dans 50 à 100 ans, les squelettes externes de certains organismes marins pourraient commencer à se dissoudre et à ne plus pouvoir se former menaçant la vie marine.

La cause ? L'acidification de l'eau de mer, entraînée par l'absorption par les océans du dioxyde de carbone en augmentation dans l'atmosphère. Ces travaux, menés par une équipe internationale composée notamment de chercheurs de trois laboratoires français (1) sont publiés dans la revue Nature du 29 septembre 2005.
....
Voir l' article intégral ici : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_713.php


et bien, ca risque de s' accelerer dramatiquement, :shock: il y des mesures extrémement inquiétantes faites sur la cote Ouest des USA :
L’océan s’acidifie le long des côtes américaines

27 mai 2008

Une étude scientifique récente montre une acidification importante due au CO2 des eaux baignant la côte ouest du continent américain. « L’acidification des océans pourrait avoir une incidence sérieuse sur la vie marine du plateau continental dès maintenant, » avertissent les auteurs de l’étude. Les modèles climatiques prédisaient que ce phénomène ne serait pas observé avant la fin du siècle.

Sandi Doughton, Seattle Times, 25 mai 2008

Une équipe scientifique dirigée par des chercheurs de Seattle a été stupéfaite de découvrir que de vastes étendues d’eau de mer acidifiée sont déjà présentes le long de la côte Pacifique des USA en raison des émissions de gaz à effet de serre qui bouleversent l’équilibre chimique des océans.

Les modèles climatiques prédisaient que ce phénomène ne serait pas observé avant la fin du siècle.

Les mesures effectuées par les scientifiques sur le littoral, de l’île de Vancouver à la pointe de Baja en Californie, ont été publiées jeudi dans le journal en ligne Science Express. Elles apportent pour la première fois la preuve que les eaux acidifiées ont atteint le plateau continental où vivent la plupart des espèces maritimes.

Au nord de la Californie, l’eau chargée en acide n’était distante que de quatre milles marins de la côte [1].

........... suite
long article du Seattle Time (sur la cote Ouest donc) traduit sur contreinfo : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2011

On est sacrément mal barré. 8-[

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par energy_isere » 27 mai 2008, 20:27

Voir aussi le sujet "Acidification de l’océan" dans le Wikipedia en Français :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Acidificat ... oc%C3%A9an


Mieux traité et avec plein de references dans la version Anglaise de Wikipédia "Ocean acidification" :

http://en.wikipedia.org/wiki/Ocean_acidification


et en Europe il y a un programme de recherche sur l' acidification des océans qui va démarer.

Le programme EPOCA (European Project on Ocean Acidification) sera lancé à Nice le 10 juin 2008. EPOCA vise à mieux comprendre l'acidification des océans, à étudier ses conséquences sur la biologie marine, les prédire pour le siècle à venir et surtout, émettre des recommandations vers les décisionnaires politiques. Coordonné par Jean-Pierre Gattuso, chercheur CNRS au Laboratoire d'océanographie de Villefranche-sur-mer (LOV(1)), ce programme réunit 27 partenaires, parmi lesquels le CNRS et le CEA, répartis sur 9 pays. Il bénéficie d'un budget de 16,5 millions d'euros sur 4 ans, dont 6,5 millions d'euros financés par l'Union européenne. Il y a quelques jours, nous nous faisions l'écho de résultats des scientifiques américains de la National Oceanic and Atmospheric Administration, sur ce même sujet de l'acidification des océans. Tout le monde sait que nous courons à la catastrophe si nous ne maîtrisons pas nos effluves carbonnées. Faut-il le prouver un peu plus ou employer toutes nos forces et tous nos budgets dans l'élaboration de solutions ? Notre lecteur, le scientifique lui même dont la vocation est de s'interroger, ne nous en voudra pas de notre impatience. Nous reconnaissons par ailleurs que sans les chercheurs, nous ne serions pas mobilisés pour la planète comme nous le sommes. Ci-après le texte intégral du communiqué du CNRS sur le programme EPOCA.

Plus de 71% de la surface de la Terre est recouverte par des océans qui abritent une faune et une flore d'une diversité incroyable. Ils jouent un rôle essentiel dans la régulation du climat et du dioxyde de carbone (CO2), l'un des principaux gaz à effet de serre. Au cours des 200 dernières années (depuis le début de l'ère industrielle), ils ont absorbé le tiers du gaz carbonique produit par les activités humaines, soit 120 milliards de tonnes. Sans cette faculté, la quantité de CO2 restant dans l'atmosphère et ses conséquences sur le climat seraient sans nul doute beaucoup plus importantes.

C'est ainsi que chaque jour, plus de 25 millions de tonnes de gaz carbonique se combinent avec l'eau de mer. Mais les océans n'en ressortent pas indemnes. La dissolution du CO2 dans l'eau de mer entraîne la formation d'acide carbonique associée à une diminution du pH (mesure de l'acidité(2)). Appelé acidification de l'océan, ce phénomène risque de se poursuivre pour atteindre des valeurs de pH qui n'ont pas été observées depuis au moins 20 millions d'années.

Les conséquences de cette injection massive de CO2 dans l'océan n'ont commencé à être étudiées qu'à partir de la fin des années 1990(3) et restent méconnues. Parmi les plus probables : la diminution de la croissance des organismes à squelette calcaire (coraux, mollusques, algues…)(4). Documenter davantage la question de l'acidification de l'océan est un réel enjeu environnemental en raison des risques qu'elle présente sur certaines espèces.

EPOCA doit permettre de comprendre les effets de l'acidification de l'eau de mer ainsi que son impact sur les organismes et les écosystèmes marins. Plus précisément, ce programme entend poursuivre quatre objectifs :

- documenter les modifications chimiques et la distribution des espèces. Des méthodes de paléo-reconstruction seront utilisées sur différents organismes marins, tels les foraminifères et les coraux profonds, afin de déterminer les fluctuations chimiques passées de l'océan, puis de les comparer aux observations actuelles.

- préciser la réponse des organismes et des écosystèmes à l'acidification de l'océan. Des approches physiologiques, biochimiques et écosystémiques, associées à des expériences en laboratoire, permettront de quantifier les réponses biologiques à ce phénomène et d'évaluer la capacité d'adaptation des organismes étudiés (parmi lesquels phytoplancton, zooplancton et mollusques(5)).

- prédire des réponses de l'océan d'ici 2100 à l'acidification de l'eau de mer. Une attention particulière sera apportée aux changements éventuels des cycles du carbone, de l'azote, du fer et du soufre.

- estimer les incertitudes et les risques associés à l'acidification des océans de l'échelle cellulaire à une échelle globale, en passant par celle de l'écosystème. Les chercheurs tenteront de déterminer comment éviter ces menaces.
http://www.ddmagazine.com/Actus/Toujour ... sions.html

Pepe de Bienvenida
Kérogène
Kérogène
Messages : 34
Inscription : 23 oct. 2007, 12:20
Localisation : Surin 79

Emissions humaines de CO2 et acidification des océans

Message par Pepe de Bienvenida » 25 juil. 2008, 21:35

http://www.cirs.fr/breve.php?id=939

à retenir: les océans ont contribué à l'absorption du CO2 que nous avons produit; mais ce n'est pas sans conséquences sur leur chimie: acidification progressive mettant en péril (en tout cas le principe de précaution devrait s'appliquer) la calcification des squelettes d'animaux marins. Donc, le CO2, ce n'est pas que le réchauffement climatique.

Misèèère, misèèère, quelqu'un a-t-il une bonne nouvelle (en dehors d'un plongeon de la bourse)?
Le Peuple n'a plus de pain, qu'il mange décroissant

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par rico » 26 juil. 2008, 11:54

Misèèère, misèèère, quelqu'un a-t-il une bonne nouvelle (en dehors d'un plongeon de la bourse)?
J'en ai une : quand tout sera mort, qu'il n'y aura plus rien à détruire, alors il n'y aura plus d'autre destruction possible. Même une pente descendante n'est pas éternelle génial non? Une fois au fond du gouffre on ne peut espérer descendre plus bas. La deuxième bonne nouvelle c'est que la fin suprême n'est plus très loin...

Pura Vida
Condensat
Condensat
Messages : 552
Inscription : 21 mars 2006, 21:38

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par Pura Vida » 27 déc. 2008, 10:36

L'acidificaton des océans semble de moins en moins localisée, voir

http://www.lefigaro.fr/vert/2008/12/22/ ... nique-.php

Patrik
Kérogène
Kérogène
Messages : 62
Inscription : 06 déc. 2007, 17:10
Contact :

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par Patrik » 01 févr. 2009, 15:44

Apparemment, ce serait pire que prévu :

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2541
Les scientifiques appellent à une action urgente sur l’acidification des océans

« Nous, scientifiques qui nous sommes réunis à Monaco pour rassembler les connaissances sur l’acidification des océans, déclarons que nous sommes profondément préoccupés par les récentes évolutions rapides de la chimie des océans et de leurs potentiels à affecter dans quelques décennies les organismes marins, les réseaux alimentaires, la biodiversité et les pêcheries. » L’évolution des niveaux d’acidité est à l’heure actuelle 100 fois plus rapide que la variabilité naturelle, avertissent les signataires de la « Déclaration de Monaco ». Ne nous y trompons pas. Dans le coup de dé qui a présidé à l’apparition de la forme de vie que nous connaissons sur terre, l’équilibre complexe et variant des forces de la « macro-chimie » à l’oeuvre sur la planète a joué un rôle déterminant. Ayant désormais acquis grâce à notre maîtrise de l’énergie qui décuple nos forces et notre empreinte - et la multiplie par notre nombre - une capacité à modifier en profondeur ces réglages fins, résultats de processus s’étant déroulés sur des millions d’années et sur lesquels le vivant avait patiemment construit son empire, c’est la vie dans son entier que nous mettons en péril.
Au vu des graphiques proposés, 2050 sera très critique, mais 2100 battra tous les records. Reste à savoir s'il restera au moins UNE espèce animale encore en vie ....

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15070
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par GillesH38 » 01 févr. 2009, 16:01

L'article original de Orr et al. (Nature 2005) est disponible la (cliquer sur le lien en pdf)

http://www.ipsl.jussieu.fr/~jomce/acidification/

l'article mentionne avec raison que les résultats dépendent essentiellement de la concentration en CO2, donc du scénario d'émission (comme il s'agit d'un équilibre chimique direct avec le CO2, il est beaucoup moins sensible aux hypothèses sur les nuages, les rétroactions, etc... que les températures de surface).

Un petit espoir : le seuil critique semble etre autour de 600 ppm, et les scénarios les plus economes (type B1 ) restent en dessous. Encore une fois, les cartes retenues pour le grand public sont celles de scénarios plutot "BAU" - qui ne prévoient aucune pénurie de fossile jusqu'en 2100. Les scénarios fondés sur un PO précoce et des réserves de charbon egalement limitées à la fourchette basse conventionnelle restent dans les clous du B1, et meme en dessous (je rappelle que le GIEC n'envisage JAMAIS aucun scénario avec une décroissance économique, encore moins un effondrement de la société !!)
The largest uncertainty by far, and the only means to limit the future decline in ocean ½CO2 is the atmospheric CO2 trajectory. To better characterize uncertainty due to CO2 emissions, we compared the six illustrative IPCC Special Reports on Emission Scenarios (SRES) in the reduced complexity, Physics Institute University of Bern (PIUB)-Bern model. Under the moderate SRES B2 scenario, average Southern Ocean surface waters in that model become undersaturated with respect to aragonite when atmospheric CO2 reaches 600 p.p.m.v. in the year 2100 (Fig. 5). For the three higher-emission SRES scenarios (A1FI, A2 and A1B), these waters become undersaturated sooner (between the years 2058 and 2073); for the two lower-emission scenarios (A1T and B1), these waters remain slightly supersaturated in 2100. Thus, if atmospheric CO2 rises above 600 p.p.m.v., most Southern Ocean surface waters will become
undersaturated with respect to aragonite.
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Avatar de l’utilisateur
ticaribou
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1057
Inscription : 14 juin 2007, 11:06

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par ticaribou » 02 févr. 2009, 23:31

vous rajoutez à tout ça une fertilité en berne avec toutes les saloperies qu'on mange, les cancers et autres maladies sympas, avec un peu de chance les hommes vont finir par disparaitre à cause d'eux-mêmes avant qu'on ait exterminé toutes les espèces animales et végétales. ok c'est cynique mais à souhaiter pour la planète !
Image

Avatar de l’utilisateur
eric cartman
Kérogène
Kérogène
Messages : 28
Inscription : 02 déc. 2007, 20:06
Localisation : nantes

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par eric cartman » 08 févr. 2009, 16:41

encore des articles très intéressants!!! Merci!

Il semble qu'en bcp de points (Pic pétrolier, RC, acidification des océans donc...) 2020/2030 soient des années ou le seuil devient critique.
Véritablement en tout point j'ai l'impression que ca va être le début de l'effondrement de nos civilisations occidentales. :? :-({|=
"Here lies civilizations, epitaph for a slaugthered world. Here lies civilisations, the remains of a butchered earth"

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par Krom » 08 févr. 2009, 18:46

ticaribou a écrit :vous rajoutez à tout ça une fertilité en berne avec toutes les saloperies qu'on mange, les cancers et autres maladies sympas, avec un peu de chance les hommes vont finir par disparaitre à cause d'eux-mêmes avant qu'on ait exterminé toutes les espèces animales et végétales. ok c'est cynique mais à souhaiter pour la planète !
A souhaiter pour la planète? Elle ne va pas s'effriter comme ça!

Avatar de l’utilisateur
ticaribou
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1057
Inscription : 14 juin 2007, 11:06

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par ticaribou » 08 févr. 2009, 19:34

s'effriter, non
mais la petite grenouille c'est une victime de nos agissements
alors, que les coupables s'auto-détruisent, après tout why not, mais la grenouille n'a rien demandé. Dans un bouquin de jean marie pelt, on voit bien jusqu'à la lutte d'un arbre pour enserrer un autre et finir par prendre sa place. C'est la base même de toute vie sur terre. Mais nous on a le pompon, non pas pour détruire un individu dans une espèce, mais éteindre des espèces complètes !
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par energy_isere » 09 mars 2009, 18:50

La biologie marine bouleversée par les émissions de CO2

LE MONDE | 09.03.09

Le CO2 ne menace pas seulement le climat, il dégrade aussi les océans : en absorbant une part du carbone atmosphérique excédentaire, les mers tendent à devenir de plus en plus acides. Un phénomène qui pourrait à l'avenir fragiliser certaines espèces formant la base de la chaîne alimentaire. Des travaux publiés, dimanche 8 mars dans la revue Nature Geoscience, suggèrent que ces bouleversements, prévus par les expérimentations en laboratoire, sont en cours et que leur magnitude est déjà importante.

Lorsque les eaux océaniques deviennent plus acides, certains organismes - en particulier planctons et coquillages - ont plus de difficultés à former leur exosquelette de calcaire ou leur coquille. Depuis le début de l'ère industrielle, le pH moyen des océans a chuté environ de 0,1 point, mais l'incidence de cette variation sur le vivant est délicate à évaluer.

William Howard (Antarctic Climate and Ecosystems Cooperative Research Centre, Australie) et ses coauteurs sont parvenus à comparer des foraminifères actuels - une vaste famille de planctons unicellulaires - à leurs semblables fossiles, extraits de carottes sédimentaires prélevées dans l'océan Austral. Les chercheurs constatent qu'en moyenne, la masse des minuscules enveloppes calcaires de ces micro-organismes est aujourd'hui jusqu'à 30 % à 35 % inférieure à ce qu'elle était au cours de l'Holocène - c'est-à-dire les 10 000 dernières années. "Cela est cohérent avec une réduction de "calcification" induite par l'acidification de l'océan", écrivent les auteurs.

La fragilisation du plancton peut avoir des conséquences importantes. Non seulement celui-ci forme les bases de la chaîne alimentaire océanique mais il participe à absorber le CO2 atmosphérique par photosynthèse. La réduction de son activité pourrait impliquer l'affaissement de l'activité biologique de l'océan dans son ensemble. D'où un impact sur les ressources halieutiques et sur la conchyliculture, etc.

Les résultats présentés par les océanographes australiens fournissent la première preuve expérimentale que l'augmentation de la teneur atmosphérique en CO2 - 386 parties par millions (ppm) aujourd'hui contre 270 ppm avant l'ère industrielle - produit d'ores et déjà un impact fort sur les écosystèmes marins.

Cela n'allait pas de soi. En effet, la capacité à calcifier des organismes calcaires change en fonction de l'acidité du milieu mais aussi de sa richesse en nutriments, de sa température, de sa salinité, etc. Et certaines expériences in vitro ont donné des résultats surprenants, certaines suggérant même que des planctons se portaient mieux dans un milieu plus acide. Ainsi, par exemple, de certains coccolithophoridés, une autre famille de planctons...

Du coup, avoir la certitude que les changements mesurés par William Howard et ses coauteurs sont bel et bien dus au CO2 émis par l'homme est chose difficile. Mais les auteurs avancent un autre résultat à l'appui de leurs conclusions. Ils ont ainsi examiné les variations - ténues - de masse de Globigerina bulloides (un foraminifère) sur une période de cinquante mille ans et les ont mises en parallèle avec les fluctuations de la concentration atmosphérique en CO2 intervenues sur la même période. Celles-ci sont données par les carottes de glace prélevées sur le continent Blanc. Résultat : la corrélation est très forte. Plus le CO2 est élevé, plus la masse de l'enveloppe de bulloides est faible. La composition de la basse atmosphère se répercute invariablement et rapidement sur la biologie de l'océan.

Encore très peu étudiée voilà seulement cinq ans, l'acidification des océans est aujourd'hui au centre de nombreux programmes de recherche. Le pH moyen des eaux de surface, qui était de 8,2 environ avant l'ère industrielle, devrait atteindre 7,8 à 7,9 à la fin du siècle. Les spécialistes s'accordent pour dire que de tels niveaux d'acidité n'ont jamais été atteints au cours du million d'années écoulé.

Mais, là encore, la science est jeune et les incertitudes sont importantes. Ainsi, des mesures menées par Timothy Wootton (université de Chicago) et publiées fin 2008 par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) ont montré qu'au cours de la décennie écoulée, certaines eaux côtières du Pacifique se sont acidifiées à un rythme 10 à 20 fois supérieur à ce qu'attendaient les chercheurs.

Stéphane Foucart

fuste23
Condensat
Condensat
Messages : 701
Inscription : 22 oct. 2007, 20:51

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par fuste23 » 10 mars 2009, 18:46

L’acidité des océans va atteindre un niveau ayant provoqué des extinctions de masse, avertissent les scientifiques
contre info a écrit :Les scientifiques réunis à Copenhague en préparation au sommet sur le climat qui s’y tiendra en décembre prochain avertissent que si rien n’est fait, l’acidification des océans due aux émission de CO2 va atteindre un niveau « dangereux », jamais observé depuis 65 millions d’années.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Acification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par energy_isere » 28 sept. 2009, 11:29

La hausse de la concentration de CO2 compromet la vie dans les océans

Les 30 % de CO2 émis par l'homme, qui sont captés par les océans, ne sont pas sans influence sur leur composition chimique. En effet, on sait depuis plusieurs années que les 25 millions de tonnes de gaz carbonique, qui se combinent chaque jour avec l’eau de mer, sont à l'origine d'un phénomène d'acidification des eaux océaniques qui rend plus difficile la fabrication de calcaire par les organismes marins tels que les coraux, les algues, le phytoplancton ou même les moules.

Toutefois, cette acidification ne se produit pas d'une manière homogène dans la colonne des eaux océaniques. Le phénomène est plus important dans les profondeurs, là où se trouvent les plus fortes concentrations de CO2. Pour cette raison, des chercheurs du laboratoire d'océanographie de Villefranche (CNRS / UPMC) se sont intéressés à l'impact d'une diminution du pH de l'eau sur des organismes calcificateurs qui y vivent.
C'est dans ce cadre qu'ils ont constaté que les ptéropodes (escargots marins nageurs, photo ci-contre) voient leur coquille calcaire se constituer 30 % moins vite lorsqu'ils sont maintenus dans une eau de mer ayant les caractéristiques attendues en 2100 (1). De même, les coraux profonds pourraient voir une chute de leur croissance encore plus forte (- 50%), comme pour celle mise en évidence pour le corail Lophelia pertusa.

Pour les chercheurs, la perturbation à venir, du développement de ces organismes des profondeurs, aura une influence directe sur l'ensemble de la chaîne alimentaire qui repose sur les ptéropodes et sur les espèces qui profitent de l'écosystème induit par la présence des coraux.

Pascal Farcy

1- Au rythme des émissions actuelles de CO2, on estime que le pH diminuera de 0,4 unité d’ici 2100, ce qui représente un triplement de l’acidité moyenne des océans, une première dans les 20 millions d’années passées. Ce phénomène ne pourra être contrôlé qu’en limitant les concentrations futures de CO2 dans l’atmosphère.
http://www.univers-nature.com/inf/inf_a ... gi?id=3919

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15070
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Acidification des océans à cause du CO2 atmosphérique

Message par GillesH38 » 28 sept. 2009, 11:36

C'est dans ce cadre qu'ils ont constaté que les ptéropodes (escargots marins nageurs, photo ci-contre) voient leur coquille calcaire se constituer 30 % moins vite lorsqu'ils sont maintenus dans une eau de mer ayant les caractéristiques attendues en 2100 (1). De même, les coraux profonds pourraient voir une chute de leur croissance encore plus forte (- 50%), comme pour celle mise en évidence pour le corail Lophelia pertusa. ....
1- Au rythme des émissions actuelles de CO2, on estime que le pH diminuera de 0,4 unité d’ici 2100, ce qui représente un triplement de l’acidité moyenne des océans, une première dans les 20 millions d’années passées. Ce phénomène ne pourra être contrôlé qu’en limitant les concentrations futures de CO2 dans l’atmosphère.
je vais demander une loi pour qu'on précise à chaque fois avec quel scénario de consommation on évalue la situation "en 2100" !!! "au rythme des émissions actuelles" est particulièrement ambigu, je suppose que ça signifie en extrapolant la CROISSANCE des émissions jusqu'en 2100 !!

(ce qui signifierait en fait probablement que le monde entier aurait le niveau de vie moyen des américains actuels ... Et evidemment aucun pic fossile à l'horizon.... :shock: )
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Répondre