Conséquences des déchets plastiques

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 07 janv. 2019, 18:35

suite de ce post du 10 sept 2018 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 4#p2272054
Pollution : The Ocean Cleanup contraint à l’arrêt après une avarie

Publié le 07/01/2019 lemarin.fr

Quatre mois après son lancement au large de San Francisco, le projet The Ocean Cleanup va devoir s’interrompre. La barrière imaginée par le jeune néerlandais Boyan Slat pour nettoyer l'océan du plastique s'est brisée.

Image

L’organisation espère construire 60 barrières flottantes qui seraient remorquées jusqu’au continent de plastique d’ici à 2020 afin de lancer la véritable opération de nettoyage. (Photo : DR)
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... -apres-une

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9807
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par mobar » 15 janv. 2019, 07:42

La solution de la pollution des océans par les plastiques n'est pas en mer, elle est à terre
https://www.institut.veolia.org/sites/g ... tiques.pdf
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7658
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par phyvette » 15 janv. 2019, 14:45

Bah, et le "Génie Humain" ?
Y'a bien une start-up génial qui va nous transformer tout ce plastique en biocarburant, non ?
Et on repartira comme en 14 pour un siècle de crôassance frénétique...
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 16 janv. 2019, 20:52

Plastiques : le nettoyage du Pacifique à l’arrêt.
La barrière flottante de 600 mètres de long mise à l’eau par le fondateur de l’ONG The Ocean Clean Up Boyan Slat a subi une grave avarie.


Le Monde 16/01/2019

Le grand ménage de la masse de déchets du Pacifique nord, entre la côte californienne et Hawaï, est ajourné. Boyan Slat, l’entrepreneur néerlandais de 24 ans qui avait formé l’ambitieux projet d’en nettoyer « la moitié » en cinq ans, a révélé, fin décembre 2018, l’existence d’une avarie sur le dispositif qu’il a imaginé pour y parvenir.

Une section de 18 mètres et des cadres stabilisateurs situés à une extrémité de son invention – un pipeline flottant de 600 mètres de long – se sont désolidarisés, « probablement à cause d’une usure du matériel », a-t-il expliqué sur le site de son ONG, The Ocean Cleanup. Repêché et embarqué sur un navire de ravitaillement, son piège à déchets – équipé de lampes à énergie solaire, d’un système anticollision, de capteurs, de caméras et d’antennes satellites qui lui permettent de signaler en permanence sa position – est en route vers la ville portuaire d’Hilo, dans l’île d’Hawaï – un trajet de 1 300 kilomètres –, pour y être réparé et optimisé.

Cette barrière flottante, appelée System 001 ou Wilson, forme un « U » géant, avec une jupe immergée à 3 mètres de profondeur. Elle est censée se déplacer sous l’action du vent et des vagues pour capturer des déchets en plastique et autres objets (en bois par exemple) à la dérive dans le « Great Pacific Garbage Patch » (GPGP), plus communément connu sous le nom de « continent de plastique ».

(suite abonés)
https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... L-32280539

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5189
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par Raminagrobis » 22 févr. 2019, 15:27

Lien
Une alternative à la paille en plastique : revenir à la "vraie" paille, c'est à dire celle en paille.
C'est ce que lancent deux entrepreneurs normands.

Le produit n'est pas si trivial qu'il n'en a l'air, car il faut transformer la paille brute (c'est du seigle) en un produit aseptique, qui conserve assez longtemps, et ce pour pas cher, il y a quelques procédès à la clé.

Ils risquent gros : ils peuvent se faire un max de blé, comme ils peuvent se retrouver sur la paille :-P
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7658
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par phyvette » 22 févr. 2019, 16:21

Oui mais, si ça marche, ils ne vont pas chaumer.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1620
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par ni chaud ni froid » 22 févr. 2019, 17:46

Certes, mais c'est pas la peine d'en faire tout un foin.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 10 mars 2019, 20:54

Deux fois plus de déchets plastique dans les océans d'ici 2030, alerte le WWF !

7 mars 2019

Dans un rapport alarmant, le WWF met en garde contre une aggravation de la pollution plastique, dont la quantité dans les océans, déjà inquiétante, pourrait doubler au cours de la prochaine décennie. L'ONG appelle à agir sans plus tarder pour enrayer cette crise mondiale.

D'ici 2030, la production mondiale de déchets plastique pourrait augmenter de 41 % et la quantité accumulée dans l'océan pourrait doubler. En cause, notre système de production, d'utilisation et d'élimination du plastique, système défaillant dans lequel aucun acteur n'est tenu pour responsable. Dans son dernier rapport « Pollution plastique, à qui la faute ? », le WWF tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme et formule des propositions pour sortir de cette crise mondiale.

Une pollution plastique incontrôlable

Plus de 310 millions de tonnes de plastique ont été générées en 2016, dont un tiers se sont retrouvées dans la nature. Le constat est accablant et les conséquences dramatiques pour l'environnement, la santé humaine et l'économie. L'impact sur la biodiversité est particulièrement frappant : à ce jour, plus de 270 espèces ont été victimes d'enchevêtrement et plus de 240 ont ingéré du plastique.

Si rien n'est fait, la production mondiale de déchets plastique pourrait augmenter de 41 % d'ici 2030 et la quantité accumulée dans l'océan pourrait doubler d'ici 2030 et atteindre 300 millions de tonnes. Les émissions de CO2 résultant du cycle de vie du plastique devraient augmenter de 50% tandis que celles issues de l'incinération de plastiques devraient tripler d'ici 2030.

À qui la faute ?
En cause, un système défaillant, où le coût de la pollution plastique n'est pas supporté par les acteurs qui tirent profit de sa production et de son utilisation. Ainsi, il est moins coûteux de rejeter les déchets dans la nature que de gérer leur fin de vie. Cette absence de responsabilité a conduit à la situation actuelle de production insoutenable et de pollution croissante.

Les pays à revenu élevé ont une part de responsabilité considérable dans cette crise mondiale : ils produisent 10 fois plus de déchets par personne que les pays à faible revenu et exportent entre 10 et 25 % de ces déchets. La France fait partie des plus gros consommateurs de matières plastiques et est l'un des pires élèves européens en matière de recyclage du plastique (seulement 21%).

Zéro plastique en 2030 : un scénario possible
Heureusement, un autre horizon est possible : celui d'une nature sans plastiques. L'étude détaille le chemin à suivre pour mettre fin à la pollution plastique dans la nature en 2030. Cela passe notamment par :

La réduction de 28 % de la production de plastique par rapport à 2016 ;
L'élimination progressive du plastique à usage unique ;
La collecte de 100 % de nos déchets et le recyclage de 60 % des déchets collectés.
Pour y parvenir, des solutions existent déjà et doivent être renforcées, soutient le WWF, qui encourage tous les acteurs (gouvernements, entreprises et citoyens) à agir.
https://www.futura-sciences.com/planete ... wwf-56418/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 15 avr. 2019, 23:01

Pyrénées: Il pleut (et il neige) du plastique dans les montagnes de l'Ariège révèlent des scientifiques

Le 15/04/19

Des chercheurs ont retrouvé une quantité «non négligeable» de microplastiques dans un coin des Pyrénées ariégeoises censé être épargné par ce type de pollution

Normalement, une escapade en montagne est synonyme de grand bol d’air pur. Mais les apparences sont parfois trompeuses et la neige moins immaculée qu’elle n’en a l’air. Dans un article publié ce lundi dans la revue Nature Geoscience, des chercheurs de Toulouse, Orléans et Strathclyde (en Ecosse) démontrent qu’il pleut et qu’il neige du plastique, en quantité « non négligeable », dans les Pyrénées ariégeoises. Il s’agit plus exactement de chutes de microplastiques, des particules de moins de 5 millimètres, invisibles à l’œil nu.

Pour prélever leurs échantillons, durant cinq mois d’hiver, les scientifiques ont pris pourtant soin de sélectionner un coin supposé être à l’abri des activités humaines et industrielles. Il est situé à plus de 5 km de tout village et à 120 km de Toulouse, qui plus est en pleine zone Natura 2.000.

Origine mystérieuse
En dépit de cet isolement, les chercheurs ont décompté « plus de 365 particules de microplastiques par mètre carré et par jour ». Un niveau qu’ils n’avaient pas anticipé. « Il est étonnant et inquiétant de voir autant de particules trouvées sur le site des Pyrénées », souligne Steve Allen, chercheur associé au laboratoire EcoLab de Toulouse (CNRS- Université Paul-Sabatier, Insat) et doctorant à l’université de Strachclyde.

L’équipe a acquis la certitude que les fameux microplastiques ont été transportés là par le vent, « au moins sur une centaine de kilomètres ». Mais elle n’est pour l’heure pas en mesure de localiser leur source.

« Les facteurs de dégradation du plastique sont assez bien connus, mais les facteurs et les mécanismes de transport des microplastiques apparaissent complexes et constituent un nouveau domaine de recherche », souligne Deonie Allen d’EcoLab, coautrice de l’article.
https://m.20minutes.fr/amp/a/2497255

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 21 mai 2019, 02:11

« Tara » part traquer les plastiques aux embouchures des fleuves européens

Publié le 20/05/2019 le main. Fr

Après avoir navigué à la recherche de microplastiques en mer Méditerranée puis dans l’océan Pacifique nord, la goélette Tara repartira le jeudi 23 mai pour une mission de six mois visant à identifier les sources de la pollution plastique à l’embouchure de dix fleuves européens.
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... es-fleuves

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 22 mai 2019, 10:16

Il y a plus de 400 millions de débris plastique sur ces îles australiennes

17 mai 2019 sciencepost

Une récente étude estime à 414 millions le nombre de débris plastique jonchant les plages des îles Cocos, en Australie. Et les chercheurs n’ont gratté que la surface.

Bienvenue sur les plages des îles Cocos, un groupe de 27 atolls peuplés de quelques centaines d’habitants, à 2 100 km à l’ouest de l’Australie. Vous retrouverez ici du sable blanc, mais pas que. Plus de 400 millions de débris (238 tonnes de plastique), dont 977 000 chaussures et 373 000 brosses à dents joncheraient en effet les sols, nous révèle une étude publiée dans la revue Scientific Reports. Et ce n’est que le sommet de l’iceberg. Plusieurs centaines de tonnes de plastique nous échappent encore.

Une estimation prudente

Pour en arriver à ces résultats, des chercheurs de l’Université de Tasmanie ont prélevé des échantillons plastique le long de 15 transects sur les plages. Ils ont creusé jusqu’à 10 centimètres de profondeur dans le sable en différents points, et ont répertorié les quantités de débris de plastique trouvés. Ces recherches ont finalement abouti à la découverte de 23 227 débris plastique. En extrapolant à l’ensemble des plages présentes sur ces îles, les chercheurs estiment alors à 414 millions le nombre de pièces en plastique recouvrant les lieux. On apprend également que 93% de ces déchets reposent sous la surface, formant un nouveau type de substrat rocheux.

« La pollution par les plastiques est désormais omniprésente dans nos océans et les îles éloignées sont un endroit idéal pour avoir une vue objective du volume de débris de plastique qui entoure actuellement le globe, explique Jennifer Lavers, principale auteure de l’étude. Notre estimation de 414 millions de pièces de plastique est prudente car nous n’avons échantillonné qu’à une profondeur de 10 centimètres. Et n’avions pas accès à certaines plages connues pour être des points chauds pour les débris ».


Se détacher du plastique

On apprend également que le plastique de ces îles est essentiellement constitué d’articles de consommation à usage unique. Sont ici retrouvés des capsules de bouteille, des pailles, ou encore des millions de chaussures et de tongs. Ces tonnes de débris viennent de très loin, peut-on lire, et s’accumulent sur ces îles “sauvages” où ils ne sont pas nettoyés. Un constat amer, qui prouve une fois de plus la nécessité urgente pour l’Homme de se détacher du plastique.

Problème, la production ne cesse de croître. Annett Finger, co-auteure de l’étude, rappelle en effet que près de la moitié de la production de plastique produite au cours des 60 dernières années a été fabriquée au cours de ces 13 dernières années. « On estime qu’environ 12,7 millions de tonnes de plastique ont pénétré dans nos océans rien qu’en 2010, avec environ 40 % des plastiques entrant dans le flux de déchets l’année de leur production, dit-elle. En raison de la croissance des plastiques grand public à usage unique, on estime qu’il y a maintenant 5,25 milliards de morceaux de plastique dans les océans ».
https://sciencepost.fr/2019/05/il-y-a-p ... raliennes/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 23 mai 2019, 14:23

En vidant un poisson, un chef découvre des morceaux de plastique
VIDÉO. Cinq bouchons de bouteille, plusieurs morceaux de plastique et un bout de peigne. Voici ce qu'a retrouvé un cuisinier dans l'estomac de son poisson.

Par Le Point.fr le 23/05/2019

Cinq bouchons de bouteille, deux morceaux de sac, un bout de peigne et quelques autres petits débris de plastique... Voilà ce qu'a découvert Ricardo Muñoz Zurita, un célèbre chef mexicain, en vidant un poisson qu'il allait préparer pour les clients de son restaurant. Dans une vidéo qu'il a publiée sur son compte Twitter, le cuisinier retire les détritus du ventre de l'animal pendant plus d'une minute. Et de se fendre d'un commentaire : « C'est tout ce que l'on a pour voir comment le monde va mal. »

........
https://www.lepoint.fr/societe/en-vidan ... 669_23.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 27 mai 2019, 19:16

Corse : un bateau antipollution en projet pour nettoyer l’îlot de plastique

Leparisien.fr Pierre Santini 27 mai 2019

Des milliers de tonnes de déchets plastiques naviguent dans la mer Tyrrhénienne, entre la Corse et l’île d’Elbe. Une pollution alarmante, mais qui n’étonne pas les spécialistes. Certains ont décidé d’agir…

Tout a commencé par un article paru dans la presse italienne : « Des tortues retrouvées mortes sur une plage de l’île d’Elbe, l’estomac rempli de plastique ». Après de rapides recherches, un immense îlot de plastique a été localisé au large. Flottant sur plusieurs kilomètres.

Très vite, l’information a traversé la mer pour arriver sur l’île de Beauté. « Le canal de Corse, c’est la plus forte densité de déchets plastiques dans le monde. Jusqu’à quatre fois supérieure à celle observée dans le Pacifique, explique Pierre-Ange Giudicelli, de l’association environnementale Mare Vivu. En raison des courants qui remontent vers la Côte d'Azur, tous les déchets sont bloqués par les îles de l’archipel toscan. »

Selon les experts, 85 % des déchets en mer proviennent de la terre. À ce rythme, sans prise de conscience, la Méditerranée deviendra une immense décharge. « La pollution, ce n’est pas seulement la mauvaise carte postale avec les bouteilles en plastique échouées sur le sable blanc. C’est un enjeu de santé publique. Dans cet îlot de plastique, le plus grave c’est la partie immergée de l’iceberg avec toute une soupe de micro-plastique qui voyage sur d’énormes distances. L’ingestion de ces fragments par les plus petits organismes de la chaîne alimentaire représente un cocktail meurtrier de toxines. Les poissons se nourrissent de ces micro-organismes. Et les humains se nourrissent de ces poissons… »

Pour éviter un scénario catastrophe, l’initiative du « Corsican Blue Project » a été lancée par des ingénieurs officiers de la marine marchande. Leur idée : créer un bateau autonome, spécialiste de « l’antipollution ». « Nous sommes dans la phase technique d’ingénierie, en attente des premiers plans du cabinet d’architecture navale, précise Julien Torre, l’un des responsables. Notre navire hybride sera équipé pour récupérer les eaux usées, les traiter et les transformer en eau douce. Mais surtout pour collecter les déchets liquides et solides. »

Un outil révolutionnaire pour la protection environnementale. Mais la solution miracle n’existe pas. « Dès qu’il y a du plastique en mer, de la biodiversité se crée autour. Partir à l’abordage pour tout arracher serait catastrophique. Voilà pourquoi nos interventions se feront avec des scientifiques. »

En attendant de disposer de ce fameux bateau, le « Corsican Blue Projet » s’est associé avec des clubs de plongée. « Nous allons d’ailleurs effectuer une excursion avec nos partenaires pour tenter de localiser cet îlot de plastique. » Une mission délicate. La semaine dernière, la préfecture maritime a envoyé un avion de reconnaissance « Falcon 50 ». La recherche au-dessus de la mer Tyrrhénienne n’a rien donné. Le plastique nage vite. Très vite.
http://www.leparisien.fr/environnement/ ... D-32280599

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 28 mai 2019, 20:35

Plastique. La Malaisie va retourner à l’envoyeur des centaines de tonnes de déchets

Publié le 28 mai 2019 Le Télégramme

La Malaisie va retourner à l’envoyeur des centaines de tonnes de déchets plastique, affirmant mardi qu’elle ne voulait plus servir de décharge pour le monde entier.

Environ 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année, selon le Fonds mondial pour la nature (WWF). Et l’essentiel finit dans des décharges ou dans les océans, générant une pollution que la communauté internationale est actuellement incapable de gérer. La Chine a longtemps accepté les déchets plastiques du monde entier, avant de cesser soudainement l’an passé, citant des préoccupations environnementales. Plusieurs pays d’Asie du Sud-Est qui s’étaient placés sur le créneau laissé vacant par Pékin sont en train de renoncer.

« Nous exhortons les pays développés à cesser d’expédier leurs déchets dans notre pays », a déclaré la ministre malaisienne en charge de l’énergie, de l’environnement et des sciences Yeo Bee Yin. « Nous les retournerons sans pitié à leur pays d’origine », a-t-elle ajouté, après avoir inspecté plusieurs conteneurs remplis de déchets à Port Klang, le port le plus actif du pays. Les chiffres officiels indiquent que les importations de plastique par la Malaisie ont triplé depuis 2016 à 870 000 tonnes l’an passé.

« Nous ne nous laisserons pas intimider par les pays développés »
Cet afflux a entraîné une multiplication rapide du nombre d’usines de retraitement, opérant pour beaucoup sans permis et avec peu de considération pour la protection de l’environnement.

Yeo Bee Yin a promis de sévir contre les importations illégales et les usines sans agrément, en qualifiant de « traîtres » les Malaisiens impliqués dans cette activité. Elle a indiqué que 150 usines illégales de recyclage avaient été fermées. « La Malaisie ne sera pas la décharge du monde », a-t-elle dit. « Nous ne nous laisserons pas intimider par les pays développés. »

Le ministère a indiqué que 450 tonnes de déchets plastiques contaminés provenant d’Australie, du Bangladesh, du Canada, de Chine, du Japon, d’Arabie saoudite et des États-Unis seraient renvoyées. Les responsables du port ont fait état de défauts dans la déclaration de ces conteneurs, sans dire quand ils seraient réexpédiés.

« Les habitants se plaignent de crise d’asthme et de démangeaisons »
La Malaisie autorise l’importation de déchets plastique propres et homogènes à des fins de recyclage. Mais de plus en plus de voix demandent au gouvernement d’interdire les importations de tous les déchets plastiques quels qu’ils soient.

Lee Chee Kwang, de l’association Environnent Protection Agency Kuala Langat, a estimé que Kuala Lumpur avait « échoué misérablement » dans la gestion du problème. « Le gouvernement doit interdire l’entrée de tous les déchets plastique et les déclarer ennemis publics numéro un », a-t-il dit.

Joshua Tee, un représentant d’un village, a déclaré à l’AFP que 12 000 habitants de l’État de Selangor, dans le centre, avaient manifesté contre l’activité d’une usine de recyclage autorisée à opérer près de chez eux. « Les habitants se plaignent de crise d’asthme et de démangeaisons » a-t-il dénoncé. On estime à 9 % la quantité de plastique produite entre 1950 et 2015 qui a été recyclée.
https://www.letelegramme.fr/monde/plast ... 297069.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 03 juin 2019, 21:09

Indésirables en Asie, des déchets plastique occidentaux en mal de débouchés

AFP•03/06/2019

L'incinérateur ou la décharge: les pays occidentaux ont peu d'options dans l'immédiat pour gérer les déchets plastique qu'ils ne peuvent ou ne veulent pas recycler, et qui sont désormais indésirables en Chine et dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est.

Depuis que la Chine a fermé ses portes à certains déchets venus de l'étranger, le circuit du recyclage mondial peine à retrouver l'équilibre. Plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, qui s'étaient placés sur le créneau laissé vacant par Pékin, sont en train de renoncer.

"Le problème, c'est que les quantités en cause sont extrêmement importantes", a expliqué à l'AFP Arnaud Brunet, directeur général du Bureau international du recyclage (BIR) basé à Bruxelles.

Il y a eu un "engorgement des capacités techniques", ces autres pays asiatiques "ont été dépassés", ils ont également subi des "importations illégales", qui concernent notamment des "matières difficilement ou non recyclables", a-t-il détaillé.

Car, si les pays européens par exemple recyclent eux-mêmes certains déchets plastique considérés comme rentables - en particulier les bouteilles en PET transparent -, ils comptent sur l'exportation pour traiter les matières de "mauvaise qualité et à faible valeur", voire tout simplement "non recyclables", pointe un récent rapport du réseau d'ONG Alliance globale pour les alternatives à l'incinération (GAIA).

La Malaisie, qui autorise l'importation de déchets plastique propres et homogènes, figure parmi les premiers pays concernés. Elle vient d'avertir qu'elle retournera à l'envoyeur des centaines de tonnes de plastique contaminé, originaire de différents endroits dans le monde.

"Les mesures prises par le gouvernement malaisien soulignent l'importance du recyclage responsable, de l'utilisation des cahiers des charges et de la gestion des processus en aval", a commenté auprès de l'AFP Adina Renee Adler, de l'ISRI, qui regroupe les acteurs américains du secteur.

Comme la Chine et la Malaisie, la Thaïlande a elle aussi pris des mesures pour restreindre les importations de déchets plastique. Qui ont été redirigé vers des pays moins stricts, comme l'Indonésie et la Turquie, selon ce rapport.

"Certains pays deviennent malheureusement d'un coup les nouvelles décharges du monde, les nations les plus pauvres vont absorber les déchets pour lesquels elles touchent des revenus, mais subissent un coût environnemental et social", a indiqué à l'AFP Vincent Aurez, expert en économie circulaire du cabinet EY.

- Matériaux problématiques -

Face aux portes closes, les pays occidentaux disposent dans l'immédiat de peu de solutions pour gérer les déchets plastique considérés comme trop coûteux à recycler sur place. Autre problème: le manque de débouchés locaux pour la matière recyclée, auparavant incorporée dans les productions chinoises.

Les acteurs du recyclage occidentaux, qui subissent une accumulation de matières, vont certainement devoir incinérer ce surplus ou le mettre en décharge.

A plus long terme, "la solution, c'est de sortir par le haut, d'investir dans la recherche et le développement pour avoir des processus de tri plus fins, plus efficaces, afin de gagner en qualité et d'atteindre des niveaux acceptables par certains pays", a expliqué M. Brunet du BIR.

"Cependant, il faut aussi que les producteurs fassent leur part d'efforts en produisant plus en vue du recyclage", a-t-il ajouté, et ce au moment où l'industrie plastique reste florissante, malgré les critiques et mesures contraignantes.

En dix ans, la production mondiale de plastique est passée de 245 millions de tonnes à 348 millions de tonnes en 2017, selon les derniers chiffres de la fédération européenne PlasticsEurope.

Penser à la fin de vie du produit dès sa création, incorporer des matières recyclées dans sa fabrication ou encore en privilégier une seule pour réaliser un emballage, autant de solutions qui simplifieraient la gestion des déchets.

Alors que les taux de recyclage du plastique varient fortement - 31% en Europe contre 10% aux Etats-Unis - la recherche doit également permettre de développer des techniques supplémentaires.

Mais pour nombre de défenseurs de l'environnement, le recyclage ne suffira pas si la consommation de plastique n'est pas bridée.

"Même si l'on parvient à créer de nouvelles filières, certains matériaux poseront toujours problème, il faudrait arrêter de les produire et de les utiliser", a estimé auprès de l'AFP Laura Chatel, responsable de campagne auprès de l'association environnementale Zero Waste France. Sont visés en particulier certains films plastique et matériaux composites.

"Il va falloir avant tout travailler sur la réduction d'emballages, ce qui implique de distribuer les biens différemment", notamment en vrac, a complété Mme Chatel.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d1d9b79136

Répondre