Conséquences des déchets plastiques

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 05 juin 2019, 21:18

Les humains ingèrent des dizaines de milliers de particules de plastique par an, selon un rapport

AFP•05/06/2019

Les humains ingèrent et respirent des dizaines de milliers de particules de plastique chaque années, selon des recherches publiées mercredi.
Ces micro-plastiques, venus de la dégradation de produits aussi divers que les vêtements synthétiques, les pneus, les lentilles de contact..., se retrouvent désormais partout sur la planète, sur les plus hauts glaciers comme dans le fond des océans.


Des chercheurs canadiens ont mis en regard des centaines de données sur la contamination par les microplastiques, avec le régime moyen et modes de consommation des Américains.

Résultat de ces estimations (qui individuellement varieront selon le mode et le lieu de vie): un homme adulte ingère jusqu'à 52.000 micro-particules de plastique par an. Et si l'on prend en compte la pollution de l'air, ce chiffre passe à 121.000.

Quelque 90.000 particules supplémentaires sont à ajouter si l'on consomme uniquement de l'eau en bouteille, ajoute l'étude, parue dans la revue Environmental Science and Technology.

L'impact sur la santé humaine reste à préciser, notent les chercheurs. Pour autant, les particules les plus fines (moins de 130 microns de diamètre) "peuvent potentiellement passer dans des tissus humains (et) générer une réponse immunitaire localisée", ajoutent-ils.

Pour Alastair Grant, professeur d'écologie à l'Université d'East Anglia, qui n'a pas participé à ces recherches, rien ne prouve que les particules de plastique pointées dans l'étude posent "un danger significatif à la santé humaine".

Selon lui, il est probable que seule une petite part des éléments inhalés atteignent les poumons, notamment pour des raisons liées à la taille des particules.

Pour les auteurs de l'étude, il faut renforcer la recherche sur la quantité de matière atteignant poumons et estomac, et son impact sur la santé.

Et en attendant, "la façon la plus efficace de réduire la consommation humaine de micro-plastiques sera sans doute de réduire la production et le recours aux plastiques", ajoutent-ils.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 853445d68d

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 07 juin 2019, 08:11

La France déverse chaque année 11.200 tonnes de plastique en Méditerranée

Par Giulietta Gamberini | 07/06/2019, latribune

79% de cette pollution est imputable aux activités côtières, selon un rapport du WWF. Les 22 pays du bassin méditerranéen y déversent dans leur ensemble 600.000 tonnes de plastique par an.

Si l'humanité continue à en déverser dans la nature au rythme actuel, en 2050 il y aura plus de plastique que de poissons dans les mers du monde. Voici la prophétie qui hante l'opinion publique comme les plasturgistes depuis une étude publiée en 2016 par le Forum économique mondial avec la fondation Ellen MacArthur. Ce vendredi 7 juin, veille de la journée mondiale de l'Océan, un nouveau rapport du World Wildlife Fund (WWF, Fonds mondial pour la nature) vient la renforcer.

Entièrement consacré à la Méditerranée, il pointe du doigt les quelque 600.000 tonnes de plastique qui finissent chaque année dans les eaux de l'ancien berceau de la civilisation occidentale.

Les rejets en mer imputables à 79% aux activités côtières
Tout en gérant mieux ses déchets que la plupart des autres 21 pays du bassin méditerranéen étudiés (Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Croatie, Égypte, Espagne, Gibraltar, Grèce, Israël, Italie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Monténégro, Slovénie, Syrie, Tunisie, Turquie), la France a sa part de responsabilité dans ce fléau. Première économie de la région et troisième pays en termes de population, elle est aussi la plus importante consommatrice de plastique et la principale productrice de déchets. En 2016, chaque Français en a généré 66,6 kilos par an, pour un total de 4,45 millions de tonnes, à savoir 18,6% du plastique jeté dans les poubelles de l'ensemble des 22 pays analysés.

De ces déchets français, 98% sont collectés, 76% sont incinérés ou enfouis, 22% -moins qu'en Italie, Espagne, Israël et Slovénie - sont recyclés. 80.000 tonnes de plastiques finissent toutefois dans la nature chaque année, dont 11.200 tonnes pénètrent en Méditerranée, s'alarme le WWF. Des rejets en mer qui sont imputables à 79% aux activités côtières, notamment à celles touristiques et de loisirs, et dont 9% est directement causé par les activités maritimes (pêche, aquaculture et transports). 12% est apporté par les fleuves, en particulier par le Rhône.

73 millions d'euros par an de pertes
L'impact de cette pollution est considérable, souligne le rapport, selon lequel 66% des déchets rejetés par la France reste en surface après un an, 21% revient sur ses côtes et 11% échoue sur les fonds marins. Les déchets en plastique encrassent les moteurs des bateaux et les filets de pêche, tuent la faune marine, inquiètent les consommateurs de produits de la mer, découragent une partie de touristes. Ils causent ainsi des pertes estimées par le WWF à 73 millions d'euros par an pour la France - et à 641 millions d'euros pour l'ensemble des pays de la région, alors que l'économie bleu représente 6% du PIB d'ensemble.

À cela s'ajoutent les coûts du nettoyage, qui dans les situations les plus complexes peuvent atteindre 18.000 euros par tonne de déchets collectés, et qui sont souvent pris en charge par les collectivités locales. Sans compter, en amont, l'impact environnemental de la consommation de plastique, qui en France nécessite l'équivalent de 74 millions de barils de pétrole et engendre l'émission de 35,4 millions de tonnes de CO2.

Saisir l'occasion de la prochaine loi "pour une économie circulaire"
« Il est donc impératif que les États méditerranéens prennent des mesures ambitieuses pour mettre un terme à ce fléau », conclut la présidente du WWF France, Isabelle Autissier.

L'ONG invite notamment les pays méditerranéens à négocier un accord multilatéral contraignant visant à mettre un terme aux rejets de plastique en mer avant 2030, et Paris à saisir l'occasion de la prochaine loi "pour une économie circulaire", dont un projet doit être présenté en Conseil des ministres le 3 juillet. Le gouvernement français est notamment exhorté à renforcer les mesures visant à réduire la production et l'utilisation de plastique, notamment en encourageant des modèles commerciaux fondés sur le réemploi, et à développer le recyclage. La France devrait même aller plus loin que la récente directive européenne sur le plastique à usage unique, prône le WWF.

Or, si l'avant-projet de loi "pour une économie circulaire" aujourd'hui à l'étude du Conseil national de la transition écologique (CNTE) a globalement été accueilli positivement par les acteurs du secteur, il est justement critiqué pour son manque d'ambition en matière de plastique. Aucune nouvelle interdiction d'emballages à usage unique n'y vient s'ajouter à celles déjà prévues par la loi sur la transition énergétique et par la loi Egalim. Quant aux dispositions visant à favoriser le recyclage et l'incorporation de matière recyclée, les recycleurs considèrent qu'elles auraient pu aller plus loin. Et certains acteurs craignent que le système de consigne évoqué dans l'avant-projet de loi ne finisse par être appliqué qu'en vue du simple recyclage des seuls déchets aujourd'hui bien recyclés, à savoir les bouteilles en PET. Mais les parlementaires pourraient bien par voie d'amendements, montrer davantage d'ambition. Le rapport du WWF s'adresse d'ailleurs à à eux aussi.
https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 19289.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 07 juin 2019, 14:26

Paris appelé à faire plus contre les plastiques en Méditerranée

REUTERS•07/06/2019

La France, pays méditerranéen qui produit le plus de déchets plastiques, doit prendre de nouvelles mesures pour réduire ses rejets dans l'attente d'un accord régional de lutte contre la pollution en Méditerranée, estime l'association de défense de l'environnement WWF dans un rapport publié vendredi.

Sur les 24 millions de tonnes de déchets plastiques produites chaque année par les 22 pays du bassin méditerranéen, la France en produit 4,5 millions, soit 66,6 kg par habitant, indique l'association dans son rapport publié à la veille de la journée mondiale de l'Océan.

Intitulé : "Stoppons le torrent de plastique ! Guide à destination des décideurs français pour sauver la Méditerranée", le rapport est fondé sur des chiffres de 2016. La version anglaise, "Stop the flood of plastic" concerne tous les pays.

Selon WWF, un quart des déchets plastiques de la région sont rejetés dans la nature chaque année, soit six millions de tonnes, dont quelque 600.000 tonnes (10%) en mer Méditerranée.

Les pays méditerranéens qui gèrent le plus mal leurs déchets plastiques sont l'Egypte (43% des déchets mal gérés), la Turquie (19%) et l'Italie (7,5%).

En raison de systèmes de collecte plus performants que ses voisins, la France, avec 1,4% de déchets mal gérés, parvient à collecter l'essentiel de ses déchets et à limiter les rejets dans la nature, concède WWF.

L'IMPACT DES ACTIVITÉS TOURISTIQUES

L'organisation non gouvernementale estime "malgré tout" que la France contribue au rejet de 80.000 tonnes de plastiques par an dans la nature, dont plus de 10.000 tonnes en Méditerranée.

Les rejets plastiques en mer Méditerranée proviennent notamment d'une mauvaise gestion des déchets et de l'impact des activités touristiques, indique WWF.

"Une fois en mer, ces plastiques polluent les écosystèmes et menacent la survie les espèces", ajoute l'ONG.

Pour résoudre l'impact sur l'environnement, WWF propose de "fermer le robinet de la production" et appelle tous les Etats de la région à conclure "un accord multilatéral contraignant afin de stopper les rejets de plastiques en Méditerranée d'ici 2030".

Cet accord pourrait être négocié dans le cadre de la Convention de Barcelone, entrée en vigueur en 1978, pour la protection du milieu marin et du littoral méditerranéen.

Dans l'attente d'un tel accord contraignant, WWF propose à chaque pays des idées pour aller plus loin. La France, qui prohibe déjà l'utilisation des sacs plastiques non dégradables, est priée d'annoncer de nouvelles interdictions et d'assurer une recyclabilité totale des plastiques en supprimant certains additifs non recyclables.

L'association évoque l'idée d'une "écotaxe" sur la production de plastique vierge, la mise en place d'un système de consigne intégré sur tous les emballages et l'utilisation l'imagerie par satellite pour identifier les décharges illégales.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d017332550

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7654
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par phyvette » 07 juin 2019, 17:39

//Mobar mode on //
yaka faukon recycle le plastique à l'infini !!!
//Mobar mode off//
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 08 juin 2019, 10:40

Recyclés, incinérés... Que fait la France de ses déchets plastiques ?

Adélaïde Tenaglia 08 juin 2019, leparsien

À la veille de la Journée mondiale de l'océan, WWF a publié vendredi un rapport sur la pollution plastique en Méditerranée. Et la France ne fait pas bonne figure. Selon l'association, 80 000 tonnes de plastique sont perdues dans la nature chaque année dans le pays.

L'occasion de se demander ce que fait la France de ses millions de tonnes de déchets plastiques.
Et première difficulté : les chiffres divergent entre Eurostat et l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie). L'institut européen de statistique parle de 1,8 million de tonnes dans l'Hexagone alors que l'organisme français en comptabilise 4,5 millions.

Le recyclage, minoritaire
Seul Eurostat détaille les différents traitements des déchets plastiques en France. Et malheureusement, le pays est encore loin des 100 % de plastiques recyclés dont rêve Emmanuel Macron pour 2025. La France fait même plutôt partie des mauvais élèves en Europe. En 2016 (derniers chiffres en date), la France recyclait 26,2 % de ses déchets plastiques. Contre 50,1 % en Allemagne, 49,2 % au Pays-Bas et une moyenne européenne à 40,8 %, selon Plastics Europe, un regroupement de producteurs de matières plastiques. Source : Eurostat/Le Parisien

Un faible taux qui s'explique avant tout par une réalité méconnue : tous les plastiques ne sont pas recyclables. Jean-Philippe Carpentier, président de la Fédération des entreprises du recyclage, distingue trois types de plastique. Il y a d'abord celui des bouteilles et flacons en plastique, que nous mettons dans les poubelles jaunes et qui sont donc parfaitement recyclables. Ils sont mêmes appelés « à haute valeur ajoutée » puisque les entreprises de recyclage se les arrachent pour les transformer, puis les revendre sur le marché, en nouvelles bouteilles plastiques ou produits textiles.« Ensuite, il y a les plastiques que nous savons recycler mais pour lesquels nous n'avons pas le modèle économique pour le faire ...
Abonnés
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... f03cb0acbb

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 10 juin 2019, 12:06

Suite de ce post du 16 janvier 2019 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 7#p2279117 qui relatait l'avarie sur le premier essais

Boyan Slat continue son projet de barrage flottant collecteur de plastique
........
Ce système de barrage flottant doit encore faire ses preuves en haute mer, là où il devrait être remorqué après sa phase de test, d'ici octobre 2019. S'il fonctionne comme prévu, des dizaines d'autres barrages pourraient être déployés
https://www.clubic.com/amp/859338-grand ... ebute.html

Le site de Ocean Cleanup : https://www.theoceancleanup.com

Image
Layout of The Ocean Cleanup System 001 Electronics and Instrumentation

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 10 juin 2019, 13:41

Les dernières nouvelles sur leur site explique la suite du projet
SYSTEM DESIGN UPGRADES COMPLETED, TO BE RELAUNCHED IN JUNE

24 May 2019

Last September, we deployed System 001 into the Great Pacific Garbage Patch – marking the first-ever attempt to start cleaning it up. During the last campaign, we confirmed many key assumptions of the design, but also encountered two unscheduled learning opportunities: the system did not maintain a sufficient speed, allowing plastic to exit the system, and a stress concentration caused a fatigue fracture in the HDPE floater (more detailed information in our Root Cause Analysis).

With the understandings from the root cause analysis, the engineering team began to work on solutions that we could start trialing in the Great Pacific Garbage Patch (GPGP) in June. The upgraded design, which we have dubbed System 001/B, will entail various modifications (listed below) that will be tested during our next campaign. By adapting the design to address these unknown learning opportunities, we aim to have a system that can effectively capture plastic and withstand the forces of the ocean.



STRUCTURAL DESIGN
Survivability is essential if we intend to keep our systems deployed for long periods of time and expect them to endure the harsh winter months in the ocean. In addition to the modifications detailed below, the main improvement of the structural design was to simplify the HDPE pipe and allow minimal fluctuations in the wall thickness. The following we aim to test in the next campaign:

1. New screen design
......
......
Lire
https://www.theoceancleanup.com/updates ... d-in-june/
Pal mal de travaux d'ingénierie la derrière.

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1048
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par Jeuf » 12 juin 2019, 16:57

Les humains ingèrent et respirent des dizaines de milliers de particules de plastique chaque années
Mais ça fait combien en gramme?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 12 juin 2019, 20:11

Jeuf a écrit :
12 juin 2019, 16:57
Les humains ingèrent et respirent des dizaines de milliers de particules de plastique chaque années
Mais ça fait combien en gramme?
voir ici, ça parait incroyable. :-k
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 9a5195351f
Un individu moyen pourrait ingérer jusqu'à 5 grammes de plastique chaque semaine, soit le poids d'une carte de crédit, selon un rapport commandé par le WWF à l'université de Newcastle (Australie), et publié mardi.

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1048
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par Jeuf » 13 juin 2019, 18:18

Près de 1 grammes par jour?
le poids d'une pièce de 1 centime? et le volume de plusieurs pièces, par exemple pour se faire une image?
tout cela me paraît peu vraisemblable. C'est du moins ce que je me suis dit en raclant un pot de yaourt ce midi, d'où je n'extrayais pas un copeau de plastique mais bien toute la mousse au chocolat. Et même si j'avais gratté du copeau, ça ne pèse pas plus je pense que des dizaines de milligrammes.
Ce qu'on avale, j'aurai dit que ça se compte en µg ou mg, je sais pas, mais en dixième de gramme par jour, ça me paraît peu vraisemblable.

Comme le plastique est très dispersé, j'imagine aussi en même temps qu'il est difficile de mesurer tout ce qui entre dans un corps humain.
Comment on pourrait l'isoler, par exemple? sachant qu'on avale en gros 1kg de nourriture par jour (mettons l'eau de coté, qui change tout selon qu'elle est en bouteille ou pas), on atteint une concentre de 1g par kg?comment le détecter, l'isoler pour le peser? Pas par combustion et filtration comme les métaux, puisque le plastique brule. Je ne sais pas.


(en vrai, j'achète peu de yaourt, j'ai mauvaise conscience de faire beaucoup de déchets plastique par ce genre d'emballage individuel même si ça peut être mis dans la poubelle de tri chez moi)


EDIT : avaler 200 grammes par an, si on l'avale, on ne le stock pas en tout cas. ça voudrait dire 2kg en 10 ans par exemple, ...on ne tient pas tout ça dans notre corps.
Ceci étant dit, j'ai bien l'impression que personne ne sait quelque chose du devenir du plastique dans les être vivants et les humains, en quantité de flux ou en stock, et on ne parle par des effets sur la santé (enfin, on parle des perturbateur endocrinien pour certains plastiques mais ça me semble pas clair du tout).
Dernière modification par Jeuf le 13 juin 2019, 18:52, modifié 1 fois.

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1048
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par Jeuf » 13 juin 2019, 18:48

#-o :-k :-s

La dispersion des plastiques dans l'océan me rappelle la question plus générale de la stratégie face au déchets, et cet article (pro nucléaire) :
https://www.pseudo-sciences.org/Charbon ... es-dechets

il y a deux stratégies opposées face à un déchet : le concentrer ou le diluer.
Le CO2 issu de combustion est tout dilué dans l'atmosphère . L'atmosphère est en fait une grande poubelle aux produits de combustion.

il est pas écologique pour le plastique de le diluer (au niveau de production annuel) mais pour beaucoup de pays, les fleuves et in fine les océans servent de poubelle à plastique. La fragmentation termine le travail de dilution. Et même les tout petits bouts même pas visibles ne semblent pas biodégrabables. Les plus gros morceau étouffent les grand animaux (et peut-être ils viennent mourir échouer pour porter un message? et nettoyer les océans, comme grands éboueurs?) mais le petits bouts sont beaucoup plus nombreux.
A -t-on une idée de la répartition de masse de plastique en fonction de la taille des plastiques?
Même super fragmenté, aucune bactérie ne s'en nourrit?

Il vaut mieux incinérer ou enfouir( diluer le plastique en CO2 mais ça vaut mieux que dans les océans, ou concentrer dans des poches), et c'est ce qu'on fait dans les pays qui traitent leurs déchets comme le nôtre.

On ne sait pas ce que donnera, sur la santé des êtres vivants (mis à part les betes qui s'étouffent avec des gros morceaux, ça c'est clair) la dispersion générale du plastique sur la planète et la hausse permanente de la concentration dans toute la biosphère de ces matières qui ne disparaissent pas. Je me demande si ce n'est pas des graves conséquence du même niveau que la dilution générale de CO2 dans l'atmosphère.

J'ai mauvais conscience à chaque fois que tombe un petit bout de plastique, même un centimètre carré, par ma faute dans l'herbe...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 13 juin 2019, 19:30

5 grammes de plastique ingérés par semaine: le gouvernement saisit l'Anses

AFP•13/06/2019

Le gouvernement va saisir l'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) après la publication d'un rapport scientifique, commandé par le WWF, montrant qu'un individu ingère jusqu'à 5 grammes de plastique par semaine, soit le poids d'une carte de crédit.

"J'ai saisi l'Anses pour qu'elle lance une étude détaillée approfondie pour savoir clairement ce qu'il en est pour les Français", a annoncé jeudi la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson sur RMC.

"Je veux fonder tout mon travail sur la science, je ne sais pas si cette étude est vraie, pas vraie, a tort...", a-t-elle dit. "Mais aussi, il faut transformer nos modes de production et consommation. On consomme toujours plus de ressources naturelles pour consommer des produits qu'on consomme toujours moins... On veut transformer ça".
.............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d157522a85

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 16 juin 2019, 23:59

D’où viennent les millions de microbilles de plastique qui polluent les fleuves européens ?

Par SudOuest.fr avec AFP le dimanche 16 juin 2019

De la Tamise à la Seine ou au Rhin, la Fondation Tara enquête sur l’origine des microplastiques qui polluent les fleuves européens et se déversent dans les mers et océans, jusqu’à se retrouver dans nos assiettes.

"Des microbilles ! Une bleue, une rose !": armé d’une pince à épiler, Jean-François Ghiglione observe des échantillons pêchés dans la Tamise par les scientifiques de la Fondation Tara, en quête de la source des microplastiques.

"On voit des choses totalement différentes de ce qu’on a vu en mer, par exemple ces toutes petites microbilles" issues des produits cosmétiques, constate le responsable scientifique de l’expédition, penché en pleine nuit au-dessus d’une loupe dans le laboratoire de la goélette Tara, amarrée dans une marina londonienne.

Du Pacifique à l’Arctique, ce navire scientifique a pu constater l’omniprésence dans les mers du monde des microparticules de plastique, pas plus grosses qu’un grain de riz.

Mais Tara a cette fois décidé de jeter ses filets dans 10 des 15 plus grands fleuves européens, de la Tamise au Tibre en passant par le Rhin, la Seine ou le Tage.

Environ 8 millions de tonnes de plastique finissent chaque année dans les océans, dont 600.000 tonnes en Europe. Les recherches sur la pollution plastique sont récentes et les scientifiques ont longtemps pensé que les bouteilles, sacs ou pailles se dégradaient en mer, sous l’effet des vagues et des rayons du soleil. En fait, les microplastiques sont déjà dans les fleuves.

"Arrêter la fuite"
Alors, cette mission vise à "comprendre d’où ça peut venir : des collectivités, des caniveaux, des industries, de notre quotidien à tous…", indique Romain Troublé, directeur général de la Fondation.

"C’est à notre porte (…) L’enjeu du plastique en mer, il est surtout à terre", insiste le marin et scientifique, persuadé qu’il est possible "d’arrêter la fuite" en commençant déjà par supprimer tout le "packaging superflu".

Mais pour "stopper l’hémorragie", il faut aussi trouver les origines précises de la fuite, pour mieux agir.

Les scientifiques vont donc traîner leurs filets blancs aux mailles ultra fines sur les dix fleuves, à différents niveaux de salinité, en amont et en aval des grandes villes des embouchures.

Avant un travail de fourmi dans le laboratoire de bord, où chaque morceau de plastique entre 1 et 5 mm est isolé à la pince à épiler, coupé en deux, et placé individuellement dans des tubes différents.

La moitié des milliers de tubes stockés d’ici novembre serviront à identifier les types de plastique, et ainsi à remonter aux produits d’origine. Les autres permettront de lister les espèces colonisant la "plastisphère", habitat artificiel qui sert de "radeau" à de nombreux microorganismes aquatiques.
L’objectif est notamment de repérer "les bactéries pathogènes, capables de transmettre des maladies d’un animal à un autre", explique Jean-François Ghiglione.
.........
.........
https://news.google.com/articles/CBMijQ ... id=FR%3Afr


Image

La page sur le site de Tara Océan https://oceans.taraexpeditions.org/en/m ... s-mission/
........
Sampling is planned at the mouth of 10 major rivers in Europe: the Thames (England); the Elbe and Rhine (Germany); the Seine, Loire, Garonne and Rhone (France); the Tagus (Portugal); the Ebro (Spain); the Tiber (Italy).

Samples of microplastics (1 – 5mm), micro-metric particles (1-1000 μm) and nano- plastics (1-999 nm) will be collected at the surface and in the water column. These microplastics will provide clues and evidence to identify their origin, find the foci of dispersion (according to their size and chemical nature), and target the densest concentrations of microplastics in order to take action at the source
........
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 04 juil. 2019, 17:39

La France aussi incriminée dans des conteneurs de plastiques expédiés en Asie, en Indonésie cette fois.

La vidéo explique que les plastiques sont souillés et une odeur épouvantable s'en dégage.

Cargos de plastique : que vont devenir les déchets renvoyés à la France ?
Lassés d’être considérés comme des décharges, plusieurs pays d’Asie ont décidé de renvoyer des conteneurs de déchets.


Par Aurélie Sipos Le 4 juillet 2019

La décision doit avoir un effet « immédiat ». Les autorités indonésiennes ont annoncé mardi le départ de cargos chargés de conteneurs de déchets à destination de leurs différents pays d'origine, dont fait partie la France. Un « retour à l'envoyeur » qui pose une nouvelle fois la question du recyclage du plastique.

Car si des entreprises choisissent d'envoyer leurs déchets plastiques à l'autre bout du monde, c'est qu'ils sont très compliqués à recycler. « Ce sont des plastiques de faible qualité comme des emballages à usage unique », explique Laura Chatel, chargée de campagne chez Zéro Waste.

De l'autre côté de la chaîne, pour certains pays en développement, ces déchets représentent des opportunités économiques. « Personne n'est assez bête pour acheter des ordures. Simplement, durant longtemps, la Chine a acheté des matières recyclées car elle manquait de matières premières », explique au Parisien Arnaud Brunet, directeur général du Bureau international du recyclage (BIR).

En 2018, Pékin a pourtant décidé de fermer ses portes au plastique, arguant de préoccupations environnementales. Plusieurs pays d'Asie du Sud-Est se sont alors placés sur le créneau laissé vacant. « Certains y ont vu l'occasion de créer une économie locale du recyclage mais ont été complètement débordés par les volumes de plastique importés », poursuit Arnaud Brunet. Ils ont également dû faire face à des ventes frauduleuses.

Un projet de loi en préparation en France

L'Indonésie comme la Malaisie et d'autres renvoient donc les déchets à leurs expéditeurs. Mais qui viendra les récupérer ? « Il y a un vrai problème de traçabilité, le plastique est parfois passé par plusieurs entreprises », note Laura Chatel. « Si une petite société qui n'a pas pignon sur rue est à l'origine d'une exportation frauduleuse, elle restera sous les radars. Mais s'il s'agit d'une grosse entreprise, elle assumera ses responsabilités », veut croire Arnaud Brunet.

La question restera cependant celle du traitement de ces déchets. Si la France ne devrait pas être submergée par les volumes renvoyés, elle risque de peiner à les traiter. « Il va falloir payer pour aller mettre ces déchets en décharge ou les incinérer, je ne suis pas sûre que les exportateurs soient prêts à payer pour ça, s'inquiète notamment Laura Chatel. Ce mouvement de retour nous confronte à notre problème. Il y a un manque d'action pour réduire le plastique jetable », tance-t-elle. « La plupart risque de finir dans des décharges donc enfouis », regrette Arnaud Brunet, en attendant une industrie du recyclage plus structurée.

Contacté par Le Parisien, le ministère de l'Ecologie assure suivre « de près l'évolution de cette situation » et dit « préparer un projet de loi pour renforcer la dynamique d'économie circulaire des déchets plastiques, et plus particulièrement l'incorporation du plastique recyclé, la régulation des filières à responsabilité élargie des producteurs (REP) ainsi que la transparence du traitement géographique des déchets ».
http://www.leparisien.fr/societe/cargos ... D-32280599

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Conséquences des déchets plastiques

Message par energy_isere » 11 juil. 2019, 20:33

Au Japon, neuf daims d'un haut lieu touristique sont morts après avoir ingéré du plastique

"La plus grande quantité trouvée dans l'un des neuf animaux représentait 4,3 kg", a déclaré un responsable de la Fondation de préservation des daims de Nara.
..............
https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/ ... 29635.html

Répondre