[Peak Oil] Coming-out de personnalités représentatives.

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateur : Modérateurs

Daniel_Z
Kérogène
Kérogène
Messages : 52
Inscription : 15 sept. 2004, 15:19
Localisation : Région de Lausanne
Contact :

[Peak Oil] Coming-out de personnalités représentatives.

Message par Daniel_Z » 18 oct. 2005, 08:40

Lisez le dernier paragraphe. Il admet une transition vers de nouvelles formes d'énergie, peut-être avant la moitié de ce siècle, lorsque la production de pétrole conventionnel aura passé le pic.

Il a bien sûr la conviction que la main invisible du marché et une bonne dose d'optimisme sur la technique apporteront la solution.
Espérez le meilleur, préparez-vous au pire

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1473
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Message par epe » 18 oct. 2005, 09:03

ouais, bon, le pic de pétrole conventionnel peut-être avant 2050, pas certain qu'il y ait la de quoi réveiller les consciences... :roll:
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

Avatar de l’utilisateur
Jéjé
Charbon
Charbon
Messages : 280
Inscription : 26 sept. 2005, 15:19
Localisation : Belgique

Message par Jéjé » 18 oct. 2005, 10:49

Le Monde en a fait un très rapide compte rendu. Et le journaliste (enfin... l'AFP), parmi les causes d'incertitude, ne mentionne pas le pic !
L'AFP a écrit :Selon Alan Greenspan, les prix du pétrole freinent la croissance mondiale.

Les prix du pétrole "seront sans aucun doute un frein désormais" pour la croissance mondiale, a estimé mardi 17 octobre, Alan Greenspan, à Tokyo, dans un discours devant des représentants du patronat japonais. Cependant, le patron de la Fed a tempéré son pronostic en affirmant que la flambée actuelle des cours du brut aura "probablement moins de conséquences sur la croissance économique et sur l'inflation que la hausse des années 1970".


"Aux Etats-Unis, au Japon et ailleurs, les effets sur la croissance auraient été plus importants si l'importance du pétrole dans l'activité économique n'avait pas décliné depuis les années 1970", a poursuivi le président de la Réserve fénérale américaine. M. Greenspan a noté que l'importance du pétrole dans le produit intérieur brut mondial était de deux tiers inférieure à celle d'il y a trente ans, et que le prix actuel du brut restait en termes réels en dessous du pic de février 1981.


INCERTITUDES GÉOPOLITIQUES

Dans son discours, Alan Greenspan a regretté que, dans les efforts entrepris au niveau mondial pour une consommation plus rationnelle d'énergie, la Chine faisait exception. Par ailleurs, évoquant les tensions dues au fait que les capacités de production s'accroissent moins vite que la demande, il a estimé que "la fermeture des plateformes pétrolières et des raffineries le mois dernier à cause des ouragans Katrina et Rita était un accident qui devait arriver".

Pour Alan Greenspan, "l'état des capacités de raffinage mondial est devenu préoccupant", de même que "la concentration des réserves de pétrole dans les régions du monde politiquement instables". La transition vers un monde plus économe en pétrole "prendra du temps", a-t-il averti. Le président de la Fed a également prévenu que "la disponibilité des capacités de production adéquates dépendra aussi d'influences autres que celles du marché et de considérations politiques". En attendant, l'économie mondiale "devra sans aucun doute vivre avec les incertitudes géopolitiques et autres sur les marchés pétroliers pendant encore un certain temps", a-t-il prévenu.

Avatar de l’utilisateur
Inside
Kérogène
Kérogène
Messages : 94
Inscription : 22 avr. 2005, 17:08
Localisation : Paris, France

Message par Inside » 18 oct. 2005, 11:01

Jéjé a écrit :Pour Alan Greenspan, "l'état des capacités de raffinage mondial est devenu préoccupant", de même que "la concentration des réserves de pétrole dans les régions du monde politiquement instables". La transition vers un monde plus économe en pétrole "prendra du temps", a-t-il averti. Le président de la Fed a également prévenu que "la disponibilité des capacités de production adéquates dépendra aussi d'influences autres que celles du marché et de considérations politiques". En attendant, l'économie mondiale "devra sans aucun doute vivre avec les incertitudes géopolitiques et autres sur les marchés pétroliers pendant encore un certain temps", a-t-il prévenu.

je comprends qu'il confirme que le liberalisme devra coute que coute se moderer afin d'economiser l'energie

j'ai bon ?





ou je suis un gros naïf ? :-D :-D

Avatar de l’utilisateur
mrlargo
Modérateur
Modérateur
Messages : 1425
Inscription : 19 avr. 2006, 14:38
Localisation : La Tour du Pin

Nouvelle Zelande: le premier ministre reconnait le PO

Message par mrlargo » 02 mai 2006, 08:46

Après la Suède, le premier ministre néo-zélandais Helen Clark reconnait que le PO est atteind ou très proche de l'être.

Source

Peak oil acknowledgement a breath of fresh air
Tuesday, 2 May 2006, 4:09 pm
Press Release: Green Party
2 May 2006
Peak oil acknowledgement a breath of fresh air

The Green Party is welcoming Prime Minister Helen Clark's acknowledgement that the Earth may have already reached peak oil production or that this point is very near.

"Helen Clark is the first New Zealand Prime Minister to grasp this fundamental driver of our future, and I commend her for this. Still, New Zealanders continue to wait with bated breath for some real action on this issue," Green Party Co-Leader Jeanette Fitzsimons says.

Ms Fitzsimons today asked the Prime Minister how her recent acknowledgement of peak oil would impact on the way her Government plans for the future.

"Issues such as public transport and finding alternative energy sources can no longer be ignored, and it was pleasing to have the Prime Minister agree with this," Ms Fitzsimons says.

"She also said she was open to considering a similar approach to Sweden, which has set a deadline of 2020 to end its dependency on petroleum.

"This would be a major step in future-proofing New Zealand, but it will depend on many ministries and departments changing their assumptions about the price of fuel in the future. For too long now important decisions about government policy have been based on outdated and inaccurate information.

"We look forward to the Prime Minister instructing Treasury and the Ministry of Economic Development to get some reality in their predictions, which are currently both naively still working on the basis that oil prices will drop.

"Clearly, this is an inaccurate assumption, and the Prime Minister has now acknowledged this. The Greens look forward to future discussions with Miss Clark on how Government and the private sector can work together to develop a transition to a post-oil economy," Ms Fitzsimons says.






Un de plus... :)

Avatar de l’utilisateur
Jéjé
Charbon
Charbon
Messages : 280
Inscription : 26 sept. 2005, 15:19
Localisation : Belgique

Message par Jéjé » 02 mai 2006, 09:11

Chic ! Il faudrait peut-être créer un fil "Ils l'ont dit bis" (voire un chapitre du Wiki) pour recenser les ralliements à notre thèse. Quoi qu'on en dise, lorsqu'une pointure — notamment politique — fait une déclaration peakiste, c'est notre crédit qui gagne un point. Et, surtout, notre avenir qui se fait moins sombre.

Olduvai
Kérogène
Kérogène
Messages : 75
Inscription : 23 mars 2005, 16:34
Localisation : La Garenne Colombes

Message par Olduvai » 02 mai 2006, 10:08

Il faut préciser aussi que la NZ est la proie d'un pb gazier :
Pratiquement toute son électricité est générée à partir du gaz d'un champ géant. Et cela dure depuis plus de 30 ans.

Or ce champ présente des signes d'épuisement.

Comme nous le savons, la NZ est isolée et le gaz se transporte très mal.

Je prend cette déclaration comme une façon de dire : "on est dans la m."
" Accroche-toi à ta voiture, j'enlève le pétrole! "

Avatar de l’utilisateur
Saratoga Elensar
Condensat
Condensat
Messages : 542
Inscription : 06 nov. 2007, 19:37

[Capital] PDG de Total "Nous sommes au pic de production"

Message par Saratoga Elensar » 03 mars 2008, 17:05

Capital N°198, Mars 2008, page 11 Interview de Christophe de Margerie sur une page.
Si je retranscris une partie de celle-ci ici c'est qu'elle vaut son pesant d'or.... :)

Notons quand meme que De Margerie n'est pas un PDG " parachuté " à Total. Il y a effectué toute sa carrière, dans la finance et enfin dans l'exploration-production avant de devenir PDG en 2007. Il sait donc de quoi il parle quand il s'agit de pétrole.

[...]

Margerie : Une fois que vous avez retiré 61% de taxes sur le super 95, ou 51% sur le gasoil, nos marges brutes oscillent autour de 7 centimes par litre. Elles sont parmi les plus faibles d'Europe. Ce qui est plus important, c'est que nous avons le prix hors taxes à la pompe qui est un des moins élevés d'Europe. Ce n'est pas en réduisant les bénéfices des compagnies pétrolières qu'on fera baisser le prix du carburant dans les stations, mais en augmentant la production de pétrole.

Capital : Qu'attendez-vous alors pour la développer ?

Margerie : Nous le faisons ! L'an dernier nous avons consacré près de 12 milliards d'euros aux investissements, dont l'essentiel aux projets de développement de nouveaux gisements. Ce qui est important, comparé à nos bénéfices. C'est 75% des investissements du pétrolier américain Exxon, pourtant deux fois plus gros que nous. Mais développer un champ de pétrole ou de gaz prend cinq à sept ans. Et, pour ne rien arranger, de nombreux pays producteurs sont de plus en plus réticents à accorder aux compagnies étrangèresde nouveaux permis d'exploration.

Capital : Le baril peut-il encore grimper au-dessus de 100 dollars ?

Margerie : NOUS NE SOMMES PAS AU PIC DES RESERVES, MAIS AU PIC DE LA PRODUCTION. Et, comme la marge de manoeuvre est très faible, il suffit de peu de choses pour que les prix se tendent. Le baril est retombé de 100 à 88 dollars, mais pas à 50, parce que les fondamentaux persistent : une forte croissance tirée par la Chine et l'Inde malgré un ralentissement aux USA et en Europe, l'abscence de nouvelles capacités de production, des risques géopolitiques dans de nombreux pays producteurs en Afrique, en Amérique latine, au Moyen Orient.... Et les déclarations de certains leaders politiques, nottament le président Bush, à l'égard de l'Iran, n'ont pas arrangé la situation. Il faut que les responsables qui se plaignent du pétrole cher assument les conséquences de leurs propos.

Capital : Quelle est l'alternative ?

Margerie : Cela peut surprendre venant d'un patron de compagnie pétrolière : je me préoccupe plus seulement d'augmenter la production, mais aussi de réduire la demande... :-$

[...]
another world is not only possible, she is on her way, on a quiet day i can hear her breathing

Avatar de l’utilisateur
mrlargo
Modérateur
Modérateur
Messages : 1425
Inscription : 19 avr. 2006, 14:38
Localisation : La Tour du Pin

Re: Capital : PDG de Total " Nous sommes au pic de production "

Message par mrlargo » 03 mars 2008, 17:43

NOUS NE SOMMES PAS AU PIC DES RESERVES, MAIS AU PIC DE LA PRODUCTION


C'est trop ballot, malgré toutes ces réserves "déclarées" qui n'arrêtent pas de monter, nous avons du mal à produire davantage.

Oui vraiment c'est trop bête... :mrgreen:
La différence entre l’amour et l’argent, c’est que si on partage son argent, il diminue, tandis que si on partage son amour, il augmente. L’idéal étant d’arriver à partager son amour avec quelqu’un qui a du pognon.
(Philippe Geluck)

Goupil666
Brut léger
Brut léger
Messages : 460
Inscription : 11 juil. 2006, 18:13

Re: Capital : PDG de Total " Nous sommes au pic de production "

Message par Goupil666 » 03 mars 2008, 18:08

Quelqu'un sait ce qu'il veut dire par "pic des réserves" ?

Avatar de l’utilisateur
mrlargo
Modérateur
Modérateur
Messages : 1425
Inscription : 19 avr. 2006, 14:38
Localisation : La Tour du Pin

Re: Capital : PDG de Total " Nous sommes au pic de production "

Message par mrlargo » 03 mars 2008, 18:13

Je me suis posé la même question.

Comme je me suis dit qu'il ne peut s'agir des réserves globales qui forcément ont piquées depuis le début... j'en ai déduit qu'il devait parlé des réserves "déclarées" prouvées ou probables qui elles n'arrêtent pas de monter...
La différence entre l’amour et l’argent, c’est que si on partage son argent, il diminue, tandis que si on partage son amour, il augmente. L’idéal étant d’arriver à partager son amour avec quelqu’un qui a du pognon.
(Philippe Geluck)

Avatar de l’utilisateur
Saratoga Elensar
Condensat
Condensat
Messages : 542
Inscription : 06 nov. 2007, 19:37

Re: Capital : PDG de Total " Nous sommes au pic de production "

Message par Saratoga Elensar » 03 mars 2008, 18:22

Je le comprends autrement. Selon moi ce qu'il veut dire par " pic des réserves " c'est un pic géologique de la production dû aux réserves, cad que la moitié des réserves soient désormais consommées.

Hors là, comme il le mentionne dans d'autres interviews, plusieurs facteurs amenent à ce " pic de production " : le sous-investissement, les tensions géopolitiques, la nationalisation des appareils de production...
another world is not only possible, she is on her way, on a quiet day i can hear her breathing

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2284
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Re: Capital : PDG de Total " Nous sommes au pic de production "

Message par Glycogène » 03 mars 2008, 18:34

Saratoga Elensar a écrit :plusieurs facteurs amenent à ce " pic de production " : le sous-investissement, les tensions géopolitiques, la nationalisation des appareils de production...

Je cherche encore une preuve que ce sont les causes du plafonnement de la production depuis 3 ans.
- le sous-investissement : tu rigoles ? on a jamais autant investi dans le pétrole que ces dernières années.
- les tensions géopolitiques : ont-elles augmentés depuis 10 ans ?
- la nationalisation des appareils de production : réalisée il y a 30 ou 40 ans, a-t-elle empêché une augmentation de la production ?

Avatar de l’utilisateur
mrlargo
Modérateur
Modérateur
Messages : 1425
Inscription : 19 avr. 2006, 14:38
Localisation : La Tour du Pin

Re: Capital : PDG de Total " Nous sommes au pic de production "

Message par mrlargo » 03 mars 2008, 18:38

Saratoga, tu as effectivement certainement raison.

On retombe sur notre pic/plateau qui commence avec notre cercle infernal économico-géologico-géopolitique...

>>premières difficultées (point d'inflexion de la production qui ne peut plus être exponentielle et qui commence à perturber la demande qui elle voudrait bien l'être..)

>>Hausse du prix du pétrole qui devient de plus en plus précieux

>>Tensions géopolitiques dans les pays producteurs. Conflicts / guerres aux ressources

>>Difficulté de lancer de nouveaux projets.

>>Hausse du prix du pétrole qui devient de plus en plus précieux etc...
La différence entre l’amour et l’argent, c’est que si on partage son argent, il diminue, tandis que si on partage son amour, il augmente. L’idéal étant d’arriver à partager son amour avec quelqu’un qui a du pognon.
(Philippe Geluck)

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12009
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Capital : PDG de Total " Nous sommes au pic de production "

Message par GillesH38 » 03 mars 2008, 18:56

Glycogène a écrit :
Saratoga Elensar a écrit :plusieurs facteurs amenent à ce " pic de production " : le sous-investissement, les tensions géopolitiques, la nationalisation des appareils de production...

Je cherche encore une preuve que ce sont les causes du plafonnement de la production depuis 3 ans.
- le sous-investissement : tu rigoles ? on a jamais autant investi dans le pétrole que ces dernières années.
- les tensions géopolitiques : ont-elles augmentés depuis 10 ans ?
- la nationalisation des appareils de production : réalisée il y a 30 ou 40 ans, a-t-elle empêché une augmentation de la production ?


le facteur essentiel est simple à comprendre : plus on a mis de champs en production, plus la dépletion des champs existant est forte, et plus il est difficile d'en trouver de nouveaux pour compenser. Il y a donc fatalement un moment où la mise en production des nouveaux champs n'arrive plus à compenser le déclin de la production ! ce n'est pas qu'il y a sous investissement, c'est que l'investissement qui serait nécessaire pour compenser le déclin devient si cher que plus personne ne peut se le permettre, et de toutes façons ça conduirait à vendre le baril supplémentaire tellement cher que personne ne l'acheterait !

effectivement, on n'est pas au pic des réserves, parce que si on tient compte du back dating... on l' a deja dépassé depuis 20 ans !
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités