[Chiffres] Ça monte ! (en dollar)

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4694
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Chiffres] Ça monte ! (en dollar)

Message par Raminagrobis » 27 déc. 2016, 23:54

Le point bas atteint au début de l'année était de $27.78 le 20 janvier, ça a donc juste doublé depuis ce point.

A très court terme, l'évolution va dépendre du niveau de discipline des pays producteur (OPEP et non OPEP) pour appliquer la baisse de production convenue.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49601
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Chiffres] Ça monte ! (en dollar)

Message par energy_isere » 03 janv. 2017, 18:00

Le pétrole ouvre 2017 sur ses plus hauts en 18 mois

Londres 03 janv 2017

Les prix du pétrole démarraient 2017 en trombe mardi en cours d'échanges européens, atteignant leurs plus hauts depuis un an et demi, alors que les marchés attendent l'application de l'accord de limitation de la production de l'Opep.

Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 58,09 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,27 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de février gagnait 1,25 dollar à 54,97 dollars.

Les cours de l'or noir se sont envolés pour la première séance d'ouverture des marchés de 2017 à Londres, surpassant les niveaux atteints mi-décembre pour s'élever vers 9H30 GMT à 58,37 dollars pour le Brent et 55,24 dollars pour le WTI, à leurs plus hauts niveaux depuis juillet 2015.

La foi des marchés dans l'accord de réduction de la production, qui devrait être appliqué par les producteurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres pays non-membres, suffit à déplacer des montagnes, ont estimé les analystes de Commerzbank.

L'année 2017 démarre sur les chapeaux de roue, mais devrait finir bien plus modestement, car la production de pétrole de schiste américain devrait augmenter, a prévenu Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

La production américaine de pétrole de schiste, plus coûteuse que celle de barils traditionnels, nécessite des prix plus élevés pour être rentable, et avait fortement ralenti avec la chute des cours depuis l'été 2014, mais devrait donc reprendre en 2017 si l'accord des autres pays producteurs est appliqué.

Les analystes restaient par ailleurs prudents sur les chances de cette mise en oeuvre.

La promesse de la Russie de limiter sa production, alors qu'elle a atteint des records historiques en 2016, nous laisse dubitatifs. Par ailleurs, la Libye, qui est exemptée de limiter sa production, produit actuellement 685.000 barils par jour selon ses propres données, ce qui représente une hausse de 85.000 barils par rapport à sa production moyenne en décembre. S'ils veulent atteindre leurs objectifs de limitation, les autres membres de l'Opep devront encore abaisser leur propre production, ce qui sera difficile, ont souligné les analystes de Commerzbank.

http://www.romandie.com/news/Le-petrole ... 766086.rom

tita
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 381
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Chiffres] Ça monte ! (en dollar)

Message par tita » 09 mars 2017, 15:13

Première incursion de l'année du WTI sous la barre des 50$! En fait, c'est le plus bas atteint depuis le premier décembre 2016.
Londres - Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens et le cours du WTI repassaient sous les 50 dollars le baril pour la première fois depuis décembre, la hausse des réserves américaines inquiétant les marchés.

Vers 10H40 GMT (11H40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 52,22 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 89 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'avril cédait 92 cents à 49,36 dollars.

Les cours de l'or noir renouaient avec leurs niveaux de début décembre 2016, quand l'accord de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour limiter sa production mondiale avait permis aux cours de s'envoler.

A 10H10 GMT, les cours sont descendus à leurs plus bas niveaux depuis le 1er décembre soit au lendemain de l'annonce de l'accord de l'Opep avec ses partenaires, le baril Brent s'échangeant pour 52,02 dollars et le WTI pour 49,20 dollars.

"Les acteurs du marché se demandent désormais à quel point les efforts de l'Opep peuvent être efficaces alors que les réserves américaines grimpent", a commenté Ipek Ozkardeskaya, analyste de London Capital Group.

Lors de la semaine achevée le 3 mars, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 8,2 millions de barils pour atteindre 528,4 millions de barils, selon les données publiées mercredi par le département américain de l'Énergie (DoE), alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg tablaient de façon médiane sur une progression de seulement 2 millions.

"Visiblement, la goutte qui devait faire déborder le vase est tombée mercredi sur le marché du pétrole", ont expliqué les analystes de Commerzbank.

De plus pour ces analystes, "la chute des cours a pu être déclenchée par des commentaires de Harold Hamm, un des pionniers du pétrole de schiste et directeur du (groupe pétrolier) Continental Resources. Il a prévenu que le pétrole de schiste américain pourrait +tuer le marché du pétrole+ si la production devait augmenter trop rapidement".

"Si un rebond n'arrive pas avant la fin de la semaine, les banques vont commencer à revoir à la baisse leurs prévisions sur les prix du pétrole", a estimé Olivier Jakob, analyste de Petromatrix.

Visiblement, les investisseurs sont inquiets de voir la production augmenter tandis que l'inventaire stagne à des niveaux élevés. En fait, le niveau le plus élevé depuis les décomptes réalisés depuis 1982. Le dernier record était en avril dernier, à 512mb, aujourd'hui c'est 528mb . Pourtant, les inventaires totaux (incluant les produits raffinés) ont diminué hier, de 2mb. Cette hausse n'a donc rien d'exceptionnel.

Tiens, pis une perle de journaliste (les echos) trouvée en cherchant des articles:
Mercredi les stocks de brut aux Etats-Unis ont progressé de 8,2 millions de barils selon le département de l'énergie. Il s'agit de la plus forte hausse hebdomadaire depuis 1982.

Bah non, une hausse de 10mb s'était produite il y a à peine un mois. Ne pas confondre niveau et hausse.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités