[Acteurs] la compagnie SHELL

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

[Acteurs] la compagnie SHELL

Message par energy_isere » 14 janv. 2006, 22:57

On se souvient que Shell avait revu ses réserves à la baisse il y a quelques années.

Ca ressort !

http://www.liberation.com/page.php?Article=351248
Aux Pays-Bas, Shell fait le plein contre lui
La firme pétrolière est poursuivie par une plainte collective de vingt-six fonds de pension.


par Sabine CESSOU
QUOTIDIEN : samedi 14 janvier 2006

Amsterdam de notre correspondante

Le Fonds national de retraite des fonctionnaires néerlandais (ABP), le plus gros fonds de retraite européen, a lancé le 6 janvier un procès peu ordinaire contre Shell. Dans une class action ­ procédure unique regroupant des plaintes identiques ­ déposée auprès d'un tribunal américain, ABP réclame 150 millions de dollars (124 millions d'euros) au géant pétrolier. L'objectif : obtenir le maximum en dommages et intérêts, après les fausses déclarations de Shell sur ses réserves de pétrole, entre 1999 et 2000. Le scandale avait éclaté en janvier 2004, lorsque le géant pétrolier anglo-néerlandais avait admis avoir exagéré de 20 % ses réserves prouvées. Dans la frénésie de vente qui avait suivi sur les places financières, Shell avait perdu 15 milliards de dollars en valeur boursière.

Détermination. Pour remplir les conditions d'une class action, une plainte collective, ABP a fédéré les vingt-cinq fonds de retraite de fonctionnaires et d'enseignants qu'il représente aux Pays-Bas. Couronné deux années de suite, en 2003 et 2004, par le prix du «meilleur fonds de retraite européen» décerné par le magazine Investment and Pension Europe, ABP n'a pas la réputation de plaisanter avec l'argent de ses membres. Sa détermination paraît manifeste, dans les 150 pages du dossier déposé le 6 janvier devant un tribunal du New Jersey par le cabinet d'avocats américains Grant & Eisenhofer Partners.

Outre Shell sont aussi poursuivis devant la justice américaine l'ancien PDG du groupe sir Mark Moody-Stuart, de même que l'actuel PDG, Jeroen Van der Veer, et trois autres anciens dirigeants, sans oublier les sociétés d'audit KPMG et PricewaterhouseCooper (PWC), accusées de «fausses déclarations».

Silence. Shell, par ailleurs sous le coup d'une class action d'actionnaires américains, a déjà versé 99 millions de dollars (81,8 millions d'euros) à certains de ses actionnaires, dans des règlements à l'amiable de contentieux liés à l'affaire des fausses réserves. La multinationale a réagi à l'attaque d'ABP en annonçant son intention de se défendre «vigoureusement». Silence radio, en revanche, du côté de KPMG et PWC.
Dernière modification par energy_isere le 03 févr. 2006, 13:01, modifié 1 fois.

Rafa
Brut léger
Brut léger
Messages : 471
Inscription : 16 juil. 2005, 20:34
Localisation : Lidje, Walonreye

Message par Rafa » 14 janv. 2006, 23:14

Au Nicaragua, la marque "Shell" viens d'être confisquée.

La Shell, ainsi que d'autres grandes compagnies, est porsuivie comme responsable d'intoxication des travailleurs des bananiers au Nicaragua; comme la compagnie, condamnée, traîne a payer, un tribunal lui a retiré l'utilisation de la marque "shell" dans le pays.

http://www.laprensa.com.ni/nacionales/n ... 14-14.html
http://www.laprensa.com.ni/nacionales/n ... 15-05.html


Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Modérateur
Modérateur
Messages : 1836
Inscription : 17 déc. 2004, 08:34

Re: SHELL en justice aux Pays-Bas

Message par Sylvain » 15 janv. 2006, 12:55

energy_isere a écrit :On se souvient que Shell avait revu ses réserves à la baisse il y a quelques années.
La firme pétrolière est poursuivie par une plainte collective de vingt-six fonds de pension.
Mince ! ](*,)
Shell a brisé un tabou du monde pétrolier : la surestimation des réserves. Malheureusement, ils s'en prennent plein la figure. Cela n'incitera pas les autres compagnies pétrolières à parler plus sincèrement de leurs réserves. :-(

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 15 janv. 2006, 13:12

Rafa a écrit :Au Nicaragua, la marque "Shell" viens d'être confisquée.

La Shell, ainsi que d'autres grandes compagnies, est porsuivie comme responsable d'intoxication des travailleurs des bananiers au Nicaragua; comme la compagnie, condamnée, traîne a payer, un tribunal lui a retiré l'utilisation de la marque "shell" dans le pays.
Rafa,
comme je lis pas l'espagnol, j'ai recherché sur Google,

Rien sur Google actualité pour <Shell Nacaragua> , donc repli sur l'ensemble des pages, et :

http://www.nicanet.org/labor/nemegon-follow-up.php
Nicaraguan Banana Workers Poisoned by Nemagon - Tell Dow, Shell and Dole to Pay Up!


Nemagon is a virulent pesticide that was used on banana plantations in Nicaragua, other countries in Central America, in the Caribbean, and in the Philippines. It is derived from debromochloropropane (DBCP) and kills a microscopic worm which inhibits the production and damages the appearance of bananas. Though banned in the U.S. since 1979 because workers in the plants manufacturing the product were found to be sterile, Nemagon was exported throughout the 60s, 70s, and 80s to unsuspecting banana producing nations like Nicaragua Standard Fruit (Dole in the U.S.), Del Monte, and United Fruit (now Chiquita) were some of the companies that sprayed Nemagon on their crops of bananas. The pesticide was produced by Dow Chemical, Shell Oil, Occidental and others.

A Nicaraguan court ruled on December 11, 2002, that Dow, Shell and Dole had to pay US$490 million to affected banana workers from the Department of Chinandega, but the companies have yet to pay one cent to the plaintiffs.
il semblerait que la aussi ca soit une vieille histoire de plus de 20 ans, ici d'intoxication (d'empoisonnement) avec un pesticticide le 'Nemagon'.

Mais j'ai pas compris comment Shell trempe la dedans. Comme fournisseur de produit chimique pour Dow Chemical ?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 15 janv. 2006, 13:26

suite du post précédent :

Ah si, un peu plus loin dans http://www.nicanet.org/labor/nemegon-follow-up.php
Dow Chemical and Shell Chemical, two of the major producers of Nemagon, exported up to 24 million pounds a year during this period
il s'agit donc de la filiale Shell Chemical ! :oops:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 03 févr. 2006, 13:03

http://www.latribune.fr/Tribune/Article ... enDocument
Les bénéfices de Shell bondissent malgré une baisse de la production

Le pétrolier anglo-néerlandais a enregistré des bénéfices record pour 2005 de plus de 25 milliards de dollars. Shell affiche ces performances malgré avoir subi une baisse significative de sa production en raison des nombreux ouragans qui ont frappé le Golfe du Mexique.


Shell dans le sillage d'ExxonMobil. Le groupe pétrolier Royal Dutch Shell a publié, à l'instar de son concurrent américain, des résultats record pour son exercice 2005. Son bénéfice net a atteint 25,31 milliards de dollars (21,09 milliards d'euros), pour progresser de 37% par rapport à 2004. Lundi dernier, ExxonMobil, le leader mondial du marché pétrolier avait affiché 36,13 milliards de dollars de bénéfices pour 2005.


De son côté, le chiffre d'affaires de Shell a augmenté de 15% à 306,7 milliards d'euros. Comme tout le secteur pétrolier, l'activité a été très largement soutenue par la hausse des prix du baril de pétrole tout au long de l'année (voir ci-contre). Le baril a même flirté avec les 70 dollars à New York au mois d'août avant de redescendre en dessous de 60 dollars en novembre. Les prix élevés des prix du pétrole ont réussi à compenser l'impact des ouragans sur la production de Shell.

Shell a réussi à accroître massivement ses bénéfices malgré une baisse significative de sa production. Le pétrolier anglo-néerlandais a produit 3,518 millions de barils équivalent pétrole par jour (mbj) contre 3,772 mbj en 2004, soit une baisse de 6,7%. Ce recul de la production est en quasi-totalité imputable aux ouragans de la fin de l'été et du début de l'automne dans le Golfe du Mexique (voir ci-contre).

A l'époque, les compagnies pétrolières ayant des puits dans cette région avaient été contraintes de stopper leur production. Shell a d'ailleurs signalé que sans ces interruptions, la compagnie aurait produit 3,73 mbj, soit seulement 1% de moins que la production de l'année 2004.

Malgré cela, Shell a maintenu sa prévision de production dans une fourchette comprise entre 3,5 et 3,8 mbj malgré l'impact durable des ouragans. En effet, certaines plate-formes sont encore hors-service. La plate-forme Mars, qui produit notamment plus de 4% de la production totale du groupe, sera remise en service à mi-2006 pour tourner à plein régime à la fin de l'année.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 04 févr. 2006, 16:20

Le patron de Shell qui tourne autour du pot en ce qui concerne la question du peak oil :

http://www.energybulletin.net/12612.html
Shell president forced to address 'peak oil' theory

Adam Porter, Resource Investor

...[At the Shell's press conference, author David Strahan] asked what van der Veer thought of the idea of peak oil and whether or not Shell had looked at the situation itself.

“I asked whether Shell had done any detailed modelling on this question,” said Strahan. “Mr. van der Veer replied that his argument basically was that the world will not [arrive at a peak oil situation]. He said that peak oil is correct as applied to regional areas of production like the North Sea, Texas or the Lower 48, but does not apply to the world as a whole.”

Van der Veer’s actual reply to Strahan on Shell’s webcast was “That is a great question it is much more complex than many people think. That (peak oil) is not how we will go. Because peak oil theory itself is correct, if one takes easy oil close to the markets. If you look at West Texas the oil has gone, or even the North Sea…but if you look at oil sands you don’t know where the peak will come…if you think about coal…there are huge reserves. If you assume we can develop clean coal technologies, [then] there will not be one peak.”

“So there is no one peak. There will be many peaks [for different fields, regions and fuels] and they will be in many different time frames and how that will develop, we don’t know.

We think [for prices] that it is prudent for our company to evaluate projects in a very [many] differing pricing scenarios.”
(3 February 2006)

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5641
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Message par mahiahi » 04 févr. 2006, 16:39

Ah... Intéressant!
Le pic arrivera (c'est indéniable), mais par régions donc on ne peut pas parler de pic planétaire?
Dans ce cas, pourquoi parler de pic régional? En suivant le même raisonnement, ils n'existent pas non plus, mais on n'aura que des pics de gisement unitaire :twisted:
Si on a plusieurs pics de régions, il arrive bien un moment où la production globale décline aussi...
Si c'est le prochain argument à la mode, il est facilement démontable!
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 28 févr. 2006, 13:24

En bref : Shell n' arrive pas à remplacer ses réserves :

http://money.cnn.com/2006/02/27/magazin ... /index.htm
A Shell of itself

It should be the best of times for the energy giant. But a look at its reserves show Royal Dutch Shell may soon be running on empty.


By Nelson D. Schwartz, FORTUNE senior writer
February 27, 2006: 1:24 PM EST


(FORTUNE Magazine) - Judging by the $23 billion it earned last year, these should be the best of times for Shell, the Anglo-Dutch energy giant that ranks third among the top five Western oil companies. But Wall Street isn't celebrating. Instead, analysts are worried that buried beneath the record profit figures are worrying signs of a business in decline.

That's because Shell (Research) hasn't been able to find nearly as much oil and gas as it's now pumping out of the ground. In fact, it hasn't even come close -- replacing only 60 percent to 70 percent of what it produced in 2005 and only 19 percent in 2004. Shell has had reserve problems for years -- a controversy over improperly booked assets forced it to reduce estimated reserves by roughly 30 percent and led to the resignation of its CEO, Phil Watts, in 2004.

But what's troubling now is that Shell is falling way behind rivals like Exxon and BP despite spending billions more each year on exploring and drilling new wells. Last year Exxon replaced 112 percent of production, and BP came up with 95 percent. "I have never seen anything like this," says Fadel Gheit, a veteran energy analyst with Oppenheimer & Co. "Shell used to represent the gold standard in this industry, but lately they can't get their act together."

To be sure, Shell still has huge assets -- nearly 12 billion barrels. But in the oil and gas industry, reserve replacement is the best guide to whether a company will be able to maintain -- or grow -- production in the future. So not replacing what you pump, says longtime industry observer Matthew Simmons, "is like eating your seed corn. If you're not finding new oil, you're just liquidating what you've got." Indeed, Shell's daily production figures have been weak lately, falling 6.7 percent in 2005, to 3.52 million barrels a day.

Privately, Shell execs say the company's decision to cut spending for exploration when oil prices bottomed out in the late 1990s is partly to blame for the anemic numbers now. Shell CEO Jeroen van der Veer insists that projects like those on Sakhalin Island off Siberia and in Nigeria and the Gulf of Mexico will enable the company to start catching up with peers in the years ahead. It won't be easy.

"If you're not adding to reserves, you have a problem," says Sanford Bernstein analyst Oswald Clint. "Shell will have to run twice as hard just to stay in place."

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 11 mars 2006, 14:54

Shell investira 500 millions de dollars en Chine cette année

2006-03-08 17:35:12

BEIJING, 8 mars (XINHUANET) -- Le groupe Shell envisage d'investir 500 millions de dollars en Chine en 2006 pour étendre le réseau de stations service et développer l'énergie propre dans le pays.

"3,5 miliards de dollars d'investissement en Chine c'est trop peu, pour autant d'opportunités commerciales", a annoncé Lim Haw Kuang, président en exercice de Shell en Chine.

L'entreprise va saisir toute occasion d'accoître ses investissements en Chine, une démarche bénéfique aux deux parties, a-t-il indiqué.

Actuellement, Shell est l'une des plus grosses entreprises étrangères du pays avec, grâce à une coopération avec le plus grand raffineur pétrolier chinois, Sinopec, 200 stations service dans la province du Jiangsu (est). Il est aussi propriétaire de 70 stations à Beijing, Tianjin et dans le Guangdong.

Par ailleurs, le projet pétro-chimique de Nanhai dans la province du Hainan (sud) est le plus gros projet de Shell dans ce secteur chinois en termes d'investissements.

Parallèlement, Shell s'intéresse aux activités de transformation du charbon en pétrole et a signé la semaine dernière un mémorandum avec la région autonome Hui du Ningxia. Il est aussi en train de négocier avec un gros producteur chinois du charbon sur ce genre de coopération.

ex-océano
Kérogène
Kérogène
Messages : 82
Inscription : 30 janv. 2006, 21:51
Localisation : Marseille - France

Message par ex-océano » 11 mars 2006, 17:15

C'est bizarre dans mon voisinage proche, c'est au moins 4 stations 'Shell' qui ont fermé et se sont vues rachetées par d'autres marques (dont 2 par Total...).

De même, sur les autoroutes j'en ai moins vu qu'avant... Se désengageraient-ils de l'UE pour mieux investir en Asie ?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 11 mars 2006, 20:19

ex-océano a écrit :C'est bizarre dans mon voisinage proche, c'est au moins 4 stations 'Shell' qui ont fermé et se sont vue rachetées par d'autres marques (dont 2 par Total...).

De même, sur les autoroutes j'en ai moins vu qu'avant... Se désengageraient-ils de l'UE pour mieux investir en Asie ?
idem, à Grenoble, la station Shell à 500 m de chez moi est passée sous l'enseigne AVIA il y a 9 mois environ.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 12 mars 2006, 01:50

Logique de capitaliste financier : tout actif qui n'est pas assez rentable doit être vendu. C'est comme ça que Coca-Cola est aujourd'hui réduit à un service Marketing (tout le reste est sous-traité).
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 17 mars 2006, 16:13

Royal Dutch Shell: a décidé de conserver LPG.

(Cercle Finance) - Royal Dutch Shell a décidé de conserver ses activités dans LPG. Le groupe a réaliser l'examen complet sur les ventes et sur la distribution de LPG avant de prendre cette décision. La direction a déjà rejeté en septembre 2004 une offre de rachat. Plusieurs divisions de LPG ont toutefois été vendues au Portugal, aux Caraïbes, Brésil, Paraguay et Italie, pour un montant de 350 millions de dollars.

'nous avons estimé que les activités de LPG sont robustes. Après avoir examiné le marché, nous avons estimé qu'il y était possible de tirer une meilleure valeur de cette entreprise. C'est une décision financière, et non pas un changement de stratégie.' a indiqué Ron Blakely, vice-président finances.
LPG --> GPL.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 04 mai 2006, 13:09

http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=3417664
Royal Dutch Shell publie une hausse de 12% de son bénéfice
LONDRES (Reuters) - Royal Dutch Shell annonce une hausse de 12% de son bénéfice net aux coûts courants au premier trimestre, l'appréciation des cours du pétrole ayant plus que compensé la baisse de sa production, mais ses réserves continuent de susciter des interrogations.

Le bénéfice net dit à coûts courants, qui ne tient pas compte des variations de valorisation des stocks, s'est établi à 6,09 milliards de dollars. En excluant un gain exceptionnel de 113 millions de dollars, le résultat ressort à 5,975 milliards, au-dessus du consensus de 5,56 milliards des estimations de sept analystes interrogés par Reuters.

Tout en soulignant les "bons" résultats du groupe pétrolier anglo-néerlandais et la hausse du dividende, Peter Hutton, analyste chez van Lanschot Bankiers, souligne qu'ils ne sont toujours pas à la hauteur de ceux de BP pour l'actionnaire.

Le coupon trimestriel a été augmenté de 9% à 25 cents, tandis que le programme de rachat d'actions devrait dépasser la somme de cinq milliards de dollars prévue pour 2006.

Les résultats du premier trimestre ont surtout été porté par la hausse des cours du brut, la production d'hydrocarbures ayant reculé de 3% par rapport au premier trimestre 2005 pour retomber à 3,746 millions de barils équivalents pétrole (bep) par jour. Elle a été toutefois supérieure aux prévisions du marché (3,6 millions).

Shell précise qu'il perd 165.000 bep par jour au Nigeria en raison des attaques de séparatistes dans la région du delta du Niger et que les dommages causés par les ouragans dans le golfe du Mexique l'an dernier continuent à peser sur la production.

INVESTISSEMENTS A LA HAUSSE

La hausse des cours pétroliers a permis aux activités amont de soutenir les résultats du premier trimestre, alors que les résultats de la branche aval (raffinage et stations-service) sont en baisse en partie en raison d'une plus-value de cession dans les comptes du premier trimestre 2005 qui ne s'est pas retrouvé cette année. Mais les marges et les quantités raffinées ont aussi reculé.

Pour 2009, Shell prévoit toujours de produire 3,8 à 4 millions de bep par jour, contre 3,746 millions au premier trimestre 2006.

Le groupe a relevé son budget consacré aux investissements qui devrait passer de 19 milliards de dollars en 2006 à 21 milliards en 2007.

Royal Dutch n'est pas sûr pour autant de parvenir à atteindre son objectif d'un taux de remplacement des réserves de 100% sur la période 2004-2008.

Après le scandale de surévaluation des réserves qui avait éclaboussé le groupe en 2004, la moindre réussite du groupe dans les découvertes de pétrole et de gaz naturel par rapport à ses concurrents a fortement préoccupé les investisseurs.


"Nous serons sans doute en retrait sur certains de nos projets à long terme (...). Ce qui rendra notre objectif de remplacement des réserves prouvées (au sens de la Securities anx Exchange Commission) plus difficile à atteindre", a déclaré le directeur général de Royal Dutch Shell, Jeroen van der Veer, tout en ajoutant : "nous avons toujours une bonne chance d'atteindre cet objectif."

En Bourse, Royal Dutch Shell gagnait 1,13% à 1.881 pence à Londres en fin de matinée et 0,96% à 27,45 euros à Amsterdam.

"Ceux qui souhaitent une croissance durable à long terme feraient mieux de se placer sur Total", estime Jason Kenney, analyste chez ING.

Répondre