[Acteurs] la compagnie SHELL

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] la compagnie SHELL

Message par energy_isere » 03 oct. 2019, 23:55

Shell s'investit dans l'électricité renouvelable, en particulier en Inde.
Shell Joins India’s Solar Boom, Buys 20% In Renewables Company

By Irina Slav - Oct 03, 2019

Shell has acquired a 20-percent stake in Indian company Orb Energy, provider of corporate loans to businesses that want to invest in solar power installations.

“This is a vital and growing sector, with great potential to contribute to the country’s renewable energy ambitions,” the vice president of Shell Energy Solutions, Brian Davis, said in a statement, as quoted by Bloomberg.

Shell earlier this year made headlines with plans to become not just a player in electricity generation, but also the biggest one by 2030. The Anglo-Dutch supermajor said it was pouring US$2 billion annually into its new energies division that aimed to expand its presence in cleaner power generation. This segment could yield returns of between 8 and 12 percent, the head of the new energies unit, Maarten Wetselaar, told Bloomberg in March.

Shell’s plans involve bringing reliable power supply to as many as 100 million people around the world by 2030. India is an obvious focus of attention with its growing population and energy needs and its far from satisfactory levels of access to electricity. The supermajor has already made several acquisitions in the power sector there building a footprint in a fast-growing energy market.

"Our view is if society needs to tackle the dual challenge of climate change but also accommodating higher demand for energy — as of course the energy poor need to get access to energy as well — we have to reduce the carbon footprint of the energy system as a society to a net zero level," Shell’s chief executive Ben van Beurden said in 2017 as he announced a plan to reduce the company’s emissions footprint by half by 2050.
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... mpany.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] la compagnie SHELL

Message par energy_isere » 31 oct. 2019, 20:55

Royal Dutch Shell résiste tant bien que mal à la baisse des prix des hydrocarbures

AFP parue le 31 oct. 2019

Le géant pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a annoncé jeudi que son bénéfice net part du groupe avait augmenté de 1% à 5,9 milliards de dollars au troisième trimestre, dans un contexte de baisse des prix des hydrocarbures.

En revanche, son bénéfice trimestriel ajusté hors éléments exceptionnels et variations des stocks (CCS), variable scrutée par les analystes, a reculé de 15% sur la période à 4,8 milliards de dollars, à cause de la baisse des prix du brut, du gaz et de marges en recul dans les produits raffinés et chimiques. Le chiffre d'affaires du groupe quant à lui reculé de 11,6% à 81,2 milliards de dollars.

"Nos résultats montrent la résilience de nos activités et leurs capacité à s'adapter aux conditions de marché", a commenté le directeur général Ben van Beurden, cité dans le communiqué du groupe. "Les conditions macroéconomiques faibles et les perspectives difficiles créent inévitablement de l'incertitude" sur le rythme du plan de réduction de la dette et du rachat d'actions de 25 milliards de dollars de titres déjà annoncés par le groupe, ajoute le patron du groupe.

Il y a deux jours l'autre "major" britannique pétrolière, BP, avait publié un bénéfice CCS en recul de quelque 40% et une perte nette part du groupe à cause du coût de cessions d'actifs, du recul des prix des hydrocarbures et une production freinée par l'ouragan Barry et des travaux de maintenance sur ses installations.
https://www.connaissancedesenergies.org ... res-191031

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] la compagnie SHELL

Message par energy_isere » 05 nov. 2019, 20:57

Éolien flottant : Shell va racheter le français Eolfi

Publié le 05/11/2019

Le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell s’apprête à acquérir le développeur français d’énergies renouvelables Eolfi.

L’accord entre les deux parties, qui porte sur 100 % du capital, a été annoncé le mardi 5 novembre. L’acquisition reste soumise à autorisations avec l’objectif d’être finalisée d’ici la fin de l’année.

En se portant acquéreur d’Eolfi, Shell met la main sur un parc et des projets d’éolien terrestre et de photovoltaïque en France, mais surtout sur un spécialiste de l’éolien flottant.

L’entreprise, dont le siège est à Paris, porte le projet de ferme pilote de l’île de Groix. Elle est aussi présente sur le marché taïwanais par sa filiale Eolfi Greater China.

Le rachat d’Eolfi est un moyen « de passer la surmultipliée sur le flottant », ne cache pas Stéphane Cicolella, directeur transition énergétique chez Shell France. Une technologie où le groupe pétrolier a déjà mis le pied au travers du projet Tetraspar demo, d’expérimentation d’un flotteur d’éolienne. Il est également impliqué dans le développement d’un parc de 200 MW en Corée du Sud.

Pour Eolfi, l’arrivée de Shell doit, de son côté, apporter « l’appui financier, humain et technique, indispensable pour la suite », indique Christophe Chabert, responsable du développement grand ouest du développeur. Suite qui doit être marquée par l’arrivée des premiers appels d’offres commerciaux pour l’éolien flottant. La France a annoncé qu’elle en inscrirait dans sa programmation pluriannuelle de l’énergie. L’Écosse se prépare à lancer les siens par l’intermédiaire du Crown Estate Scotland.

Le rachat d’Eolfi doit coïncider avec le départ de son président et fondateur, Alain Delsupexhe qui doit prendre sa retraite. Les 65 salariés de l’entreprise sont eux, tous repris. Les bureaux de la société à Lorient, Marseille et à Montpellier, dont l’ouverture est prévue le 2 décembre, resteront en place. « Rien ne change non plus pour la ferme pilote de l’île de Groix », souligne Christophe Chabert qui dirige le projet.
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... cais-eolfi

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] la compagnie SHELL

Message par energy_isere » 30 janv. 2020, 21:47

Shell voit ses bénéfices chuter en 2019 en raison d'un marché moins favorable

AFP parue le 30 janv. 2020

Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a souffert en 2019 en raison du ralentissement économique mondial associé à des cours moins favorables, mais assuré pouvoir prospérer grâce à la transition énergétique.

Le bénéfice net de l'anglo-néerlandais a fondu de 32% à 15,8 milliards de dollars lors de l'exercice annuel écoulé, selon un communiqué.


Selon son directeur général, Ben van Beurden, Shell a fait face en 2019 à "des conditions macroéconomiques difficiles dans le raffinage et les produits chimiques, ainsi qu'à des prix du pétrole et du gaz plus faibles".

Le groupe note une baisse de plus de 10% du prix du gaz naturel, secteur sur lequel il a énormément misé ces dernières années.

Les cours du brut ont été sous pression en 2019 malgré les efforts des pays de l'Opep et de ses partenaires pour limiter leur production pour soutenir les prix.

Mais le marché a été affaibli non seulement par le ralentissement économique mondial, mais également par une offre conséquente de pétrole grâce à la forte production américaine, dopée par le schiste.

La production de Shell est restée stable en 2019 à 3,7 millions de barils équivalent pétrole par jour. Son chiffre d'affaires a baissé de 11% à 352 milliards de dollars.

- Prudence dans les dépenses -

Au quatrième trimestre, son bénéfice net a été divisé par plus de 5% à 965 millions de dollars, notamment en raison de dépréciations d'actifs dans les hydrocarbures aux Etats-Unis résultant du boom du schiste.

Interrogé sur les perspectives pour l'économie mondiale, le directeur général a expliqué lors d'une conférence téléphonique qu'il restait des "risques" même s'il note quelques "signaux positifs".

Il a ajouté que son groupe "surveille de près" la situation concernant le nouveau coronavirus en Chine, mais qu'il est trop tôt pour en connaître l'impact sur l'économie ou le secteur pétrolier.

Face à ces incertitudes, le groupe dit vouloir continuer à adopter une approche prudente dans ses dépenses et investissements, qui devraient rester proche de 24 milliards de dollars en 2020 afin de préserver son bilan et d'être en mesure de récompenser ses actionnaires.

Shell entend mener à son terme son plan de rachats d'actions de 25 milliards de dollars, mais le directeur général a refusé de confirmer qu'il serait achevé fin 2020 comme il l'avait précédemment envisagé.

Le marché accueillait mal la publication et le titre du groupe (action "B") reculait de 2,38% à 2.074,00 pence à la Bourse de Londres vers 11H00 GMT.

"Le monde est rempli de pétrole et de gaz naturel, donc les prix devraient être défavorables pour quelque temps encore", sans compter l'aspect environnemental, un "frein structurel qui ne va que se renforcer", estime Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Shell, qui réalise l'écrasante majorité de ses bénéfices dans les énergies fossiles, a assuré pouvoir "prospérer dans la transition énergétique", selon son patron.

- Ambitions électriques -

Les grands groupes pétroliers sont pourtant sous pression des ONG et de la société compte tenu de leur activité particulièrement polluante et du peu d'efforts entrepris pour lutter contre l'urgence climatique.

"Le secteur doit expliquer davantage comment il évolue avec la société", a dit M. van Beurden, reconnaissant que son groupe "ne dépense pas assez dans les nouvelles énergies".

Il compte investir 2 à 3 milliards de dollars par an, soit autour de 10% du total de ses investissements, pour la période 2021-2025 dans les énergies propres ou faible empreinte carbone (électricité, éolien, solaire, biocarburants, hydrogène).

Le groupe défend les projets déjà en cours notamment dans l'éolien aux Etats-Unis, les points de recharge pour les véhicules électriques ou encore dans l'électricité, nourrissant l'objectif ambitieux de devenir la plus grande compagnie au monde du secteur au début des années 2030.

Il a notamment acquis la compagnie britannique d'électricité et de gaz First Utility, qui a été renommée Shell Energy, pour "capitaliser" sur sa marque.

Dans une étude publiée mercredi, le cabinet d'avocats CMS relevait que les énergies renouvelables ne représentent que 3% de l'enveloppe d'investissements des majors pétrolières.

Les compagnies européennes, dont Shell et sa concurrente britannique BP, font toutefois mieux dans ce domaine que leurs homologues américaines, selon ce rapport.
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-200130-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] la compagnie SHELL

Message par energy_isere » 24 mars 2020, 23:24

Energie : Shell lance un plan d’économies et réduit ses investissements

24 MARS 2020

Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a annoncé hier un plan d’économie dont une réduction de 5 milliards de dollars de ses investissements face à l’épidémie de coronavirus qui contribue à faire plonger les cours du brut.

Le groupe anglo-néerlandais explique dans un communiqué que l’ensemble de ces mesures, dont une réduction de coûts, doivent lui permettre d’améliorer ses finances à hauteur de 8 à 9 milliards de dollars. Les prix du pétrole se sont effondrés ces dernières semaines entre chute de la demande pour cause d’épidémie et surabondance de l’offre sur fond de mésentente entre l’Arabie saoudite et la Russie.


«Il se peut que la combinaison d’une forte baisse de la demande de pétrole et d’une rapide augmentation de l’offre soit unique, mais Shell a traversé des périodes de volatilité du marché à de nombreuses reprises par le passé», souligne son directeur général Ben van Beurden. Ses dépenses d’investissement vont donc passer de 25 milliards de dollars cette année à 20 milliards maximum.

Ses coûts vont être réduits par ailleurs de 3 à 4 milliards de dollars au cours des 12 prochains mois, mais le groupe ne donne pas plus de précision. En revanche, Shell maintient son programme de cessions d’actifs de plus de 10 milliards de dollars pour 2019 et 2020 mais son exécution dépend des conditions de marché.

En outre, Shell décide de ne pas poursuivre la conduite d’un programme de rachats d’actions géant qui devait atteindre 25 milliards de dollars et est censé récompensé les actionnaires. Le groupe précise enfin qu’il se tient prêt à prendre d’autres décisions stratégiques si nécessaire pour s’adapter à «un environnement de marché en constante évolution».
https://www.elwatan.com/edition/economi ... 24-03-2020

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] la compagnie SHELL

Message par energy_isere » 30 avr. 2020, 09:58

Shell réduit son dividende pour la première fois depuis 80 ans

Le 30/04/2020 LONDRES (Reuters)

Royal Dutch Shell a réduit jeudi son dividende pour la première fois depuis 80 ans, après une forte baisse des bénéfices due à la crise du coronavirus qui a entraîné un effondrement de la demande mondiale de pétrole.

"Compte tenu de la détérioration continue des perspectives macroéconomiques et de l'incertitude importante à moyen et long terme, nous prenons de nouvelles mesures prudentes pour renforcer notre résilience, soutenir la solidité de notre bilan et la création de valeur à long terme", déclare Ben van Beurden, PDG du groupe, dans un communiqué.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... ns.N959571

Shell tombe dans le rouge au 1er trimestre, frappé par l'effondrement des cours du pétrole

AFP parue le 30 avr. 2020

Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a annoncé jeudi être tombé dans le rouge au premier trimestre avec une perte nette de 24 millions de dollars (22,1 millions d'euros) consécutive à l'effondrement des cours du brut.

Le groupe anglo-néerlandais, qui avait réalisé un bénéfice net de 6 milliards de dollars un an plus tôt, dit s'attendre dans un communiqué à un deuxième trimestre difficile, face au plongeon historique du marché pétrolier en pleine pandémie de coronavirus.

Comme l'ensemble de ses concurrents, Shell a particulièrement souffert au mois de mars de la chute des prix qui s'est poursuivie en avril au point que la baril américain est même passé un temps en négatif. Le marché pétrolier fait face à une demande à l'arrêt compte tenu de la paralysie de nombreuses économies, tandis que les capacités de stockage atteignent leur limite.

La production du groupe a baissé de 1% à 3,719 millions de barils équivalent pétrole par jour. Shell prévient qu'au deuxième trimestre il va réduire ou limiter sa production de pétrole et de gaz, ainsi que ses activités dans le raffinage et la chimie, avec un impact attendu sur ses résultats financiers.

Cette réduction de voilure intervient alors que l'OPEP et ses partenaires ont promis de réduire leur production de 10 millions de barils par jour pour tenter de rééquilibrer le marché, même si les analystes estiment que ce sera loin de suffire.

Le directeur général Ben van Beurden a évoqué des "conditions extrêmement difficiles", qui ont poussé le groupe à prendre une série de mesures pour encaisser le choc. Il annonce jeudi avoir décidé de réduire le montant de son dividende, en raison de la perspective de voir les prix des hydrocarbures rester bas pour une longue période. C'est la première fois qu'il baisse son dividende depuis les années 1940.

Shell, qui a mis à l'arrêt son programme de rachats d'actions géant, avait déjà dit fin mars qu'il allait réduire de 5 milliards de dollars ses dépenses d'investissements, à 20 milliards. Ses coûts vont être réduits par ailleurs de 3 à 4 milliards de dollars au cours des 12 prochains mois, sans plus de précisions.

Le grand concurrent de Shell, BP, avait annoncé quant lui mardi une perte de 4,4 milliards de dollars au premier trimestre et son patron Bernard Looney a prévenu qu'il y aurait des suppressions d'emplois d'ici la fin de l'année.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ere-200430

Répondre