[Acteurs] La compagnie TOTAL

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
frgo84
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 338
Inscription : 05 avr. 2005, 18:11
Localisation : vaucluse

Message par frgo84 » 07 févr. 2006, 18:10

300 millions de dollars, ça fait pas cher.

Avatar de l’utilisateur
Cheb
Charbon
Charbon
Messages : 286
Inscription : 30 nov. 2005, 12:06
Localisation : Ariège

Message par Cheb » 07 févr. 2006, 18:13

Je ne comprends pas :
TOTAL préfère etre en mer dans le Golfe du Mexique plutot qu'au sec dans le Mississipi ? :smt017
"Si vous n'aimez pas mes idées, ce n'est pas grave, j'en ai d'autres" (Marshall Mc Luhan)

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 07 févr. 2006, 18:18

Je pense qu'ils doivent encore raisonner en terme de "rentabilité", contrairement aux Chinois qui sont prêts à mettre des sommes folles dans des compagnies pétrolières (remarquez qu'ils ne sont pas idiots : outre le fait d'anticiper une forte hausse des hydrocarbures, ce genre d'opération leur permet de fourguer ces fameux dollars dont ils ne savent plus comment se débarrasser).

Philippe
Brut léger
Brut léger
Messages : 461
Inscription : 22 mars 2005, 23:15
Localisation : région parisienne

Message par Philippe » 07 févr. 2006, 19:34

1 bcf de gaz (1 billion cubic feet, soit un milliard de pieds cubes), cela se vend 8 millions de dollars ces jours-ci (8 dollars le millier de pieds cubes). 120 bcf, la quantité vendue par TOTAL, représente une valeur marchande arrondie d’un milliard de dollars. Si on considère (1) les frais d’exploitation, (2) les coûts d’abandon et de remise en état et (3) l’étalement de la production sur de nombreuses années (8 000 jours au rythme annoncé, soit 22 ans), je pense que la valorisation obtenue par TOTAL est bonne à excellente. S’il n’y a pas de possibilités d’upside (d’augmentation des réserves pour quelque raison), TOTAL a raison de se retirer de ce genre d’actifs trop petits pour lui.

Pour mémoire aussi, 120 bcf, cela représente deux jours de la consommation des USA.

Avatar de l’utilisateur
Djian
Goudron
Goudron
Messages : 163
Inscription : 07 avr. 2005, 15:20
Localisation : Liège (BE)

Message par Djian » 07 févr. 2006, 19:46

Est=ce que Total pense aux pertes journalières qu'engendre un arrêt sur les plateforme pérolière? Vu l'évolution tant du nombre que de la violences des ouragans dans le golfe du Mexique, faut pas s'attendre à de la production 7j/7 dans les années à venir.... :smt110
What a wonderful world

kouack
Brut léger
Brut léger
Messages : 417
Inscription : 28 juin 2005, 19:25

Message par kouack » 14 févr. 2006, 11:03

...
Dernière modification par kouack le 18 avr. 2008, 15:15, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 15 févr. 2006, 18:29

La flambée de l'or noir a donné à Total des profits record de 12 milliards d'euros

AFP
[ mercredi 15 février 2006 - 17h20 ]



PARIS (AFP) - Le groupe pétrolier Total a dégagé en 2005 un bénéfice historique dans l'histoire de l'industrie française de 12 milliards d'euros grâce à la flamblée des prix du pétrole brut, qui a compensé une baisse de sa production d'hydrocarbures.

Total, le quatrième groupe pétrolier mondial dont le bénéfice exprimé en dollars est de près de 15 milliards, reste cependant loin des profits engrangés en 2005 par le premier groupe pétrolier mondial, l'américain ExxonMobil avec un peu plus de 36 milliards de dollars.

La direction du groupe compte reverser à ses actionnaires un dividende de 6,48 euros par action - soit au total 3,98 milliards d'euros, ndlr - en hausse de 20% sur 2004.

La progression du bénéfice du groupe a suivi ces dernières années la hausse des cours du brut. De 7 milliards d'euros en 2003, le bénéfice de Total a dépassé légèrement les 9 milliards en 2004 avant de faire un bond de 31% l'an dernier pour atteindre le record de 12 milliards d'euros.

En 2005, les prix du pétrole se sont envolés sur les marchés internationaux, grimpant à plus de 70 dollars le baril fin août.

Pour la première fois lors d'une présentation de résultats financiers, le PDG du groupe Thierry Desmarest a mis l'accent sur la préparation de l'après-pétrole. La flambée des cours et les marges de production disponibles qui se réduisent dans les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont fait naître une nouvelle donne énergétique, a-t-il dit.

"Il faudrait entamer sans attendre un vaste programme d'amélioration de l'efficacité énergétique car les enjeux sont énormes", a fait valoir le PDG Thierry Desmarest.

"Réduire la croissance de la demande de pétrole à moins de 1% par an serait la meilleure solution pour retarder le pic de production: avec une croissance de 2% par an, la date critique approche 2020 mais une réduction de 1 point repoussera l'échéance à 2040", a-t-il poursuivi.


Concernant la production propre de Total, celle-ci a baissé de 4% l'an dernier, notamment en raison des ouragans Rita et Katrina cet automne aux Etats-Unis, qui ont affecté la production et les activités de raffinerie du groupe dans le golfe du Mexique.

D'ici 2010, le groupe prévoit une croissance de la production d'hydrocarbures de 4% par an. Les réserves prouvées et probables de Total s'établissaient fin 2005 à 20 milliards de barils équivalent pétrole, soit près de 22 ans de durée de vie au rythme annuel de production.

Total produit 2% de la production mondiale de pétrole.

Les investissements du groupe se sont montés à 11,2 milliards d'euros l'an dernier, soit une hausse de 3,5 milliards par rapport à 2004. En revanche, le groupe ne prévoit pas d'augmenter cette masse d'investissements en 2006, le budget ayant prévu le même montant sur la base d'un taux de changes de 1,20 dollar pour un euro.

Les investissements supplémentaires réalisés en 2005 ont servis pour les trois-quarts à financer de nouveaux projets, tandis que le dernier quart a été affecté aux dividendes versés aux actionnaires, a souligné M. Desmarest.

Pour la première fois en 2006, les projets d'exploration-production pétrolière en Afrique vont dépasser ceux qui sont situés en Europe, avec notamment l'exploration de champs au Nigeria, au Congo et en Libye.

L'Europe aura, elle, une dominante gazière avec le développement de projets dans le gaz naturel liquéfié (GNL). Total prévoit une croissance de cette activité de 12% par an en moyenne d'ici 2010.

Grâce à des réserves mondiales de gaz naturel relativement abondantes (environ 65 ans), le GNL, qui se transporte par bateau et non par gazoduc, va être "un élément clé" dans l'équilibre du marché gazier mondial, a jugé le PDG.

Le groupe compte par ailleurs augmenter sa présence en Asie centrale et au Canada.

Malgré un dividende jugé décevant et un bénéfice dans le bas de la fourchette des prévisions, l'action Total montait mercredi, les bénéfices à long terme du programme d'investissement l'emportant sur la crainte d'un manque à gagner immédiat sur les dividendes.

A 15H40 (14H50 GMT), Total prenait 0,14% à 215,60 euros, alors que le CAC 40 perdait 0,33%, profitant du repositionnement d'investisseurs après la chute de 2,32% du cours en début de séance.
Yes, j'ai réussi à mettre le graphe et la photo, y'a pas de protection électronique :-D

EDIT : Si, y'a une protection :evil:
Dernière modification par MadMax le 17 févr. 2006, 17:16, modifié 1 fois.

ecorage
Brut léger
Brut léger
Messages : 429
Inscription : 01 déc. 2005, 00:53
Localisation : Lyon

Message par ecorage » 15 févr. 2006, 19:01

Je tiens à informer les investisseurs de chez Total, que j'ai contribué par mes achats de gaz pour ma citerne, à conforter les profits du groupe. :lol:

Je tiens également à informer les mêmes investisseurs, que je me suis lancé dans la recherche d'un nouveau mode de chauffage basé sur les énergies renouvelables que j'espère pouvoir installer courant 2006. :cry:

kouack
Brut léger
Brut léger
Messages : 417
Inscription : 28 juin 2005, 19:25

Message par kouack » 16 févr. 2006, 18:09

...
Dernière modification par kouack le 18 avr. 2008, 15:14, modifié 1 fois.

Devenson
Charbon
Charbon
Messages : 224
Inscription : 04 avr. 2005, 10:50
Localisation : Marseille
Contact :

Message par Devenson » 17 févr. 2006, 11:25

D'un article sur Total lu dans Boursorama :
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=3271602
j'extraie les deux paragraphes suivant :
"...
Cet atout devrait prendre d'autant plus d'importance que le "peak oil", le moment où la production de pétrole commencera à décliner, se rapproche. Selon le PDG de Total, ce pic de production pourrait intervenir entre 2020 et 2025.
Autre point positif, cette production ne se fait pas au détriment de ses réserves. Le groupe pétrolier français arrive ainsi à maintenir un taux de renouvellement de ses réserves supérieur à 100, ce qui indique qu'il découvre plus de pétrole qu'il n'en produit. En 2005, Total a affiché un taux de 120, nettement supérieur à celui des autres supermajors. De plus, à la différence de Royal Dutch Shell en 2004 et Repsol cette année, la société dirigée par Thierry Desmarest n'a jamais dû réviser à la baisse le montant de ses réserves.
..."

Ce texte est intéressant, d'une part parce qu'il montre que le concept de peak-oil se banalise de plus en plus, d'autre part parce qu'il contient trois petites erreurs en deux phrases :
- le taux de renouvellement officiellement déclaré (règles SEC) n'est pas de 120%, mais de 95%. Le taux de 120 est celui qu'aurait déclaré Total si le baril de Brent était à 40$
- ExxonMobil (la plus grande major) a annoncé il y a quelques jours des taux de renouvellement entre 112% et 129% selon ses règles internes et de 143% selon les règles de la SEC
- ce taux de 120 concerne le total des hydrocarbures (gaz + liquides) et non le "pétrole"
Pour le pétrole le taux de renouvellement est en 2005 d'un peu plus de 30%.

Voila un graphique montrant l'évolution des réserves et de la production de pétrole de Total depuis 2000.

Image

Et l'évolution du taux de renouvellement :

Image

Sources : http://www.total.com/fr/finance/results_presentations

Bien sur, ceci est également une façon biaisée de présenter des résultats. Par exemple, il semble (je n'ai pas tout compris) que plus le prix du baril est élevé, moins la part de Total dans les découvertes est importante (la part du pays dans lequel se fait la découverte augmente alors ?).

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2386
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Message par Glycogène » 20 févr. 2006, 10:38

Devenson a écrit : - le taux de renouvellement officiellement déclaré (règles SEC) n'est pas de 120%, mais de 95%. Le taux de 120 est celui qu'aurait déclaré Total si le baril de Brent était à 40$
Je ne comprends pas bien.
Sur le graphique, je vois que le taux de renouvellement en 2005 n'est pas de 120%, ni 95%, mais 31 % !?!
Apparemment ça ne correspond pas à la même chose.
J'ai regardé rapidement ta source, je n'ai pas trouvé d'explication (mais j'ai pas trop cherché).

Devenson
Charbon
Charbon
Messages : 224
Inscription : 04 avr. 2005, 10:50
Localisation : Marseille
Contact :

Message par Devenson » 20 févr. 2006, 11:13

Dans le communiqué de presse des Résultats 2005 , page 30, il est dit :
"Le taux de renouvellement des réserves prouvées sur la période 2003-2005, établies selon les règles de la SEC, ressort à 97% pour le Groupe (...). Pour 2005, il s'élève à 95%.
Hors impact des variations de prix (Brent stable à 40$/b), le taux de renouvellement des réserves sur la période 2003-2005 ressort à 118% pour le groupe. Pour 2005, il s'élève à 120%.

http://www.total.com/static/fr/medias/t ... 215_cp.pdf

Mon graphique reprend uniquement les chiffres des "Liquides" (le pétrole) depuis 2000, et sauf erreur de ma part, le taux de renouvellement est alors bien inférieur.

Pour les actionnaires de Total, qui se moquent bien que les bénéfices soient faits de pétrole ou de gaz, un taux entre 95 et 120% est tout à fait satisfaisant.

Pour nous, c'est une confirmation de plus que le pétrole est de plus en plus difficile à trouver. Pour ExxonMobil, le taux semble même être inférieur à 15% !!!
http://www.oleocene.org/phpBB2/viewtopi ... ight=exxon

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 61443
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 20 févr. 2006, 18:34

C'est pas Villepin qui avait tancé TOTAL vers le mois d' octobre 2005 pour les inciter à accroitre la capacité de rafinage ?

http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=3277344
Total renonce à deux projets d'extension de sa raffinerie du Havre

Le groupe pétrolier français Total pourrait renoncer à deux projets d'investissement d'un montant global de 250 millions d'euros qui devaient accroître la production de sa raffinerie située près du Havre (Seine-Maritime), indique La Lettre de l'Expansion lundi.

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 22 févr. 2006, 16:13

Nous avons beaucoup parlé de "Syriana", mais un autre film mériterait notre attention : "L'ivresse du pouvoir", qui s'inspire fortement de l'affaire Elf, raconte l'histoire d'une juge d'instruction chargée d'une affaire impliquant le PDG d'un grand groupe industriel français. Pas d'action ici, le film aborde uniquement le volet judiciaire de cette vaste affaire (on fait avec les moyens du bord ;-) ). Il sort également aujourd'hui.

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 27 févr. 2006, 20:34

TOTAL obtient 2 blocs dans l'offshore en Australie

(AOF) - Total annonce que sa filiale à 100%, Total E&P Australia, a obtenu 2 permis d'exploration offshore au nord-ouest de l'Australie dans le cadre de l'appel d'offres d'octobre 2005. Ces permis, dans lesquels Total prend un intérêt de 30%, ont été obtenus en association avec la société australienne Woodside Energy (opérateur avec 50%) et Japan Australia LNG (20%). " Ces deux prises de participation illustrent la volonté de Total de renforcer sa présence en Australie, où le groupe participe déjà à l'exploration de deux blocs en offshore profond ", souligne le groupe pétrolier français.
"Les fonds de tiroirs ma bonne Dame, les fonds de tiroirs..."

Répondre