[Acteurs] BP

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5964
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

[Acteurs] BP

Message par mahiahi » 11 févr. 2005, 08:36

Titre original : Résultats BP

Annoncés hier matin sur Euronews : ils font des bénéfices, qui sont même plus importants que l'an passé, mais les investisseurs sont inquiets car leur taux de renouvellement (je crois que c'est le terme employé) n'est que de 89% : en clair, ils ont découvert en 2004 des gisements de pétrole représentant 89% de ce qu'ils ont extrait dans le même temps.

Avatar de l’utilisateur
Hoagie
Kérogène
Kérogène
Messages : 83
Inscription : 29 oct. 2004, 22:09
Localisation : Puteaux (92)

Message par Hoagie » 11 févr. 2005, 11:17

http://business.timesonline.co.uk/article/0,,9072-1476294,00.html

Si j'ai bien compris, il y a 2 point à souligner:
- Le calcul du taux de renouvellement est différent aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. BP étant une compagnie anglaise, elle met en avant la méthode anglaise (moins sévère) qui lui donne un taux de 110%. Mais le calcul américain donne un taux de 89%...
- Ce taux tombe à 78% si on supprime les joints-ventures. Autrement dit, pour doper ce taux, BP achète des compagnies pétrolières plus petites (en l'occurence la russe TNK-BP) et compte leurs gisements comme des découvertes ! :shock:

Devenson
Charbon
Charbon
Messages : 224
Inscription : 04 avr. 2005, 10:50
Localisation : Marseille
Contact :

La bible (BP review 2005) est parue !

Message par Devenson » 14 juin 2005, 18:13

La référence annuelle qu'est le rapport BP est disponible. A analyser avec soin :
http://www.bp.com/downloads.do?category ... Id=7005944

Papey
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 347
Inscription : 19 avr. 2005, 22:13
Localisation : 78

Message par Papey » 14 juin 2005, 21:36

Selon Peter Davies, le chef économiste de BP, à propos du rapport :
The world's overall energy consumption grew by 4.3 per cent in 2004. In volume terms, this is the largest-ever annual increase in global primary energy consumption and is the highest percentage growth since 1984. It is exceptional that this demand growth was so geographically widespread

Soit, pour les non anglophones :

"La consommation mondiale totale d'énergie a augmenté de 4,3% en 2004. En volume, il s'agit de la plus grosse augmentation annuelle jamais réalisée pour la consommation d'énergie primaire, et de la plus grosse augmentation en pourcentage depuis 1984. Le fait que cette augmentation de la demande ait été si répandue géographiquement est exceptionnel".

Bref, on a attendu pile le moment du pic de production pour passer le méga turbo au niveau de la consommation.
"I know not with what weapons World War III will be fought, but World War IV will be fought with sticks and stones."
Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
ktche
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 364
Inscription : 01 févr. 2005, 11:05

Les objectifs de production 2005 de BP ne seront pas atteint

Message par ktche » 04 oct. 2005, 10:11

Reuters repris par Libération a écrit :BP estime que les ouragans Rita et Katrina l'empêcheront d'atteindre ses objectifs de production en 2005 et lui coûteront plus de 700 millions de dollars.

Le géant britannique de l'industrie pétrolière a précisé dans un communiqué que sa production moyenne de pétrole et de gaz au troisième trimestre s'était élevée à 3,8 millions de barils d'équivalent pétrole par jour, contre 4,1 millions au deuxième trimestre et 3,9 millions au troisième trimestre 2004.

Sa production a également été affectée par des travaux d'entretien prévus pour l'essentiel en mer du Nord, et la hausse des prix a pesé sur ses contrats de partage de production conclus avec des pays producteurs.

Les baisses de production subies dans le golfe du Mexique et en mer du Nord ont été particulièrement coûteuses, ces zones de production dégageant de fortes marges. En conséquence, le groupe s'estime peu susceptible d'atteindre son objectif de production annuelle de 4,1 à 4,2 millions de barils d'équivalent pétrole par jour.

BP précise qu'il devra affecter 100 millions de dollars de plus aux travaux de réparation de sa plate-forme de forage Thunder Horse, située dans le golfe du Mexique. Celle-ci accuse une gîte importante depuis le passage de l'ouragan Denis.


http://www.liberation.fr/imprimer.php?Article=328473

Avatar de l’utilisateur
Maurin
Kérogène
Kérogène
Messages : 73
Inscription : 16 juil. 2005, 16:36
Localisation : France - Paris

Re: Les objectifs de production 2005 de BP ne seront pas att

Message par Maurin » 04 oct. 2005, 16:24

ktche a écrit :
Le géant britannique de l'industrie pétrolière a précisé dans un communiqué que sa production moyenne de pétrole et de gaz au troisième trimestre s'était élevée à 3,8 millions de barils d'équivalent pétrole par jour, contre 4,1 millions au deuxième trimestre et 3,9 millions au troisième trimestre 2004.



Même si la durée est trop courte pour tirer des conclusions fermes, l'évolution de la production de BP est significative ; en supposant que la production du 3 eme trimestre puisse être maintenue, le passage de 4.1 à 3.8 mbd correspond quand même à une baisse de plus de 7 % par an.

Pour mémoire les derniers trimestres connus de production de Total sont de :
2.628 mbd au 4eme trimestre 2004
2.562 mbd au 1er trimestre 2005
2.506 mbd au 2eme trimestre 2005
En supposant que la production ait pu être maintenue au 3eme trimestre 2005 au même niveau cela ferait quand même une baisse plus de 4 % par an

Il serait intéressant de prolonger cet exercice à d'autres compagnies !!
"Ne compter que sur soi-même... et encore pas beaucoup" - Tristan Bernard

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5021
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 04 oct. 2005, 16:42

Cela expliquerait pourquoi lesdites compagnies maximisent leurs revenus pétroliers à court terme : elles sont en train de passer leur propre pic et font des réserves pour amortir la chute (= se diversifier).

Cela ne signifie pas pour autant que le pic global est passé, puisque les compagnies privées ne contrôlent qu'une partie de la production (et sans doute de moins en moins, les pays producteurs préférant monter une compagnie nationale).

C'est ptet pour ça qu'elles commencent à dire que le pic existe et n'est pas si éloigné : comme leurs réserves s'éteindront en premier, il faut faire monter vite les cours pour maximiser les profits. De là à penser que l'ASPO n'est qu'un sous-marin des Majors...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

BP va investir dans les énergies renouvelables.

Message par energy_isere » 29 nov. 2005, 11:59

BP to spend $8bn on green energy

By Carl Mortished, International Business Editor


BP PLANS to invest $8 billion (£4.6 billion) in wind, solar and hydrogen power over the next decade in a drive for more renewable energy.
The push for green power, announced just before the launch today by the British Government of its energy review, will renew the oil company’s green credentials by doubling spending over three years to $1.8 billion, with a major focus on wind power.

The investment plans are revealed at a sensitive time for the British oil industry, with energy companies accused of manipulating the natural gas market and expectations that the Chancellor will announce plans next week for increased taxes on North Sea oil companies.

Lord Browne of Madingley, BP’s chief executive, said yesterday that he supported a request from Ofgem, the energy markets regulator, that the European Commission investigate market distortions in the supply of gas to the UK.

In response to a question about the low level of imports from mainland Europe to the UK, Lord Browne said: “We are not a player in those markets. All I can say is they are somewhat opaque.”

Vivienne Cox, BP’s head of gas and trading, attributed the company’s low level of imports of liquefied natural gas (LNG) into the new Isle of Grain terminal to scarce supplies: “We are not holding back gas. There is a worldwide shortage. LNG is like any other product. It goes to the places where prices are highest.”

A new business unit, BP Alternative Energy, will recruit several hundred staff and invest in solar cells, carbon sequestration projects, wind power in America and combined-cycle gas turbine power generators.

BP, which famously rebranded itself “Beyond Petroleum” in 2000, has lagged behind some others in the oil industry in spending on renewable energy. The new commitment of $1.8 billion will raise a political challenge to Shell, its rival, which has also promoted green energy and invested $1.5 billion in renewables, including a big push into wind power in Britain.

BP’s focus has been in solar energy and yesterday it said that the solar business had generated a profit for the first time.

Ms Cox, who will run BP Alternative Energy, said that solar manufacturing capacity would double with a view to tripling sales. A major focus will be the creation of a portfolio of wind turbines in America generating 200 megawatts by 2007. BP will concentrate investment on industrial sites inherited from Atlantic Richfield, the California-based oil company that it acquired in 1999. Ms Cox said, however, that renewables were still “policy-dependent”, meaning that a level of government subsidy was necessary.

Avatar de l’utilisateur
thorgal
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1955
Inscription : 05 nov. 2005, 17:55
Localisation : Copenhague

la compagnie BP

Message par thorgal » 07 févr. 2006, 19:21

puisque chaque compagnie a l'air de provoquer un fil entier de discussion, alors j'ouvre le fil BP :D (peut-être qu'il serait mieux de regrouper tout ça dans "Compagnies Pétrolières et Gazières" ? quel est le plus lisible ?)

Bref, je viens d'entendre une interview de Lord Browne sur la BBC World, c'est le chef executif de BP. Jamais entendu une langue de bois pareille!!
Le journaliste bien propet lui soufflait presque les réponses, hallucinants!

Donc, BP réalise et pense réaliser une augmentation de production :shock: de l'ordre de 4-5 % si j'ai bien suivi. Le lord, il avait l'air sûr de lui avec ses technologies plus performantes (mais non détaillées) qui permettront de mieux rentabiliser les anciens puits, découvrir de nouveaux gisements et améliorer la production depuis les sables bitumeux. Pour lui, la hausse du prix est due aux ouragans du Golfe du Mexique et aux tensions géopolitiques (réponses soufflées par le journaleux) et que dalle pour le PO. Pas un mot là-dessus, rien, nothing, nada, nichts, intet! Quant à la croissance économique, no problem, il constate que le monde se maintient même avec un baril à 60$ en moyenne ...

Les bénefs de BP en 2005 sont de 20G dollars si je dis pas de conneries. Le lord prévoit pas de baisse du prix du baril à moins de résoudre les tensions géopol. Bref, tout ça, c'est de l'interview un peu bidon adressée aux actionnaires, histoire de dire : quel que soit la situation, on y gagne. Qqun a dit : "they will make money on the way up, but also on the way down ... " *

* Ils feront des bénefs quand ça monte, mais aussi quand ça va descendre.

PS: il avait un regard de poisson mort ... tout comme un autre gars un peu plus tard qui disait que le forcing US pour les OGM en Europe allait aboutir et que l'Europe se plierait enfin aux règles de l'OMC ... et beh, ca te desactive la cervelle l'abus d'économie mondiale

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49566
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la compagnie BP

Message par energy_isere » 07 févr. 2006, 20:21

BP bien touché par les ouragans, mais cependant ils prévoient de distribuer 65 milliards de $ sur 2006 - 2007 - 2008 aux actionaires, soit environ 21 milliards chacune de ces années la (si le baril se maintient à 60 $ )


http://www.iht.com/articles/2006/02/07/business/BP.php

BP profit reined in by storms

Bloomberg News

TUESDAY, FEBRUARY 7, 2006


LONDON BP, the oil company, said Tuesday that fourth-quarter profit rose 22 percent, as higher crude oil and natural gas prices made up for a drop in production because of hurricane damage to rigs, platforms and refineries in the United States.

Net income was $3.69 billion compared with $3.01 billion in the year-earlier period, London-based BP said. Its chief executive, John Browne, said the company may return as much as $65 billion to shareholders from 2006 to 2008 should oil prices stay at $60 a barrel.

However, the shares fell, as reduced production and costs incurred from damage caused during the hurricanes Dennis, Katrina and Rita kept earnings growth below that of BP's larger competitor Exxon Mobil, which said on Jan. 30 that fourth-quarter net income jumped 27 percent to a record $10.7 billion.

"BP's growth was the main disappointment in 2005 due to hurricane disruptions," analysts at Citigroup wrote in a note. "Growth should bounce back in 2006."

BP's oil and gas output was 4.02 million barrels of oil equivalent per day in the quarter, down 1.8 percent from 4.095 million a year earlier.

Excluding one-time items and inventory changes, profit was $4.99 billion, 12 percent less than the $5.7 billion expected in a median forecast from nine analysts surveyed by Bloomberg News.

Fourth-quarter sales gained 21 percent from the year-earlier period to $64.7 billion.

BP's fourth-quarter dividend, to be paid in March, will be about 9.38 cents a share compared with 8.50 cents a year earlier.

Shares of BP fell as much as 2.9 percent at one point on Tuesday and traded 17 pence lower, or 2.55 percent, at 648.5 pence around midday.

BP stock has gained 4.9 percent so far this year, while shares in Exxon Mobil, the world's largest company by market value, have climbed 10 percent. BP's shares have trailed Exxon's in three of the past four years.

Of 36 analysts tracked by Bloomberg who follow BP, 27 recommend buying the shares, 6 have a "hold" recommendation and 3 advise investors to sell.'

Oil prices peaked at $70.85 a barrel in New York on Aug. 30, a day after Hurricane Katrina struck the Gulf Coast of the United States, and currently trade near $65. Last quarter, they averaged 24 percent more than a year earlier.

BP has missed some of the benefit of high oil prices because of damage to two key facilities.

Hurricane damage to the company's $1 billion Thunder Horse platform has delayed its startup until the second half of this year, at least six months behind schedule. The company's Texas City refinery, damaged by storms and a March explosion, was still not producing gasoline as of last week.

"BP's fourth quarter result was particularly hit by the continued shutdown of our Texas City refinery, during its refurbishment," Browne said in a statement.

The BP chief executive has spent about $90 billion over several years on acquisitions in the United States to increase production.

LONDON BP, the oil company, said Tuesday that fourth-quarter profit rose 22 percent, as higher crude oil and natural gas prices made up for a drop in production because of hurricane damage to rigs, platforms and refineries in the United States.

Net income was $3.69 billion compared with $3.01 billion in the year-earlier period, London-based BP said. Its chief executive, John Browne, said the company may return as much as $65 billion to shareholders from 2006 to 2008 should oil prices stay at $60 a barrel.

However, the shares fell, as reduced production and costs incurred from damage caused during the hurricanes Dennis, Katrina and Rita kept earnings growth below that of BP's larger competitor Exxon Mobil, which said on Jan. 30 that fourth-quarter net income jumped 27 percent to a record $10.7 billion.

"BP's growth was the main disappointment in 2005 due to hurricane disruptions," analysts at Citigroup wrote in a note. "Growth should bounce back in 2006."

BP's oil and gas output was 4.02 million barrels of oil equivalent per day in the quarter, down 1.8 percent from 4.095 million a year earlier.

Excluding one-time items and inventory changes, profit was $4.99 billion, 12 percent less than the $5.7 billion expected in a median forecast from nine analysts surveyed by Bloomberg News.

Fourth-quarter sales gained 21 percent from the year-earlier period to $64.7 billion.

BP's fourth-quarter dividend, to be paid in March, will be about 9.38 cents a share compared with 8.50 cents a year earlier.

Shares of BP fell as much as 2.9 percent at one point on Tuesday and traded 17 pence lower, or 2.55 percent, at 648.5 pence around midday.

BP stock has gained 4.9 percent so far this year, while shares in Exxon Mobil, the world's largest company by market value, have climbed 10 percent. BP's shares have trailed Exxon's in three of the past four years.

Of 36 analysts tracked by Bloomberg who follow BP, 27 recommend buying the shares, 6 have a "hold" recommendation and 3 advise investors to sell.'

Oil prices peaked at $70.85 a barrel in New York on Aug. 30, a day after Hurricane Katrina struck the Gulf Coast of the United States, and currently trade near $65. Last quarter, they averaged 24 percent more than a year earlier.

BP has missed some of the benefit of high oil prices because of damage to two key facilities.

Hurricane damage to the company's $1 billion Thunder Horse platform has delayed its startup until the second half of this year, at least six months behind schedule. The company's Texas City refinery, damaged by storms and a March explosion, was still not producing gasoline as of last week.

"BP's fourth quarter result was particularly hit by the continued shutdown of our Texas City refinery, during its refurbishment," Browne said in a statement.

The BP chief executive has spent about $90 billion over several years on acquisitions in the United States to increase production.


Avatar de l’utilisateur
Loup Espiègle
Condensat
Condensat
Messages : 786
Inscription : 19 janv. 2006, 15:54
Localisation : S-E

Message par Loup Espiègle » 07 févr. 2006, 20:27

Ma parole, les c******* en or qu'ils doivent se faire les actionnaires !
Tiens, ça me fait penser à un truc que j'ai vu sur PO.com : tu mets de l'argent dans les actions pétrolières pour contrebalancer l'inflation...

Mery Claude
Kérogène
Kérogène
Messages : 35
Inscription : 09 janv. 2006, 22:13

Message par Mery Claude » 07 févr. 2006, 21:21

Il ne faut pas trop phantasmer sur les bénéfices à venir des compagnies pétrolières. En cas de hausse prolongée, la baisse de consomation finit par se faire sentir ( Voir les derniers grands chocs) el les bénéfices avec.

Deuxièmme effet désagréable, une compagnie qui se gave, comme Total actuellement, attire une multitude de parasites et se crée du gras. C'est pas vraiment bon pour l'actionnaire.

De plus les gouvernements ont tendance à augmenter les taxes sur le secteur, pour plaire à l'électorat et remplir les caisses. Ce qui à terme finit par faire baisser le rendement de l'affaire.

Dernier problème et pas mince, trouver en permanence de nouveaux champs et sécuriser leur exploitation.
On avance, on avance, on avance, c'est une évidence on n'as pas assez d'essence pour faire la route dans l'autre sens.... On avance.

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4439
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Message par sceptique » 07 févr. 2006, 23:47

Pas de problème pour les compagnies après le pic. hypothèse réaliste :
La production baisse de 3% par an, les couts de production augmentent peu, le prix de vente prend 10% par an, les bénéfices explosent année après année et les actionnaires se goinfrent.
Evidemment, les gens de "l'autre coté" vont souffrir de plus en plus. Pas de pitié pour les faibles ! Voir par exemple le désastre annoncé pour la population pauvre des pays du Tiers Monde non producteur.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5021
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 08 févr. 2006, 01:24

Les compagnies pétrolières type BP (les "majors") disposent de l'expertise technique qui leur permet de sortir les ultimes gouttes de pétrole des champs en déplétion, contrairement à la plupart des compagnies nationalisées des pays producteurs (qui, rappelons-le car ce n'est pas immédiat, contrôlent environ 90% des réserves de nos jours). Elles font payer très cher ce genre de service (@TestadePibou : oui oui, ce sont des consultants :twisted: ).
Les prestations d'exploration sont également facturables au prix fort car elles font désormais appel à des techniques sophistiquées dont ne disposent pas les pays producteurs.
Enfin, la production de pétrole non conventionnel (cf ASPO : en forte croissance sur la décennie à venir) est également très technique et fait appel à de gros investissements que les majors peuvent prendre en charge.

Ensuite, ne pas oublier que toute compagnie pétrolière importante a deux activités : l'amont (l'exploration-production) et l'aval (le raffinage). En ce moment, avec la saturation des raffineries, les marges sont redevenues extrêmement confortables.
Donc tout va bien pour les pétrolières.

Maintenant, comme je l'ai dit sur un autre post, il y a de toute façon une bulle sur les marchés actions, donc vous pouvez presque acheter n'importe quoi...
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5964
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Message par mahiahi » 08 févr. 2006, 07:57

Tiennel a écrit :Les compagnies pétrolières type BP (les "majors") disposent de l'expertise technique qui leur permet de sortir les ultimes gouttes de pétrole des champs en déplétion

Non, on n'extrait jamais tout le pétrole (même pas la moitié) d'un gisement
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités