[Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12385
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par GillesH38 » 11 oct. 2009, 12:08

..En imaginant que d'ici 20 ans, la Chine parvienne à avoir le taux d'équipement en voiture de l'Occident, elle consommerait alors l'équivalent de la production actuelle de pétrole...
dit comme ça ... ça casse !! :shock:

mais vu qu'elle a deux fois plus d'habitants que l'Occident, qui consomme lui meme la moitié des ressources, c'est effectivement tout à fait exact !
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4893
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par Raminagrobis » 11 oct. 2009, 13:04

République populaire de Chine : 1.36 Md d'habitants.
Consommation de pétrole : 8 Mb/j (millions de barrils jour)
soit 2.15 b/an/habs ce qui est très peu.

Si ils se mettent à consommer autant que...

la Tunisie (3.2 barrils), ils consommeront 12 Mb/j : 4 Mb/j de plus, ce qui demande une nouvelle production équivalente à l'Iran pour fournir la différence.

le Mexique (7 bl/an/hab), ça donne 26 Mb/j. 18 de plus qu'actuellement, deux arabies saoudite.

la France (11.2), ca fait 42 Mb/j. La moitié de la production mondiale

la Belgique (22), on arrive à 82 Mb/j (j'ai jamais compris que la belgique consomme autant)

les USA (25), ça fait 93 Mb/j...

Inutile de dire que ça n'arrivera pas 8-)

Jamais les chinois ne consommeront autant que les Français actuels. Ni en 2020, ni en 2050, ni en 2200.
Dernière modification par Raminagrobis le 11 oct. 2009, 18:15, modifié 2 fois.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
akochan
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 882
Inscription : 15 mai 2008, 19:02
Localisation : même les chats sont surpris par la crise

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par akochan » 11 oct. 2009, 18:04

Ce qui fait froid dans le dos c'est que nos gouvernqnts n'ont aucun autre modele de societe a proposer, la prime a la casse en etant la preuve car meme si les nouvelles voitures consomment moins, celles que l'on met a la casse a l'heure actuelle aurait encore tres bien pu etre utilise pendant encore de nombreuses annees.
On sait aussi que l'electricite est produite a 70% avec des energies fossiles, bref je ne vois pas beaucoup de solutions a court terme.
Plutot que de vouloir reserver le petrole au transport je pense plutot qu'il faudrait le reserver a la construction de biens durables.
Pour la Chine, je pense qu'ils sont tres conscients du pic petrolier etant donne le grand developpement des annonces concernant la construction de milliers de kilometres de lignes de chemin de fer et leur objectifs affiches dans le domaine de la voiture electrique et du photovoltaique en plein expansion. A noter que l'on vient de decouvrir de grandes reserves de silicium au mexique.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12385
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par GillesH38 » 11 oct. 2009, 19:35

Raminagrobis a écrit : la Belgique (22), on arrive à 82 Mb/j (j'ai jamais compris que la belgique consomme autant)
.
j'avais pas remarqué pour la Belgique mais pour le Luxembourg. En fait je pense que c'est dû en partie au fait que l'essence est moins chère et que beaucoup de frontaliers viennent y faire le plein. Sur une petite population, ça fait grimper les chiffres ! pour la Belgique, la présence de raffineries dans les ports doit aussi pas mal contribuer, ça consomme pas mal le raffinage.
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

emmort
Brut léger
Brut léger
Messages : 460
Inscription : 25 févr. 2009, 21:48
Localisation : Ans (Belgique)

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par emmort » 11 oct. 2009, 21:02

Raminagrobis a écrit:
la Belgique (22), on arrive à 82 Mb/j (j'ai jamais compris que la belgique consomme autant)
.

Etes-vous sûr de vos chiffres car la fédération pétrolière parle de 3.22T/hab (enfin 33825 kT pour 10,5 Mhab, faites le compte)

http://www.petrolfed.be/french/docs/tab ... abl_17.pdf

Bien sûr, ce n'est ici que du pétrole liquide, nous avons le gaz et le nucléaire qui rajoutent (disons qui doublent la mise) on reste loin des 22 Tep/hab. N'y aurait-il pas un problème avec les réexportations? Anvers et zeebruges transforment et réexportent 80% de leur production (raffinerie et vaporisation de GNL).

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4893
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par Raminagrobis » 11 oct. 2009, 22:24

ouais, mais je n'ai jamais parlé de TEP par an, je parle en barrils :roll:

1 TEp = 7.2 barrils de pétrole environ

3.22 tonnes, ça correspond à peu près à 22 barrils, pas de problème.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
LeLama
Condensat
Condensat
Messages : 730
Inscription : 08 août 2006, 23:12
Localisation : Angers, France
Contact :

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par LeLama » 11 oct. 2009, 23:45

Les negationnistes changent de discours a grande vitesse en ce moment. Un de plus. L'ifp faisait partie des negationnistes. Ils admettent maintenant les problemes, meme s'ils nient encore un peu les causes, sans etre tres clairs.

En fait, Favennec dit une chose et son contraire dans l'interview. Il commence par dire que le pb est purement politique. Puis il dit que c'est embetant car les gisements s'epuisent et que les bitumineux n'ont pas le meme potentiel.

Une phrase qui me semble montrer qu'il commence a flipper un peu: "Il y a une petite équation qui fait froid dans le dos. Si on n'investit pas massivement d'ici 20 ans, la production de pétrole conventionnel va tomber à un niveau faible car les gisements s'épuisent rapidement".

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6955
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par rico » 12 oct. 2009, 09:18

On peut imaginer que l'utilisation du pétrole soit strictement réservé aux transports
Je me demande pendant encore combien de temps on va lire des affirmations aussi stupides.

fuste23
Condensat
Condensat
Messages : 701
Inscription : 22 oct. 2007, 20:51

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par fuste23 » 12 oct. 2009, 09:29

rico a écrit :
On peut imaginer que l'utilisation du pétrole soit strictement réservé aux transports
Je me demande pendant encore combien de temps on va lire des affirmations aussi stupides.
Avant d'être strictement réservé à l'armée.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4893
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par Raminagrobis » 20 oct. 2009, 21:42

Réserver le pétrole aux transports c'est aller vite en besogne, mais c'est une tendance qui se fait peu à peu, surtout dans les pays développé. On a quasiment arrêté d'utiliser le pétrole pour la production d'électricité (sauf dans des cas particulier : gros pays exportations, appoint, îles et endroit isolés ou le pétrole est le combustible le plus pratique à emmener), on le remplace largement par le gaz dans le chauffage et l'industrie.

La part du pétrole consacrée aux transports est donc en progression constante.

suffit d'aller voire dans lekey world energy statistics, page 33 pour le monde, la part des transports dans la conso de pétrole est passé de 45.4% en 1973 à 61.2% en 2007.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52221
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par energy_isere » 01 mai 2010, 11:40

l' IFP à sorti ses documents dans PANORAMA-2010.

http://www.ifp.fr/information-publicati ... orama-2010

(pour 2009 j' avais fait l' nnonce ici : viewtopic.php?p=234383#p234383 )
Panorama 2010

"Quelles ressources en matières premières pour un système énergétique durable ?"


Chaque année, un dossier de notes de synthèse, rédigées par des experts de l'IFP, complète les interventions du Colloque Panorama.
Les sujets abordés dans les notes de synthèse en 2010 sont les suivants :

Activités et marchés en exploration-production
(PDF - 530 Ko)

Raffinage - Ajustement à un environnement en mutation
(PDF - 590 Ko)

Tendances à court terme de l'industrie gazière
(PDF - 420 Ko)

Contexte pétrolier 2009 et tendances
(PDF - 700 Ko)

L’industrie du transport
(PDF - 660 Ko)

Marchés du CO2 et état des négociations climatiques internationales
(PDF - 1 Mo)

Quelles ressources en biomasse pour un système énergétique durable ?
(PDF - 1.4 Mo)

Quelles ressources en combustibles nucléaires ?
(PDF - 1.3 Mo)

Li, Ni, Pt, Pd : des métaux "critiques" ?
(PDF - 700 Ko)

Quelles ressources en charbon ?
(PDF - 610 Ko)

Un point sur les ressources en hydrocarbures - 1 - Les liquides pétroliers
(PDF - 580 Ko)

Un point sur les ressources en hydrocarbures - 2 - Le gaz naturel
(PDF - 450 Ko
et pour ce qui interesse au plus haut point ce forum :
Un point sur les ressources en hydrocarbures - 1 - Les liquides pétroliers
http://www.ifp.fr/content/download/6913 ... oliers.pdf

la conclusion du document :
Conclusion

Les réserves courantes mondiales de pétrole et de
condensats sont comprises entre 960 et 1060 Gb. Elles
sont inférieures aux réserves déjà produites, ce qui suggère
un déclin prochain de la production mondiale
(conformité aux résultats obtenus par les pays ayant été
dans les mêmes conditions de ratio réserves restantes/
réserves produites). Ce déclin attendu des réserves courantes
n’est en rien surprenant, mais contrairement au
passé, il ne pourra être différé que par l’arrivée de
pétroles de haute technologie : amélioration des taux de
récupération, arrivée de nouvelles réserves contenues
dans des gisements plus petits, plus profonds, plus
complexes et avec une part de non conventionnels de
plus en plus importante. Ces réserves nécessitent, pour
être exploitées, un maintien voire une croissance des
investissements et compétences techniques de haut
niveau. Selon l’intensité et la rapidité de mise en oeuvre de
ces moyens, la production mondiale de liquides pétroliers
pourrait globalement être maintenue à 80 Mb/j jusqu’en
2035 environ (pseudo plateau), voire légèrement augmentée
(plateau bombé) jusqu’en 2027 (94 Mb/j), voire
2035 (101 Mb/j). Ces chiffres concernent l’approvisionnement
attendu uniquement à partir du pétrole et des
condensats.
La satisfaction de la demande passera
aussi par la production de liquides à partir d’autres
sources telles que biomasse, gaz (GtL) ou charbon (CtL),
dont il n’est pas question dans ce document.

Il est important de rappeler que l’évolution du profil de
production mondiale de pétrole n’est pas liée à la seule
mise à disposition des réserves et des ressources. Des
modifications majeures au niveau de la demande peuvent
également fortement impacter ce profil. Quels que
soient les scénarios, seule l’arrivée rapide de réserves
issues de nouvelles découvertes permettra d’augmenter
le rythme journalier de production.
Pour finir, il faut prendre conscience que ces efforts de
mobilisation de nouvelles réserves et les investissements
qui les accompagnent sont indispensables pour
assurer une période de transition énergétique acceptable
par tous, et souhaitables, d’un point de vue politique et
économique.

Yves Mathieu

Manuscrit remis en novembre 2009
Il y en a donc pour tous les gouts.
Ou disons qu' on pourra pas leur reprocher de s'étre trompé.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12385
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par GillesH38 » 01 mai 2010, 12:12

Joli numéro d'équilibriste que nous offre l'IFP ! dans le document pdf sur le pétrole.

j'ai bien cherché, le mot "pic" n'apparait jamais; mais voilà le genre de choses qu'on y lit :
Pour les non OCDE, la croissance à la fois de la population et des revenus par habitant aboutit à une consommation pétrolière de l’ordre de 56 Mb/j en 2030, contre 39 Mb/j actuellement. Cette évolution est établie sur la base d’une consommation unitaire de plus de huit barils pour 1 000 habitants pour un PIB unitaire de l’ordre de 4 500 $, qui correspond à la situation de la Turquie en 1987. Une évolution proche de celle qu’a connue la Corée, avec une consommation plus importante dans le secteur indus- triel et de la production d’électricité, entraînerait une consommation bien entendu plus élevée. Cette perspective paraît peu probable pour les non OCDE compte tenu du nouveau contexte pétrolier.
"nouveau contexte pétrolier" ... :-k ??

continuons...
Globalement, ce calcul simplifié aboutit à une consomma- tion mondiale d’environ 108 Mb/j en 2030 proche des prévisions de l’AIE (107,9 Mb/j) ou du DOE (106,6 Mb/j). Cela signifie une hausse de l’ordre de 20 Mb/j par rapport à la situation actuelle (86 Mb/j).....Le scénario de référence, peu volontariste, retient l’hypothèse que les véhicules traditionnels représenteraient encore en 2030 une part majeure des ventes. Le scénario dit “450 ppm”, prend en compte l’introduction de véhicules plus performants, hybrides en particulier, qui permet des gains (tous secteurs confondus) estimés à 7 Mb/j en 2030 (tableau 2)....Au total, ces différentes actions conduisent à une baisse de la demande pétrolière de 5 Mb/j en 2020 et de 11 Mb/j en 2030 entre les deux scénarios. Si l’on inclut par ailleurs les mesures des autres secteurs (industriels, électricité, etc.) le total atteint 7 Mb/j en 2020 et 16 Mb/j en 2030....Côté offre, le développement des ressources type huiles extra-lourdes et bitumes, hors Venezuela et Canada, carburants issus du gaz (GTL) ou du charbon (CTL), bio- carburants, pourrait en partie limiter le recours au pétrole plus traditionnel. Elles pourraient représenter un peu plus de 6 Mb/j en 2030. Un niveau plus faible reste envisageable compte tenu des développements attendus au Brésil ou en Irak en particulier.

En retenant ce scénario volontariste d’évolution de l’offre et de la demande, la production résiduelle serait stabilisée autour de 84 Mb/j pour l’offre en pétrole1 contre environ 100 Mb/j dans le scénario de référence (figure 9).
clairement dit : il est peu probable qu'on arrive à dépasser la production actuelle, et encore, en étant optimiste sur les lourds, et en se serrant la ceinture un max : pas de pic toujours , juste un plateau prolongé donc.
Ces chiffres doivent être comparés aux volumes produc- tibles connus de 2 600 Gb (production cumulée + réserves courantes + ressources contingentes, voir fiche “Un point sur les ressources en hydrocarbures – 1 – Les liquides pétroliers”) auxquels on peut ajouter entre 520 (IFP) et 1 000 Gb (USGS) de ressources potentielles non encore découvertes. D’après le scénario le plus optimiste, il apparaît donc que la moitié des volumes productibles connus conventionnels sera consommée autour de 2012 et avant 2030 pour les ressources potentielles (figure 10).
Ce constat laisse à penser que la situation sera certainement de plus en plus tendue pour assurer le développement de la production et l’équilibre offre/demande à terme. Quand la moitié des ressources est consommée, la production ne peut en effet que décliner. Cette idée est cohérente avec le constat, rappelé par l’AIE, d’un déclin désormais de plus en plus rapide des gisements pétroliers matures.
bon c'est dit : AU MIEUX , on peut prolonger le plateau jusqu'en 2030, et de toutes façons ce sera tendu. Ca suppose que le ratio production/réserves est le meme pour les non conventionnelles que pour les conventionnelles, ce qui est absurde dans le fait même qu'on les distingue.

Pas de pic, mais c'est un fantôme planant sur tout le discours ... dont il reconnaissent que c'est le scénario le plus optimiste.

Etant donné que l'IFP fait partie de l'appareillage institutionnel qui a tenté de masquer le plus longtemps possible la réalité du pic et qu'elle ne fait qu'admettre que maintenant que les projections à 100 Mb/j sont irréalistes, on ne peut que penser qu'ils sont systématiquement biaisés vers la vision la plus optimiste et la courbe de production maximale envisageable (ce qu'ils reconnaissent eux même d'ailleurs puisque c'est "le plus optimiste".) Sans que rien soit dit nulle part, ils sont donc en train de reconnaitre que la valeur centrale de la distribution de probabilité est celle d'un pic avant 2020 ....
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52221
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par energy_isere » 01 mai 2010, 12:24

GillesH38 a écrit :Joli numéro d'équilibriste que nous offre l'IFP ! dans le document pdf sur le pétrole .

j'ai bien cherché, le mot "pic" n'apparait jamais; mais voilà le genre de choses qu'on y lit :
.....

Pas de pic, mais c'est un fantôme planant sur tout le discours ... dont il reconnaissent que c'est le scénario le plus optimiste.

....
le document IFP que tu cites est écrit par Guy Maisonnier, et celui que j' ai cité par son collégue Yves Mathieu.
Ce dernier parle de scénario "pseudo plateau" (de producton) à 80 mb/j jusqu' en 2035 ou de scénario "plateau bombé" jusqu' en 2027 voire voire 2035 (101 Mb/j).
La aussi il répugne à utiliser le mot pic de production.

Faut que j' imprime tout ca pour lire à téte reposée.

Avatar de l’utilisateur
hyperion
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1709
Inscription : 18 juin 2005, 19:36
Localisation : herault

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par hyperion » 01 mai 2010, 12:31

si, jai lu le mot pic dans le pdf surles liquides:
Deux grands types de scénarios de production sont à
envisager : l’un reposant sur des hypothèses de réserves
et ressources conservatrices avec 960 Gb de réserves
courantes et 695 Gb de réserves futures (figure 7), et
l’autre plus optimiste, avec 1060 Gb de réserves courantes
et 975 Gb de réserves futures (figure 8). Dans les
deux cas, les scénarios de production présentés sont
des cumuls des scénarios des productions des 97 principaux
pays producteurs. Pour les pays n’ayant pas
encore traversé leur PIC de production, leur production a
été calculée pour atteindre un maximum avec une croissance
annuelle, précédent leur pic, limitée à 2 % en
moyenne.
mais c'est seulement pour les pays.
la conclusion est une sorte de prière:
plus en plus importante. Ces réserves nécessitent, pour
être exploitées, un maintien voire une croissance des
investissements et compétences techniques de haut
niveau. Selon l’intensité et la rapidité de mise en œuvre de
ces moyens, la production mondiale de liquides pétroliers
pourrait globalement être maintenue à 80 Mb/j jusqu’en
2035 environ (pseudo plateau), voire légèrement augmentée
(plateau bombé) jusqu’en 2027 (94 Mb/j), voire
2035 (101 Mb/j). Ces chiffres concernent l’approvisionnement
attendu uniquement à partir du pétrole et des
condensats. La satisfaction de la demande passera
Des
modifications majeures au niveau de la demande peuvent
également fortement impacter ce profil. Quels que
soient les scénarios, seule l’arrivée rapide de réserves
issues de nouvelles découvertes permettra d’augmenter

le rythme journalier de production.
Pour finir, il faut prendre conscience que ces efforts de
mobilisation de nouvelles réserves et les investissements
qui les accompagnent sont indispensables pour
assurer une période de transition énergétique acceptable
par tous, et souhaitables, d’un point de vue politique et
économique.
c'est tjs la m^me histoire reserves non conventionnelles non identifiées.le m^me graphe important avec la terminologie du jour
avec qlq concepts de plus reserves courantes pour conventionnells, additionnelles contingentes et potentieells ,le tout mélangés avec p1 p2 p3 (prouvées probables potentielles;90 , 50, 10%) rend le tout très clair :mrgreen: :mrgreen:
"ya une route, c'est mieux que rien, sous tes semelles , c'est dur et çà tient" Manset.
objectif d'inflation à 5,55% au lieu du 2% fixé arbitrairement à ce moment. un discours sur la dette sans precision sur cet objectif est futile.

Avatar de l’utilisateur
hyperion
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1709
Inscription : 18 juin 2005, 19:36
Localisation : herault

Re: [Acteurs] IFP ( Institut Francais du Pétrole )

Message par hyperion » 01 mai 2010, 13:00

Image
"ya une route, c'est mieux que rien, sous tes semelles , c'est dur et çà tient" Manset.
objectif d'inflation à 5,55% au lieu du 2% fixé arbitrairement à ce moment. un discours sur la dette sans precision sur cet objectif est futile.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités