Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par energy_isere » 01 janv. 2019, 14:42

Bloomberg voit un prix du baril à 70 dollars en 2019.
$70 Oil Could Be Right Around The Corner

By Tim Daiss - Dec 31, 2018,

Oil markets have always been cyclical, and now even more so with advanced electronic trading, more speculation (which often results in wider oil price swings) and more producers, including the resurgence of U.S. oil production, now reaching over 11 million barrels per day. Added to the cocktail of uncertainty are also a myriad of geopolitical and economic factors, including ongoing U.S.-China trade tensions, angst of U.S. Federal Reserve policy, and wars in Syria, Yemen and elsewhere, which make it increasingly difficult to forecast the direction for future oil prices.

This dynamic has proven true over the past two-and-a-half months as market pundits have watched (often in amazement) how global oil prices reached multi-year highs in October, only to quickly plunge by 40 percent to date. Prices for global oil benchmark, London-traded Brent crude futures were trading in the mid-$80’s range in early October, while U.S. oil benchmark, NYMEX-traded West Texas Intermediate (WTI) crude futures were hovering in the mid $70’s-range, a comfortable price point for U.S. shale oil producers, and around $25per barrel above the average oil production break-even point for shale producers.

However, amid all of the dismal economic news and problematic geopolitical developments, a group of bankers are sounding optimistic once again over future oil price forecasts. On Friday, Bloomberg said that many of the world’s largest banks are forecasting a rebound in oil prices next year as fears of a recession prove misplaced.

According to a Bloomberg survey of oil analysts, Brent will average $70 a barrel in 2019, almost a third higher than its price on Thursday. Michael Cohen, head of energy and commodities research at Barclays Plc in New York, said “we could even see something similar to a V-shaped recovery next year, on two very important conditions. One, that the reduction in OPEC exports leads to a reduction in inventories. And two, that we don’t see a further deterioration in macroeconomic conditions.”

The Bloomberg report added that despite a recent darkening outlook for the global economy amid prolonged trade disputes between the U.S. and China, and as the U.S. Federal Reserve embarks on tightening monetary policy, most commentators aren’t seeing an actual recession biting the oil market next year. The median forecast of 24 oil analysts in the Bloomberg survey projects that Brent crude futures will average exactly $70 a barrel in 2019. The price on Thursday was about $53.50 while the average so far in 2018 has been about $72. Meanwhile, the median forecast for WTI is $61.13. WTI futures traded at about $45.27 on Monday.
......
https://oilprice.com/Energy/Crude-Oil/7 ... orner.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par energy_isere » 07 janv. 2019, 23:08

Goldman Sachs revoit a la baisse le prix du baril pour 2019.
Why Goldman Just Drastically Slashed Its Oil Price Prediction

By Irina Slav - Jan 07, 2019,

Goldman Sachs reduced its outlook for oil prices this year citing abundant supply, Bloomberg reports, quoting a note to clients.

The investment bank’s analysts now expect Brent crude to average US$62.50 a barrel this year, down from an earlier projection of US$70 a barrel. West Texas Intermediate, according to Goldman Sachs, will average US$55.50 a barrel, compared with an earlier estimate of US$64.50 a barrel.

The price outlook revision was motivated by expectations of another glut despite the OPEC+ production cuts aimed at removing 1.2 million bpd from the global market and continued growth in U.S. shale oil production, as well as higher output in Brazil and Canada.

The bank’s analysts said, with regard to their expectations of oversupply, that OPEC produced a lot more crude oil in the last months of 2018, which means the cartel begins 2019 with more total production than it had at the beginning of last year, when larger production cuts were in effect.

What’s more, the Goldman analysts noted, pipeline bottlenecks in the Permian, which have pressured WTI previously, will likely clear faster than expected, driving a price rise in the U.S. benchmark.

“We expect that the oil market will balance at a lower marginal cost in 2019 given higher inventory levels to start the year, the persistent beat in 2018 shale production growth amidst little observed cost inflation, weaker than previously expected demand growth expectations (even at our above consensus forecasts) and increased low-cost production capacity,” analyst Daniel Courvalin wrote in the note.

The forecast update, however, comes days after the latest quarterly Dallas Fed Energy Survey revealed business activity in the U.S. oil and gas sector slowed down considerably in the fourth quarter of the year as benchmark oil prices plunged by over a quarter, suggesting shale oil production growth may slow down in 2019.

By Irina Slav for Oilprice.com
https://oilprice.com/Energy/Energy-Gene ... ction.html

Avatar de l’utilisateur
CP3
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 843
Inscription : 21 janv. 2007, 20:03
Localisation : Vaucluse
Contact :

[Chiffres] Ça monte ! (en dollar)

Message par CP3 » 21 janv. 2019, 12:09

https://www.challenges.fr/economie/le-b ... 019_637476

A peine cela avait baissé , on nous reparle déjà d' un risque de forte hausse Le tout avec une problématique de pic pétrolier pas trop encore suggéré .



"Le prix du pétrole reverra sans doute les 100 dollars en fin d’année 2019"

Par Guillaume Allier le 19.01.2019


INTERVIEW - Pour Benjamin Louvet, gérant matières premières chez OFI Asset Management, le prix du baril de pétrole devrait retrouver des niveaux records en fin d'année 2019 ou début 2020.
*** Vu que ca parle du prix du pétrole à un an, c'est déplacé dans ce fil. ***

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par energy_isere » 06 avr. 2019, 10:48

Fitch: Oil To Average $62.50 In 2020

By Tsvetana Paraskova - Apr 05, 2019

Brent Crude prices are expected to average $62.50 a barrel next year, down from $65 this year as slowing global economic growth could impact oil demand growth, Dmitry Marinchenko, senior director at Fitch Ratings, told Reuters in an interview published on Friday.

Fitch sees Brent Crude prices falling further down in coming years, to average $57.50 a barrel by 2022.

According to the ratings agency, global economic growth will slow down to 2.8 percent this year and next, compared to 3.2-percent growth for 2018.

“If the global growth slowdown becomes more pronounced, or even if recession materialises, then demand for oil could fall sharply, which is the main risk for global oil prices,” Marinchenko told Reuters.

Just before OPEC and allies decided in December to launch a new round of production cuts to rebalance the market and support oil prices, Fitch said that “we believe that supply controls will support medium-term oil prices in the range of USD60-USD65 a barrel for Brent crude. In the longer term, we continue to expect prices to fall below USD60/bbl driven by the falls to marginal producers' full-cycle costs.”

At the beginning of December, Fitch expected Brent to average $62.50 a barrel in 2020 and $60 per barrel in 2021, reflecting the rating agency’s expectations that OPEC and its Russia-led allies “will manage output to keep average prices above USD60/bbl in the medium term, although its ability to secure prices above USD70/bbl may be limited by US pressure.”

Early on Friday, Brent Crude was just below the $70 mark—at $69.11, down by 0.42 percent on the day at 06:35 a.m. EDT. WTI Crude was down 0.21 percent at $61.97.

OPEC and partners are meeting in June to review their pact, and according to Fitch’s Marinchenko, the future of the agreement will largely depend on how much supply Venezuela and Iran will be providing to the market at the time. Quotas may need to be revised and readjusted, as oil production in Venezuela will continue to drop, Marinchenko told Reuters.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... -2020.html

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9748
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par mobar » 06 avr. 2019, 17:53

Je parie pour un pétrole à moins de 5$/bl en 2100
Il sera remplacé par l'électricité et l'hydrogène renouvelables pour l'énergie et la mobilité et par la biomasse pour les applications en carbochimie

Les dernières utilisations seront captées par les membres de la secte des Oléocéniens qui en feront un usage immodéré lors de rassemblements de 4X4 pétaradants
Ceci est mon sang!
Amen
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par energy_isere » 02 sept. 2019, 19:50

«Donald Trump, l'influence du président américain sur le prix du pétrole»

LE CERCLE DES ÉCONOMISTES•02/09/2019

Après des mois compliqués, les prix du pétrole connaissent une rentrée agitée. Soumis aux aléas politiques et diplomatiques sur la scène internationale, les cours du pétrole se cherchent en permanence. Pour Jean-Marie Chevalier, le président américain, Donald Trump, va continuer de peser sur un marché appelé à rester volatil.

La géopolitique mondiale du pétrole a été fondamentalement modifiée au cours de ces récentes années. La production américaine de pétrole de schiste s'est développée à un rythme soutenu, et la baisse temporaire du prix du pétrole n'a pas ralenti cette expansion grâce à des progrès très importants de productivité. Les Etats-Unis sont ainsi devenus en quelques années le premier producteur mondial de pétrole, une place qui ne devrait pas être remise en cause à court et moyen terme. Cette production privée de pétrole brut, et de produits pétroliers, n'est pas en mesure d'être régulée, au sens où l'entendent les pays de l'OPEP.

Pour les Etats-Unis, le prix du pétrole révèle très clairement une ambivalence : il doit être suffisamment bas pour ne pas mécontenter les consommateurs ; il doit être suffisamment élevé pour assurer la rentabilité de la production de pétrole de schiste. Les deux autres principaux producteurs de brut sont la Russie et l'Arabie saoudite. Ce trio compte pour environ 30 % de la production mondiale.

Du côté de l'OPEP, longtemps considérée comme un quasi-cartel, l'unité, qui fut parfois efficace, a fait place à la division et à la différenciation : l'Arabie saoudite et ses proches alliés s'opposent très durement à l'Iran pour la domination de la région, le Venezuela et la Libye ont pratiquement quitté la scène. Pour maintenir son influence sur le marché, l'OPEP a donc été conduite à se rapprocher de la Russie, et une dizaine de pays ont rejoint cette nouvelle coalition articulée autour de l'OPEP et de la Russie (OPEP +) qui représente environ 50 % de la production mondiale de pétrole. Ces pays ont intérêt à maintenir un prix relativement élevé qui leur assure un équilibre socio-financier qui, en tout état de cause, demeure fragile.

Rapports de force réels, actifs et vigoureux

Cette nouvelle géopolitique fait apparaître des rapports de forces qui sont réels, actifs et vigoureux. Ainsi, l'équilibre des flux pétroliers, en tenant compte des flux de pétrole brut et des flux de produits raffinés, est assez fragile car il repose sur des courants non sécurisés dont beaucoup peuvent être perturbés ou remis en cause de façon assez soudaine. Cette situation s'explique par plusieurs facteurs : d'abord par la multiplication des points sensibles caractérisés par des espaces de navigabilité étroits : les détroits d'Ormuz, de Malacca, de Bab el Mandab, de Gibraltar ; ces points peuvent être perturbés plus ou moins durablement par des accidents ou des actions terroristes.

Ensuite, les conditions d'approvisionnement en produits raffinés des différents pays sont, elles-mêmes, instables et fragiles : citons les cas de l'Iran, du Venezuela, de l'Algérie mais aussi des Etats-Unis, véritable plaque tournante et point d'arbitrage entre les flux de pétrole brut et les flux de produits raffinés. En outre, pour certains pays, comme l'Iran, le Venezuela, la Libye, le niveau de la production et des exportations peut varier de façon significative en fonction de la situation politique et économique du pays, du niveau des investissements pétroliers, des sanctions américaines.

On voit bien, de ce point de vue, que le Président américain a le pouvoir d'agir directement sur l'offre et la demande de pétrole. Les sanctions américaines, sur l'Iran par exemple, ont des effets directs, mais aussi indirects dans la mesure où elles pèsent sur la stratégie des groupes internationaux. On peut penser ainsi que le prix du pétrole restera volatil dans la fourchette de 60 à 80 dollars le baril.

Jean-Marie Chevalier, membre du Cercle des économistes, professeur émérite à l'Université Paris-Dauphine
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... 91db6de0c8

alain2908
Goudron
Goudron
Messages : 182
Inscription : 13 nov. 2005, 09:58

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par alain2908 » 03 sept. 2019, 10:37

mobar a écrit :
06 avr. 2019, 17:53
Je parie pour un pétrole à moins de 5$/bl en 2100
Il sera remplacé par l'électricité et l'hydrogène renouvelables pour l'énergie et la mobilité et par la biomasse pour les applications en carbochimie
BNP Paribas le voit à 20 $ https://investors-corner.bnpparibas-am. ... oleum-age/

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13317
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par GillesH38 » 03 sept. 2019, 10:57

la question essentielle n'est pas celle du prix du baril, il est celui du revenu moyen par habitant en 2100 ...
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9748
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par mobar » 03 sept. 2019, 11:06

alain2908 a écrit :
03 sept. 2019, 10:37
mobar a écrit :
06 avr. 2019, 17:53
Je parie pour un pétrole à moins de 5$/bl en 2100
Il sera remplacé par l'électricité et l'hydrogène renouvelables pour l'énergie et la mobilité et par la biomasse pour les applications en carbochimie
BNP Paribas le voit à 20 $ https://investors-corner.bnpparibas-am. ... oleum-age/
Ils font une fixette sur le pétrole carburant qui est aujourd'hui une utilisation quasi exclusive du pétrole, il est fort possible que la situation soit complétement différente en 2100 et que l'on se déplace avec une autre énergie embarquée que le pétrole (batteries, gaz de synthèse, hydrogène ...)

Si le pétrole à ce moment, là n'est plus extrait que pour alimenter des usines chimiques ou fabriquer des enrobés routiers, sa rareté et son cout risquent de grandement dévisser
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

tuefeli
Kérogène
Kérogène
Messages : 73
Inscription : 03 déc. 2007, 17:06

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par tuefeli » 03 sept. 2019, 15:44

Pourvu que Mobar ait raison, a 5$ le baril, aucun puit n'est rentable, ce serait la fin définitive du pétrole. Si on veut sauver nos écosystèmes, le prix doit coller au plancher!

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9748
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par mobar » 04 sept. 2019, 09:36

Pas tout à fait vrai, tous les puits dont les couts de prospection, exploration, forage sont amortis sont rentables
Le coût d'exploitation, même avec de l'EOR de base, est bien inférieur à 5$/baril pour la grande majorité des puits de conventionnel qui sont en production
Rien qu'avec ces puits, tu produiras encore pendant plusieurs décennies des quantités de pétroles bien supérieures à ce qu'on produisait dans les années 60
Sans préjuger des améliorations qui peuvent doubler le taux de récupération actuel des puits existants
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1054
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par tita » 10 sept. 2019, 11:38

mobar a écrit :
04 sept. 2019, 09:36
Pas tout à fait vrai, tous les puits dont les couts de prospection, exploration, forage sont amortis sont rentables
Le coût d'exploitation, même avec de l'EOR de base, est bien inférieur à 5$/baril pour la grande majorité des puits de conventionnel qui sont en production
Rien qu'avec ces puits, tu produiras encore pendant plusieurs décennies des quantités de pétroles bien supérieures à ce qu'on produisait dans les années 60
Sans préjuger des améliorations qui peuvent doubler le taux de récupération actuel des puits existants
Tout à fait d'accord sur le fait que si l'investissement a déjà été réalisé, il n'entre plus en compte dans l'exploitation du puits en dehors de l'amortissement (peut importe s'il est remboursé ou non d'ailleurs). L'entreprise qui a réalisé les investissements peut, dans un cas extrême, faire faillite et ses puits seront rachetés au prix où ça sera économiquement rentable de les exploiter en fonction du prix du baril.

Mais je ne suis pas d'accord avec l'affirmation que les "lifting costs" sont bien inférieur à $5. C'est très variable en fonction du type et de l'emplacement de réservoir. L'offshore profond est probablement au-dessus.

Et si le prix du pétrole atteint le coût d'exploitation, la production diminue immédiatement parce qu'il n'y a plus d'investissements, à un taux d'environ 6% par an. Je rappelle que les améliorations nécessitent de l'investissement. Il faudrait à peine 15 ans à ce rythme pour tomber en-dessous de la production des années 60.

Mais de toute façon, c'est un scénario extrême et très théorique qui n'est pas réaliste. Les fortes variation des prix du pétrole sont plutôt rares, du fait des mécanismes plutôt complexes de fixation des prix (futures, hedge, etc.). Et les variations de production/consommation stabilisent rapidement les prix. En dehors d'une baisse de la consommation forcée (récession), le prix ne peut pas rester longtemps à des niveaux qui forcent une baisse de la production.

Mais bon, chacun ses "croyances".

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9748
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par mobar » 10 sept. 2019, 13:34

Est ce que tu es d'accord sur le fait que le prix du marché n'a rien à voir avec le cout complet d'exploitation ?
Et que c'est le baril marginal qui permet de satisfaire la demande qui fait le prix du marché?
Si oui, on est d'accord ;)

Ce n'est pas une question de croyance, mais de mécanismes de marché!
Si l'offre à l'instant t n'est pas capable de satisfaire la demande, le prix monte jusqu'à ce que la demande se réduise pour devenir égale à l'offre
Toutes les qualités de brut sont soumise à cette mécanique, plus ou moins impactée par les stratégies d'acteurs, les marges exigées ou concédées, les politiques imposées, les couts de transport, les volumes de stock ... mais ce sont de détails qui restent encadrés et ne varient pratiquement pas d'un mois sur l'autre
Alors qu'un déficit d'offre de 500 000 bl/jour peut faire monter le prix de 10$/bl durablement sans avoir besoin d'autre justification
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1054
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par tita » 10 sept. 2019, 14:24

mobar a écrit :
10 sept. 2019, 13:34
Est ce que tu es d'accord sur le fait que le prix du marché n'a rien à voir avec le cout complet d'exploitation ?
Et que c'est le baril marginal qui permet de satisfaire la demande qui fait le prix du marché?
Si oui, on est d'accord ;)

Ce n'est pas une question de croyance, mais de mécanismes de marché!
Si l'offre à l'instant t n'est pas capable de satisfaire la demande, le prix monte jusqu'à ce que la demande se réduise pour devenir égale à l'offre
Toutes les qualités de brut sont soumise à cette mécanique, plus ou moins impactée par les stratégies d'acteurs, les marges exigées ou concédées, les politiques imposées, les couts de transport, les volumes de stock ... mais ce sont de détails qui restent encadrés et ne varient pratiquement pas d'un mois sur l'autre
Alors qu'un déficit d'offre de 500 000 bl/jour peut faire monter le prix de 10$/bl durablement sans avoir besoin d'autre justification
Le coût du baril marginal, c'est le coût du dernier baril nécessaire à satisfaire la demande et qui va définir le prix de tous les autres barils vendus (et donc leur marge).

Mais ce coût inclue les investissements nécessaires au renouvellement et à l'augmentation de la production pour satisfaire la demande. Ce que vous ne semblez pas comprendre, c'est que TOUS les producteurs investissent dans leurs gisements (pas les coûts d'exploitation, ils creusent de nouveaux puits). Même ceux qui ont une production qui décline, et ce malgré leurs investissements.

Descendre en-dessous de coût marginal est parfaitement possible, et va impacter surtout les investissements mais pas la production actuelle. Ni même les projets qui ont déjà été entamés, qui s'étalent sur plusieurs années. Et on est dans cette situation depuis 2015... Avant cette date, des investissements conséquents ont été réalisés, pas seulement dans le schiste, du fait que les rentrées financières de producteurs étaient beaucoup plus importante qu'avant 2007. Quoi de plus logique que de le réinvestir dans de nouvelles capacités de production? Qui ont du coup un coût par baril moins élevé et font descendre le coût du baril marginal, rendant ainsi les investissements moins intéressants dans les réservoirs plus complexes qui s'étaient développés en premier.

Le coût du baril marginal est un concept élégant, mais c'est quelque chose d'incalculable en soit.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9748
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le futur prix du baril dans la boule de cristal

Message par mobar » 10 sept. 2019, 15:03

Je ne parle pas du cout du baril marginal, d'ailleurs ce cout importe peu
C'est le prix auquel ce baril est proposé qui importe!

Le détenteur du baril marginal fixe ce prix en fonction de critères qui lui sont propres
Généralement, c'est un prix qui lui permet de dégager un bénéfice immédiat plus avantageux qu'un bénéfice différé (obtenu grâce à l'augmentation du prix du marché consécutive à la rareté)
Mais cela peut être tout autre chose

Le détenteur du baril marginal est forcément un acteur de premier plan disposant de volumes conséquents et n'étant pas tenu par des contraintes de recettes immédiates

Ce détenteur du baril marginal dispose de barils à plus bas cout que sa décision va, soit apprécier, soit déprécier

Les producteurs de pétrole de schiste ne peuvent jouer ce rôle, empêtrés qu'il sont dans leurs obligations de remboursement et par la faible modulation possible de leur production

Quoiqu'on en dise ce sont encore les Saoudiens (sous pression modérée de Trump) et Poutine, grâce à leurs réserves importantes et délivrables aisément, qui détiennent la clé du prix de ce baril marginal et par là même définissent actuellement le prix du marché

Pour estimer le prix du marché à court terme c'est la situation des deux compères qu'il faut observer, pour le plus long terme, c'est comme la météo, on ne sait pas dire autre chose qu'un jour le pétrole ne se vendra presque plus parce qu'il n'y en aura presque plus :wtf:
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre