[Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par energy_isere » 18 janv. 2019, 00:10

Pétrole: l'OPEP a réduit sa production de 751 000 barils par jour en décembre

AFP le 17 janv. 2019

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a réduit sa production en décembre pour le deuxième mois consécutif, une baisse tirée essentiellement par l'Arabie saoudite, et prévoit un recul un peu plus important cette année dans les pays extérieurs au cartel.

La production totale des membres de l'OPEP a décliné de 751 000 barils par jour (b/j) en décembre, à 31,58 millions de barils par jour (Mb/j), l'Arabie saoudite représentant à elle seule plus de la moitié de ce recul selon des sources secondaires (indirectes) citées par l'OPEP dans son rapport mensuel sur le pétrole publié jeudi.

Outre l'Arabie saoudite, qui avait annoncé son intention de réduire sa production et ses exportations, la production iranienne a continué d'être affectée par le retour des sanctions américaines contre Téhéran en novembre, et celle de la Libye a été pénalisée par le blocage durant plusieurs jours d'un de ses principaux champs pétroliers.

L'OPEP a par ailleurs légèrement revu à la baisse sa prévision de production issue des pays non membres de cartel pour 2019 (+2,1 Mb/j à 64,16 Mb/j), du fait de l'anticipation d'une production moindre au Canada. Le pays a décidé de limiter sa production afin de tenter d'écouler les stocks massifs de brut qui s'accumulent à cause de la saturation du réseau nord-américain d'oléoducs.

Le cartel devrait, lui, pomper moins d'or noir, comme il s'y est engagé en décembre dans le cadre d'un accord avec d'autres pays producteurs. Cet accord prévoit une baisse commune de 1,2 Mb/j afin de redresser les cours. Cette réduction, calculée à partir des niveaux de production d'octobre, doit être portée à 800 000 barils quotidiens par les quatorze pays de l'OPEP et à 400 000 par ses dix partenaires dont la Russie.

En ce qui concerne la croissance de la demande, l'OPEP a maintenu ses prévisions inchangées, à 1,29 Mb/j en 2019. La consommation mondiale atteindrait alors 100,08 Mb/j.
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-190117-0

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1061
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par tita » 21 janv. 2019, 12:39

Mouais, l'Arabie Saoudite a fortement baissé sa production en décembre, mais ça faisait suite à un record de production en novembre... L'Iran a vu sa production diminuer d'1Mb/j entre juillet et décembre, et le Venezuela est à 1.2 Mb/J en-dessous de sa production de juillet 2016. Des baisses qui ont permit à l'Irak, l'Arabie Saoudite et encore les Emirats Arabes Unis d'augmenter leur production.

Les quotas qui sont entrés en vigueur en janvier ressemblent à ceci:
Image

Et si on compare avec les données du dernier rapport:
Image

On se rend compte que ces quotas sont à peu de chose près au niveau moyen de production 2018 de chaque pays. L'EAU a même un quota plus élevé. Ils n'auront pas beaucoup d'efforts à fournir pour y parvenir. Néanmoins, avec les baisses involontaires de l'Iran et du Venezuela, l'OPEP parviendra à réduire sa production à son niveau le plus bas depuis 2014.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par energy_isere » 11 févr. 2019, 09:00

L'Opep à son plus niveau depuis Mars 2015, suite aux décisions prises le 6 déc 2018.
Platts Survey: OPEC Production Drops To Lowest Since March 2015

By Tsvetana Paraskova - Feb 06, 2019

OPEC’s crude oil production plummeted by nearly 1 million bpd from December to 30.86 million bpd in January, marking the lowest production for the cartel since March 2015, as Saudi Arabia over-delivered and members exempted from the reduction pact saw their output further drop, according to the S&P Global Platts survey.

OPEC’s production fell by 970,000 bpd from December to January—the month in which the new production cuts took effect, with Libya, Venezuela, and Iran exempted. The monthly drop in the cartel’s crude output was the steepest since December 2016—the month just before the previous round of cuts began, the Platts survey of shipping data, industry officials, and analysts showed.

Saudi Arabia’s oil production in January stood at 10.21 million bpd, or 100,000 bpd below its pledged ceiling of 10.311 million bpd, and the lowest Saudi production since May 2018, according to the Platts survey.

The crude oil exports of OPEC’s largest producer and de facto leader fell by 500,000 bpd to 7.20 million bpd in January, Platts trade flow data showed.

Among the members exempted from the cuts, Libya’s production plunged by 120,000 bpd to 850,000 bpd as its largest oil field Sharara has been shut in since early December due to security risks and concerns. Iran, under U.S. sanctions, saw its production drop by another 80,000 bpd to 2.72 million bpd, while Venezuela’s output fell 10,000 bpd to 1.16 million bpd. Sources at PDVSA have told Platts that as of this month Venezuela’s production is expected to plunge because under the new U.S. sanctions, Venezuela will not be able to import U.S. naphtha to dilute its heavy crude grades.

The Platts survey showed a steeper decline in OPEC’s production than the Reuters survey from last week.

OPEC’s crude oil production in January dropped by a massive 890,000 bpd compared to December—the largest monthly decline in the cartel’s production since January 2017 when the initial production cut deal began, according to the monthly Reuters survey.

According to the survey tracking supply to the market and based on shipping data and information provided by sources at oil companies, OPEC’s crude oil production in January was 30.98 million bpd, down by 890,000 bpd from December 2018.

OPEC’s Monthly Oil Market Report (MOMR) with production data for January is scheduled to be released next Tuesday, February 12.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Energy/Crude-Oil/P ... -2015.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par energy_isere » 12 févr. 2019, 00:27

Pétrole: les Émirats arabes unis attendent un marché à l'équilibre au 1er trimestre 2019

AFP le 11 févr. 2019

Le ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis, Suheil al-Mazrouei, a dit lundi s'attendre à ce que l'offre et la demande s'équilibrent sur le marché du pétrole au premier trimestre 2019 après des réductions de production.

"Je m'attends à ce que l'équilibre soit atteint au cours du premier trimestre, à moins que quelque chose ne se produise", a déclaré le ministre devant le Government Summit de Dubaï, une rencontre annuelle de hauts décideurs. "Je reste optimiste quant aux mesures que nous avons prises au sein et en dehors de l'OPEP. Nous retirons suffisamment de pétrole pour corriger le marché", a dit M. Mazrouei.

Environ 25 pays l'OPEP ou non l'OPEP, dont les deuxième et troisième plus gros producteurs, la Russie et l'Arabie saoudite, ont commencé à mettre en oeuvre en janvier un accord visant à réduire la production de 1,2 million de barils par jour (Mb/j) pour soutenir des prix. D'après les chiffres provisoires de janvier, la plupart de ces pays respectent les réductions, a assuré le ministre.

Malgré ces réductions, le marché reste volatil. Les prix du baril sont passés depuis janvier de 50 dollars à un peu plus de 60 dollars sans atteindre la moyenne de 85 dollars atteints début octobre. "Nous faisons de notre mieux pour parvenir" à un équilibre du marché, a ajouté M. Mazrouei.

Le ministre saoudien de l'Énergie, Khalid al-Falih, avait prédit à la mi-janvier un équilibre du marché dans quelques semaines. Les prix du pétrole se sont effondrés à la mi-2014, passant de plus de 100 dollars le baril à moins de 30 dollars en raison d'une surabondance de l'offre et d'un ralentissement de la demande mondiale.

Cela a incité l'OPEP à s'entendre avec des producteurs non membres du cartel sur des réductions de production à partir du début de 2017. Les prix avaient alors rebondi avant de chuter à nouveau avec l'abandon de la politique de réduction de la production à la mi-2018.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ats-190211

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par energy_isere » 13 févr. 2019, 08:41

Pétrole Brent : L'Opep réduit sa prévision de la demande mondiale de 2019

REUTERS | LE 12/02 2019

L'Opep a réduit sa prévision de la demande pétrolière mondiale cette année en raison d'un ralentissement économique généralisé, anticipant en outre une croissance de la production accélérée de la part de la concurrence.


Ceci illustre les difficultés rencontrées par le cartel pour empêcher un engorgement du marché en dépit d'un nouvel accord d'encadrement de la production passé en décembre avec ses alliés, la Russie en tête, et en vigueur depuis le début de l'année.

Cet accord consacre une réduction globale de la production de 1,2 million de barils par jour (bpj), dont 800.000 bpj à la charge de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Dans son rapport mensuel publié mardi, elle estime que la demande de ses bruts sera de 30,59 millions de bpj en moyenne, soit 240.000 de moins qu'anticipé le mois dernier.

L'organisation réduit en outre sa prévision de croissance de la demande mondiale à 1,24 million de bpj contre 1,29 million dans sa précédente projection, à l'appui du ralentissement des grandes puissances économiques.

Elle relève en revanche la prévision de croissance de l'offre hors-Opep de 80.000 bpj à 2,18 millions de bpj.

L'Opep précise que sa production a diminué de 797.000 bpj d'un mois sur l'autre à 30,806 millions de bpj en janvier. Cela représente un taux de conformité avec le quota de 86% suivant des calculs de Reuters.
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 26782.html

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1061
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par tita » 13 févr. 2019, 09:35

Néanmoins, avec les baisses involontaires de l'Iran et du Venezuela, l'OPEP parviendra à réduire sa production à son niveau le plus bas depuis 2014.
Pas encore les 30 Mb/j de 2014, mais le niveau le plus bas depuis 2015.
Image

Comme je disais, ils n'ont pas spécialement fait beaucoup d'effort, leur production en janvier étant similaire à la production moyenne de 2018.

Rod
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 355
Inscription : 19 juin 2008, 14:08
Localisation : au milieu des vignes
Contact :

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par Rod » 13 févr. 2019, 09:56

Putain, on est tellement proche du pic que l'OPEP est obligé d'augmenter en catastrophe sa production 1.2Mbj pour éviter une envolée des prix!
Ah bah non, c'est l'inverse en fait... :-" :-" :-"
moins vite, moins loin, moins souvent: le transport post PO
Des couches lavables
Chauffage bois solaire

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 288
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par Paulad » 13 févr. 2019, 17:37

https://prixdubaril.com/news-petrole/67 ... -opep.html

La prochaine grande crise de l'OPEP

L'OPEP réussit dans une certaine mesure à sortir d'un autre ralentissement du marché pétrolier, mais à moyen terme, le cartel fait face à des risques beaucoup plus graves.
«Les perspectives de croissance de la production de l'OPEP à moyen terme restent assombries par les sanctions en cours, les risques géopolitiques, l'offre concurrentielle hors de l'OPEP, les bas prix du pétrole et les inquiétudes liées à la demande», écrit un nouveau rapport de la Bank of America.

La production américaine a grimpé en flèche au cours des cinq dernières années et continue d’augmenter. L'augmentation de la production des champs de schiste au Texas a contraint l'OPEP à annuler sa production afin d'éviter une chute des prix. Cependant, dans les années à venir, l’OPEP continuera à lutter. Les pays membres de l'OPEP pourraient ne pas mettre en ligne une quantité considérable de nouvelles capacités, ce qui pourrait éroder leur position. «À notre avis, les capacités supplémentaires de l'OPEP au cours des six dernières années dépasseront celles des six prochaines années», ont écrit les analystes de BofAML.

Entre 2013 et 2018, les membres de l'OPEP ont ajouté environ 7 millions de barils par jour (Mb / j) de nouvelle capacité. Les projets ont été mis en ligne dans divers pays, notamment en Iraq, en Iran, en Afrique occidentale et dans les États du Golfe. L'Irak, en particulier, a ajouté d'énormes volumes de nouveaux stocks, qui se sont redressés après des années de guerre. La production irakienne a plus que doublé depuis 2010 et a récemment atteint 4,7 Mb / j. Mais les futurs projets irakiens, qui promettaient d’augmenter considérablement la production même au-dessus des niveaux actuels, ont été gelés au cours des dernières années, après l’invasion du pays par le groupe État islamique en 2014.

Au cours des six prochaines années, les nouveaux ajouts seront probablement moins importants et concentrés dans moins de pays. La Bank of America selon Merrill Lynch ne voit que 4 mb / j de nouvelles capacités de l'OPEP, principalement d'Iran.

Non seulement la croissance de la capacité commencera-t-elle à ralentir, mais la production de l'OPEP commencera à s'éroder de manière absolue, passant de 31,9 mb / j en 2018 à seulement 29 mb / j en 2024. En conséquence, l'OPEP perdra des parts de marché dans le pétrole mondial marché.

Ce n'est pas à cause d'un manque de réserves. Le pétrole est toujours là. L’OPEP détient toujours environ les trois quarts des réserves mondiales totales de pétrole, les réserves de l’Arabie saoudite et du Venezuela dépassant largement celles de tout autre pays. Cependant, la demande commence déjà à ralentir et la croissance ralentira dans les années à venir, laissant peu de place à une nouvelle offre. Aux États-Unis, on s'attend à ce que le schiste ajoute des barils sur le marché, de sorte que l'OPEP sera forcée de maintenir des restrictions de l'offre afin d'éviter que les prix ne s'effondrent.

Les projets qui vont de l'avant dans les pays de l'OPEP devront être «extrêmement attractifs», avec un seuil de rentabilité moyen de 25 dollars le baril ou moins, selon Bank of America quéstionné par Merrill Lynch. Cela se compare aux 80% de projets non membres de l'OPEP ayant reçu le feu vert au cours des six prochaines années, avec un prix moyen d'équilibre à 40 dollars le baril.

En d'autres termes, l'OPEP a un pétrole moins cher, mais de nombreux membres de l'OPEP sont victimes de sanctions, d'un sous-investissement et d'autres risques géopolitiques. L'Irak et l'Iran sont des points chauds évidents. L’Iraq a souffert de violences et de crises politiques récurrentes, alors que l’Iran pourrait faire l’objet de sanctions américaines pendant de nombreuses années.

Ensuite, il y a bien sûr le Venezuela, qui possède les plus grandes réserves de pétrole au monde. Un changement de régime pourrait amener un nouveau gouvernement, qui serait probablement plus convivial pour les multinationales du pétrole. Mais même avec un nouveau gouvernement, la reconstruction du secteur pétrolier décrépit du pays prendrait des années et des dizaines de milliards de dollars.

Alors que BofAML prévoit 4 mb / j de nouvelle capacité de l'OPEP d'ici 2024, environ la moitié de celle-ci est «technique», ce qui signifie que le développement est incertain et peut ne pas se produire du tout.

Mais si les événements géopolitiques restreignent l'offre, le ralentissement spectaculaire de la demande prévu dans les années à venir est une menace encore plus grave pour l'OPEP. La Bank of America selon Merrill Lynch a récemment prédit que la demande mondiale de pétrole serait la plus forte d’ici 2030. La demande ralentira considérablement en cours de route, la croissance étant divisée par deux en 2024 (0,6 mb / j) par rapport à 2019 (1,2 mb / j).

«La baisse de la croissance de la demande et la forte croissance de l’offre hors de l’OPEP laissent peu de place aux barils supplémentaires de l’OPEP», a averti Merrill Lynch, de la Bank of America.

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 288
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par Paulad » 14 févr. 2019, 00:27

Rod a écrit :
13 févr. 2019, 09:56
Putain, on est tellement proche du pic que l'OPEP est obligé d'augmenter en catastrophe sa production 1.2Mbj pour éviter une envolée des prix!
Ah bah non, c'est l'inverse en fait... :-" :-" :-"
Il est dit ici que l'Opec (+ Russie) pourrait avoir atteinds son pic : http://peakoilbarrel.com/opec-january-p ... more-21395
Lisez les commentaires aussi, très instructif sur la pensée de l'auteur.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9787
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par mobar » 14 févr. 2019, 07:07

Ce n'est pas parce que les producteurs ferment un peu les robinets que tu es au pic!
Les producteurs ferment les robinets parce que la croissance persiste et qu'il pensent qu'elle peut supporter un prix plus élevé qui fera gonfler leur marges

Plus tu pédales moins vite, moins tu avances plus vite
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 288
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par Paulad » 14 févr. 2019, 10:40

L'idée de l'article est d'analyser la production des trois derniers mois de l'OPEP en 2016 et 2018 avant qu'ils ne s'imposent des quotas et qu'en gros durant ces mois les pays dont la production est croissante produit ce qu'ils peuvent pendant que les pays où la production chute continu leur déclin. Et que la somme des deux confirmaient une tendance baissière.
En outre, au cours des trois derniers mois de 2016 et des trois derniers mois de 2018, les Saoudiens produisaient ce qu'ils pouvaient et non ce dont ils avaient besoin.

Ron Patterson
If you look at the charts, every OPEC nation that could produce more oil during the final quarter of 2016 and 2018, did produce more oil, especially in November. (Quotas were set in December.) The obvious reason was they were prepping for quota cuts. Their quota cuts would be determined from what they produced during that period.

OPEC has never cut their production because of what was needed. They only ever cut when prices were very low. They cut in order to increase prices. Then when prices were high, they produced every barrel they possibly could.

OPEC is not a philanthropic organization and never have been. They don’t give a flying fuck about what is needed. They only want maximum profits from their oil and gas.

Ron Patterson
Car la baisse des prix du pétrole vient essentiellement de l'abondance du schiste aux USA. Si tu regardes la courbe de production de l'OPEC, elle est finalement très linéaire voir même baissière ces 2 dernières années. Hors si tu as une baisse on va dire de 500 000 b/j et que tu décides d'abaisser ta production à 1M2 b/j. Même si ce n'est pas la première intention, çà masque la baisse de 500 000 b/j puisque tu te restreints toi même.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9787
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par mobar » 14 févr. 2019, 11:04

Tout cela est très relatif, si tu restreint de -y à un moment donné un volume Y, commercialisable à un prix X, soit un montant (Y-y)*X
Si cette restriction -y, dans un contexte de marché donné, entraine une augmentation du prix de +x, et que tes engagements ne sont pas pénalisés par ce manque, tu peux espérer te refaire voire augmenter ton gain si la période t1 pendant laquelle l'augmentation du prix de +x est plus profitable que la période t0 ou tu as restreint le volume commercialise de -y

Si (Y-y)*X*t0 < Y*(X+x)*t1, tu as maximisé le montant de la vente de ton stock pendant la période t0+t1

Après c'est une question d'appréciation, si X+x est vraiment trop élevé, il peut faire s'écrouler la demande future voire l'économie toute entière pendant des mois, comme en 2009

On a aussi vu l'inverse lorsque les saoudiens ont essayé de tuer le schiste US en ouvrant les robinets pour faire baisser les prix et saturer le marché de leur brut
ça ne fonctionne pas à tous les coups, si la croissance de l'économie est en berne à ce moment là tu peux avoir un manque à gagner énorme!
Mais les pétromonarchie du golfe s'en foutent un peu, leurs réserves sont tellement énormes qu'elles doivent se dire qu'elle ne les valoriseront pas toutes en totalité (plus de 65 ans au débit actuel pour le KSA)
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1061
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par tita » 14 févr. 2019, 21:33

Entre 2013 et 2018, les membres de l'OPEP ont ajouté environ 7 millions de barils par jour (Mb / j) de nouvelle capacité
Mouais, l'essentiel des augmentations de l'OPEP vient de l'Irak et l'Arabie Saoudite. A eux deux, ils totalisent 50% de la production de l'OPEP. Pas mal de pays ont vu leur production diminuer au cours des 15 dernières années, comme l'Algérie ou l'Angola, ce qui fait que la production OPEP totale n'a pas tellement augmenté dans cette période.

L'Irak est passé de 2Mb/j en 2005 à 4.7 Mb/j en 2018. On peut s'attendre à ce que sa production continue d'augmenter, pour autant qu'une crise géopolitique ne survienne pas à nouveau.

L'Arabie Saoudite est passé de 9.5 Mb/j en 2005 à 11Mb/j fin 2018. Pourtant, ils ont pas mal investi dans de nouvelles capacité dans cette période.

On verra bien dans quelle direction la production va évoluer...

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 288
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par Paulad » 14 févr. 2019, 21:35

Si 50% baisse et 50% monte, ça dépendra de la cadence de chaque !

Paulad
Charbon
Charbon
Messages : 288
Inscription : 31 janv. 2019, 08:11

Re: [Acteurs] OPEP : actualités de l'OPEP, quotas...

Message par Paulad » 15 févr. 2019, 17:18

https://www.forbes.com/sites/ellenrwald ... 7e82db73e8
So why would Aramco even be interested in producing outside of the kingdom?

Preserve the kingdom’s reserves. At current production rates, it is estimated that Aramco will run out of oil in Saudi Arabia in a little over 70 years. If Aramco can produce oil elsewhere and keep more Saudi oil in the ground, it will prolong the natural wealth of the company and the kingdom. Moreover, over-production can hurt the health of oil reserves, so by producing oil from other sources Aramco can conserve Saudi oil while still maintaining current production rates.
Préservez les réserves du royaume. Aux taux de production actuels, on estime qu'Aramco s'épuisera en pétrole dans un peu plus de 70 ans. Si Aramco peut produire du pétrole ailleurs et conserver plus de pétrole saoudien dans le sol, cela prolongera la richesse naturelle de la société et du royaume. En outre, la surproduction peut nuire à la santé des réserves de pétrole. Ainsi, en produisant du pétrole à partir d’autres sources, Aramco peut conserver le pétrole saoudien tout en maintenant les taux de production actuels.
Un doute sur l'augmentation de la cadence dans les années à venir ?

:roll: :roll:

Répondre