Les sommets du G8, du G7, du G20

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1467
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Les sommets du G8, du G7, du G20

Message par epe » 08 juil. 2005, 19:52

http://fr.rian.ru/world/20050708/40874190.html

Les leaders du G-8 appellent les pays producteurs de pétrole à renforcer le climat d'investissement

19:45
Version imprimée

GLENEAGLES (Écosse), 8 juillet - RIA Novosti. Les leaders du G-8 ont appelé les pays producteurs de pétrole à prendre toutes les mesures qui s'imposent pour renforcer le climat d'investissement et maintenir une croissance stable de l'économie mondiale, selon une déclaration du G-8 sur l'état de l'économie mondiale et du marché pétrolier.

Les pays producteurs de pétrole devraient garantir la transparence des marchés et des opérations, mais aussi un cadre juridique stable qui ouvrirait de nouveaux horizons pour les investissements étrangers.

Le G-8 a accepté d'examiner des mesures à prendre pour encourager la croissance des capacités de raffinage.

L'absence de la transparence sur le marché est un facteur renforçant les incertitudes que l'on pourrait réduire en créant une base de données universelle sur l'offre et la demande de brut au service des pays producteurs de pétrole et des compagnies pétrolières, selon la déclaration.

Dans ce contexte, le G-8 salue et soutient l'initiative conjointe sur la statistique pétrolière, mais aussi appelle tous les États à apporter leur pierre à l'édifice.
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1467
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Les réunions du G8

Message par epe » 11 juil. 2005, 21:25

Le communiqué complet

http://usinfo.state.gov/fr/Archive/2005 ... 39043.html

Le G8 réaffirme son engagement de réduire les déséquilibres de l'économie mondiale
Communiqué sur l'économie mondiale et le pétrole

Les chefs d'État et de gouvernement des États membres du groupe des Huit ont encouragé les pays producteurs de pétrole à faciliter les investissements dans leur secteur énergétique en alliant l'ouverture de leur marché à une réglementation transparente.

Dans le communiqué qu'ils ont diffusé le 8 juillet à l'issue de leur réunion au sommet à Glengeagles (Écosse), ils ont souligné aussi la nécessité de disposer en temps opportun de données fiables sur l'offre et la demande de pétrole ainsi que sur les stocks existants.

Comme les années précédentes, ils ont fait état des déséquilibres persistants au sein de l'économie mondiale et se sont engagés à prendre des mesures concrètes en vue de mener à bien des réformes structurelles dans les pays de l'Union européenne, au Japon et en Russie, d'accroître la productivité au Canada et de réduire le déficit budgétaire aux États-Unis.

On trouvera ci-après le texte de ce communiqué.

Economie mondiale et pétrole

1. Une économie mondiale forte est essentielle pour chacun des pays du G8 et pour le monde entier. En 2004, la croissance mondiale a été forte et soutenue par des politiques macroéconomiques accommodantes et une hausse du commerce, ainsi qu'un renforcement de l'intégration régionale et mondiale. La croissance devrait se poursuivre à un rythme soutenu en 2005, mais à un rythme plus modéré.

2. Des problèmes persistent cependant, en particulier en ce qui concerne les déséquilibres mondiaux et les prix élevés et volatiles du pétrole. Les différences de taux de croissance et de niveau d'épargne et d'investissement dans les grandes économies de nombreuses régions d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord ont entraîné une aggravation des déséquilibres mondiaux. Pour assurer la transition vers une croissance mondiale plus équilibrée, une série de mesures générales est nécessaire. Nous reconnaissons qu'il est de notre responsabilité commune de soutenir et préserver la croissance de nos économies. Nous soulignons que chacun d'entre nous doit prendre sa part dans des mesures énergiques afin de remédier aux déséquilibres mondiaux et de favoriser la croissance. Nous sommes déterminés à prendre des mesures concrètes et crédibles, notamment :

- poursuivre l'assainissement des finances publiques afin d'augmenter l'épargne nationale aux États-Unis ;
- prendre des mesures pour augmenter la productivité au Canada ;
- continuer les réformes structurelles en Russie, ainsi qu'en Europe afin de stimuler la croissance, l'emploi et la demande intérieure ;
- et poursuivre les réformes structurelles et l'assainissement des finances publiques au Japon.

3. Nous reconnaissons que ces actions nécessaires pour contribuer au bon rétablissement des équilibres mondiaux sont dans notre intérêt car elles favoriseront parallèlement la croissance et l'emploi durable dans nos économies. Dans ce contexte, nous soulignons la nécessité de réformes pour augmenter la flexibilité, accroître la productivité et favoriser la création d'emplois. Ce sera essentiel pour stimuler la croissance à moyen terme, soutenir la stabilité macro-économique et relever les défis démographiques.

4. Une forte croissance mondiale a entraîné une hausse importante de la demande énergétique et, venant s'ajouter aux contraintes pesant sur les capacités et aux incertitudes quant à l'offre, a conduit à des prix élevés et volatiles du pétrole. Nous avons discuté des risques que la persistance du prix élevé de l'énergie fait peser sur la croissance économique mondiale. Il est probable que la demande en pétrole continuera d'augmenter à un rythme rapide. Des investissements importants dans la prospection, la production et les infrastructures énergétiques seront nécessaires à court, à moyen et à long terme pour répondre aux besoins d'une économie mondiale en expansion. Plusieurs mesures pourraient contribuer à alléger les tensions sur le marché pétrolier.

5. Nous sommes convenus que des sources d'énergie sûres, fiables et à un coût raisonnable sont essentielles pour la stabilité et le développement de l'économie, et nous avons reconnu le rôle important que peuvent jouer les économies d'énergie, l'efficacité énergétique, les technologies et l'innovation. Nous avons publié un plan d'action distinct sur ces questions afin de lutter contre le changement climatique.

6. Nous encourageons les pays producteurs de pétrole à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en place un climat d'investissement qui soit suffisamment propice pour soutenir une forte croissance économique mondiale. En particulier, les pays producteurs de pétrole doivent garantir des marchés ouverts avec des pratiques commerciales transparentes et des cadres réglementaires stables pour l'investissement dans le secteur du pétrole, y compris des opportunités accrues pour l'investissement étranger. Dans ce contexte, nous soulignons le rôle important du dialogue entre les pays producteurs et les pays consommateurs de pétrole au sein du Forum international sur l'énergie. En outre, nous décidons d'examiner des mesure afin d'encourager le développement des capacités de raffinage.

7. Nous soulignons la nécessité de prendre des mesures concrètes pour réduire la volatilité du marché par des données globales, transparentes et adéquates. L'insuffisante transparence des marchés, qui pourrait être améliorée grâce à un système de recensement internationalement reconnu de l'offre et de la demande de pétrole qui serait utilisé par les pays producteurs et les pays consommateurs de pétrole, ainsi que les compagnies pétrolières accroît l'incertitude. Des données fiables et adéquates concernant l'offre, la demande et les stocks facilitent les ajustements préventifs à l'évolution de l'offre et de la demande tout en contribuant à des décisions d'investissement plus aisées. C'est pourquoi nous accueillons favorablement et soutenons l'initiative commune sur les données pétrolières (JODI) lancée par plusieurs organisations internationales, dont l'AIE, et désormais gérée par le Secrétariat du Forum international sur l'énergie, et nous invitons tous les pays à contribuer au succès de cette initiative de manière à ce que la mise en place de données internationales fiables sur le marché pétrolier améliore considérablement la transparence du marché.


Date de rédaction: 11 juillet 2005 Mise à jour: 11 juillet 2005
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Le G8 de Saint-Pétersbourg les 15, 16 et 17 juillet 2006

Message par franck1968 » 21 avr. 2006, 20:35

Le G8 de Saint-Pétersbourg se transformera en pure formalité - un expert
11:27 | 21/ 04/ 2006

MOSCOU, 21 avril - RIA Novosti. L'Union européenne a vigoureusement réagi aux propos du patron de Gazprom, Alexeï Miller, qui a réclamé la liberté d'accès aux marchés européens et annoncé son intention de diversifier les fournisseurs et les canaux d'approvisionnement en produits énergétiques. Ce qui est remis en question en plus des livraisons de gaz, c'est aussi le sommet du G8 consacré à la sécurité énergétique.De l'avis du rédacteur en chef de la revue La Russie dans la politique globale, Fiodor Loukianov, si la Russie et l'UE ne parviennent pas à trouver rapidement un compromis, le sommet de juillet du G8 se transformera en pure formalité: "La guerre du gaz russo-ukrainienne a modifié tout le climat idéologique en Europe. Un débat très dur va être engagé et si elles ne réussissent pas à se mettre d'accord alors rien d'autre qu'une déclaration d'ordre général ne pourra être adoptée".

Les experts estiment que la collision avait été rendue inévitable en vertu des points de vue différents de la Russie et de l'Europe sur la conception de la sécurité énergétique. Pour l'Europe, c'est la diversification des livraisons d'hydrocarbures, tandis que pour la Russie ce sont des contrats à long terme, une diminution des possibilités de diversification, indique le directeur adjoint du Centre des technologies politiques, Alexeï Makarkine.

Pour cet expert, la stratégie de Gazprom consiste à implanter une structure dans le cadre de laquelle il sera pratiquement impossible à l'Europe de diversifier ses sources d'approvisionnement en gaz.

Valeri Nesterov, analyste de la société de placement Troïka Dialog, rappelle que la Finlande ne reçoit que du gaz russe et que la Pologne et la Hongrie sont dépendantes à 90% de notre combustible. "L'Europe n'a pas d'alternatives réelles au gaz russe, le gaz liquéfié proche-oriental est plus cher et son approvisionnement moins sûr", relève l'expert.

Les derniers événements montrent que l'Europe n'entend pas du tout céder devant la pression de la Russie. D'autant plus que la marge de manoeuvre de Moscou elle aussi est limitée. De l'avis de Fiodor Loukianov, l'ultimatum lancé à l'Europe par Gazprom est "une sorte de bluff". Le journaliste est persuadé que la Russie "n'a pratiquement pas d'autre solution". "On peut bien sûr construire des gazoducs vers la Chine à des cadences accélérées, mais cela nécessitera quand même plusieurs années et la Chine elle non plus n'est pas un partenaire facile, souligne Fiodor Loukianov. Il n'y a pas lieu d'espérer que tout le gaz prendrait le chemin de la Chine et encore à des prix avantageux pour nous".
Dernière modification par franck1968 le 15 mai 2006, 22:39, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 21 avr. 2006, 20:38

L'Europe n'a pas d'alternatives réelles au gaz russe
Si, il y en a une, mais elle fait sa diva, c'est l'Algérie.
Méfiez-vous des biais cognitifs

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 21 avr. 2006, 21:06

Sécurité globale et G8 : les défis et les intérêts
09:31 | 21/ 04/ 2006

MOSCOU, 21 avril - RIA Novosti. Une conférence internationale ayant pour thème "Sécurité globale et G8 : les défis et les intérêts. Dans le chemin du sommet de Saint-Pétersbourg" se tiendra à Moscou les 21 et 22 avril, a annoncé vendredi le Centre PIR, organisateur de la rencontre.

Plus de 150 experts publics et non gouvernementaux, hommes d'affaires et personnalités concernées par le règlement des problèmes de la sécurité, représentant les pays du G8, les pays membres du Partenariat global, ainsi que la Chine, l'Inde, le Brésil, le Venezuela, le Kazakhstan, la Malaisie, l'Afrique du Sud et d'autres pays, prendront part aux travaux.

Pendant deux jours ils examineront un large éventail de problèmes liés aux défis les plus sérieux pour la sécurité internationale, dont la menace du terrorisme, les nouveaux défis au régime de non-prolifération, la sécurité énergétique, l'influence possible du G8 sur la situation en Asie centrale et orientale et au Proche-Orient.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 21 avr. 2006, 21:12

Le sommet du G8 à Saint-Pétersbourg pourrait aider à stabiliser les cours du pétrole
22:03 | 21/ 04/ 2006

WASHINGTON, 21 avril - RIA Novosti. Le ministre russe des Finances Alexeï Koudrine estime que le sommet du G8 de Saint-Pétersbourg permettra d'aider à stabiliser, à terme, les cours du pétrole.

"Nous voulons que la présidence russe au G8 cette année s'achève par un résultat précis et je suis sûr que des résultats seront obtenus sur tous les axes et qu'il y aura dans le monde davantage de compréhension sur les questions énergétiques", a déclaré Koudrine lors d'une conférence de presse à Washington.

Le ministre russe a exprimé l'espoir que le sommet du G8 permettrait d'atteindre un résultat sous forme de nouveaux standards en matière d'énergie, ce qui garantira une meilleure compréhension mutuelle.

"Ces décisions influeront à terme sur la stabilisation des prix du pétrole", a noté Alexeï Koudrine.

Pourtant, il ne faut perdre de vue des aspects politiques qui pourraient apporter des correctifs à ces plans, a averti le ministre russe.

S'agissant des maladies infectieuses, Alexeï Koudrine a annoncé que la question de la création d'un fonds d'intervention par anticipation, surtout pour les pays les plus pauvres, serait soulevée à la question du G8 financier. "Je suis sûr que ce fonds sera institué et des expériences sont déjà en cours pour en préciser les activités".

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 24 avr. 2006, 19:32

Ils vont parlé PO, auront t'ils le courage de faire une déclaration à la population ou bien cela restera t'il à la langue de bois ?

Sommet du G8 à Saint-Pétersbourg : vers une déclaration de sécurité énergétique
21:19 | 24/ 04/ 2006

HANOVRE, 24 avril - RIA Novosti. Au sommet du G8 à Saint-Pétersbourg en juillet, une déclaration conjointe de sécurité énergétique devra être approuvée, a annoncé lundi le premier vice-premier ministre russe Dmitri Medvedev au forum économique russo-allemand.

"Nous comptons élaborer une politique de sécurité énergétique qui garantirait l'approvisionnement de la planète en différents types d'énergie à des prix acceptables et avec un risque minimal pour l'environnement", a noté le responsable gouvernemental russe.

La sécurité énergétique joue un rôle clé dans l'économie globale, a rappelé Dmitri Medvedev.

Cette déclaration formulera les objectifs communs dans cette sphère et présentera un mécanisme précis pour leur réalisation, a-t-il poursuivi. Une attention particulière sera accordée à une meilleure transparence et une meilleure prévisibilité des marchés énergétiques mondiaux, au développement de l'économie d'énergie et au relèvement de l'efficacité énergétique dans l'économie globale, au renforcement de la sécurité de l'infrastructure énergétique mondiale, à la diversification des sources d'énergie et à une utilisation plus intense de sources d'énergie de remplacement, a encore souligné Dmitri Medvedev.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 26 avr. 2006, 20:18

La dégradation des rapports Occident-Russie s'accélérera après le G8 - un expert
11:02 | 26/ 04/ 2006


MOSCOU, 26 avril - RIA Novosti. Le sommet du G8 à Saint-Pétersbourg sera un succès, personne n'en doute, écrit Nikolaï Zlobine, directeur des programmes russes et asiatiques du Centre d'information militaire des Etats-Unis, dans les Izvestia.

Seulement ensuite les relations entre l'Occident, les Etats-Unis en premier lieu, et la Russie se détérioreront encore plus rapidement et nous ne verrons plus les gestes rituels esquissés par les leaders pour souligner leur confiance et leurs espoirs réciproques, estime Nikolaï Zlobine, directeur des programmes russes et asiatiques du Centre d'information militaire des Etats-Unis.

Moscou est irrité par le fait que ce rendez-vous l'a placé sous la loupe des grands moyens d'information mondiaux et de l'opinion. Si cette rencontre ne s'était pas tenue, cette attention, cette critique n'auraient pas existé. A Moscou on peste en constatant qu'une nouvelle bataille pour l'image venait d'être perdue alors que l'on avait tous les atouts en main.

La grande erreur de l'establishment américain a été de croire que la Russie ne s'était pas opposée aux Etats-Unis sciemment, parce qu'elle ne le voulait pas, et pas du tout par faiblesse militaire et économique. La principale erreur de l'élite russe a été d'espérer que l'Amérique, une fois affranchie de son ennemi mortel (l'Union soviétique), ferait de la Russie un partenaire stratégique. Il s'est avéré qu'aux yeux des Etats-Unis la parité nucléaire n'investit pas Moscou du droit à la parité sur l'échiquier politique international. Depuis la fin de la guerre froide la Russie est le seul pays à avoir perdu une partie de sa sécurité et la presque totalité de son influence internationale. Cela s'est produit pendant la période du plus grand rapprochement avec les Etats-Unis.

Les Américains et les Russes croyaient naïvement qu'ils étaient séparés par des idéologies et des systèmes politiques. Les systèmes se sont rapprochés, la différence dans les idéologies a disparu, pourtant la Russie et les Etats-Unis s'éloignent inexorablement l'un de l'autre. Ainsi que le montrent les discussions sur l'Irak, l'Iran, la Tchétchénie ou le Hamas, l'idée rassembleuse du péril international, de l'ennemi commun, n'a pas suffi. En ce qui concerne la politique mondiale, la Russie et les Etats-Unis occupent des positions fondamentalement différentes, souvent opposées.

Les relations russo-américaines ont imperceptiblement franchi la ligne rouge. La détérioration est irréversible. La tendance pourrait être inversée, mais pour cela il faudrait repenser de fond en comble la politique étrangère des deux pays, mais tout semble indiquer que ni Moscou, ni Washington n'en ont la volonté politique.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 26 avr. 2006, 21:27

En language diplomatique, la Russie est en train de dire aux Européens "c'est simple les réserves de gaz sont chez nous si vous voulez recevoir du gaz investissaient mais alors nous, nous controlerons le transport=monopole de Gazprom.
En d'autre termes les dirigeants russes sont en train d'expliquer le PO aux dirigeants Européens.

Sécurité énergétique: la Russie propose une nouvelle approche
17:13 | 26/ 04/ 2006

PARIS, 26 avril - RIA Novosti. La Russie propose une nouvelle approche du problème de la sécurité énergétique, a annoncé mercredi à Paris l'assistant du président russe, Igor Chouvalov, qui effectue une tournée européenne en qualité de chef de la commission pour la participation de la Russie au G8.

Proposant le thème de la sécurité énergétique au sommet du G8 de Saint-Pétersbourg, la Russie voulait, d'une part, "démontrer qu'elle est actuellement le fournisseur le plus fiable de matières énergétiques sur le marché international" et, d'autre part, "proposer des règles du jeu qui conviendraient à la fois aux pays producteurs et aux pays consommateurs d'hydrocarbures", a-t-il déclaré devant les membres de l'Association de la presse diplomatique française.
"On n'a parlé généralement jusqu'à présent que de la sécurité des livraisons. La Russie a l'intention de profiter de sa présidence au G8 pour proposer aussi l'idée de la sécurité de la demande", a expliqué Igor Chouvalov.

"Notre initiative se ramène à ce que les Etats doivent assurer la liberté de l'échange d'actifs. Les compagnies des pays consommateurs doivent avoir le libre accès à l'exploitation de gisements de pétrole et de gaz tandis que les sociétés des pays producteurs doivent pouvoir accéder aux réseaux de distribution des pays consommateurs", a déclaré l'assistant du président russe.

Ayant rappelé les déclarations des représentants de la Commission européenne prétendant la dépendance excessive de l'Europe envers les livraisons d'hydrocarbures russes, Igor Chouvalov a souligné que la Russie avait "prouvé, pendant des dizaines d'années, sa capacité inédite à être un fournisseur fiable" et que même à l'époque de la guerre froide entre l'URSS et l'Occident, jamais elle n'avait "refusé de livrer des hydrocarbures à l'Europe pour des raisons politiques".

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 08 mai 2006, 10:58



franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 08 juil. 2006, 11:18

Le Monde : Vers une Pax Energetica de Vladimir Poutine ?
08.07.2006
Négocier avec la Russie et Gazprom suppose la création d'un grand groupe énergétique français. par Dominique Fache, ancien vice-président de Schlumberger, et vice-président du Club de Nice-Energie et géopolitique
Ca vaut le coup de "perdre" 5 minutes pour lire ceci

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 11 juil. 2006, 21:44

La Russie et l'Allemagne coopèrent très étroitement au sein du G8, a déclaré mardi l'ambassadeur russe à Berlin, Vladimir Kotenev, lors d'une conférence de presse organisée par RIA Novosti à l'intention des journalistes locaux à la veille du Sommet du G8 à Saint-Pétersbourg.
lien

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 11 juil. 2006, 22:05

Faisant le point sur les questions énergétiques internationales à quelques jours de l'ouverture samedi à Saint-Pétersbourg (Russie) du sommet des huit pays les plus industrialisés (G8), M. Bush estime que "l'énergie nucléaire, compte tenu des craintes sur le réchauffement de la Terre, est un élément clé".
http://fr.news.yahoo.com/11072006/5/geo ... t-cle.html

Je rajoute celle-ci pour les partisans de la thèse du déclin de l'Empire :
Le Président Bush a écrit :"L'objectif serait que les autos soient capables de rouler sans essence sur les 60 à 70 premiers kilomètres. Il est imaginable également de recourir à l'essence-éthanol ou à des moteurs à hydrogène (...) Nous investissons déjà plus d'un milliard pour les technologies liées à l'hydrogène. L'ensemble des acteurs mondiaux doivent travailler dans cette direction", a ajouté le chef de la Maison Blanche
que je rapproche de cette autre déclaration présidentielle :
Un Président précédent a écrit :Ma conviction est que notre nation doit s’engager à atteindre, avant la fin de la décennie, l’objectif de poser un homme sur la lune et de le ramener sur terre en toute sécurité.
:smt077
Méfiez-vous des biais cognitifs

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 17 juil. 2006, 11:52

Le président russe a évoqué en particulier un important projet de transport de gaz naturel liquéfié par bateau à partir de Saint-Pétersbourg jusqu'à Gros Cacouna au Québec où il serait vendu sur les marchés nord-américains.
lien

Répondre