La compagnie ENI

Toute l'acualité, discutée à la lumière de la déplétion des réserves d'hydrocarbures.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62246
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La compagnie ENI

Message par energy_isere » 14 févr. 2020, 18:03

L’énergéticien italien Eni se dote du supercalculateur le plus puissant d’Europe

RIDHA LOUKIL Usine Nouvelle 14/02/2020

Avec une puissance de calcul crête de 51,7 petaflops, le nouveau supercalculateur HPC 5 de l’énergéticien Eni s’impose comme le plus puissant d’Europe et de toute l’industrie dans le monde. Il bat Total qui détenait jusqu’ici le supercalculateur non gouvernemental le plus puissant de la planète .

La Suisse ne dispose plus du supercalculateur le plus puissant d’Europe. Elle est supplantée par l’énergéticien italien Eni qui vient d’installer dans son centre de calcul à Ferrera Erbognone, à 40 km de Milan, le HPC 5.

Avec une puissance crête de calcul de 51,7 petaflops (1 petaflops vaut 1 million de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde), ce monstre de calcul, construit par Dell, s’impose aussi comme le supercalculateur non gouvernement le plus puissant de la planète. S’il était pris en compte dans le Top 500, le classement des 500 supercalculateurs les plus puissants au monde, il pointerait à la cinquième place derrière deux supercalculateurs gouvernementaux américains et deux supercalculateurs gouvernementaux chinois.

Supercalculateur le plus efficace au monde

Le supercalculateur non gouvernemental le plus puissant était jusqu’ici détenu par Total dans son centre de recherche à Pau. Construit par IBM, il affiche une puissance crête de calcul de 25 petaflops, ce qui le positionnait à la 11 e place dans le Top 500 publié en novembre 2019.

Eni disposait jusqu’ici de trois supercalculateurs : deux fournis par IBM et un par HPE entre 2013 et 2018. L’arrivée du HPC 5 porte la puissance totale de calcul disponible à près de 70 pétaflops. Le nouveau supercalculateur est présenté comme le plus écologique et le plus efficace jamais mis en service dans le monde. Il se targue de réaliser 20 gigaflops pour un watt consommée. C’est mieux que le Fugaku, livré par Fujitsu à l’institut de recherche Riken, au Japon, et considéré jusqu’ici comme le champion de l’efficacité énergétique avec un ratio de 16,9 giglaflops par watt. Il assouvit 10 à 15% de ses besoins d’électricité à partir d’une centrale solaire photovoltaïque de 1 MW, pierre angulaire du datacenter vert où il est installé.

Recherche sur les énergies d'avenir

Pour réduire sa consommation, le HPC 5 s’appuie, non seulement sur des processeurs de calcul Xeon d’Intel, mais aussi sur des accélérateurs de calcul de Nvidia. Il est utilisé par les géologues d’Eni pour modéliser les champs pétrolifères, optimiser l’exploitation des gisements et améliorer le raffinage des résidus lourds en produits légers de haute qualité. Il est doté d’une capacité de stockage de données pour garder la mémoire des gisements découverts et exploités pendant plus de 70 ans.

Eni entend exploiter la puissance totale de calcul disponible aussi pour booster ses recherches sur les énergies d’avenir comme la fusion par confinement magnétique ou l’énergie des vagues marines ainsi que l’étude des modèles météorologiques de l'Arctique.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... pe.N929819

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62246
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La compagnie ENI

Message par energy_isere » 28 févr. 2020, 08:26

Eni: hausse de sa production d'ici 2025 puis baisse

AFP parue le 28 févr. 2020

Le groupe pétrolier et gazier italien Eni a indiqué vendredi prévoir une hausse annuelle moyenne de sa production de 3,5% jusqu'en 2025, puis une baisse, phénomène qui sera compensé par de nouvelles activités, comme les énergies renouvelables
.

Le groupe a fait cette annonce à l'occasion de la présentation de son nouveau plan stratégique, marqué par "une réduction significative de l'empreinte carbone de son portefeuille".

Le groupe s'est fixé un objectif de réduction de 80% des émissions nettes de gaz à effet de serre de ses produits énergétiques d'ici 2050, "bien au-delà du seuil de 70% indiqué par l'Agence internationale d'énergie (AIE), a-t-il souligné.

Il a confirmé vouloir atteindre la neutralité en terme d'émissions de carbone dans le secteur "upstream" (la production et l'exploration) d'ici à 2030.

"La stratégie que nous annonçons aujourd'hui représente un pas fondamental (...) L'Eni du futur sera encore plus orienté vers le développement durable", a commenté son patron Claudio Descalzi, cité dans le communiqué.

Son portefeuille sera "plus équilibré" avec le développement d'activités d'énergies renouvelables et d'économie circulaire, alors que la production pétrolière et gazière atteindra "un plateau en 2025, puis sera amenée à se réduire dans les années suivantes, principalement la composante pétrolière", a-t-il dit.

M. Descalzi avait souligné en octobre qu'il n'y avait pas d'avenir "à moyen-long terme" pour les entreprises uniquement actives dans le secteur du pétrole et du gaz.

La production de gaz représentera environ 60% de sa production d'hydrocarbures en 2030 puis 85% en 2050.

Le géant italien, qui a placé l'exploration et la mise au jour de nouveaux gisements au coeur de sa stratégie, s'est fixé comme objectif de découvrir l'équivalent de 2,5 milliards de barils d'ici 2023. Ceci permettra de soutenir la hausse de son production à un rythme annuel de 3,5%.

Eni investira d'ici 2023 32 milliards d'euros, dont 74% dans l'upstream en se concentrant sur des "projets à haute valeur et au retour rapide". Il prévoit des développements au Moyen-Orient, en Afrique, en Norvège et au Mexique.

Le groupe a par ailleurs confirmé une hausse de 3,6% de son dividende au titre de 2019, à 0,86 euro par action.
https://www.connaissancedesenergies.org ... sse-200228

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62246
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La compagnie ENI

Message par energy_isere » 28 févr. 2020, 21:37

Eni a fini 2019 dans le vert mais avec une perte colossale au 4e trimestre

AFP parue le 28 févr. 2020

Le géant italien des hydrocarbures Eni, pénalisé par la baisse des prix du pétrole brut et du gaz, a vu son bénéfice net plonger en 2019, enregistrant même une perte abyssale au quatrième trimestre.

Le bénéfice net sur l'année atteint un petit 148 millions d'euros, contre 4,1 milliards en 2018, a-t-il annoncé vendredi. Il est lourdement affecté par une perte nette de 1,89 milliard au quatrième trimestre, à comparer avec un bénéfice de 399 millions enregistré sur la même période en 2018. Selon le consensus du fournisseur de Factset Estimates, les analystes tablaient pourtant sur un important bénéfice trimestriel, à 923 millions d'euros.

Le bénéfice net ajusté - un indicateur scruté de près par le marché, parce qu'il exclut des éléments instables et exceptionnels - a pour sa part diminué sur l'année de 37%, à 2,87 milliards d'euros, et de 62% au quatrième trimestre, à 546 millions d'euros.

La production d'hydrocarbures s'est élevée à 1,87 million de barils par jour (Mb/j) sur l'année, un chiffre en hausse de 1% sur un an, en ligne avec les attentes des analystes. Le groupe avait revu à la baisse en cours d'année ses objectifs, tablant finalement sur une production moyenne de 1,87-1,88 Mb/j. Au quatrième trimestre, elle a atteint 1,92 Mb/j.

Le chiffre d'affaires annuel du groupe a diminué de 8% à 69,8 milliards d'euros, un chiffre inférieur aux prévisions, les analystes pronostiquant 74,6 milliards, d'après Factset. Le patron d'Eni, Claudio Descalzi, a néanmoins fait état d'"excellents résultats en 2019, malgré une période difficile caractérisée par des tensions géopolitiques et des prix moins favorables qu'en 2018".

Eni a annoncé vendredi prévoir une hausse annuelle moyenne de sa production de 3,5% jusqu'en 2025, puis une baisse, phénomène qui sera compensé par de nouvelles activités, comme les énergies renouvelables. Le groupe a fait cette annonce à l'occasion de la présentation de son nouveau plan stratégique, marqué par "une réduction significative de l'empreinte carbone de son portefeuille".

Le groupe s'est fixé un objectif de réduction de 80% des émissions nettes de gaz à effet de serre de ses produits énergétiques d'ici 2050, "bien au-delà du seuil de 70% indiqué par l'Agence internationale d'énergie (AIE)", a-t-il souligné.

Répondre