Oléoducs Nord Américains

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 23 févr. 2011, 21:29

Une carte interessante des oléoducs Nord Américains.

On y voit les interconnections avec le Canada (et les tars sands de l' Alberta).

Voir aussi Cushing, dont on a parlé dans d' autre topics.
(Gros dépot, est plein en ce moment, ce qui explique l' écart entre le WTI et le Brent).

Image


source The Oil Drum http://www.theoildrum.com/node/7519

et pour Cushing , ville de Oklahoma 8300 habitants :
....
Cushing is a major hub in oil supply connecting the Gulf Coast suppliers with northern consumers. Cushing is famous as a price settlement point for West Texas Intermediate on the New York Mercantile Exchange[4] and has been cited[7] as the most significant trading hub for crude oil in North America. As of 2007, Cushing holds 5 to 10 percent of the total U.S. crude inventory. Signs made of a pipe and valve on the major highways near town proclaim Cushing to be the "Pipeline Crossroads of the World", and the town is surrounded by several tank farms. Most storage tanks are owned by four entities: oil giant BP, and energy-transport and logistics firms Enbridge Energy Partners, Plains All American Pipeline, and SemGroup Energy Partners. On July 13, 2010, BP announced it will sell its assets in Cushing to Magellan Midstream Partners.[8]

On April 13, 2007, the now-defunct Lehman Brothers released a study which claimed that WTI Crude at Cushing is no longer an accurate gauge of world oil prices.[9] A large stockpile of oil at the facility (mainly due to a Valero refinery shutdown[10]) has caused prices to be artificially depressed at the Cushing pricing point. This gap relative to world markets increased in early 2009 to nearly $12 per barrel at times, causing Saudi Arabia, a leading oil exporter and OPEC member, to announce an end to benchmarking its own oil prices to WTI.[11]

Cushing will be the southernmost hub of the proposed 2,148-mile (3,457 km) Keystone Pipeline that will transport up to 590,000 barrels per day (94,000 m3/d) of crude oil from Hardisty, Alberta to a huge tank farm in Patoka, IL. From there there is distribution to a refinery in Wood River, IL., as well as to the Cushing Hub and then to three refineries in Kansas.[12]

In 2006, with production increases from Canadian oil sands, two pipelines reversed direction, bringing crude into the Cushing Hub, rather than delivering crude from Cushing to oil refineries.

Enbridge’s Spearhead line connects Chicago and Cushing with a 125,000 barrels per day (19,900 m3/d) pipeline.[13]
ExxonMobil’s Pegasus pipeline (with a capacity of 30,000 barrels (4,800 m3) per day) passes through Cushing, connecting Patoka with refineries near Nederland, Tx.,[14]

HistoricallyIn the early 20th century, Cushing was a center for exploration of and production from nearby oil fields. At least two refineries operated in the town. As the oil fields started to run dry, starting in the 1940s, production and refining became less important. However, the maze of pipelines and tanks that had been built led to the NYMEX choosing Cushing as the official delivery point for its light sweet crude futures contract in 1983.
http://en.wikipedia.org/wiki/Cushing,_Oklahoma

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 14 juil. 2011, 12:23

Tazus et Canadiens parlent encore du projet d' Oleoduc pour envoyer les productions des sables bitumineux vers les raffineries du ..... TEXAS.
C' est le projet Keystone XL. 2000 miles (3600 km) 7 milliards de $. Tube de 36 pouces ( soit 91 cm) . Op&rateur = Transcanada.

Inquiétude vis à vis de l' aquifére géant Ogallala qui alimente en eau tout le MIDWEST US.

voir article du jour dans le Los Angeles Times : http://www.latimes.com/news/nationworld ... 8267.story
Reporting from Washington—

At a town hall meeting in Pennsylvania in early April, President Obama was asked about a bitter fight between industry and environmentalists over a proposed $7-billion, 2,000-mile pipeline to ship crude from Alberta's oil sands to Gulf Coast refineries.
.....
Goldwyn now works on Canadian oil sands issues at Sutherland, a Washington lobbying firm, and recently testified before Congress in favor of building the 36-inch underground pipeline, Keystone XL........

Keystone XL would thread through the vast Ogallala aquifer, the main drinking water source for the U.S. Midwest. ...........

Sur le site de Transcanada : http://www.transcanada.com/keystone_pipeline_map.html

Image

Le tracé en marron est déja opérationel depuis l' ete 2010. 435 000 barils/j. C 'est Keystone phase I. Tube de 30 inches.

Le vert c' est Keystone phase II mis en service en fev 2011. Tube de 36 inches.

Le pointillé orange c'est le projet Keystone phase III pour 2013 (tube de 36 inches).

Le pointillé bleu c'est le projet Keystone phase IV pour 2013 (tube de 36 inches).

L' ensemble constitue Keystone XL.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 30 août 2011, 20:40

Il y a de l' opposition au projet Keystone (voir post ci dessus).

Hansen (le célebre climatologiste US) opposant au projet, arrêté :

Image
Hansen Says Obama Will Be 'Greenwashing' About Climate Change if He Approves Keystone XL Pipeline

NASA scientist James Hansen, who galvanized the environmental movement decades ago with his congressional testimony about the dangers of climate change, said yesterday that President Obama has a rare opportunity to show he is not a "hopeless addict."
More News From ClimateWire

The climatologist, who will appear at the National Press Club on Monday before joining protests at the White House, where he expects to be arrested, told ClimateWire in an email interview that the Keystone XL pipeline awaiting approval from the president is like a dirty needle from a fellow oil addict, Canada.

The pipeline, if built, would run 1,700 miles from Canada to Texas and bring in a form of crude to the United States that releases more carbon dioxide emissions in the production process than traditional oil.

.............
http://www.nytimes.com/cwire/2011/08/26 ... 72041.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 11 nov. 2011, 19:55

L' administration Obama repousse à 2013 la décision de lancement de l' oleoduc Keystone XL.
Obama Delays Decision on Keystone XL

The U.S. Department of State announced Thursday afternoon that it will postpone making a decision on whether TransCanada's proposed Keystone XL Pipeline project is in the national interest until at least early 2013.

.........
http://www.rigzone.com/news/article.asp?a_id=112560

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 14 janv. 2012, 19:01

Oléoduc Keystone : le lobby pétrolier arrose le Congrès américain

13 janvier 2012

Le Keystone gate, comme on va bientôt le surnommer, n'a pas fini de faire des vagues aux Etats-Unis. Ce projet d'oléoduc géant, qui permettrait d'acheminer chaque semaine des millions de barils de pétrole issu des sables bitumineux du Canada vers le golfe du Mexique, était déjà sous le feu des critiques après les accusations de conflits d'intérêts à l'encontre de l'opérateur TransCanada et de la Maison Blanche, censée valider le projet.

Mercredi 11 janvier, c'est une autre révélation qui a ébranlé le futur Keystone XL : une étude a dévoilé l'étendue des fonds versés aux membres du Congrès par l'industrie pétrolière et gazière pour s'attribuer leur soutien. Une force de frappe susceptible de faire plier Barack Obama dans sa décision, qu'il doit rendre avant le 21 février, alors qu'il cherche tous les appuis possibles avant l'élection présidentielle de novembre.


A l'origine de l'enquête, Maplight, un groupe de recherche indépendant américain, qui traque les transferts de fonds en politique, s'est concentré sur les dons financiers du secteur pétrolier et gazier à des membres de la Chambre des représentants. Car la chambre basse est à l'origine de l'adoption d'un projet de loi, en juillet, pour forcer Obama à accélérer l'approbation du projet Keystone. Le texte avait finalement été rejeté, faute d'un accord du Sénat, mais les parlementaires, en particulier républicains, avaient continué à faire pression sur le président américain pour qu'il donne son accord à ce projet industriel fortement décrié pour ses conséquences environnementales désastreuses.

Le résultat de l'étude est édifiant : seulement 2 des 118 membres de la Chambre des représentants qui listent des entreprises pétrolières et gazières parmi leurs dix premiers donateurs de campagne se sont opposés au projet de loi visant à accélérer la validation de l'oléoduc. Et en élargissant aux 195 représentants qui indiquent l'industrie pétrolière dans leurs 20 premiers contributeurs, les proportions ne diffèrent guère : seuls dix d'entre eux ont voté contre le texte.

Au total, ce sont pas moins de 12 millions de dollars qui ont été versés directement aux membres de la Chambre entre 2009 et 2011, soit juste après la décision de lancer le projet du Keystone XL, en 2008.

Le Guardian s'est amusé à comparer la liste des 17 représentants les plus arrosés (plus de 100 000 dollars reçus en deux ans pour chacun d'entre eux) et leurs positions sur le projet Keystone XL. Tous sont républicains et tous ont voté en faveur du texte de loi visant à accélérer la validation de l'oléoduc.

En tête, on trouve Steven Pearce, représentant du Nouveau-Mexique, qui a touché le gros lot avec 370 000 dollars de contributions directes reçues entre juillet 2009 et juillet 2011. "Il est temps de mettre les enjeux politiques de côté, avait-il déclaré sur son site Internet le mois dernier. Nous devons tous travailler ensemble pour veiller à l'aboutissement de projets tels que l'oléoduc Keystone." Arrive ensuite Mike Pompeo, représentant du Kansas, avec 333 000 dollars, puis Bill Flores, représentant du Texas, avec 266 000 dollars, qui estimait en juillet, lors de l'examen du projet de loi : "Si nous ne nous emparons pas de cette ressource précieuse, les Chinois ou d'autres pays le feront."

Audrey Garric
http://ecologie.blog.lemonde.fr/2012/01 ... duc-geant/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 09 mars 2012, 19:18

Le sénat américain bloque la construction d'un oléoduc géant (Keystone)

Les sénateurs ont rejeté jeudi un amendement qui aurait permis de lancer la construction de l'oléoduc Keystone XL, entre les Etats-Unis et le Canada.

La volonté de Barack Obama est respectée : le président des Etats-Unis a suspendu ce projet en janvier. La minorité républicaine a tenté de relancer la construction de cet oléoduc par un amendement à une loi contre les transports. Une proposition rejetée par 56 voix contre 42.

Barack Obama a repoussé ce projet en raison d'inquiétudes au sujet de l'environnement. Pour les républicains, la construction de l'oléoduc permettrait de créer 20 000 emplois et d'abaisser les prix de l'essence.

"Le président a cédé à la pression des écologistes radicaux", s'est enflammé Richard Lugar, l'un des auteurs de l'amendement rejeté.

Le sénateur démocrate Ron Wyden a lui défendu la décision du président. Il affirme que le projet n'offrait "pas de protection pour les travailleurs, pas de protection pour l'environnement et, je crois, des prix plus élevés pour les entreprises et les consommateurs américains".
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... nt.N170420

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 19 août 2012, 14:37

en relation avec ce post du 14 Sept 2011 viewtopic.php?p=301018#p301018
Le projet Northern Gateway est mort, selon Mulcair

18 Aout 2012

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a déclaré samedi qu'il soutenait l'idée de construire des raffineries au Canada, mais que le projet de pipelines Northern Gateway n'avait aucun avenir.

Ses paroles interviennent au lendemain d'une proposition du propriétaire de Black Press Group, David Black, de bâtir une raffinerie à Kitimat, sur la côte de la Colombie-Britannique.

« Occupons-nous de notre propre sécurité énergétique et augmentons le nombre d'emplois au pays plutôt que les acheminer avec le bitume aux États-Unis », a affirmé M. Mulcair lors de l'émission The House sur les ondes radio du réseau anglais de Radio-Canada.

Pas d'oléoducs

Le chef de l'opposition officielle ne donne cependant pas son aval au projet Northern Gateway de la société Enbridge qui doit acheminer du pétrole brut des sables bitumineux de l'Alberta vers l'Asie en passant par la Colombie-Britannique.

Le projet ne verra pas le jour, selon lui, surtout après un rapport cinglant du Bureau américain de la sécurité des transports révélant que la pétrolière avait ignoré plusieurs avertissements de fuite de pétrole dans la rivière Kalamazoo au Michigan, en 2010, avant d'agir.

« Il s'agit probablement du dernier clou dans le cercueil », a renchéri M. Mulcair.

Le responsable du NPD a également critiqué la politique de développement durable menée par le premier ministre, Stephen Harper.

Image
http://www.radio-canada.ca/regions/albe ... ries.shtml

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 18 nov. 2012, 20:21

Suite de ce post du 09 Mars 2012 viewtopic.php?p=312343#p312343

Groups push Obama on oil pipeline (Keystone XL)

Le projet d' oléoduc TransCanada’s Keystone XL est à nouveau bientôt en re examen suite à la re élection de Obama et d' une modification de tracé dans la partie Nord. Une région qui était ressource en eau potable sera évitée.
..........

Nebraska environmental officials are close to completing their review of a new proposed route for the pipeline in that state. TransCanada altered the pipeline’s path through Nebraska to avoid the environmentally sensitive Sandhills region and a couple towns’ drinking water wells.

State regulators issued a 600-page report on the oil pipeline last month, and they plan to hold a public hearing in Albion on Dec. 4. Then regulators will make a recommendation to Gov. Dave Heineman, who will decide whether to approve the new route.

................

After Nebraska officials finish their process, the U.S. State Department will review the project again before Obama has the final say
http://mtstandard.com/business/groups-p ... 963f4.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 30 nov. 2012, 10:49

Le Canada, une puissance pétrolière montante en manque d'oléoducs

Le gouvernement du Canada pousse à la construction de nouveaux oléoducs pour exporter le pétrole produit à l'ouest du pays quand son seul client, les Etats-Unis, pourrait devenir vers 2020 le premier producteur de la planète.

Le Canada, grâce aux sables bitumineux de la province de l'Alberta (ouest), la troisième réserve d'or noir de la planète, est actuellement le premier fournisseur étranger de pétrole des Etats-Unis.

Cette situation devrait cependant changer car les Etats-Unis deviendront vers 2020 "le premier producteur mondial de pétrole", a prédit, il y a deux semaines, l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Pour le gouvernement conservateur d'Ottawa, ce scénario fait ressortir la nécessité pour le Canada de trouver de nouveaux marchés pour son pétrole, car les Etats-Unis absorbent en ce moment "98%" de ses exportations, a rappelé lundi le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver.

"Le marché américain ne suffira pas à absorber la totalité des exportations pétrolières du Canada", souligne le ministère. "D'ici 2035, celles-ci seront de 4 millions de barils par jour, alors que les Etats-Unis n'importeront au total que 3,4 millions de barils par jour".

Autre contrainte: les systèmes d'oléoducs actuels de l'ouest du continent américain ne réussissent pas à absorber la hausse de la production au Canada et aux Etats-Unis, et les nouveaux projets buttent contre des préoccupations écologiques et politiques.

"On manque déjà de débouchés, il y a de l'engorgement dans les oléoducs", note Marco Navarro-Génie, vice-président à la recherche du Frontier Centre, un institut de recherche de Calgary, la capitale pétrolière de l'Alberta.

"On est en train de vendre du pétrole à 22 dollars sous le prix du brut de référence (le Brent de la mer du Nord), faute d'accès suffisant au marché", ajoute-t-il.

Nouveau tracé

Pour le gouvernement et l'industrie, cet accès passe notamment par l'oléoduc Keystone XL, entre l'Alberta et les raffineries du golfe du Mexique au Texas, dont la construction a été retardée en début d'année par le président américain Barack Obama en raison de craintes pour une nappe phréatique dans l'Etat du Nebraska (centre des Etats-Unis).

Un nouveau tracé a été présenté pour l'oléoduc au Nebraska par l'opérateur TransCanada et "une décision favorable à Keystone XL", projet d'une capacité de 830.000 barils par jour (bpj), devrait intervenir assez rapidement en 2013, croit cependant André Plourde, spécialiste du pétrole à l'université Carleton d'Ottawa.

Il souligne que "les raffineries de la région de Houston (Texas, sud des Etats-Unis) sont maintenant en bonne partie orientées vers un raffinage de pétrole relativement lourd", ce qui favorise le pétrole albertain, au moment où les approvisionnements en provenance du Mexique et du Venezuela sont en déclin.

L'AIE prédit que la demande mondiale d'énergie croîtra d'un tiers d'ici 2035 et que la Chine, l'Inde et le Moyen-Orient représenteront 60% de ces besoins supplémentaires.

Deux projets d'oléoducs sont actuellement débattus pour écouler la production de l'Alberta vers l'Asie en passant par des ports du Pacifique.

Le plus controversé de ces projets, le Northern Gateway, du groupe canadien Enbridge, se heurte toutefois à une forte résistance du gouvernement de la province de la Colombie-Britannique (ouest du Canada), de groupes autochtones et d'écologistes.

Enbridge et TransCanada tournent également leur regard vers l'Est du Canada, le Québec et le Nouveau-Brunswick, pour exporter le brut de l'Alberta par l'Atlantique. Le ministre Oliver promet son soutien pour des projets "vers l'ouest, le sud et l'est" du pays.

Au pis aller, des acteurs du secteur évoquent même l'idée d'exporter le pétrole par le nord, via le port de Churchill, sur la baie d'Hudson, au Manitoba, selon M. Navarro-Génie.
http://www.boursorama.com/actualites/le ... 1984feb3d8

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 02 mars 2013, 20:03

L'administration Obama s'interroge sur l'oléoduc Keystone XL

Le Monde.fr avec AFP | 02.03.2013

Le département d'Etat américain estime que l'oléoduc géant Keystone, qui doit courir du Canada au Texas, ne devrait pas avoir de conséquences majeures pour l'environnement, sans toutefois recommander dans son rapport d'étape d'approuver le projet à ce stade.
Très controversé, le projet d'oléoduc Keystone XL, estimé à 5,3 milliards de dollars selon TransCanada, doit pour voir le jour être approuvé par le gouvernement américain. Le président Barack Obama avait déjà refusé début 2012 d'accorder son feu vert.

Ce rapport souligne toutefois que Keystone devra respecter toutes les mesures qu'il s'est engagé à prendre pour éviter de nuire à l'environnement et pointe que 24 espèces protégées ou menacées pourraient pâtir de l'oléoduc en raison de la diminution de leur habitat ou de difficultés supplémentaires pour se nourrir.

L'étude avance également que des fuites de pétrole pourraient affecter des rivières, des lacs ou des mares sur le trajet de l'oléoduc "et les écosystèmes qui en dépendent". Mais "des fuites liées au projet proposé qui affecteraient l'environnement devraient être rares et relativement peu importantes", poursuit-elle.

La publication de ce rapport ouvre une période de 45 jours de consultation publique, à l'issue de laquelle une décision sera prise, ont souligné des responsables américains. "A ce stade, il n'y a aucune recommandation dans un sens ou dans l'autre. Nous étudions tout cela de manière très très objective", a déclaré Kerri-Ann Jones, chargée des affaires scientifiques et environnementales au département d'Etat.

"Fuites de pétrole, dommages causés à l'environnement, espèces sauvages mises en danger (...): c'est simplement difficile de comprendre pourquoi l'administration Obama étudie ce projet", a réagi dans un communiqué Bill Snape, du Centre pour la diversité biologique.

Les autorités canadiennes ont de leur côté souligné qu'elles étudiaient le long rapport publié par le département d'Etat. Le ministre des ressources naturelles Joe Oliver a souligné que l'oléoduc créerait "des dizaines de milliers d'emplois des deux côtés de la frontière". "Ce projet va permettre de remplacer le pétrole venant du Venezuela et du Moyen-Orient par une source d'approvisionnement continentale stable (...) et améliorer la sécurité énergétique de l'Amérique du Nord", a-t-il ajouté.

Selon le rapport du département d'Etat, le projet aboutirait à la création de 42 100 emplois et plus de 2 milliards de dollars de revenus pendant la construction (un an ou deux). L'Etat américain du Nebraska, que l'oléoduc doit traverser, avait approuvé fin janvier un nouveau tracé pour Keystone XL plus respectueux de l'environnement. La société TransCanada, qui veut bâtir cette infrastructure pétrolière, a déjà commencé en août à construire une portion de près de 800 kilomètres entre l'Oklahoma et la côte du Texas, qui ne nécessitait pas d'autorisation des autorités fédérales américaines.

Keystone XL doit acheminer 830 000 barils de brut par jour jusqu'aux raffineries du golfe du Mexique.
http://www.lemonde.fr/ameriques/article ... _3222.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 01 avr. 2013, 12:19

Un oléoduc fuit dans un quartier résidentiel de l'Arkansas

Le Monde | 01.04.2013

Vendredi après-midi, une section du pipeline Pegasus a rompu près de la bourgade de Mayflower, en Arkansas, déversant plus de 2 000 barils de brut dans un quartier résidentiel. Vingt-deux habitations ont dû être évacuées.
Exxon Mobil a fermé l'oléoduc, qui transporte plus de 90 000 barils par jour de brut entre Pakota, dans l'Illinois, et Nederland, au Texas, et entamé des opérations de nettoyage.

L'incident donne du grain à moudre aux adversaires du projet d'oléoduc Keystone XL, d'une capacité de 800 000 barils par jour, destiné à transporter vers les raffineries du golfe du Mexique le pétrole brut extrait des sables bitumineux canadiens. Les écologistes soulignent notamment la nature plus corrosive de ce pétrole pour les oléoducs. "Qu'il s'agisse du projet Keystone XL ou [...] de ce problème en Arkansas, les Américains se rendent compte que transporter de grandes quantités de ce carburant corrosif et polluant n'est pas un bon pari pour les contribuables et pour notre environnement", a déclaré Ed Markey, un représentant démocrate du Massachusetts.
http://www.lemonde.fr/planete/video/201 ... _3244.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 06 mai 2013, 20:09

Pipelines: deux groupes américains fusionnent pour 7 milliards de dollars

06 Mai 2013

Les groupes américains d'oléoducs et gazoducs Crestwood Midstream Partners et Inergy ont annoncé lundi leur fusion, qui créera un ensemble d'une valeur d'entreprise d'environ 7 milliards de dollars, focalisé sur les services et le transport de pétrole et gaz de schiste.

"Le regroupement de Crestwood et Inergy crée une plateforme d'actifs de +midstream+ (transport et transformation intermédiaire) fournissant un éventail vaste de services dans les gisements de schiste d'Amérique du Nord, y compris ceux de Marcellus (est des Etats-Unis), de Bakken (nord), d'Eagle Ford (sud), Permian (sud), Utica (nord)", etc., explique un communiqué.

"La complémentarité des services offerts par Crestwood et Inergy va générer des synergies opérationnelles et financières attractives", ajoute-t-il.

Selon les termes de l'accord, approuvé par les conseils d'administration des deux groupes, la fusion sera réalisée par l'intermédiaire d'une série de transactions qui devrait être finalisée au troisième trimestre 2013 et à l'issue desquelles Crestwood va prendre le contrôle d'Inergy.

Le PDG de Crestwood, Robert Phillips, prendra alors la tête d'Inergy. L'équipe dirigeante comprendra des membres de la direction actuelle des deux entreprises, et le conseil d'administration comprendra de même des administrateurs issus de chaque société.

Le PDG d'Inergy, John Sherman, "démissionnera de (ses) fonctions de direction au jour le jour dans le groupe" mais continuera à siéger au conseil d'administration de l'entité combinée.

Dans le communiqué, M. Sherman a estimé que les entreprises avaient "toutes deux pour objectif de capitaliser sur le secteur à croissance rapide de (l'exploitation) des gisements de schiste américains"

"La réputation de Crestwood, et sa forte position concurrentielle (...) est un formidable complément de ce que nous faisons", a-t-il ajouté.

La société issue de la fusion, dont le nom reste à déterminer, aura son siège social à Houston, au Texas (sud), comme Crestwood, et aura des bureaux à Kansas City, dans le Missouri (centre), ville du siège social d'Inergy, ainsi qu'à Fort Worth au Texas.
http://www.boursorama.com/actualites/pi ... 2a070299e2

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 13 juil. 2013, 14:28

Le transport du pétrole par train coûtera plus cher, croit Moody's

Radio Canada 12 Juillet

L'agence de notation Moody's s'attend à ce que le déraillement meurtrier à Lac-Mégantic conduise à une augmentation des coûts du transport de pétrole par train aux États-Unis et au Canada.

Moody's estime qu'après cet accident, les coûts d'investissement et d'exploitation des compagnies ferroviaires devraient augmenter, en raison de nouveaux règlements plus sévères.

« Le déraillement du Québec - probablement le pire accident ferroviaire en Amérique du Nord depuis 1918 - conduira inévitablement à une augmentation des délais d'examen et d'émission de permis, ainsi qu'à des coûts plus élevés pour les expéditeurs », a indiqué Moody's dans un rapport publié jeudi.

D'autres accidents du genre ont eu les mêmes effets dans le passé, note l'agence, soulignant que les compagnies américaines ont les reins assez solide pour faire face aux resserrements de la réglementation.

Selon l'agence de notation, la catastrophe de Lac-Mégantic risque d'ailleurs de retarder le développement du transport par rail au profit des oléoducs.

La pression sera plus forte sur l'administration américaine de Barack Obama pour qu'elle approuve le projet d'oléoduc Keystone XL de TransCanada.
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Ec ... role.shtml

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 17 sept. 2013, 12:46

Le ministre des ressources du Canada déclare que le projet d' oléoduc Keystone XL ne sera pas encore accepté cette année.
Les USA n' ont encore pas fini l' étude environementale pour la partie de leur coté.
Keystone XL Approval Unlikely This Year -Canada Minister

Rigzone news September 16, 2013

U.S. approval of the Keystone XL pipeline is unlikely to occur in 2013, Canada's natural resources minister, Joe Oliver, said on Monday.

"It is now looking like it's not going to be completed this year," Oliver said in an interview with Reuters.

The U.S. State Department has yet to complete an environmental review of the project, which has drawn fierce opposition from environmental groups. The pipeline would link oil sands fields in western Canada to U.S. Gulf Coast refiners.

Experts have said this may push the final decision to next year, but Canadian officials have not officially commented on a specific time line for the project.

Oliver said he expects the State Department to submit the environmental impact statement this year, "hopefully soon." That will be followed by a period of public comment.

The project's approval is contingent on a positive response from the multiple U.S. agencies involved, he said. The U.S. president will have to make the final decision if a consensus isn't achieved.

"I certainly believe that if all the facts are taken into consideration, it will be approved. But I'm not going to handicap the odds at this point," Oliver said.

The proposed pipeline is "the most studied energy project in the history of the world," Oliver said.

He declined to comment on Canadian Prime Minister Stephen Harper's letter to U.S. President Barack Obama offering environmental concessions that will allow the project to move ahead.
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... a_Minister

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60123
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 12 oct. 2013, 12:58

Pipeline 9B d'enbridge: Suncor tient à son pétrole lourd

11 oct 2011 lapresse.ca

Suncor rejette toute idée de limiter sa capacité à expédier du pétrole lourd à Montréal via la ligne 9B d'Enbridge. La viabilité de la raffinerie de Montréal en dépend, a affirmé hier Me L.E. Smith, avocat de Suncor, à la troisième journée d'audience de l'Office national de l'énergie.

Image
La raffinerie Suncor à Montréal.

«Le pétrole lourd peut être transporté de façon sûre et fiable par l'ensemble des pipelines canadiens, a affirmé Me Smith. Il n'y a aucune raison d'imposer une restriction qui limiterait la compétitivité des raffineurs du Québec par rapport à tous les autres raffineurs d'Amérique du Nord.»

Auparavant, Me Dominique Neuman, de Stratégies énergétiques, avait plaidé pour une telle restriction en s'appuyant sur la répartition des capacités de raffinage de pétrole lourd et léger sur le continent. En effet, les raffineries du golfe du Mexique sont équipées pour traiter le pétrole lourd, tandis que celles du Nord-Est sont plutôt spécialisées en pétrole léger.

Ce faisant, estime Me Neuman, on diminue les conséquences possibles d'un déversement, dont le nettoyage est plus ardu quand il s'agit de pétrole lourd. Et par la même occasion, on offre une solution de rechange pour le transport de pétrole léger qui, est-il besoin de le rappeler, est de plus en plus transporté par rail - avec des conséquences parfois catastrophiques, comme on l'a vu à Lac-Mégantic.

«Si le choix est le train versus le pipeline, le pipeline est préférable, affirme Me Neuman. Le transport par rail est moins réglementé que le transport par pipeline, et il est plus risqué.»

Le sujet a semblé intéresser l'Office national de l'énergie, qui a posé des questions à ce sujet au Conseil du patronat, venu plaider en faveur du projet en soulignant son importance pour le secteur pétrochimique montréalais.

«Si le pétrole importé était seulement léger, est-ce que votre position serait différente?» a demandé Jacques Gauthier. «Je ne crois pas, non», a répondu Norma Kozhaya, directrice de la recherche et économiste en chef du Conseil du patronat du Québec.

Selon Suncor, la raffinerie de Montréal va continuer de raffiner environ 15% de pétrole lourd afin, entre autres, de produire de l'asphalte. Ce pétrole lourd est actuellement importé du golfe du Mexique.

«Les intervenants ne semblent pas s'inquiéter du transport du pétrole lourd quand il vient de l'étranger», a ironisé Me Smith. Du même souffle, il a cependant affirmé que l'expansion des sables bitumineux, fortement appuyée par Suncor en Alberta, ne dépend pas de l'inversion du flux de la ligne 9.

Rappelons que, de toute manière, cette question est expressément exclue du mandat de l'Office national de l'énergie. L'audience ne porte que sur le tuyau qui relie Montréal et North Westover en Ontario, et pas sur ce qui se produira à chaque extrémité ou même au-delà.

Inquiétudes

Et ce tuyau continue d'inquiéter le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, même s'il assure avoir une bonne relation avec Enbridge.

«On reconnaît que les oléoducs sont le meilleur moyen de transporter le pétrole, dit-il. Nous ne sommes pas en guerre contre Enbridge. Mais l'approbation du projet sans amélioration de la sécurité est un risque.»

Il recommande «le remplacement de la conduite vieille de près de 40 ans par une conduite neuve» et l'ajout d'une valve de sécurité sur le territoire de sa ville.

Comme d'autres maires, il déplore ne pas avoir pu former ses pompiers à intervenir en cas de déversement. Mais il reconnaît qu'il n'en a pas fait la demande formelle par écrit. «Si ça prend une résolution du conseil, on va en faire une», a-t-il dit.
http://www.lapresse.ca/actualites/natio ... -lourd.php

Répondre