Oléoducs Nord Américains

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57761
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 23 févr. 2019, 00:48

Canada: le régulateur de l'énergie approuve un projet controversé d'oléoduc

AFP le 22 févr. 2019

Un projet visant à tripler la capacité d'un oléoduc reliant les champs pétroliers de l'Alberta au port de Vancouver, sur la côte pacifique du Canada, est "dans l'intérêt public canadien", a conclu vendredi le régulateur du secteur en recommandant au gouvernement de l'approuver.


Le gouvernement libéral de Justin Trudeau avait nationalisé l'an dernier l'oléoduc Trans Mountain dans le but d'en assurer l'élargissement, mais ce projet avait été recalé par la justice en août dernier.

Le gouvernement avait alors demandé au régulateur du secteur, l'Office national de l'énergie (ONE), de tenir de nouvelles consultations auprès des populations affectées, notamment des groupes d'Amérindiens, afin de tenir compte davantage des impacts du projet sur l'environnement.

Dans un rapport, l'ONE souligne que le projet risque "d'entraîner des effets environnementaux négatifs importants" sur une population d'épaulards en péril de la région de Vancouver, et une augmentation "vraisemblablement importante" des émissions de gaz à effet de serre.

Le régulateur reconnaît que dans "le pire scénario crédible", soit une marée noire causée par l'oléoduc ou un navire, "les effets environnementaux seraient importants", mais il juge "peu probable" un tel incident.

L'Office affirme que ces effets potentiels ont "pesé lourd" dans son évaluation, mais il "recommande" néanmoins au gouvernement d'aller de l'avant, "vu les avantages considérables du projet et les mesures proposées pour réduire au minimum les incidences".

"La recommandation globale est que le projet d'agrandissement du réseau de Trans Mountain est dans l'intérêt public canadien et qu'il devrait être approuvé", a précisé le régulateur en rappelant qu'il est assorti de 156 conditions.

L'Office a par ailleurs proposé 16 "recommandations" au gouvernement pour atténuer les impacts du projet sur l'environnement, mais il ne s'agit pas de nouvelles conditions, a souligné un responsable de l'ONE, Marc-André Plouffe.

Cette décision a piqué au vif les groupes autochtones et de l'environnement hostiles au projet, qui prévoit de tripler la capacité de l'oléoduc long de 1.200 km pour la porter à 890.000 barils de pétrole par jour.

"C'est une insulte totale à l'égard du processus de consultation qui avait été ordonné par la justice", a dit à la presse Bob Chamberlain, vice-président de l'association des chefs amérindiens de Colombie-Britannique.

"Ces recommandations sont une distraction pour faire semblant que des réponses sont apportées aux inquiétudes qui ont été exprimées, alors que ce n'est pas du tout le cas", a réagi lors d'une conférence de presse Eugene Kung, avocat de l'organisation écologiste West Coast Environmental Law.

Une décision finale du gouvernement sur l'élargissement de l'oléoduc, racheté pour 4,4 milliards de dollars canadiens (3 mds d'euros) l'an dernier au groupe américain Kinder Morgan, est, en principe, attendue d'ici 90 jours.

A huit mois des législatives canadiennes, elle risque cependant d'être repoussée, le projet étant très contestée en Colombie-Britannique, province-clé sur le plan électoral pour les libéraux de Justin Trudeau.
https://www.connaissancedesenergies.org ... c-190222-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57761
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Oléoducs Nord Américains

Message par energy_isere » 31 mars 2019, 11:51

Donald Trump tente de relancer l'oléoduc Keystone XL

AFP parue le 30 mars 2019

Le président américain Donald Trump a accordé un nouveau permis de construire au projet d'oléoduc géant Keystone XL, qui doit relier les champs pétrolifères du Canada aux Etats-Unis et qui a été bloqué en novembre par un juge américain.

"J'autorise par la présente, et aux conditions exposées ci-dessous, TransCanada Keystone Pipeline, L.P. à construire, connecter, gérer et entretenir un oléoduc à la frontière internationale des Etats-Unis et du Canada, dans le comté de Phillips au Montana, pour l'importation de pétrole du Canada aux Etats-Unis", indique le document mis en ligne par la Maison Blanche et signé vendredi par le président.

Le projet est soutenu par le gouvernement canadien, qui a salué la décision de Donald Trump. Le Canada compte sur Keystone pour désengorger le réseau nord-américain de pipelines qui est aujourd'hui saturé.

"La signature de ce nouveau permis montre clairement que la branche exécutive du gouvernement américain comprend l'importance de ce projet", a indiqué dans un courriel à l'AFP le cabinet du ministre canadien des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi.

Ce dernier "a toujours plaidé en faveur de Keystone XL auprès du secrétaire (à l'Énergie des États-Unis) Rick Perry, qui a récemment confirmé qu'il s'agissait d'une priorité absolue".

Un juge fédéral du Montana avait suspendu début novembre la construction de cet oléoduc géant. Un arrêt qui représentait un sérieux revers pour Donald Trump, qui avait relancé ce projet très décrié dès sa prise de fonctions malgré les risques qu'il fait peser sur l'environnement et les cultures autochtones.

Long de 1.900 km, cet oléoduc est déjà partiellement en service. Il devait relier les champs pétrolifères de la province canadienne d'Alberta à l'Etat américain du Nebraska, pour aboutir aux raffineries du golfe du Mexique.

Il est fermement combattu par les communautés autochtones des territoires qu'il traverse, inquiètes des dégâts environnementaux qu'il pourrait causer.

Le nouveau permis signé par le président annule et remplace les autorisations précédentes. Il n'était pas clair samedi si le projet devra être soumis une nouvelle fois à des études d'impact sur l'environnement.

Ce sont ces risques pour l'environnement qu'avait invoqué l'administration Obama pour bloquer le projet une première fois en 2015.

En novembre, le juge Brian Morris avait estimé que l'administration Trump avait fait fi de l'analyse du département d'Etat, qui ne jugeait pas le projet "d'intérêt national pour les Etats-Unis" au regard des risques afférents.

Le gouvernement canadien s'attend lui à ce que ce projet respecte le système de plafonnement d'émissions de gaz à effet de serre de l'Alberta (ouest du Canada).

TransCanada s'est réjoui de la décision du président américain et a "remercié le président Donald Trump d'avoir confirmé son soutien au projet d'oléoduc Keystone XL en publiant un nouveau permis présidentiel".
https://www.connaissancedesenergies.org ... l-190330-0

Répondre