[Production] L'Arctique, une alternative ...

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8357
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par Remundo » 28 oct. 2010, 10:10

bonnes infos en effet,

on voit que le pôle Nord n'est pas encore exploré au sens des hydrocarbures. Mais je crois que les Russes construisent d'énormes brise-glace nucléaires pour aller voir ça de plus près...

Personnellement, si les réserves s'avèrent faibles, cela ne me fera pas pleurer. :idea:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 28 oct. 2010, 16:50

Remundo a écrit :bonnes infos en effet,

on voit que le pôle Nord n'est pas encore exploré au sens des hydrocarbures. Mais je crois que les Russes construisent d'énormes brise-glace nucléaires pour aller voir ça de plus près...

Personnellement, si les réserves s'avèrent faibles, cela ne me fera pas pleurer. :idea:
Les Russes ont des brises glaces nucléaires, mais en construisent ils d' autres ? Ca je ne sais pas.

Ria Novosti dit :
La Russie pourra mettre en œuvre sa stratégie antarctique

MOSCOU, 22 octobre - RIA Novosti

Le gouvernement russe a approuvé jeudi la Nouvelle stratégie antarctique de la Russie jusqu'en 2020 qui prévoit la modernisation des stations existantes et la construction de nouveaux navires de recherche, rapporte vendredi le service de presse de l'Agence météorologique russe (Rosgidromet).

Le gouvernement a approuvé la stratégie pour les activités de la Russie en Antarctique jusqu'en 2020 et au-delà, qui lui était proposée par le ministère des Ressources naturelles et de l'Ecologie, a indiqué la source.

Ce document a pour ambition de permettre à la Russie de profiter de ses intérêts nationaux en Antarctique, conformément aux règles du droit international et aux principaux axes de la politique étrangère et intérieure du pays.

L'Agence Rosgidromet assumera la coordination de la mise en place de la stratégie qui prévoit, entre autres, la fabrication de cinq navires, d'un avion Il-114-100 T équipé de ski, ainsi que la reconstruction de huit stations polaires et de bases saisonnières.

Le projet permettra également de développer l'activité spatiale russe par le biais de la mise en place des stations supplémentaires du système de navigation GLONASS, analogue russe de l'américain GPS.
http://fr.rian.ru/science/20101022/187692231.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 15 janv. 2011, 12:25

BP et Rosneft concluent une alliance stratégique pour exploiter l'Arctique :

La Russie a apporté vendredi son soutien à la reconstruction de BP après la marée noire du golfe du Mexique, avec l'entrée attendue du groupe Rosneft à son capital, qui débouchera sur une exploitation conjointe d'énormes gisements d'hydrocarbures très convoités en Arctique.

L'accord, annoncé simultanément en fin de journée à Moscou et à Londres, prévoit une coopération entre le groupe pétrolier britannique et le premier producteur d'hydrocarbures de Russie, le groupe public Rosneft, en vue de prospecter et d'exploiter une zone qui présenterait des ressources comparable à la mer du Nord britannique.

Cet accord a été scellé plus tôt dans la journée lors d'un entretien entre le premier ministre russe Vladimir Poutine et le directeur général de BP Robert Dudley. "Le gouvernement russe va soutenir votre travail en commun (...) et créer le climat fiscal et administratif le plus favorable pour que ce projet se réalise", a déclaré M. Poutine, cité par les agences russes.

L'accord porte sur une région immense recouvrant le plateau continental de la mer de Kara, limitrophe de l'Océan Arctique, pour laquelle Rosneft avait décroché des permis d'exploitation en octobre.

Cette zone, d'une superficie totale de 125.000 km2, représente selon les Russes l'équivalent, en taille et en potentiel, de la mer du Nord britannique, et les ressources qu'elle contient sont évaluées à cinq milliards de tonnes de pétrole et 3.000 milliards de mètres cubes de gaz.

"Ce sont des chiffres importants. Ils ont besoin d'être confirmés, mais ils sont tout à fait réalistes", a jugé M. Poutine.

Cet accord s'accompagnera d'un échange de participations croisées entre les deux compagnies, au terme duquel Rosneft détiendra 5% du capital de BP, et BP 9,5% de celui de Rosneft. La transaction représentera près de 16 milliards de dollars au total, d'après les cours respectifs des deux groupes.

Cette alliance conforte les efforts de BP pour se relancer après la marée noire de l'an dernier, qui avait paru un temps menacer sa survie. Il va lui permettre de mettre un pied dans la région inexplorée la plus prometteuse du monde.

Mais il va aussi réduire à terme le poids relatif des Etats-Unis dans ses activités, et risque de dégrader encore un peu plus ses relations avec les autorités américaines, déjà au plus mal depuis la marée noire ayant souillé l'an dernier les côtes du golfe du Mexique.

Un parlementaire américain influent, le démocrate Ed Markey, a déjà critiqué sévèrement cette alliance dans un communiqué. "BP signifiait autrefois British Petroleum. Avec cet accord, cela veut désormais dire Bolshoï Petroleum", a-t-il raillé.

Des critiques balayées par Bob Dudley. "Je pense que c'est un moment historique pour BP, pour notre secteur, pour la Russie et pour le monde de l'énergie", a-t-il défendu lors d'une conférence de presse à Londres, avec les dirigeants de Rosneft et des responsables russes et britanniques.

Par ailleurs, le fait que BP se lance ainsi à la conquête de l'Arctique ne manquera pas d'attiser l'inquiétude des défenseurs de l'environnement, qui condamnent une multiplication de projets visant à exploiter les ressources de cet écosystème fragile et menacé par le changement climatique.

Une autre compagnie pétrolière britannique, Cairn Energy, a déjà soulevé de telles critiques l'an dernier, pour avoir lancé une campagne de prospection pétrolière au large du Groenland.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 9f995bb3c7

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 15 janv. 2011, 18:28

suite du post précedent.
Les barils issus de cet accord, c'est pas pour tout de suite.
.................
De son côté, Rosneft prend une part non négligeable d'un grand groupe occidental, espérant bénéficier d'une technologie et d'une expertise qu'il ne possède pas.

Un influent parlementaire américain, le démocrate Ed Markey, s'est insurgé de ce nouveau pouvoir: "BP signifiait autrefois British Petroleum. Avec cet accord, cela veut désormais dire Bolshoï Petroleum".

"Beaucoup penseront que le gouvernement russe prend 5% d'une compagnie qui possède des réserves stratégiques de pétrole partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis", a relevé la radio-télévision britannique BBC.

Le président de BP, Carl-Henric Svanberg, a tenté de calmer les inquiétudes en expliquant samedi qu'il s'agissait d'un projet à long terme et que les premiers barils issus de cette coopération controversée ne devraient pas arriver sur le marché avant les années 2020.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 9f995bb3c7

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 16 févr. 2011, 12:23

BP trouve un accord avec le gouvernement Russe pour l' exploration pétroliére en arctique.
Premiére zone d' intérét dans la mer de Kara. ( A l' Est de la Nouvelle Zemble)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_de_Kara

Russia and BP Reach Agreement on Arctic Oil Drilling

The Russian government and oil giant British Petroleum have reached a deal regarding the exploration of the Arctic for offshore drilling ventures. BP and other oil companies shifted their interests elsewhere when the Gulf of Mexico oil spill caused the U.S. to become reluctant about future offshore drilling prospects in the Gulf and other areas. BP became interested in Russia after the government expressed interest in focusing oil drilling efforts offshore, specifically the Arctic. Russia's onshore oil reserves have been dwindling for quite some time and drilling in the Arctic could have major payoffs for both parties. Other oil companies are also hoping to jump on board and work out similar agreements with Russia.

..............

Russia has also mentioned that drilling would most likely happen in the Kara Sea, ..........
http://news.yahoo.com/s/ac/20110215/bs_ ... l_drilling

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 20 févr. 2011, 12:47

L' exploration ca marche pas à tout les coups.

Dans la Mer de Barents STATOIL à foré un puits sec. (dry well).

http://www.rigzone.com/news/article.asp?a_id=104315

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5180
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par Raminagrobis » 04 mai 2011, 00:00

lien Si la campagne de l'été dernier (3 puits d'exploration) a été décevante, Cairn Energy n'en prévoit par moins quatre nouveau puits cet été dans ses concessions à ouest et au sud du Groenland. Les Prospects sont importants en taille, mais la présence de pétrole dans la région est toujours hypothétique !

Cette compagnie a, il y a quelques années, ouvert une nouvelle province pétrolière, au Rajahstan. Il n'est pas rare que les "petits" pétroliers, plus aventureux que les majors, soient les pionniers de nouvelles régions (cf Tullow au Ghana et en Ouganda).

Shell, ConocoPhillips, Maersk, GDF Suez et DONG ont aussi des parts dans des blocks au Groenland, mais aucun n'est aussi avancé dans les travaux d'exploration que Cairn.

Deux derricks ont été loués pour les travaux : le Ocean Rig Corcovado (un navire de forage) et le Leiv Eiriksson (un semi submersible). Ce dernier a d'ailleurs été occupé à Istamboul la semaine dernière par des militants de Greenpeace voulant empêcher son départ pour le grand nord.

Cairn a aussi une license de prospection sud le bassin est du groenland : il s'agit de travaux d'exploration beaucoup plus amont (en gros, comprendre quelles sont les strates géologiques présentes).

Le Groenland offre en outre sa cote nord-est à la prospection au cours d'un appel d'offre cet été.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 17 mai 2011, 10:43

Rosneft se retire de l'alliance avec BP et cherche de nouveaux partenaires :

Le géant pétrolier Rosneft se retire de son alliance avec BP et va chercher de nouveaux partenaires pour exploiter l'Arctique, a indiqué mardi une source proche du groupe russe, le britannique assurant de son côté poursuivre les négociations sur cet accord.

La décision de Rosneft a été prise en raison des conditions posées par les partenaires de BP dans sa coentreprise en Russie, le consortium Alfa-Access-Renova (AAR), a indiqué la source russe citée par l'agence Interfax.

"Pendant tout ce temps, Rosneft a adopté une attitude constructive. Preuve en est son accord pour prolonger le délai pour l'accord, ainsi que sa bonne volonté pour racheter la part d'AAR avec BP à un prix relevé", a-t-elle déclaré.

Cette source a ajouté que l'entreprise était désormais prête à envisager de nouveaux partenaires pour exploiter d'immenses réserves dans l'Arctique.

"Depuis que le délai pour l'accord avec BP a expiré, Rosneft examine toutes les propositions qu'il avait déjà reçues sur les projets d'exploration et va déterminer sa stratégie pour trouver un partenaire pour la mer de Kara" dans l'Arctique russe, a-t-elle dit.

Rosneft était injoignable mardi matin pour confirmer cette information.

De leur côté, BP et le consortium AAR affirmaient dans un communiqué qu'ils continuaient à négocier avec le groupe russe.

"Ces derniers mois, BP a mené des négociations détaillées avec AAR et Rosneft pour trouver une solution raisonnable qui permettrait d'exécuter l'accord à la satisfaction de l'ensemble des parties. Une telle solution n'a pas pu être trouvée à ce stade, mais les discussions vont continuer", ont expliqué les deux groupes dans un communiqué.

Les deux groupes avaient théoriquement jusqu'à lundi 23H00 GMT pour réaliser un échange de participations croisées qui constituait au départ un des deux volets de leur alliance stratégique.

Annoncée en grande pompe mi-janvier, cette dernière prévoyait aussi un accord concernant l'exploration en commun d'une gigantesque zone sous-marine riche en hydrocarbures située au coeur de l'Arctique russe.

Mais selon trois sources proches des négociations citées par le quotidien économique russe Vedomosti, les discussions se sont poursuivies au-delà du délai fixé, BP tentant de racheter la part de 50% d'AAR dans TNK-BP pour résoudre l'imbroglio juridico-financier qui bloquait l'alliance depuis des mois.

La major britannique aurait proposé plus de 30 milliards de dollars pour cette participation, une partie étant versée sous forme d'actions, à hauteur de 6,7% de son capital. Après une série de transactions, Rosneft aurait pu recevoir cette part et monter ensuite jusqu'à 75% du capital de TNK-BP.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 12081d20af

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 26 mai 2011, 20:35

Arctique : Greenpeace à la poursuite d'une plateforme de forage

Image
L'Esperanza à la poursuite de la plateforme Leiv Eiriksson
crédits : GREENPEACE


26/05/2011 meretmarine.com

Deux navires de Greenpeace, l'Esperanza et l'Arctic Sunrise, poursuivent actuellement le Leiv Eiriksson, une plateforme de forage destinée à mener cet été une campagne d'exploration pétrolière dans les eaux gelées de la baie de Baffin, à l'ouest du Groenland. L'Esperanza et l'Arctic Sunrise ont rejoint lundi le convoi, escorté par la frégate danoise Vaedderen (classe Thetis). Greenpeace dénonce cette opération de forage par grande profondeur qui pourrait, selon l'organisation, avoir des conséquences catastrophiques en cas de marée noire. « Les risques encourus en cas de marée noire dans cette région arctique sont immenses en comparaison à ceux du golfe du Mexique. Toute opération de nettoyage serait impossible et ce n'est pas seulement Greenpeace qui le dit, c'est ce que le gouvernement britannique dit lui-même. Les opérations de Cairn Energy sont extrêmement risquées. Elles devraient être abandonnées et cette plateforme devrait quitter la région tout de suite », affirme Anne Valette, chargée de campagne Energie pour Greenpeace France.
L'organisation cite des documents provenant des autorités britanniques. Isolement de la zone, températures très basses... Ces dernières s'inquiètent de l'incapacité, en cas d'accident, à mobiliser rapidement les moyens nécessaires pour lutter contre une éventuelle pollution, tout en rappelant que l'écosystème dans cette région, où vivent notamment baleines bleues, ours polaires, phoques et oiseaux migratoires, est extrêmement fragile.


Image
La plateforme Leiv Eiriksson escortée par le Vaedderen (© : GREENPEACE

Devant intervenir dans une zone plus communément connue sous le nom de « Vallée des icebergs », l'opération de forage est donc menée par le groupe écossais Cairn Energy, qui avait annoncé en janvier la mobilisation du Leiv Eiriksson et du Corcovado, unités de forage exploitées par Ocean Rig, afin de mener en 2011 de nouvelles campagnes exploratoires. Celles-ci découlent de l'appel à projets lancé en 2007 par les autorités groenlandaises pour mener de nouvelles prospections dans le secteur. Cairn Energy, qui a actuellement des intérêts dans 11 blocs offshores au Groenland, soit une surface de 102.000 km2, met en avant sa longue expérience dans les forages à travers le monde. Pour cette campagne, le groupe s'est également engagé à utiliser des moyens non agressifs, comme apparemment des canons à eau pour repousser les icebergs à la dérive. Mais cela ne rassure pas Greenpeace, qui affirme que Cairn aurait indiqué que, « même sans accident grave, ces opérations d'exploration vont au moins entraîner une fuite de 9000 tonnes de produits chimiques relâchés directement dans les eaux du détroit de Davis, autant de produits chimiques que l'ensemble des opérations de forage de la Norvège ou du Danemark réunies ».
http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=116310

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 01 juin 2011, 13:29

suite du post qui précéde.
Groenland: Greenpeace occupe une plate-forme de forage

Depuis dimanche, trois activistes de Greenpeace sont suspendus à la plateforme géante Leiv Eiriksson, de plus de 53 000 tonnes, dans une tente de survie de trois mètres de diamètre au sud-ouest du Groenland

............
.

lire ici : http://www.enerzine.com/10/12127+groenl ... rage+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 14 juin 2011, 20:52

encore la suite ....
Arctique : Report du verdict suite à la plainte de Cairn Energy contre Greenpeace

09/06/2011 Meretmarine

La justice néerlandaise devait se prononcer hier sur la plainte déposée par Cairn Energy contre Greenpeace, qui poursuit depuis plus de deux semaines la plateforme de forage Leiv Eirikson au large du Groenland. Mais les juges ont, finalement, décidé de repousser leur verdict, apparemment de 24 heures.
Cairn Energy demande que Greenpeace, dont la flotte est basée aux Pays-Bas, soit soumise à une astreinte de 2 millions d'euros par jour où l'organisation entraverait les opérations de forage de sa plateforme.
Greenpeace, de son côté, réclame que le groupe britannique communique son plan d'action en cas de marée noire. L'organisation dénonce cette campagne d'exploration dans l'Arctique, estimant qu'en cas d'accident, il ne sera pas possible de lutter contre la pollution dans un environnement pris par les glaces 10 mois sur 12 et où vit un écosystème très fragile.
http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=116469

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5180
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par Raminagrobis » 03 août 2011, 20:11

lien Voilà des nouvelles de la campagne de 4 puits que Cairn energy mene sur la cote ouest du Groenland.

* Un premier puits est fini (LF7-1 - Lady franklin block), il est sec. Pas de réservoir. Le Ocean Rig Corcovado est affairé à refermer le puits. Mais les roches sources sont présentes.

* Le puits AT7-1 (block Atammik) foré par le Leif Eriksson est suspendu à moitié foré, il sera repris à l'autome. En effet, le navire profite du moment le plus chaud de l'année pour aller plus au nord forer le puits Delta-1, pour lequel la période 'hors gel' est plus courte.

* Le puits Delta-1 dans le bloc Napariaq est donc juste commencé.

* Le puits Gamma-1 dans le block Eqqua sera foré par le Corcovado dès qu'il aura fini avec LF-7.


Image

L'été dernier Cairn avait déjà foré trois puis au large du groenland, tous secs. Donc pour l'instant le score est de 0/4. =D>
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5642
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par mahiahi » 04 août 2011, 11:35

Mitterrand, à propos de ceux qui annonçaient sa mort à tout bout de champs, disait : "ils finiront bien par avoir raison"
Les pétroliers finiront bien par trouver du pétrole, mais rentable? :-k
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 08 août 2011, 11:58

Le Canada bien décidé à ne pas perdre son Grand Nord

08/08/2011 Le Figaro

Alors que le réchauffement climatique rend les richesses du Grand Nord de plus en plus accessibles, le Canada se prépare à des conflits. Pour mieux y faire face, il vient de lancer la plus vaste mission militaire qu'il a menée jusqu'ici, dans l'Arctique, avec ses homologues américains et danois. Nom de code «Nanook 11».

Les exercices pour défendre la souveraineté d'Ottawa dans le Grand Nord se dérouleront jusqu'à la fin août dans les détroits de Lancaster et de Davis, dans la baie de Baffin et sur l'île de Cornwallis. Si les effectifs déployés par le ministère de la Défense, 1100 hommes des trois armes, demeurent modestes, à l'échelle des moyens du Canada, le pays se prépare activement à des interventions dans le Nord. Ottawa a récemment augmenté les effectifs de ses rangers inuits chargés de défendre la région arctique et modernisé leurs équipements.

Le déploiement de troupes dans l'Arctique, avec la participation de forces alliées, est un message à destination de la Russie, le principal concurrent du Canada dans la région. «Le Nord, c'est à nous. On veut démontrer à nos partenaires internationaux (…) que nous sommes présents. C'est notre but», a confié le capitaine de corvette Luc Tremblay, à Radio-Canada.

Permis d'exploration pétrolière
La Russie a annoncé vouloir élargir ses frontières arctiques en déposant à l'ONU en 2012 une demande d'extension de son plateau continental. Au début de son premier mandat, en 2006, le premier ministre conservateur, Stephen Harper, ne jurait que par le développement de la composante militaire dans le Grand Nord. Désormais, Ottawa cherche des alliés et multiplie les missions scientifiques et de relations publiques pour montrer au monde que l'Arctique est canadien.

Avec le titre d'ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles Arctique et Antarctique, Michel Rocard, a ainsi participé la semaine dernière à un voyage sur le brise-glace québécois Admundsen. Le réchauffement climatique favorise les déplacements des navires dans l'Arctique. En juillet, la banquise a atteint, selon le US National Snow and Ice Data Center, un seuil minimum record pour un mois de juillet, à tout le moins depuis l'existence des premières mesures satellites sur le sujet en 1979. Dès lors, la guerre est déclarée pour le contrôle du pétrole, du gaz naturel et des immenses ressources halieutiques dans l'Arctique.

Image

Le crabe des neiges pourrait bientôt avoir goût de pétrole. Le ministère des Affaires autochtones et du Nord a accordé des licences d'exploration aux compagnies pétrolières Husky Energy, ConocoPhilips, Imperial Oil, MGM Energy et Shell en mer de Beaufort et dans le Grand Nord canadien. L'Arctique est la nouvelle terre promise des compagnies pétrolières.

«Ces territoires représentent un intérêt stratégique pour nous», a confirmé récemment la porte-parole de Husky Energy, Colleen McConnell. Les ressources de pétrole et de gaz de l'Arctique représenteraient environ un cinquième des réserves d'hydrocarbures non découvertes de la planète. Le gouvernement conservateur a écarté tout moratoire d'exploration pétrolière dans le Grand Nord.

L'an dernier, peu après la catastrophe écologique de BP, Stephen Harper s'était fait rassurant. «La réglementation est très stricte au Canada», avait certifié le chef du gouvernement. Ce que contestent à peu près tous les groupes écologistes. Dans l'un de ses documents sur l'Arctique, le World Wildlife Fund Canada déplore: «Notre réglementation est trop laxiste… Aucune technique n'a encore été mise au point pour nettoyer le pétrole dans les eaux couvertes de glace.»

Plus difficile que l'Afghanistan
Un rapport publié début août par l'Office de l'énergie du Canada révèle qu'en cas de catastrophe pétrolière les opérations de nettoyage ne pourraient pas se dérouler un jour sur cinq si une marée noire avait lieu en juillet et quatre jours sur cinq si celle-ci avait lieu en octobre, en raison des conditions climatiques extrêmes. Les militaires canadiens semblent donner raison aux écologistes. Le capitaine Tremblay ne reconnaît-il pas lui-même? «C'est un environnement extrêmement difficile. L'Arctique est parfois plus difficile que l'Afghanistan. Notre plus gros problème est la logistique, mais aussi de savoir combien de temps nous pouvons travailler dans le froid.»
http://www.lefigaro.fr/international/20 ... d-nord.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Production] L'Arctique, une alternative ...

Message par energy_isere » 30 août 2011, 20:24

suite de ce post du moi de Mai viewtopic.php?p=294134#p294134
Rosneft s'allie avec ExxonMobil pour explorer l'Arctique russe après le fiasco avec BP :

Le numéro un du pétrole russe Rosneft a signé mardi un accord avec le géant américain ExxonMobil pour explorer l'Arctique russe, quelques mois après le fiasco de son alliance avec le britannique BP, relançant ses objectifs d'expansion internationale.

Cet accord de partenariat stratégique a été signé à Sotchi, ville russe sur les bords de la Mer noire, par le PDG de Rosneft Edouard Khoudaïnatov et le président d'ExxonMobil Development, Neil Duffin, sous l'oeil bienveillant du Premier ministre russe Vladimir Poutine.

"De nouveaux horizons s'ouvrent. Une des principales compagnies au monde, ExxonMobil, va commencer à travailler sur le plateau russe et en eaux profondes", a déclaré M. Poutine, cité par les agences russes.

Le document prévoit qu'"environ 3,2 milliards de dollars vont être dépensés dans l'exploration" de blocs dans la mer de Kara (Arctique) et d'un bloc dans la mer Noire, "qui sont parmi les zones offshore les plus prometteuses et les moins explorées dans le monde", précisent les deux groupes dans un communiqué conjoint.

Il offre aussi la possibilité à Rosneft "de prendre une part dans une série de projets d'exploration d'ExxonMobil en Amérique du Nord, incluant les eaux profondes du Golfe du Mexique et les gisements pétroliers au Texas, ainsi que d'autres projets dans d'autres pays", ajoute le communiqué.

"L'échelle des investissements est énorme. Les investissements directs (...) peuvent s'établir entre 200 et 300 milliards" de dollars, a déclaré M. Poutine, cité par les agences.

Rosneft, édifié dans des circonstances controversées sur les ruines de son concurrent Ioukos, propriété de l'oligarque emprisonné Mikhaïl Khodorkovski, contrôle environ un cinquième de la production pétrolière russe et certaines des réserves de l'Arctique les plus convoitées au monde.

Et cette nouvelle alliance relance le groupe dans la course à l'expansion mondiale.

Il avait lié en début d'année son avenir à un accord avec le britannique BP, prévoyant un échange de participations pesant 16 milliards de dollars qui aurait aussi permis à la major occidentale d'exploiter les vastes gisements de l'Arctique.

Pour le russe, cette entente était la promesse d'obtenir les technologies occidentales pour exploiter les champs de l'Arctique, ainsi que de l'expérience étrangère pour assurer des livraisons fiables d'énergie à ses clients éloignés, deux éléments dont il manque cruellement.

Mais les protestations des partenaires russes de BP dans sa coentreprise en Russie, TNK-BP, s'estimant lésés par l'opération, ont eu raison de l'alliance, qui s'est effondrée en mai.

Rosneft a fini par tourner la page sur ce projet mais a indiqué à plusieurs reprises chercher d'autres partenaires étrangers. Le groupe avait notamment négocié avec l'anglo-néerlandais Shell.

"Cette alliance est le résultat de plusieurs années de coopération avec ExxonMobil et fait entrer Rosneft dans des projets majeurs mondiaux, transformant le groupe en un leader mondial de l'énergie", a déclaré Edouard Khoudaïnatov, cité dans le communiqué.

"Cet accord résulte de notre relation fructueuse de 15 ans sur le projet Sakhaline-1" dans l'Extrême-Orient russe, s'est félicité pour sa part Neil Duffin. L'américain participe depuis 1996 à Sakhaline-1 à hauteur de 30%, tandis que Rosneft en détient 20%.

Le titre Rosneft a grimpé de 3% sur le Micex, juste après l'annonce de l'accord, puis a fini la séance sur une hausse de 1,4%.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... d82c45a52d

Répondre