Gaz non conventionnel en Europe

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 15 nov. 2014, 14:09

La Roumanie en quête d'un gaz de schiste apparemment inexistant

13/11/2014 euractiv

Les sols de la Roumanie n'enfermeraient aucune source de gaz de schiste selon premier ministre roumain. Un avis que discute le géant pétrolier américain Chevron qui a indiqué ne pas avoir fini ses études exploratoires dans le pays.

Pour certains États membres, le gaz de schiste représente le nouvel or noir et un sésame vers l'indépendance énergétique. Un Graal qui semble s'éloigner pour Bucarest.

« Il semblerait que nous n'avons pas de gaz de schiste, nous nous sommes démenés pour chercher quelque chose que nous n'avons pas », a déclaré le premier ministre roumain, Victor Ponta, à la télévision roumaine Antena 3, alors en pleine campagne pour les élections présidentielles qui auront lieu le 16 novembre.


Chevron garde espoir

Un avis que ne partage pas Chevron, la compagnie pétrolière américaine, qui a répliqué qu'elle n'avait pas terminé son évaluation des sources potentielles de gaz de schiste que contiendrait le sol roumain.

« Chevron procède à l'analyse des données collectées durant ses forages et prospections sismiques en vue de déterminer les sources potentielles de gaz de schiste », a expliqué Chevron à Reuters.

« Une fois l'analyse terminée, les résultats seront fournis à l'Agence nationale pour les ressources minérales et resteront en charge de l'État [roumain] », a assuré le géant américain.

Cent ans d’indépendance énergétique

La Roumanie est le troisième pays le plus indépendant sur le plan énergétique au sein de l'UE. À l'instar d'autres États membres, comme la Pologne, Bucarest a ouvert ses portes aux entreprises pour mener des études exploratoires et trouver du gaz de schiste, dans l'espoir de jouir d'une chute des prix de l'énergie similaire à ce que connaissent les États-Unis.

Plus tôt dans l'année, Chevron a annoncé qu'elle avait terminé son travail d'exploration dans un puits à l'est de la Roumanie près du village de Pungesti, après avoir à plusieurs reprises repoussé les opérations à cause de manifestations locales.

Chevron détient trois permis d'exploitation en Roumanie aux abords de la mer Noire, pour appuyer l'exploration d’éventuelles nouvelles ressources en gaz alternatif. Une quête qui est devenue plus pressante depuis l'éclatement du conflit ukrainien, pays par lequel la Russie fait transiter la moitié de ses exportations en gaz vers l'UE.

L'Agence américaine pour l'information sur l'énergie a estimé que la Roumanie pourrait potentiellement extraire 51 000 milliards de pieds cubes de gaz de schiste, ce qui pourrait couvrir la demande intérieure pour plus d'un siècle.
http://www.euractiv.fr/sections/energie ... ant-309946

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 21 nov. 2014, 21:32

Le groupe chimique Suisse INEOS veut investir 1 milliard $ dans le Gaz de Schiste en UK.
Ineos Plans $1 Billion Investment In UK Shale Gas

by Reuter November 20, 2014

Swiss chemicals group Ineos announced on Thursday plans to invest $1 billion in shale gas exploration in Britain as efforts to emulate the U.S. shale boom ramp up.

The potential investment, which is subject to the company winning all the government exploration and development licences it has bid for, could make Ineos one of Britain's biggest player in a burgeoning industry that faces fierce opposition from environmental activists.

"I want Ineos to be the biggest player in the UK shale gas industry. I believe shale gas could revolutionise UK manufacturing and I know Ineos has the resources to make it happen," the company's Chairman Jim Ratcliffe said.

A vast majority of the onshore licences Ineos has bid for are in Scotland and northern England, it said.

"Substantial further investment would follow if the company moved into development and production," it added in a statement.

Ineos already owns two shale licences in Scotland covering more than 120,000 acres.

Britain is in the early stages of extracting shale gas resources to lower its dependence on energy imports, but exploration to see whether the resources are commercially viable has been slow in the face of local opposition to hydraulic fracturing, or fracking.

Critics say the fracking extraction process - injecting chemicals, sand and water into rocks at high pressure - can pollute water supplies and trigger small earthquakes. Advocates say it has a strong safety record and point to countries like the United States, where extensive fracking has driven down energy prices.

The British Geological Survey estimates Britain could have shale gas reserves of 49.4-134.6 trillion cubic feet, but it is unclear how much of this could be recovered.
https://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/ ... _Shale_Gas

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 22 nov. 2014, 21:09

Gaz de schiste : Berlin pour des expérimentations très encadrées

Le gouvernement allemand veut autoriser des forages scientifiques, strictement contrôlés, pour ne pas rater une évolution technologique. Il répond aux attentes des industriels et des syndicats, inquiets d’une réindustrialisation en Amérique du nord aux dépens des entreprises européennes.

Le gaz de schiste refait parler de lui en Allemagne. Le gouvernement s’oriente vers un encadrement strict de la technique controversée de fracturation hydraulique qui permet d’exploiter ces hydrocarbures prisonniers des profondeurs. Conformément au contrat de coalition, Berlin refuse un usage commercial de ces technologies non conventionnelles. Le projet de loi en préparation doit confirmer ce principe. Mais, comme les ministres de l’Economie et de l’Environnement s’étaient accordés avant l’été, des forages expérimentaux doivent rester possibles. Tablant sur le progrès technique, le gouvernement de coalition droite-gauche d’Angela Merkel veut laisser une porte ouverte à une exploitation conforme aux standards environnementaux. Une interdiction pure et simple « contreviendrait au principe constitutionnel de proportionnalité », a également rappelé lundi Barbara Hendricks, titulaire du portefeuille de l’Environnement.

Les expériences seront interdites dans les zones naturelles protégées et là où se trouvent les bassins de prélèvement d’eau minérale. Les forages ne pourront explorer le sous-sol qu’en dessous de 3000 mètres de profondeur pour ne pas mettre en danger les nappes phréatiques. Et pour répondre à la principale critique envers la fracturation hydraulique, aucun produit nocif ne pourra être utilisé.

L’Allemagne dispose de confortables ressources exploitables de gaz de schiste, entre 700 et 2270 milliards de m3 selon les estimations. Mais en regard des dégâts environnementaux constatés en Amérique du Nord, le gouvernement sait que le sujet est délicat et avance avec précaution. La population allemande, préoccupée par la qualité de l’eau, est rétive. L’opposition écologiste en a fait un de ses chevaux de bataille. « Nous avons besoin d’une transition privilégiant les renouvelables et l’efficacité énergétique et pas l’introduction d’une nouvelle technologie fossile à risques », vitupère le député vert Oliver Krischer.

Avec le feu vert donné aux forages scientifiques, Berlin tient compte des préoccupations des industriels et des syndicats, qui le poussent à avancer. Faisant front uni sur cette question, ils réclament une approche ouverte sur le gaz de schiste. Les acteurs économiques allemands observent avec circonspection la réindustrialisation en cours en Amérique du nord grâce aux hydrocarbures bon marché. Même des grandes entreprises allemandes sont sensibles à ces sirènes : le géant de la chimie BASF va construire une nouvelle usine pour plus d’un milliard d’euros outre-Atlantique. « Le gaz coûtait aux Etats-Unis le tiers du prix européen en 2013 », a justifié le patron de BASF Kurt Bock lors de l’annonce de cet investissement colossal en mai dernier. Ce sont autant d’emplois et de contrats qui s’envolent pour les entreprises et les salariés allemands. Considérant plus largement la transition énergétique et les objectifs climatiques, quatre syndicats (métallurgie, chimie et énergie, construction, transport ferroviaire) ont lancé dernièrement une « alliance pour une politique énergétique raisonnable » afin d’alerter les pouvoirs publics sur les risques que des positions trop «vertes» font peser sur la croissance économique.
http://www.lopinion.fr/17-novembre-2014 ... rees-18480

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4032
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Chronique d'un défaut annoncé en Espagne.

Message par nemo » 29 déc. 2014, 12:44

http://www.lemonde.fr/energies/article/ ... 53054.html

Gaz de schiste en Espagne le gouvernement pousse mais la résistance est forte.
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 31 janv. 2015, 20:53

Chevron va arrêter ses effort sur le Gaz de schiste en Pologne.
Chevron to Abandon Shale Natural Gas Venture in Poland
http://www.nytimes.com/2015/01/31/busin ... .html?_r=1

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 02 févr. 2015, 22:16

L'avenir du gaz de schiste en Europe reste flou

Publié le 02 février 2015, Usine Nouvelle

par Michael Kahn et Nina Chestney

PRAGUE/LONDRES (Reuters)

La décision de la compagnie pétrolière américaine Chevron de cesser la prospection de gaz de schiste en Pologne témoigne d'un avenir incertain pour cette source d'énergie en Europe, où elle se heurte à de nombreux obstacles.

A la différence des Etats-Unis, où l'explosion du gaz de schiste a permis de réduire la dépendance énergétique de la première économie du monde, l'Europe n'en est qu'aux balbutiements dans ce domaine.

Aucune exploitation commerciale n'a encore commencé sur un continent qui dispose cependant, selon l'administration américaine d'information sur l'énergie, de plusieurs milliers de milliards de mètres cubes de gaz de schiste exploitable.

Les responsables américains tempèrent toutefois leurs estimations en faisant valoir que les gisements n'ont pas encore été localisés ou évalués et que leur rentabilité n'est pas connue.

Autre obstacle au gaz de schiste en Europe, l'effondrement des cours du pétrole, en raison d'une surabondance de l'offre provenant notamment de l'explosion de la production de gaz et de pétrole de schiste aux Etats-Unis.


"TROP D'OBSTACLES"

"Je ne connais aucune personne sérieuse qui pense que l'Europe va connaître une révolution du gaz de schiste avant au moins 15 ans", explique Paul Stevens, de l'institut britannique de réflexion sur l'énergie Chatham House. "Cela n'arrivera pas parce qu'il y a trop d'obstacles".

Parmi ces obstacles figure la réticence de nombreux gouvernements européens face à la fracturation hydraulique, qui consiste à injecter dans la roche du sable et de l'eau mais aussi des produits chimiques pour en extraire le gaz de schiste.

Cette technique est interdite en France et fait l'objet d'un moratoire en Allemagne en raison des dégâts qu'elle pourrait entraîner sur l'environnement.

Dans ce contexte, Chevron a décidé d'arrêter de chercher du gaz de schiste en Pologne pour se concentrer sur d'autres régions jugées plus prometteuses.

Des premiers essais peu concluants, la difficulté du terrain et de possibles entraves en matière régulation ont conduit d'autres compagnies, dont Total, à tourner le dos à la Pologne.

Total a par ailleurs annoncé lundi reporter de plusieurs mois ses premiers essais au Danemark en raison de retards pris dans la construction d'une plate-forme de forage.

Certains gouvernements européens croient cependant au gaz de schiste. C'est le cas notamment de la Grande-Bretagne, qui entend réduire sa dépendance énergétique et compenser le déclin de la production de pétrole en mer du Nord.

Cuadrilla et IGas ont ainsi foré un certain nombre de puits. Mais, en Grande-Bretagne non plus, la production commerciale n'a pas commencé en raison, là aussi, d'une opposition grandissante à la fracturation hydraulique.

L'Ecosse, dont les ressources pourraient couvrir les besoins britanniques en gaz pendant plus de 30 ans, a ainsi annoncé la semaine dernière un moratoire sur le développement de toutes les ressources gazières et pétrolières non conventionnelles.

"Il est extrêmement difficile à l'heure actuelle de dire où le gaz de schiste va démarrer en Europe", estime John Williams, du cabinet de consultants Poyry.
http://www.usinenouvelle.com/article/l- ... ou.N311207

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 25 févr. 2015, 20:59

Roumanie : Chevron renonce au gaz de schiste

mardi 24 février 2015 Le Courrier des Balkans

Suite à la chute du prix du baril, le groupe pétrolier américain Chevron a annoncé qu’il abandonnait la prospection de gaz de schiste en Roumanie. C’est un immense soulagement pour les milliers d’opposants mobilisés depuis des années.

Cette décision a été confirmée par un porte-parole de Chevron qui s’est adressé à l’agence Mediafax à Bucarest. « Les résultats du forage en Roumanie ne justifient pas les espoirs et les progrès ont été trop lents pour étendre les investissements », selon les médias roumains.

En 2014, le Premier ministre roumain Victor Ponta avait reconnu que les travaux d’exploration menés par Chevron avaient échoué à produire des résultats, en dépits d’investissements significatifs.

« La Roumanie déploie beaucoup d’efforts pour quelque chose qui n’existe pas. Il semble que nous n’ayons pas de gaz de schiste », a déclaré le Premier ministre, ajoutant que le pays allait acheter le gaz supplémentaire dont il avait besoin à Gazprom.

Les experts de Chevron avaient initialement estimé la quantité de gaz de schiste en Roumanie à 51 milliards de m3, ce qui, avaient-ils affirmé, suffirait à fournir du gaz au pays pour un siècle.

Le gouvernement roumain avait à l’époque délivré à Chevron un permis d’exploration de trois à cinq ans. Bucarest espérait que le gaz de schiste lui garantirait une sécurité énergétique et mettrait un terme à sa dépendance à la Russie. Gazprom fournit 20 % du gaz consommé en Roumanie.

L’été dernier, Chevron avait été contraint de suspendre ses travaux dans le district roumain de Vaslui, suite à des manifestations de riverains et d’environnementalistes. Ceux-ci craignaient que le forage et l’injection de grandes quantités de produits chimiques dans le sol ne causent une pollution environnementale.

« Nous avons vaincu grâce à nos protestations, nous ne serons plus empoisonnés », se sont exclamés des habitants de Pungeşti. Ils s’étaient opposés à plusieurs reprises aux travaux de Chevron, notamment le 7 décembre, quand plusieurs d’entre eux avaient affronté les gendarmes.

La baisse du prix du pétrole est à l’origine de la décision Chevron de se retirer de Roumanie. La compagnie s’est également retirée de Bulgarie, où des protestations ont eu lieu, et de Pologne où elle avait rencontré moins de résistances.
http://balkans.courriers.info/article26677.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 13 mars 2015, 20:31

Gaz : Shell ferme un projet en Ukraine

12 mars 2015

Shell est la deuxième compagnie étrangère à fermer un projet gazier en Ukraine après la société américaine Chevron.

Le consortium pétrogazier anglo-néerlandais Shell et la société ukrainienne Ukrgazdobycha arrêtent les travaux de prospection de gaz dans la région ukrainienne de Kharkov pour des raisons économiques, a annoncé jeudi le service de presse de Shell Ukraine.

« Les sociétés Shell et Ukrgazdobycha ont décidé de rompre leur contrat qui prévoyait la production de gaz de grès (sables consolidés). Au terme des travaux de prospection, les parties ont reconnu que la réalisation du projet n’avait pas d’utilité économique et ont décidé de renoncer aux travaux », a indiqué le service de presse.

Deux puits de prospection ont été forés dans la région de Kharkov dans le cadre du projet : Beliaevskaïa-400 et Novo-Metchebilovskaïa-100. Les deux puits seront fermés. « Tous les travaux se déroulent conformément aux lois ukrainiennes, aux normes écologiques internationales et aux normes de Shell », a ajouté le service.

En 2014, Shell s’est déjà retiré des négociations sur la production de gaz sur le plateau continental de la mer Noire, sans attendre la signature d’un accord sur le partage de production.

Shell n’est pas la première compagnie pétrogazière à fermer des projets en Ukraine. En décembre 2014, la compagnie américaine Chevron s’est retirée du projet de prospection et de production de gaz de schiste dans les régions de Lvov et d’Ivano-Frankovsk qui avait été lancé en novembre 2013.

Plusieurs manifestations de protestation contre la production de gaz non conventionnel (de schiste et de grès) se sont tenues en Ukraine. Les manifestants ont dénoncé les conséquences écologiques néfastes de ces projets.
http://www.lecontrarien.com/gaz-shell-f ... 15-energie

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 14 mars 2015, 15:12

David Cameron et ses gisements, où en est la législation sur le gaz de schiste au Royaume-Uni?

13 MARS 2015 | PAR CAMILLE FELOUZIS Mediapart

A la veille des élections générales au Royaume-Uni, l’exploration du gaz de schiste ne cesse de faire la une des grands journaux nationaux. Ces dernières années, le gouvernement Cameron n’a eu de cesse d’assouplir la législation afin de rester le leader de l’énergie en Europe de l’Ouest. Qu’en est-il exactement ?
...........
...........
long article ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/camille- ... oyaume-uni

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 02 avr. 2015, 21:18

Gaz de schiste : l’Allemagne finalise sa loi qui encadre la fracturation hydraulique

02 Avril 2015 Usine Nouvelle

L’Allemagne autorise la fracturation hydraulique, indispensable à la recherche et à l’exploitation du gaz de schiste. Cependant, elle l’encadre strictement en limitant son utilisation à des zones limitées.

Après plusieurs mois de négociation, le gouvernement allemand est parvenu à un accord pour définir une loi qui encadrera la pratique de la fracturation hydraulique nécessaire à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.Les débats autour de cette technologie ont été aussi vifs qu’en France. Les conditions strictes d’utilisation décrites dans la loi reflètent d’ailleurs ces tensions.

Dans un communiqué commun, les ministères de l’Energie et de l’Environnement expliquent que "la loi prévoit des interdictions dans certaines régions précises pour des questions de protection de l'eau potable, de la santé et de la nature". Elle interdit aussi l’utilisation de cette technologie à moins de 3 000 mètres de profondeur ainsi que dans certaines cibles géologiques comme les couches de charbon ou les marnes.

Un potentiel de 30 ans de consommation

Cette loi va désormais passer devant le parlement et devrait être ratifiée sans difficulté par la coalition gouvernementale. L’Allemagne pourra alors commencer à explorer son potentiel. Selon les études géologiques américaines, le pays pourrait abriter 2 300 milliards de mètres cubes de réserves potentielles (contre 3 800 milliards en France), soit trois décennies de consommation. De quoi mettre nos voisins d’outre-Rhin partiellement à l’abri d’un risque de coupure de gaz venant de la Russie. Le géant gazier compte pour 40 % des importations allemandes, contre seulement 15 % pour la France.

En Pologne, les premiers forages se sont montrés décevants au point que plusieurs sociétés pétrolières se sont retirées du pays. En revanche, en Angleterre, les découvertes sont plus importantes que ne le laissait supposer les études préliminaires. En France, la technique de la fracturation hydraulique reste interdite depuis la loi du 13 juillet 2011. En Europe, seule
http://www.usinenouvelle.com/article/ga ... ue.N322739

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par energy_isere » 08 mai 2015, 20:58

Gaz de schiste : un chantier Total mis à l'arrêt au Danemark

Boursorama avec AFP le 06/05/2015

Après avoir retrouvé un produit chimique interdit, les autorités danoises ont décidé d'arrêter un chantier d'exploration de gaz de schiste de Total. Le site sera resté ouvert deux petits jours.

"Ils ont utilisé un produit qui ne faisait pas partie de ceux autorisés", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Direction de l'énergie, Ture Falbe-Hansen, au lendemain de la décision. Selon la télévision publique DR, le produit est appelé Null Foam, et jugé dangereux pour l'environnement.

Un cadre danois de Total interrogé par la chaîne, Henrik Nicolaisen, a dit ne pas comprendre cette décision. "Nous sommes en contact avec aussi bien la commune que la Direction de l'énergie depuis février, et nous pensions que nous étions tous d'accord sur le fait que la substance pouvait être utilisée", a-t-il déclaré. Total avait obtenu en juillet l'autorisation de creuser un puits d'exploration dans le Vendsyssel, l'extrêmité nord du pays.
http://www.boursorama.com/actualites/ga ... 32c20a1197

Avatar de l’utilisateur
Alturiak
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1595
Inscription : 24 mai 2008, 21:28
Localisation : Paris

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par Alturiak » 09 mai 2015, 18:47

energy_isere a écrit :
David Cameron et ses gisements, où en est la législation sur le gaz de schiste au Royaume-Uni?

13 MARS 2015 | PAR CAMILLE FELOUZIS Mediapart

A la veille des élections générales au Royaume-Uni, l’exploration du gaz de schiste ne cesse de faire la une des grands journaux nationaux. Ces dernières années, le gouvernement Cameron n’a eu de cesse d’assouplir la législation afin de rester le leader de l’énergie en Europe de l’Ouest. Qu’en est-il exactement ?
...........
...........
long article ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/camille- ... oyaume-uni
Pas mal d'inexactitudes dans cet article. Liste non exhaustive :
- "Billion" pas traduit et du coup probablement mal interprété.
- "1,5 millions de barils" sans préciser que c'est par jour, du reste même en l'ayant précisé il aurait été judicieux de le traduire en conso annuelle pour pouvoir comparer aux 4,4 "billions".
- Source n°15 mal interprétée : "Les entreprises ont un accès direct aux terrains privés pour un forage jusqu’à 300 mètres sous terre" au lieu de "à partir de 300m", du reste "accès direct aux terrains privés pour un forage" est bien mal dit, on croit que l'industriel va se pointer chez soi ! Bien évidemment la loi en question ne dit pas ça.
- Il y a même une blague cachée dans le texte - ou alors la journaliste n'a vraiment aucune notion de logique, mais au vu de la tournure de la phrase je crains que cette seconde hypothèse soit plus probable que la première ! :shock: - : "installation d’un pipeline sous-marin d’évacuation à 234 km en dessous du niveau de la mer"...
- Aucune source pour le soit disant "exemple" que seraient les "fuites de gaz en mer du nord à haut risque sanitaire" (citation complète : "L’extraction du gaz de schiste n’est pas sans risque tant pour la population que pour l’environnement. Séismes, fuites de gaz en mer du nord à haut risque sanitaire, pollution des nappes phréatiques, eau potable qui s’enflamme en sont des exemples parmi d’autres.") Avez-vous déjà entendu parler de tels cas ? Moi pas.
(- Au moins une faute d'orthographe Saurez-vous la trouver ? :-p)

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10108
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par mobar » 09 mai 2015, 19:55

Alturiak a écrit : Séismes, fuites de gaz en mer du nord à haut risque sanitaire, pollution des nappes phréatiques, eau potable qui s’enflamme en sont des exemples parmi d’autres.") Avez-vous déjà entendu parler de tels cas ? Moi pas.
Ce sont les raisons de base du refus des gaz de shistes mis en avant par les opposants
Il y a plein d'articles et de vidéos sur ces sujets

Le plus connu GASLAND, eau potable en feu 25eme minute
http://www.dailymotion.com/video/xtslpi_gasland_news
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Philippe
Brut léger
Brut léger
Messages : 461
Inscription : 22 mars 2005, 23:15
Localisation : région parisienne

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par Philippe » 10 mai 2015, 00:43

le document filmé "Gasland" a été filmé à la mi-2010, soit il y a 5 ans. L'image la plus percutante est celle de M. MARKHAM qui se roussit les poils du bras en tendant son briquet sous son robinet. Il y a, en effet, un embrasement que personne ne conteste.

Cela dit, rien ne permet d'imputer ce phénomène aux gaz de schistes, voire à l'exploitation de pétrole conventionnel. Les autorités sanitaires du Colorado ont dépensé 137 000 dollars pour enquêter sur cette affaire. Et elles ont conclu sur un non-lieu. La justice américaine, de son côté, n'est pas connue pour sa clémence en cas de préjudice supporté par le pot de terre quand il est face au pot de fer. Les dédommagements se chiffrent alors en millions de dollars. Si la justice américaine n'a pas condamné la société CABOT à payer les millions de dollars espérés par M. MARKHAM, c'est parce qu'il s'agit d'un phénomène parfaitement explicable sans avoir à impliquer l'exploitation des gaz de schistes (le rasoir d'OCCAM). Le phénomène a, en effet, été identifié au Colorado, région des plaignants (et région de Fort Lupton pour être précis), dès 1976, une époque où personne n'envisageait d'exploiter les pétroles de schistes.

Ont peut penser que Josh FOX, en quête de notoriété, a enquêté sur les gens aigris d'avoir été déboutés par la justice de leur pays, et que ces déboutés ont déversé leur bile devant un micro si généreusement tendu. Ca ne donne pas, pour autant, la moindre crédibilité à ces témoignages. En bon journalisme, Josh FOX aurait dû interviewer aussi les autorités sanitaires du Colorado, ou éventuellement les juges - généralement pas bavards - qui ont débouté M. MARKHAM, et il aurait évité de colporter des foutaises.

Interviewer des témoins, et diffuser des images-choc, sans aucune contre-enquête, ne permet aucunement de conclure à la bonne foi des témoins.

Cette affaire a été abondamment démystifiée, y compris par les parlementaires GONNOT et MARTIN qui se sont rendus sur place en 2011, pour qu'on puisse lui tordre le cou une bonne fois pour toutes. Le gaz qui brûle au robinet s'explique aisément, sans faire de procès à quiconque, sinon au foreur d'eau qui a été choisi il y a 20, 30 ou 40 ans par M. MARKHAM pour faire le puits d'eau desservant sa propriété (foreur d'eau qui a contaminé le sous-sol en y introduisant des bactéries, en ne prenant pas le dixième des précautions que prennent les pétroliers pour traverser les précieuses nappes phréatiques).

Il y a sans doute des problèmes sérieux dont il faut discuter sur les gaz de schistes, mais commençons par éliminer tout ce qui est bidon. Et la flamme qui brûle au robinet, c'est bidon de chez bidon.

Avatar de l’utilisateur
Alturiak
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1595
Inscription : 24 mai 2008, 21:28
Localisation : Paris

Re: Gaz non conventionnel en Europe

Message par Alturiak » 10 mai 2015, 10:09

mobar a écrit :
Alturiak a écrit : Séismes, fuites de gaz en mer du nord à haut risque sanitaire, pollution des nappes phréatiques, eau potable qui s’enflamme en sont des exemples parmi d’autres.") Avez-vous déjà entendu parler de tels cas ? Moi pas.
Ce sont les raisons de base du refus des gaz de shistes mis en avant par les opposants
Il y a plein d'articles et de vidéos sur ces sujets

Le plus connu GASLAND, eau potable en feu 25eme minute
http://www.dailymotion.com/video/xtslpi_gasland_news
Merci Mobar, je connais (bien évidemment) Gasland et ces raisons... Là il s'agit de la mer du Nord, je demandais si quelqu'un avait déjà entendu parler de tels "exemples" en mer du Nord.

Répondre