Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59689
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par energy_isere » 13 avr. 2016, 14:10

Le CEA participe au projet Power to Gas "Jupiter 1000"

13 Avril 2016 enerzine

En présence des représentants politiques et économiques de la région PACA ainsi que de l'État, les acteurs du projet Jupiter 1000, auquel participe le CEA, ont signé les accords industriels pour ce démonstrateur et lancé la pépinière Innovex.

La pépinière Innovex est dédiée à l'innovation en matière de transition énergétique et accueille avec Jupiter 1000 le premier projet Power to Gas raccordé au réseau de transport de gaz en France. Ce procédé consiste à convertir et stocker des surplus d'électricité sous forme de gaz. Concrètement, le Power to Gas utilise l'électricité renouvelable non consommée pour produire de l'hydrogène par électrolyse de l'eau. L'hydrogène sera ensuite combiné par un processus de méthanation à du dioxyde de carbone (CO2) pour obtenir du méthane de synthèse, aux propriétés identiques à celles du gaz naturel. L'unité de méthanation du CO2 sera basée sur une technologie développée au CEA. L'hydrogène ou le méthane de synthèse ainsi produits, seront injectés dans le réseau de transport de gaz.

Jupiter 1000 est par ailleurs le premier projet qui valorise du CO2 issu de fumées industrielles en France, en intégrant une unité de captage de CO2 sur les cheminées d'un industriel local, Asco Industries. Le gaz produit par le démonstrateur Power to Gas sera consommé par les industriels locaux.

Image
Photo : © Jupiter 1000

Jupiter 1000 est coordonné par GRTgaz avec le Grand Port Maritime de Marseille. Ce projet mobilise différents partenaires français aux compétences complémentaires : McPhy Energy, Atmostat Leroux et Lotz Technologies, CNR, GRTgaz, TIGF et le CEA qui est chargé de la R&D sur le méthaneur et de l'analyse des performances du démonstrateur?. Ce projet de 30 millions d'euros est soutenu par la Commission de Régulation de l'Energie en raison de sa finalité, en accord avec la transition énergétique française, de diversifier les usages des réseaux de gaz naturel.

( src - CP - CEA )
http://www.enerzine.com/15/19196+le-cea ... 1000+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59689
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par energy_isere » 06 juin 2017, 18:21

H2V PRODUCT projette de s’implanter sur la zone industrielle de Port-Jérôme

Par filfax - 6 juin 2017

Hervé Morin, président de la Région Normandie, Jean-Claude Weiss, président de Caux Seine agglo, Alain Samson et Lucien Mallet, fondateurs d’H2V PRODUCT ont annoncé l’intention de ces derniers d’acquérir 27 Ha sur la ZA de Port-Jérôme afin d’y construire une usine de production massive d’hydrogène.

L’usine envisagée produira de l’hydrogène par électrolyse de l’eau. Il sera utilisé pour produire du biogaz en l’associant par méthanisation au CO2 d’une usine voisine. Les produits finaux seront commercialisés par injection dans les réseaux de transport de gaz naturel et dans les infrastructures dédiées à la mobilité. L’usine sera conçue pour fonctionner H24 tous les jours et valorisera 100 000 tonnes de CO2 par an. Elle commercialisera environ 435 000 MWh de biogaz (méthane ou CH4).

Le projet sera accompagné par l’agence de développement de Normandie et Caux Seine développement. La SHEMA, spécialiste de l’aménagement et du développement économique en Normandie, accompagnera l’entreprise sur la partie immobilière du projet.

Avec 450 millions d’euros d’investissement prévisionnel l’usine prévoit d’employer jusqu’à 180 personne. Le début d’exploitation est prévu pour 2022.
https://www.filfax.com/2017/06/06/h2v-p ... rt-jerome/


ca n' est pas par par méthanisation au CO2 mais méthanation au CO2.

........La moitié de l’investissement va concerner l’outil de production et en particulier le parc de d’électrolyseurs qui sera acheté à un fabricant norvégien, l’autre moitié de l’investissement portera sur le poste électrique et les infrastructures d’injection de gaz.
..............
http://www.usinenouvelle.com/article/un ... me.N549358

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5197
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par Raminagrobis » 06 juin 2017, 18:33

Et ce n'est pas du "biogaz", rien de "bio"logique dans ce processus.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8883
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par Remundo » 07 juin 2017, 01:08

l'idée n'est pas mauvaise en soi, à condition que l'électricité soit renouvelable et produite en excès (une sorte d'énergie "fatale")... faire de l'électrolyse de l'eau à partir du nucléaire pour avoir in fine du CH4... chui pas sûr que ce soit le meilleur procédé à valoriser.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10244
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par mobar » 07 juin 2017, 06:36

Remundo a écrit :l'idée n'est pas mauvaise en soi, à condition que l'électricité soit renouvelable et produite en excès (une sorte d'énergie "fatale")... faire de l'électrolyse de l'eau à partir du nucléaire pour avoir in fine du CH4... chui pas sûr que ce soit le meilleur procédé à valoriser.
D'autant qu'un électrolyseur qui fonctionne avec une électricité intermittente à un rendement ridicule
L'électrolyse alcaline, la seule qui soit à peu près industrialisée, n'est rentable qu'au delà de 8000 heures annuelle à pleine charge avec un prix d'électricité de moins de 50 €/MWh

C'est bien pour ça que les tenants du nuke s'y intéressent, il produisent une électricité dont on ne sait quoi faire à des heures au tout le monde dort, faut bien s'en débarrasser!
Le prix auquel ils la bradent n'a aucun rapport avec le cout de production, c'est un déchet dont le producteur à l'obligation de se défaire, tout comme le CO2 que l'industrie rejette à l'atmosphère

La production d'hydrogène de synthèse par méthanation, pour être réellement intéressante, demande des flux de CO2 disponibles en continu et de l'électricité également disponible en continu, et tout cela a débit constant.

Tant que l'on ne sera pas capable de disposer d'excédents d'électricité 24h/24, ça restera des expériences de démonstration. Faudrait avoir des capacités de production d'électricité capables de fournir une puissance excédentaire fixe à tout moment pour que la méthanation présente un intérêt économique... et un prix de reprise du méthane (et de l'oxygène) garanti sur le long terme pour sécuriser le financement de l'investissement et son renouvellement!

La quadrature du cercle!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5197
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par Raminagrobis » 07 juin 2017, 08:11

Plutôt que de convertir l'H2 en gaz pas naturel et l'injecter dans le réseau, il me semblerait plus logique de l'utiliser en tant qu'hydrogène... L'hydrogène a des applications directes : raffinage du pétrole, production d'engrais... Ou alors le combiner avec du CO2 pour faire du méthanol. Autant aller directement au produit fini plutôt que de faire du méthane qui reste une matière première.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8883
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par Remundo » 07 juin 2017, 09:00

GrdF veut depuis longtemps faire du power to grid,

je crois même qu'il y a eu quelques petites expériences d'injection directe de H2 (en petite quantité) dans le réseau gaz de ville.

m'enfin thermodynamiquement, c'est pas le Pérou d'utiliser 100J d'électricité pour avoir 100J de chaleur par combustion du H2 (et encore je ne tiens pas compte des pertes dans l'électrolyseur + "injection/poussage" dans les tuyaux.

effectivement il est difficile de combiner les approvisionnements en CO2 et en énergie renouvelable excédentaire. Si on n'a pas une seule de ces conditions, le procédé est un peu une fantaisie énergétique.

Philippe
Brut léger
Brut léger
Messages : 461
Inscription : 22 mars 2005, 23:15
Localisation : région parisienne

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par Philippe » 07 juin 2017, 10:09

Quant à l'occupation de 27 hectares pour produire seulement 50 mégawatts, ce n'est pas non plus une utilisation optimale du foncier. Il ne faut pas se plaindre de voir artificialiser la superficie d'un département français tous les 10 ans, avec des idées pareilles.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10244
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par mobar » 07 juin 2017, 11:32

Raminagrobis a écrit :Plutôt que de convertir l'H2 en gaz pas naturel et l'injecter dans le réseau, il me semblerait plus logique de l'utiliser en tant qu'hydrogène... L'hydrogène a des applications directes : raffinage du pétrole, production d'engrais... Ou alors le combiner avec du CO2 pour faire du méthanol. Autant aller directement au produit fini plutôt que de faire du méthane qui reste une matière première.
Le méthane a l'avantage de pouvoir être injecté dans le réseau de gaz naturel à moindre cout et redispatché pour alimenter des consommateurs distants et nombreux ce qui n'est pas le cas si tu produis de l'hydrogène ... tant que l'infrastructure de transport et les consommateurs n'existent que dans les esprits
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10244
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par mobar » 07 juin 2017, 11:43

Remundo a écrit :
il est difficile de combiner les approvisionnements en CO2 et en énergie renouvelable excédentaire. Si on n'a pas une seule de ces conditions, le procédé est un peu une fantaisie énergétique.
La méthanisation de déchets organiques produit du biogaz qui est composé de méthane et de CO2 (35 à 50% en volume)

Ce CO2 peut être récupéré quand tu fais de l'injection réseau de biométhane pour produire de nouveau du méthane de synthèse avec ce CO2 et de l'hydrogène électrolytique produit avec des excédents d'électricité. L'idée des promoteurs de la méthanation c'est de mutualiser les couts d'infrastructures d'injection et d'épuration du biogaz/syngaz pour réduire les couts fixes et valoriser les produits fatals.
L'oxygène produit pas l'électrolyse peut également être valorisé en oxydation voix humide des digestats lorsque ceux ci sont trop pollués pour être valorisé en compostage ou épandage agricole

Au final, ça te fait une usine à gaz qui pour être rentable doit être de grande capacité de l'ordre de 100 000 t/an
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59689
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par energy_isere » 25 juin 2017, 12:43

Philippe a écrit :Quant à l'occupation de 27 hectares pour produire seulement 50 mégawatts, ce n'est pas non plus une utilisation optimale du foncier. Il ne faut pas se plaindre de voir artificialiser la superficie d'un département français tous les 10 ans, avec des idées pareilles.
Il semble que les 27 ha sont déjà dans la ZA de Port Jérome. Ils vont pas aller piquer 27 ha de terres agricoles.
L’ENTREPRISE H2V PRODUCT PROJETTE DE S’IMPLANTER SUR LA ZONE INDUSTRIELLE DE PORT-JÉRÔME

06 JUIN 2017

Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Jean-Claude Weiss, Président de Caux Seine agglo, Alain Samson et Lucien Mallet, fondateurs d’H2V PRODUCT ont annoncé l’intention de ces derniers d’acquérir 27 Ha sur la ZA de Port-Jérôme afin d’y construire et exploiter une usine de production massive d’hydrogène. Avec 450 millions d’euros d’investissement prévisionnel et un début d’exploitation attendu pour 2022, l’usine devrait à terme employer 180 personnes.

La Région et les EPCI, le véritable axe du développement économique local

La coopération entre la Région et Caux Seine Agglo a été exemplaire et montre une fois de plus que l’axe majeur d’un développement économique efficace et répondant aux attentes des entreprises s’appuie sur ces deux acteurs. La Région mettra à disposition de H2V Product tous les outils de l’Agence de Développement pour la Normandie (ADN) ainsi que ses compétences en matière de structuration de projet. Les dispositifs Impulsions Environnement et Innovation pourront être mobilisées le cas échéant. L’ADN soutiendra en outre Caux Seine Agglo sur le volet financement immobilier, seule compétente en ce domaine.

« Encore une fois, le pragmatisme et le volontarisme politique ont permis l’installation d’une importante unité industrielle en Normandie alors qu’il en disparaissait plusieurs chaque année. Nous ne pouvons pas nous résoudre au déclin de notre industrie normande et la méthode qui est la nôtre, s’appuyer sur nos filières d’excellence, en l’occurrence l’énergie et son volet hydrogène et sur des innovations de ruptures, semble porter ses fruits après plusieurs succès cette année » a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

Le projet pilote H2V 76

L’usine envisagée produira de l’hydrogène par électrolyse de l’eau. Il sera utilisé pour produire du biogaz en l’associant par méthanation au CO2 d’une usine voisine. Les produits finaux seront commercialisés par injection dans les réseaux de transport de gaz naturel et dans les infrastructures dédiées à la mobilité. L’usine sera conçue pour fonctionner H24 tous les jours. L’usine valorisera 100 000 tonnes de CO2 par an et commercialisera environ 435 000 MWh de biogaz (méthane ou CH4).

Le projet sera accompagné par l’AD Normandie et Caux Seine développement. H2V PRODUCT s’appuiera également sur le savoir-faire de la SHEMA, spécialiste de l’aménagement et du développement économique en Normandie, pour gérer la partie immobilière du projet.

SAMFI-INVEST, société d’investissement créée par Alain Samson au capital de 57,8 M€, disposant actuellement de 120 M€ d’actifs industriels, s’est associée avec Lucien Mallet, ingénieur des Mines, fondateur d’EOLE-RES, industriel et expert en stockage d’énergie. Après deux années d’analyse, en 2016, ils décident de créer H2V PRODUCT pour être leader dans le marché de la réduction du carbone en investissant dans des usines de production massive d’hydrogène et de biogaz.

L’économie circulaire sur Port-Jérôme

A mi-chemin entre les ports internationaux du Havre et de Rouen, Port-Jérôme est LE site attractif du Grand Paris. Avec plus d’une centaine d’hectares disponibles, la ZA est une des plus grandes surfaces d’un seul tenant en France. Dotée d’une offre de transports multimodale – mer, fleuve, route, fer, pipelines – la plateforme jouit de forts atouts (réseaux, infrastructures) la positionnant comme un site stratégique à la croisée des échanges internationaux.


Avec le recours au CO2 d’une usine voisine, H2V 76 sera la deuxième application concrète d’économie circulaire sur Port-Jérôme. Pionnier sur la zone, l’unité de valorisation énergétique ECOSTU’AIR alimente depuis 2015 en énergie renouvelable et de proximité (vapeur) le site industriel voisin du Groupe TEREOS.

Moteur en matière d’économie circulaire, Caux Seine agglo a été pionnière en 2009 en lançant une étude d’écologie industrielle à l’échelle de l’estuaire de la Seine et en fondant l’association « écologie industrielle estuaire », mission aujourd’hui reprise au sein du Pôle Métropolitain de l’Estuaire de la Seine.

La méthanation, une solution innovante pour l’économie décarbonée

La méthanation est un procédé industriel de conversion catalytique du dihydrogène (H2) et du monoxyde de carbone (CO) ou du dioxyde de carbone (CO2) en méthane (CH4). Il permet notamment de produire du méthane à partir de la production excédentaire d'électricité.
La méthanation du dioxyde de carbone connait un regain d'intérêt avec le développement des énergies éoliennes et solaires qui nécessitent de pouvoir stocker l'électricité produite ou pour valoriser le surplus d'électricité nucléaire périodiquement produit en France la nuit ou quand la consommation est faible (power to gaz).
L’économie décarbonée est une stratégie industrielle génératrice d’emplois et un levier majeur pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre imposés par l’Union Européenne.
https://www.normandie.fr/lentreprise-h2 ... ort-jerome

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59689
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Obtenir du Gaz méthane par ''méthanation''

Message par energy_isere » 27 avr. 2018, 19:56

Gaya : la nouvelle plateforme d’Engie pour produire du biométhane

23 Avr 2018 Energeek

Image

Transition énergétique oblige, la production de biogaz fait désormais l’objet d’une véritable course énergétique. Vu comme une opportunité de fabriquer de l’énergie verte à l’échelle locale, en valorisant des filières de distribution courtes, le biogaz intéresse tout particulièrement Engie qui investit dans le développement de plusieurs solutions. Depuis 2017, Engie s’intéresse à la méthanation, une méthode qui permet de produire du biométhane à échelle industrielle. Il y a plusieurs mois, l’entreprise a inauguré Gaya, sa première plateforme de production dans le Rhône.

La course au biogaz


Depuis la COP21 qui s’est tenue à Paris, les objectifs de la France en matière de transition écologique sont précis. L’objectif principal fixé par le gouvernement est de faire baisser les émissions de gaz à effet de serre de 40% dans l’hexagone à l’horizon 2030. Pour y parvenir, la France doit revoir son mix énergétique national, et notamment faire l’effort d’injecter au moins 10% de biogaz dans sa consommation de gaz. Une résolution qui a signé le top départ du développement de la filière biogaz sur le territoire français. D’après le Ministère de la Transition écologique et solidaire : « Les injections de biométhane dans les réseaux de gaz naturel sont en constante progression. Elles ont été multipliées par 2,5 au premier semestre 2016 par rapport au premier semestre 2015. »

Cette bonne santé de la filière biogaz en France s’observe notamment dans le nombre d’unités de méthanisation présentes sur l’ensemble du territoire : 463 installations recensées en juin 2016, ce qui équivaut à une puissance installée de 379 MW. Mais sur l’ensemble de ces unités de production de biogaz, seulement 26 produisent du biométhane. L’essentiel du biogaz produit est valorisé pour la production d’électricité ou l’alimentation de réseaux de chaleur, à la différence du biométhane qui peut être injecté dans le réseau gazier. Il y a donc une vraie nécessité à produire plus de biométhane pour tenir les objectifs de la COP21 et injecter davantage de gaz vert dans le réseau français. Une faiblesse dont les énergéticiens sont bien conscients puisque depuis deux ans, ils accélèrent le développement d’unités de production de biométhane. Entre 2016 et 2017, la production de biométhane français a fait un bond de 162%. Et ce n’est pas fini car la filière de biométhane intéresse tout particulièrement Engie.

Gaya : 1e plateforme de production par méthanation

Gaya est actuellement la première et l’unique plateforme expérimentale de méthanation en Europe. Située à Saint-Fons, dans le Rhône, elle a été inaugurée par Engie en octobre 2017. Les infrastructures de Gaya ont été spécialement conçues pour produire du méthane renouvelable à partir de biomasse sèche, c’est-à-dire qu’elle utilise les déchets naturels, en particuliers ceux issus des forêts (écorces et plaquettes de bois), pour ensuite effectuer une conversion thermochimique de ces matières premières. A la sortie, la biomasse sèche collectée sert à produire du biométhane, un gaz vert qui rentre dans la catégorie des énergies renouvelables. Il peut être injecté dans le réseau de gaz ou être utilisé en tant que carburant pour les véhicules qui fonctionnent au méthane, sans nécessiter aucune transformation.

La biomasse sèche qui sert à faire fonctionner Gaya est collectée au niveau local, dans un rayon de 70 km autour du site de Saint-Fons. Plusieurs agriculteurs de la zone ont également été mis à contribution pour participer à la collecte de résidus agro-alimentaires. Le fait de privilégier une filière d’approvisionnement locale est l’un des éléments de base pour faire fonctionner Gaya.

Ce procédé innovant est encore en phase de test. Il a été imaginé dès 2008 par Engie, pour répondre à l’appel à manifestation d’intérêt qui avait été lancé par l’ADEME. Pour développer la plateforme Gaya, il a fallu déployer un investissement de 60 millions d’euros, dont 41,3 millions ont été financés par Engie et 18,7 millions ont été financés par l’ADEME.

Alors la méthanation a-t-elle un avenir en Europe ? Pour l’instant, Gaya est une plateforme de recherche et de développement. Les tests menés par Engie doivent permettre d’obtenir le meilleur rendement énergétique possible afin de prouver la rentabilité du biométhane.
http://lenergeek.com/2018/04/23/gaya-en ... iomethane/

Répondre