L' empire Gazprom

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 09 févr. 2013, 19:32

Gazprom prévoit un bénéfice net 2012 en baisse de 15%

08 Fev 2013

MOSCOU - Le géant gazier russe Gazprom prévoit une chute de 15% de son bénéfice net pour l'année 2012, à 38 milliards de dollars, sur fond de baisse de sa production, selon des chiffres rapportés vendredi par les agences russes.

Si ce chiffre se confirme dans les résultats annuels attendus en avril, le groupe public, qui se vante régulièrement d'être la société la plus rentable de la planète, passera derrière le pétrolier américain ExxonMobil (45 milliards) ou le fabricant informatique Apple (41 milliards).

Gazprom table en outre sur une baisse de 5% de son chiffre d'affaires à 150 milliards de dollars, indique une présentation destinée aux actionnaires du groupe que se sont procurées Interfax et Ria-Novosti.

Le groupe a déjà indiqué avoir subi en 2012 une baisse de l'ordre de 5% de sa production en volume, à 488 milliards de mètres cubes, et un recul de 8% de ses exportations vers l'Europe, à 138 milliards de mètres cubes.

Selon les chiffres publiés vendredi, il prévoit toutefois pour 2013 une hausse de sa production à 495,7 milliards de mètres cubes et des exportations vers l'Europe à 151,8 milliards de mètres cubes.

L'empire Gazprom, bâti sur des structures de production datant de l'époque soviétique, contrôle un quart des réserves mondiales de gaz et fournit plus du quart du gaz consommé en Europe, où ses clients pâtissent de la crise économique.
http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ ... 71836.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 24 févr. 2013, 13:02

GAZPROM va lancer son projet d' investissement dans une usine de liquéfaction de Gaz à Vladivostok.
3 trains de liquéfactions de 5 millions de tonnes chacun. Le premier serait mis en service en 2018.
Gazprom gives OK to east coast LNG

MOSCOW, Feb. 22 (UPI)

Russian energy company Gazprom gave its consent to push the Vladivostok liquefied natural gas project on the east coast into the investment phase.

Gazprom said it approved of the investment rational for the LNG plant along Russia's east coast at Perevoznaya Bay.

"The plant will have three process trains with an annual capacity of 5 million tons of LNG each," the company said. "The first train will be put onstream in 2018."

Gazprom said it would set up a special-purpose company for the LNG project that will be tasked with undertaking commercial talks with potential LNG purchasers.

"New gas production centers in Sakhalin and Kamchatka are ready to operate, the Yakutia gas production center is being rapidly developed and the Irkutsk and Krasnoyarsk centers are next in turn in Eastern Russia," the company said.

Gazprom in 2007 adopted a program to get more natural gas to Chinese and other Asian consumers. China's economy is expected to expand more than 8 percent this year. Japan started taking on more natural gas in the wake of the Fukushima nuclear disaster in 2011.

Gazprom provided few details about investments needed to start the east coast LNG project.
http://www.upi.com/Business_News/Energy ... 361531875/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 29 juin 2013, 13:30

La Turquie bientôt le premier importateur de gaz russe (Gazprom)

MOSCOU, 28 juin - RIA Novosti

La Turquie pourrait devancer prochainement l'Allemagne pour devenir le premier importateur de gaz russe, a annoncé vendredi le PDG du groupe public russe Gazprom, Alexeï Miller.

"Nous pouvons atteindre bientôt un volume maximal de livraison de gaz dans le cadre de nos contrats avec la Turquie: 30 milliards de m3 par an, ce qui représente une croissance de 20%. La Turquie pourrait devancer prochainement l'Allemagne pour devenir notre importateur le plus important", a déclaré M. Miller.
http://fr.rian.ru/business/20130628/198650251.html

yvesT
Condensat
Condensat
Messages : 678
Inscription : 23 mars 2013, 12:16
Localisation : paris
Contact :

Le Gaz dans le monde

Message par yvesT » 03 oct. 2013, 15:49

Gaz : le russe Gazprom dans le viseur de Bruxelles

Par Jean Michel Gradt | 03/10/2013

Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, se dit prêt à accuser formellement le géant russe Gazprom d’entrave à la concurrence. Ses services élaborent un communiqué de griefs à son encontre. Le monopole gazier russe risque une amende de plus de 10 milliards d’euros.
Inauguration de la section tchèque du gazoduc russe South Stream en décembre 2012 - AFP


On savait les relations tendues entre la Commission européenne et le géant gazier russe Gazprom; la première voulant réduire sa dépendance au gaz russe, avec en toile de fond une « guerre » des gazoducs. Mais la pression est montée d’un cran jeudi lorsque le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, s’est dit prêt à accuser formellement Gazprom d’entrave à la concurrence. Une procédure qui pourrait déboucher sur une amende de plus de 10 milliards d’euros pour le monopole russe (1).

Joaquin Almunia, qui s’exprimait jeudi à Vilnius, capitale de la Lituanie, a déclaré que la Commission préparait un « communiqué de griefs », un document qui expose dans le détail les faits et pratiques reprochés à Gazprom, notamment en Europe centrale et de l’Est. « Il serait prématuré d’anticiper sur le calendrier des prochaines étapes dans cette enquête, mais nous sommes désormais passés à la phase d’élaboration d’un communiqué de griefs », a-t-il précisé. mais il a précisé : «  Nous soupçonnons Gazprom d’avoir entravé la livraison de gaz dans des Etats membres (de l’UE) et la diversification des sources d’approvisionnement (...) Nous le soupçonnons aussi d’avoir imposé des prix injustifiés à ses clients ».

Retour en arrière. Voici en septembre 2012, la Commission européenne a ouvert une enquête après des perquisitions dans plusieurs filiales de Gazprom en Europe centrale et orientale membres de l’UE (Pologne, Hongrie, Bulgarie, Tchéquie, Slovaquie, Lituanie, Lettonie et Estonie). Gazprom est notamment le seul fournisseur de gaz de la Lituanie, ancienne république soviétique, via un gazoduc qui traverse le Bélarus. Vilnius tente de briser ce monopole par la construction d’un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) qui devrait être opérationnel fin 2014.

Moscou mène la danse

Dans la guerre des gazoducs entre l’UE _ qui consomme près de 550 milliards de mètres cubes de gaz par an _ et la Russie, c’est Moscou qui mène la danse. Après avoir relié la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique avec son gazoduc Nord Stream , Gazprom a lancé la construction d’un nouveau réseau, baptisé South Stream, pour approvisionner le sud de l’Europe, en contournant l’Ukraine. Un projet rival du projet de gazoduc Nabucco que portait l’Europe . Mais dans cette course de vitesse, le gazoduc européen semble bien avoir perdu la partie face à son concurrent russe après que le consortium azerbaïdjanais Shah Deniz II a décidé, en juin dernier, de livrer son gaz à destination de l’Europe en contournant la Russie via le gazoduc TAP.

Hier à Paris, Gazprom export, une filiale de Gazprom, a signé un accord sur le transport de gaz par le gazoduc paneuropéen South Stream avec la société South Stream Transport B , relève l’agence Rianovosti. C’est fin 2012 qu’ont été inaugurés à Anapa, sur la côte russe de la mer Noire, les travaux de South Stream, un chantier de 16 milliards d’euros. Long de 2.500 kilomètres il doit traverser les eaux de la mer Noire avant de passer par la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie et la Slovénie pour arriver à Tarvisio, dans le Frioul, une région située au nord-est de l’Italie. Le premier tube, devrait entrer en service à fin la 2015, trois autres suivront d’ici à 2018. Objectif : une capacité de 16 milliards de mètres cubes par an, puis de 63 milliards à terme. Soit l’équivalent de 10 % de la consommation en gaz naturel de l’UE estimée à l’horizon 2020.
JEAN-MICHEL GRADT
http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... 613172.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 30 oct. 2013, 20:07

Gazprom v a sur un trend d' investissement de 32 milliards de $ pour la fin d' année 2013.
Gazprom Board Approves 2013 Investments Hike to $32B

Rigzone news October 29, 2013

MOSCOW, Oct 29 (Reuters) - The board of Russia's top gas producer Gazprom has increased its investment programme for the current year by 46 percent to $32 billion, heightening concerns about the state-run company's efficiency and ability to reign in costs.

Gazprom has been criticised by analysts for what they view as a swollen investment programme and ineffective spending.

The company also increased its borrowing to 229.2 billion roubles ($7.17 billion), up by 139.2 billion roubles.

Gazprom said its board approved investment of 1.03 trillion roubles for 2013, while capital expenditure increased to 782 billion roubles, up 19 percent from previous plans.

The company said the increase in total investments was warranted by the rise in "long-term financial investments and development of Gazprom's power segment."
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... ike_to_32B


Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 03 mars 2014, 10:09

Record de livraison de gaz en Europe pour Gazprom

19 fev 2014 french.ruvr.ru

Par La Voix de la Russie

Gazprom a établi un nouveau record historique. La part du holding gazier russe sur les marchés européens et de Turquie a atteint près de 30 %. Il convient de remarquer que la croissance de la consommation de gaz naturel russe est enregistrée sur fond de tentatives de l’UE de réduire sa dépendance à l'égard du géant gazier.

Un record absolu avec 161,5 milliards de mètres cubes de gaz, soit près d’un tiers du marché englobant l’Europe et la Turquie. Le précédent maximum avait été atteint en 2011. La part de Gazprom représentait alors 27 % de ce marché. En 2012, la quantité des livraisons a un peu diminué. La situation a changé en faveur de la compagnie à peu près au milieu de l’année dernière. A l’époque, le gaz liquéfié du Qatar (alors l’un des principaux fournisseurs de l’Europe) a commencé a être envoyé presque totalement au Japon. Un commentaire de Roustam Tankaïev, expert en vue de l’Union russe des industriels du gaz et du pétrole.

« Comme on le sait, le Japon a arrêté son dernier réacteur nucléaire, en optant pour la production d’électricité, y compris grâce au gaz liquéfié qatari. De cette façon, le marché européen a reçu très peu de gaz naturel. Cela a permis au consortium Gazprom d’accroître considérablement sa part en Europe et d’augmenter l’importance de ses livraisons. »

La conjoncture du marché est telle qu’à présent, il est plus avantageux de livrer des hydrocarbures en Asie, poursuit l’expert. Le gaz qatari est celui du marché spot, ponctuel. Il va là où l’on paye davantage. Et comme résultat, l’Europe a dû faire face à un manque d’hydrocarbure. La proposition de Gazprom d’accroître ses livraisons de gaz à des consommateurs européens a été donc fort opportune. A en juger d’après la tendance actuelle sur le marché gazier, la compagnie russe a toutes les chances de garder les positions acquises.

Au regard des spécialistes, compte tenu des tendances récentes, l’UE aura probablement à atténuer les conditions de son Troisième paquet énergétique, lequel met en devoir de séparer les fournisseurs des transporteurs de l’hydrocarbure. La Russie considère que cela lèse les intérêts de Gazprom avec ses gazoducs Nord Stream et South Stream.
http://french.ruvr.ru/2014_02_19/Le-rec ... prom-0492/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 27 mars 2014, 20:27

Le premier ministre Russe Medvedev demande à Gazprom d' ajuster le plan d' investissement 2014-2016 pour inclure des investissements gaziers en Crimée.

Gazprom's Investments for 2014-2016 to be Adjusted for Crimea

Rigzone News March 27, 2014

Russian Prime Minister Dmitry Medvedev has ordered Gazprom to amend its investment programme for 2014-2016 to include investments in Crimea, Russian news agencies said on Thursday.

Prime news agency quoted documents at a government meeting as saying that Gazprom's programme should be adjusted to give assurances to Crimea that it will have enough gas to cover domestic demand and can increase gas production by 1.5-2 times.

Following the annexation of Crimea by Russia last week, the local authorities have taken control of oil and gas company Chernomorneftegaz (Chornomornaftohaz) and hope to sell it to a Russian company.
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... for_Crimea

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 03 févr. 2015, 21:57

Gazprom réduit ses investissements de 8 milliards de dollars

Publié le 03 février 2015, SINGAPOUR (Reuters)

Le géant gazier russe Gazprom va réduire cette année ses investissements de près de huit milliards de dollars (sept milliards d'euros) par rapport à 2014 pour les ramener à 30 milliards, a-t-il annoncé mardi.

Outre l'évolution du cours du pétrole, qui a baissé de moitié ces six derniers mois, la firme publique souffre des tensions internationales dues au conflit ukrainien.

"L'évolution globale du marché pose effectivement des problèmes dans notre secteur d'activité, (mais) la réduction considérable des investissements nous permet d'afficher un très fort flux de trésorerie", a déclaré Andreï Krouglov, directeur du département économique et financier de Gazprom, lors d'une intervention sur internet.

La compagnie ajoute que sa décision n'affectera pas la construction des gazoducs qui doivent lui permettre d'exporter vers la Chine d'ici la fin de la décennie.

Le bénéfice net du premier exportateur mondial de gaz naturel a reculé de 60% au troisième trimestre 2014 en raison de la chute du cours du rouble et de l'arrêt des exportations vers l'Ukraine dû à un désaccord sur les tarifs.
http://www.usinenouvelle.com/article/ga ... rs.N311297

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 22 avr. 2015, 20:21

L'UE s'en prend au géant russe Gazprom au risque de fâcher Moscou

Par AFP, publié le 22/04/2015

Bruxelles - L'Union européenne est passée à l'attaque mercredi contre Gazprom, accusant le géant gazier russe d'abus de position dominante sur plusieurs marchés en Europe centrale et orientale, au risque d'ouvrir un nouveau front avec Moscou.
...........

L'UE est très dépendante du gaz russe. Elle achète chaque année quelque 300 milliards de m3, dont 125 milliards achetés au seul Gazprom. La moitié transite par l'Ukraine.

.......................
http://www.lexpress.fr/actualites/1/act ... 73707.html

réponse de Gazprom :
Gazprom juge infondées les accusations de l'UE d'abus de position dominante

Moscou
Le géant gazier russe Gazprom a jugé mercredi infondées les accusations d'abus de position dominante lancées officiellement par la Commission européenne, assurant adhérer strictement aux réglementations en vigueur et agir en conformité totale avec les standards observés par le secteur.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a de son côté dénoncé des pratiques inadmissibles de l'UE face à la Russie sur le dossier énergétique.

Gazprom considère que les objections présentées par la Commission européenne sont infondées, écrit le groupe public dans un communiqué, soulignant que la procédure européenne est toujours en cours.

..................................
http://www.romandie.com/news/Gazprom-ju ... 586693.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 22 avr. 2015, 21:36

Gazprom reste le premier producteur mondial de gaz

Par Myrtille Delamarche - Usine Nouvelle le 22 avril 2015

Pour la huitième année consécutive, la Société générale publie son classement des producteurs de gaz. Et pour la huitième année, le trio de tête 2014 reste composé des mêmes sociétés : Gazprom, ExxonMobil et Shell. Seul changement notable, la fusion Shell-BG fait remonter ce dernier au deuxième rang, repoussant ExxonMobil à la dernière place du podium.

Avec 13% des parts de marché, même après avoir réduit sa production de 488 à 444 milliards de mètres cubes en raison de la baisse des livraisons européennes et ukrainiennes, Gazprom reste loin devant ses challengers, qui plafonnent à 3% et 2% du marché mondial. Mais selon le PDG Alexei Miller, sa capacité de production est bien plus élevée : 617 milliards de mètres cubes.

Le groupe public, qui fait l’objet d’une menace de sanctions européennes pour son abus de position dominante, ”commence à sérieusement considérer que l’avenir de la demande n’est pas en Europe mais en Chine, premier consommateur mondial d’énergie”, affirme Thierry Bros, analyste gaz européen et GNL à la Société générale.

Image
http://www.usinenouvelle.com/article/ga ... az.N326255

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 28 avr. 2015, 13:08

Abus de position dominante : Gazprom dans le viseur de Bruxelles

28 Avril 2015 enerzine

La Commission européenne a adressé la semaine dernière à Gazprom une lettre des griefs dans laquelle elle affirme que certaines de ses pratiques commerciales sur les marchés gaziers d'Europe centrale et orientale constituent un abus de position dominante contraire aux règles de l'UE en matière d'ententes et d'abus de position dominante.
.................
http://www.enerzine.com/12/18374+abus-d ... lles+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 29 avr. 2015, 16:54

Le bénéfice net de Gazprom dégringole de 86% en 2014

Usine Nouvelle le 29 avril 2015

Gazprom, premier producteur russe de gaz naturel, a vu son bénéfice net chuter de 86% en 2014 à 159 milliards de roubles (2,8 milliards d'euros) en conséquence de la dépréciation du rouble et de charges accrues.

La dépréciation du rouble et des charges plus élevées ont fait chuter le bénéfice net de Gazprom de 86% en 2014, à 159 milliards de roubles (2,8 milliards d'euros). Les groupes pétroliers et gaziers russes ont pâti de l'effondrement des cours du pétrole et aussi de la chute du rouble qui a gonflé leurs dettes libellées en dollars.

contentieux sur les prix avec l'Ukraine

Gazprom a en outre réduit ses ventes de gaz à l'Ukraine, naguère l'un de ses principaux marchés, en raison d'un contentieux sur les prix. Le groupe a fait état d'une perte de change de 1 100 milliards de roubles (19,3 milliards d'euros). Ses charges de dépréciation et autres provisions, y compris liées à son différend en Ukraine, ont augmenté dans le même temps de 245,5 milliards de roubles.

Le chiffre d'affaires total a progressé à 5 590 milliards de roubles contre 5 250 milliards en 2013 Les ventes de gaz vers l'Europe et les autres pays clients du groupe ont baissé de 8,5% à 159,4 milliards de mètres cubes mais avec un prix moyen en hausse de 11% à 13.478 roubles par mètre cube.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... 14.N327401

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 19 juin 2015, 18:02

Gazprom dit bâtir une alliance globale avec Shell

Usine Nouvelle le 19 juin 2015
Publié le 19 juin 2015, par Dmitry Zhdannikov et Denis Pinchuk
SAINT-PETERSBOURG, Russie (Reuters)

Gazprom est en train de nouer une alliance stratégique mondiale avec Royal Dutch Shell qui comportera des échanges d'actifs et permettra au géant gazier russe d'accéder à de nouveaux marchés, a déclaré à Reuters son directeur général Alexei Miller.

Premier producteur mondial de gaz, Gazprom a annoncé jeudi un accord avec Shell et deux autres clients historiques en Europe, l'allemand E.ON et l'autrichien OMV, pour doubler la capacité du projet Nord Stream avec deux nouveaux gazoducs entre la Russie et l'Allemagne via la mer Baltique.

Alexei Miller, qui s'exprime rarement dans la presse, a précisé à Reuters que cet accord avec Shell prévoyait aussi le développement de leur usine conjointe de gaz naturel liquéfié (GNL) sur l'île de Sakhaline, dans l'est de la Russie, ainsi que des échanges d'actifs dans leurs activités amont sur le plan mondial.

"Des documents d'une telle importance ne sont signés que tous les cinq ou peut-être même 10 ans", a-t-il dit en marge du forum économique de Saint-Pétersbourg.

Cet accord avec Shell est un coup d'éclat pour Gazprom alors que de nombreuses entreprises occidentales réduisent leur exposition à la Russie, frappée de sanctions américaines et européennes en raison du conflit en Ukraine.

Sur un marché mondial du gaz caractérisé par une surabondance de l'offre, le géant russe, lui-même sanctionné par les Etats-Unis mais pas par l'Union européenne, bataille pour accroître sa part de marché en Europe tout en étant engagé dans un bras de fer avec les autorités d'Ukraine, pays par lequel transitent l'essentiel de ses exportations vers l'UE.

"Beaucoup de nos partenaires traditionnels se positionnent en tant que puissants acteurs régionaux (...) Shell est un acteur mondial. Et avec le développement du marché mondial du gaz (...) nous allons créer un partenariat stratégique mondial", a dit Alexei Miller.


LES AFFAIRES PLUS IMPORTANTES QUE LA POLITIQUE

Le rachat de BG par Shell annoncé en avril renforce les possibilités de coopération, telles que des échanges d'actifs dans les activités amont, entre Gazprom et la compagnie anglo-néerlandaise, a-t-il poursuivi.

"L'accord va prendre un peu de temps pour se matérialiser. Shell doit par exemple devenir le propriétaire de l'intégralité de BG", a déclaré Alexei Miller. "Nous projetons de signer un tel accord l'année prochaine à ce même forum de Saint-Pétersbourg."

Shell doit encore obtenir le feu vert des autorités de la concurrence du Brésil, de l'Australie et de la Chine, où il est déjà fortement implanté, pour le rachat de BG, une opération de 47 milliards de livres.

"Nous connaissons les marchés brésilien, australien et asiatique. Et cela nous autorise à parler de partenariat mondial", a insisté le patron de Gazprom.

L'accord avec Shell ne se limitera pas à des échanges d'actifs ou à des échanges de gaz de Gazprom contre du GNL de Shell mais il pourrait aussi porter sur des produits pétroliers et d'autres hydrocarbures, a-t-il dit.

Prié de dire comment il était parvenu à convaincre Shell de renforcer leur coopération malgré les tensions entre la Russie et les pays occidentaux, Alexei Miller a répondu que les affaires avait pris le dessus sur les considérations politiques.

"En ce qui concerne Nord Stream, il n'a pas du tout été question de politique. La décision avait été prise en novembre 2011 et tout le travail a été accompli à partir des décisions prises il y a trois ans", a-t-il dit.

Deux gazoducs reliant la Russie à l'Allemagne via la Baltique fonctionnent déjà dans le cadre du projet Nord Stream, avec une capacité de 55 milliards de mètres cubes par an. Leurs actionnaires sont Gazprom, la filiale de BASF Wintershall, E.ON, Gasunie et Engie.


PAS D'ABANDON DE TURKISH STREAM

Alexei Miller a dit que Wintershall se joindrait probablement à la construction des deux gazoducs supplémentaires, qui auront eux aussi une capacité de 55 milliards de mètres cubes, soit plus d'un dixième de la demande de gaz en Europe d'ici 2019.

Ce projet ne coûtera pas plus de 9,9 milliards d'euros et peut-être moins, contre 8,5 milliards pour les deux gazoducs existants. Il sera financé de la même manière, à 30% par les actionnaires et à 70% par des emprunts bancaires.

Alors que les travaux préparatoires pour de tels projets prennent généralement des années, Alexei Miller a assuré que beaucoup avait déjà été accompli, notamment le dessin du tracé et la sélection d'un bon nombre de sous-traitants.

Le gaz ainsi acheminé ira bien au-delà de l'Allemagne, a-t-il souligné, puisque la compagnie OMV compte faire de l'Autriche l'une des plaques tournantes de la distribution de gaz en Europe.

Alexei Miller a insisté sur le fait que le doublement de Nord Stream ne signifiait pas un abandon du projet Turkish Stream, destiné, dans le cadre des efforts de Gazprom visant à contourner l'Ukraine, à acheminer du gaz vers le sud de l'Europe via la mer Noire et la Turquie.

"Il ne s'agit en aucune façon d'un concurrent de Turkish Stream", a-t-il dit.

Gazprom ne dispose actuellement que d'un accès limité à Nord Stream en raison de la législation européenne destinée à éviter qu'un fournisseur d'énergie domine une infrastructure.

Selon Alexei Miller, la demande de gaz en Europe va augmenter avec le temps et il sera de toute façon nécessaire de construire de nouveaux gazoducs.

"Nous avons rencontré nos partenaires en Europe et ils nous indiquent que les approvisionnements en provenance des sources traditionnelles de production européennes de gaz diminuent, et diminuent de manière substantielle. Sans de nouveaux volumes de gaz russe, ils ne pourront tout simplement pas faire face", a-t-il dit.
http://www.usinenouvelle.com/article/ga ... ll.N337063

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L' empire Gazprom

Message par energy_isere » 21 févr. 2016, 20:25

Russie, l'empire déchu du gaz

Par Pierre-Olivier Rouaud le 21 février 2016, L'Usine Nouvelle

Dans le maelström des marchés des matières premières, l’information passerait presque inaperçue. C’est pourtant une petite révolution. Ces prochaines semaines, le premier navire chargé de gaz naturel liquéfié devrait quitter le terminal de Sabine Pass au Texas. Direction : l’Europe.
En clair, le gaz de schiste américain va bientôt s’exporter sur le Vieux Continent. Le fait fâchera les écologistes. C’est surtout une pierre dans le jardin de la Russie et du géant Gazprom. Pour l’instant celui-ci assure environ un tiers de l’approvisionnement européen, pour l’essentiel via des contrats à long terme. Et il faudra bien des méthaniers avant de perturber en volume le marché européen.

Il n’empêche. Beaucoup d’analystes estiment que l’intrusion américaine va enclencher une guerre des prix sur le marché spot du gaz surapprovisionné. Elle pourrait coûter 25 milliards de dollars au géant gazier, qui n’est déjà plus que l’ombre de lui-même. Sur son troisième trimestre fiscal, il vient d’annoncer une perte de 26 millions de dollars. Le temps où, mi-2008, Gazprom devenait la troisième capitalisation au monde, à 340 milliards de dollars, est loin. Il en vaut dix fois moins.

L’an passé, ses ventes en valeur vers l’Europe ont chuté de 25 %, à 38 milliards de dollars. Seul point "positif", avec l’effondrement du rouble, son activité libellée en monnaie russe atteint des sommets. Maigre consolation pour ce groupe qui ne cesse d’annuler des projets et peine à moderniser ses infrastructures.

Mais la finance n’est la seule à tourmenter Alexeï Miller, le patron du groupe. La géopolitique du gaz est en train de changer. Hier encore, le Vieux Continent tremblait qu’on lui coupe ses robinets. L’Ukraine était dans toutes les têtes. Mais l’ours russe n’effraie plus autant. Avec sa croissance souffreteuse et sa transition énergétique, l’Europe voit ses besoins plafonner. Dans le cadre de l’Union de l’énergie, Bruxelles veut aussi avoir son mot à dire sur les contrats avec les États membres ou les gazoducs, comme le disputé Nord Stream 2 dans la Baltique. Au-delà, la situation au Moyen-Orient change la donne. La Russie et la Turquie sont à couteaux tirés et le projet de gazoduc TurkStream pourrait bien sombrer, comme avant lui SouthStream. Quant à l’Iran, son retour dans le concert des Nations aiguise ses appétits. La république islamique se met à rêver d’acheminer son gaz en Europe. Le président Rohani, lors de son passage à Rome, a validé un mémorandum pour un gazoduc avec Saipem.

Mais, pour Gazprom, un malheur n’arrive jamais seul. La Chine s’apprêterait à revoir à la baisse ses besoins dans le cadre du "contrat du siècle" conclu en 2014 entre Moscou et Pékin.
http://www.usinenouvelle.com/article/ru ... az.N379658

Répondre