Gaz en France

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 17 janv. 2017, 15:44

Engie et GRTgaz en discussions pour le rachat d’Elengy

Aurélie M'Bida Usine Nouvelle le 17/01/2017

Engie a officialisé mardi être entré en pourparlers avec le gestionnaire français de réseau de transport de gaz, GRTgaz, pour l’acquisition de sa filiale à 100 % Elengy.

Confirmant la rumeur selon laquelle Engie (ex-GRDF) envisagerait un regroupement de deux de ses filiales régulées, l’énergéticien français a annoncé ce mardi avoir signé un protocole d’accord préliminaire avec la SIG (Société d’infrastructures gazières ; détenue par CNP Assurances et la Caisse des dépôts) et GRTgaz "pour poursuivre les discussions visant à permettre, à terme, l’acquisition d’Elengy par GRTgaz". L’opération, une fois réalisée, devrait aboutir à une synergie entre les infrastructures de la société de terminaux méthaniers, filiale à 100 % d’Engie, et le réseau de gazoducs opéré par GRTgaz, détenu à 75 % par Engie et à 25 % par la SIG. Et, en définitive, pour le client final à ne s’adresse qu’à un seul interlocuteur. Par ailleurs, "l’acquisition d’Elengy par GRTgaz renforcerait la place de la France au cœur des échanges mondiaux de GNL, en adossant à GRTgaz des actifs GNL de grande qualité, soutenus par une régulation stable", a précisé Engie dans un communiqué.

Le géant français de l’énergie espère finaliser la transaction dans le courant de l’année, selon une porte-parole d’Engie contactée par L’Usine Nouvelle. Expliquant que "pour les actionnaires respectifs de GRTgaz et d’Elengy, ce projet répond à la fois aux enjeux européens en matière d’infrastructures gazières et aux attentes des acteurs du marché". Ce rapprochement s’inscrit dans un contexte de consolidation des infrastructures parmi les grands groupes intégrés du secteur, avec plusieurs métiers de la chaîne gazière : terminaux GNL et transport en particulier.

Réduction de la dette d’Engie de 200 millions d’euros

Pour l’heure, les procédures d’information-consultation des représentants du personnel des deux sociétés vont démarrer "d’ici fin janvier", précise-t-on chez Engie, qui espère un avis d’ici au mois de mars prochain. Dans le cadre de la règlementation applicable, ce projet sera également soumis à l’avis de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), dont le retour est attendu pour mai, et aux instances de gouvernance des sociétés parties à l’opération. Le document diffusé par Engie indique que ce projet "n’affectera pas la nature juridique des deux entités GRTgaz et Elengy et n’entraînera aucune conséquence pour les salariés des deux sociétés".

Par cette opération, Engie confirme son orientation vers le gaz naturel et son ambition de devenir leader de la transition énergétique dans le monde. La transaction maintiendrait l’actionnariat existant de GRTgaz après augmentation de capital réservée à SIG et apport des titres détenus par Engie, et réduirait la dette nette de l’énergéticien de 200 millions d’euros .

Elengy est le deuxième plus grand opérateur européen de terminaux GNL, avec trois terminaux ( Montoir-de-Bretagne, Fos Cavaou et Fos Tonkin), une capacité de regazéification de 21,25 milliards de mètres cubes par an de gaz naturel et 376 collaborateurs. GRTgaz est le deuxième plus grand opérateur européen de transport de gaz, avec plus de 32 000 km de gazoducs et 3 000 collaborateurs.

Image
Terminal méthanier de Montoir de Bretagne
http://www.usinenouvelle.com/article/en ... gy.N488834

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 19 janv. 2017, 19:04

Fos manque de gaz algérien

le 18/01/2017 lemarin.fr

Selon GRTgaz, l’opérateur du réseau français de gazoduc, la situation des stocks est tendue dans le sud de la France en raison de problèmes d’approvisionnement avec l’Algérie. Plusieurs cargaisons ont été annulées.

Image
Le terminal de Fos-Tonkin a perdu des cargaisons de gaz algérien, selon GRTgaz. (Photo : Elengy)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... z-algerien

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 22 janv. 2017, 20:14

Record de consommation de gaz en vue à cause du froid

Par Frédéric De Monicault le 18/01/2017

GRTgaz, le gestionnaire du réseau de transport de gaz, prévoit une pointe de consommation pour jeudi. Il n'y a pas de pénurie d'approvisionnement à craindre.

Il n'y a pas que le réseau d'électricité qui se retrouve sur le devant de la scène en raison de la vague de froid. Le réseau de transport de gaz se retrouve lui aussi très exposé puise GRTgaz, son gestionnaire, a indiqué mardi que jeudi, la journée a priori la plus froide de la semaine, se traduirait par un pic de consommation journalière, à hauteur de 3000 gigawattheures (GWh) avec une puissance d'environ 140 gigawatts (GW) à l'heure de pointe de la consommation de gaz (8 heures du matin). Thierry Trouvé, le directeur général de GRTgaz, ne s'est pas montré particulièrement alarmiste. Il a souligné que le réseau d'infrastructures était parfaitement en mesure de répondre aux besoins en gaz de la population.

Températures inférieures de 6 à 8° aux normales saisonnières

Cette sérénité n'empêche pas certaines préoccupations. Thierry Trouvé a mis l'accent sur des congestions récurrentes dans la région Sud-Est. En clair, certains tracés du réseau sont saturés parce qu'on peine à acheminer du gaz en provenance d'autres points. En effet, comme l'a rappelé le patron de GRTgaz, les entrées de gaz depuis Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) sont restées à un niveau de 40 gigawattheures par jour (GWh/j) fin décembre et une bonne partie du mois de janvier, «alors que la consommation du Sud-Est de la France pour un hiver avec un froid moyen requiert un niveau minimal de 70 GWh/j». Rappelons que les estimations météo prévoient ces jours-ci des températures inférieures de 6 à 8° aux normales saisonnières. Dans ce contexte, la France a bien besoin de ses approvisionnements en gaz naturel liquéfié (GNL), sachant que le pays dispose désormais de quatre terminaux méthaniers.

Thierry Trouvé est intervenu lors de la présentation du bilan gazier 2016. En l'occurrence, GRTgaz a fait état d'une augmentation de 9,9% des consommations brutes de gaz sur son réseau. Le durcissement des températures l'année dernière - après deux hivers cléments - est largement responsable de cette augmentation. En effet, les centrales électriques fonctionnant au gaz ont vu leur consommation bondir de 118%. En tout, on recense treize centrales de ce type de France, dont certaines avaient été mises sous cocon les années précédentes. La situation s'est donc complètement retournée et ce n'est pas le climat actuel qui risque d'inverser la donne.
http://www.lefigaro.fr/societes/2017/01 ... -froid.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 23 janv. 2017, 15:58

Dunkerque LNG reçoit sa première cargaison du Qatar

Publié le 23/01/2017 lemarin.fr

Le méthanier Murwab a accosté au terminal de Dunkerque LNG le dimanche 22 janvier à 6 h 48 chargé de 190 000 m3 de gaz liquide en provenance de Ras Laffan, au Qatar.

Image
L’accostage a eu lieu à la fin de la nuit le dimanche 22 janvier (Photo : Éric Houri).
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... n-du-qatar

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 24 janv. 2017, 13:07

La production électrique a dopé la consommation de gaz en 2016

le 17/01/2017 Usine Nouvelle
Infos Reuters PARIS

La consommation française de gaz a augmenté de 9,9% en 2016 par rapport à l'année précédente, à 463 térawatts/heure, en raison notamment d'une augmentation de la production des centrales thermiques au gaz, a fait savoir mardi le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz.


GRTgaz, filiale à 75% d'Engie, a ajouté lors d'un point de presse que la consommation de gaz par les industriels avait augmenté de 16,3% en 2016, dopée par une hausse record de 75,3% du gaz utilisé pour produire de l'électricité, principalement en raison d'une moindre production issue des centrales nucléaires françaises.

Plusieurs réacteurs nucléaires ont été mis à l'arrêt l'an dernier pour des contrôles complémentaires demandés à EDF par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) après la mise en évidence d'un risque de rupture de générateurs de vapeur lié à une teneur anormalement élevée en carbone dans l'acier de leur fond.

Le directeur général de GRTgaz Thierry Trouvé a également déclaré qu'une situation de force majeure en Algérie et des tensions sur le marché mondial du gaz impactaient les livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le sud de la France.

Les livraisons de GNL au terminal de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) sont d'environ 40 gigawatts/heure (GWh) par jour, alors qu'il en faut 70 GWh par jour en cette période de l'année et qu'avec la vague de froid la demande dans le sud de la France atteint actuellement environ 85 GWh par jour.
http://www.usinenouvelle.com/article/la ... 16.N488734

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 24 janv. 2017, 13:09

A propos du gaz Qatari au terminal de Dunkerque :
.............
L'opération s'est déroulée dans le cadre d’un contrat d’achat-vente signé entre le producteur de gaz naturel Ras Laffan Liquefied Natural Gas Company et EDF en juin 2016. Il est ainsi prévu que RasGas livre chaque année à Dunkerque jusqu’à deux millions de tonnes de GNL qatari en plus des accords long terme signés entre les filiales de RasGas et EDF : Edison et EDF Trading.

Un partenariat de longue date

"C’est un nouveau jalon pour RasGas et pour le groupe EDF tout comme pour la relation entre le Qatar et la France autour de la fourniture sûre, fiable et propre de GNL à destination de la France et de l’Europe", a déclaré Hamad Mubarak Al Muhannadi, le président de RasGas dans un communiqué. De son côté, Marc Benayoun, directeur exécutif d'EDF chargé du Pôle Italie et Gaz a déclaré : "RasGas est un partenaire de longue date du groupe EDF et nous sommes ravis de pouvoir consolider ainsi notre relation suite au succès de la mise en service commerciale du terminal méthanier de Dunkerque".
http://www.usinenouvelle.com/article/pr ... ue.N491944

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 28 janv. 2017, 11:51

......Engie a même utilisé la semaine dernière l'un de ses méthaniers pour transférer du GNL de Montoir, près de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), à Fos-sur-Mer...
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 060772.php

Problème de fourniture de GNL d' Algérie.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 12 avr. 2017, 21:23

Gaz. Des stocks insuffisants menacent l’approvisionnement de la France

le 12/04/2017

L’opérateur de stockage, Storengy, a tiré la sonnette d’alarme ce mercredi. Selon l’entreprise, si rien n’est fait, la France pourrait ne pas disposer de suffisamment de gaz cet hiver.

En cas de pics de froids, il est possible que les Français grelottent l’hiver prochain. Les stocks actuels sont bien en deçà de ce qui serait nécessaire pour approvisionner la France correctement : « aujourd’hui, si on reste comme ça, ce ne sont pas les stockages qui permettront d’assurer la continuité de fourniture, y compris des particuliers en France », a affirmé Cécile Prévieu, la dirigeante de Storengy une filiale d’Engie spécialisée dans le stockage souterrain du gaz.

Cécile Prévieu a précisé qu’en cas de souscriptions complémentaires trop tardives, les stockages ne pourraient plus être physiquement remplis pour le début de l’hiver, ces opérations pouvant prendre plusieurs mois. « Pour Storengy, il n’a été souscrit que 42,7 térawattheures (TWh) sur 102, c’est-à-dire moins de la moitié », a expliqué la directrice générale de Storengy.

Le stockage du gaz n’est plus rentable

Pour assurer la sécurité d’approvisionnement du pays, les fournisseurs ont l’obligation légale de stocker avant le 1er novembre des volumes de gaz suffisants. « Si avant l’été, on n’a pas de souscription complémentaire, le gaz ne sera pas là pour le début de l’hiver », a mis en garde Cécile Prévieu.

Malgré des baisses de prix consenties par Storengy sur le prix du stockage, les fournisseurs n’ont plus d’intérêt économique depuis quelques années à constituer des stocks.

Avant, ils achetaient du gaz moins cher l’été pour le stocker et le revendre à un prix plus élevé l’hiver, période de forte consommation. Mais sous l’effet d’une ressource abondante, cet écart s’est fortement réduit depuis quelques années et ne couvre plus les coûts de stockage.

Storengy plaide pour un changement de système

Face à cette situation, Storengy a demandé au ministère de l’Énergie de faire respecter les obligations incombant aux fournisseurs. L’entreprise a également demandé au gouvernement de remettre d’urgence sur les rails la réforme du stockage abandonnée à l’été 2016. Storengy souhaite que le nouveau système puisse entrer en vigueur début 2018.
http://www.ouest-france.fr/economie/ene ... ce-4924563

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 20 avr. 2017, 18:53

Neuf nouveaux sites d'injection de biométhane en France en 2016

Usine Nouvelle le 20/04/2017

La filière biométhane s'est développée en France en 2016 avec neuf nouveaux sites d'injection mis en service en France et 215 GWh d'énergie issue du biométhane injectés dans le réseau, soit une augmentation annuelle de 162 %.

Selon le Panorama du Gaz Renouvelable 2016, réalisé conjointement par GRDF, GRTgaz, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), le SPEGNN et le TIGF, 215 GWh d'énergie issu du biométhane ont été injectés dans le réseau en France en 2016, soit une augmentation de 162 %. C’est équivalent de la consommation de près de 18 000 logements ou 1 000 bus.

25 sites d'injection

9 nouveaux sites d’injection ont été mis en place l'an passé, ce qui porte leur nombre total à 25. Et la capacité maximale de production à 410 GWh/an (+ 47% par rapport à 2015). 241 projets d’injection seraient en attente d'installation, représentant une capacité maximale cumulée de 5 000 GWh/an. La filière représenterait 2 000 à 3 000 emplois directs non délocalisables à horizon 2020.
http://www.usinenouvelle.com/article/ne ... 16.N529309

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 25 avr. 2017, 20:29

Engie remet en ligne le « Global Energy » sur l’Algérie

Publié le 25/04/2017 lemarin.fr

Engie, après près de 18 mois de blanc pour ce navire, a trouvé un accord avec la Sonatrach algérienne pour acheminer du GNL vers son terminal de Fos-Tonkin avec le méthanier français Global Energy.

Après avoir étudié la vente du Global Energy, sans activité ou presque depuis décembre 2015, Engie a remis en ligne son méthanier de type Medmax (74 000 m3). Le Global Energy, armé par Gazocéan Armement sous pavillon français Rif, a retrouvé ses rotations entre le terminal de Skikda et le terminal Elengy de Fos-Tonkin, au fond de la darse 1. Il y est attendu ce 26 avril.

Image
Le « Global Energy » a repris ses rotations entre Skikda et Fos.
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... r-lalgerie

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 06 mai 2017, 20:57

Des gazoducs pour baisser le prix du gaz dans l'Hexagone

ANNE FEITZ Le 03/05/2017

Les transporteurs de gaz ont lancé la construction de deux nouveaux gazoducs.
L'objectif est de créer une place de marché unique du gaz afin de réduire les prix dans le sud de la France.


Depuis plusieurs semaines, pelleteuses, grues et soudeuses fonctionnent activement entre le Grand Est et la Bourgogne : lancé au début de l'année, le chantier du gazoduc Val de Saône tourne désormais à plein régime. « Dix kilomètres de tubes ont déjà été soudés », explique-t-on chez GRTgaz, la filiale d' Engie gestionnaire du transport de gaz dans l'Hexagone, qui conduit le projet. Au total, 188 kilomètres de nouvelles canalisations sont ainsi en train de voir le jour entre les communes de Voisines (Haute-Marne) et Etrez (Ain), en passant par la Côte-d'Or et la Saône-et-Loire, afin de mener à bien une étape fondamentale pour le gaz en France : la création d'une place de marché unique.

« L'objectif est de faire bénéficier tous les consommateurs du prix du gaz le moins cher possible », explique Nicolas Deloge, chargé du transport de gaz à la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Car aujourd'hui, la capacité des gazoducs n'est pas suffisante pour assurer la fluidité du marché entre les deux grandes zones qui divisent l'Hexagone : l'hiver dernier, alors que la zone Sud rencontrait des difficultés d'approvisionnement en gaz naturel liquéfié (GNL), le prix du gaz s'y est encore envolé. « Pendant tout le mois de janvier, le prix en zone Sud a été supérieur de 50 % à celui de la zone Nord », indique Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz. Un surcoût non négligeable pour la zone Sud, où se concentre un tiers de la consommation française : selon la CRE, 1,4 milliard d'euros auraient pu être économisés entre 2010 et 2015 si les deux zones avaient bénéficié des mêmes coûts d'approvisionnement.

Pour la sécurité d'approvisionnement

La CRE et les deux opérateurs de transport français (GRTgaz et TIGF, dans le Sud-Ouest) travaillent à la création d'une zone unique depuis de nombreuses années, ayant déjà réduit le nombre de zones en France de cinq à deux. « Il s'agit aussi d'accroître la liquidité du marché et la sécurité d'approvisionnement de la France », souligne Nicolas Deloge.

Pour la dernière étape, la fusion des deux dernières zones prévue pour le 1er novembre 2018, plusieurs schémas ont été envisagés. Mais plutôt que de doubler l'artère nord-sud (projet « Eridan »), il a finalement été décidé de construire deux nouveaux gazoducs, plus petits : le chantier Val de Saône, et la liaison Gascogne-Midi, soit 60 kilomètres entre Lussagnet (Landes) et Barran (Gers), menée par TIGF. « Les travaux de préparation doivent démarrer en juillet prochain », indique Dominique Mockly, directeur général de TIGF.

Ces grands chantiers, qui représentent un investissement total d'environ 850 millions d'euros (soit un surcoût de 0,35 % sur la facture de gaz des particuliers), ne permettront pas de résorber totalement les congestions nord-sud. « Le dimensionnement du réseau aurait alors été trop coûteux », explique Nicolas Deloge. Pour inciter certains opérateurs à désengorger les gazoducs en cas de besoin, des mécanismes de marché seront mis en place : GRTgaz et TIGF ont commencé à y travailler, ayant même créé un « serious game », un outil de simulation destiné à aider les fournisseurs de gaz à comparer les différents mécanismes envisagés. La CRE lancera une consultation publique sur le sujet cet été avant de rendre une délibération à l'automne.

Anne Feitz, Les Echos
https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 084054.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 31 mai 2017, 14:13

Gaz : les stocks sont faibles pour l'hiver prochain

Le Parisien le 31/05/2017

L'hiver prochain s'anticipe dès maintenant. Les deux gestionnaires du réseau de transport de gaz français, GRTgaz et TIGF, alertent ce mercredi sur les risques de tension dans l'approvisionnement en gaz l'hiver prochain si les niveaux de stockage n'augmentent pas significativement.

«Sans augmentation des souscriptions des stockages souterrains de gaz, des arrivées rapides de gaz naturel liquéfié sur le réseau seront indispensables pour assurer l'approvisionnement en gaz des consommateurs en cas de périodes froides l'hiver prochain», préviennent les deux acteurs.

Pour sensibiliser les fournisseurs de gaz à cette situation, GRTgaz et TIGF ont avancé de plusieurs mois la publication du traditionnel «Winter outlook 2017-2018», dans lequel ils font état des perspectives du système gazier pour l'hiver à venir. «Certains scenarios (...) montrent un risque de déficit de gaz entre les entrées et les sorties du réseau», expliquent-ils.

Les tarifs ne couvrent plus le coût du stockage

Pour assurer la sécurité d'approvisionnement du pays, les fournisseurs ont l'obligation légale, sous peine de pénalités financières, de stocker avant le 1er novembre des volumes de gaz suffisants pour pouvoir répondre à la demande hivernale des clients connectés au réseau de distribution (excluant donc les grands industriels), alors que la France est essentiellement importatrice de cette ressource fossile.

Jusqu'à présent, les fournisseurs achètent du gaz moins cher l'été pour le revendre à un prix plus élevé l'hiver. Mais l'écart de prix entre les deux périodes s'est réduit ces dernières années, ne couvrant plus les coûts du stockage. Selon GRTgaz et TIGF, à fin mai, les fournisseurs ont souscrit 79,7 TéraWattheures (TWh) de stockage, contre plus de 110 TWh à la même date les trois années précédentes.

En cas de froid important et si les stockages n'augmentent pas, la France devra pouvoir importer plus de gaz naturel liquéfié (GNL) à partir des terminaux méthaniers. L'hiver dernier, en décembre et janvier, peu de cargaisons de GNL ont été importées dans le sud de la France, entraînant déjà des tensions sur l'approvisionnement.
http://www.leparisien.fr/economie/gaz-l ... D-32280599

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 19 juin 2017, 20:47

EDF voudrait se désengager du terminal méthanier de Dunkerque

Ludovic Dupin Usine Nouvelle le 03/01/2017

EDF voudrait céder sa participation de 65% dans le terminal méthanier de Dunkerque, entré en service en janvier dernier, selon le journal Les Echos. Le groupe belge Fluxys, qui en détient 25%, dispose d'un droit de préemption sur les parts d'EDF. Total détient les 10% restant.


Le 1er janvier 2017 EDF annoçait l'entrée en service commercial du terminal méthanier de Dunkerque (Nord). Cela marquait le terme du troisième plus grand chantier industriel de France après la construction du réacteur à fusion Iter à Cadarache (Bouches-du-Rhône) et de l’EPR de Flamanville (Manche). La construction a débuté en 2012. Il a nécessité un investissement d’un milliard d’euros financé par EDF à 65 %, le Belge Fluxys à 25 % et Total à 10 %. Il s’agit du quatrième et plus grand terminal méthanier de France. Il est relié aux réseaux gaziers français et belge.

Six mois plus tard, EDF, qui est engagé dans un vaste de plan de cession de 10 milliards d'actif, chercherait à vendre ses parts, selon le quotidien Les echos. Le groupe belge Fluxys dispose d'un droit de préemption sur les parts d'EDF.

20 % DE LA CONSOMMATION DE LA FRANCE ET DE LA BELGIQUE

La capacité annuelle de regazéification du terminal atteint 13 milliards de mètres cubes, soit 20 % de la consommation des deux pays. Parmi ses principales installations, il compte trois réservoirs de stockage de 50 mètres de haut pouvant contenir 200 000 mètres cubes de gaz naturel liquéfié. Chacun pourrait facilement accueillir l’Arc de Triomphe.

Le terminal compte aussi une unité de regazéification qui consiste à réchauffer le gaz pour qu’il passe de l’état liquide à gazeux. Pour cela, la chaleur est tirée de la centrale nucléaire voisine de Gravelines (Nord) par le biais d’un tunnel sous-marin de cinq kilomètres sous la mer du nord.

Enfin, il faut compter avec l’immense jetée de déchargement qui pourra accueillir "150 méthaniers par an : depuis les plus grands au monde (les Qmax de 267 000 mètres cubes) jusqu’à des navires de petite capacité (65 000 mètres cubes) destinés aux marchés régionaux", explique EDF dans un communiqué.
http://www.usinenouvelle.com/article/ed ... ue.N483074

EDF mettrait en vente ses parts dans Dunkerque LNG

Publié le 19/06/2017 lemarin.fr

Selon Les Échos, EDF aurait mandaté les banques Nomura et CFL pour vendre ses parts dans Dunkerque LNG, la société porteuse du terminal de réception et regazéification du port de Dunkerque.

La société est détenue à 65 % par EDF, à 25 % par le logisticien belge du gaz Fluxys, qui dispose d’un droit de préemption en cas de vente, et à 10 % par Total, qui ne devrait pas monter au-delà.

Dunkerque LNG et le grand port maritime de Dunkerque ont investi quelque 1,5 milliard d’euros dans le projet et sa mise en service, dont 1,2 milliard environ pour le maître d’ouvrage principal, Dunkerque LNG. Selon nos confrères, EDF tenterait de valoriser le terminal à 2 milliards d’euros mais l'électricien n'a pas souhaité commenté l'information.

Raison essentielle de ce mouvement, s’il est confirmé, EDF, engagé dans l’énorme investissement de pérennisation de son outil nucléaire, a besoin d’argent et s’interroge sur son engagement dans le gaz.

Le terminal, en service commercial depuis janvier, a reçu cinq cargaisons à ce jour, soit quelque 790 000 m3 de gaz liquide dont quatre du Qatar et une du Pérou. La société dispose d’options d’achat pluriannuelles avec le Qatar et le terminal de Sabine Pass, aux États-Unis. Côté ventes, le marché européen, longtemps incertain, semble plus acheteur depuis l’automne dernier.

Image
L’« Umm Al Amad », le troisième navire en provenance du Qatar à avoir déchargé à Dunkerque, avec 205 710 m3 de GNL. (Photo : Dunkerque LNG)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... kerque-lng

5 méthaniers en 5 mois ? C'est un echec commercial ! Ou bien on pourrait dire une montée en puissance progressive pour pas facher. :lol:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 28 juin 2017, 19:37

Les importations françaises de GNL à des niveaux inégalés depuis 2011

le 28/06/2017 lemarin.fr

Les importations françaises de gaz naturel liquéfié ont atteint au mois de mai l’un de leurs niveaux les plus élevés depuis 2011.
Les livraisons totales dans les trois terminaux d’Elengy s’affichent en hausse de 80 % entre mai 2016 et mai 2017, à près de 13 000 GWh (environ 1,2 milliard de mètres cubes de gaz).

Image
Les importations françaises de GNL depuis 2011 . (Source : Bloomberg New Energy Finance)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... epuis-2011

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Gaz en France

Message par energy_isere » 04 juil. 2017, 19:10

GRTgaz double ses installations de transport de gaz en Val de Saône pour mieux alimenter en gaz naturel le Sud de la France et permettre ainsi aux industriels de payer le même prix qu’au Nord.

Image
Chantier du gazoduc Val de Saône de GRTGaz.

Les industriels installés au Sud de la France ne payent pas leur gaz au même prix que ceux du Nord. "Ils le payent même parfois 50% plus cher", explique Olivier Aubert, directeur de l’offre chez GRTgaz. Une situation qui devrait perdurer jusqu’à novembre 2018. A cette date, GRTgaz aura mis en service son nouveau gazoduc Val de Saône, dont la construction a commencé en mars 2017. Il devrait entrer en service en novembre 2018. Il lui permettra d’acheminer suffisamment de gaz au Sud, qui était jusqu'ici principalement alimenté en GNL arrivant d’Algérie (9,5% de la consommation) via Marseille, et par du gaz naturel gazeux beaucoup plus abondant arrivant de Norvège (38,1%), de Russie (12%) et des Pays-Bas (10,8%). La France du gaz, qui disposait encore de 5 zones de marché différentes en 2005, sera ainsi unifiée sur une place de marché unique.
http://www.usinenouvelle.com/article/po ... ee.N561018

Répondre