[Uranium] Ressources, production et consommation mondiale

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 04 févr. 2017, 14:14

Le minier canadien Cameco va perdre 1.3 milliards de $ de chiffre d' affaire avec Tepco qui veut rompre le contrat d' approvisionnement en Uranium.

Je n' ai pas besoin d' expliquer pourquoi. ;)

Cameco to lose $1.3bn as Japan’s TEPCO cancels uranium contract

Cecilia Jamasmie Feb 01 2017

Uranium miner Cameco (TSX:CCO; NYSE:CCJ) is weighing its options after a key Japanese customer attempted to cancel its contract, which would mean $1.3 billion in lost revenue for the Canadian company.

Tokyo Electric Power Company Holdings (TEPCO), the operator of Japan’s wrecked Fukushima nuclear plant, issued a termination notice for a uranium supply contract on Jan. 24 and, earlier this week, it said it would not accept a delivery that was scheduled for Feb.1.

Such contract cancellation would affect about 9.3 million pounds of uranium deliveries through 2028, including about 855,000 pounds annually in 2017, 2018 and 2019, Cameco said.

Shares collapsed on the news. They were trading down 12.5% to Cdn$14.50 in Toronto at 1:00 pm, and 13.3% down in New York to $11.06 at 1:26 pm ET.

Cameco said the Japanese power company has cited forces beyond its control — specifically government regulations arising from the 2011 Fukushima nuclear accident — that have prevented the operation of its nuclear plants.

The Canadian firm insisted that there's no basis for terminating the contract and considers TEPCO to be in default. It said it will pursue its rights — including binding arbitration.
..................

http://www.mining.com/cameco-to-lose-1- ... -contract/

et en passant, la mine de Cigar Lake de Cameco :

Image
Cigar Lake, in northern Saskatchewan, Canada, is the world's highest-grade uranium mine. (Image courtesy of Cameco)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 07 avr. 2017, 22:34

Feu vert pour l' ouverture d' une mine d' Uranium en Australie. 1360 t de U3O8 de production prévue par an.
C'est le 3iéme plus gros dépot d' Uranium de l' Australie


Australia okays Mulga Rock uranium mine

Deposit is the continent's third largest


Andrew Topf | Mar. 12, 2017 mining.com

Western Australia may soon have a new uranium mine, after the last environmental hurdle was cleared by Vimy Resources to build its Mulga Rock uranium mine.

Josh Frydenberg, Australia's minister of environment and energy, approved the development subject to conditions outlined by the Environmental Protection Agency (EPA), Perth-based Vimy announced on March 6. Four days later the company said it has started initial construction, and will expedite developing the project further once the final investment decision is made.

"This is the final environmental approval required before work can commence," said Vimy chairman Cheryl Edwardes. "This approval has been more than three years in the making and has involved considerable effort on the part of all those involved."

The process began in July 2013 when Vimy launched an application for the project. In December Western Australia's environment minister approved the mine, with 14 conditions. They include management plans to minimize impacts on flora and fauna, soil, groundwater and Aboriginal heritage sites. The EPA also concluded that potential radiation exposure is within acceptable limits, according to World Nuclear News.

Located 240 km northeast of Kalgoorlie, in the Great Victoria Desert, the mine would produce 1,360 tonnes of uranium oxide (U3O8) per annum, according to a 2015 prefeasibility study. By comparison, Australia's Olympic Dam mine, the largest uranium deposit in the world, produces 4,500 tonnes of U3O8 per year.

Mulga Rock has 76.8 million pounds of indicated and inferred uranium throughout four deposits, which will be open-pit mined for an expected life of 17 years. Cobalt, copper, nickel and zinc are also expected to be extracted, through a central processing plant. According to Vimy, Mulga Rock is the third largest undeveloped uranium deposit in Australia.

http://www.mining.com/australia-okays-m ... nium-mine/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 28 avr. 2017, 18:11

A ROŽNÁ, LA DERNIÈRE MINE D’URANIUM EN EUROPE CENTRALE A ÉTÉ FERMÉE

Guillaume Narguet 28-04-2017

L’exploitation d’uranium en République tchèque, et en Europe centrale, c’est fini. Ne serait-ce que pour le proche avenir. La dernière mine encore en activité, à Rožná, dans la région de Vysočina (centre du pays), a mis un point final, jeudi, à une histoire longue de soixante ans.

A la frontière entre la Bohême et la Moravie, c’est là que se trouvait la plus grande mine d’uranium encore en activité au sein de l’Union européenne. Le minerai qui en était extrait à plus de 1 000 mètres de profondeur servait essentiellement de combustible pour alimenter les réacteurs des deux centrales nucléaires que compte le pays à Temelín et Dukovany. Il y a quelque temps encore, environ 300 tonnes étaient extraites du gisement à l’année ; un chiffre presque dérisoire à l’échelle internationale, mais qui faisait néanmoins de la République tchèque, très loin derrière le Kazakhstan, le Canada et l’Australie leaders dans le monde, le premier producteur d’uranium de l’UE.

Depuis la découverte du gisement en 1956 et le début de son exploitation un an plus tard, près de 17 millions de tonnes de minerai en ont été extraites. Les organisations environnementales se sont bien entendu félicitées de cette fermeture. Elles espèrent désormais que des moyens seront mis en œuvre pour financer l’assainissement du site. Depuis 1989 et la fin du régime communiste en Tchécoslovaquie, on estime à 40 milliards de couronnes (1,5 milliard d’euros) le montant de la somme consacrée à cette fin. 60 milliards supplémentaires (2,25 milliards d’euros) seront encore nécessaires.

http://www.radio.cz/fr/rubrique/economi ... ete-fermee

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 28 avr. 2017, 18:13

De l' Uranium découvert dans le Nord du Burkina Faso.

http://afrique.le360.ma/autres-pays/eco ... nord-10712

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 25 mai 2017, 12:03

Areva quitte les terres inuites

Usine Nouvelle le 16/05/2017

Après plus de dix ans d’exploration et 56 millions d’euros d’investissements, Areva, le géant français du nucléaire, a annoncé la mise en sommeil de son projet de mine d’uranium au Nunavut, un territoire majoritairement peuplé d’Inuits situé dans l’archipel arctique canadien. "Ce projet pourrait être reconsidéré dans le futur, lorsque les conditions de marché se seront améliorées", précise Areva, qui conserve les permis d’exploration.

L’entreprise s’est heurtée à plusieurs décisions émanant des pouvoirs publics de rejeter le projet, faute d’éléments suffisants pour en estimer l’impact. La mine, destinée à être exploitée durant douze ans, devait alimenter les sites du groupe et créer 400 emplois. Areva a produit 11 186 tonnes d’uranium sur les 60 900 tonnes produites mondialement en 2016.
http://www.usinenouvelle.com/article/ar ... es.N540609


Areva leaves Nunavut after uranium project rejection

Cecilia Jamasmie | May. 8, 2017,

Image
Areva’s Kiggavik uranium project called for one underground and four open-pit mines just west of Baker Lake, and would have provided at least 400 jobs. (Image courtesy of Areva.)

.............................
http://www.mining.com/areva-leaves-nuna ... rejection/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 27 mai 2017, 12:44

Mauritanie : Aura Energy fait une demande de bail minier pour l’uranium de Tiris

Agence Ecofin 25 Mai 2017

La compagnie minière australienne Aura Energy a déposé une demande auprès du gouvernement mauritanien, pour obtenir un bail minier à son projet d’uranium de Tiris, en Mauritanie. Cela fait suite à un vaste programme d’évaluation et d’étude réalisé au cours des huit derniers mois, qui comprenait une évaluation d’impact social et environnemental.

«Cette étape fera entrer Tiris dans le prochain groupe important de projets d’uranium qui, sous réserve de financement, seront développés», commente Peter Reeve, président de la compagnie.

La demande de permis sera examinée par différentes entités au sein des ministères mauritaniens des Mines et de l’Environnement, sur une période de six mois.

La compagnie prévoit de réaliser l’étude de faisabilité définitive (DFS) du projet entre fin 2017 et début 2018, ainsi qu’un certain nombre d’activités parallèles, comprenant la recherche de financement.
http://www.agenceecofin.com/uranium/250 ... m-de-tiris

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 10 juin 2017, 12:46

Namibie : la production d’uranium devrait augmenter de 70% en 2017 (BMI Research)

Agence Ecofin 08 Juin 2017

Selon BMI Research, la Namibie devrait enregistrer en 2017, une hausse de 70% de sa production d’uranium pour devenir l’un des plus grands producteurs mondiaux d’ici 2021. La firme compte en effet sur l’entrée en production prévue de la plus grande mine du pays, celle d’Husab, qui permettra d’augmenter la production à 8 500 tonnes.

Le projet Husab, une joint-venture entre China General Nuclear Power Holding Corp et Swakop Uranium, traitera jusqu’à 15 millions de tonnes de minerai d’uranium. Ce chiffre augmentera progressivement pour atteindre la capacité de l’usine de traitement qui est de 50 millions de tonnes par an.

La firme prévoit, en outre, que l’uranium entraîne une forte croissance de l’industrie minière namibienne au cours des prochaines années. Elle a rappelé la levée par le gouvernement, d’un moratoire en vigueur, concernant les nouvelles demandes de licences d’exploration d’uranium.

« Cette décision ouvrira probablement les portes à d’autres investissements étrangers dans le secteur de l'uranium au cours des prochaines années.», a-t-elle déclaré, comme le rapporte Mining Weekly.

La Namibie est actuellement le 4ème producteur mondial d’uranium.
http://www.agenceecofin.com/uranium/080 ... i-research

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 08 juil. 2017, 14:42

Rosatom met en mode pause son projet de mine d' Uranium de 1.2 milliards de $ en Tanzanie en attendant que le marché de l' Uranium remonte et aussi pour des raisons d'évolution de l' environnement légal du secteur minier en Tanzanie.
Russian state corporation suspends $1.2 billion uranium project in Tanzania
Vladimir Basov

Russian state nuclear corporation Rosatom suspends Mkuju River uranium project in Tanzania for at least three years due to depressed uranium market. Rosatom, which previously hoped to start construction and mining uranium at Mkuju River project in 2013, 2016 and in 2018 respectively, decided to suspend the development of this project until the demand for uranium is restored, which is expected not earlier than 2020.

Another reason for this postponement is the major overhaul of Tanzania’s mining industry commissioned by the local authorities in March of this year. Recent bills, which aimed at providing the state with a greater share of revenue from the country’s natural resources, imposed fresh challenges for mining companies operating in Tanzania, including Rosatom.
...........................
http://www.mining.com/russian-state-cor ... -tanzania/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 12 août 2017, 15:10

La société NexGen Energy Ltd annonce une analyse préliminaire de ressource du dépôt d' Uranium de Arrow dans le bassin de Athabasca (Canada), qui en ferait un des sites les plus productif du monde.

Cantor analyst: 'This is the best uranium PEA we have ever seen'


August 6, 2017

Image

NexGen Energy Ltd. announced its maiden preliminary economic assessment (PEA) of the "basement-hosted" Arrow Deposit on July 31. In its press release, the company outlined the following highlights:

· After-Tax Net Present Value (NPV8%) = CAD $3.49 Billion
· After-Tax Internal Rate of Return (IRR) = 56.7%
· Average Annual Production (Years 1-5) = 27.6 M lbs U3O8
· Average Annual Production (Life of Mine) = 18.5 M lbs U3O8

Based on a uranium price of $50/lb, the company anticipates Saskatchewan royalties over the life of the mine of CA$2.98 billion.

The PEA "is based on the mineral resource estimate announced by the Company in March 2017. . .that comprised an Indicated Mineral Resource of 179.5 M lb of U3O8 contained in 1.18 M tonnes grading 6.88% U3O8, and an Inferred Mineral Resource of 122.1 M lb of U3O8 contained in 4.25 M tonnes grading 1.30% U3O8," the company stated. "The PEA does not include the results of the Company's winter or summer 2017 drill programs, which will total over 66,000 m of additional drilling."

eacting to NexGen's announcement in an Aug. 1 research report, Cantor Fitzgerald analyst Rob Chang declared, "This is the best uranium PEA we have ever seen. Moreover, the forecast annual production rate of 27.6M lbs U3O8 over the first five years would place Arrow as the largest uranium mine by production in the world and make NexGen the second largest producer behind only Kazatomprom. We are reiterating our Buy recommendation and increasing our target price to $5.65/share, or by 9%."

"The maiden PEA confirms our view that Arrow is a once-in-a-generation type of deposit."
.......................
http://www.mining.com/web/cantor-analys ... ever-seen/


Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 11 nov. 2017, 19:37

Uranium naturel: Cameco arrête un an la production de deux sites

AFP parue le 09 nov. 2017

Le producteur canadien d'uranium Cameco a annoncé mercredi l'arrêt pendant près d'un an de deux sites de production en raison de l'offre surabondante de minerais au niveau mondial avec le licenciement temporaire de 845 personnes.

"Avec l'état continu de surabondance de l'offre sur le marché de l'uranium, sans espoir d'un changement dans un horizon immédiat, il n'y a aucun sens économique pour nous de continuer" l'exploitation sur deux des sites de production, a indiqué le patron de Cameco Tim Gitzel.

La mine de McArthur River et l'usine de traitement de Key Lake, deux sites situés au nord de la province de Saskatchewan (ouest) vont donc fermer dès janvier 2018 pour une durée minimum de dix mois. En conséquence, a indiqué Cameco, les effectifs vont être réduits pendant toute cette période, avec 845 licenciements temporaires. Le groupe canadien va maintenir sur les deux sites environ 210 employés. Le coût du maintien en veille des deux sites d'exploitation devrait se situer entre 6,5 et 7,5 millions de dollars canadiens chaque mois.

Cameco s'engage à respecter ses engagements de livraisons à ses clients à partir notamment de ses stocks et, en fonction de l'évolution de la situation du marché mondial, le groupe prendra les décisions qui s'imposent sur le plan aussi bien des stocks que des contrats clients. Avec la fermeture sur une aussi longue période de deux sites importants, Cameco n'exclut pas de devoir supprimer des emplois au niveau administratif.

Les prix de l'uranium ont chuté de plus de 70% sur le marché mondial depuis l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima à la suite du tsunami au nord du Japon en mars 2011. Si Cameco a été à l'abri des variations du marché mondial en raison de ses contrats signés avant cet accident, le groupe doit maintenant dimensionner son appareil de production à la nouvelle donne avec l'arrivée à terme de certains contrats, a expliqué la firme dans un communiqué.

En février, l'entreprise japonaise Tokyo Electric Power, exploitant de Fukushima, avait résilié un contrat qui devait rapporter 1,3 milliard de dollars canadiens à Cameco sur dix ans. D'un volume de l'ordre de 32 millions de livres cette année, Cameco prévoit de livrer l'an prochain entre 28 et 30 millions de livres de minerai d'uranium. Fin octobre, le groupe avait annoncé une perte de 143 millions de dollars canadiens sur les neuf premiers mois de son exercice 2017, à comparer à un bénéfice de 83 millions CAD sur la même période l'an dernier. Le chiffre d'affaires avait baissé de 13% sur la période.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nts-171109

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50127
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Uranium] Ressources, production et consommation mondial

Message par energy_isere » 06 déc. 2017, 18:29

Uranium: les groupes miniers réduisent drastiquement leur production

Par Claire Fages RFI 6 décembre 2017

Face à la surproduction d'uranium qui s'est installée depuis la catastrophe de Fukushima, les groupes miniers réduisent leur activité. Dernier en date, Kazatomprom, le fournisseur kazakh, numéro un mondial.

Kazatomprom, le géant kazakh de l'uranium, va réduire sa production minière de 20% sur trois ans. 11 000 tonnes d'oxyde d'uranium seront retirées du marché d’ici 2020. Dont 4 000 tonnes dès l'an prochain: cela représente 7,5% de la production minière mondiale.

On ne s'attendait pas à un tel sacrifice du groupe kazakh : il a les coûts de production les plus faibles au monde, ce qui lui a permis de quintupler sa production en 10 ans. Mais les prix de l’uranium sont tellement faibles que le leader mondial est obligé d’imiter ses concurrents.

Du Kazakhstan au Niger

Début novembre, le Canadien Cameco, le numéro deux, décidait de suspendre l’activité de sa mine géante de McArthur River, elle produit 6 000 tonnes d'uranium par an. 800 salariés seront au chômage technique en 2018. Le Français Areva, numéro trois mondial, d'ailleurs actionnaire à plus de 30% de cette mine canadienne, avait précédé le mouvement, en annonçant, en octobre, la suppression de 200 postes directs à la Somaïr, l'une de ses filiales au Niger, pour baisser sa production de 800 tonnes dans ce pays (moins 20%).

Une demande croissante mais trop de stocks de combustible

Il s'agit pour les groupes miniers de réduire l'excédent mondial d'uranium qui plombe les prix. Pendant toute l'année 2017, la livre d'oxyde d'uranium n'a pas décollé des 18 à 20 dollars. Elle valait plus de 135 dollars en 2007 et encore 40 dollars en mars 2011, juste avant la catastrophe de Fukushima.

Depuis, même si la demande augmente régulièrement, le redémarrage des réacteurs japonais se fait attendre. Du coup la surabondance d'uranium inutilisé maintient les prix très bas sur le marché spot de l'uranium, hors des contrats à long terme : il y a trop de production minière comme de production secondaire, recyclée ou d'origine militaire. D'ailleurs le Département américain de l'Energie a renoncé au printemps dernier à vendre une partie de ses réserves pour ne pas encombrer davantage le marché. Il y a en outre les stocks qu'ont les opérateurs des centrales eux-mêmes.

En réduisant la voilure, les groupes miniers espèrent donc un petit électrochoc sur le marché de l'uranium, mais pas une envolée des prix.
http://www.rfi.fr/emission/20171206-ura ... production

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités