[Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Modérateurs : Rod, Modérateurs

ni chaud ni froid
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1566
Inscription : 03 mai 2007, 20:42

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par ni chaud ni froid » 17 mai 2013, 09:45

Les états s'alarmant de la prolifération pour des causes militaires n'ont pas du tout mesuré le danger de la prolifération du nucléaire civil. Effectivement ce déploiement est une vraie bombe a retardement, qu'il s'agisse de centrales nucléaires qui seront mal entretenues dans certains pays, ou qu'il s'agisse de déchets que l'on va retrouver un peu partout. Entropie quand tu nous tiens : il sera toujours impossible de remettre le dentifrice dans le tube.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 07 juil. 2013, 13:26

GDF Suez intéressé par le projet nucléaire saoudien

Vendredi 5 juillet 2013 energeek

Par la voix de son PDG Gérard Mestrallet, le groupe GDF Suez a annoncé être « prêt à coopérer » dans le projet nucléaire qui se dessine en Arabie Saoudite, à condition d’avoir « une place raisonnable ».

Premier exportateur mondial de pétrole, l’Arabie Saoudite est confrontée depuis plusieurs années à une hausse de la demande en électricité. Le pays souhaite élargir son mix énergétique et recourir à d’autres sources d’énergie que le gaz ou le pétrole.

Un appel d’offres a été lancé pour la construction d’une centrale nucléaire en Arabie Saoudite. Dans un entretien accordé au quotidien Les Echos, le PDG de GDF Suez a fait part de son intérêt pour le projet. Des discussions ont été engagées avec le leader mondial de l’énergie atomique Areva et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables.

En mai, la Turquie avait annoncé sa volonté de coopérer avec un consortium franco-japonais, réunissant entre autres GDF Suez et Areva, pour la construction et l’exploitation d’une nouvelle centrale nucléaire. La filière nucléaire française réalise 10% de ses ventes à l’export, pour un chiffre d’affaires estimé aux alentours de 5,5 milliards d’euros.

Pour mieux promouvoir leur offre au niveau international, les industriels français ont fait part, jeudi 4 juillet, de leur intention d’organiser un premier grand salon nucléaire en France l’an prochain.
http://lenergeek.com/2013/07/05/gdf-sue ... -saoudien/

WizardOfLinn
Charbon
Charbon
Messages : 231
Inscription : 15 mai 2009, 16:09

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par WizardOfLinn » 09 juil. 2013, 06:59

L'AIEA a présenté les tendances de développement des "petits" réacteurs (en général au moins 100 MW quand même)
http://www.iaea.org/NuclearPower/Downlo ... .Subki.pdf
Il y a une dizaine de développements en cours dans le monde, pour la plupart aboutissant à un démarrage commercial entre 2015 et 2018.
Les technologies sont assez variées : réacteurs à eau légère, à eau lourde, à métal fondu, à gaz.
La démarche est essentiellement opposée aux grands réacteurs de type EPR, censés apporter des économies d'échelle et s'intégrer dans des réseaux électriques déjà bien développés. Il s'agit ici de réacteurs de quelques centaines de MW, intéressant en général des pays en voie de développement.

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1339
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par paradigme » 11 août 2014, 23:31

Le nucléaire de plus en plus rentable... au fil des ans le nucléaire va nous coûter bonbon...

"-Plus de la moitié des capacités belges de production nucléaire étaient à l'arrêt lundi, près d'une semaine après qu'une fuite d'huile a été détectée dans un réacteur."
http://www.ouest-france.fr/belgique-la- ... et-2754408

"EDF a décidé de mettre à l'arrêt pour environ 8 semaines quatre réacteurs nucléaires exploités en Angleterre, à la suite d'un défaut détecté sur une chaudière."
http://www.ouest-france.fr/angleterre-q ... ut-2754336

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 20 avr. 2015, 14:34

Le Nigeria signe un pacte avec Rosatom pour la construction de centrales nucléaires

lundi 20 avril 2015 / Écrit par: Fabien Maout lenergeek.com

rosatom_logoLe Président de la Commission de l’énergie atomique nigériane a annoncé mardi 14 avril la signature d’un pacte avec l’énergéticien Rosatom pour la fourniture de quatre centrales nucléaires. Après l’Afrique du Sud, un autre pays africain pourrait donc exploiter l’énergie atomique.

La plus grosse économie africaine est confrontée à un défi prioritaire en matière de gestion énergétique. En dépit de grandes ressources en pétrole et en gaz naturel, le Nigeria ne parvient pas à satisfaire l’ensemble de la demande en électricité de sa population, 50% des Nigérians n’étant pas connectés au réseau, et les black-outs sont de plus en plus fréquents.

Pour accroître rapidement ses capacités de production électrique tout en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement nigérian souhaite ainsi avoir recours au nucléaire. Une aubaine pour le russe Rosatom qui, après avoir conclu l’an dernier des accords pour construire des réacteurs en Hongrie, en Inde, en Iran et en Jordanie, veut continuer de renforcer sa présence à l’international.

C’est dans cette optique qu’un pacte a été signé entre les deux parties. Si les négociations sont encore en cours, portant notamment sur la question des modalités de financement, on sait d’ores et déjà que Rosatom construirait et exploiterait quatre centrales nucléaires si le projet se concrétise.

La première d’entre elles serait mise en service en 2025, et les quatre seraient opérationnelles à l’horizon 2035. Au total, ces 4.800 MW de capacités de production représenteraient un investissement de 80 milliards de dollars
http://lenergeek.com/2015/04/20/le-nige ... ucleaires/

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9133
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par mobar » 20 avr. 2015, 17:57

energy_isere a écrit :
Le Nigeria signe un pacte avec Rosatom pour la construction de centrales nucléaires
Au moins ils feront pas des piquages dans les circuits secondaires pour récupérer de la vapeur gratos comme ils font avec les pipes de brut :-D

Pas sur cependant que les clients de l'électricité soient prêts a en payer le prix, faudrait demander aux joyeux drilles de Boko Haram

Feraient mieux de produire de l'électricité avec les km3 de gaz qu'ils torchent 24h/24 depuis des décennies
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 03 mai 2015, 14:46

Produit-on moins d’électricité d’origine nucléaire depuis Fukushima ?

parue le 28 avr. 2015

L’accident de Fukushima Daiichi en mars 2011 au Japon a provoqué un choc important dans l’opinion publique. Il a entraîné des mesures de renforcement de la sûreté des installations nucléaires dans le monde. Seul un nombre limité de pays a toutefois acté une « sortie du nucléaire » : l’Allemagne d’ici à 2022 avec l’arrêt immédiat de 8 réacteurs en mai 2011, la Belgique d’ici à 2025 et la Suisse d’ici à 2034.

La production nucléaire au Japon a pour sa part été réduite à néant(1) alors qu’elle atteignait 288 TWh en 2010. Avant mars 2011, le pays disposait en effet de 54 réacteurs en activité, soit du 3e plus grand parc nucléaire au monde après ceux des États-Unis et de la France. L’accident de Fukushima a entraîné l’arrêt définitif des 6 réacteurs de la centrale et la mise hors service temporaire des 48 autres réacteurs(2).

Hormis en Allemagne(3) (- 41 TWh entre 2010 et 2013) et au Japon (- 266 TWh entre 2010 et 2013), la production nucléaire est restée relativement stable dans les différentes régions du monde. Selon les dernières données consolidées de l’AIEA, elle a atteint 2 359 TWh au niveau mondial en 2013 contre près de 2 630 TWh en 2010, soit une baisse de 10,3% correspondant approximativement à la production japonaise avant l’accident de Fukushima.

Dans son World Energy Outlook 2014, l’AIE prévoit par ailleurs une croissance de la capacité nucléaire mondiale de près de 60% entre 2013 et 2040(4). Cette dernière atteindrait plus de 620 GW à cet horizon (contre 392 GW en 2013). Près de 45% de la hausse de production électrique associée pourrait provenir de la Chine : 22 des 65 réacteurs nucléaires actuellement en cours de construction sont implantés dans ce pays.

Image
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... ima-150414

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 28 juin 2015, 14:32

Nucléaire : une production mondiale en hausse en 2014

jeudi 25 juin 2015 / Écrit par: Fabien Maout

Le cabinet américain Platts a publié lundi 22 juin une étude sur la production nucléaire mondiale. Quels en sont les résultats et quelles perspectives peuvent être dressées pour les mois et les années à venir ?


Une production en hausse

La production mondiale d’énergie nucléaire a cru de 1% en 2014 (2,04 milliards de MWh) par rapport à 2013 (2,02). Il s’agit du premier rebond en matière de production mondiale d’énergie nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011.

Toutefois, ces résultats restent éloignés du pic atteint en 2006 (2,79 milliards de MWh). Rappelons qu’entre 2010 et 2014, le nombre de réacteurs nucléaires en activité a baissé – de 441 à 429.

Principal facteur d’explication de cette croissance, selon le cabinet Platts : la meilleure performance des centrales à travers le monde, due à une amélioration substantielle des processus de maintenance des réacteurs et à l’accroissement de leur fiabilité.

Sur les 429 réacteurs en activité dans le monde, 350 ont produit plus d’électricité en 2014 qu’en 2013. Parmi les dix tranches nucléaires les plus productives, trois sont françaises (dont Chooz-B2, numéro 1 avec 12,9 millions de MWh), quatre sont allemandes et trois américaines.

La plus grande croissance est observée aux Pays-Bas, où la seule centrale en activité a produit 42% d’électricité en plus que l’année précédente. A l’opposé, la production nucléaire argentine a chuté de 27% (deux unités nucléaires mises à l’arrêt pour maintenance en décembre) et celle de la Belgique de 21% (trois réacteurs sur sept momentanément hors service).



Des tendances contrastées

Les observations du cabinet Platts confirment une tendance déjà observée au cours de ces dernières années : la croissance de la production mondiale d’énergie nucléaire est – et continuera d’être – tirée par les pays en développement, qui sont à la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement énergétique décarbonées pour alimenter en électricité des populations grandissantes et soutenir leur croissance économique sans augmenter leurs émissions de CO2.

Fin 2014, ce sont ainsi l’Argentine et l’Inde qui ont procédé à la mise en service de deux nouvelles tranches nucléaires. En 2015, la Corée du Sud sera également dotée d’un nouveau réacteur. Quant à la Chine, championne en la matière, elle construit actuellement 30 GW de capacités. En 2014, pas moins de trois unités sont entrées en service.

En revanche, dans les pays développés, la mise en place de processus de transition énergétique a conduit à l’arrêt de certains réacteurs. Au Japon, encore marqué par l’accident nucléaire de Fukushima et où les 48 réacteurs sont encore à l’arrêt, le redémarrage de certaines tranches se fera de manière très précautionneuse. L’Allemagne, engagée dans une sortie totale du nucléaire, procède quant à elle à l’arrêt progressif de ses centrales. Aux États-Unis, ce sont les faibles prix de l’électricité, engendrés notamment par une offre abondante due à l’émergence des gaz de schiste, qui ont causé la fermeture pour raison économique de deux unités de production nucléaire en 2013 et 2014.
http://lenergeek.com/2015/06/25/nucleai ... e-en-2014/

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8311
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par kercoz » 17 juil. 2015, 22:34

Du mou dans le Nuc:
http://www.mediapart.fr/journal/interna ... re-mondial

""""""""""""""""" Quatre ans après Fukushima, l’industrie nucléaire n’est toujours pas relancée. À l’échelle globale, elle stagne en dessous de son niveau d’activité d’il y a une décennie et ne retrouve pas sa dynamique des années 1990.

Elle manque de perspectives à long terme et apparaît de moins en moins compétitive face aux énergies renouvelables, qui ne cessent de gagner du terrain.
Le rapport 2015 de Mycle Schneider et Anthony Froggatt démontre le déclin de l'industrie nucléaireLe rapport 2015 de Mycle Schneider et Anthony Froggatt démontre le déclin de l'industrie nucléaire © DR

Telles sont les conclusions principales de l’édition 2015 du World Nuclear Industry Status Report, rapport annuel établi par les consultants Mycle Schneider et Antony Froggatt, qui vient de paraître.""""""""""""""""
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 16 déc. 2015, 15:11

Maintenant que la COP21 est terminée, quelle place pour le nucléaire ?

Par Ludovic Dupin Usine Nouvelle le 16 décembre 2015,

Bien que la COP21 se soit passée dans le pays le plus nucléarisé au monde, les partisans de l’atome ont été discrets, quasi-inaudibles, pendant les deux semaines du sommet mondial sur le climat. Pour l’administration américaine, le futur du nucléaire pourrait passer par un changement de paradigme dans les réacteurs.

A voir les réactions du monde nucléaire quelques jours après la fin de la COP21, qui s’est achevée sur le premier accord mondial sur climat, une ère faste s’engage pour le développement de l’atome, qui, aux côtés des énergies renouvelables (ENR), favorise un monde sans carbone.

"L’agence Internationale de l’énergie (AIE) a montré que limiter le réchauffement à 2°C demandera un recours important à l’énergie nucléaire. Etant donné que l’accord de Paris est encore plus ambitieux, bien en-dessous de 2°C, le besoin d’énergie nucléaire est encore plus clair", se réjouit l’Association mondiale du nucléaire, qui milite pour la construction de 1000 GW de nouveau nucléaire d’ici 2050. Ce qui semble relativement irréaliste, sachant que la puissance nucléaire actuellement installée dans le monde s’élève à moins de 400 GW.

L’AIEA pour défendre le nucléaire

Dans le même ordre d’idée, Danny Roderick, PDG du fabricant nucléaire nippo-américain Westinghouse, affirme suite à l’accord que "Tout le monde a enfin reconnu que nous avons besoin de toutes les énergies bas carbone (pour lutter contre le réchauffement climatique)".

Mais très honnêtement, pendant les deux semaines de COP21, le nucléaire était quasi-inaudible, quasi-invisible. Certes, quelques réprésentant de cette industrie étaient là. Par exemple, l’entente Nuclear for Climate avait un stand, et l’agence de l’énergie nucléaire de l’OCDE a animé, l’avant dernier jour, une conférence sur le thème de "pourquoi le climat a besoin de l’énergie nucléaire ?".

On a même entendu Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, affirmer qu’au côté des ENR, "le nucléaire est aussi une bonne option dans des endroits comme la France qui ne sont pas soumis à des catastrophes naturels".

Mais c’est peu de choses face aux importantes annonces qui ont été faites en matière d’ENR comme l’Alliance solaire Internationale menée par l’Inde, les 10 milliards de dollars débloqués pour bâtir 10GW de renouvelables en Afrique d’ici 2020, ou la mission innovation qui réunit 20 pays qui ont promis de doubler leur budget R&D dans les cleantech jusqu’en 2020, soit 400 millions d’euros pour la France, 5 milliards de dollars pour les Etats-Unis.

Même la France fait profil bas

Même l’immense pavillon France, situé dans la zone ONU au Bourget (Seine-Saint-Denis), ne faisait pas mention de l’atome alors que celui-ci fourni 75 % de l’électricité du pays, qui affiche un avantageux bilan carbone par rapport à ses voisins européens. EDF, l’un des principaux sponsors de l’événement et premier nucléariste mondial, n’a pas fait la promotion de cette énergie.

Une situation d’autant plus surprenante que dans six mois, la France organisera la deuxième édition du salon International du nucléaire, également au Bourget, pour promouvoir le savoir-faire français dans l’atome.

Même pour les ONG, traditionnellement antinucléaires comme Greenpeace, le nucléaire était loin d’être un sujet central. Elles rappelaient leur position officielle, c’est-à-dire que l’atome n’est pas considéré comme une énergie bas-carbone en raison du risque d’accident, de prolifération et de son coût croissant.

Alors quelle place pour le nucléaire ? Aujourd’hui, il compte pour 11% de l’électricité mondiale et sa part devrait croitre pour atteindre environ 17% vers 2050, prédisait l’AIEA lors de la COP21. D’autres lui prédisent une croissance moins importante. Les grands programmes en cours en Chine, en Russie, en Angleterre où EDF va construire deux réacteurs EPR à Hinkley Point seront menés à leur terme. Et après ?

Limiter le risque financier du nucléaire

Le secrétaire américain à l’énergie Ernest Moniz, ancien physicien nucléaire et parlant au nom d'un pays qui compte plus de 100 réacteurs en activité, a une idée en tête pour la suite.

Il constate que depuis 2011, et l’accident de Fukushima, les nouveaux projets de réacteurs de nucléaire sont ralentis à cause de questions de sûreté et de manque de confiance des investisseurs. Aussi, il affirme que les "Small modular reactors (SMR – Petits réacteurs modulaire) – des versions plus petites des réacteurs à eau légère en opération dans la pluparts des centrales mondiales – seraient une solution au problème de financiers de l’industrie".

Les SMR sont un sujet à l’étude chez les plupart des grands nucléaristes mondiaux, y compris chez EDF et Areva. Il s’agit d’unités dont la puissance va de 50 à 200MW, à comparer au 1000 à 1650 MW des derniers modèles en construction dans le monde. Ernest Moniz assure qu’"en avançant doucement, les premiers SMR pourraient apparaître en 2022-2023".

Ainsi le nucléaire, à l’image des ENR, va-t-il s’orienter vers des faibles puissances afin de s’inscrire dans les territoires et se rapprocher des sites de consommation ? Un sacré retournement alors que le nucléaire civile depuis sa première unité construite en 1942 n’a cessé de se densifier énergétiquement. Quand le nucléaire engage sa propre transition énergétique
http://www.usinenouvelle.com/article/ma ... re.N369647

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par sherpa421 » 16 déc. 2015, 15:58

energy_isere a écrit :
Il s’agit d’unités dont la puissance va de 50 à 200W
Pourquoi une centrale nucléaire de cette puissance ? Un cycliste et une bonne dynamo devrait être suffisant.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9133
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par mobar » 16 déc. 2015, 16:00

sherpa421 a écrit :
energy_isere a écrit :
Il s’agit d’unités dont la puissance va de 50 à 200W
Pourquoi une centrale nucléaire de cette puissance ? Un cycliste et une bonne dynamo devrait être suffisant.
Le relecteur de l'UN a eu un coup de mou
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 23 juin 2018, 12:36

Une industrie nucléaire en quête de croissance se réunit près de Paris

Paris 23 juin 2018

L'industrie nucléaire se retrouve la semaine prochaine près de Paris avec l'espoir de jouer de ses atouts dans la lutte contre le réchauffement climatique malgré le lourd héritage de Fukushima et l'essor des renouvelables.

Le secteur se retrouvera pour la troisième édition du World Nuclear Exhibition (WNE) à Villepinte, dans la banlieue nord de Paris, du 26 au 28 juin.

Parmi les thèmes à l'honneur cette année: les réacteurs de nouvelle génération, la numérisation, les enjeux de démantèlement/déconstruction ou encore les petits réacteurs ("small modular reactors"), qui pourraient représenter un marché prometteur.

Les organisateurs proposent aux milliers de visiteurs attendus de venir saisir "les nombreuses opportunités dans ce marché en pleine croissance".

Pourtant, la "renaissance nucléaire" promise au milieu dans les années 2000 n'a pas eu lieu.

Seuls quatre réacteurs avaient démarré l'an dernier - trois en Chine et un au Pakistan - selon le décompte d'un rapport annuel sur le sujet, le World Nuclear Industry Status Report. De même, quatre réacteurs supplémentaires ont été mis en chantier (Bangladesh, Chine, Corée du sud et Inde) en 2017.

Le secteur a pâti de la catastrophe de Fukushima au Japon il y a sept ans - l'accident a notamment précipité la décision de l'Allemagne d'abandonner entièrement l'atome d'ici 2022 - mais aussi de l'essor des renouvelables.

- "marché de niche" -

"Je pense que le nucléaire devient de plus en plus un marché de niche", analyse pour l'AFP Paul Dorfman, chercheur au University College London (UCL).

Les énergies renouvelables connaissent ainsi une croissance bien supérieure à celle du nucléaire à travers le monde. "La principale raison semble être la chute des coûts des renouvelables et l'augmentation des coûts des nouveaux projets nucléaires", juge Paul Dorfman.

"Cette tendance conduit à une baisse de la part du nucléaire dans la production d'électricité avec une tendance qui est de plus en plus à maximiser la production des réacteurs existants au travers d'extensions de vies, d'amélioration et de modernisations coûteuses", indique-t-il.

Même la France, l'un des berceaux de l'industrie, veut réduire sa dépendance au nucléaire, qui sert aujourd'hui à produire plus de 70% de son électricité. "La filière nucléaire nous emmène dans une dérive", déclarait cette semaine le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, évoquant ses coûts.

Mais malgré cette passe difficile, le secteur estime avoir encore son mot à dire sur la scène mondiale et met en avant son principal atout: ses émissions quasi-nulles de gaz à effet de serre, un argument de poids à l'heure de la lutte contre le changement climatique.

- "urgence climatique" -

De quoi séduire des pays, comme la Chine ou l'Inde, qui voudraient réduire leur utilisation du charbon, très polluant. Ces deux pays devraient représenter plus de 90% de la croissance des capacités de production nucléaires dans le monde d'ici 2040, selon un scénario de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

C'est d'ailleurs en Chine, à Taishan, qu'a démarré récemment le premier réacteur de troisième génération EPR au monde. Et EDF espère pourvoir construire une centrale géante avec six réacteurs en Inde, à Jaitapur.

"Le nucléaire est une énergie d'avenir", répétait cette semaine Philippe Knoche, le directeur général d'Orano (ex Areva), à un colloque à Paris.

Il éreintait d'ailleurs au passage le tournant énergétique allemand: "les citoyens allemands émettent deux fois plus de carbone que le citoyens français par habitant et le kilowattheure leur coûte 70% de plus".

Toujours au nom de la lutte contre "l'urgence climatique", la recherche se porte bien, selon François Gauché, directeur de l'énergie nucléaire du CEA (Commissariat à l'énergie atomique). "Ça bouge beaucoup en Asie, en Russie mais aussi au Moyen-Orient. Certains acteurs de la Silicon Valley s'intéressent au nucléaire", souligne-t-il.
https://www.romandie.com/news/Une-indus ... 930167.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 13 sept. 2018, 13:32

Moins compétitif, le nucléaire baisserait de 10% dans le monde d'ici à 2030

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 13/09/2018

Les capacités de production électronucléaire pourraient baisser de 10% d’ici à 2030, prévient une étude de l’AIEA. Elle corrobore l’analyse du World Nuclear Industry Status Report 2018, qui comptabilise les ouvertures, fermetures et constructions de centrales nucléaires.

Même si l’auteur du World Nuclear Industry Status Report (WNISR), Mikle Schneider, est ouvertement pour la sortie du nucléaire, ses comptages des ouvertures, fermetures et mises en construction de centrales nucléaires peuvent difficilement être discutés. Ses comparaisons entre les investissements consentis pour la construction de nouvelles capacités de production d’électricité dans le monde entre nucléaire et renouvelable, non plus.

Dans l’édition 2018 du WNISR, il constate que les centrales nucléaires ont apporté en tout 7 gigawatts (GW) de nouvelles capacités aux réseaux électriques dans le monde en 2017 et au premier semestre 2018. Soit moins de 3% de toutes les nouvelles sources d'électricité, estimé à environ 257 GW (net) en 2017, dont 157 GW pour les seules énergies renouvelables.

Sur les dix-huit derniers mois, six réacteurs ont été mis en service en Chine, deux en Russie et un au Pakistan. La production d’électricité nucléaire a cru de 1%, grâce à la Chine, contre 35% pour le solaire et 17% pour l’éolien. Pour la troisième année consécutive, la production nucléaire mondiale hors Chine était en baisse en 2017. Le nombre de réacteurs en construction est lui aussi en baisse, pour la cinquième année consécutive, passant de 68 réacteurs à la fin 2013 à 50 à la fin du premier semestre 2018, dont 16 en Chine. Et au moins deux tiers des constructions de réacteurs subissent des retards, dont la moitié des réacteurs chinois. Un quart seulement des 16 réacteurs dont le démarrage était prévu en 2017 en début d’année ont été effectivement couplés au réseau.

TRois pressions conjuguées

L’Agence internationale de l’énergie atomique, basée à Vienne, fait elle aussi le constat de la contraction du nucléaire dans le monde et en analyse les causes. Dans une nouvelle étude, publiée le 10 septembre, elle anticipe que la capacité nucléaire mondiale pourrait baisser de 10 % d’ici 2030, sous la pression conjuguée du faible prix du gaz, de la poussée des énergies renouvelables et des politiques de sorties du nucléaire post Fukushima. "Cette industrie fait face à une baisse de compétitivité", observe l’AIEA. L’industrie du nucléaire doit en effet faire face à l’augmentation des délais et des coûts de construction en raison des exigences de sûreté accrues et des difficultés rencontrées dans le déploiement des technologies avancées de type EPR, explique l’étude.

Mais le pire n’est pas sûr. Malgré les fermetures annoncées, l’AIEA prévoit toujours une augmentation de capacité mondiale installée, qui pourrait aller jusqu’à 30% pour atteindre 511 GW, dans son scénario haut. C’est néanmoins 45 GW de moins que ses précisons de 2017. Dans le monde, 455 réacteurs, représentant une capacité de 399,8 GW, sont en activité. Ils ont fourni environ 10 % de l’électricité mondiale en 2017.
https://www.usinenouvelle.com/article/m ... 30.N740394

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57719
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par energy_isere » 30 avr. 2019, 09:08

Israel s'intéresse à une centrale nucléaire.

Israel's Nuclear Power Plant Is Back on the Table
The construction of a nuclear power plant in Israel has been discussed on and off for over 25 years
Lior Gutman

: 29 April 2019
........
https://m.calcalistech.com/Article.aspx?guid=3761168

Répondre