[Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 02 mars 2010, 19:51

D' aprés ce que je comprend, le sénat de l' état du Vermont décide de ne pas renouveller la license de la centrale nuke de Vermont Yankee.

Il y a eu une fuite de Tritium en Janvier.
Vermont Senate votes to close Yankee in 2012
02 March 2010
http://www.neimagazine.com/story.asp?se ... de=2055584
....The 620-megawatt Vermont Yankee plant, located near the Connecticut River in Vernon in Windham County about 140 miles (225 km) from Boston, can power about 620,000 homes......
http://www.reuters.com/article/idUSN011 ... arketsNews

l' entrée Wikipedia sur cette centrale :
http://en.wikipedia.org/wiki/Vermont_Ya ... ower_Plant
On y apprend que ca a été mis en service en 1972.
La fuite de tritium y est déjà relatée.

ET pour Krolik qui n' aime pas les Becquerels, ils y parlent picoCuries, qui est l' ancienne unité.
Ma foi, venant de zuniens qui parlent miles et feet, c' est pas trés étonnant.

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par krolik » 03 mars 2010, 00:19

Il est certain qu'ils doivent avoir une fuite quelque part sur la piscine de stockage des combustibles usés ou bien sur les emballages de combustibles usés.
Maintenant, même si l'on parle de millions de picocuries par litre, je vous redonne les équivalences :
un curie = 37 milliards de Bq
et pour se faire 1 millisievert il faut avaler 55 millions de becquerels.
Alors si quelqu'un veut se faire le calcul avec tout ces zéros et déterminer ce que l'on peut boire comme eau annuellement, eau en provenance directe de dessous la centrale, car dans la rivière ce n'est pas détectable.
Mais ils sont "cochons".
Et avec l'arrêt de cette centrale ils vont bien arriver à coller un peu plus d'instabilité sur le réseau du Nord-Est des USA.
Remarquez bien que dans ce coin des USA, les éoliennes sont subventionnées à fond et elles poussent plus vite que les champignons.

@+

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 26 mars 2010, 11:57

Situation sur l' exploitation du minerai d' Uranium sur le sol des USA. (qui est l' état n°4 en terme de reserves d' Uranium)
Ou il est question de la petite société Adnani qui fait de l' exploitation de l' Uranium par un process "in situ".
Finding Uranium in the U.S.

The U.S. imports most of the uranium its nuclear reactors use. A small mining outfit in Texas wants to change that.


Forbes Magazine dated April 12, 2010

Every year the nation's 104 nuclear reactors burn through 55 million pounds of uranium to produce electricity. Yet only 3.5 million pounds are mined in the U.S. "We're more dependent on foreign uranium than we are on foreign oil," says Amir Adnani, chief executive of Uranium Energy Corp., a tiny mining outfit headquartered in Austin, Tex. that aims to make us less dependent.

The timing is good. The U.S. has one-fourth of the world's nuclear reactors, and most of them have decades of life left in them. The Obama Administration recently proposed tripling a new nuclear-plant loan guarantee program to $54 billion. That could lead to the construction of a dozen more reactors.

In January Adnani's UEC was granted licenses to begin operating its Palangana mine in Duval County, Tex., 75 miles west of Corpus Christi. Adnani thinks he can start production by the end of the year. His ambition is to get permits at more spots and to reach 2.5 million to 3 million pounds a year all told within five years.

The U.S. has the fourth-biggest total of uranium reserves in the world, but uranium, like other commodities, has been on a price roller coaster over the past several years. Decades ago, when nuclear power plants were still being built, the search for uranium deposits turned up millions of pounds in states like Texas, New Mexico, Nebraska, Wyoming, Colorado and Utah. But uranium mining collapsed along with the price of uranium after accidents at Three Mile Island and Chernobyl and the cancelation of 100 planned reactors in the U.S. There are now only four productive uranium mines. Two are owned by Cameco with one in Nebraska and one in Wyoming; one is owned by the private company Mestena Uranium in Brooks County, Tex.; and one in Utah is owned by Denison Mines .

Even as energy prices rose and nuclear power plant capacity was boosted in the late 1990s and early 2000s, excess inventory and uranium from decommissioned Russian warheads kept prices low. That changed starting in 2005 amid talk of a nuclear renaissance in the U.S. The price of uranium, which had hovered near $10 a pound for years, spiked to $138 in 2007. This, predictably, led to a rush of speculators. "People in it for fast money were looking for big pieces of land to grab so they could hang a sign and say they were a uranium company," Adnani says.

Adnani, 32, founded UEC at the beginning of that rush, in 2005. The geology in Texas allows for a mining procedure called "in situ" recovery, cheaper than traditional seam or open-pit mining. UEC will drill 50 or so wells and inject carbonated water. The water dissolves the uranium out of the sandstone in which it is held in South Texas. This so-called pregnant solution is then pumped to the surface. The uranium is isolated, concentrated and refined into uranium oxide, also known as yellowcake. Last year, after uranium prices had fallen from their highs, UEC was able to buy a processing plant and another mine near its existing holdings.

"There are hundreds of exploration companies out there but very few with a real clear path to production," says Ian Parkinson, an analyst at cibc World Markets. "UEC has all the pieces in place." It has $18 million in cash on hand, and Adnani says he can get the mine going for $10 million to $12 million. He claims that he can break even with a uranium price as low as $15. The price is now just over $40 on the spot market, and utilities are paying closer to $60 in longer-term contracts.

Nicolas Carter, a uranium analyst at the consulting firm UXC, thinks UEC's cost will be closer to $30. It could go higher still if rules to protect groundwater are tightened. Still, long-term prospects for uranium prices are good as new reactors get built around the world. Uranium is a small part of the cost of electricity in a nuclear plant, so a steady supply is as important as the price. That's where Adnani may come in.
http://www.forbes.com/forbes/2010/0412/ ... -fuel.html

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par krolik » 15 avr. 2010, 22:45

Les électriciens américains sont las des atermoiements.. ils attaquent le DoE donc la politique d'Obama, ou son absence de politique dans le domaine..
@+
Les exploitants de centrales nucléaires attaquent Washington
JDLE le 14 avril 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg

Ils ont beau avoir le vent en poupe, les exploitants américains de centrales nucléaires ne sont pas contents. Le 26 février 2009, le président Obama, à peine entré en fonction, décide de mettre un terme au projet de centre d’enfouissement de déchets nucléaires à vie longue de Yucca Mountain. Un projet titanesque: 110.000 tonnes de combustibles usés très radioactifs (actuellement stockés sur les sites des centrales nucléaires) devaient être enfouis dans de profonds tunnels creusés dans un ancien volcan du Nevada.
Très retardée par de multiples recours en justice, la construction du site n’a jamais pu être menée à bien, malgré les 13 milliards de dollars (9,55 milliards d’euros) investis. Alors qu’une loi de 1982 prévoyait son entrée en service pour… 1998. Autre problème: le financement du serpent de mer de l’électronucléaire américain. La même loi oblige les exploitants de centrales à verser à un fond géré par le secrétariat à l’énergie (le DOE) un dixième de cent par kilowattheure produit. D’ores et déjà, le DOE dispose d’un pactole de 24 milliards $ (17,63 milliards €), qui s’alourdit de 750 millions $ (551,12 millions €) chaque année.

Après avoir vainement demandé à être exemptés du paiement de lataxe Déchets , les électriciens se sont fâchés. Début avril, une coalition composée du principal lobby nucléaire américain (le Nuclear Energy Institute, NEI), de 16 électriciens (1) et de l’association des régulateurs électriques a déposé plainte devant la Cour d’appel du district de Columbia contre le DOE. Leur but: obtenir la suspension des paiements et surtout la publication d’une nouvelle politique fédérale de gestion des déchets nucléaires.

(1) Florida Power & Light; NextEra Energy Seabrook; NextEra Energy Duane Arnold; NextEra Energy Point Beach; Omaha Public Power District; PSEG Nuclear; Indiana Michigan Power; Energy Northwest; PPL Susquehanna; The Detroit Edison; Nebraska Public Power District; Northern States Power; Kansas Gas and Electric; Kansas City Power & Light; Kansas Electric Power Cooperative et Wolf Creek Nuclear Operating Corp

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 11 mai 2010, 13:18

TEPCO prend part dans 2 réacteurs nucléaires ABWR

La compagnie d'électricité japonaise Tokyo Electric Power (Tepco) a annoncé hier la conclusion d'un accord avec Nuclear Innovation North America (NINA), NRG Energy et Toshiba Corporation en vue de participer à la construction de 2 réacteurs nucléaires aux Etats-Unis.
C'est la première fois qu'un électricien nippon participe financièrement à un projet d'agrandissement d'une centrale nucléaire américaine située dans le Sud du Texas. C'est également les deux premiers modèles de réacteur à eau bouillante (ABWR) dont se dotent les Etats-Unis.

Les réacteurs 3 et 4 d'une puissance unitaire de 1350 mégawatts fabriqués par le constructeur d'équipements nucléaires japonais Toshiba sont prévues pour être mis en service à l'horizon 2016-2017.

Tepco va ainsi investir 125 millions de dollars dans l'opération, ce qui se traduirait par une prise de participation de 10% dans les exploitations de NINA. TEPCO aurait également le droit d'assortir une option supplémentaire du même acabit, d'ici un an.

La compagnie japonaise indique qu'elle est aussi partie prenante dans neuf projets de centrales thermiques répartis dans six pays et (qu'elle) possède des participations dans Eurus Energy Holdings, un exploitant de centrales éoliennes implantées aux Etats-Unis, en Europe et au Japon.

(src : Tepco)
http://www.enerzine.com/2/9682+tepco-pr ... abwr+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 21 mai 2010, 19:46

Areva : garantie de prêt du gouvernement américain.

Cercle Finance le 21/05/2010

Areva indique que le département de l'énergie de l'administration américaine lui a accordé une garantie de prêt de deux milliards destinée à faciliter le financement de l'usine d'enrichissement d'uranium implantée près d'Idaho Falls.

Le projet d'usine baptisée Eagle Rock et utilisant la technologie de l'ultracentrifugation, vise à sécuriser les approvisionnements en énergie aux Etats-Unis, à travers l'augmentation des capacités d'enrichissement.

Le groupe industriel précise que la garantie de prêt ne sera effective qu'après l'obtention des permis et licences nécessaires. La construction de l'usine devrait débuter en 2011, pour une mise en service en 2014.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 28 juin 2010, 16:17

Aux Etats-Unis, une industrie nucléaire à reconstruire

28/06/10 Les Echos

A Chattanooga, dans le Tennessee, Alstom vient d'investir 300 millions de dollars dans une nouvelle usine appelée à fabriquer des turbines pour des centrales nucléaires.

Pour Chattanooga, la petite ville du Tennessee, les trois dernières décennies n'ont pas été roses. En 1979, l'accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island, en Pennsylvanie, a stoppé le développement de l'atome aux Etats-Unis. Et l'usine locale de la société Combustion Engineering, dont les 5.000 employés ont produit les cuves des réacteurs américains dans les années 1960, s'est éteinte à petit feu.

Trente ans plus tard, Chattanooga espère connaître le même sort que Le Creusot, en France, qui a été ressuscité grâce au réveil du nucléaire. Alstom, le groupe français d'équipement électrique et ferroviaire, l'a choisie pour y installer sa nouvelle usine de turbines. Située au bord du Tennessee, qui lui permet d'atteindre par voie fluviale 80 % des sites nucléaires américains, elle a notamment été conçue pour servir ce secteur.

« Nous sommes très excités de voir l'industrie nucléaire revenir à Chattanooga », s'exclamait jeudi dernier lors de l'inauguration le gouverneur du Tennessee, Phil Bredesen. L'élu démocrate appartient à ceux qui croient en la renaissance de l'atome, malgré ses débuts poussifs outre-Atlantique, et voit dans la marée noire causée par BP dans le golfe du Mexique une raison supplémentaire de relancer la filière. « Cette crise doit nous amener à repenser notre politique énergétique. »

L'argument : cette catastrophe montre que le pays ne peut pas dépendre uniquement des énergies fossiles, comme le pétrole, le gaz ou le charbon, et qu'il doit se tourner vers les énergies renouvelables et le nucléaire, qui n'émet pas de CO2.

Acceptabilité fragile
La filière nucléaire française, en tout cas, se tient prête. Alstom a dépensé 300 millions de dollars dans cette installation flambant neuve. De son côté, Areva va investir 360 millions de dollars dans une usine de composants à Newport News, en Virginie, et 2 milliards de dollars dans un site d'enrichissement, dans l'Idaho. C'est aussi dans cet esprit qu'EDF a mis 4,5 milliards dans une société commune avec l'électricien Constellation.

Mais la renaissance attendue prend du temps. L'acceptabilité du nucléaire demeure fragile aux Etats-Unis. « Et le financement reste un problème majeur », estime Mike Howard, de l'Institut de recherche sur l'énergie électrique (Epri). Barack Obama a promis de porter de 18 à 54 milliards de dollars l'enveloppe de crédits garantis pour construire des centrales nucléaires, mais rien de formel n'a été signé…

Selon Hervé Machenaud, en charge de l'ingénierie et de la production chez EDF, « la renaissance est irréversible, mais elle se fera avec une industrie américaine qui est aujourd'hui en état de refondation ». « Les gens veulent des emplois, c'est ce qu'ils veulent entendre », confirme George Vanderheyden, président d'Unistar Nuclear Energy, le joint-venture formé entre EDF et Constellation. La filière française compte créer 1.140 emplois outre-Atlantique, dont 300 à Chattanooga.

Rénover l'existant
Alstom est serein. « Il y aura de la demande aux Etats-Unis, estime son PDG Patrick Kron. Qu'elle s'exprime dans le nucléaire, le charbon ou le gaz, nous y participerons. » De fait, le site de Chattanooga pourra assembler ses turbines géantes Arabelle pour centrales nucléaires mais aussi pour centrales à gaz. « L'usine a été dimensionnée pour le nucléaire, mais elle peut tout faire », précise Aurélien Maurice, directeur du projet.

Le groupe mise avant tout sur la rénovation des réacteurs existants, thermiques ou autres. Une remise à neuf qui pourrait concerner une centaine de tranches nucléaires américaines. Elle permet d'allonger de quarante à soixante ans leur durée de vie, tout en augmentant leur capacité. Selon Guy Chardon, numéro deux d'Alstom Power, certaines centrales pourraient même aller jusqu'à quatre-vingt-dix ans. A quelques centaines de millions de dollars l'opération, contre 5 à 10 milliards pour un nouveau réacteur, cela pourrait bien être la priorité des électriciens…
http://www.lesechos.fr/info/energie/020 ... truire.htm

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 01 juil. 2010, 19:55

krolik a écrit :
energy_isere a écrit :et pour Krolik qui disait que les USA avaient eux aussi comme les Russes quantité de futs d ' U238 stockés, on apprend ce détail :
..... Le groupe Terrapower a donc décidé de développer des centrales appelées TWR (pour Travelling-Wave Reactor) qui utilisent comme combustible de l'uranium 238. Ce produit, habituellement considéré comme un déchet des phases d'enrichissement et de recyclage, présente l'avantage d'être abondant et peu cher. Le seul site de Paducah aux Etats-Unis compte par exemple 38 000 cylindres de "déchets" ......
Ca me rassure, je ne raconte pas que des bêtises..
Je vous remets la photo des fûts en plein air de Paducah. En plein air pour éviter le confinement dans un incendie, uranium fluoré redeviendrait gazeux et les conteneurs pourraient explosés.
En France les stockages de Bessines sur Gartempe et de Tricastin se font dans des bâtiments.. pas moyen de prendre une belle photo extérieure car en France on repasse du fluoré à l'oxyde et la pas de passage en phase gazeuse à craindre. Le procédé de conversion du fluorure à l'oxyde développé par le CEA a été vendu aux USA et aux Russes, mais à priori ils ne s'en servent pas souvent, ou alors dans d'autres stockages non vu sur la photo. Car finalement le stockage de Paducah est un petit stockage.

@+
Image
pour suivre ma recherche, il est bien confirmé que Paducah (Kentucky) est bien le principal centre de stockage pour l' U238 mais il y aussi Portsmouth (Ohio) avec une quantité moitié moindre, et également à Oak Ridge (Tennessee)

ici il y a un tableau avec le nombre de futs et le tonnage métrique :
http://web.ead.anl.gov/uranium/faq/storage/faq16.cfm

Et pourquoi le site de Paducah ?
Tout simplement qu' à Paducah est installé l' usine de diffusion Gazeuse pour l' enrichissement en U235 pour le combustible des centrales US (depuis 1952). C' est d' ailleurs l' unique usine de ce genre des USA.
lire ici : http://www.globalsecurity.org/wmd/facility/paducah.htm

et puis, :roll: , 800 millions de $ on du étre dépensés entre 1998 et 2003 pour y nettoyer quelques petites saloperies .

Ensuite c' est la centrifugation à Portsmouth (Ohio) qui doit prendre le relais.

Un scénario qu' on retrouve en France également.

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par krolik » 01 juil. 2010, 22:19

Un reverse pour Obama..
@+

JDLE

Déchets - Stockage/transport

Yucca Mountain: le retour?

Le 01 juillet 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg



Le site de Yucca Mountain est à 145 km de Las Vegas.

Enterré par le gouvernement américain, le projet de site de stockage de déchets nucléaires civils vient d’être exhumé par des magistrats de la NRC. Ce qui ne signifie pas qu’il entrera en service. Explications.

C’est un revers que vient de subir l’administration Obama. Trois commissaires de la Nuclear RegulatoryCommission (NRC, le gendarme du nucléaire américain, ndlr) s’opposent, en effet, à une part importante de la politique énergétique américaine.

Respectant une promesse de campagne, le président Obama, à peine installé à la Maison blanche, avait arrêté le projet de site de stockage de déchets nucléaires de Yucca Mountain (Nevada). Pour justifier cette décision, Steven Chu, son ministre de l’énergie, avait simplement indiqué que cette solution n’était plus d’actualité. Le projet était pourtant titanesque ; presque trop énorme pour être arrêté. Lancé en 1987, il avait pour but de stocker définitivement 11.000 conteneurs contenant les déchets nucléaires les plus dangereux, dans près de 70 kilomètres de galeries souterraines, creusées à 200 mètres sous la surface d’un volcan éteint. Les nombreuses études réalisées et le percement des galeries d’exploration ont coûté 10 milliards de dollars. Des chiffres qui n’ont pas fait vaciller le président Obama.


Mercredi 30 juin, les trois juges administratifs ont rappelé un important point de droit. Se basant sur la Nuclear Waste Policy Act of 1982, les magistrats ont indiqué que le gouvernement ne pouvait prendre, seul, la décision d’abandonner le projet de site de stockage des combustibles usés des centrales nucléaires américaines. Légalement, ont-ils indiqué dans leur arrêt de 47 pages, c’est conjointement au Congrès (la réunion des deux chambres) et au gouvernement de signer un tel acte. Ce qu’ont oublié, semble-t-il, les responsables du ministère de l’énergie.

Pour autant, les pelleteuses ne sont pas prêtes à reprendre le chemin du Nevada. Car, plus qu’il ne clarifie les choses, le jugement rendu mercredi ajoute de la confusion à la situation. En effet, il n’existe plus la moindre ligne de budget pour poursuivre l’aménagement du volcan situé à 145 km au nord-ouest de Las Vegas. De plus, la décision prise, en 1987, d’installer dans le désert du Nevada l’exutoire du nucléaire civil n’a jamais été consensuelle. Le sénateur de l’Etat, Harry Reid, par ailleurs chef de la majorité démocrate, a toujours combattu le projet. Un projet qui a aussi été critiqué par certains géologues, estimant qu’une formation volcanique n’était pas idéale pour stocker ad vitam aeternam des déchets à haute activité et à vie longue.

Justement, que vont devenir ces déchets ? Ils sont actuellement entreposés en piscine, dans des stockages à sec situés à proximité des centrales ou dans des centres spécialisés, situés dans les Etats de Washington et de Caroline du Sud. Une situation temporaire qui risque de se prolonger. Installée en 2009 par le président Obama, la commission de réflexion sur le devenir de ces résidus commence ses travaux. Et elle semble s’orienter vers le redémarrage du recyclage des combustibles usés plutôt que vers son stockage définitif. Mais, là encore, rien n’est encore arrêté. Si toutefois une telle décision était prise, il faudrait encore de nombreuses années avant de mettre en service une usine de retraitement comparable à celle exploitée par Areva à La Hague (Manche).

En attendant, les électriciens pestent. Pour financer l’aval du cycle du combustible, ils sont tenus de prélever une taxe d’un dollar par mégawattheure (MWh) produit. Cet argent abonde un fonds destiné à financer la construction du site de… Yucca Moutain. En pure perte, pour le moment.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 01 oct. 2010, 13:10

Projet de centrale nuke de Toshiba aux USA, Texas , pour 10 milliards de $, avec financement par un prét accordé par Japan Bank for International Cooperation pour une partie ( 4 milliards de $). .
Japan Plans First Overseas State Loan for $10 Billion U.S. Nuclear Project

The Japan Bank for International Cooperation may lend as much as $4 billion for a nuclear plant project in Texas that would be the country’s first state financing for an atomic power station abroad.

Government-run JBIC will probably offer a loan provided that the project is guaranteed by the U.S. government, Tadashi Maeda, head of the bank’s corporate planning department, said in an interview yesterday in Tokyo. The loan may be as large as $4 billion, said Toshiro Kudama, an official at Tokyo Electric Power Co., which has an accord to invest in the initiative.

The $10 billion program led by NRG Energy Co. will use reactors made by Toshiba Corp., the Japanese company that bought U.S. nuclear equipment maker Westinghouse Electric Co. in 2006. A loan deal would encourage utilities to boost investment in nuclear projects abroad, in line with Prime Minister Naoto Kan’s goal of exporting infrastructure technology to spur the economy.

..........
http://www.bloomberg.com/news/2010-10-0 ... oject.html

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par krolik » 06 oct. 2010, 15:42

j'ai trouvé dans un "Enerpresse" de Septembre un papier qui montre que les USA pourraient rapidementrenoncer au dogme Carter de non retratement.

Pour Info:
@+
Un article paru dans ENERPRESSE du 6 Spetembre 2010:
" États-Unis : Vers un retour de
la fermeture du cycle nucléaire ?

Mise en place en début d’année par le secrétaire d’État
à l’Énergie américain, Steven Chu, la Blue Ribbon Com-
mission on America’s Nuclear Future (cf. Enerpresse
n° 10003) commence à donner de la voix. Comme son
nom l’indique cet aréopage est destiné à conseiller sur
l’avenir nucléaire de l’Amérique, plus particulièrement
sur les moyens de mettre en oeuvre une gestion durable
des déchets nucléaires et combustibles usés outre-At-
lantique, après l’abandon de Yucca Mountain comme
stockage définitif pour l’ensemble des centrales améri-
caines. La semaine dernière, rapporte WNN, lors d’une
audition devant la sous-commission sur les réacteurs et
le cycle du combustible du Congrès, la Blue Ribbon a
indiqué qu’ils pourrait y avoir des «bénéfices significa-
tifs» à la mise en oeuvre d’une solution reposant sur le
retraitement et le recyclage dans le cadre de la stratégie
nucléaire américaine.
Une option qui, depuis des années, et comme l’a rappelé
Alan Hanson, vice-président chargé des technologies de
la filiale américaine d’Areva, pour des motifs liés à la
prolifération nucléaire, avait été abandonnée, elle-aussi,
à l’exception notable de l’accord avec les Russes dans
le cadre du désarmement nucléaire (mégatonnes contre
mégawatts). Mais, aujourd’hui, sans issue pour la fin de
cycle, les États-Unis, où le programme de construction
de nouveaux réacteurs est en cours, alors même que les
piscines des centrales se remplissent de combustibles
usés, pourraient gagner à reconsidérer leur point de
vue. D’autant que, côté prolifération, l’absence d’option
recyclage des USA n’a pas empêché France, UK, Japon
et Russie, d’avancer sur le retraitement. Et que rien
n’empêchera désormais Chine et Inde de suivre cette
voie. Jack Fuller, le président de GE-Hitachi Nuclear
Energy, a, de son côté, signalé que la contribution versée,
depuis 1982, par les électriciens nucléaires américains
pour la mise en oeuvre d’un stockage définitif sur le site
du Nevada (Yucca Mountain), qui a freiné le retour du
nucléaire outre-Atlantique, pourrait peut-être être mise à
profit dans un tel cadre. Et de signaler qu’alors que «nous
avons estimé que la fermeture du cycle du combustible
était trop complexe à résoudre, en réalité, ce n’est pas
plus complexe que ce que nous faisons tous : recycler et
réutiliser des déchets.»

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 07 oct. 2010, 13:12

Areva : contrat d'ingénierie avec l'américain TVA.

(CercleFinance.com) - Areva annonce avoir remporté un contrat d'ingénierie auprès de l'électricien américain TVA, portant sur l'achèvement possible du réacteur 1 de la centrale de Bellefonte, située dans le nord de l'Alabama.

Le groupe nucléaire réalisera des travaux d'ingénierie, de licensing et de fabrication de composants, avec une mise en service éventuelle du réacteur à horizon 2018-2019.

Areva aura en charge les travaux d'ingénierie de l'îlot nucléaire, de la salle de contrôle et du système de contrôle-commande numérique.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 0464b2b281

la centrale de Bellefonte sur Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Bellefonte ... ng_Station
deux tranches devaient etres installées et les travaux on été suspendus en cours de route. (la raison ne semble pas mentionnée dans l' article Wikipedia).

Image

Le gros oeuvre est fait, manque l' intérieur.

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1350
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

[Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Message par paradigme » 10 oct. 2010, 20:11

Les voyous de la finance sont toujours là pour tout cassés, on a connu des voyous acheter à prix d'or des sociétés bidons... rappeler vous France Telecom and co... on a connu des voyous vendre des société de l'état (de nos impôts) à des prix ridicules, les autoroutes, une partie de la SNCF et maintenant on s'aperçoit qu'EDF a acheté des boîtes pourris à prix d'or... dormez braves gens...

Nucléaire : les ambitions d'EDF aux Etats-Unis ébranlées

LEMONDE.FR avec AFP | 10.10.10

Le partenariat franco-américain dans le nucléaire a subi un sérieux revers ce week-end. En cause : le retrait du groupe Constellation Energy d'un projet de construction d'un réacteur nucléaire de nouvelle génération mené conjointement avec le français EDF à Calvert Cliffs, dans le Maryland.

http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par krolik » 05 nov. 2010, 09:56

Homolagation en cours d'un Gen
02/11/2010 à 16h20
GE Hitachi Nuclear Energy : du nouveau !
(Boursier.com) -- GE Hitachi Nucle aux USA.

http://www.boursier.com/vals/ALL/ge-hit ... 406764.htm

ar Energy (GEH) a annoncé que son réacteur nouvelle génération ESBWR avait passé un important contrôle de sécurité effectué par un comité consultatif de la NRC, l'autorité de sûreté nucléaire américaine.
Ce succès permet à la société de compter sur l'homologation de la conception de l'ESBWR, qui va à présent être soumise au processus réglementaire fédéral. L'obtention de l'agrément final de la NRC est donc envisageable d'ici l'automne 2011.
Dans son courrier du 20 octobre 2010 rendu public aujourd'hui, le comité consultatif indépendant de la NRC chargé du contrôle des réacteurs (ACRS) émet sa recommandation de sécurité concernant la conception de l'ESBWR, nécessaire pour qu'une nouvelle technologie de réacteur soit homologuée. À partir de ce moment-là, le processus d'homologation dure environ un an, en respectant le programme de la NRC. La technologie GEH est donc sur le point de devenir un modèle de réacteur homologué " Generation III+ ". GE a soumis l'ESBWR à l'approbation de la NRC en août 2005.
"La conception de l'ESBWR est résistante et nous avons l'assurance qu'il peut être construit et qu'il peut fonctionner sans risque undu pour la santé et la sécurité publique" a écrit Saïd Abdel-Khalik, président de l'ACRS, dans la recommandation de l'agence.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59202
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Nucléaire] Relance du nucléaire aux USA.... ou pas ?

Message par energy_isere » 23 déc. 2010, 19:57

Nucléaire : Course contre la montre pour EDF aux USA

EDF a laissé passer une chance de s'implanter dans le nucléaire aux Etats-Unis, où les perspectives de la filière atomique française se jouent désormais contre la montre, selon des informations obtenues par l'AFP auprès de plusieurs sources concordantes.

Depuis qu'il a perdu en octobre son partenaire Constellation, le groupe français clame son intention de retrouver un associé américain pour sa filiale Unistar, afin de mener à bien son projet de construction d'un réacteur à Calvert Cliff, dans le Maryland (Est du pays).

Selon plusieurs sources au fait de la situation, EDF a cependant laissé passer une occasion unique en refusant une offre de garantie de prêt de 7,5 milliards de dollars présentée par le ministère de l'Energie (DoE) et nécessaire au financement de son projet.

Le DoE avait "proposé une lettre d'engagement conditionnelle sur Unistar mais les termes n'ont pas plu" à EDF, a-t-on indiqué de source gouvernementale.

L'offre du ministère ne liait pourtant aucune des deux parties définitivement et laissait de la place à la négociation.

"EDF dit vouloir chercher un partenaire, mais en n'acceptant pas la garantie de prêt, il se prive du financement du projet, son principal atout pour trouver un associé", fait remarquer un proche du dossier.

Le groupe français doit absolument trouver un actionnaire local pour Unistar car la loi impose que les sociétés exploitant des réacteurs nucléaires soient à capitaux majoritairement américains.

..............
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 4fffcf5e08

Répondre