Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10221
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par mobar » 20 mars 2014, 18:52

ToTheEnd a écrit :Bientôt le 28ème anniversaire de cette affaire avec un article qui apporte des photos toujours aussi impressionnantes:

http://www.slate.com/blogs/behold/2014/ ... n_his.html

Je suis aussi sur les rangs pour aller faire un peu de tourisme photographique mais seulement d'un point de vue urbanistique...

T
Des centrales qui génèrent de l'emploi et du business 28 ans après leura fermeture, voila ce qu'il faut au gouvernement pour inverser la courbe du chômage.

Si on avait quelques sites candidats en France cela devrait réjouir nos élites, elles feraient d'une pierre deux coups, arrêter le nuke sans avoir à prendre de décision et régler le problème du chômage dans les zones contaminées.

J'ai bon?

Bientôt Fessenheim donnera du boulot aux alsaciens, yaka espérer que ce sera du boulot de démantèlement dans les règles de l'art plutôt que des jobs de liquidateurs Tchernobylesques :mrgreen:
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 19 mai 2014, 20:31

petit retour au le 28 avril 1986 :
Quand "Forsmark" alerta le monde de la catastrophe de Tchernobyl

L’alarme a retentit à Forsmark, la deuxième plus grande centrale nucléaire en Suède, alors qu’un des employés passait devant un détecteur de radiation en revenant de sa pause.
Le personnel craignait qu’un incident ait eu lieu dans la centrale, mais après un examen minutieux, il a été découvert que la source de rayonnement était en fait située à environ 1 100 kilomètres de là : à Tchernobyl, en Ukraine.

La détection rapide de la centrale de Forsmark, à une heure de route au nord de Stockholm, a joué un rôle crucial en forçant les autorités soviétiques à faire un rapport sur la catastrophe survenue à Tchernobyl en avril 1986.

Lorsque l’alarme a retentit à Forsmark, en début de matinée le 28 avril 1986, il était difficile de savoir où la fuite radioactive avait eu lieu ............

..................
http://www.enerzine.com/2/17280+quand-f ... obyl+.html

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par sherpa421 » 04 sept. 2014, 08:58

Les sangliers toujours radioactif en Allemagne :
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/ ... L-32280515
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

oleotax
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 903
Inscription : 11 janv. 2007, 15:22

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par oleotax » 05 sept. 2014, 22:36


Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par sherpa421 » 09 sept. 2014, 09:24

Qu'est ce qu'un article sur Fukushima vient faire dans "Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours" ?
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

oleotax
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 903
Inscription : 11 janv. 2007, 15:22

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par oleotax » 09 sept. 2014, 09:29

sherpa421 a écrit :Qu'est ce qu'un article sur Fukushima vient faire dans "Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours" ?
Des comparaisons , saisir les dimensions des choses

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 09 nov. 2014, 12:04

Tchernobyl/arche: la fin des travaux repoussée à 2017 faute d'argent

24 octobre 2014 - RIA Novosti

La centrale nucléaire accidentée de Tchernobyl (Ukraine) sera dotée d'un nouvelle enceinte de confinement en novembre 2017 au lieu de 2015 faute de financement, a annoncé vendredi l'agence japonaise Kyodo.

"Il manque près de 615 millions d'euros pour réaliser le projet dans les délais prévus", a indiqué Vince Novak, directeur du département pour la sûreté nucléaire de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), cité par l'agence.

Le responsable a mis en valeur l'importance de collecter les fonds nécessaires au plus vite, puisque le sarcophage qui protège le réacteur N°4 de la centrale de Tchernobyl depuis l'accident de 1986, arrivera en fin de durée de vie en 2016.

A Tchernobyl, la BERD réalise les projets de construction de l'arche de confinement, d'une installation de traitement des déchets radioactifs liquides et d'un dépôt de déchets radioactifs solides. La banque compte demander des fonds supplémentaires auprès des pays du G7, notamment du Japon.

Les travaux de construction de la nouvelle enceinte de confinement pour la centrale de Tchernobyl se déroulent en Ukraine depuis le 26 avril 2012. Le maître d'œuvre du projet est la coentreprise NOVARKA, détenue à parts égales par les sociétés françaises VINCI Construction Grands Projets et Bouygues Travaux Publics.

L'explosion qui a complètement détruit le 4e réacteur de la centrale de Tchernobyl s'est produite dans la nuit du 25 au 26 avril 1986, provoquant la contamination radioactive d'une zone de 160.000 km² dans le nord de l'Ukraine, l'ouest de la Russie et le sud-est de la Biélorussie. La catastrophe de Tchernobyl a été classée au niveau 7, soit le plus élevé de l'échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques (INES). Elle était considérée comme le plus grave accident nucléaire de l'histoire jusqu'à ce que la catastrophe de la centrale japonaise de Fukushima obtienne le même niveau de gravité.
http://fr.ria.ru/world/20141024/202813011.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 22 mars 2015, 13:17

Reportage de la BBC sur le chantier en cours.

Le dôme sarcophage est à ''double peau.''
Chernobyl: Containing the world's worst nuclear accident

BBC 18 March 2015

Rising above the scene of the world’s worst nuclear accident is the spectacular sight of the largest moveable structure ever created on land.

Image

Image

......
The confinement system involves some seriously challenging engineering – it’s designed to withstand a magnitude 6 earthquake, a Category 3 tornado and temperature extremes ranging from -43C to +45C.

A double skin creates a cavity between the inner and outer walls that helps regulate temperature and humidity, and a complex ventilation system uses a system of negative pressure to keep any radioactive dust trapped inside.
.......

Image
The size of the building can only really be conveyed using a very wide-angle lens
http://www.bbc.com/news/science-environment-31939778

29ieme anniverssaire dans un mois.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 23 mars 2015, 20:13

Je crois pas qu' on ai posté cette image dans ce fil sur le corium de Tchernobyl.

Je viens de la mettre sur forum bulle immo.


Image
source : http://www.volumevisuel.fr/Collections/ ... eurs/00572
Du corium à Tchernobyl en 1996, les points de lumières sont dû à la radioactivité qui interfère avec la pellicule, noter le peu de protection que l'ouvrier a. Source:Systematic failure © 2003/4 Tice

Dès la fin de la construction du sarcophage. Des équipes de chercheurs se mirent à la recherche du combustible radioactif qui restait dans le réacteur. Une partie c’était échappé sous forme de poussière, mais une partie non négligeable était toujours emprisonné dans le coeur du réacteur. Les experts russes craignaient en effet que l’uranium restant dans le réacteur puisse atteindre une masse critique et provoquer une nouvelle explosion, surtout que les instruments détectaient des sources de chaleur au coeur du réacteur. Le but de l’expédition était de retrouver le combustible et savoir s’il était en état de provoquer une nouvelle réaction nucléaire. Les conditions dans lesquelles travaillaient les scientifiques étaient excessivement dangereuses. Les hauts taux de radiations à l’intérieur du sarcophage, un équipement inadapté et les dangers que représentent la poussière radioactive qui était rester pris dans le réacteur rendait le travail des scientifique dangereux et les exposaient à des niveaux presque suicidaire de radiations. Cela pris plusieurs mois, mais ils finirent par découvrir ce qu’il était arrivé. Le coeur du réacteur était devenu tellement chaud qu’il avait fait fondre le fond en béton du réacteur et c’était écoulé dans le sous-sol de la centrale sous forme de magma radioactif. Cela rassura momentannément les experts car, sous cette forme, les chances d’une nouvelle réaction étaient presque nulles. Toutefois le nouveau matériel formé par cet amalgame d’uranium, de béton et de graphite, appelé Corium, vieilli très vite et a tendance à émettre de façon presque spontanée de la poussière radioactive, ce qui crée un problème à long terme. (Source : À l'ombre de Tchernobyl)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 31 mars 2015, 11:21

Quel appétit !
A Tchernobyl, une bactérie mangeuse d'uranium

31 Mars 2015 enerzine

Une bactérie provenant de sols contaminés de Tchernobyl a le don « d'avaler » l'uranium en le minéralisant. Une nouvelle piste pour la décontamination.

Tout commence en 2008, lorsque les chercheurs du CEA-IBEB et du CNRS, guidés par leurs collègues de l'IRSN1 et de l'UIAR2, prélèvent des échantillons de sols contaminés dans la zone d'exclusion de Tchernobyl.

« Notre rôle était d'aider l'IRSN à prendre en compte le compartiment vivant dans leur modélisation afin de prévoir le comportement et la migration des radionucléides dans les sols, raconte Virginie Chapon, biologiste au CEA-IBEB. Le sol est un fantastique réservoir de bactéries et celles-ci sont capables de piéger ou de d'accélérer la migration des radionucléides. »

Les chercheurs ramènent dans leurs tubes à essai pléthore de bactéries, dont une qui retient leur attention. Baptisée Microbacterium sp.A9, elle tolère de fortes concentration en uranium.

Cultivée puis mise en contact avec de l'uranium dans les éprouvettes de Cadarache, Microbacterium sp.A9 a révélé deux modes de piégeage du radionucléide. Pour le découvrir, les chercheurs ont mesuré pendant 24h la quantité d'uranium qui s'associe aux cellules et observé les mécanismes de sa séquestration grâce à une combinaison d'approches spectroscopiques et microscopiques. Tout d'abord, l'uranium vient se coller à certains éléments de la bactérie. Cette biosorption est rapide et ne nécessite pas une participation active des bactéries3.

Ensuite, les bactéries se débarrassent activement de l'uranium en l'expulsant, mais cette étape est transitoire. « Si un tel mécanisme a déjà été décrit pour certains métaux, c'est une première pour l'uranium, s'enthousiasme Virginie Chapon. »

Enfin, une seconde séquestration a lieu, définitive cette fois. Les cellules de la bactérie emprisonnent alors de grandes quantités d'uranium via un processus de biominéralisation. Cette seconde étape nécessite cette fois que les bactéries soient actives. Elle donne lieu à la formation d'autunite, un minéral constitué d'uranium, de phosphate et de calcium, à l'intérieur des cellules.

« Difficilement utilisable dans les sols, cette bactérie pourrait être en revanche utilisée pour dépolluer des eaux contaminées, souligne la biologiste. L'uranium sera piégé sous forme d'autunite solide dans les bactéries qu'il suffira de récupérer par centrifugation ou par décantation. »

1- Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
2- Ukrainian Institute of Agricultural Radiology
3- Ce phénomène est chimique. Il est observé y compris à basse température, lorsque les bactéries sont « endormies ».
http://www.enerzine.com/2/18278+a-tcher ... nium+.html

et ca n' est pas un poissons d' avril en préparation pour demain :
http://www-dsv.cea.fr/dsv/instituts/ins ... onucleides

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10221
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par mobar » 31 mars 2015, 15:22

Des bactéries qui boulottent des métaux ce n'est pas nouveau, on voit ça tous les jours
Chaque jour des bactéries dévorent 450 kilos de métal du Titanic par 3800 mètres de fond, là où il est échoué. Ces millions de bactéries détériorent le navire à grande vitesse et bientôt il ne restera que le moteur et les grosses structures du navire qui perd environ 165 tonnes par an
http://www.planetoscope.com/Etonnant/11 ... eries.html

Qu'en est il de la radioactivité et des radionucléides?
Des bactéries capables de transmuter les transuraniens en composés métalliques stables, ça oui ce serait un scoop!

Mais pas un mot d'enerzine là dessus, encore de la com de journaleux en mal de copie
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

EPE_bel
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 981
Inscription : 04 mars 2014, 09:26

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par EPE_bel » 31 mars 2015, 15:50

Qu'en est il de la radioactivité et des radionucléides?
Des bactéries capables de transmuter les transuraniens en composés métalliques stables, ça oui ce serait un scoop!
Ça remettrait juste un petit peu en question des fondamentaux de la physique! :ugeek:
Les radionucléides on peut juste les disperser (volontairement ou non) ou les rassembler (stockage), voire les recycler pour un deuxième tour de manège (MOX) . Le reste n'est que question de désintégration, donc de temps. Après qu'il existe des formes de vie radio-résistantes ou même radiophiles est scientifiquement passionnant :)
Autrefois EPE http://www.oleocene.org/phpBB3/memberli ... file&u=110 Accès au compte perdu

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1228
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par tita » 31 mars 2015, 16:53

Tiens, ça me fait penser à un cueilleur de champignons que j'avais croisé près de chez moi et qui, en réalité, récoltait des bolets pour mesurer le taux de césium 137 dans le sol, résultant de l'accident de Tchernobyl. Mais j'ai jamais entendu parler de décontamination au champignon.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 31 mars 2015, 19:07

mobar a écrit :......Des bactéries capables de transmuter les transuraniens en composés métalliques stables, ça oui ce serait un scoop!

Mais pas un mot d'enerzine là dessus, encore de la com de journaleux en mal de copie
car ça ne risque pas d' arriver. Contraire à la physique.
Il n' y a donc pas de journaleux en mal de copie.

A moins que Mobar suive Louis Kervran dans ses délires ? =;
Je prépare la poubelle au cas ou.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10221
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par mobar » 31 mars 2015, 23:14

energy_isere a écrit :
mobar a écrit :......Des bactéries capables de transmuter les transuraniens en composés métalliques stables, ça oui ce serait un scoop!

Mais pas un mot d'enerzine là dessus, encore de la com de journaleux en mal de copie
car ça ne risque pas d' arriver. Contraire à la physique.
Il n' y a donc pas de journaleux en mal de copie.
Un article sans intérêt, bien ce que je disais
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre