Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 15 nov. 2016, 19:30

Usine Nouvelle met en ligne un petit time lapse du début du poussage de l' arche !

http://www.usinenouvelle.com/article/a- ... ce.N464048

ci dessous les vérins :
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 19 nov. 2016, 20:23

Pas de nouvelles du poussage.

A ce demander si il y a pas eu un problème empêchant la mise en place compléte. :-k

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 21 nov. 2016, 18:57

Une nouvelle vie axée sur les énergies renouvelables pour Tchernobyl ?

Usine Nouvelle le 21/11/2016

Deux sociétés chinoises, GCL-SI et CCEC, ont conclu un accord pour construire un parc de panneaux photovoltaïques sur la zone contaminée de 30 km² située autour de Tchernobyl. Cet accord survient après que le gouvernement ukrainien ait déclaré en octobre vouloir offrir à cette zone une nouvelle vie axée sur les énergies renouvelables.

Trente après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, une large partie de cette région reste fortement contaminée par les retombées radioactives. En d’octobre dernier, le gouvernement ukrainien a annoncé vouloir développer, dans la zone interdite autour de la centrale accidentée, des installations d'énergies renouvelables.

Le pays s'oriente vers le choix d'un vaste parc de panneaux photovoltaïques puisque "ces terrains sont peu chers et très ensoleillés", a déclaré Ostap Semeral, le ministre de l’Environnement et des ressources naturelles dans un communiqué. "De plus, les installations de transmission électriques restantes sont prêtes à être réutilisées", a-t-il ajouté.

La construction débutera en 2017


Deux sociétés chinoises ont conclu un accord dans le but de construire ce parc : GCL System Integration Technology Corporation (GCL-SI), une filiale du groupe GCL, et China National Complete Engineering (CCEC), une filiale de Sinomach. Cette dernière gérera le projet global en tant que cocontractant général et GCL-SI offrira des services de conseil et de planification, ainsi que des installations photovoltaïques pour le projet, détaille le communiqué.

La construction de l'installation photovoltaïque de plus d'1 GW devrait débuter en 2017. "Une fois ce projet achevé, Tchernobyl attirera à nouveau l'attention du monde entier en tant que site revivifié axé sur l'énergie solaire", pense savoir Shu Hua, le président de GCL-SI.

Mi novembre, une étape a été franchie pour reprendre le contrôle de la zone fortement radioactive avec le positionnement d'une arche géante au-dessus du réacteur nucléaire endommagé. Cette installation bâtie pour un siècle va permettre de mieux confiner les émissions polluantes et d'entamer les premières phases du démantélement.
http://www.usinenouvelle.com/article/un ... yl.N466618

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 29 nov. 2016, 11:48

L'Ukraine inaugure ce mardi le dôme de confinement qui recouvre le réacteur accidenté de la centrale nucléaire de Tchernobyl,
un projet hors normes de deux milliards d'euros financé par la communauté internationale et qui doit assurer la sécurité du site pour les 100 ans à venir.

En forme d'arche, cette cloche de confinement, qui a été inaugurée lors d'une cérémonie débutant à 10H00 GMT, est une ossature métallique de 25.000 tonnes (36.000 tonnes avec les divers équipements prévus), de 108 mètres de haut et de 162 mètres de long.

Image
Photo fournie par le service de presse de la BERD, le 14 novembre 2016, montrant le nouveau sarcophage recouvrant la centrale de Tchernobyl

"Ce qui revient à pouvoir couvrir le Stade de France ou la Statue de la Liberté", résume dans un communiqué Novarka, coentreprise des groupes français Bouygues et Vinci, qui a conçu et réalisé l'arche.

D'une durée de vie d'au moins 100 ans, selon les constructeurs, elle doit permettre de confiner les matières radioactives et le sarcophage existant. De plus, la cloche de confinement dispose d'équipements qui vont permettre de procéder aux opérations futures de démantèlement du réacteur numéro 4.
http://www.boursorama.com/actualites/l- ... 090ff4615c
..............« Nous avons célébré aujourd'hui à Tchernobyl la fin réussie de l'opération du poussage de l'arche, une étape-clé avant l'aboutissement du programme international pour transformer Tchernobyl en un site sûr et sans danger pour l'environnement d'ici novembre 2017 », ont-ils ajouté. L'arche ne sera en effet opérationnelle que fin 2017, le temps d'installer et de mettre en service ses divers équipements.............
http://www.lepoint.fr/environnement/tch ... 0_1927.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 29 nov. 2016, 12:16

Et un très bon article de Les Echos avec Myriam Chauvot, envoyée spéciale à Tchernobyl :
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 046468.php

La poussée des 36.000 tonnes d'acier et de béton de l'enceinte de confinement de Tchernobyl avait commencé le 14 novembre, pour lui faire franchir les 327 mètres la séparant du réacteur accidenté qu'elle devait recouvrir.

Lentement, à raison de 60 centimètres par poussée, effectuée par plus de 200 vérins hydrauliques, l'arche de 162 mètres de long et de 108 mètres de haut a glissé. Et vient de trouver, au-dessus du réacteur, la position qui sera désormais la sienne pour au moins un siècle . « Nous avons achevé la poussée dimanche à 17h30. Une étape énorme vient d'être franchie », a annoncé ce lundi soir Nicolas Caille, le patron de Novarka, le consortium de Bouygues et Vinci chargé du chantier de Tchernobyl, lors d'un dîner avec les médias français venus pour l'évènement.

2,1 milliards d'euros de travaux

Pour marquer le confinement définitif du réacteur accidenté en 1986, ce mardi matin, de 500 à 600 personnes, dont 200 médias, vont se rendre sur le site, où une tente a été érigée à 300 mètres de l'arche. Novarka, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) - qui a financé les 2,1 milliards d'euros de travaux de Tchernobyl - les pays donateurs, l'autorité de sûreté nucléaire ukrainienne (la CHNPP) et le gouvernement, tous ont tenu à être là, pour ce qui ne devait être, à l'origine, qu'une visite de presse à l'initiative de Bouygues et de Vinci afin de marquer ce tournant du chantier.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... SOf8z8P.99

Ce n'est pas la fin des travaux pour le tandem français de Novarka. « Le contrat signé en 2007 s'achève le 30 novembre 2017, précise Nicolas Caille. Nous avons maintenant un an pour poser les membranes d'étanchéité de l'arche et procéder à tous les tests de ventilation, d'étanchéité, d'incendie, etc ». Car l'arche a un double rôle : confiner les poussières radioactives, pour empêcher leur diffusion, mais aussi servir d'espace pour la déconstruction future du vieux sarcophage construit en 1986 et qui n'avait qu'une durée de vie de trente ou trente-cinq ans ainsi que du réacteur pour gérer les matières nucléaires.

............................

Trouver des robots pour affronter le magma radioactif

Assemblée à 300 mètres du réacteur, l'enceinte a été dotée, en perspective des futures opérations de démantèlement, de porte-outils ainsi que de deux ponts roulants de 100 mètres de long et de 800 tonnes chacun, accrochés à sa voûte, à 100 mètres du sol. Ces ponts roulants d'une taille hors norme serviront lorsqu'il faudra casser le béton, scier les poutres d'acier et récupérer les matières radioactives du réacteur. Au passage, ceci impliquera, une fois démantelé le sarcophage russe de 1986 confinant encore 80% du magma hautement radioactif, d'avoir trouvé les robots adéquats pour des interventions sans présence humaine.

Le démantèlement sera donc un travail de longue haleine et qui commencera...on ne sait quand. Jusqu'à présent, Tchernobyl a déjà coûté 2 milliards d'euros, dont 1,5 milliard pour le contrat Novarka. Pour l'heure, si la BERD a financé les 2 milliards, elle n'a pas de fonds prévus pour la suite. La déconstruction demanderait un nouveau tour de table de pays donateurs. L'arche ayant, dans le cadre du contrat de Novarka, une durée de vie minimale de 100 ans, le danger est qu'il ne se passe plus rien avant longtemps.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13337
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par GillesH38 » 29 nov. 2016, 14:17

maintenant que c'est bien confiné, y a qu'a développer une activité touristique autour genre "tchernobyland" pour financer la suite du projet :smt077
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

EPE_bel
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 981
Inscription : 04 mars 2014, 09:26

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par EPE_bel » 29 nov. 2016, 14:22

GillesH38 a écrit : y a qu'a développer une activité touristique autour genre "tchernobyland"
Ca existe déjà https://www.chernobylwel.com/FR/765/tou ... l-2-jours/ ;-)
Le séjour dans la zone de Tchernobyl est-il dangereux?

Oui, de la même manière que dans tout autre endroit au monde.

Le rayonnement est plus élevé seulement dans certains endroits, qui peuvent facilement être contournés lors de la visite. Un séjour de deux jours dans ces lieux va rayonner le corps humain avec la même quantité (0,001) de rayons X comme un examen médical ou plusieurs heures passées dans un avion. En chiffres, vous recevrez 5-7 microsieverts de rayonnement gamma - une dose absolument non nuisibles. A titre de comparaison, la plupart des centrales nucléaires à travers le monde ont une limite de sécurité pour leurs employés fixés à 50-100 microsieverts par jour. Lors d'une visite d'une rétro-journée vous recevrez encore moins: 2-3 microsieverts de rayonnement gamma. Très probablement, vous obtiendrez plus de rayonnement au cours de votre vol à destination de Kiev.
Autrefois EPE http://www.oleocene.org/phpBB3/memberli ... file&u=110 Accès au compte perdu

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 29 nov. 2016, 18:26

[Vidéo] L'arche de confinement recouvre enfin la centrale nucléaire de Tchernobyl

29 Nov 2016 Usine Nouvelle
Ca y est la vidéo time lapse de l' ensemble du poussage jusque la mise en place finale est visible !
: http://www.usinenouvelle.com/article/vi ... yl.N470253

Etonnant que je soit obligé de faire la capture d'écran de la vidéo pour avoir l' arche au dessus de la centrale.
Pas trouvé la photo dans les média.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8632
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par Remundo » 29 nov. 2016, 20:56

joli toboggan ! :-o

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 12 janv. 2018, 21:33

suite de ce post du 21 nov 2016 : viewtopic.php?p=395635#p395635
Une centrale solaire à Tchernobyl

Par Sciences et Avenir avec AFP le 11.01.2018

L'Ukraine se prépare à lancer sa première centrale solaire dans la zone contaminée par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, pour redonner vie à ce territoire abandonné.

Image

D'une puissance relativement symbolique d'un mégawatt, la centrale se trouve à seulement une centaine de mètres du nouveau "sarcophage" en acier étanche qui recouvre les restes du réacteur accidenté de Tchernobyl, théâtre en 1986 du pire accident nucléaire de l'Histoire. Une telle centrale peut couvrir la consommation d'environ 2.000 foyers vivant en appartements, explique à l'AFP Evguen Variaguine, directeur de l'entreprise ukraino-allemande Solar Chernobyl qui a réalisé ce projet.

Le groupe a dépensé un million d'euros dans cette structure d'environ 3.800 panneaux photovoltaïques installés sur 1,6 hectare, le double de la pelouse d'un stade de football. Il espère rentabiliser le projet d'ici à sept ans. A partir de cette unité qui doit être inaugurée dans les semaines à venir, le groupe prévoit d'atteindre un total de 100 mégawatts dans la zone où le niveau d'ensoleillement "est le même que dans le sud de l'Allemagne", souligne M. Variaguine.

L'Ukraine cherche à développer sa propre production d'énergie après l'arrêt brutal de ses achats de gaz russe en pleines tensions entre Moscou et Kiev. Elle veut aussi redonner une seconde vie à la zone d'exclusion de Tchernobyl qui entoure dans un rayon de 30 kilomètres la centrale nucléaire accidentée, à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, près de la frontière bélarusse.

Terre contaminée

Le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986 contaminant, selon certaines estimations, jusqu'aux trois quarts de l'Europe. Après cette catastrophe, les autorités soviétiques ont évacué des centaines de milliers de personnes et un vaste territoire, couvrant plus de 2.000 kilomètres carrés, est resté abandonné. Trois autres réacteurs de la centrale ont continué de fonctionner après le drame mais le dernier a été fermé en 2000, marquant la fin de toute activité industrielle à Tchernobyl.

L'Homme ne pourra pas revenir vivre dans cette zone "pendant encore 24.000 ans" mais une prudente exploitation industrielle redevient possible, estiment les autorités ukrainiennes."Ce territoire ne peut évidemment pas être utilisé pour l'agriculture, mais il convient tout à fait pour des projets innovants et scientifiques", assurait à l'AFP en 2016 le ministre ukrainien de l'Environnement Ostap Semerak.

L'installation fin 2016 d'une gigantesque chape étanche au-dessus des ruines du réacteur accidenté a contribué à la réalisation du projet. Financé par la communauté internationale, le nouveau dôme a recouvert le vieux "sarcophage" en béton, fissuré et instable, et permis de mieux isoler le magma hautement radioactif resté dans le réacteur. Résultat: le taux de radioactivité à proximité de la centrale a été divisé par dix en un an, selon les estimations officielles.

Des précautions restent nécessaires: les supports des panneaux photovoltaïques de Solar Chernobyl ne sont pas plantés directement dans la terre contaminée, mais fixés sur des socles en béton posés à même le sol. "Nous ne pouvons pas forer ou creuser ici en raison des règles de sécurité", explique M. Variaguine.

Investissements difficiles

Le consortium qui l'emploie a déjà construit en 2016 une centrale solaire d'un peu plus de quatre mégawatts dans la zone irradiée au Bélarus voisin, à plusieurs dizaines de kilomètres de Tchernobyl. Côté ukrainien, les autorités ont mis à disposition près de 2.500 hectares pour de tels projets. Elles ont déjà reçu une soixantaine de propositions de la part de groupes étrangers --danois, américains, chinois, français-- , selon Olena Kovaltchouk, porte-parole de l'administration locale. Facteur encourageant, Kiev achète l'énergie solaire à un tarif qui "dépasse en moyenne de 50% celui appliqué en Europe", explique à l'AFP Oleksandr Khartchenko, directeur exécutif du Centre des recherches énergétiques de Kiev.

La ruée des investisseurs occidentaux vers Tchernobyl n'est cependant pas pour demain, prévient cet expert, vu le poids de la bureaucratie et de la corruption endémiques en Ukraine. "Il est très important d'avoir des garanties que le travail dans la zone de Tchernobyl sera sûr", prévient de son côté Anton Oussov, conseiller de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), qui ne prévoit pour l'instant aucun investissement dans ce domaine en Ukraine.
https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... byl_119769

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 25 juin 2018, 20:11

Le rêve américain des chiens de Tchernobyl


Image
Des bénévoles de la fondation américaine Clean Cultures Fund (CFF) s'occupent de chiens errants dans un hôpital près de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 8 juin 2018 en Ukraine / © AFP / Sergei SUPINSKY

Des aboiements et glapissements rompent le calme qui règne autour de Tchernobyl: dans la zone irradiée par le pire accident nucléaire de l'Histoire, des chiens errants se préparent à une nouvelle vie aux Etats-Unis.

Il y a trente ans, le long immeuble d'où viennent ces sons servait de "centre de désinfection" pour les employés de la centrale, qui s'y changeaient après leur travail et s'y soumettaient à un traitement sanitaire.

Aujourd'hui, c'est devenu un hôpital pour les chiens errants dont regorge la zone d'exclusion entourant la centrale accidentée dans un rayon de 30 kilomètres, quasi inhabitée depuis le drame survenu en 1986.

Un projet d'adoption de ces animaux a été lancé par la fondation américaine Clean Cultures Fund (CFF). Son cofondateur Lucas Hixson, venu pour la première fois à Tchernobyl en 2013 en tant que spécialiste de la radiation, a été surpris du nombre de chiens dans la zone et a fini par en adopter un l'an dernier.

Le nom de son chouchou est "Dva" (deux en ukrainien), référence au fait qu'il s'agit du deuxième chien de Tchernobyl à être adopté. Mais les volontaires du CFF espèrent que 200 autres connaîtront un destin similaire au cours des deux prochaines années.
..................

Hormis les radiations, dont l'impact reste difficile à évaluer, les chiens souffrent des hivers durs, de maladies et... des loups qui errent dans la zone d'exclusion devenue une gigantesque réserve biologique.

Ces prédateurs sont responsables d'un tiers des décès de chiens de Tchernobyl au cours des cinq dernières années, souligne Mme Apolonova.
...................
https://www.romandie.com/news/Le-reve-a ... 930485.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 15 mai 2019, 13:37

Des drones identifient des “points chauds” inconnus dans la zone interdite de Tchernobyl !

par Yohan Demeure, 15 mai 2019

Des chercheurs britanniques se sont récemment lancés dans une campagne de cartographie par drone de la forêt autour de Tchernobyl. Celle-ci, située dans zone d’exclusion, comporte des “points chauds” qui étaient encore inconnus, correspondant à de la radioactivité dépassant très largement la moyenne
.......
https://sciencepost.fr/2019/05/des-dron ... chernobyl/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 11 juil. 2019, 20:29

[Vidéo] La titanesque arche de confinement de Tchernobyl, un chantier historique

RÉMI AMALVY Usine Nouvelle 11/07/2019

VIDÉO La clé de l'arche de confinement de Tchernobyl a été symboliquement confiée aux autorités ukrainiennes le 10 juillet. Elle marque la fin de douze ans de chantier, pour un projet de 2,1 milliards d'euros aux dimensions titanesques, impliquant plusieurs industriels français.

Image
L'arche est désormais la plus grande structure terrestre mobile jamais construite. © Yuri Semitotskiy / NOVARKA

Douze ans de chantier. 33 millions d’heures de travaux, réalisées par plus de 10 000 ouvriers. Les statistiques de la construction de l’enceinte de confinement du réacteur n°4 de Tchernobyl ont de quoi donner le tournis. Et ce n’est pas tout ! Il s’agit désormais de la plus grande structure terrestre mobile jamais construite, avec une portée de 257 mètres, une largeur de 162 mètres, une hauteur de 108 mètres et un poids total de 36 000 tonnes (avec ses équipements).

La clé du colosse, enfin terminé, a été symboliquement remise le 10 juillet aux autorités ukrainiennes par les industriels français Vinci Construction Grands Projets et Bouygues Travaux Publics, partenaires du groupement Novarka. Pour l’occasion, une cérémonie s’est tenue sur le site en présence du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Ce projet est un morceau de vie pour chacun d’entre nous. Et nous sommes tous conscients du progrès environnemental que cet ouvrage représente pour l’Ukraine, ses pays voisins et tout le continent européen" a déclaré Patrick Kadri, président de Vinci Construction Grands Projets. Le directeur général adjoint de Bouygues Travaux Publics, Marc Adler, ajoute dans le même communiqué: "Tchernobyl restera dans l’Histoire du génie civil comme un concentré d’innovation et les ingénieurs qui y ont pris part transmettent déjà les enseignements de ce projet hors normes dans les écoles d’ingénieurs."

En 2016, l’arche avait été déplacée de 327 mètres depuis son lieu d’assemblage jusqu’à sa destination finale. Une vidéo recouvrant toutes les étapes de sa construction avait alors été dévoilée.

2,1 milliards d'euros pour une durée de vie de 100 ans

Au total, le projet aura coûté 2,1 milliards d’euros, entièrement financé par la communauté internationale. L’ouvrage désormais reçu, le Chernobyl Nuclear Power Plant (ChNPP) va pouvoir démarrer le démantèlement des installations accidentées et le traitement des déchets radioactifs. Une opération rendue possible par les 26 équipements de démolition intégrés dans l’arche et pilotés à distance, installés depuis la pose de l'arche sur site fin 2016. Parmi eux, des bras géants, des ponts et des systèmes de levage conçus par des entreprises partout dans le monde.

Conçu avec l'équipementier français CNIM, un matériau spécial a été apposé afin de créer une membrane entre l'enceinte et le sarcophage. Les durées de vie des différentes couches qui la composent devraient lui permettre de tenir environ 100 ans. La membrane est également capable de résister à des températures allant de -40°C à +40°C, des séismes et des chocs contondants.

Aucun accident n'a été à déplorer durant la totalité des opérations. "C'est une très grande fierté", explique Vinci Construction, contacté par L'Usine Nouvelle. La raison : des systèmes de roulements pour les employés, une mesure maximale de dosimètre inférieure aux standards français, un briefing d'une demi journée sur les radiations pour les nouveaux venus, et des "règles très strictes", entraînant un licenciement pour le moindre irrespect. "On ne pouvait pas se permettre de laisser passer quoi que ce soit", précise Vinci. A l'échelle du chantier et des enjeux depuis le drame de 1986, on ne peut que le comprendre.
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... ue.N865395

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 08 août 2019, 23:19

Le démantèlement du sarcophage de la centrale de Tchernobyl entre dans une nouvelle phase

SYLVAIN ARNULF PUBLIÉ LE 08/08/2019

Plus de 30 ans après son installation, le sarcophage de Tchernobyl recouvrant les ruines du réacteur numéro 4, est en piteux état. Son démantèlement va débuter, sous l'arche de confinement livrée début juillet 2019 après douze ans de chantier. Cette phase du chantier doit s'achever en 2023.
........
https://www.usinenouvelle.com/article/3 ... er.N873760

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tchernobyl : les suites, jusqu'à nos jours

Message par energy_isere » 15 août 2019, 09:49

Contract for early Chernobyl dismantling work signed

05 August 2019

A contract has been signed between SSE Chernobyl NPP and construction company Ukrbudmontazh (UBM) for the creation of infrastructure for the early dismantling of the Shelter Object. This structure, widely known as the 'sarcophagus', was hastily constructed over the remains of the destroyed reactor of unit 4 in the weeks after the 1986 accident.

.......
http://www.world-nuclear-news.org/Artic ... -work-sign

Répondre