Filiére nucléaire Francaise / PPE

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7691
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par phyvette » 17 sept. 2018, 10:44

Il ne peut pas y avoir de société thermo-industrielle complexe sans extractivisme, donc on extraira tout et on s'effondrera ensuite, point barre.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
moulino51
Charbon
Charbon
Messages : 290
Inscription : 21 août 2018, 20:54
Localisation : a proximité de Reims
Contact :

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par moulino51 » 17 sept. 2018, 12:52

Les mauvaises langue vont te dire qu'on ne pourra jamais "tout" extraire. :lol: :lol: :ghost:




"Il ne suffit pas de regarder quelle planète nous allons laisser à nos enfants
mais aussi quels enfants nous laisserons à la planète"

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7691
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par phyvette » 17 sept. 2018, 13:01

Certes, on extraira tout ce qui est extractible "économiquement avec la technologie du moment" , ce qui revient au même.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8748
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par Remundo » 17 sept. 2018, 15:09

sceptique a écrit :
17 sept. 2018, 09:07
Remundo a écrit :
17 sept. 2018, 01:08
peux-tu nous citer des personnes ou des organismes pro EnR bien insérés dans les arcanes du pouvoir qui pourraient avoir une telle influence politique, économique et financière ?
Le ministère de l'écologie par exemple. Avec ses anciens ministres comme Ségolène Royale.
Tous les gens qui à longueur d'antenne annonce :
Le Ministère de l'Ecologie bouffe des couleuvres depuis des décennies, s'il avait une quelconque influence sérieuse, on n'aurait pas 75% de nuke dans le mix élec + 99% de fossiles dans les transports. Les 2 lobbies qui pilotent l'énergie française, ce sont le CEA et les pétroliers (UFIP).

Royal, Hulot, Batho, Voynet, Lepage etc ont tous été des polichinelles du point de vue de l'exécutif !

pour ce qui est de l'aspect médiatique, Janco dit à juste de titre que l'importance réelle d'un sujet sur l'énergie est inversement proportionnel à son écho médiatique.
Pour lutter contre le réchauffement climatique on est sur la bonne voie : les ENR sont moins chères que le nucléaire.
Ce qui est doublement mensonger.
Philippe, sur ce forum, pourrait aussi en parler.
On a quand même de la chance : nos voisins allemands, avec leur transition énergétique ratée, devraient nous ouvrir les yeux sur les ENR intermittentes.
le nuke et l'hydrocarbure fossile sont des énergies épuisables, donc leur coût croît structurellement. Il est certain qu'à terme, elles seront non compétitives. De plus leur coût actuel relève d'un dumping environnemental qui se paiera un jour ou l'autre.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10041
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par mobar » 18 sept. 2018, 08:14

Remundo a écrit :
17 sept. 2018, 15:09
le nuke et l'hydrocarbure fossile sont des énergies épuisables, donc leur coût croît structurellement. Il est certain qu'à terme, elles seront non compétitives. De plus leur coût actuel relève d'un dumping environnemental qui se paiera un jour ou l'autre.
Exactement!
Et la note risque fort d'être quelques milliers de fois supérieure aux bénéfices passés, comme à Tchernobyl et Fukushima
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59057
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par energy_isere » 26 sept. 2018, 19:23

Huit réacteurs nucléaires pourraient fermer d'ici 2028

Sybille Aoudjhane Usine Nouvelle le 26/09/2018

Vu sur le web La Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui sera rendue publique par le gouvernement fin octobre, prévoirait la fermeture de huit réacteurs nucléaires d'ici 2028, annonce le média spécialisé dans l'énergie Montel.

Selon le média spécialisé dans l’énergie Montel, "le gouvernement s’oriente vers une fermeture de huit réacteurs, en plus des deux unités de la centrale de Fessenheim (1,8 GW), dans le cadre de sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE)". L’article publié ce mercredi 26 septembre cite plusieurs sources proches du dossier. "La fermeture de huit réacteurs est la position prônée par Bercy et soit elle a déjà été arbitrée, soit elle est en cours d’arbitrage", indique l’une d’entre elles.

Les huit réacteurs devraient fermer au cours des dix prochaines années, ajoute le média, s'appuyant sur trois autres sources, sans donner plus de détails. Une décision qu’Anne Bringault, coordinatrice pour la transition énergétique de l'association Cler et du Réseau Action Climat, juge "irréaliste" auprès de Montel: "Ce que nous souhaitons, c’est d’avoir des actions qui se passent dans ce quinquennat. S’il n’y a que la fermeture de Fessenheim d’ici 2022, c’est le point le plus grave […] Moins l’on ferme de réacteurs moins l’on crée des possibilités de choisir à la fin."


A part les deux réacteurs de Fessenheim (Haut-Rhin), les réacteurs des centrales les plus anciennes, susceptibles d'êtres les premiers à être fermés, sont ceux du Bugey (Ain), de Dampierre (Loiret) et de Gravelines (Nord).

Montel précise qu'au regard de la loi française, "seuls EDF et l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) peuvent décider de la fermeture de réacteurs nommément".

La version provisoire de la PPE sera dévoilée fin octobre par le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy. Elle couvrira les périodes 2019-2023 et 2024-2028. Elle doit notamment fixer la manière dont sera appliqué l’objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans le mix électrique français, fixée par la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015.
https://www.usinenouvelle.com/article/h ... 28.N747104

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59057
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par energy_isere » 26 oct. 2018, 07:44

Nucléaire: le gouvernement n'écarte pas de nouveaux EPR, mais sous condition

AFP le 26 oct. 2018

Le gouvernement laisse la porte ouverte à la construction d'une série de nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR en France à l'avenir, mais il veut, avant de se prononcer, avoir la garantie que les coûts seront maîtrisés.

Dans un document de travail du gouvernement qu'a consulté l'AFP et rédigé dans le cadre de la définition de la feuille de route énergétique de la France, le gouvernement envisage de décider seulement entre 2021 et 2025 de lancer la construction d'"une nouvelle série" de réacteurs EPR.

Mais il prévient que pour cela, la filière nucléaire devra mettre au point avant mi-2021 un "programme industriel" qui garantisse que ces futurs EPR auront un coût acceptable.

EDF, qui travaille depuis plusieurs années sur des EPR simplifiés, moins chers et moins long à construire, demande de longue date que l'État lance le processus pour déployer de nouveaux réacteurs afin de remplacer une partie des 58 réacteurs du parc français qui vont progressivement devoir fermer, atteints par la limite d'âge.

Il souhaite même mettre en service une première centrale de ce type autour de 2030. Mais si la stratégie du gouvernement se confirme, et étant donné les délais de préparation technique et réglementaire, un tel calendrier semble peu probable.

Si une série de nouveaux EPR était lancée, le groupe estime pouvoir atteindre une fourchette de coût située entre 60 et 70 euros/mégawattheure, affirmait son PDG Jean-Bernard Lévy lors d'une audition en avril à l'Assemblée nationale, soit exactement la cible visée par le gouvernement dans son document.

- Flamanville scruté -

Durant l'été, le journal Les Échos avait dévoilé un rapport commandé par les ministères de l'Énergie et de l'Économie et rédigé par deux acteurs historiques du nucléaire, qui recommandait de lancer la construction de six EPR, avec un premier chantier dès 2025.

Mais plusieurs membres du gouvernement avaient à l'époque temporisé, à l'image du ministre de l'Économie Bruno Le Maire. "La sagesse recommande déjà d'attendre que l'EPR de Flamanville soit achevé avant de prendre des décisions", avait-il affirmé.

A la Transition écologique et solidaire, François de Rugy a estimé lui aussi qu'"il faudrait déjà qu'EDF fasse la démonstration que l'EPR fonctionne, ce qui n'est pas encore le cas".

Le chantier de l'EPR de Flamanville a en effet connu de multiples retards et surcoûts, et EDF prévoit désormais de le démarrer fin 2019, pour une mise en service commerciale en 2020, contre 2012 initialement.

Si les EPR construits en Chine, dont un est déjà en service, ont connu moins de déboires, le chantier mené par Areva en Finlande connaît lui aussi des difficultés, tandis que des risques de délais pèsent déjà sur les deux exemplaires en projet au Royaume-Uni.

Face à ces réalités, des élus, des organisations écologistes et des acteurs des énergies renouvelables jugent prématuré voire contraire à la transition énergétique de construire de nouveaux réacteurs en France.

- renouvelables et batteries -

Le document de travail ne va sans doute pas les rassurer, alors qu'il évoque aussi des projets de recherche pour mettre au point des petits réacteurs ("small modular reactor"), ou pour étudier la prolongation de la durée de vie du parc existant, mais ne mentionne aucune fermeture de réacteur.

Axé sur les solutions technologiques "made in France" d'avenir pour l'énergie, il se penche toutefois sur les énergies renouvelables, le stockage, la mobilité, le bâtiment ou encore l'hydrogène.

En matière d'énergies renouvelables, il fixe des objectifs précis et ambitieux en terme de réduction des coûts du solaire, qu'il veut voir associé à des dispositifs de stockage d'électricité. En revanche, sur l'éolien en mer flottant, il n'évoque pas d'appels d'offres commerciaux à court terme, contrairement aux attentes de la filière.

Enfin, revenant sur l'ambition de construire une filière européenne des batteries, le gouvernement veut décider avant fin 2019 "s'il est encore possible de construire" une usine en Europe d'ici 2022.

Le gouvernement est en cours d'élaboration de la feuille de route énergétique de la France à horizon 2028, baptisée programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Initialement attendue pour fin juin, sa présentation a été reportée à novembre.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ion-181026

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59057
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par energy_isere » 18 nov. 2018, 14:17

Echéance 2035 pour 50% de nucléaire dans la production d'électricité (Rugy)

AFP le 18 nov. 2018

Le gouvernement travaille à ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% d'ici à 2035, a déclaré dimanche le ministre de la Transition écologique François de Rugy, confirmant un horizon évoqué en septembre par le Premier ministre.

Interrogé lors du Grand rendez-vous Europe 1-CNEWS-Les Echos au sujet de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui définira la stratégie de la France sur dix ans et doit être publiée avant la fin du mois, M. de Rugy a répondu que 2035 était "l'échéance sur laquelle nous travaillons".

La loi de transition énergétique de 2015 prévoyait que cette part du nucléaire soit ramenée à 50% "à l'horizon 2025". Mais Nicolas Hulot, le prédécesseur de François de Rugy qui a démissionné fin août, avait abandonné cet objectif, jugé irréaliste, sans fixer de nouvelle date précise, mais en évoquant un horizon entre 2030 et 2035.

"On est dans ces échéances-là, on est obligé de faire une opération vérité", a précisé le ministre. "La loi de 2015 faisait référence à une promesse de 2012, et entre 2015 et 2017 il ne s'est pas passé grand-chose. Donc on a perdu du temps, et donc on va refixer le cap".

Actuellement, le nucléaire représente plus de 70% de la production d'électricité française, contre une part inférieure à 30% en moyenne en Europe.

Début septembre, le Premier ministre Edouard Philippe avait évoqué simplement "l'horizon 2035", et Matignon avait précisé que l'arbitrage sur la date précise serait tranché dans la PPE.

Quand François de Rugy était candidat à la primaire de la gauche de 2017, il prônait une sortie du nucléaire à l'horizon 2040 et l'objectif de 100% d'électricité d'origine renouvelable en 2050.

"Mais je suis dans un gouvernement, nommé par Emmanuel Macron (...) Son programme c'était 50/50, donc on est dans ce cadre-là", a-t-il dit dimanche.

"Notre stratégie n'est pas en train d'étouffer la filière nucléaire française, mais son avenir n'est pas garanti", a-t-il ajouté, avant de mentionner la faillite d'Areva et les incertitudes qui entourent les nouveaux réacteurs EPR, en termes de "fiabilité, sécurité et compétitivité".
https://www.connaissancedesenergies.org ... ugy-181118

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59057
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére nucléaire Francaise / PPE

Message par energy_isere » 27 nov. 2018, 22:43

Nucléaire: Emmanuel Macron annonce 14 fermetures de réacteurs d'ici 2035

AFP le 27 nov. 2018

L'exécutif veut fermer 14 des 58 réacteurs nucléaires français d'ici 2035, a annoncé mardi Emmanuel Macron en présentant les grands arbitrages de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).

En plus des deux de la centrale de Fessenheim, qui fermeront "à l'été 2020", 4 à 6 supplémentaires doivent s'arrêter d'ici 2030, a précisé le président dans son discours sur la transition énergétique à l'Elysée.

Durant la stricte durée de la PPE - la future programmation énergétique qui s'arrête à 2028 -, le gouvernement prévoit deux fermetures de réacteurs (en plus de Fessenheim) et deux autres sous conditions, selon le détail des arbitrages de l'exécutif transmis par l'Elysée à l'AFP.

Les arrêts de réacteurs devraient avoir lieu parmi les plus anciens sites, soit: Tricastin (Drôme et Vaucluse), Bugey (Ain), Gravelines (Nord), Dampierre (Loiret), Blayais (Gironde), Cruas (Ardèche), Chinon (Indre-et-Loire) et Saint-Laurent (Loir-et-Cher).

C'est EDF qui devra fixer la liste précise, mais il n'y aura "aucune fermeture complète des sites", a assuré Emmanuel Macron.

Durant la durée de la PPE, qui s'arrête à 2028, deux réacteurs seront arrêtés "en 2027-2028". Deux autres fermetures pourraient avoir lieu en 2025-2026 mais sous conditions: "si la sécurité d'approvisionnement est assurée" et "si nos voisins européens accélèrent leur transition énergétique", notamment en réduisant le poids du charbon et en développant les renouvelables.

Les autres fermetures devraient elles débuter "à partir de 2029", selon l'Elysée.

Le chef de l'Etat a également reprécisé le calendrier de la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) avec un "arrêt définitif" à "l'été 2020".

La France ne va pas décider dans l'immédiat la construction de réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR supplémentaires, et attendra au moins 2021, a annoncé le chef de l'Etat.

Le nouvel objectif de la réduction de la part du nucléaire à 50% de la production d'électricité d'ici 2035, "ce n'est pas renoncer au nucléaire", a toutefois insisté Emmanuel Macron.

"Je demande à EDF de travailler à l'élaboration d'un programme de +nouveau nucléaire+ en prenant des engagements fermes sur le prix, pour qu'ils soient plus compétitifs. Tout doit être prêt en 2021 pour que le choix qui sera proposé aux Français puisse être un choix transparent et éclairé", a-t-il dit.
https://www.connaissancedesenergies.org ... 035-181127

Répondre