Le nucléaire et la sécheresse (un autre petit problème)

Modérateurs : Rod, Modérateurs

TDL
Kérogène
Kérogène
Messages : 58
Inscription : 30 mai 2006, 15:35
Localisation : Bouches du Rhone

Message par TDL » 21 juil. 2006, 10:32

Bonjour Greenchris,

Pour les méduses, les concentrations de méduses sont aussi un phénomène complexe. Tout d'abord celà dépend évidemment de l'espèce considérée. Le cycle de vie des méduses passe le plus souvent par deux formes et leur reproduction et parfois sexuée parfois asexuée. Elle ont une très faible autonomie de choix de direction dans leur déplacement et font partie de la faune pélagique. De plus il semble qu'un cycle pluriannuel favorise leur pullulation (mais on en connait pas la cause et on en est pas vraiment sur). Je me limite donc à celles que je connais le mieux:
La Pélagia Nocticula
La Rhysostoma Pulmo

L'accroissement de température n'est pas directement responsable de la prolifération de ces méduses. En fait la prolifération des méduses est due à :
1/ la prolifération de la nouriture des méduses
2/ à leur concentration par les courants marins et les vents pour certaines.
3/ à la disparition de leurs prédateurs
4/ et à cette hypothèse de cycle pluriannuel

Les courants et les vents concentrateurs de méduses sont généralements faibles et viennent du large et vont vers la côte. L'apparition de tels courants et vents est due à des phénomènes de variation thermique. En temps normal leur alternance avec des épisodes vent de terre disperse les méduses. Les hautes pressions stables empèche cette alternance et les flux marins lents finisssent par ramener les méduses prèts des côtes.

Les méduses se nourissent principalement de zooplancton et de larves de poissons voire de juvéniles. Le zooplancton abonde souvent en surface après des épisodes de vents froid suivi de montée rapide de tempèrature.

En gros quand on est dans le cycle de pullulation, que les dauphins et les tortues sont rares et qu'a un fort et long épisode de vent de terre succède un épisode anticyclonique avec forte chaleur on à toute les chances d'avoir pullulation.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 22 juil. 2006, 15:08

Le Monde a écrit :les groupes énergétiques E. ON et Vattenfall ont annoncé jeudi une réduction de 5 % à 25 % de la production de trois de leurs centrales nucléaires au bord de l'Elbe, l'eau du fleuve étant trop chaude pour assurer le refroidissement des réacteurs.
La vague de chaleur déferle sur l'Europe, numéro daté du 22 juillet 2006
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Modérateur
Modérateur
Messages : 1836
Inscription : 17 déc. 2004, 08:34

Message par Sylvain » 22 juil. 2006, 16:13

Le problème frappe également la centrale EDF de Cordemais en Loire-Atlantique.
Cette centrale produit de l'électricité à partir de charbon et de fioul. Elle est installée au bord de la Loire pour son refroidissement.
Un article du journal Ouest-France (jeudi 20 juillet 2006) explique que
la température de la Loire ne doit pas atteindre 28 degrés devant la centrale. Quand elle atteint 27 degrés, EDF diminue la production de 500 mégawatts par heure.
des mégawatts par heure :smt017
La géologie pétrolière se moque de votre envie de conduire une automobile.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 22 juil. 2006, 21:05

Sylvain a écrit :des mégawatts par heure :smt017
hé, hé, Sylvain

si à 14h la centrale délivre disons 1200 MégaWatt, et qu' à 15h elle est réduite pour délivrer 700 MégaWatt, et bien la puissance de la centrale aura bien été réduite de 500 mégawatts par heure. :lol:
C'est farfelu, et sans doute pas la bonne explication ! Car en effet une centrale nucléaire est incapable de faire varier sa puissance dans cet ordre de grandeur.

Je pense donc à une erreur classique de journaliste avec les unités énergétiques, comme on le voit trés souvent. 8-)

Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Modérateur
Modérateur
Messages : 1836
Inscription : 17 déc. 2004, 08:34

Message par Sylvain » 22 juil. 2006, 22:56

energy_isere a écrit :C'est farfelu, et sans doute pas la bonne explication !
Car en effet une centrale nucléaire est incapable de faire varier sa puissance dans cet ordre de grandeur.
Ton explication est peut-être bonne : la centrale de Cordemais produit de l'électricité à partir de charbon et de fioul. Ce n'est pas une centrale nucléaire !
Peut-être qu'il faut un délai d'une heure pour faire baisser la puissance fournie de 500 mégawatts ?
La géologie pétrolière se moque de votre envie de conduire une automobile.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 23 juil. 2006, 10:16

EDF autorisé à rejeter des eaux plus chaudes
Y en a qui trichent pour éviter de gagner le Jeu du Black-Out :smt077
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 24 juil. 2006, 00:06

Sylvain a écrit :
energy_isere a écrit :C'est farfelu, et sans doute pas la bonne explication !
Car en effet une centrale nucléaire est incapable de faire varier sa puissance dans cet ordre de grandeur.
Ton explication est peut-être bonne : la centrale de Cordemais produit de l'électricité à partir de charbon et de fioul. Ce n'est pas une centrale nucléaire !
Peut-être qu'il faut un délai d'une heure pour faire baisser la puissance fournie de 500 mégawatts ?
ah ben bon sang, bonne remarque !
La centrale de Cordemais étant au combustibles fossiles, alors no problem. Mon explication était bien la bonne. 8-)

Avatar de l’utilisateur
greenchris
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1233
Inscription : 02 août 2005, 12:00
Localisation : 91 Essonne
Contact :

Message par greenchris » 25 juil. 2006, 10:09

La hausse de température de l'Ebre entraîne l'arrêt une centrale nucléaire

24/07/2006 - AFP - L'augmentation de la température de l'Ebre, fleuve dont les eaux sont utilisées pour le refroidissement à la centrale nucléaire de Santa María de Garona, dans la province de Burgos (nord de l'Espagne), a contraint à arrêter la centrale, a indiqué lundi la compagnie Nuclenor, propriétaire de la centrale.
L'arrêt est dû "à l'augmentation de la température du fleuve à cause d'une baisse temporaire de son débit passant par la centrale", selon la même source.
La centrale a été "déconnectée du réseau électrique" espagnol et Nuclenor a demandé au service chargé de la gestion des retenues de l'eau du fleuve d'en augmenter le débit.
Les responsables de la compagnie espèrent que la centrale pourra reprendre son activité dans les prochaines heures.
Encore une, c'est marrant, le nucléaire, c'est comme l'éolien, il faut du thermique en back-up :-D

Le nucléaire, c'est durable, ce sont les poissons qui ne s'ont pas adaptés, c'est tout :twisted:
Le charbon et le gaz prendront sa place (temporairement).
Dans l'ordre, Sobriété, Efficacité et enfin Renouvelables (negawatt).
Attention aux utopies techniques (Global Chance)

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Message par sceptique » 25 juil. 2006, 18:07

greenchris a écrit : Encore une, c'est marrant, le nucléaire, c'est comme l'éolien, il faut du thermique en back-up :-D
Il me semble que plus haut on a dit que le thermique avait les memes problèmes de refroidissement que le nucléaire. Les deux ont un rendement de 30-40% donc 60-70% de chaleur à évacuer.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58580
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 25 juil. 2006, 18:40

augmentation de la temperature des fleuves :
Suisse: le Rhin et le Rhône encore plus chauds qu'en 2003


Avec plus de 25 degrés, le Rhin comme le Rhône battent actuellement leurs records de température de la canicule de 2003, a rapporté mardi le Service hydrologique national de Suisse.

Selon des mesures effectuées mardi à 15h00, le Rhône cotait 26,9 degrés à Genève, en sortant du lac Léman, soit 17 degrés de plus qu'à Sion (sud), lorsqu'il débouche des Alpes avec 9,4 degrés.


Quant au Rhin, sa température atteignait 25,3 degrés à Bâle (nord), contre un précédent record de 24,7 degrés datant d'il y a trois ans. Le Rhin gagne ainsi quelque huit degrés en traversant la Suisse.

Selon le Service hydrologique national, les températures les plus hautes sont attendues au mois d'août.

Le Monde

Avatar de l’utilisateur
greenchris
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1233
Inscription : 02 août 2005, 12:00
Localisation : 91 Essonne
Contact :

Message par greenchris » 25 juil. 2006, 19:00

sceptique a écrit :
greenchris a écrit : Encore une, c'est marrant, le nucléaire, c'est comme l'éolien, il faut du thermique en back-up :-D
Il me semble que plus haut on a dit que le thermique avait les memes problèmes de refroidissement que le nucléaire. Les deux ont un rendement de 30-40% donc 60-70% de chaleur à évacuer.
Sauf qu'on en parle jamais, et qu'à ma connaissance aucune centrale thermique n'a demandé de dérogations pour rejeter de l'eau plus chaude.

Les centrales thermiques seraient-elles mieux concues que les petits bijoux technologique Français ?? :-D

Alors que ces mêmes centrales thermiques tournent plein pot en ce moment pour absorber le pic climatiseur.

Cherchez l'erreur !!
Le charbon et le gaz prendront sa place (temporairement).
Dans l'ordre, Sobriété, Efficacité et enfin Renouvelables (negawatt).
Attention aux utopies techniques (Global Chance)

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 01 août 2006, 11:05

Un article du Monde : EDF, qui souffre de ses sous-investissements passés, est obligé d'importer
En conclusion :
Le Monde a écrit :Pour répondre à une demande croissante d'électricité, l'Europe (des Quinze) devra investir 500 milliards d'euros dans les quinze prochaines années. L'équivalent d'une centrale au gaz de 400 MW par semaine ou d'un EPR de 1 650 MW chaque mois !
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
zoneautonome
Goudron
Goudron
Messages : 104
Inscription : 23 mai 2005, 11:13
Localisation : 33 Gironde

Message par zoneautonome » 01 août 2006, 11:27

greenchris a écrit : Sauf qu'on en parle jamais, et qu'à ma connaissance aucune centrale thermique n'a demandé de dérogations pour rejeter de l'eau plus chaude.
si on en a parlé sur le jeu du black-out
EDF pourra rejeter les eaux chaudes de 3 de ses centrales thermiques
La sécurité nucléaire est une chose trop grave pour être confiée à des actionnaires.

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 01 août 2006, 11:34

La ministre de l'Ecologie Nelly Olin a autorisé EDF à rejeter les eaux plus chaudes de ses centrales thermiques dans les fleuves qu'elles bordent pour 3 sites et l'a refusé pour 3 autres sites.
Ah c'est donc à ça qu'elle sert ! Pardon, je suis mauvaise langue (une fois n'est pas coutume).

Les épisodes de sécheresse (couplés ou non à un pic de chaleur) seront de plus en plus fréquents à l'avenir. Pendant ces épisodes, certaines centrales ne pourront plus fonctionner sans des investissements supplémentaires. 74.12
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Avatar de l’utilisateur
AJH
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1571
Inscription : 28 juil. 2005, 07:20
Contact :

Message par AJH » 01 août 2006, 11:35

Que ce soit le pétrole ou l'électricité, là encore une solution plus intelligente serait d'appliquer des quotas par logement ou par individu ... si on ne fait pas cela, il n'y en aura "jamais assez" (il en faudra "toujours plus", quoi ;) )
Vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misère supprimée ( Victor Hugo )
Sociétal et Dette et monnaie
Signez la pétition " POUR QUE L'ARGENT NOUS SERVE, AU LIEU DE NOUS ASSERVIR ! "

Répondre