le nucléaire indien

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 05 mai 2010, 19:48

krolik a écrit :Inde : Des sources de cobalt 60 dans des scraps d'acier !!!......
du nouveau :
New Delhi face un scandale de déchets radioactifs

Le Monde | 05.05.10

Le mystère des déchets radioactifs découverts dans des ateliers de recyclage à New Delhi s'éclaircit (Le Monde du 29 avril). Ils proviennent d'une machine vendue en toute illégalité par l'université de New Delhi à des revendeurs de métaux. Le département de chimie avait importé cet appareil utilisant une source émettrice de rayonnement gamma en 1968, et avait cessé de l'utiliser en 1985. Au lieu de le signaler au comité indien de régulation de l'énergie atomique (AERB), qui l'aurait acheminé dans un centre spécial de retraitement à Bombay, l'université s'est contentée de la revendre à des recycleurs. Ces derniers, en enlevant le revêtement en plomb, se sont exposés à des radiations provenant du cobalt 60, une matière radioactive utilisée dans l'industrie et les équipements médicaux.

Une quinzaine d'ateliers du quartier de Mayapuri ont été contaminés, six ouvriers sont hospitalisés dans un état critique, un est mort. Face à cette "situation d'urgence", l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a contacté le département indien de l'énergie atomique pour obtenir des informations supplémentaires et proposer son aide.

Ces révélations ont mis en lumière le laxisme de cet établissement, situé en plein coeur de la capitale indienne. Un professeur de l'université a saisi l'occasion pour accuser certains de ses collègues d'avoir enterré plus de 20 kg de déchets radioactifs contenant de l'uranium, il y a vingt ans. L'université a rejeté cette accusation, tout comme l'AERB, qui a affirmé ne pas avoir trouvé de traces d'autres déchets radioactifs sur le site. Récemment, le quotidien The Hindu avait révélé qu'un laboratoire de recherche possédant des sources radioactives avait failli mettre en danger le campus fréquenté par 300 000 étudiants lors d'une inondation en janvier. Des produits contenant du radium-béryllium avaient été stockés à même le sol. Alertée par sept enseignants, la direction de l'université n'avait pris alors aucune mesure.

Anarchie

L'AERB a demandé à l'université de Delhi de fermer ses laboratoires jusqu'à nouvel ordre. Un comité de trois experts a été formé par l'université pour enquêter sur les erreurs commises. Le ministre indien des ressources humaines, Kapil Sibal, a de son côté mis en place un groupe de cinq experts chargé de formuler des recommandations sur les règles de traitement des déchets radioactifs dans les universités et les laboratoires.

Le cas de l'université de New Delhi n'est pas isolé en Inde. Il illustre l'anarchie qui règne en matière de traitement des déchets radioactifs dans de nombreux établissements, comme les hôpitaux ou les laboratoires de recherche. En l'absence de contrôle, les établissements omettent parfois de déclarer à l'AERB qu'ils sont en possession de matériel radioactif, comme ils en ont théoriquement l'obligation.

L'Inde, qui a l'ambition de devenir la capitale mondiale du retraitement des déchets, s'est mise à en importer des millions de tonnes au cours des dernières années. Et les matières radioactives ne se trouvent plus seulement dans les installations nucléaires civiles ou militaires, gérées par l'AERB. Elles arrivent par bateau, du monde entier, dans des containers de déchets qui ne sont toujours pas scannés aux frontières. Le secrétariat d'Etat à la marine marchande a ordonné, le 18 avril, l'installation de matériel de détection de matières radioactives dans les douze principaux ports du pays.

Craignant la présence d'autres déchets radioactifs dans les quartiers de recyclage, l'Etat de New Delhi a appelé les établissements possédant du matériel radioactif à respecter la réglementation existante, tout en précisant que les contrôles seraient renforcés. "Notre plus grand défi est la mise en place de ces réglementations", a reconnu la ministre de la santé de l'Etat de Delhi, Kiran Walia.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par krolik » 12 août 2010, 16:43

Les Russes avancent en Inde.
@+

http://fr.rian.ru/world/20100726/187121109.html
© RIA Novosti.Eugeni Bezeka

Le premier bloc de la centrale nucléaire de Kudankulam lancé en décembre

12:42 26/07/2010

NEW DELHI, 26 juillet - RIA Novosti
Le premier bloc de la centrale nucléaire de Kudankulam, en construction dans le sud de l'Inde selon les technologies russes, sera mis en service en décembre, a annoncé lundi le journal DNA se référant à des sources au sein de l'industrie nucléaire indienne.

Auparavant, il était prévu de lancer le premier réacteur à l'automne, pour, quelques mois plus tard, mettre en service le deuxième, terminant de cette façon la construction de la première tranche de la centrale.

Actuellement, le groupe russe Rosatom s'apprête à signer avec la Nuclear Power Corporation of India (NPCIL) le contrat de construction des troisième et quatrième réacteurs de la centrale. La centrale comportera 6 à 8 réacteurs.


La construction de la centrale de Kudankulam a commencé en 2002, en vertu d'un accord de coopération intergouvernemental signé en 1988 entre l'URSS et l'Inde. La première phase du projet prévoyait la construction de deux réacteurs de 1.000 MW chacun. Fin 2008, les parties ont signé un accord sur la construction de quatre nouveaux réacteurs sur le même site.



Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 26 août 2010, 15:23

L ’Inde veut faire la part belle au nucléaire

Le 25 août 2010 Usine Nouvelle

La chambre basse du Parlement, à New Dehli, a voté un projet de loi visant à stimuler les investissements privés étrangers dans le secteur du nucléaire civil. L’atome représente à ce jour 3 % de la matrice énergétique dans ce pays de plus d’un milliard d’habitants où les énergies renouvelables constituent par ailleurs une priorité.

Considérée comme la dixième puissance économique au monde, l’Inde est toujours plus dévoreuse d’énergie, à l’instar de son puissant voisin chinois. La consommation de courant devrait doubler, voire tripler, d’ici 2020.

Très dépendante du charbon, également, l'Inde aspire à diversifier la palette de ses sources de production d’électricité. Le nucléaire s’impose comme une priorité nationale. Raison pour laquelle la chambre basse du Parlement indien a adopté le mercredi 25 août 2010 un projet de loi destiné à stimuler les investissements privés étrangers.

Ce projet voté à la hâte serait une fleur faite aux compagnies américaines, à la veille de la visite que doit faire, en Inde (en novembre) le président Barak Obama.
Des groupes fortement implantés dans l’industrie nucléaire, tels General Electric et Westinghouse, estimaient que le cadre légal actuel était défavorable aux investissements. Des zones d’ombre subsistaient, désormais gommées, sur les compensations en cas d’accident nucléaire.

La part encore prépondérante du charbon

Le gouvernement à New Dehli a projeté une monté en force de l’atome à des fins civiles ces vingt prochaines années. Il serait question de produire 60.000 MWh supplémentaires provenant des centrales nucléaires, actuellement au nombre de dix-sept. Présentement, celles-ci ne fournissent que 3 % de l’électricité consommée par les Indiens, selon le groupe Areva.
Sur son site, le spécialiste français des énergies fournit d’autres éléments sur la production d’énergie dans ce pays aux dimensions continentales où cohabitent plus d’un milliard d’habitants. 68 % du courant consommé provient du charbon, et les barrages hydrauliques contribuent à 15 % de la matrice énergétique. Le gaz représente 3 %.

La France est également sur les rangs pour équiper l’Inde en centrales. En février 2009, Areva et Nuclear Power Corporation of India Limited (NPCIL) ont conclu un protocole d'accord portant sur l'implantation de deux à six réacteurs EPR, dans l'Etat du Maharastra (Ouest du pays). Non encore ratifié à ce jour, cet accord intervenait quelques mois après que l’Inde ait été autorisée à reprendre ses échanges dans le nucléaire civil, après un embargo de plus de 30 ans.

4ème marché mondial pour l'éolien

Le groupe français lorgne également le marché des énergies renouvelables. Dans ce secteur, l’Inde est l’une des nations les plus en pointe. Actuellement, pour l’éolien, elle se distingue comme le 4ème marché mondial. Les milliers de côtes que possède l’Inde permettent d’imaginer des scénarios pour le futur assez délirants : le potentiel éolien offshore est estimé à 45.000 MW.
http://www.usinenouvelle.com/article/l- ... re.N137135

on suppose qu' il faut lire Les milliers de km de côtes ......

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par krolik » 30 août 2010, 12:26

Il semble que l'Inde devienne fréquentable pour le nucléaire..
@+
Source : L"Usine Nouvelle
http://indices.usinenouvelle.com/energi ... -inde.3187

De l’uranium australien pour l’Inde
Le 26 août 2010 par Daniel Krajka

Un gouvernement de coalition en Australie pourrait bien lever l’interdiction sur les exportations d’uranium à destination de l’Inde.

Disposant de ressources représentant 30 à 40% des réserves mondiales prouvées d’uranium, l’Australie n’est cependant que le troisième producteur, derrière le Canada et le Kazakhstan. Ce dernier est devenu le numéro un mondial avec une hausse de 62% de sa production en 2009, alors que la production australienne est pratiquement étale depuis une dizaine d’années. L’Australie, qui ne dispose pas de centrale nucléaire, exporte la totalité de sa production, environ un milliard de dollars des Etats-Unis chaque année.

Mais les exportations australiennes pourraient être nettement plus importantes si elle exportait vers l’Inde dont les besoins croissent rapidement. Le gouvernement travailliste avait interdit toute vente à l’Inde car ce pays n’a pas ratifié la convention de non-prolifération. Les résultats des dernières élections devraient remettre en cause cette politique. Julie Bishop, la numéro deux du parti Libéral, qui était dans l’opposition, vient d’affirmer sa volonté de lever l’interdiction faite à l’Inde d’importer de l’uranium australien. « Refuser de vendre de l’uranium à l’Inde qui peut désormais acheter de la technologie nucléaire aux Etats-Unis et de l’uranium au Canada n’a pas de sens », a-t-elle souligné. Une décision opportune alors que le Parlement du sous-continent vient de voter une loi visant à ouvrir le marché du nucléaire civil.

Tablant sur la prochaine ouverture des frontières, le groupe diversifié indien Reliance Industries, a pris en 2008 une participation dans un mineur junior spécialisé dans l’uranium et développe lui-même une mine en Australie du Sud. La libéralisation des exportations profiterait massivement aux deux grands mineurs locaux, Rio Tinto et BHP Billiton. Rio détient 68% d’Energy Resources of Australia qui possède la mine de Ranger et BHP contrôle la mine polymétallique géante d’Olympic Dam. Le géant minier compte y développer l’extraction d’uranium qui en ferait la plus importante mine du monde d’ici à 2020.

L’Australie vend déjà de l’uranium aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et à la France, et vient de signer un accord pour vendre le minerai à la Chine. Une firme chinoise a également l’intention de prendre le contrôle d’un mineur spécialisé, Northern Uranium. La Chine et l’Inde sont deux marchés en forte croissance que le nouveau gouvernement fera tout pour ne pas laisser échapper. Pour préparer leur montée en puissance dans le nucléaire les deux pays procèdent déjà à des achats massifs pour stocker le carburant nécessaire à leur future utilisation.



Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par krolik » 13 sept. 2010, 11:46

AREVA et ALSTOM associés dans unbe offre sur l'Inde !!!!???

@+
http://www.investir.fr/infos-conseils-b ... 282008.php

AREVA CI : Areva s'allie à Alstom pour deux EPR en Inde
13/09/10 à 08:17 - DOWJONES |

PARIS (Dow Jones)--Le groupe nucléaire Areva SA a signé un partenariat avec Alstom SA pour un contrat potentiel portant sur la construction de deux réacteurs EPR en Inde, rapporte lundi La Lettre de l'Expansion sans citer ses sources.

Alstom participera à la construction des éléments non nucléaires du réacteur, ce qui représente environ 30% des 6 à 7 milliards d'euros du contrat global, selon le protocole d'accord signé en 2009 entre Areva et Nuclear Power Corp. of India, le groupe public indien d'électricité nucléaire, précise l'hebdomadaire économique.

Le contrat pourrait être finalisé lors de la visite du président Sarkozy en fin d'année, ajoute La Lettre de l'Expansion.

Ni Alstom ni Areva n'étaient disponibles pour apporter un commentaire.

Dow Jones Newswires



Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par krolik » 22 nov. 2010, 17:37

Action montée par greenpeace en Inde..
La mise en avant des notes des autorités de sûreté British, Française, Finnoise su des discussions intermédiaires..
L'article dit ue la population a "gagné" mais le projet est-il abandonné ? ??

@+

http://www.michelcollon.info/3000-villa ... plier.html
3000 villageois indiens font plier leur gouvernement et Areva
Anil Singh envoyer par mail18 novembre 2010
Le petit village de Madban (District de Ratnagiri, État du Maharashtra) s’est affronté vendredi à l’État indien et a remporté le soir même une victoire indiscutable. Les arrestations préventives, les interdictions de circuler et les barrages routiers n’ont pas empêché 3000 villageois de réclamer leur propre arrestation, dans le cadre d’une action « Jail Bharo* ».À 6 heures du soir, la police a demandé aux meneurs de stopper l’afflux des villageois qui demandaient à être mis en garde à vue.

Cette action était essentiellement conçue comme une réponse au gouvernement, qui prétendait que le calme régnait au village et que la contestation du projet de centrale nucléaire de 10 000 MW n’était le fait que d’une poignée d’agitateurs venus d’ailleurs.
Le district de Ratnagiri, dans l’État du Marahashtra, où doit être construite la centrale nucléaire de Jaitapur, équipée de six réacteurs AREVA


L’action a débuté pacifiquement à midi devant le temple de la déesse Bhagwati. Des centaines de femmes, certaines déjà âgées, faisaient la queue pour être arrêtées, derrière elle se tenaient les hommes. La police avait affrété quatre bus, ce qui était bien insuffisant, car des villageois du voisinage affluaient pour se joindre à ceux de Madban.

Les 250 policiers présents étaient tous armés de fusils et en tenue de combat, mais on n’entendit même pas crier un seul slogan. « C’est une démonstration de force, le gouvernement doit désormais comprendre qu’il doit tenir compte de notre avis », a déclaré Pravin Davankar de la Fondation Jahit Seva Samoti, qui combat le projet depuis 5 ans.

Arun Velaskar de l’organisation Konkan Bachao Samiti [Association sauvons le Konkan, le Konkan étant la région côtière où se trouve le district de Ratnagiri, entre Mumbai et Goa, NdE] a déclaré qu’ils ne toléreraient pas les mesures répressives du gouvernement. Vivek Monteiro, un leader syndical, a déclaré qu’AREVA, la firme française qui a obtenu le contrat pour les réacteurs, est décriée en Europe.




Les villageois étaient furieux parce que le gouvernement se refuse à leur dire la vérité et ne donne les informations qu’au compte-gouttes. « En définitive, c’est nous qui sommes directement concernés » dit Sanjay Gavankar, un villageois propriétaire d’une usine de conditionnement de noix de cajou.


Les villageois ont fermement refusé les offres de compensation financière et même brûlé en public les titres de compensation révisés que leur avait envoyés le Ministre de finances Narayan Rane, dont le fils Nilesh est député de Sindhudurg-Ratnagiri.


B.G. Kolse-Patil, juge de la Haute Cour en retraite qui s’était vu intimer l’interdiction de se rendre dans le district de Ratnagiri a fait la sourde oreille et s’est joint aux manifestants. Pendant que la police le cherchait sur la route, il était parti par mer et a fait une apparition remarquée au temple à 15 heures. « Je combattrai avec bec et ongles ce mépris de l’État pour ses administrés », a-t-il déclaré. La police a dû le saisir de force pour l’arrêter.


L’amiral en retraite L. Ramdas et le juge de la Cour Suprême en retraite P.B. Samant qui se rendaient à la manifestation en ont été interceptés par la police à l’embranchement de Hativali sur l’autoroute Goa-Mumbai.







Notes de Tlaxcala :
* Jail Bharo Andolan ("protestez en remplissant les prisons") est une des tactiques de combat non-violente inventées par le Mahatma Gandhi dans la lutte pour l'indépendance de l'Inde. C'est devenu une forme de protestation très courante en Inde.

•Lq NPCIL (Nuclear Power Corporation of India Ltd) projette d’acheter six réacteurs nucléaires non encore testés à la compagnie française AREVA. Ce type de réacteurs n’est en fonctionnement nulle part dans le monde. Des inspecteurs européens et US ont détecté plusieurs failles sur le réacteur et aucun d’entre eux n’approuve sans réserve le modèle. Pour protéger l’Inde des risques liés à ces réacteurs nucléaires, signez la pétition de Greenpeace au Premier ministre Manmohan Singh ici.


Source : Tlaxcala

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 29 nov. 2010, 20:10

Les Indiens mettent en service leur 20 iéme réacteur nucléaire.

Pas trop gros, 220 MW "seulement".
India’s 20th nuclear power plant becomes operational

Nuclear Power Corporation of India’s 220 MW Kaiga-4 reactor reached power production stage early on Saturday, pushing India up into a list of six countries having more than 20 operational nuclear power reactors. “Unit-4 of Kaiga Generating Station (KGS), the 20th nuclear power reactor of the country, achieved its first criticality today at 08:07 hours. The unit will be synchronised to the southern grid after carrying out certain mandatory tests early next month,’’ NPCIL said in an official statement on Saturday. The unit will supply power to Karnataka, Tamil Nadu, Kerala, Andhra Pradesh and Puducherry. With Kaiga-4 becoming operational, the installed capacity of nuclear power in India goes up from 4,560 MW to 4,780 MW. The operational status for Kaiga-4 puts India behind the US, France, Japan, Russia and South Korea, in terms of operational nuclear reactors. The achievement of criticality meant the start of a self-sustaining nuclear fission chain reaction in the reactor core, which leads to the production of power, NPCIL said.
http://www.indianexpress.com/news/India ... nal/717173

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 30 nov. 2010, 12:59

suite de ce post de Krolik viewtopic.php?p=278944#p278944
Indian nuclear power plant with French reactors gets green clearance

NEW DELHI--India on Sunday gave environmental clearance for a nuclear power plant to be built in collaboration with French firm Areva, days ahead of President Nicolas Sarkozy's scheduled visit to New Delhi.

Environment minister Jairam Ramesh said the go-ahead for the Jaitapur plant in Maharashtra state, which will use nuclear reactors supplied by Areva, was granted with 35 conditions and safeguards. “From an environmental point of view, nuclear energy is a cleaner option than coal,” Ramesh said in a press release, adding that he has called for further studies into the power station's potential environmental impact.

A 34-year-old embargo on civilian nuclear exchanges with India, imposed in 1974 following a series of Indian nuclear tests, was lifted in 2008 after years of negotiations between India and the United States.

France has since signed an agreement with India covering nuclear energy cooperation, while Russia has also signed a similar accord.

The power station will be situated in the coastal region of Maharashtra, home to India's financial capital of Mumbai, and has faced protests from locals and anti-nuclear activists.
http://www.chinapost.com.tw/business/as ... uclear.htm

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 04 déc. 2010, 11:07

Inde : manifestation d'opposants sur le site choisi pour un projet d'EPR

AFP le 04/12/2010

Des milliers de manifestants, selon l'association Greenpeace, se sont rassemblés samedi sur le site choisi pour un projet de construction en Inde de plusieurs réacteurs EPR du géant français du nucléaire Areva, au premier jour de la visite du président Sarkozy.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 06 déc. 2010, 13:07

Areva : accord avec l'indien NPCIL sur les réacteurs EPR.

(CercleFinance.com) - Areva et Nuclear Power Corporation of India Limited (NPCIL) annoncent la signature d'accords portant sur la construction de deux réacteurs EPR, premiers d'une série de six, à Jaitapur, dans l'Etat indien du Maharashtra.

L'accord signé par les deux parties comprend également la fourniture du combustible pour 25 ans.

Ses termes fixent les conditions contractuelles, le schéma industriel pour la réalisation du projet, le partage des rôles et des responsabilités, à savoir qu'Areva fournira les îlots nucléaires et les services associés, ainsi que le lancement de plusieurs partenariats entre Areva et l'industrie nucléaire indienne.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 62db5d950b

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par krolik » 20 janv. 2011, 16:48

Une centrale du crû connecté au réseau indien.
Avec une modération "eau lourde" c'est tout ce qu'il y a de meilleur pour faire du plutonium militaire, comme les, CANDU dont ces centrales sont nettement inspirées.

@=
India's Kaiga 4 Connected to Grid

The fourth unit at the Kaiga nuclear power plant in the southwestern Indian state of Karnataka was connected to the grid today, Nuclear Power Corp of India Ltd (NPCIL) announced. Kaiga 4 is a 202 MWe indigenously-designed pressurized heavy water reactor (PHWR), similar to the three units already in operation at the site. The reactor achieved first criticality on 27 November 2010 and is now the country's 20th operating unit.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 19 avr. 2011, 18:02

Vive contestation contre le projet d’Areva en Inde

Le 19 avril 2011 Usine Nouvelle

Le projet nucléaire Jaïtapur en Inde entraîne des contestations de grande ampleur.

De nouvelles manifestations d’opposants au projet se sont produites le 19 avril non loin du site choisi pour édifier le projet d’Areva.
Elles font suite à celles intervenues la veille et ayant provoqué la mort d’un manifestant tué par des tirs des forces de l’ordre qui tentaient de reprendre la situation en main. La crise nucléaire au Japon a ravivé les inquiétudes en Inde. Des réactions vives notamment autour du site de Jaïtapur, situé sur une zone sismique et proche du littoral.

Le groupe nucléaire français est allié à la société publique indienne NPCIL depuis décembre dernier, à travers deux accords-cadre. Ils ont pour projet d’ériger deux accords cadre pour la construction de deux réacteurs EPR.

Au total, six réacteurs doivent être construits sur le site de Jaïtapur, à 250 km de Bombay. L’objectif étant de produire 9 900 mégawatts. L’Inde cherche à se doter de 60 000 MW supplémentaires d’ici à 20 ans pour alimenter sa croissance économique.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 25 mai 2011, 12:26

La page sur le nucléaire Indien sur world-nuclear.org : http://www.world-nuclear.org/info/inf53.html

j' extrait ce qu' il est écrit sur leur filiére Thorium :
Thorium fuel cycle development in India

(Updated 28 April 2011)

The long-term goal of India's nuclear program has been to develop an advanced heavy-water thorium cycle.The first stage of this employs the PHWRs fuelled by natural uranium, and light water reactors, to produce plutonium.

Stage 2 uses fast neutron reactors burning the plutonium to breed U-233 from thorium. The blanket around the core will have uranium as well as thorium, so that further plutonium (ideally high-fissile Pu) is produced as well as the U-233.

Then in stage 3, Advanced Heavy Water Reactors (AHWRs) burn the U-233 from stage 2 and this plutonium with thorium, getting about two thirds of their power from the thorium.

In 2002 the regulatory authority issued approval to start construction of a 500 MWe prototype fast breeder reactor at Kalpakkam and this is now under construction by BHAVINI. It is expected to be operating in 2012, fuelled with uranium-plutonium oxide (the reactor-grade Pu being from its existing PHWRs). It will have a blanket with thorium and uranium to breed fissile U-233 and plutonium respectively. This will take India's ambitious thorium program to stage 2, and set the scene for eventual full utilisation of the country's abundant thorium to fuel reactors. Six more such 500 MWe fast reactors have been announced for construction, four of them by 2020.

So far about one tonne of thorium oxide fuel has been irradiated experimentally in PHWR reactors and has reprocessed and some of this has been reprocessed, according to BARC. A reprocessing centre for thorium fuels is being set up at Kalpakkam.

Design is largely complete for the first 300 MWe AHWR, which was intended to be built in the 11th plan period to 2012, though no site has yet been announced. It will have vertical pressure tubes in which the light water coolant under high pressure will boil, circulation being by convection. A large heat sink - "Gravity-driven water pool" - with 7000 cubic metres of water is near the top of the reactor building. In April 2008 an AHWR critical facility was commissioned at BARC “to conduct a wide range of experiments, to help validate the reactor physics of the AHWR through computer codes and in generating nuclear data about materials, such as thorium-uranium 233 based fuel, which have not been extensively used in the past.” It has all the components of the AHWR’s core including fuel and moderator, and can be operated in different modes with various kinds of fuel in different configurations.

In 2009 the AEC announced some features of the 300 MWe AHWR: It is mainly a thorium-fuelled reactor with several advanced passive safety features to enable meeting next-generation safety requirements such as three days grace period for operator response, elimination of the need for exclusion zone beyond the plant boundary, 100-year design life, and high level of fault tolerance. The advanced safety characteristics have been verified in a series of experiments carried out in full-scale test facilities. Also, per unit of energy produced, the amount of long-lived minor actinides generated is nearly half of that produced in current generation Light Water Reactors. Importantly, a high level of radioactivity in the fissile and fertile materials recovered from the used fuel of AHWR, and their isotopic composition, preclude the use of these materials for nuclear weapons. In mid 2010 a pre-licensing safety appraisal had been completed by the AERB and site selection was in progress. The AHWR can be configured to accept a range of fuel types including enriched U, U-Pu MOX, Th-Pu MOX, and U-233-Th MOX in full core.

At the same time the AEC announced an LEU version of the AHWR. This will use low-enriched uranium plus thorium as a fuel, dispensing with the plutonium input. About 39% of the power will come from thorium (via in situ conversion to U-233, cf two thirds in AHWR), and burn-up will be 64 GWd/t. Uranium enrichment level will be 19.75%, giving 4.21% average fissile content of the U-Th fuel. While designed for closed fuel cycle, this is not required. Plutonium production will be less than in light water reactors, and the fissile proportion will be less and the Pu-238 portion three times as high, giving inherent proliferation resistance. The design is intended for overseas sales, and the AEC says that "the reactor is manageable with modest industrial infrastructure within the reach of developing countries".

Avatar de l’utilisateur
ticaribou
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1057
Inscription : 14 juin 2007, 11:06

Re: le nucléaire indien

Message par ticaribou » 28 mai 2011, 14:50

areva et son EPR contre toute une région
http://www.monde-diplomatique.fr/2011/04/BIDWAI/20396
ils en veulent pas, ils en veulent pas ! qu'ils leur foutent donc la paix !
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le nucléaire indien

Message par energy_isere » 04 juil. 2011, 12:54

Nucléaire : l'Inde veut obtenir des transferts de technologies

AFP le 04/07/2011

L'Inde pourrait fermer l'accès à son marché nucléaire aux entreprises du secteur qui refuseraient de s'engager à tout transfert de technologies dans le cadre de la vente de réacteurs, selon la menace à peine voilée du ministre indien des Affaires étrangères dimanche.

Répondre