Page 16 sur 19

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 24 janv. 2017, 14:52
par mobar
Y a encore de décret d'abrogation de l'autorisation d'exploiter à signer, tant que c'est pas fait, y a rien de fait

Un peu comme le Brexit et l'activation de l'article 50!

Groland arrivera il finalement a tenir une de ses promesses emblématiques?
Pour son ennemi la finance, c'est cuit, pour Fessenheim, ça reste à valider
Mimolette tel qu'en lui même

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 24 janv. 2017, 15:42
par energy_isere
et je rappelle qu' il n' y pas que EDF à indemniser, mais aussi les partenaires Allemands et Suisses :

du 25 Aout 2016 :
Restent plusieurs étapes

Ce sera ensuite au tour du conseil d'administration de l'électricien français de valider l'accord, avant que le président de l'entreprise, Jean-Bernard Lévy, ne puisse le signer. Puis, à leurs tours, les énergéticiens partenaires suisses et allemands, qui possèdent ensemble un tiers de la centrale, devront donner leur approbation. Enfin, le gouvernement devra entériner la décision de la fermeture de Fessenheim via un décret.
http://www.rtl.fr/actu/politique/fessen ... 7784583982

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 24 janv. 2017, 15:51
par mobar
C'est pas fait!

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 24 janv. 2017, 17:38
par energy_isere
........Les partenaires d'EDF dans la centrale (EnBW et CNP) pourront, à certaines conditions, recevoir une quote-part de l'indemnisation du manque à gagner en fonction de leurs droits contractuels sur la capacité de production de la centrale", explique encore l'électricien.
http://www.usinenouvelle.com/article/ed ... im.N428882

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 07 mars 2017, 12:14
par energy_isere
Bon anniversaire !
[Vidéo] Il y a 40 ans, Fessenheim démarrait

Ludovic Dupin Usine Nouvelle le 07/03/2017

Le 7 mars 1977, la première réaction nucléaire se déroulait dans le cœur de la cuve du réacteur numéro 1 de Fessenheim. C’est l’acte de naissance du parc de 58 réacteurs aujourd’hui en exploitation en France.

Le 7 mars 1977, la première divergence avait lieu dans le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). La première divergence est la première réaction nucléaire en chaîne lancée dans le réacteur. La centrale sera reliée au réseau un mois plus tard. La construction de cette centrale en Alsace a été imaginée dès 1967 par l’administration du Général de Gaulle. Au départ, elle aurait dû être construite sur la base de la filière technologique française, à savoir la filière graphite-gaz.

Mais l’administration du Président Georges Pompidou changera d’option pour s’orienter vers la licence américaine de Westinghouse, celle des réacteurs à eau pressurisée, plus simples et plus sûrs. Le chantier débutera en 1971. C’est sur cette base que seront construits les 58 réacteurs du parc actuel. La technologie sera peu à peu "francisée". De plus, la puissance sera accrue pour passer de 900 MW pour les trente premiers réacteurs, à 1450 MW pour les quatre derniers (le dernier mis en service fut Civaux 2 dans la Vienne en 1999).

Dès la phase de construction, des manifestations anti-nucléaires ont eu lieu, comme en témoigne ce long reportage du 21 avril 1979 diffusé dans l’émission "Vécu" sur France Inter. Beaucoup de voisins craignent l’accident, voire (déjà à l’époque) le risque d’attentat. Mais il marque aussi une certaine résignation sur le besoin de cette énergie après deux chocs pétroliers qui ont bousculé l’économie française.

...................
http://www.usinenouvelle.com/article/vi ... it.N510854

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 24 mars 2017, 21:02
par energy_isere
Les conditions mises à la fermeture de Fessenheim satisfaites

AFP le 24/03/2017

Une étape significative a été franchie vendredi vers la fermeture anticipée de Fessenheim: les trois conditions posées par EDF pour enclencher la longue procédure devant aboutir à l'arrêt effectif de la doyenne des centrales nucléaires françaises ont été satisfaites.

Après l'obtention de deux garanties auprès de l'Etat français au sujet d'installations nucléaires dans l'Hexagone, l'électricien public a vu son indemnisation à hauteur de 489 millions d'euros minimum validée de facto par Bruxelles.

"Les services de la Commission ont examiné la compensation proposée à EDF. Sur la base d'une évaluation préliminaire, les services de la Commission ont informé la France que la mesure ne doit pas faire l'objet d'un examen en plus grand détail dans le cadre des règles relatives aux aides d'État", a déclaré un porte-parole à l'AFP, vendredi à Bruxelles.

L'avis de l'exécutif européen sur ce protocole d'indemnisation négocié entre EDF et l'Etat français constituait l'une des conditions posées par le groupe pour déposer une demande d'abrogation de l'autorisation d'exploiter la doyenne des centrales françaises, dont la fermeture était une promesse de campagne du président François Hollande.


Ce protocole avait déjà été validé, le 24 janvier, par le conseil d'administration d'EDF, qui devra à nouveau se réunir dans les deux semaines pour se prononcer sur cette demande d'abrogation, une réunion qui pourrait se tenir le 6 avril.

"Ces trois conditions étant remplies, j'aurai à réunir, sous quinzaine, un conseil d'administration qui devra prendre une nouvelle délibération", avait expliqué, en janvier, le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy.

Cette demande d'abrogation devra ensuite faire l'objet d'un décret pour entériner la décision de fermeture, après quoi EDF devra préparer la déclaration de mise à l'arrêt de Fessenheim, un volumineux dossier contenant tout le plan de démantèlement, élaboré en lien avec l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), avant sa transmission à l'exécutif.

Cette étape précèdera le décret de démantèlement, qui pourra être pris après arrêt de la centrale et enquête publique, au plus tard dans les deux ans suivant la déclaration de mise à l'arrêt.

- Fermeture en 2019 -

Interrogé par l'AFP, EDF n'a pas fait de commentaire vendredi.

Deux autres garanties demandées par EDF avaient déjà été accordées par l'Etat français, son principal actionnaire, et publiées au Journal officiel: l'extension de trois ans, jusqu'en avril 2020, du délai de mise en service du réacteur EPR en construction à Flamanville (Manche) et la possibilité de redémarrer le réacteur 2 de la centrale de Paluel (Seine-Maritime) après plus de deux ans d'arrêt.

La fermeture de Fessenheim devrait intervenir lors de la mise en service commerciale de l'EPR de Flamanville (Manche), prévue en 2019.

La loi de transition énergétique votée en 2015 plafonne en effet les capacités de production nucléaire à leur niveau actuel de 63,2 gigawatts.
http://www.boursorama.com/actualites/le ... 299c8eed98

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 10 avr. 2017, 13:20
par energy_isere
La fermeture de Fessenheim décrétée mais toujours contestée

AFP le 09/04/2017

Chose promise, chose due: le décret autorisant la fermeture de la centrale de Fessenheim, promesse phare de François Hollande, a été publié dimanche, mais laisse certains anti-nucléaires sceptiques, tandis que les syndicats d'EDF dénoncent un "enfumage" et promettent des recours.

Moins d'un mois avant la fin du quinquennat, le gouvernement pourra donc se targuer d'avoir honoré in extremis un engagement majeur du président en actant le principe de la fermeture de la doyenne du parc nucléaire français.

"L'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim (...) est abrogée", indique l'article 1 du décret, qui précise toutefois que cette abrogation sera effective "à compter de la date de mise en service de l'EPR de Flamanville", censée intervenir au plus tôt en 2019.

La ministre de l'Environnement et de l'Énergie Ségolène Royal avait assuré vendredi que ce décret serait pris d'ici à la fin du mandat de M. Hollande, pour sceller une décision désormais "irréversible".

"C'est dit, c'est fait", a résumé dimanche Mme Royal, ajoutant que cette fermeture n'entraînera "aucune suppression d'emplois par EDF car un vaste chantier industriel de démantèlement va pouvoir démarrer".

"C'est une décision responsable, je la confirmerai si je suis élu" président de la République, a salué Emmanuel Macron, le candidat d'En Marche!.

Marine Le Pen, candidate du Front national, a au contraire prévenu que si elle devenait présidente, elle annulerait ce décret relevant, selon elle, d'une "décision idéologique" et "prise sous la pression des Verts".

...............
Le décret stipule que la fermeture effective de la centrale de Fessenheim, située dans le Haut-Rhin, n'interviendra qu'à compter de la mise en service de l'EPR de Flamanville, en cours de construction dans la Manche.

Il lie en outre cette fermeture à la nécessité de respecter le plafonnement de la capacité du parc de réacteurs nucléaires d'EDF à son niveau actuel de 63,2 gigawatts, fixé par la loi sur la transition énergétique.

...............
http://www.boursorama.com/actualites/la ... 6b5421eb14

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 10 avr. 2017, 13:25
par mobar
energy_isere a écrit : "L'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim (...) est abrogée", indique l'article 1 du décret, qui précise toutefois que cette abrogation sera effective "à compter de la date de mise en service de l'EPR de Flamanville", censée intervenir au plus tôt en 2019.

La ministre de l'Environnement et de l'Énergie Ségolène Royal avait assuré vendredi que ce décret serait pris d'ici à la fin du mandat de M. Hollande, pour sceller une décision désormais "irréversible".

"C'est dit, c'est fait", a résumé dimanche Mme Royal, ajoutant que cette fermeture n'entraînera "aucune suppression d'emplois par EDF car un vaste chantier industriel de démantèlement va pouvoir démarrer".

"C'est une décision responsable, je la confirmerai si je suis élu" président de la République, a salué Emmanuel Macron, le candidat d'En Marche!.

Marine Le Pen, candidate du Front national, a au contraire prévenu que si elle devenait présidente, elle annulerait ce décret relevant, selon elle, d'une "décision idéologique" et "prise sous la pression des Verts".

...............
Le décret stipule que la fermeture effective de la centrale de Fessenheim, située dans le Haut-Rhin, n'interviendra qu'à compter de la mise en service de l'EPR de Flamanville, en cours de construction dans la Manche.
Comme ni Le Pen ni Macron ne seront élus, ni si l'EPR sera un jour mis en route, autant dire qu'on ne sait rien de plus de cette hypothétique fermeture

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 07 juil. 2017, 19:01
par energy_isere
EDF retarde de 3 mois le redémarrage du réacteur 2 de Fessenheim

Publié le 07/07/2017 Infos Reuters PARIS

EDF a retardé de trois mois le redémarrage du réacteur 2 de 900 mégawatts (MW) de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) parce qu'une évaluation de la sécurité d'un générateur de vapeur a duré plus longtemps que prévu.

Fessenheim 2 avait été mis à l'arrêt en juin 2016 sur ordre de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) après la découverte par Areva d'irrégularités dans le processus de fabrication de sa filiale du Creusot. Le redémarrage est maintenant programmé pour le 31 janvier 2018.

Dans une note publiée sur son site internet, EDF indique que l'analyse de l'ASN est toujours en cours.

Une porte-parole de l'électricien public a ajouté que la nouvelle date de redémarrage avait été établie grâce à la visibilité apportée par le régulateur.

Les deux réacteurs de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire de France, offrent une capacité combinée de 1.800 MW.

La centrale devra fermer totalement une fois que l'EPR de nouvelle génération, en cours de construction à Flamanville, sera opérationnel.

Le décret actant le principe de la fermeture de Fessenheim (Haut-Rhin) a été signé en avril. Il prévoit l'arrêt de la production d'électricité du site d'ici avril 2020 et s'inscrit dans le cadre de l'objectif visant à ramener à 50% la part du nucléaire en France en 2025, contre plus de 75% à l'heure actuelle.
http://www.usinenouvelle.com/article/ed ... im.N563132

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 10 juil. 2017, 12:54
par sceptique
mobar a écrit : ....
Comme ni Le Pen ni Macron ne seront élus, ni si l'EPR sera un jour mis en route, autant dire qu'on ne sait rien de plus de cette hypothétique fermeture
Excellente prévision !

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 09 déc. 2017, 13:25
par energy_isere
EDF confirme envisager un arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim fin 2018

AFP parue le 08 déc. 2017

La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) devrait bien s'arrêter définitivement à la toute fin 2018, selon des données publiées vendredi par l'électricien, confirmant ce qu'envisageait déjà le groupe, qui rappelle que cet arrêt reste notamment conditionné au démarrage de l'EPR de Flamanville.

EDF envisage de mettre pour de bon à l'arrêt les deux réacteurs de la doyenne des centrales françaises le 31 décembre à minuit, selon ces données publiées sur le site du gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE afin de respecter les règles d'information des acteurs du marché. Ces informations sont régulièrement actualisées et l'électricien rappelle d'ailleurs que cette fermeture est sujette à deux conditions, comme convenu avec l'Etat en début d'année.

Il faudra qu'elle coincide avec le démarrage de l'EPR de Flamanville (Manche) dont la capacité est comparable à celle des deux réacteurs de Fessenheim (environ 1 600 mégawatts), et d'autre part, qu'elle soit nécessaire pour limiter le parc nucléaire français à son niveau de puissance actuel, soit 63,2 gigawatts.

Début octobre, EDF avait indiqué que l'EPR de Flamanville serait démarré fin 2018, pour une mise en service commerciale en 2019. L'obligation de respecter le plafond actuel du parc nucléaire est une exigence de la loi sur la transition énergétique votée en 2015.

Pour lancer le processus d'arrêt de Fessenheim, EDF doit envoyer six mois avant la date prévue une demande d'abrogation de l'autorisation d'exploiter les deux réacteurs du site. Actuellement, un seul des deux réacteurs est en fonctionnement. Le réacteur numéro 2 est à l'arrêt depuis juin 2016 pour des vérifications dans le cadre des irrégularités détectées à l'usine Creusot Forge d'Areva. EDF prévoit de le redémarrer le 15 mars 2018.
https://www.connaissancedesenergies.org ... 018-171208

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 04 janv. 2018, 17:13
par energy_isere
Fessenheim: à un an de la fermeture, la reconversion pose questions

Par AFP le 04.01.2018

Le gouvernement et les acteurs locaux vont se pencher prochainement sur la reconversion encore dans le flou du site de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) qui devrait s'arrêter définitivement d'ici à un an.

Le secrétaire d'État auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire Sébastien Lecornu a annoncé jeudi qu'il irait le 18 janvier en Alsace pour installer un "comité de pilotage" sur la reconversion de la centrale après avoir déjà réuni les élus locaux fin novembre,.

Ce comité doit réunir les élus locaux, les services de l’État, EDF et les représentants des acteurs économiques. "On a beaucoup de pistes de travail très concrètes", a assuré Sébastien Lecornu sur RTL.

Sur place, l'attente est grande alors que la centrale emploie directement 850 salariés d'EDF et environ 350 salariés permanents d'entreprises prestataires, sans compter nombre d'emplois indirects et induits.

On attend "les compensations financières et comment recréer 2.000 emplois rapidement", souligne auprès de l'AFP Claude Brender, maire (sans étiquette) de la commune de Fessenheim.

Le bourg de 2.400 habitants "vit grâce à la centrale", rappelle le maire. Et les collectivités locales entendent bien être compensées pour les 15 millions d'euros de recettes fiscales annuelles qui seront perdues.

- "Rien de concret" -

Plusieurs projets de reconversion du site ont été évoquées par le passé, comme l'éventuelle installation d'une usine de voitures électriques de l'américain Tesla, un projet d'usine de batteries ou la création d'un site pilote de démantèlement de centrales.

On parle aussi d'un centre de recherche, de l'installation d'une centrale à gaz dans la région, voire d'une vaste ferme solaire, domaine dans lequel EDF a récemment annoncé ses ambitions.

"Pour l'instant il n'y a rien de concret, on est au début du commencement", regrette le maire Claude Brender.

Le calendrier presse pourtant: Fessenheim, doyenne des centrales nucléaires françaises, doit fermer au moment où le réacteur EPR de Flamanville (Manche) entrera en service, ce qu'EDF prévoit de faire entre fin 2018 et début 2019. S'ouvrira alors le long chantier du démantèlement...

La France ne peut en effet pas produire plus d'électricité nucléaire qu'elle ne le fait actuellement: l'obligation de respecter le plafond actuel est une exigence de la loi sur la transition énergétique votée en 2015.

Le pays possède un parc de 58 réacteurs et le nucléaire représente quelque 75% de sa production d'électricité. Mais il est prévu de ramener ce chiffre à 50% d'ici 2030 ou 2035, si bien que d'autres centrales vont devoir fermer.

- "Un symbole" -

Fessenheim sera donc la première à fermer, un engagement du précédent président François Hollande repris par son successeur Emmanuel Macron.

"C'est devenu un symbole", souligne à l'AFP Nicolas Goldberg du cabinet Colombus consulting.

"Fessenheim a cristallisé beaucoup de choses: c'est la plus vieille, elle est à la frontière franco-allemande, il y a eu une réévaluation du risque sismique sur la zone et en plus, il y a un des réacteurs à l'arrêt depuis un petit moment", rappelle l'expert.

En effet, le réacteur Fessenheim 2 est en arrêt prolongé à la suite d'une anomalie sur la virole basse d'un générateur de vapeur. Un problème lié aux irrégularités à la forge du groupe nucléaire Areva au Creusot (Saône-et-Loire).

Autant de difficultés qui ont fait de la doyenne des centrales une cible prioritaire pour les écologistes.

"Il faut arrêter de tergiverser: la centrale de Fessenheim doit fermer", juge Alix Mazounie, chargée de campagne énergie à Greenpeace France.

"Son manque de sécurité et de sûreté, sa vétusté, mais aussi son faible taux de production d'électricité sont autant de critères qui rendent sa fermeture indispensable", estime-t-elle.

"Les gouvernements allemands et luxembourgeois ont exprimé à plusieurs reprises ces dernières années de fortes inquiétudes face au risque d'accident de la centrale", rappelle à l'AFP Alix Mazounie.
https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ons_119598

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 18 janv. 2018, 21:27
par energy_isere
Pourquoi la fermeture de Fessenheim doit être exemplaire pour l'Etat comme pour EDF

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 18/01/2018

Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, est en Alsace ce jeudi 18 janvier pour installer un "comité de pilotage" sur la reconversion de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). Il a un an pour éviter un désastre économique et social, et servir d’exemple.

La fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), calée sur la mise en service de l’EPR de Flamanville (Manche) prévue pour fin 2018, sera donc suivie par d’autres arrêts définitifs. Et si l’échéance de 2025 a été repoussée pour achever cette transition énergétique en faveur des énergies renouvelables, la réussite de la reconversion du site, du transfert des effectifs (850 salariés et 350 intervenants extérieurs) et le renouveau de tout le tissu économique de la région va donc servir de modèle. La méthode se doit donc d’être exemplaire.
...................
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... df.N640063

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 20 janv. 2018, 13:05
par energy_isere
Fessenheim : Sébastien Lecornu a discrètement visité la centrale nucléaire
INFO RTL - Le secrétaire d'État s'est rendu dans l'enceinte de la centrale ce samedi 20 janvier, au terme de trois jours en déplacement en Alsace, pour lancer le comité de pilotage de la fermeture du site de la plus ancienne centrale nucléaire encore en activité en France.

le 20/01/2018

Sébastien Lecornu, secrétaire d'État à la Transition écologique, s'est rendu ce samedi 20 janvier dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Fessenheim. Cette visite discrète de la plus vieille centrale toujours en activité est venue clore son déplacement en Alsace, débuté jeudi pour lancer le comité de pilotage de la fermeture du site. Celui-ci doit également travailler à la reconversion du lieu.

Un voyage sous tension, alors que le secrétaire d'État à la Transition écologique a été pris à parti jeudi par des salariés de la centrale de Fessenheim. La fermeture de cette dernière est attendue fin 2018 ou début 2019.

"La centrale fermera, j’assume cette décision. Je ne viens pas avec un chèque, mais je ne viens pas les mains vides. Il s’agit de construire un projet exemplaire pour le territoire", a déclaré Sébastien Lecornu, vendredi 19 janvier. L'État souhaite notamment lancer un appel à projet pour la production d'énergies renouvelables.
http://www.rtl.fr/actu/politique/fessen ... 7791918801

Re: Fessenheim : poursuite pour 10 ans ou pas ?

Publié : 20 janv. 2018, 18:13
par mobar
Restera Blayais, Bugey, Gravelines et Tricastin pour être en ligne avec le programme de Greenpeace
Encore un petit effort
https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/ ... 1516468230