Le stockage des déchets nucléaire en France.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 04 janv. 2012, 10:17

Je n' ai pas vu ca dans les grands media.
Déchets radioactifs : l'autorisation d'exploitation du laboratoire de Bure renouvelée

22 décembre 2011 Actu-Environnement.com

L'autorisation accordée à l'Andra d'exploiter un laboratoire souterrain à Bure (Meuse) est renouvelée pour 18 ans, par un décret paru le 22 décembre au Journal officiel. Ce laboratoire est destiné à étudier les formations géologiques profondes où pourraient être stockés des déchets radioactifs.

Le décret détermine le périmètre de protection dans lequel les préfets de la Meuse et de la Haute-Marne peuvent "interdire ou réglementer les travaux ou les activités qui seraient de nature à compromettre, sur le plan technique, l'installation ou le fonctionnement du laboratoire". Il détermine l'étendue des pouvoirs de surveillance confiés au préfet de la Meuse.

"Il précise notamment l'objet des investigations, expérimentations et essais qui y seront menés, les prescriptions auxquelles l'exploitant doit se conformer, les conditions de remise en état du site en cas de cessation définitive d'activité", indique la notice de présentation du décret.
http://www.actu-environnement.com/ae/ne ... 14498.php4
Autorisation prolongée pour l’Andra à Bure

28/12/2011

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a obtenu la prolongation jusqu’en 2030 de son autorisation d’exploiter son laboratoire souterrain à Bure (Meuse), visant à préparer la mise en place d’un futur site de stockage de déchets radioactifs dans le sous-sol.

Image
Le stockage des déchets radioactifs pourrait se faire entre 445 et 490 mètres de profondeur. Photo AFP

Cette « nouvelle autorisation », qui prolonge celle qui arrivait à échéance le 31 décembre 2011, « est accordée jusqu’au 31 décembre 2030 », selon un décret paru au Journal Officiel. « Les investigations, expérimentations et essais en laboratoire souterrain ont pour objet de réunir les données nécessaires à l’exploitation d’un éventuel stockage de déchets radioactifs en couche géologique profonde », selon ce décret.

Les recherches menées dans ce laboratoire doivent notamment permettre d’ « approfondir la connaissance des phénomènes physico-chimiques, mécaniques et thermiques », de « développer, optimiser et mettre au point les méthodes de construction et d’exploitation d’un stockage », et de « mettre au point des méthodes de scellement des ouvrages et de remblaiement de galeries ».

L’Andra développe depuis 1998 à Bure un projet de « tombeau » des déchets radioactifs les plus dangereux produits en France par le nucléaire civil et militaire, qui devrait être mis en service en 2025. Le centre industriel de stockage géologique (Cigéo) servira à confiner pendant des siècles quelque 100 000 m 3 de déchets nucléaires à haute et moyenne activité radioactive, et à vie longue (HA/MA-VL).

Le laboratoire de Bure est composé d’installations en surface (locaux administratifs, ateliers, laboratoires et bâtiment d’accueil du public), sur une superficie d’environ 17 hectares, et de plus de 700 mètres d’installations souterraines, à 445 et 490 mètres de profondeur, selon le site internet de l’Andra.

La première phase des recherches a permis de montrer la « faisabilité technique » du stockage et de définir une zone propice, précise Patrick Landais, directeur de la recherche et du développement à l’Andra. Avec cette nouvelle phase, l’agence nationale entend passer à « la démonstration » en vue d’une demande d’autorisation de construction du stockage prévue pour 2016.
http://www.lalsace.fr/actualite/2011/12 ... dra-a-bure

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 01 févr. 2012, 18:56

ANDRA : "Nous sommes disposés à établir une nouvelle évaluation des coûts de l’enfouissement"

L’agence nationale de retraitement des déchets radioactifs (Andra) a retenu début janvier les premiers maîtres d’œuvres du centre d’enfouissement prévu à Bure (Meuse). Attribué à Gaiya, groupement associant Technip et Ingérop, ce contrat d’un montant de 61 millions d’euros HT sur six ans intervient alors même que la Cour des comptes met en exergue des coûts de traitement manifestement sous-évalués.

Marie-Claude Dupuis, directrice de l’Andra, revient avec L'Usine Nouvelle sur ce rapport.

L’Usine Nouvelle - Pourquoi lancer la phase de conception industrielle de stockage de déchets hautement radioactifs dans le sous-sol meusien aujourd’hui, alors même que la loi autorisant ou non l’enfouissement ne sera votée qu’en 2016 ?
Marie Claude Dupuis. Nous nous plaçons dans la perspective du débat public qui doit s’ouvrir en 2013 en vue de la demande d’autorisation d’enfouissement que nous déposerons en 2015. Le contrat de Gaiya se compose de tranches conditionnelles jusqu’à fin 2017, la seule tranche ferme ne couvrant que 2012.

Résultant de 20 ans de recherches sur les capacités de confinement de la couche argileuse du sous-sol meusien, le projet entre aujourd’hui dans une phase de plus en plus concrète. Il est temps d’évaluer les besoins en eau, en énergie et en infrastructures ainsi que l’impact des installations sur le territoire. Le secteur de Bure présente aujourd’hui une densité de population de 7 habitants au km2. Le projet, qui doit générer 600 à 700 emplois dans un premier temps et 1 000 emplois directs par la suite, suppose des moyens en eau, en électricité et en réseaux routiers et ferroviaires. Le groupement que nous avons retenu doit nous aider à apporter des réponses concrètes au préfet de la Meuse, qui a pour mission d’établir d’ici à 2013 un schéma de développement du territoire.

Le projet d’enfouissement portait jusqu’à présent sur des déchets hautement radioactifs issus du retraitement. Or, il est aujourd’hui question d’entreposer à Bure du MOx, voire des déchets non retraités. Sur quels scénarii les équipes retenues travailleront-elles ?
La commande passée à Gaiya porte sur l’enfouissement des déchets vitrifiés. Si l’Etat venait à changer sa politique, nous nous adapterions à cette évolution et étudierions l’enfouissement de combustible usé non traité. Le laboratoire de l’Andra à Bure a travaillé jusqu’en 2005 sur la faisabilité de l’enfouissement de tous les combustibles – déchets vitrifiées, Mox et combustible non retraité – avant de privilégier, à partir de 2006, le stockage de déchets vitrifiés, sans toutefois exclure l’enfouissement de combustibles usés. Nous travaillons de manière globale sur un inventaire qui n’a pas changé : notre mission consiste à traiter les déchets radioactifs du parc nucléaire français en nous basant sur l’hypothèse d’une durée de vie de 50 ans. Le volume, globalement connu, se compose de 10 000 m3 de déchets primaires vitrifiés et 70 000 m3 de déchets de moyenne activité à vie longue.

En 2005, l’Andra évaluait le coût de l’enfouissement à 15 milliards d’euros. Sept ans plus tard, l’estimation du stockage – pour les seuls déchets vitrifiés – est passée à 35 milliards d’euros, au grand dam de vos principaux clients, EDF, Areva et le CEA. Comment réagissez-vous au rapport de la cour des Comptes, qui préconise aujourd’hui un nouveau devis intégrant le stockage du Mox et de déchets non traités ?
La première évaluation se basait sur un chiffrage effectué en 2003 et sur la valeur de l’euro en 2002. Le coût du stockage doit chiffrer l’investissement initial, mais aussi les frais de fonctionnement durant un siècle ainsi que les impôts et taxes. En actualisant ces données, nous parvenons à un coût compris entre 1 et 2 % du coût de production de l’énergie. Si l’Etat confirme la recommandation de la Cour des comptes, nous sommes disposés à établir une nouvelle évaluation des coûts de l’enfouissement incluant des déchets vitrifiés, du Mox et des déchets non retraités. Nous sommes aujourd’hui au carrefour de demandes de plusieurs acteurs dont les intérêts sont parfois contradictoires. Les producteurs veulent traiter leurs déchets à moindre coût. Les évaluateurs, l’Autorité de sûreté nucléaire et la Commission nationale d’évaluation, se préoccupent de la sûreté des installations. Le Parlement exige des garanties en termes de réversibilité. Les acteurs locaux se préoccupent à la fois de la maîtrise des risques et de l’apport que le projet représente pour leur territoire. Nous devrons présenter en 2015 une réponse équilibrée.
http://www.usinenouvelle.com/article/no ... nt.N167803

Rod
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 352
Inscription : 19 juin 2008, 14:08
Localisation : au milieu des vignes
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par Rod » 07 mars 2012, 16:56

J'ai apprisv hier via le reportage sur artev de l’existence de l'ANDRA (dont il est fait mention plus haut :oops: ). Il a été longuement question du site de Bure.
Je viens de faire un tour sur leur site. Il y une carte de France avec tous l’inventaire des sites possédant des déchets nucléaires et leurs descriptifs: fort intéressant!
http://www.andra.fr/pages/fr/menu1/les- ... -r-10.html
moins vite, moins loin, moins souvent: le transport post PO
Des couches lavables
Chauffage bois solaire

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 05 juil. 2012, 22:47

Branle-bas de combat sur le stockage géologique de déchets nucléaires

A six mois du débat public sur le stockage géologique des déchets de haute et moyenne activité à vie longue, tout semble s'accélérer.

Depuis la loi Bataille et l'autorisation donnée à l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) d'exploiter le laboratoire de Bure à la frontière entre la Meuse et la Haute-Marne, l'Andra poursuit ses études sur le stockage géologique de déchets nucléaires de haute et de moyenne activité à vie longue (HA-MA VL). Avec des acquis, notamment le fait que l'infrastructure souterraine soit creusée à 500 mètres sous-terre, dans la couche d'argilite formée au Callovo-Oxfordien ("Cox"). Celle-là même où se trouvent les galeries creusées dans le cadre du laboratoire.

Le débat public sera dans six mois, est-il écrit dans la Loi

La loi Loos fixe à l'an prochain le déroulé du débat public sur le stockage géologique des déchets nucléaires HA-MA VL pour que, deux ans après, en tant que maître d'ouvrage, l'Andra puisse déposer une Demande d'Autorisation de Création (DAC) de centre industriel de stockage géologique (cigéo) dont l'exploitation démarrerait dix ans après. En prévision de ce débat public, moultes challenges se présentent à l'Andra étant donné le niveau de détail exigé par la loi TSN.
.................
en entier : http://www.actu-environnement.com/ae/ne ... 16047.php4

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par krolik » 11 juil. 2012, 18:01

43 sites pollués par la radioactivité recensés en France
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html



Dans son inventaire national publié mercredi 11 juillet, l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) dresse une carte de 43 sites pollués par la radioactivité fin 2010 en France, pour la plupart réhabilités ou en passe de l'être. Ces sites sont essentiellement répartis à Paris, en Ile-de-France, ainsi que dans l'Est et le Sud-Est.

"L'Andra fait le ménage de Marie Curie", plaisante sa directrice générale, Marie-Claude Dupuis, car il s'agit essentiellement de sites où du radium (ou des objets en contenant) a été fabriqué, entreposé ou commercialisé durant la première moitié du XXe siècle.

"La plupart de ces sites ont abrité des activités du passé, datant de l'entre-deux-guerres, qui ne relevaient pas de l'industrie nucléaire : extraction du radium pour la médecine ou la parapharmacie, fabrication et application de peintures pour la vision nocturne, exploitation de minerais..." précise l'Andra sur son site Internet.

UNE OPÉRATION POUR CONTRÔLER 134 SITES

"Après guerre, la mémoire de ces sites, généralement situés dans des zones urbaines, a été perdue et certains d'entre eux ont été réaménagés en logements ou bâtiments publics par exemple. D'autres sites sont quant à eux restés à l'état de friche" précise encore l'agence.

Parmi les sites pollués, on trouve également d'anciens établissements industriels exploitant des minerais radioactifs (mines d'uranium) ou destinés à en extraire des "terres rares". C'est le cas par exemple de l'ancienne usine Orflam-Plast, à Pargny-sur-Saulx (Marne), qui fabriquait des pierres à briquet à partir d'un minerai riche en thorium.

L'Autorité de sûreté nucléaire a par ailleurs lancé fin 2010 une "opération diagnostic radium" visant à contrôler 134 sites exposés à la radioactivité par le passé. En accord avec les propriétaires, des experts de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire se rendent sur place. Si leur inspection met en évidence des traces de radium, les sites pollués sont réhabilités aux frais de l'Etat tandis qu'un suivi sanitaire des populations concernées peut être mis en place.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8346
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

[Nucléaire] Le nucléaire et ses déchets / démantèlement

Message par Remundo » 26 août 2012, 11:14

Une vidéo commentée sur le stockage géologique des déchets radioactifs.

Site de Bure, conférence de la Commission Nationale d'Evaluation...

http://www.dailymotion.com/video/xs8x3n ... a-cne_news

ça a l'air intéressant...

@+

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 26 sept. 2012, 10:40

Andra : une journée pour « sortir des idées reçues »

26 Sept 2012 l' Est eclair

Morvilliers - Le centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage de l'Andra a ouvert ses portes au public hier pour « sortir des idées reçues »


L'Andra a ouvert les portes de son Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage (Cires) de Morvilliers au public hier. Le centre accueille depuis l'été 2003 les déchets dits « de très faible activité ».
Hier, l'Agence nationale pour la gestion des déchets nucléaires a reçu près de 500 personnes avec un leitmotiv : « sortir des idées reçues » : « Les gens ont parfois une vision obscure de ce que sont les déchets nucléaires. Aujourd'hui, nous accueillons les visiteurs et nous leur donnons toutes les informations pour qu'ils se fassent leur propre opinion sur la gestion des déchets nucléaires, en toute connaissance de cause », souligne Patrice Torres, directeur des Centres industriels de l'Andra dans l'Aube.
Cette année, l'exercice revêt un caractère particulier puisque cette journée portes ouvertes intervient trois jours après l'inauguration de deux nouveaux bâtiments de stockage et d'entreposage de déchets radioactifs non électronucléaires en provenance d'universités, de laboratoires et d'hôpitaux.
http://www.lest-eclair.fr/article/a-la- ... ees-recues

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 21 nov. 2012, 10:13

DECHETS RADIOACTIFS – Un Débat public sur Cigeo en 2013

19 Nov 2012 enviro2b.com

La Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a annoncé sa décision d’organiser un débat public sur le projet Cigéo de création d’un stockage réversible profond de déchets radioactifs en Meuse/Haute-Marne, proposé par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.

Une Commission particulière du débat public a été constituée, présidée par Claude Bernet. Cette CNDP va rencontrer les différentes parties prenantes avant de préciser le calendrier et les modalités du débat public, qui se tiendra en 2013.

La loi de 2006 sur la gestion des matières et déchets radioactifs prévoit que le projet Cigéo fasse l’objet d’un débat public préalablement à sa demande d’autorisation de création rappelle l’Andra.
http://www.enviro2b.com/2012/11/19/dech ... o-en-2013/

Image

Image

Image

http://www.cigeo.com/l-actu-de-cigeo/it ... r-cigeocom

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8346
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par Remundo » 21 nov. 2012, 16:20

Sur Cigéo / BURE, une vidéo à voir
http://www.dailymotion.com/video/xs8x3n ... a-cne_news

j'en avais déjà parlé... je sais plus où :-k

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 14 mai 2013, 13:52

suite de l' avant dernier post.
La France ouvre le débat sur ses poubelles nucléaires: (Projet Cigéo)

PARIS (Reuters) 14 Mai 2013

La France projette d'enfouir ses déchets nucléaires les plus dangereux à 500 mètres sous terre, le seul tombeau désormais envisagé pour protéger l'homme pendant les 100 prochains millénaires des substances les plus radioactives jamais créées.

L'atome a fourni de l'électricité à la France en grande quantité depuis plus de 30 ans sans qu'une solution soit trouvée pour ses déchets. Le projet Cigéo doit répondre à ce paradoxe et sera détaillé dans un débat public qui s'ouvre mercredi.

L'Agence chargée des déchets nucléaires (Andra) déposera à cette occasion un dossier d'autorisation auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Elle prévoit de débuter la construction des galeries en 2019 et de réceptionner les premiers déchets en 2025.

"C'est l'occasion de présenter toutes les facettes du projet, de répondre aux questions, d'intégrer des recommandations dans les études que l'on va mener jusqu'en 2015", dit Thibaud Labalette, directeur des programmes de l'Andra.

...........
http://www.boursorama.com/actualites/la ... 397ee71da4

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8309
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par kercoz » 14 mai 2013, 17:48

Faudra interdire le pompage gaz de schiste a moins de 35m .
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 01 juin 2013, 13:40

Quels sont les enjeux du stockage des déchets nucléaires à Bure ?

Le Monde.fr | 31.05.2013

Le futur site de stockage de déchets radioactifs de Bure est dans l'impasse. Les deux réunions publiques prévues les 30 mai et 6 juin sont reportées à une date non précisée, une semaine après une première réunion que les opposants au projet avaient fait tourner au fiasco. En quoi consiste ce site souterrain et pourquoi est-il si controversé ?

Qu'est-ce que le site de Bure ?
Bure, petite commune d'une centaine d'habitants de la Meuse, accueille depuis 2000, à 480 mètres de profondeur, un laboratoire de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). L'agence y développe le prototype d'un centre industriel de stockage géologique (Cigéo). Son but : confiner pendant 100 000 ans, dans ce cimetière nucléaire de 15 km2 de galeries et d'alvéoles, les déchets radioactifs les plus dangereux produits en France. Le site a été choisi en raison de sa couche argileuse de 120 mètres d'épaisseur, vieille de 155 millions d'années et réputée pour son imperméabilité.

Image

..................
http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9113
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par mobar » 30 sept. 2013, 13:30

Une émission sur France Culture qui décrypte les mesures et le marketing d'AREVA et EdF auprés des elus de Bures et de la région, les bisounours démasqués

http://www.franceculture.fr/emission-te ... kage-geolo
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par energy_isere » 26 nov. 2013, 18:57

SNC-Lavalin décroche le contrat d'étude du stockage géologique Cigéo

26 Nov 2013 Usine Nouvelle

Le groupe d’ingénierie SNC-Lavalin a remporté un contrat dans le cadre du projet français de stockage géologique de déchets radioactifs Cigéo.

SNC-Lavalin a été désigné par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) pour réaliser les études d’avant projet relatives à la conception des installations de surfaces du projet français Cigéo, un centre de stockage profond des déchets radioactifs.

Dans le cadre de celui-ci, l’ingénieriste, mandataire du groupement, assurera, la maîtrise d’œuvre du sous-système de ces installations conventionnelles de surface comportant à la fois l’aménagement des zones d’activités de surfaces (zone puits et zone descenderie), ainsi que l’ensemble des bâtiments supports à l’activité (bureaux, poste de contrôle, restaurant d’entreprise, bâtiments de maintenance,…).

Plus de trois ans et demi d'études nécessaires

D’un montant global de 6,8 millions d’euros, les études relatives à ces aménagements se dérouleront sur 44 mois et seront menés principalement par les équipes de SNC-Lavalin d’Ivry et de Reims. "Elles mobiliseront également les compétences d’autres ingénieurs du groupe qui comptent plus 1600 salariés en France , précise Ludovic Vaz, patron des activités bâtiments.

Le siège européen de ce groupe international est en effet à Paris. "C’est un projet complexe qui fera travailler une multiplicité d’acteurs dans un environnement contraint et spécifique", souligne Ludovic Vaz. Ce sera une première en France pour un projet emblématique, mais il s’inscrit dans le cadre des activités nucléaires du groupe (exploitation d’installations nucléaire en Roumanie).

"SNC-Lanvalin, organisé par grandes régions géographiques, exerce son activité dans trois grands secteurs : l’énergie, les infrastructures et les ressources naturelles. Il travaille notamment dans les domaines des déchets, des mines et des tunnels" indique-t-il. Mais également dans le secteur de la concession en France, où il gère seize aéroports.

Une référence mondiale du stockage de déchets nucléaires

Rappelons que Cigéo (Centre industriel de stockage géologique) est conçu pour stocker les déchets hautement radioactifs et à durée de vie longue produits par l’ensemble des installations nucléaires françaises. Il doit être implanté dans l’Est de la France, à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne. Il sera composé d’installations de surface, notamment pour accueillir et préparer les colis de déchets et pour réaliser les travaux de creusement et de construction des ouvrages souterrains. Le stockage sera réalisé dans des installations souterraines, situées à environ 500 mètres de profondeur, dans une couche de roche argileuse imperméable.
Il constituera sans doute dans les prochaines années, l’une des références mondiales dans le domaine du stockage géologique. Une référence que peu de concurrents de la filiale du groupe basé à Montréal pourront afficher.
http://www.usinenouvelle.com/article/sn ... eo.N221471

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8346
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Le stockage des déchets nucléaire en France.

Message par Remundo » 27 nov. 2013, 10:50

Ah ben au moins, voilà un bon contrat de BTP.

Un bon petit fromage que vient de croquer SNC Lavalin. 7 Millions d'euros pour concevoir des tunnels en béton armé qu'on sait déjà faire, ma foi ça doit être rentable. Y'aura ptet un peu de poudre de perlinpinpin dans le ciment qui lui permettra de résister pour des millions d'années, of course.

Après ce sera Vinci ou Eiffage ou Bouygues Construction pour le béton... puis avec les forages et les tombereaux Caterpillar brûlant du Diesel visqueux, l'empreinte CO2 va être fameuse... Enfin, tout le monde sait que le nucléaire est zéro CO2 !

Et il faut quand même le faire, c'est ce qu'il y a de "moins pire" pour gérer nos déchets nucléaires...

@+

Répondre