Débat sur l' intermittence du solaire Photovoltaique

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10106
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Débat sur l' intermittence du solaire Photovoltaique

Message par mobar » 13 sept. 2018, 16:25

sceptique a écrit :
11 sept. 2018, 17:01
Les ménages allemands payent très cher (2 fois plus que nous) avec beaucoup de taxes pour subventionner PV et éolien. Et ces ENRi ont couté des centaines de milliards qui auraient pu être mis ailleurs. Par exemple dans le remplacement des centrales charbon par du nuke moderne et une baisse considérable des émissions de C02. Pour se rapprocher de notre bilan. :D
Ce ne sont pas les allemands qui paient cher, ce sont les français qui font payer à leurs descendants les coûts futurs d'une filière nuke qui n'existe justement parce que ceux-ci ont été dissimulés
10 000 ans de surveillance des stockages de déchets nuke qu'on a produit, le cout du démantèlement sous évalué d'un facteur 4 ou 5, les futurs dégâts de l'accident majeur qui nous pend au nez ... suffiraient à multiplier par 10 le prix de l'électricité française

Les autruches finissent mal!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Troti
Brut léger
Brut léger
Messages : 404
Inscription : 09 juin 2009, 18:17
Localisation : Comme beaucoup d'autres, dans le Y

Re: Débat sur l' intermittence du solaire Photovoltaique

Message par Troti » 13 sept. 2018, 16:49

sceptique a écrit :
11 sept. 2018, 17:01
Tu lis mal ...
Je parle uniquement du bilan C02 du PV et éolien. A cette aune là la France est championne très très loin devant les Allemands (presque 10 fois et non pas deux) :
https://allemagne-energies.com/2018/01/ ... d-en-2017/
Le contenu CO2 moyen de l’électricité s´élève en 2017 à environ 490 g CO2/kWh, à titre de comparaison environ 53 g CO2/kWh en France selon RTE /9/.
Tu as raison, la quantité de CO2/kwh plaide en faveur de la France ... dommage que cela n'ai pas d'impact majeur sur la quantité totale de CO2/habitant (cf cas de l'Espagne). Est-ce donc un critère très pertinent?
Comment fait-on pour que les ravioles ne collent pas?

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Débat sur l' intermittence du solaire Photovoltaique

Message par sceptique » 13 sept. 2018, 17:34

Troti a écrit :
13 sept. 2018, 16:49
Tu as raison, la quantité de CO2/kwh plaide en faveur de la France ... dommage que cela n'ai pas d'impact majeur sur la quantité totale de CO2/habitant (cf cas de l'Espagne). Est-ce donc un critère très pertinent?
Normal, l'électricité ne représente que 20% des émissions de C02. Ce n'est quand même pas une raison pour ne rien faire (ou pas assez) de ce coté là, comme les allemands !

Les ENRi (PV et éolien) sont, faute d'hydraulique et de biomasse suffisantes, les seules énergies disponibles pour remplacer soit les fossiles soit le nucléaire. Les deux représentent un danger :
- faible probabilité pour le nucléaire avec des effets limités. Au plus 0.0x % de la planète inhabitable pour l'homme.
- certitude de rendre la planète largement invivable à échéance du siècle pour le C02.
Entre deux maux il faut choisir le moindre. Priorité absolue donc à l'éradication des fossiles (COP21).
Je répète donc :
Les transports terrestres (voitures, camions, bus) représentent une très grosse part des fossiles qui partent en CO2.
Avec des véhicules électriques partagés minimums (taxis puis autonomes, 200-500 kg, autonomie 100-200 km) et des autoroutes électriques pour les longs trajets on a suffisamment avec le PV et l'éolien ! Et les batteries des véhicules permettent d'équilibrer le réseau en dernier recours (pas trop sinon épuisement des batteries). Par exemple, le PV est parfait pour recharger en été entre 9h et 15h solaires ! quant à l'éolien, quand il produit on recharge les batteries. Et la nuit on utilise l'excédent nucléaire.
Il est facile de calculer qu'ainsi, avec les capacités PV et éolien existant, on peut économiser l'essentiel du pétrole et du C02 émis par les transports. Avec 10-100 fois moins de véhicules et donc de ressources polluantes à fabriquer et recycler (métaux, plastiques, tissus, peintures ...).
Alors qu'en remplaçant le nuke par PV et éolien on ne gagne rigoureusement rien au niveau CO2 et en plus on fragilise le réseau.

De même pour le chauffage il est préférable de remplacer les fossiles (pétrole/gaz) par des pompes à chaleur électriques (après isolation bien sur).

Ainsi on peut atteindre une économie neutre en C02 assez vite. PV, éolien et nucléaire étant les armes essentielles pour y parvenir. Mais chacun étant utilisé au mieux en fonction de ses caractéristiques.

Répondre