Centrales solaires en orbite

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57762
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par energy_isere » 04 sept. 2009, 19:16

Yves a écrit :hummm Jules Vernes ?
.
oui mais on parlait de 30 ans avant un évenement. donc 1969 -30 = 1939.

et en 1939 Jules Vernes était mort.
Et Jules Verne à "imaginé" aller dans la Lune avec un procédé qui marche pas. (on ne peut que s' écraser violement sur la Lune par un tir direct. Il faut d' abord satelliser autour de la Terre puis autour de la Lune).

Sinon c' est trop facile d' imaginer n' importe quoi. Dans le tas il y aura forcément une idée qui se fera en se trompant lourdement sur la technologie employée.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57762
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par energy_isere » 07 déc. 2009, 17:51

Panneaux solaires en orbite, la Californie approuve

En début d'année, l'opérateur d'énergie californien, PG&E avait annoncé qu'il allait acheter 200 mégawatts d'énergie solaire en provenance de l'espace à partir de 2016.

Aussi, même si cela reste encore un projet de nature expérimentale, l'accord a été approuvé par le législateur californien, car il reste compatible avec l'objectif de l'Etat fédéral d'accroître son recours à un approvisionnement diversifié en sources d'énergie renouvelables.

Dans l'espace, explique PG&E, la puissance potentielle de l'énergie solaire est 8 à 10 fois supérieure à celle disponible sur Terre. Elle pourrait être captée en permanence, et produire ainsi de l'électricité de base.

Grâce à son accord d'achat d'électricité avec Solaren Corporation, PG&E aura un droit sur l'énergie produite à partir du premier projet spatial. La technologie expérimentale fera appel à des satellites en orbite équipées de cellules solaires capables de transformer l'énergie du soleil en électricité. L'électricité produite par ces cellules sera ensuite convertit en énergie et transmise au sol par radio-fréquence vers une station de réception à Fresno, en Californie.

Solaren s'attend à ce que leurs panneaux solaires génèrent 1700 gigawatt-heures d'énergie par an (soit à peu près la consommation annuelle de 250.000 logements) pendant toute la durée du contrat.

PG & E n'a pas voulu révéler le coût du contrat sur 15 ans, mais selon les documents déposés à la commission California Public Utilities, le prix serait supérieur au marché de plus de 12,9 cents par kilowatt-heure.
http://www.enerzine.com/1/8822+panneaux ... ouve+.html

la news précedente de Enerzine sur Solaren : http://www.enerzine.com/1/7392+une-cent ... 016-+.html du 15 Avril 2009

et il y a un article du 26 Sept 2009 dans :
http://www.dailyfinance.com/2009/09/26/ ... e-forward/
Plans for solar power from outer space move forward

.........
How many launches will it take to the get the whole system up and orbiting?

We can do it with a small number of launches, only four. To get that, we had to come up with a design that was lightweight and innovative. We're still using a big rocket. Each launch will have a satellite or a piece of our system that will go up. Once we are up there, we will rely on concentrating the suns energy with mirrors to improve efficiency. We'll have a large footprint but it's not acres of solar cells like NASA has depicted. We have to use space-qualified photovoltaic solar cells that have a proven track record. We'll use mylar or some other lightweight reflective material to construct mirrors to concentrate the sun's energy.

How much will this project cost?
A few billion dollars to get it done. We are looking for private investment. We're not seeking any government funding or utility funding.
seulement 4 lancements pour une centrale de 200 MW ? Et bien il va falloir que ca soit sacrément leger tout ca.
"A few billion dollars to get it done" ; Quelques milliards de $" , traduction on saut pas vraiment combien ca va couter au final. :roll:

Faudrait peut étre qu' ils commencent petit avec un démonstrateur de 1 MW avant de faire miroiter 200 MW.
Dans le domaine du spatial j' ai jamais vu procéder autrement.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8372
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par Remundo » 07 déc. 2009, 18:26

A première vue, ça me paraît assez délirant, tant dans le principe que dans la puissance projetée...

il est probable que le surcroît d'énergie lumineuse dans l'espace soit complètement effacé par un mauvais rendement de transmission par radiofréquence : les pertes seront doubles;
- dispersion spatiale de l'onde
- atténuation de l'onde.

Enfin, wait and see. :idea:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57762
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par energy_isere » 25 janv. 2010, 12:28

EADS-Astrium s'intéresse à l'énergie solaire orbitale

(src : EADS, Le Figaro)

Astrium, le leader européen de l'industrie spatiale indique avoir développé des technologies capables d'acheminer l'énergie solaire vers la Terre.
A ce titre, la filiale d'EADS envisage de construire d' ici 2020, un démonstrateur de 20 à 50 kW en mesure de canaliser l'énergie solaire, la transmettre par rayon laser infrarouge à l'aide de miroirs spéciaux et la récupérer sur Terre.

En cas de succès, il serait alors envisageable de construire un réseau de stations orbitales capables de fournir de l'énergie permanente d'une puissance de plusieurs gigawatts.

Selon le PDG d'Astrium, François Auque "il sera possible d'alimenter en électricité solaire des bateaux, des zones isolées ou sinistrées, comme c'est le cas en ce moment en Haïti, mais aussi des avions ou des stations fixes au sol".

Par ailleurs, seule "l'énergie utile" serait acheminée vers la terre, car les quantités de chaleur produites lors de la conversion de l'énergie solaire en électricité, seront inévitablement dissipées dans le vide spatial. Lors de la phase de réception du faisceau, il apparaît que "le rendement énergétique mesuré sur des diodes, peut atteindre 80 %".

D'après le directeur technique d'Astrium, ce projet serait sans risque, car l'infrarouge d'une longueur d'ondes de 1,5 micron "est équivalente à celle du rayonnement solaire, soit 1 000 watts par mètre carré".

Les japonais ont lancé un projet équivalent qui utilise une transmission par micro-ondes, censée être moins sensible aux variations atmosphériques que le laser.
http://www.enerzine.com/1/9082+eads-ast ... tale+.html

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8372
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par Remundo » 25 janv. 2010, 13:25

:-({|=

N'est-ce pas ?

Avatar de l’utilisateur
FOWLER
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2366
Inscription : 08 févr. 2008, 10:36
Localisation : foret de cure-dents géants des landes, france
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par FOWLER » 25 janv. 2010, 18:40

Capter de l'energie dans l'espace, peut-ëtre

Capter des budgets de dévelloppement ça, c'est sur ! ;-)
la nuit la raison dort, et simplement les choses sont.
St Ex

Tout ça pour dire comment ils ne savent pas pourquoi.
Prévert (et pas Guitry !)

J'ai fait fortune...parce que j'ai toujours vendu trop tôt !
Rotschild.

http://www.les-pieds-sur-terre.info

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57762
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par energy_isere » 26 janv. 2010, 13:18

FOWLER a écrit :Capter de l'energie dans l'espace, peut-ëtre

Capter des budgets de dévelloppement ça, c'est sur ! ;-)
ca y ressemble bien.

L' info vient en fait d' un communiqué de presse du 19 Janvier : http://francais.directionsmag.com/commu ... w&id=42535
qui décrit les "Résultats 2009 et perspectives 2010 pour Astrium "

bon, rien de bien sérieux comme développement à court terme.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57762
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par energy_isere » 08 juin 2010, 13:15

Petit exercice de science fiction de la journée sur Enerzine !

Luna Ring : transformer la lune en centrale solaire

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8372
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par Remundo » 08 juin 2010, 16:17

commençons déjà par la terre pour voir :roll: :-D

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57762
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par energy_isere » 09 juin 2011, 20:19

Un article de fond dans The Oil Drum sur les projets de centrales solaires orbitales.

http://www.theoildrum.com/node/7898#more
Space Solar Power – Recent Conceptual Progress

Posted by Gail the Actuary on June 3, 2011

Power satellites are an idea that has been around since the late 1960s [1] but not developed commercially because we don't know how to build an inexpensive space transport system. That may have changed recently, at least in theory.

We have known for decades that solar power satellites can send energy to the earth. Communication satellites do it every day, just not at levels useful for power. Power satellites scale to humanity's need; a calculation by G. Harry Stein back in the 1980s noted that there was room for 177 TW in geosynchronous orbit (more than ten times current energy use).

The concept is to make electric power in space (thermal or photovoltaic [2]), turn the power into microwaves, beam the microwaves to Earth and convert them back to electric power at "rectennas." The rectennas are simple (though large) structures that stop so little sunlight that the intention is to place them over farmland within a few hundred km of cities.

The biggest obstacle to solar power satellites is the cost of putting the necessary hardware in space.[3] There have been several previous discussions [4] [5] [6] about solar power satellites on The Oil Drum. What this current post does is describe a way to reduce the cost of putting the materials into space far enough that energy from power satellites can compete with coal (2 cents per kWh), assuming we amortize the total cost over a 10-year period.

+ une longue suite
J' avoue que je n' ai pas lu. C'est de la science fiction pour moi. Je serai mort avant ca.

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par krolik » 10 juin 2011, 00:32

Il est clair que l'on pourrait avoir de l'énergie en continu simplement avec des satellites solaires.
Le tout est de renvoyer cette énergie sur terre de façon utilisable.
On prête beaucoup aux possibilités d'utilisation des micro-ondes. Il y a une vingtaine d'années EDF avait déjà tenté des essais de transmission d'énergie par micro-ondes à la Réunion entre les deux extrémités d'une caldera volcanique. je ne sais pas ce que cette affaire est devenue, mais on n'en parle plus.
Par contre la solution dont on ne parle guère c'est la transmission par laser. mais c'est un sujet très "militaire" qui traîne depuis longtemps.
J'avais un ami russe, Yuri, vice-directeur du "NPO Astrophysica" (association scientifico industrielle) employant du temps de l'URSS dans le domaine, 15 000 personne dans la R&D des lasers de puissance spécialement au CO2. Un dingue des lasers, il avait dans son bureau un morceau de polyéthylène spécialement dopé sur lequel en tappant un grand coup avec un marteau on produisait un pulse UV apte à stériliser quelques instruments de chirurgie sur un champ de bataille sans autre appaot d'énergie.
Il proposait effectivement de lancer des satellites-lasers pompés directement par le soleil. Utilisation d'un laser CO2, et doublage de fréquence pour renvoyer un rayon IR sur terre. Le problème de la transmission d'un rayon laser dans l'atmosphèe, est que le rayon fait chauffer l'air et que le rayon se disperse. Il se trouve qu'il y a une fenêtre de passage dans l'atmosphère à 5,2µm, la fréquence d'un laser CO2 est de 10,4µm, il suffit dont d'utiliser un cristal doubleur de fréquence en optique non linéaire et l'affaire est jouée...Si l'on a mis au point le fameux cristal qui fonctionnera sans exploser sous l'échauffement...
Ce doit être en 1992 que nous sommes allés aux USA faire une présentation de différentes techniques soviétiques à vendre. la visite était organisée par un ami spécialiste des armes non-conventionnelles au Redstone Arsenal à Huntsville -Alabama-.
Dans l'assistance il y avait de nombreux "galonnés" pas par hasard.
En fait les Américains avaient des souvenirs cuisants de la technologie de Yuri.
En 1982, il y avait des tensions à la frontière Sino-soviétique sur l'Amour, des déplacements de troupes. La CIA avait envoyé un satellite "plongeur" pour aller prendre des photos des mouvements de troupes.
Mais les Soviétiques n'aimaient pas que d'autres viennent mettre leur nez dans leurs affaires. Le satellite de la CIA avait été "ébloui", et les Américains ne savaient pas faire cela à l'époque, d'autant que cela avait un côté "Star War" avant l'heure.
En fait c'est Yuri qui avait monté la manip en installant un laser CO2 à 1000 mètres d'altitude dans l'Altaï. Chaque fois que l'on monte en altitude , on réduit la dispersion du rayon laser. En fait l'effet d'une épaisseur atmosphérique verticale est équivalente à un parcours horizontal dans l'air au niveau de la mer, d'où l'intérêt d'aller en altitude.
Le principe était subtilement simple. Il fallait "voir" le satellite, récupérer de lui quelques photons.. amplifier ces photons par un coefficient de l'ordre de 10 puissance 30 en adjoignant un système de conjugaison de phase au laser CO2, associé à un doubleur de fréquence, et retour à l’expéditeur sur le principe de retour inverse de la lumière.. Ce principe doit être une des première choses que l’on apprend en cours d’optique (classe de quatrième à mon époque).
Et en sus les Soviétiques avaient eu de la chance, comme ils avaient eu de la chance de descendre l’U2 de Gary Power au-dessus de l’Oural.
Mais les Américains s’en souvenaient encore dix ans après..
Quelques temps plus tard, je suis retourné aux USA et l’ami du Redstone Arsenal m’a dit :
- Lorsque vous êtes venus avec Yuri faire des conférences, et bien vous ne pouviez pas vous perdre, il y avait quatre services spéciaux différents qui vous suivaient…
Donc il n’est pas étonnant que lorsque l’on parle de satellites pour récupérer de l’énergie, on omet de parler de la solution laser.
Mais un avion de ligne traversant le faisceau ne risquerait rien vu sa vitesse.
@+

Troti
Brut léger
Brut léger
Messages : 404
Inscription : 09 juin 2009, 18:17
Localisation : Comme beaucoup d'autres, dans le Y

Re: Centrales solaires en orbite

Message par Troti » 10 juin 2011, 00:47

Mouai, on parle de quelle puissance, et de quel rendement pour convertir le rayonnement IR de 5.2µm en électricité?

Si ce n'est pas dangereux pour les avions, voir pour le voisinage en cas de pb de pointage, c'est que ce n'est pas puissant donc inutile. La contraposée est donc si c'est utile, c'est puissant, donc dangereux. Les récepteurs à mettre donc au milieu de nul part, avec les problèmes de distribution qui vont avec.
Comment fait-on pour que les ravioles ne collent pas?

Avatar de l’utilisateur
krolik
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2873
Inscription : 31 janv. 2009, 17:55
Localisation : Beaugency
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par krolik » 10 juin 2011, 00:56

Troti a écrit :Mouai, on parle de quelle puissance, et de quel rendement pour convertir le rayonnement IR de 5.2µm en électricité?

Si ce n'est pas dangereux pour les avions, voir pour le voisinage en cas de pb de pointage, c'est que ce n'est pas puissant donc inutile. La contraposée est donc si c'est utile, c'est puissant, donc dangereux. Les récepteurs à mettre donc au milieu de nul part, avec les problèmes de distribution qui vont avec.
Il est question de centaines de MW en continu en version civile.
Mais le temps de passage d'un avion à 900km/h ne laisse pas le temps de couper de l'alu.

Oh à l'arrivée, le récepteur sur Terre, une gamelle que l'on chauffe pour terminer par Carnot comme d'habitude.
Et la distribution du courant ensuite.. c'est le problème d'ERDF..
Le rendement peut être faible, mais on a de la place dans l'espace pour coller de grands panneaux?
Mais un avantage considérable : une énergie renouvelable, qui est continue, programmable, délocalisable à loisir.
@+

Troti
Brut léger
Brut léger
Messages : 404
Inscription : 09 juin 2009, 18:17
Localisation : Comme beaucoup d'autres, dans le Y

Re: Centrales solaires en orbite

Message par Troti » 10 juin 2011, 08:28

krolik a écrit : Il est question de centaines de MW en continu en version civile.
Mais le temps de passage d'un avion à 900km/h ne laisse pas le temps de couper de l'alu.

Oh à l'arrivée, le récepteur sur Terre, une gamelle que l'on chauffe pour terminer par Carnot comme d'habitude.
Et la distribution du courant ensuite.. c'est le problème d'ERDF..
Le rendement peut être faible, mais on a de la place dans l'espace pour coller de grands panneaux?
Mais un avantage considérable : une énergie renouvelable, qui est continue, programmable, délocalisable à loisir.
@+
Le problème du rendement est bien sûr majeur. Pas pour une question de place, mais de prix de revient qui est inversement proportionnel à ce rendement. Donc le truc c'est solaire -> laser à CO2, laser CO2 -> laser 5.2µm, laser 5.2µm -> gamelle à chauffer et enfin chaleur->elec.

Autre pb des mauvais rendement, c'est que les pertes, il faut les gérer. Imaginons par exemple que le doublement en fréquence se fasse à 30% de rendement, ca veut dire qu'il faut évacuer 2X des centaines de MW du cristal, ceci dans le vide. Bien sûr, tout devient un peu plus simple avec 1000 satellites à 100 kW plutôt qu'un à 100 MW, mais la rentabilité économique chute encore.
Comment fait-on pour que les ravioles ne collent pas?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57762
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrales solaires en orbite

Message par energy_isere » 14 nov. 2011, 21:07

A Le Point ils ont pris un journaliste réveur pour nous ressortir une niéme fois ce bazar, sur une source tazue. :-D
Les centrales solaires spatiales, futures sources d'énergie ?

Jim Wolf

WASHINGTON (Reuters) - Si l'inépuisable énergie solaire venait à être captée dans l'espace, elle pourrait constituer d'ici 30 ans une solution peu coûteuse aux besoins énergétiques de la planète, à condition que les Etats apportent leur soutien financier, révèle un groupe scientifique international.

Mettre sur orbite des centrales électriques pour collecter l'énergie solaire et la transmettre vers la Terre sera "techniquement possible" d'ici dix ou vingt ans, au vu des technologies actuelles, a révélé l'Académie internationale d'Astronautique, dont le siège est à Paris.

Un tel projet serait rentable d'ici 30 ans ou moins, selon l'Académie, qui n'a pas défini de feuille de route. ( :-D )

"Il est certain qu'une énergie solaire distribuée depuis l'espace pourrait jouer un rôle extrêmement important pour subvenir aux besoins en énergie de la planète au XXIe siècle", affirme l'étude dirigée par John Mankins, qui a travaillé 25 ans à la NASA, où il fut directeur des études prospectives.

L'académie est dirigée par Madhavan Nair, ancien président de l'Organisation indienne pour la recherche spatiale. L'étude a été présentée comme la première estimation internationale des moyens potentiels de collecter l'énergie solaire dans l'espace, et de la livrer sur terre via une transmission électrique sans fil.

Selon l'étude, les financements du secteur privé ne suffiront pas à commercialiser ce concept, étant donnés le temps nécessaire à son développement et les "incertitudes économiques" des phases de développement et de démonstration, souligne l'étude, qui ne mentionne pas de coût total potentiel.

L'énergie solaire venue de l'espace est une solution énergétique possible à long terme pour la Terre, et n'a "par essence aucun impact" environnemental, selon l'association National Space Society (NSS). Cette dernière devrait organiser une conférence de presse lundi à Washington pour rendre public le rapport final de l'académie, qui fait 248 pages.

Reuters en a obtenu une copie avant publication.

CONVERTIR L'ÉNERGIE SOLAIRE EN ÉLECTRICITÉ

L'idée consiste à mettre en orbite géosynchronique un, puis plusieurs, puis une douzaine de satellites à énergie solaire au-dessus de l'équateur. Chaque engin, large de plusieurs kilomètres, collectera la lumière du soleil, au total jusqu'à 24 heures par jour.

L'énergie serait transformée en électricité à bord, et envoyée sur Terre là où les besoins le nécessitent, via une grosse antenne de transmission à micro-ondes, ou via des lasers, puis injectée dans le réseau électrique.

Les sceptiques jugent ce concept voué à l'échec, au moins tant que le coût de mise en orbite d'une centrale électrique commerciale n'est pas divisé par dix ou plus.

Les débris spatiaux constituent un autre obstacle, de même que l'absence d'études de marché ciblées, et les coûts de développement élevés.

Un projet pilote visant à expliquer la technologie, même aussi colossale que la station spatiale internationale, pourrait être mis en place en utilisant des véhicules de lancement facilement remplaçables et à bas coût, a déclaré dans une interview téléphonique John Mankins, également président d'Artemis Innovation Management Solutions, un cabinet de conseil californien.

"C'EST UN DÉBUT"

Son entreprise a passé un contrat d'un peu moins de 100.000 dollars avec la Nasa pour effectuer des recherches sur le développement de stations solaires spatiales. "C'est peu mais c'est un début", a déclaré Mankins.

Selon l'étude, des dizaines de milliards de dollars seraient nécessaires pour développer un parc de véhicules suffisamment peu coûteux, réutilisables, afin de lancer à grande échelle des satellites solaires commerciaux.

L'intérêt de la communauté internationale pour ce concept a augmenté au cours de la dernière décennie, renforcé par les craintes d'un pic puis d'un déclin de la production de pétrole et d'autres carburants fossiles.

A cela s'ajoutent la quête de nouvelles sources d'énergie pour répondre à l'augmentation de la demande mondiale et l'inquiétude vis-à-vis de l'accumulation de gaz à effet de serre issus des carburants fossiles.

L'idée d'exploiter l'énergie solaire dans l'espace est étudiée depuis 40 ans de manière irrégulière, notamment par le ministère de l'Energie des Etats-Unis et la Nasa.

Hélène Duvigneau pour le service français
http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/ ... 27_240.php

:-({|=

Hélène Duvigneau du journal Le Point n' a pas lu Oleocene et ce qui était dit il y a 4 ans viewtopic.php?p=147866&sid=97214798eb93 ... e0#p147866

Répondre