Centrale houlomotrice

Barrages, marées, etc.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Centrale houlomotrice

Message par MadMax » 15 mai 2006, 21:36


Petro_mica
Kérogène
Kérogène
Messages : 2
Inscription : 18 mai 2006, 14:14
Localisation : Montpellier et Paris

Re: Centrale houlomotrice

Message par Petro_mica » 18 mai 2006, 17:01

Petite réctification : les premiers essais de trucs houlomoteurs datent en réalités des années 1970.

Il y en a eut au moins trois :
Le "canard" de Salter : c'est une série de flotteur profilés en cames coaxiaux... rendements expérimentaux : 46%

ensuite le radeau de Cockerell (par Sir Christopher Cockerell, inventeur de l'overkraft), sorte de grandes surfaces articulées... rendements expérimentaux environ 50%.

et enfin un procédé japonais : La colonne d'eau oscillante : La différence de hauteur d'eau dans un tube chasse ou aspire de l'air qui passe par une turbine à air. Il existe des installations fabriquées par le japonais Matsuda, de puissance proche de 330 kW. La turbine réversible de Wells dans ce dispositif est dans ce cas très efficace, car son rendement est proche de 100%.

Je vous rappelle que toutes ces jolies inventions ont été expérimentées avant 1980, c'est à dire il y a plus de 26 ans !
De la part d'un scientifique qui est doctorant en philosophie de la nature... sur le thème de l'énergie et environnement

Lansing
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1796
Inscription : 18 sept. 2005, 10:58
Localisation : Finis Terae

Message par Lansing » 18 mai 2006, 18:24

Bonjour,
Les flotteurs de Salter et Cockerell étaient des engins de tests, ce qui vient d'être mis à l'eau est une centrale, rappelons que sa capacité de production est de 2,25 MW.
Ce qui me laisse un peu perplexe dans cette histoire est la durée de vie d'une telle installation, l'endroit choisi est excellent d'un point de vue energétique, mais justement, aussi solides soient elles combien de temps les articulations, bielles et cames vont elles tenir ?
Dernière modification par Lansing le 19 mai 2006, 17:35, modifié 1 fois.

marcel
Goudron
Goudron
Messages : 166
Inscription : 18 avr. 2005, 23:36
Localisation : 84

Message par marcel » 19 mai 2006, 12:45

Pessimiste Lansing !
On verra bien si ça tient le coup. Quand on voit la durée de vie poussée à la limite, et souvent au-delà, des super tankers ... il y a un bel avenir pour ce serpent de mer. Et au moins, s'il coule on aura plus vite fait de nettoyer autour.
On l'a vu dans un autre fil, sur ce système les verrins sont effectivement exposés. Faut calculer le cout de la maintenance et je suppose que cela n'a pas été pris à la légère. Toujours pas de nouvelle du modèle français (Nantes je crois) où le mécanisme est au sec à l'interieur de la coque ... système de balancier. Il semblait que c'était un point positif pouvant améliorer la rentabilité finale d'un tel dispositif.

Moi je ne vois aucun inconvénient à ce qu'on mette des l'argent là dedans plutôt que dans le développement presque stérile des F1 de la mer comme des circuits plus terrestres.
Le diable est optimiste s'il pense pouvoir rendre les hommes pires qu'ils ne sont.
Karl Kraus

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Message par sceptique » 19 mai 2006, 14:44

Lansing a écrit :Bonjour,
Les flotteurs de Salter et Cockerell étaient des engins de tests, ce qui vient d'être mis à l'eau est une centrale, rappelons que sa capacité de production est de 2,25 mW.
Ce qui me laisse un peu perplexe dans cette histoire est la durée de vie d'une telle installation, l'endroit choisi est excellent d'un point de vue energétique, mais justement, aussi solides soient elles combien de temps les articulations, bielles et cames vont elles tenir ?
une centrale de 2,25 mW (milliWatt) correspond à une pile de lampe de poche. Cela doit plutot etre 2,25 MW (MegaWatt ?) ;)

Avatar de l’utilisateur
toto
Condensat
Condensat
Messages : 752
Inscription : 18 févr. 2006, 17:51
Localisation : Oisans

Message par toto » 19 mai 2006, 15:09

Sceptique, arrête d'embêter tes petits camarades!
Un coup de spleen? Oléocène et ça repart! (des fois)

Pura Vida
Condensat
Condensat
Messages : 552
Inscription : 21 mars 2006, 21:38

Message par Pura Vida » 19 mai 2006, 15:18

Très bien ce fil!!

Ce sont ces procédés et ce type de "récolte d'énergie" qui, sans doute, vont prendre le relai de la majorité des énergies fossiles. Ainsi que le fait remarquer très justement un intervenant Petro_Mica, certaines inventions ont été faites il y à plus de 26 ans! C'est comme le tube combiné air- houle, ça fait des années que des essais comme ça me trottent par la tête. J'habite en bord de la Méditerranée, quand on voit l'amplitude de la houle contre des parois rocheuses en certains endroits rocheux, par vent d'Est, je me suis toujours dit (bien compris la grande agressivité du milieu marin pout toute "mécaniques" y étant confrontées) qu'on pourrait installer des turbines à double flux ou deux turbines inverses fixées parallèlement. Etant bien compris que c'est l'océan (et non la Méditerranée très irrégulière et "saccadée") qui garantit le mieux la houle et sa régularité. J'ai l'impression qu'on a encore beaucoup à découvrir dans le système énergétique Yo-Yo de la houle!

Mais je suis certain que ce devrait ête le tout début (bien qu'on ait perdu 30 ans au moins de lucre et de libéralisme infantile et prédateur!) de "trouvailles" et d' "astuces" dont on ne soupçonne pas encore l'étendue et peut-être le génie. Il en va de même dans l'éolien bien sûr.
Pura Vida

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 19 mai 2006, 17:30

Pura Vida a écrit :Mais je suis certain que ce devrait ête le tout début (bien qu'on ait perdu 30 ans au moins de lucre et de libéralisme infantile et prédateur!) de "trouvailles" et d' "astuces" dont on ne soupçonne pas encore l'étendue et peut-être le génie. Il en va de même dans l'éolien bien sûr.
Pura Vida
Pour l'energie houlomotrice, on en effectivement au début du point de vue "industriel", meme si les principes théoriques sont connus depuis 26 ans.

Pour l' éolien, la je suis au regret de te dire qu'actuellement il n' y a pas de révolution à esperer.
Tout ce que cherchent les industriels et ingénieurs c'est gagner quelques points de rendement (comme dans l' aéronautique), et gagner un peu en cout de production des systéme par l' augmentation du nombre d' éoliennes produite (comme dans toute industrie), et également à sortir des éolienne un peu plus grosses (passer de 5 MegaWatt à 6 ou 8 MegaWatt).
Dernière modification par energy_isere le 19 mai 2006, 17:51, modifié 1 fois.

Lansing
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1796
Inscription : 18 sept. 2005, 10:58
Localisation : Finis Terae

Message par Lansing » 19 mai 2006, 17:45

sceptique a écrit : une centrale de 2,25 mW (milliWatt) correspond à une pile de lampe de poche. Cela doit plutot etre 2,25 MW (MegaWatt ?) ;)
Corrigé. :oops:
j'avais confondu avec le voyant de charge. :-D
Sinon oui je suis un peu pessimiste ou plutôt sceptique, la comparaison, marcel, avec le tanker n'est pas vraiment d'actualité, en effet la réaction de deux éléments flottant ou plus retenus au fond et relié en entre eux par un assemblage rigide ne va pas réagir du tout de la même manière.
La houle est une onde, elle affecte les molécules d'eau d'un mouvement vertical.
Il n'y a déplacement d'eau que dans deux cas, le courant ou lorsque le vent souffle suffisement fort et peu générer un courant de surface de 1 ou 2 noeuds maxi.
Un corps flottant amarré au fond s'évite au vent, ça signifie que quelque soit la direction de la houle il sera toujours aligné avec le vent, l'attelage formant une ligne orientée par rapport au mouillage vers le vent.
Tout cela pour dire que lorsque le vent et la houle serons croisés il va se passer des choses bizarres et imprévisibles.
Sans parler du vent contre le courant qui génere des mouvements erratiques extrêment violent.
Pour bien faire ces engins devraient être loin de la côte, au prix du cuivre et vu les pertes en ligne, bof bof.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Centrale houlomotrice

Message par energy_isere » 07 août 2006, 01:01

c' est devenu réalité :
Annoncé en novembre 2005 par l'entreprise Ocean Power Delivery (ODP), basée à Edinbourg, la construction du premier parc maritime utilisant l'énergie des vagues va prochainement démarrer au Portugal.


Lauréat de l'appel d'offres promulgué par la société Enersis, le chantier naval de Peniche a déjà reçu les trois convertisseurs "Pelamis", permettant de produire 2,25 MW d'électricité à partir de la houle pour alimenter 1.500 foyers. Leur installation en mer, à 5 km des côtes de Póvoa de Varzim (nord du Portugal), débutera à partir du mois d'août. L'investissement, majoritairement privé (75%), représente 8,5 millions d'euros pour ces trois premiers convertisseurs. Le coût de cette énergie renouvelable a dores et déjà été fixé à 248 euros le MWatt par heure.

Officiellement lancé le 14 mai dernier, ce projet a été présenté à plusieurs responsables politiques portugais avec l'ambition, pour ses promoteurs, de créer à terme un cluster industriel pour l'énergie maritime au Portugal. Enersis prévoit ainsi de commander trente unités supplémentaires du générateur "Pelamis" pour atteindre une production électrique de 20 MW d'ici 2008, représentant un investissement global de 70 millions d'euros. Selon l'entreprise, la création d'un cluster dans ce domaine pourrait avoir une ampleur considérable : près de 40.000 emplois pourraient être créés au Portugal pour répondre à une partie des attentes d'un marché mondial estimé à environ 325 milliards d'euros.

Rappelons que le convertisseur "Pelamis", développé par ODP, repose sur une des technologies les plus performantes actuellement. La première structure devant être installée au Portugal est composée de trois cylindres semi émergés de 50 mètres de longueur et de 3,5 mètres de diamètre, reliés entre eux. Le "Pelamis" est positionné dans la direction de propagation de la houle et dans chaque module se trouve un système de conversion d'énergie. La houle agit ainsi sur des vérins hydrauliques qui envoient un fluide haute pression vers un moteur hydraulique actionnant une turbine. L'électricité produite est acheminée jusqu'à la côte par des câbles situés dans les fonds marins. Un convertisseur "Pelamis" génère 750 kW, correspondant à la consommation électrique moyenne de 500 foyers.
source enerzine : http://www.enerzine.com/7/951+L-energie ... ugal+.html

YahourtNature
Kérogène
Kérogène
Messages : 32
Inscription : 28 déc. 2005, 06:28

Message par YahourtNature » 08 août 2006, 02:53

marcel a écrit :Toujours pas de nouvelle du modèle français (Nantes je crois) où le mécanisme est au sec à l'interieur de la coque ... système de balancier.
Ha oui le Searev. Et bien il suit son développement, un proto à l'échelle 1/2 est en test depuis 2 mois : www.nantes-developpement.com
Il y a du monde d'intéressé : "La participation de grands groupes industriels français comme AREVA et TOTAL est en discussion."

momolorgane
Kérogène
Kérogène
Messages : 1
Inscription : 02 janv. 2007, 18:49

Message par momolorgane » 02 janv. 2007, 19:02

Bonjour à tous !
Je suis étudiant :shock: et je dois faire un exposé sur l'energie houlomotrice alors que me conseillez vous comme sites, docs, trucs à dire ...

Merci :D
To be or Not to bE that is the question...

bedwir
Kérogène
Kérogène
Messages : 5
Inscription : 24 mai 2007, 22:46
Localisation : Morbihan
Contact :

petit nouveau

Message par bedwir » 24 mai 2007, 22:57

bonjour, je suis nouveau mais très intéressé par votre sujet. Qu'en est-il des perspectives réelles d'avenir sur ce type de production ?
Que pourrait-on espérer fournir comme énergie en équipant nos mille et quelques kilomètres de côtes ? Voilà le genre de questions que je me pose.
TOTAL prépare l'avenir... devons-nous lui faire confiance ?

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 25 mai 2007, 00:18

Of. Il y a un potentiel assez énorme évalué à 20-40 kW par mètre linéaire sur la côte Atlantique et un peu moins en Manche et en Méditerranée. Mais l'essentiel des prototypes a coulé bas à la première tempête...

En tout cas les potentialités sont beaucoup plus importantes que pour les courants de marée ou l'ETM, dont le débits font peur... Mais à nouveau les projets dans le domaine de l'énergie de la houle sont très succints et dans l'ensemble n'ont pas survécu bien longtemps...
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Lansing
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1796
Inscription : 18 sept. 2005, 10:58
Localisation : Finis Terae

Message par Lansing » 25 mai 2007, 12:57

Je l'ai déjà dit à plusieurs reprises ici, aucun ne survivra, il faut avoir passé une partie de sa vie en mer pour comprendre ça.
On peut avancer n'importe quoi sur le papier et balancer n'importe quels chiffres, tout ça n'a aucun intérêt. Il reste une donnée simple à comprendre, la mer vient à bout de tout, rien ne peut lui résister.
Si on veut qu'un système d'exploitation de la houle tiennent le coup suffisamment longtemps il va falloir le surdimentionner, et plus on fera gros et moins il bougera et donc moins il produira.
Il faut bien comprendre ce qui se passe lorsqu'on mouille un tel système au large, les tensions, les chocs sur la ligne de mouillage sont énormes et rien n'est assez solide pour tenir.
J'ai navigué plusieurs années comme officier sur un bâtiment d'essai en mer, j'ai vu passer des dizaines d'élucubrations plus ou moins loufoques, surtout sur la lutte anti-pollution, la plupart avaient simplement oublié un truc, rien ne résiste, c'est juste une question de temps et d'inertie.

Patrick

Répondre