Huile de palme (et biodiesel tiré d'huile de palme)

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Huile de palme (et biodiesel tiré d'huile de palme)

Message par energy_isere » 16 nov. 2005, 17:43

La Malaisie se lance aussi dans le biodiesel avec l'huile de palme.

http://www.busrep.co.za/index.php?fArti ... fSetId=662
Malaysia makes early move to biodiesel
November 16, 2005

Kuala Lumpur - Malaysia will switch to biodiesel next year - a year ahead of schedule -with government vehicles slated to start using the fuel to cushion the impact of rising fuel prices, a news report said on Wednesday.

The government was expected to save "hundreds of millions of ringgit" through cutbacks in oil subsidies by convincing Malaysians to switch to biodiesel, a technologically proven mixture of diesel and palm oil, said Peter Chin, the plantations, industries and commodities minister, according to the Star, a Malaysian newspaper.

The fuel is a mixture of 5 percent palm oil - used in cooking - and 95 percent diesel, but Chin said eventually biodiesel will be made of 20 percent palm oil and 80 percent diesel.

Diesel powered vehicles belonging to the ministries of transport, defence and plantations, industries and commodities, will begin using biodiesel next year before the alternative fuel is introduced to the public, the report said.

The government had planned to start using biodiesel only in 2007 "but because our plans are going very well, it seems that we can start way ahead of schedule," Chin told the daily.

Malaysia imports most of its diesel fuel but it's the world's biggest producer of palm oil. The government says that adding palm oil to diesel fuel would reduce consumption by about 418 000 litres a year.

Industries used 2.8 billion litres of diesel last year, while others who qualified for subsidised diesel, like public transport operators, consumed 5.56 billion litres.

The government has said that it cannot maintain the subsidies, which keep gasoline prices in Malaysia among the lowest in the region.

Avatar de l’utilisateur
phylippe
Modérateur
Modérateur
Messages : 840
Inscription : 19 mai 2005, 09:04
Localisation : Belgique, Bruxelles

Message par phylippe » 30 juin 2006, 11:45

Je ne pense pas avoir vu cet article sur le forum, donc j'en signale l'existence.

Le produit agricole le plus destructeur sur Terre n’est pas la solution à la crise de l’énergie
...
"La demande en biodiesel", selon le Malaysian Star, "viendra de la Communauté européenne ... Cette demande toute neuve ... fera, de façon ultime, un sort à toutes les réserves potentielles d’huile de palme brute de Malaisie." Pourquoi ? Parce que c’est la culture la moins chère comme source de biodiesel.

En septembre, les Amis de la Terre ont publié un rapport sur l’impact de la production d’huile de palme. "Entre 1985 et 2000", ont-ils découvert, "on estime que le développement des plantations pour l’huile de palme a été responsable de 87% de la déforestation en Malaisie." À Sumatra et Bornéo, quelques 4 millions d’hectares de forêt on été converties en fermes de palme. Aujourd’hui, 6 millions d’hectares supplémentaires sont programmés pour faire place nette, et 16,5 millions en Indonésie.
...
«Lorsque le dernier arbre aura été abattu, le dernier fleuve pollué, le dernier poisson capturé, vous vous rendrez compte que l'argent ne se mange pas» - Proverbe Cree

Iguane
Condensat
Condensat
Messages : 721
Inscription : 17 avr. 2006, 20:19
Localisation : Algarve

Message par Iguane » 02 juil. 2006, 22:20

Je l'avais lu là http://www.guardian.co.uk/Columnists/Co ... 36,00.html
mais je ne savais pas qu'il est traduit en français. Merci !

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 20 oct. 2006, 21:36

350.000 tonnes d'huile ! Voilà ce que promet de produire l'usine qui est en construction à Straubing-Sand, en Bavière.

Cela parait énorme, et ce l'est d'autant plus que pour produire 1 kg d'huile, il faut 2 kg de colza. C'est donc 700.000 tonnes de colza qui vont devoir être acheminées à cette usine chaque année, et la grande question est de savoir où on va les trouver, car toutes les récoltes de Bavière n'y suffiront pas. Mais l'emplacement de l'usine n'a pas été choisi au hasard, le fleuve est tout proche. C'est le Danube. Il est beau, il est bleu, et il permettra la navigation de grosses péniches pleines de colza en provenance de l'Est.

Cette situation est très avantageuse en terme de rendement global, car le transport fluvial est très peu polluant. De plus ce site industriel de Campa a été particulièrement étudié pour être respectueux de l'environnement, et même durable, à tous les niveaux. Parce qu'il y a plusieurs usines. Une première pour produire de l'huile à partir du colza (avec des tourteaux en sous-produit), puis une seconde pour transformer cette huile brute en ester méthylique (biodiesel), afin de lui assurer une meilleure durabilité, et une résistance au froid suffisante. Mais il y aura aussi une troisième usine, qui sera alimentée au bois, et dont la finalité sera de produire la chaleur (sous forme de vapeur), et l'énergie nécessaire au fonctionnement des deux premières. C'est le meilleur du savoir-faire allemand !

L'investiisement total est de 80 millions d'euros, il est entièrement couvert par des financements privés, avec l'objectif de vendre le biodiesel tel quel, dans les stations-services (c'est légal en Allemagne), plutôt que comme additif au gazole pétrolier.
source moteurnature : http://www.moteurnature.com/actu/uneact ... ws_id=1452

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 21 oct. 2006, 23:22

"Cela parait énorme". Qu'est ce qui parait énorme ? De produire 350.000 tonnes d'huile. Ou de savoir que l'Allemagne consomme 143.000.000 tonnes de pétrole par an ? C'est à dire que l'usine en produira 0,2%. Ridicule.
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 13 mars 2007, 13:01

Le Japon investit dans les biocarburants indonésiens

Plusieurs compagnies japonaises comptent investir en l'Indonésie, car ce pays pourrait tirer de ses importantes ressources végétales de grandes quantités de divers biocarburants.

De plus, l'archipel indonésien est situé plus près du Japon que le Brésil, l'autre acteur majeur des biocarburants, ce qui faciliterait l'acheminement des produits.

L'augmentation de la demande mondiale en biocarburants vient à point nommé pour palier une industrie pétrolière déclinante; c'est ainsi que l'Indonésie accueille près de 10 milliards d'euros d'investissement étrangers dans ce domaine.

En ce qui concerne les entreprises japonaises, Itochu Corporation a prévu de construire une usine fabriquant du bioéthanol à partir de manioc (ou cassava). Ce projet, en partenariat avec la compagnie locale PT Molindo Raya Industrial, devrait produire 100 millions de litres de bioéthanol par an, destinés en premier lieu au marché local. Mitsubishi et Mitsui ont tous les deux signé des conventions avec le gouvernement indonésien afin de promouvoir les biocarburants et sont à la recherche de partenaires locaux. Enfin, Sojitz Corporation compte construire une usine à Bornéo utilisant l'huile de palme afin de produire du biodiesel.

L'Indonésie est en passe de prendre la place de premier producteur mondial d'huile de palme, dépassant ainsi la Malaisie. Mais la transformation d'une forêt tropicale en monoculture intensive aura un coût écologique important (perte de biodiversité, rejet de CO2) qui pourrait peut-être même annuler le potentiel écologique du biocarburant.
enerzine

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 13 mars 2007, 14:10

L’huile de palme, un cauchemar écologique

Il y a quelques années, les politiciens et les groupes écologistes des Pays Bas se félicitaient de l’adoption rapide d’une énergie verte et durable par leurs compagnies électriques : l’huile de palme provenant de l’Asie du sud-est. Mais le rêve vert s’est transformé en cauchemar écologique.

L’équation mathématique qui avait tant enthousiasmé les Néerlandais est la suivante: puisque les biocombustibles sont dérivés des plantes, ils absorbent du carbone durant leur croissance et en relâchent dans l’atmosphère lorsqu’ils brûlent. En théorie, les émissions de gaz à effet de serre sont nulles. Mais la réalité est bien différente.

L’an passé, quand des scientifiques examinèrent les plantations de palmiers en Indonésie et en Malaisie, ils devinrent inquiets. La demande croissante pour l’huile de palme en Europe, à la suite des subventions allouées à ceux qui se convertissaient à cette énergie propre, a entraîné le déboisement de grandes étendues de forêt équatoriale en Asie du sud-est. Des terres de tourbe furent drainées et brûlées pour faire place à toujours plus de plantations de palmiers. Des quantités importantes d’émissions de dioxyde de carbone furent rejetées dans l’atmosphère.

L’Indonésie est ainsi devenu en peu de temps, le troisième plus important producteur d’émissions de carbone après les États-Unis et la Chine. Tout ça, au nom de l’énergie durable. Beau paradoxe. «Ce constat est choquant et annule toutes les bonnes raisons qui nous ont fait choisir l’huile de palme», indique Alex Kaat, porte-parole de Wetlands, un groupe écologiste hollandais. Selon les études de certains scientifiques, la production de biocombustible, longtemps considérée comme la pierre angulaire pour l’adoption d’une énergie propre, pourrait parfois créer plus d’émissions dangereuses que les combustibles fossiles.


Les politiciens de plusieurs pays s’interrogent maintenant sur la pertinence des millions de dollars de subventions qu’ils ont accordés aux industries pour se convertir à ce combustible supposément écologique. La directive prise en 2003 par l’Union européenne, qui prévoyait que 5,75 % des véhicules devraient rouler au biocombustible d’ici 2010, est pour l’instant sur la sellette.

«Si le biocombustible est produit correctement, vous pouvez réduire les émissions de carbone», explique Peder Jensen, de l’Agence européenne d’environnement, à Copenhague. «Cela dépend du type de plante utilisé et de la manière qu’elle est cultivée. Vous pouvez réduire les émissions de 90% par rapport aux combustibles fossiles ou les augmenter de 20 %.»

Aux États-Unis et au Brésil, la plupart du biocarburant provient de l’éthanol, fait à partir du maïs aux États-Unis et du sucre au Brésil. En Europe, les huiles de canola et de tournesol sont utilisées. Mais la production locale de plante est insuffisante pour subvenir aux besoins énergétiques des pays européens qui ont décidé d’importer de l’huile de palme.

Le gouvernement hollandais a suspendu son programme de subventions offert aux nouveaux utilisateurs d’huile de palme. Il veut maintenant développer un système lui permettant de certifier les pays qui produisent l’huile de palme de manière responsable. Le ministre de l’environnement a aussi annoncé qu’il paierait une compensation aux Indonésiens pour les dommages que la production de l’huile de palme a pu causer à leur pays.
source : http://www.cyberpresse.ca/article/20070 ... CPSCIENCES

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 13 mars 2007, 14:15

l' article en Francais de wikipédia sur l' huile de palme : http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_de_palme

il y a un tableau des 20 premiers producteurs mondiaux.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 20 mars 2007, 19:39

Biodiversité. Une primatologue dénonce les nouveaux risques de déforestation.
Biocarburants : l'arbre qui gâche la forêt


Libération 20/03/2007

Un rapport de la FAO, publié la semaine dernière, note qu'entre 1990 et 2005 le monde a perdu 3 % de son couvert forestier. La situation reste mauvaise, selon l'organisme international qui reconnaît néanmoins quelques efforts de gestion de pays comme la Chine ou l'Inde. Un nouveau conflit vient cependant d'éclater en Finlande entre écologistes (dont Greenpeace) et compagnies forestières sur l'exploitation des forêts anciennes en Laponie. Ce désaccord montre que peu de régions sont épargnées par la déforestation. C'est ce que révèle dans son livre (1) Emmanuelle Grundmann, primatologue et auteure d'une thèse sur la réhabilitation et la réintroduction des orangs-outans : elle décortique l'histoire des déforestations et en analyse les conséquences.

Qu'est-ce qui vous a amené à passer de l'étude des grands singes à celle des forêts ?

Les grands singes vivent dans des forêts qui rétrécissent. Un jour à Bornéo, après avoir participé à un relâcher d'orangs-outans dans la nature, nous sommes repartis en hélicoptère. Au début, c'était une forêt superbe, creusée petit à petit par d'énormes plaies des pistes pour le débardage du bois ou des grumes. Puis la forêt primaire laissait la place à d'immenses étendues monotones de palmiers à huile.
Les orangs-outans que l'on récupère sont issus du trafic parce qu'ils perdent leur habitat : ils se retrouvent près des routes ou des villages, viennent se nourrir dans les plantations et se font capturer. Tout est lié. La destruction des forêts est une menace pour les populations qui y vivent et pour la biodiversité. En Indonésie, les gens qui travaillent dans les plantations ou les exploitations forestières sont sous-payés ou payés en sacs de riz... Tout ça pour que l'on ait dans les supermarchés du bois exotique pas cher, des tables en tek à bas prix...

Où la situation est-elle la plus tendue ?

Il y a un siècle, les forêts couvraient 12 % à 16 % des terres immergées, aujourd'hui c'est 5 %. Tous les ans, 7,3 millions d'hectares disparaissent, c'est-à-dire la surface du Panamá. La forêt la plus malmenée, la plus en danger, c'est celle d'Asie du Sud-Est. L'Indonésie a perdu 80 % de sa couverture végétale. La déforestation y a vraiment commencé avec l'arrivée de Suharto au pouvoir, en 1966. Il a bradé la forêt et a mis en place un système de barons du bois avec une corruption hallucinante. Les essences intéressantes ont quasi disparu en dehors des parcs nationaux, sauf qu'aujourd'hui elles sont exploitées même dans ces parcs. C'est une logique de profit à court terme : le bois est confisqué par les autorités, les barons du bois le rachètent et le remettent sur le marché comme étant du bois provenant de forêt d'exploitation ­ donc légal. Depuis peu, ils s'attaquent à la Papouasie-Nouvelle-Guinée qui possédait une des dernières forêts intactes et ils ont passé des contrats avec la Chine. Ça arrange le pouvoir de Jakarta qui aimerait se débarrasser des mouvements indépendantistes papous.

Par quoi remplacent-ils les forêts ?

Par de grandes plantations. L'Indonésie par exemple s'est spécialisée dans l'huile de palme qui est utilisée partout : les cosmétiques, les détergents, les plats surgelés, le chocolat, les shampoings... Les ONG qui travaillent là-dessus sont inquiètes car on parle énormément des biocarburants (qu'il faudrait plutôt appeler agrocarburants car ils n'ont rien de bio), mais personne ne voit qu'on ne va pas se contenter des produits de l'agriculture fançaise en biocarburants. On ira se fournir en huile de palme car le coût de production sera très peu élevé : la Malaisie et l'Indonésie sont dans les starting-blocks et n'attendent que ça. L'Indonésie, qui veut devenir le premier producteur devant la Malaisie, produisait déjà plus de 2 millions d'hectares de palmiers à huile, elle a voté un plan quinquennal pour convertir 7 millions d'hectares supplémentaires et près de 16 millions sont aujourd'hui programmés. L'objectif au niveau mondial est de passer de 22 millions de tonnes à 40 millions avec tout ce que cela implique : dans le meilleur des cas, on rase mais souvent on met le feu. En 1997-1998, en Indonésie, d'énormes feux ont détruit de grandes parties de la forêt : on a d'abord accusé El Niño, on sait que c'est faux : 60 % à 75 % avaient été allumés par des propriétaires de plantations d'huile de palme pour agrandir leur palmeraie.


Les pays européens peuvent-ils agir contre la déforestation illégale ?

D'après un rapport du WWF, l'an dernier, 39 % du bois exotique vendu en France était d'origine illégale. On le voit à certaines essences dont on sait qu'elles ne peuvent provenir que de certains parcs. Le merbau, exploité par les Chinois en Papouasie, est vendu à très bas prix alors que c'est une espèce menacée. En Chine, une ville entière s'est construite autour de la transformation du merbau en parquet qui est donc revendu comme un produit transformé. L'an dernier, une campagne de pub dans le métro à Paris vantait les mérites du parquet en merbau. Mais il y a de plus en plus de campagnes contre l'utilisation de ces essences et le bois illégal. Leroy Merlin ou Carrefour ont stoppé la vente de parquets et meubles en teck, d'autres essaient de faire venir le bois de forêts certifiées. C'est logique commerciale contre logique durable.
Dans certains endroits heureusement, les essences sont exploitées de manière sélective. Il existe une forêt de labels mais aujourd'hui un seul, la certification Forest Stewardship Council (FSC) apporte des garanties environnementales et sociales. Il est possible d'exploiter la forêt de manière durable.
(1) Ces forêts qu'on assassine, éd. Calmann-Lévy.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 28 mars 2007, 12:47

encore un article (en Anglais) sur les dommages environnementaux causés par les palmiers à huile en Malaisie et Indonésie : http://www.iht.com/articles/ap/2007/03/ ... php?page=1 (International Herald Tribune)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 04 déc. 2007, 13:58

De l' agrocarburant à base d' huile de palme pour les voitures de Singapour ?
Des singes et de la biodiversité en moins en Malaisie et Indonésie .... :cry:

Neste va investir 550 million d' Euro pour la plus grande usine au monde d' agrocarburant, à Singapour , et qui va utiliser pour l' essentiel de l' huile de palme de Malaisie e td' indonésie.
Neste to spend $814m for Singapore biofuel plant

Finland's Neste Oil yesterday said it would spend 550 million euros ($814m) to build the world's largest biodiesel plant in Singapore to meet the growing but controversial demand for biofuels. Neste, which last year supplied about 14m tonnes of conventional fuel products, said the plant would have a design capacity of 800,000 tonnes a year, and use mostly palm oil as its raw material. "The investment forms part of Neste Oil's strategic goal of becoming the world's leading renewable diesel producer," the firm said.

The use of biofuels made from crops such as maize, sugarcane and vegetable oils is expected to rise rapidly in developed economies and is seen by many as a way to cut emissions of greenhouse gases and provide an alternative fuel source to crude oil, which has been pushing $100 a barrel this year.

Some environmentalists, however, dispute the greenhouse gas emissions benefits of biofuels and are alarmed by deforestation to increase palm oil output and the effect on food prices of the additional demand.

Earlier, Environmental group Greenpeace tried to prevent a tanker bringing palm oil to Neste's first biodiesel plant, which started earlier this year and is running at full capacity of 170,000 tonnes, in Porvoo, Finland. Neste's second biodiesel unit is due to start operations in 2009.

Construction of the plant in Singapore, which is close to major palm oil producers Malaysia and Indonesia, will begin in the first half of next year, with completion due by the end of 2010.
source : http://www.gulf-daily-news.com/Story.as ... ueID=30256

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57713
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 04 déc. 2007, 23:13

energy_isere a écrit :De l' agrocarburant à base d' huile de palme pour les voitures de Singapour ?
Des singes et de la biodiversité en moins en Malaisie et Indonésie .... :cry:
Et bien en postant ce midi sur l' huile de palme, je ne me doutais pas de ce que j' allais voir ce soir méme à la TV . :shock:

Dans "vu du ciel, 6 milliard d' homme à nourrir" sur France2 il y avait un court reportage sur les palmiers à huile en Indonésie. Déja 70% de la surface boisée de ce pays, rasée, et une grande partie convertie en plantation au cordeau de palmier à huile.
Témoignage d' un paysan local à qui on a pas demandé son avis et s'est fait fiche dehors de sa terre et de ses arbres, maintenant remplacé par les palmier à huile.
Un palmier à huile = l' ensemble des huiles végetales incorporées à l' alimentation industrielle d' un Européen.

Témoignage d' un Français qui se bat la bas pour la biodiversité et qui montrait (il était desesperé, quasiment à pleurer) tout autour de lui des milliers d' hectares de ces palmiers. Et bien évidemment, le spectre qu' en sus des huiles pour l' alimentation industrielle, que cela s' amplifie encore davantage avec les agrocarburants.
Témoignage des 2 femmes qui s' occupent d' un centre d' acceuil pour les Oran-Outang qui n' ont plus d' habitat naturel, des bébé Oran-Outang orphelins parce les adultes sont morts, ou bien on fait l' objet de traffic.

On est vraiment mal barré.

Et puis il y avait tout le reste de l' émission mais la je suis hors fil :
l' empoisonnement au chlordécone en Guadeloupe et Martinique
la culture industrielle en Beauce (il y avait Claude et Lydia Bourguinion, microbiologiste des sols, qui expliquaient pourquoi les sols s' appauvrissaient)
les pesticides en Languedoc Roussillon et dans les riziéres de Camargue
les sols devenus infertile au Penjab (Inde) à cause des remontées de sel, et des suicides par ingestion de pesticides des paysans ruinés :-(
Les problémes d' eau en Inde (des puits toujours plus profonds), les futurs problémes d'eau avec la fonte des glaciers de montage .....

une petite lueur d' espoir avec les AMAP, l' agriculture à semis direct.

La réaction des autres forumeur à cette émission dans ce fil : http://forums.oleocene.org/viewtopic.ph ... 719#157719

Avatar de l’utilisateur
Saratoga Elensar
Condensat
Condensat
Messages : 542
Inscription : 06 nov. 2007, 19:37

Message par Saratoga Elensar » 05 déc. 2007, 19:03

Petite vidéo en anglais pour montrer l'ampleur de la déforestation causée par l'huile de palme en Indonésie....

http://fr.youtube.com/watch?v=HKrQGC7uVNo
another world is not only possible, she is on her way, on a quiet day i can hear her breathing

Avatar de l’utilisateur
Tovi
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2220
Inscription : 15 sept. 2008, 23:25
Localisation : Nantes
Contact :

Huile de palme

Message par Tovi » 07 avr. 2009, 01:25

Un nouveau fléau menace notre monde : l'huile de palme. Cauchemar écologique et sanitaire mais Eldorado financier pour de nombreux acteurs économiques.

L'Industrie agro-alimentaire tout dabord (mais également l'industrie cosmétique), pour qui l'huile de palme est une aubaine. Extraite à pression à chaud de la pulpe des fruits de la palme à huile, elle produit 22 kgs d'huile pour 100 kgs de fruits. Son rendement exceptionnel est de 7250 kg d'huile par hectare et par an. C'est donc une huile tellement rentable que l'on finit par en retrouver partout, bien souvent sous l'appellation "matière végétale" ou "huile végétale" : biscuits, glaces, nutella etc. , bref, dans la plupart des aliments transformés nécessitant de l'huile (presque tous donc). A titre indicatif, trouve en moyenne 60% d'huile de palme dans les chips, 50% dans les pâtes à tartiner, 35 % dans les soupes, 30% dans les biscottes, 40% dans les biscuits apéritifs etc. dans la plus parfaite opacité au niveau des étiquettes.

Un européen moyen consomme annuellement l'équivalent de 25 m² de plantation d'huile de palme. Utilisée aussi dans les cosmétiques, elle pourrait bientôt servir d'agro-carburant. Le constat est clair : notre société est devenue addict à l'huile de palme au moins autant qu'elle ne l'est au pétrole.

Pour faire face à l'explosion de la demande présente et future (qui sera phénomènale), il faut trouver des terres agricoles dans les régions tropicales et equatoriales. C'est à dire, actuellement, en Malaisie et en Indonésie principalement. C'est donc sur les forêts primaires que sont exploitées ces palmiers à huile, accentuant une déforestation massive et sans doute totale à terme. Des sociétés comme Wilmar ( dont les investissements proviennent de la BNP et de Calyon) et d'autres qui fournissent Unilever, Nestlé et Cargill, brûlent les forêts primaires, exproprient les habitants de Borneo qui iront remplir les bidonvilles de Jakarta et d'ailleurs. L'ampleur des incendies de forêts est tel que l'Indonésie est le 3ème producteur mondial de CO2 après les Etats-Unis et la Chine !!

La biodiversité de ces régions est menacée de disparition et les immenses étendues de palmiers deviennent extremement sensibles aux parasites ce qui nécessite de déverser des quantités industrielles d'herbicides et de pesticides. Les sols se fragilisent et s'érodent lentement vers la desertification à long terme. Cyniquement, la plantation de ces palmiers à huile est comptabilisée dans les programmes de reforestation destinés à compenser les consommations de CO2 sur le fameux "marché des émissions carbone".
Et ce n'est qu'un début, quand il n'y aura plus de forêts à brûler, quand le prix du pétrole rendra extrèmement rentable les agro-carburants, ce seront les exploitations agricoles alimentaires de ces pays qui seront réquisitionnées, de force et dans l'illégalité. Inutile de se faire d'illusion de ce côté là, aucun pauvre n'en profitera jamais, celà ne résoudra aucun problème de faim dans le monde, celà y participera.

Les plus cyniques diront que ce n'est pas leur problème, mais l'huile de palme, pour très rentable qu'elle soit pour ceux qui l'exploitent, ne le sera pas pour les fonds de santé publique. Composée à 79% de graisses saturées, c'est à dire de "mauvais cholestérol", celui qui augmente les risques cardio-vasculaire. En réalité, cette "huile", ou plutôt graisse (solide), dans sa forme industrielle ne devrait même pas être utilisée dans l'alimentation. Seule excéption notable, l'huile de palme rouge, non raffinée, est relativement riche en vitamine A (béta-carotène). Mais de celle-ci, vous n'en verrez jamais la couleur dans vos assiettes.

tiré de mon blog : http://alimensonges.hautetfort.com/
Si vous ne faites pas partie de la solution, alors vous faites partie du problème.
Forum des discussions libres

Hubu II
Kérogène
Kérogène
Messages : 88
Inscription : 28 déc. 2008, 17:34

Re: Huile de palme

Message par Hubu II » 07 avr. 2009, 03:18

Je me demande jusqu'a combien d'équivalent pétrole on sera capable de produire comme huile produit à partir de Palme ?

En tout cas c'est pas ca qui va sauver la planête mais plutot l'affamer !!

Si on tombe pas a court d'eau entre temps...

Répondre