[France] Le projet P.I.V.E.R.T

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59662
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

[France] Le projet P.I.V.E.R.T

Message par energy_isere » 01 juin 2011, 20:00

Le projet P.I.V.E.R.T

Les nouvelles filières de valorisation du végétal à des fins industrielles

En Picardie, le colza, le tournesol, toutes les plantes oléagineuses entrent déjà dans la composition de nouveaux produits pour la chimie, l’alimentaire, la cosmétique, ou encore la santé…


le 1er juin 2011

La Picardie porte une tradition de valorisation industrielle des ressources végétales. La chimie « verte » n’est pas une pratique neuve en Picardie. La prospérité d’Amiens au Moyen âge était déjà liée à la waide, seule plante tinctoriale, en Europe et jusqu’au XVIème siècle, dont on extrayait du bleu. C’est une histoire qui se poursuit aujourd’hui avec P.I.V.E.R.T, celle d’une double vocation régionale qui a toujours su profiter de ses ressources agricoles pour en extraire sa richesse industrielle

Image

- P.I.V.E.R.T institut d’excellence dans la chimie du végétal a été retenu parmi les investissements d’avenir avec un budget de 220 Millions d’euros sur 10 ans.

- P.I.V.E.R.T.(Picardie Innovation Enseignement et recherches technologiques) sera un des instituts d’excellence dans le domaine des énergies décarbonées. Installé à Compiègne (Picardie), sur le Parc Technologique des rives de l’Oise, il sera un centre de recherche, d’innovation, d’expérimentation et de formation dans la chimie du végétal à base de biomasse oléagineuse (colza, tournesol, etc…). Il réunira, sur 10 ans, plus de 150 chercheurs, ingénieurs et enseignants travaillant dans différents laboratoires et sur des pilotes industriels.

- P.I.V.E.R.T sera le premier centre européen visant à transformer la biomasse oléagineuse, c’est-à-dire la plante entière, en produits chimiques renouvelables, destinés à de multiples applications : alimentation, santé, cométique, matériaux de construction, etc…

- P.I.V.E.R.T sera bâti sur un concept d’écologie industrielle : les sous-produits de certaines activités serviront de matières premières à d’autres activités. L’énergie et l’eau seront recyclées. Cette future raffinerie du végétal utilisera les ressources agricoles et forestières de la région Picardie en permettant de renforcer le tissu agricole et industriel local.

- P.I.V.E.R.T repose sur un montage et un fonctionnement financier originaux. Il est porté par des centres techniques et de recherche, des universités, comme l’Université de Technologie de Compiègne (UTC), des industriels et acteurs privés, notamment Sofiprotéol et le pôle IAR (Industries et agro-ressources). Retenu parmi les « investissements d’avenir » financés par le Grand Emprunt, le projet est soutenu par l’Etat et les collectivités locales, en particulier la Région de Picardie et l’Agglomération de la Région de Compiègne (ARC).
Le projet doit faire l’objet d’une notification auprès de la Direction Générale de la Concurrence au sein de la Commission Européenne.

Objectif ?
Travailler sur les énergies décarbonées, c’est-à-dire qui n’utilisent pas le pétrole comme matière première, et qui ne génèrent pas de carbone fossile dans l’atmosphère Il s’agit aussi de pérenniser l’agriculture française, et, notamment l’agriculture picarde, particulièrement riche en matières premières végétales ! Autre objectif : ré-industrialiser les territoires.


La plate-forme du projet Pivert sera située près de Compiègne, dans le quartier des rives de l’Oise. Des experts en biotechnologie, en traitement thermique de la biomasse ou en chimie catalytique seront nécessaires, mais aussi des conducteurs de machines de l’industrie chimique : la valorisation, en chimie des plantes oléagineuses sera créatrice d’emplois.
http://www.picardie.fr/Le-projet-P-I-V-E-R-T