Biomasse, divers

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59191
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Biomasse, divers

Message par energy_isere » 24 août 2012, 15:56

Je lis dans le Nouvel Obs de cette semaine qu' une plate forme internationale d' échange de biomasse (la 1ére du monde) à ouvert à Rotterdam.

Aprés recherche sur le Web, ca à l' air de dater de fin 2011.
Biomass Exchange launches in November (2011)

October 04, 2011

On Nov. 3, the world’s first biomass exchange will be launched from Rotterdam, Netherlands, by Energy Exchange APX-ENDEX (Amsterdam Power Exchange-European Energy Derivatives Exchange), in cooperation with the Port of Rotterdam.

As a response to market request, APX-ENDEX and Port of Rotterdam announced in July 2010 their intention to launch the world’s first exchange-traded industrial wood pellets contracts, according to APX-ENDEX. A joint market consultation study among market participants and other stakeholders revealed the growth potential of the industrial wood pellets market and the need for exchange traded biomass products.

“The trade platform is, besides standardize and certify products, indispensible to make energy generation more sustainable via the use of biomass,” said Hans Smits, CEO of the Port of Rotterdam Authority. “In the port area itself, we foresee a market of 2 to 3 million tonnes in 2025. Outside Rotterdam, demand will be many times larger. APX-ENDEX increases the chance that these flows will run via Rotterdam Energy Port.”

The commodities futures exchange program will be deployed in two phases, starting with physical settlements arranged bilaterally by the counterparties, allowing market participants to trade standard contracts in a transparent environment, according to APX-ENDEX. Over the course of 2012, clearing services for wood pellet contracts will be developed and implemented, providing further financial security to market participants.

............
http://biomassmagazine.com/articles/584 ... -november/

Ce que relaie le Nouvel Obs est peut étre la phase 2 en rouge.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59191
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par energy_isere » 24 août 2012, 15:59

Image

site en Anglais sur la biomasse : http://biomassmagazine.com/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59191
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par energy_isere » 07 mai 2013, 10:25

Stocker et transformer la biomasse à usage énergétique en Ile-de-France

07 Mai 2013 enerzine

La Direction régionale Ile-de-France de l'ADEME, la Région Ile-de-France et la Préfecture de région Ile-de-France viennent de lancer la seconde session de l'appel à projets « plateformes régionales d'approvisionnement en biomasse-énergie ».

L'objectif de cet appel à projets est de soutenir par des fonds publics (Fonds Chaleur, fonds régionaux et fonds européens du FEDER) les projets de création et de développement de plateformes de stockage et de transformation de biomasse-énergie (végétaux d'origine agricole ou forestière).

Il s'agit ainsi de structurer et d'optimiser l'offre régionale au niveau local, tout en privilégiant les modes de transport alternatif.

La filière « biomasse forestière et agricole », qu'il s'agit de structurer, représente un potentiel conséquent en termes d'énergie renouvelable. En valorisant la biomasse forestière et agricole d'Ile de-France, grâce à la structuration des filières d'approvisionnement des projets de chaufferie, l'ADEME, la Région et la Préfecture de région veulent se donner les moyens d'atteindre les objectifs relatifs à la transition énergétique, déclinés dans le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) : "passer d'une production d'énergie francilienne de 5 % d'origine renouvelable en 2009 à 11 % en 2020."

Modalités de l'appel à projets

La logique territoriale, la structuration des filières locales de production de biomasse et les modes de transport alternatif seront privilégiés par le comité de sélection, composé des représentants de l'ADEME, de l'Etat, de la Région, de l'interprofession du bois et de l'ARENE. Ils statueront sur les projets déposés selon des critères de durabilité (techniques, économiques, environnementaux, sociaux, territoriaux, etc.).

Les opérations seront évaluées par un jury constitué de donneurs d'ordres publics et d'experts de la filière.
http://www.enerzine.com/6/15708+stocker ... ance+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59191
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par energy_isere » 27 juin 2013, 16:57

A Clermont-Ferrand, Limagrain produit de la vapeur à partir de résidus de maïs


27 Juin 2013 Usine Nouvelle

Le 26 juin, Limagrain a inauguré sur le site de sa filiale Limagrain Céréales Ingrédients, situé près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), une chaufferie biomasse produisant de la vapeur à partir de résidus de maïs.

Fini le recyclage en litière pour chats… Limagrain utilisera désormais les résidus de maïs (aussi appelés rafles) issus de la première transformation du maïs pour couvrir ses besoins en vapeur. La coopérative agricole a fait appel à Dalkia - filiale de Veolia Environnement spécialisée dans l’énergie -, pour installer sur le site auvergnat de sa filiale Limagrain Céréales Ingrédients située à Ennezat, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), une chaufferie biomasse utilisant ce co-produit comme combustible. "Une première en France mais aussi en Europe", précise Franck Lacroix, le président de Dalkia.

Limagrain utilisait auparavant deux chaudières à gaz pour produire la vapeur nécessaire à ces procédés de production et les rafles de maïs étaient envoyées dans le sud-ouest pour être transformées en … litière pour chats. "C’est 200 camions qui ne seront plus sur les routes et l’économie de gaz se chiffre à plus de 80 %", avance Jean-Yves Foucault, le président de Limagrain.

Désormais, les 4 000 tonnes de rafles, produites essentiellement entre septembre et octobre après la récolte de maïs, seront stockées sur le site et alimenteront la chaufferie biomasse tout au long de l’année. La vapeur produite servira à alimenter deux unités de première et seconde transformation du maïs.

Le projet a nécessité un investissement de 2,4 millions d’euros. Limagrain a investi 1,4 million d’euros en fonds propres et a reçu des aides pour un montant total d’1 million d’euros, dont 400 000 euros dans le cadre du Fonds chaleur de l’Ademe. Conçue par la PME locale Compte-R, la chaudière sera exploitée durant dix ans par Dalkia.

Initié en 2009 suite aux réflexions de Limagrain sur l’efficacité énergétique de ses sites, le projet a mis près de quatre ans à se concrétiser. Car, si la rafle de maïs possède un pouvoir calorifique deux fois supérieur à celui des plaquettes de bois, sa valorisation s’est révélée ardue sur le plan technique.
http://www.usinenouvelle.com/article/a- ... is.N200309

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8786
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par Remundo » 27 juin 2013, 18:32

et oui, et le résidu organique pourrait être utilisé en fertilisant naturel des sols...

En chimie, et même en agriculture, rien ne se perd, tout se transforme. Les déchets d'un processus sont la matière première d'un autre. :idea:

oleotax
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 903
Inscription : 11 janv. 2007, 15:22

Re: Biomasse, divers

Message par oleotax » 30 juin 2013, 17:32

Remundo a écrit :et oui, et le résidu organique pourrait être utilisé en fertilisant naturel des sols...

En chimie, et même en agriculture, rien ne se perd, tout se transforme. Les déchets d'un processus sont la matière première d'un autre. :idea:
:idea: :idea: :idea:
Une idée pour le CO2 ???

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8495
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Biomasse, divers

Message par kercoz » 30 juin 2013, 18:11

Remundo a écrit :et oui, et le résidu organique pourrait être utilisé en fertilisant naturel des sols...

En chimie, et même en agriculture, rien ne se perd, tout se transforme. Les déchets d'un processus sont la matière première d'un autre. :idea:
Ce sont directement les residus de maiis qui devraient servir à la MO ...et qui vont manquer au sol qui a produit le grain .
Le stock de Mo baissait deja en conservant ces rafles ...si on rafle les rafles , meme si on ramène 10% de résidus ...ça ne peut qu' accentuer la destruction des sols .
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8786
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par Remundo » 30 juin 2013, 20:56

oleotax a écrit :
Remundo a écrit :et oui, et le résidu organique pourrait être utilisé en fertilisant naturel des sols...

En chimie, et même en agriculture, rien ne se perd, tout se transforme. Les déchets d'un processus sont la matière première d'un autre. :idea:
:idea: :idea: :idea:
Une idée pour le CO2 ???
Le CO2 est la matière première des végétaux photosynthétiques.

Il faut simplement veiller à ne pas excéder leur capacité d'absorption du CO2, ne pas modifier en profondeur les écosystèmes... Or c'est le cas actuellement.

oleotax
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 903
Inscription : 11 janv. 2007, 15:22

Re: Biomasse, divers

Message par oleotax » 30 juin 2013, 21:21

Remundo a écrit :
oleotax a écrit :
Remundo a écrit :et oui, et le résidu organique pourrait être utilisé en fertilisant naturel des sols...

En chimie, et même en agriculture, rien ne se perd, tout se transforme. Les déchets d'un processus sont la matière première d'un autre. :idea:
:idea: :idea: :idea:
Une idée pour le CO2 ???
Le CO2 est la matière première des végétaux photosynthétiques.

Il faut simplement veiller à ne pas excéder leur capacité d'absorption du CO2, ne pas modifier en profondeur les écosystèmes... Or c'est le cas actuellement.
Pas d'idée alors !

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8786
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par Remundo » 30 juin 2013, 22:20

il a été proposé de coupler des cultures artificielles (du style des algues oléagineuses, ou autres miscanthus à forte croissance de biomasse...) avec les rejets CO2 de centrales à charbon; à gaz...

mais une fois re-brûlées ou re-pourries, ces plantes relarguent le CO2, et le solde net est positif pour l'atmosphère dès lors que ce sont les hydrocarbures fossiles qui ont émis le CO2 initial...

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Biomasse, divers

Message par sceptique » 01 juil. 2013, 00:12

Remundo a écrit :il a été proposé de coupler des cultures artificielles (du style des algues oléagineuses, ou autres miscanthus à forte croissance de biomasse...) avec les rejets CO2 de centrales à charbon; à gaz...
Il "suffit" de remplacer le charbon ou le gaz par la biomasse pour avoir un cycle fermé :
culture -> récolte -> brûlage dans centrale -> récup du CO2 pour enrichir la culture
Au passage on récupère :
- les cendres pour servir d'engrais pour la culture
- l'électricité pour l'usage que l'on veut.
Au final on a donc transformé l'énergie solaire qui alimente les plantes en électrons ... Tout comme un vulgaire PV ou du solaire thermique à concentration
Reste à comparer ces différentes solutions solaire -> électricité. 8-)
Le PV a le mérite de la simplicité

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5641
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Re: Biomasse, divers

Message par mahiahi » 01 juil. 2013, 07:35

Les fossiles ne sortent pas du néant, c'est juste une forme de CO2 stockée pour très longtemps (sauf intervention humaine), qui fut d'ailleurs de la biomasse... et qui s'est concentrée avec le temps.
La biomasse (non concentrée) est donc une forme d'énergie de rendement moins intéressant!
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Biomasse, divers

Message par sceptique » 01 juil. 2013, 10:30

C'est certain que récupérer une tep à partir d'un puits classique facile (comme au Moyen Orient) cela demande moins d'effort que de récolter tep de biomasse : une fois le puits creusé on ouvre plus ou moins le robinet ! De plus la biomasse demande moult transformation avant une utilisation comparable au pétrole.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59191
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par energy_isere » 04 déc. 2013, 14:24

La société Pneutech projette la réalisation d'une centrale thermique répondant aux nouveaux enjeux de l'économie circulaire et offrant un débouché rémunérateur aux détenteurs de pneus usagés et de résidus de broyage.

Si l’adage « il y a de l’or dans nos déchets » a rencontré un certain succès il y a une vingtaine d’années, les concepts d’économie circulaire et de minerai de déchets ne se sont imposés que récemment, en raison de la raréfaction d’un certain nombre de ressources naturelles et énergétiques, conjuguée à la hausse de leurs prix. Ainsi la récupération des matières contenues dans les pneumatiques usagés et résidus de broyage automobile prend-elle aujourd’hui tout son intérêt.

Le pneu est en effet un combustible au pouvoir calorifique plus élevé que celui du charbon (35 MJ/kg contre 25 pour le charbon), il contient plus de carbone et produit moins de cendres, d’où son grand intérêt sur le plan thermique. Il est par ailleurs riche en métaux, notamment en fer (tringles et armatures en acier) et en zinc. Un certain nombre de métaux rares y sont également présents à l’état de traces, comme le cobalt.

Les résidus de broyage ont quant à eux un PCI plus faible, mais restent un combustible intéressant. Ils sont essentiellement constitués de matières organiques (élastomères, bois, textiles et mousses de polyuréthane), dans des proportions très variables. Ils peuvent également contenir une part non négligeable de métaux qui seront valorisables en sortie de traitement

Un procédé thermique qui privilégie la valorisation
La centrale sera capable d’incinérer quotidiennement 300 tonnes de pneus entiers, pneus broyés, résidus de broyage et déchets de l’industrie du caoutchouc. Elle mettra en œuvre une technologie de combustion éprouvée, respectant en tous points les normes françaises et européennes applicables aux rejets dans l’atmosphère.

Les combustibles sont introduits dans le four à 1500°C. A cette température, toutes les matières organiques sont quasi instantanément sublimées. L’acier des tringles et de la carcasse fond rapidement en gouttelettes, qui sont rapidement refroidies par une trempe, produisant des grenailles d’excellente qualité pouvant être revendues à meilleur prix que la ferraille.

La combustion des matières organiques produit des gaz dont certains sont polluants (oxydes d’azote, SO2, chlore). Ceux-ci seront neutralisés par une unité de traitement permettant la valorisation du soufre sous forme de gypse de synthèse de grande qualité, et le chlore sous forme de chlorure de calcium. Le premier est utilisable dans l’industrie pour la production de plâtre et le second comme sel de déneigement.

On retrouvera dans les cendres des traces de tous les produits chimiques contenus dans les combustibles, notamment le zinc et le cobalt. Un procédé hydrométallurgique innovant permettra de dissoudre puis récupérer ces métaux de valeur. Notons que le cobalt est considéré comme une ressource non renouvelable stratégique dont le gouvernement entend sécuriser les approvisionnements.

Le carbone imbrûlé (environ 30% en poids des cendres) est séparé du mélange afin de le réutiliser pulvérisé sous pression comme combustible dans la chaudière.

D’une puissance de 30 MWe, la centrale produira de l’électricité pour un prix de revient évalué à 29,98 €/MWh (après revente des matières recyclables). Celle-ci pourra être revendue à EDF à un prix de 115 €/MWh dans le cadre d’un appel d’offres dans le cas où les pneumatiques sont considérés comme de la biomasse.

Opportunité d’investissement
En vue de boucler le financement de son projet, Pneutech a récemment lancé une offre de souscription de 5 millions d’euros auprès de professionnels : garagistes, collecteurs de pneumatiques usagés, centres VHU, entreprises de recyclage. L’entreprise propose en particulier aux détenteurs investisseurs la reprise à coût positif garanti* de leurs pneumatiques et résidus de broyage.

L’entreprise a déjà reçu le soutien de l’association Recyclage Automobile, fonds financier intervenant dans l'univers du recyclage automobile. Des banques, comme le groupe CM-CIC et des fonds d’investissement ont également manifesté leur intérêt à financer l’emprunt bancaire initial et souscrire à une augmentation de capital ultérieure. La BPI et l'ADEME sont également interessés pour intervenir financièrement dans le projet. Des dossiers sont en cours de montage en ce sens.
http://www.actu-environnement.com/ae/pd ... e-565.php4

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59191
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Biomasse, divers

Message par energy_isere » 13 mars 2014, 19:45

Bois énergie : Solvay se lance dans la production de biomasse torréfiée

13 Mars 2014 enerzine

Le groupe Solvay a annoncé hier le démarrage de la production de biomasse torréfiée à l'échelle industrielle aux Etats-Unis, une nouvelle activité dont l'objectif est de fournir une source d'énergie alternative et renouvelable.

Cette activité sera gérée par Solvay Biomass Energy, une co-entreprise créée par Solvay et la société américaine New Biomass Energy (NBE).

La biomasse torréfiée, dont la combustion, le stockage et le transport sont semblables au charbon, est obtenue à partir d'un procédé de torréfaction qui modifie les propriétés chimiques des déchets de bois et de la biomasse. La biomasse torréfiée représente une solution de substitution au charbon, "pratique et immédiatement disponible", permettant notamment aux centrales électriques de produire une énergie renouvelable.

Aujourd'hui, certaines centrales électriques en Europe utilisent des granulés de bois traditionnels pour remplacer le charbon. Le rendement énergétique de la biomasse torréfiée reste toutefois supérieur de 35 % à ces granulés de bois, apportant à ce titre des avantages logistiques assez conséquentes. Solvay a également travaillé à l'amélioration des propriétés hydrophobes de la biomasse torréfiée pour renforcer ses atouts sur le plan du stockage et de la manipulation.

"Cette nouvelle activité a une double vocation : apporter aux énergéticiens une solution innovante et compétitive, qui contribuera à réduire le coût d'utilisation de la biomasse dans leurs usines, et en parallèle, développer notre accès à la biomasse et concevoir de nouvelles applications biosourcées. Solvay souhaite se renforcer dans le développement de produits et technologies au service de la transition énergétique" a expliqué Philippe Rosier, Président de Solvay Energy Services.

La biomasse torréfiée sera produite à Quitman, Mississippi, dans une usine construite et développée par NBE.

Solvay Biomass Energy a précisé qu'elle triplerait la capacité de production annuelle, de 80.000 tonnes actuellement à 250.000 tonnes d'ici la fin de l'année 2014. Elle utilisera des sous-produits, tels que les résidus de scieries, issus de l'industrie du bois très développée dans cette région riche en forêts gérées durablement.

Enfin, la filiale de Solvay Energy Services assurera l'exploitation et la maintenance de l'usine, l'approvisionnement en matières premières, la logistique, la technologie ainsi que la commercialisation de la biomasse torréfiée en particulier auprès des producteurs d'électricité en Europe et en Asie.
http://www.enerzine.com/6/17030+bois-en ... fiee+.html

Répondre