Page 1 sur 2

Développement des "bio"carburants 2ème génération

Publié : 28 mars 2007, 11:18
par Tiennel
Je propose de focaliser ce fil sur ce type de carburants particulier, dont la principale caractéristique est qu'on en parle beaucoup mais qu'il reste encore 10 ans de R&D pour les voir distribués à grande échelle.

Un petit message de l'UE :
Enerzine a écrit :«Je suis heureux de constater les progrès que nous avons accomplis, en particulier dans le sens de l'établissement d'une approche commune sur la question des biocarburants, notamment les biocarburants de deuxième génération.», a déclaré M. Piebalgs après sa rencontre avec M. Bodman, secrétaire d'État américain à l'énergie.
http://www.enerzine.com/14/2263+L-effic ... l-UE+.html

Publié : 28 mars 2007, 12:57
par Blackdress
Si je me félicite d'une telle approche et du développement des biocarburants de 2e génération, je retiens de ton lien intéressant cette phrase qui en dit long :

"L'utilisation efficace de l'énergie est aussi un élément clé et je pense que c'est dans ce domaine que l'UE a beaucoup à offrir en termes de savoir-faire et de meilleure pratique"


Autrement dit les biocarburants ne sont une solution que combinés avec une moindre consommation.

;)

Publié : 22 mai 2007, 18:56
par peaknik
l'usine choren en allemagne est largement au dela d'une production de laboratoire ( 200 000 t/ ans prevus).
Non??

Publié : 22 mai 2007, 23:10
par Schlumpf
Bon. Ils changent leur page waib. Faudra attendre pour avoir des nouvelles fraîches...

Publié : 23 mai 2007, 11:23
par echazare
peaknik a écrit :l'usine choren en allemagne est largement au dela d'une production de laboratoire ( 200 000 t/ ans prevus).
Non??
Quelle que chose comme 1'300'000barils/an c'est très peux....

Publié : 23 mai 2007, 12:10
par GillesH38
si j'ai bien compris, il s'agit d'un procédé FIscher-Tropsch mais avec du bois au lieu de charbon. Ce n'est pas du bioéthanol de seconde génération. C'est plutot de la zérotième génération, m'étonnerait que le rendement soit pharamineux.

Publié : 24 mai 2007, 15:01
par peaknik
200 000 tonnes c'est énorme: c'es le passage à l'echelle industrielle.

Un peu comme les mac donald: le plus dur c'est de concevoir et construire le premier. Une fois l'organisation au point sur une unité tu peux franchiser sur la terre entière.

Ou pour faire plus oleocenien: un peu comme le programme nucleaire en france. Des années de recherche pour les premiers reacteur. Une fois que la technologie est à peu pres mature tu peu recouvrir la france de nuke en une decenie à peine.

Le rendement matière est 10 fois superieur au filières premières géneration ( 60% de conversion en masse). prix de revient annoncé: 60 centime d'euro le litre. ( plus de 10 000L par hectare sur des culture biomasse dédiées). Et un EROI positif.

Dans un monde optimal et heureux, tu peux coupler une unité de production d'ethanol avec une unité BTL et algues. au bresil:

L'ethanol pour le marché américain.
Le diesel BTL pour l'europe
Recyclagle du co2 degagé par la fermentation par micro algues (diester).

Ca doit pas etre beaucoup plus irrealiste que d'aller chercher du petrole à 3000 M sous l'eau en arctique... :roll:

Publié : 24 mai 2007, 17:06
par echazare
10'000L/ha/an ?
EROI est de combien ?
L'hydrogène il est fait comment ?

Publié : 24 mai 2007, 18:21
par peaknik
Le procédé ne demande pas nécessairement une adjonction d'hydrogène.

Le procédé BTL demande une source de chaleur importante ( comme une rafinerie classique). Il peut etre interne en cramant sur place une parti de la production ou externe, ( geothermie profonde, electricité, solaire thermique).
En clair le procédé ne doit pas se juger uniquement comme source d'énergie mais comme vecteur.

Utiliser une source electrique pour le chauffage de la biomasse permet de transfomé cette electricité en liquide stockable et similaire au produit petrolier.
Le BTL peut s'envisager comme une forme parmi d'autre de stockage de l'électricité ou mieux encore de la chaleur. Et parmi les autre elle parait particulièrement competive.

La vrai question n'est pas sur l'EROI de la filière c'est:

vaut il mieux une filière hydrogène par hydrolyse ?
Ou une filière par crackage thermique de la biomasse?

La filière BTL c'est la possibilité de convertir de la chaleur et de la biomasse en carburant liquide. Diable crions au miracle.

Le manque de biomasse ne tient pas ( jusqu'à 200 T/hectare de masse seche pour les vegetaux aquatiques).

Il ne faut pas comparer le BTL au petrole, mais à la pile à combustible.

Reflexion d'ordre général: l'hydrogènes n'est jamais aussi simple d'utilisation qu'accroché à du carbone.

hors sujet: mais pourquoi donc le forum est il paramétré pour ne pas afficher un message ecrit trop lentement??

France : le projet projet Bio-T-Fuel (agro-diesel 2iem gen)

Publié : 09 oct. 2009, 19:07
par energy_isere
Biodiesel 2ème Génération : Total hâte son calendrier

(src : Total, IFP)
Le groupe pétrolier Total confirme dans un communiqué, vouloir prendre une part active dans le programme pilote de biodiesel de deuxième génération, BioTfueL.
En étant déjà présent dans le projet Futurol (bioéthanol de deuxième génération), Total propose pour le programme BioTfueL un financement représentant plus de 30% des apports demandés aux partenaires du projet, en plus du savoir-faire et l'implication de ses équipes de recherche. Il propose également un site industriel existant afin d’accueillir au moindre coût l'installation pilote principale qui testera le procédé.

Total souhaite accélérer au plus vite l'avènement des biocarburants de deuxième génération, afin d'améliorer le bilan écologique de ce type de produit d'origine agricole et éviter ainsi la mobilisation de matières premières alimentaires.



Les biocarburants de 2ème génération

Jean-Pierre Burzynski, directeur Raffinage-pétrochimie à l'IFP explique le mécanisme :

"Les biocarburants de 2e génération sont obtenus à partir de biomasse sans concurrence d'usage avec l'utilisation alimentaire : paille de céréales, miscanthus, bois et résidus forestiers et cultures dédiées. Il y a deux filières de production possibles : la filière biochimique de production d'éthanol cellulosique et la filière thermochimique de production de carburant diesel de synthèse BtL (Biomass to Liquid)".

"La voie biochimique s'effectue en 3 grandes étapes. Des 3 constituants majeurs de la biomasse lignocellulosique - cellulose, hémicelluloses et lignine - seule la cellulose est aujourd'hui facilement transformable en éthanol. Une première étape consiste donc à extraire la cellulose puis à la transformer en glucose par hydrolyse à l'aide d'enzymes**. Le glucose est ensuite fermenté par des levures en éthanol. Enfin l'éthanol est purifié par distillation et déshydratation.

Pour la voie thermochimique, la biomasse est d'abord conditionnée par pyrolyse ou torréfaction. Ensuite elle est gazéifiée à plus de 1 000°C en présence de vapeur d’eau ou d’oxygène. On obtient ainsi le gaz de synthèse, constitué de monoxyde de carbone (CO) et d’hydrogène (H2). L'étape suivante est la synthèse Fischer-Tropsch, transformation chimique catalytique du gaz de synthèse en paraffines linaires qui, hydrocraquées et isomérisées, produiront un gazole de synthèse."

L'IFP conduit des travaux de R&D sur ces deux voies.

** Les enzymes produits dans des réacteurs à partir de micro-organismes (par exemple le champignon tricchoderma reesei) sont capables de dégrader naturellement la cellulose en glucose.

Enerzine
http://www.enerzine.com/6/8474+biodiese ... rier+.html

France : le projet projet Bio-T-Fuel (agro-diesel)

Publié : 15 oct. 2009, 20:26
par energy_isere
Sofiprotéol et Total prêts pour les biocarburants de 2e génération

Le 15 octobre 2009 Usine Nouvelle

Sofiprotéol va installer sur son site de Venette près de Compiègne (Oise) l’un des deux démonstrateurs du projet Bio-T-Fuel pour la production de biocarburant de deuxième génération. Sofiprotéol produit actuellement 200.000 tonnes de diester de colza par an et du tourteau de colza pour l’agriculture.

Ce projet qui représente un investissement global de 112 millions d’euros vise la fabrication de biodiesel ou biokérosène à partir de la transformation de la partie ligneuse de la plante provenant de déchets végétaux verts et de déchets forestiers. L’autre démonstrateur serait implanté sur un site de Total. Le pétrolier-raffineur a confirmé son « intérêt à prendre une part active » dans ce programme de pilote de biodiesel de deuxième génération, rappelant qu’il participe déjà au programme Futurol (bioéthanol de deuxième génération) et qu’il est prêt à financer le projet à hauteur de 30 %.

L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maitrîse de l’énergie) vient d’annoncer dans un communiqué qu’elle soutiendrait le projet Bio-T-Fuel à hauteur de 33 millions d’euros. En même temps, elle a publié un autre communiqué présentant le résultat d’une étude sur le bénéfice environnemental du biodiesel par rapport aux énergies fossiles. « La consommation de biodiesel de colza produit en France permet de diminuer de 60 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à la consommation de gazole », assure-t-elle.

C’est Claude Gewerc, le président (PS) du conseil régional de Picardie qui, le 4 septembre dans le Courrier Picard, avait alerté l’opinion sur des projets positifs pour la Picardie dont les projets du groupe Sofiprotéol dans le Compiégnois. Le sénateur-maire de Compiègne (UMP) Philippe Marini lui avait emboîté le pas le lendemain en ajoutant que Sofiprotéol planchait aussi sur une plate-forme technologique de R&D dans la filière de l’oléochimie, en partenariat avec l’Université de Technologie de Compiègne.
http://www.usinenouvelle.com/article/so ... on.N119282

L' économie de la région de Compiégne va pas cracher la dessus vu les pertes d' emplois dans le secteur du pneumatique de ces dernieres semaines ......

Re: France : le projet projet Bio-T-Fuel (agro-diesel 2iem gen)

Publié : 22 oct. 2009, 14:13
par mobar
energy_isere a écrit :
Biodiesel 2ème Génération : Total hâte son calendrier

(src : Total, IFP)
Le groupe pétrolier Total confirme dans un communiqué, vouloir prendre une part active dans le programme pilote de biodiesel de deuxième génération, BioTfueL.
En étant déjà présent dans le projet Futurol (bioéthanol de deuxième génération), Total propose pour le programme BioTfueL un financement représentant plus de 30% des apports demandés aux partenaires du projet, en plus du savoir-faire et l'implication de ses équipes de recherche. Il propose également un site industriel existant afin d’accueillir au moindre coût l'installation pilote principale qui testera le procédé.

Total souhaite accélérer au plus vite l'avènement des biocarburants de deuxième génération, afin d'améliorer le bilan écologique de ce type de produit d'origine agricole et éviter ainsi la mobilisation de matières premières alimentaires.
La vrai raison ne serait elle pas de mettre la main sur des développements prometteurs à moindre frais pour éviter de voir des développeurs leur faire concurrence?

Total fait partie de tous les groupes de réflexion travaillant sur le sujet depuis plus de 10 ans et ils n'ont investi jusqu'à présent que pour retarder les projets, BioTFuel risque de ne pas être si beau que cela avant longtemps!

Re: France : le projet projet Bio-T-Fuel (agro-diesel 2iem gen)

Publié : 22 oct. 2009, 14:28
par akochan
Cela m'etonnerait que la paille de ceréales, le miscanthus et les cultures "dédiées" ne soient pas des concurrents des cultures destinées l'alimentation. Si je retire la paille de céréales, j'appauvrie mon sol et si je cultive du miscanthus ou d'autres cultures dédiées ce sera ça en moins comme surfaces pour l'alimentation humaine.
Concernant les déchets de bois et autres cela n'arrive pas tout seul à l'usine. A noter que les déchets de bois sont tres legers et qu'ils occupent un gros volume dans un camion pour peu de poids.

Re: France : le projet projet Bio-T-Fuel (agro-diesel 2iem gen)

Publié : 22 oct. 2009, 14:40
par Jaguar75
akochan a écrit :Cela m'etonnerait que la paille de ceréales, le miscanthus et les cultures "dédiées" ne soient pas des concurrents des cultures destinées l'alimentation. Si je retire la paille de céréales, j'appauvrie mon sol et si je cultive du miscanthus ou d'autres cultures dédiées ce sera ça en moins comme surfaces pour l'alimentation humaine.
Je comprends l'argument dans le principe. Mais cela dit, il y a quand même en France quantité de surfaces cultivables qui ne le sont pas/plus. On est loin de la saturation...
akochan a écrit :Concernant les déchets de bois et autres cela n'arrive pas tout seul à l'usine. A noter que les déchets de bois sont tres legers et qu'ils occupent un gros volume dans un camion pour peu de poids.

C'est LE problème de la valorisation des co-produits agricoles, que ce soit pour en faire du carburant, des isolants ou autre chose. Le coût du transport rapporté à la faible valeur des matières récupérées tue souvent le projet. Une solution viable pourrait consister à effectuer une première transformation sur place, afin de ne transporter que des matériaux à plus haute valeur ajoutée. Mais ce n'est pas toujours praticable. Quoique... si on voit le machin-Fueler (pour produire son propre éthanol dans son jardin) dont parle Tovi dans un autre fil, ce peut être un type d'alternative

Re: France : le projet projet Bio-T-Fuel (agro-diesel 2iem gen)

Publié : 22 oct. 2009, 15:03
par kercoz
Les gens voient le biodiesel comme LA solution ,et ça me fait tres peur.
Il est tres difficile de décrocher d'un modèle meme malodorant. Le sol va susciter les apétits les moins avouables . Les magasins de chaudieres remplacent les garrages . On vente les savons bios et bientot des plastiques issus du maiis .
Ca ne va pas etre facile puisqu'en plus ces usages pervers ne seraient meme pas suffisants pour 20% des usages actuels.
Il n'y a pas d'usage vertueux du craburant.Il est des chiffres a garder en tete : 70% des sols FR sont consacrés a l'animal , en dépit du fait que plus de la moitié des fourragers proviennent des ameriques. Nous sommes globalement importateur de calorie . Passer aux légumes sera imperatif et insuffisant , sachant que ce seraz insuffisant vu que l'ensemble de l'europe compte sur notre sol........Je n'ose meme pas évoquer le RC et la necessité des forets pour pâier au NPK rarefié et aux fumiers qui vont regresser .
Pour les forets , il faut savoir qu'actuellement l'ONF interdit la récuperation des rémanents pour le BRF (pour nourrir nos gosses !) prétextant qu'ils sont iundispensables pour le maintient des sols .(ce qui est assez vrai pour une bonne moitié des surfaces boisées aux sols fragiles).