Filiére bois - energie

Modérateurs : Rod, Modérateurs

EPE_bel
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 981
Inscription : 04 mars 2014, 09:26

Re: Filiére bois - energie

Message par EPE_bel » 10 sept. 2014, 15:36

FOWLER a écrit :je te parle effectivement de sylviculture, où l'accent est mis sur l'aspect biomasse et donc on se satisfera de taillis, là où des forêts de bois d'oeuvre pousaient avant
Les forêts que je connais (nord de la France, Belgique) on continue de planter de jeunes arbres sélectionnés en pépinières. Pour du taillis il suffit de laisser pousser le tout-venant. Ça se pratique mais pour d'anciennes parcelles de résineux qu'on veut reconvertir en feuillus. Il faut quelques années de taillis pour désacidifier un minimum le sol. Sinon le taillis sous futaie ça se pratique aussi.
Autrefois EPE http://www.oleocene.org/phpBB3/memberli ... file&u=110 Accès au compte perdu

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Filiére bois - energie

Message par sherpa421 » 10 sept. 2014, 17:29

FOWLER a écrit :ça va faire un sacré boucan, ton bois de la guerre dans le broyeur Pezzo machin
FOWLER a écrit : ils arrachent toutes les souches de pins pour les broyer en plaquettes.
Quand il passe une souche dans le broyeur, il doit bien y avoir une ou deux pierre ? J'en déduis que c'est pas un petit morceaux de métal qui va le gêner.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
FOWLER
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2366
Inscription : 08 févr. 2008, 10:36
Localisation : foret de cure-dents géants des landes, france
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par FOWLER » 10 sept. 2014, 18:12

Pas de pierre ici (vraiment pas, zéro, nada) , rien que du sable, et il laissent les souches des mois (un ou deux ans) à la pluie avant de broyer.
la nuit la raison dort, et simplement les choses sont.
St Ex

Tout ça pour dire comment ils ne savent pas pourquoi.
Prévert (et pas Guitry !)

J'ai fait fortune...parce que j'ai toujours vendu trop tôt !
Rotschild.

http://www.les-pieds-sur-terre.info

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 911
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Filiére bois - energie

Message par Silenius » 12 sept. 2014, 03:07

sherpa421 a écrit : Le chablis c'est des arbres tombé au sol suite à une tempête ou un enracinement, je vois pas en quoi ça empêche une valorisation en bois d'oeuvre.
Déjà il faut que ce soit une essence qui s'y prête, ensuite une tempête, ça touche généralement une vaste zone, donc il y a d'immenses volumes d'arbres cassés et enchevêtrés en tous sens a déblayer rapidement, le prix de ce bois devient quasi nul voire négatif (car on veut dégager la parcelle rapidement pour éviter pourrissement, maladies, parasites et replanter)
sherpa421 a écrit : En ce qui concerne le platane, c'est un bois de tellement bonne qualité que ça mérite de ce creuser un peu la tête pour purger les partis mauvaises et valoriser les parties intactes.
Mais je crois que le problème est là : pourquoi ce fatiguer les méninges à valoriser des bois un peu différents alors qu'on peut tout passer au broyeur.
Je pense qu'il y a obligation légale de brûler entièrement les arbres touchés par des "maladies contagieuses."
Et puis, il y a des métiers et des filières différentes, si tu est commerçant de bois de chauffage, tu n'est pas menuisier ou luthier, on ne va pas transformer toute la forêt en guitare, ça n’aurais aucun sens....
On ne va pas produire plus de palettes que ce que le marché demande, c'est mieux de bruler du bois que du charbon, non ?
Et tout le bois n'est pas du bois d'oeuvre, le propriétaire n'est pas non plus idiot et essaie de le valoriser au maximum auprès des acheteurs potentiels de sa région.
sherpa421 a écrit : Et surtout, une fois l'investissement réalisé et une fois le camion sur place, il faut rentabiliser l'investissement et le déplacement du camion. Bien évidement, dans ce cadre ça va forcement pousser à mettre des bois qui auraient pu être valoriser autrement dans le broyeur.
Le bois d'éclaircie et les branchages ne peuvent pas se transporter économiquement sur grumier. La personne qui broye est souvent un prestataire de service qui se rend de chantier en chantier, il lui faut donc une unité mobile.
Ces gens là sont des professionnels qui vivent de cette activité, je suis sur qu'ils valorisent le bois du mieux qu'ils peuvent.
Le gars ne se dit pas, "tiens, j'ai un broyeur, je vais broyer tout ce qui me tombe sous la main". Il n'est généralement pas propriétaire forestier, et s'il est commerçant de plaquettes il doit acheter sa matière première.
Avant d'investir 900 000 € dans un tel équipement, tu dois avoir un business plan sérieux pour convaincre ton banquier.
ex : une "petite" machine de 500 cv coute 500 000€ et consomme 1000 l/jour (0,3 a 2% de la valeur énergétique du bois broyé), les plus grosses font jusqu'a 1200 cv et les coûts d'entretien sont élevés.
Il faut que l'amortissement + coût d'utilisation + frais divers + salaires + achat de la matière première soit inférieur au prix de vente des plaquettes, donc c'est clairement du bois de faible valeur qui est utilisé...
ex: le stère sur pied pour pâte a papier se vends 2 ou 3 €, la prestation de broyage coûte 2 a 5 € le m3 apparent (plus de 1000€ de l'heure pour les grosses machines, donc oui, tu a raison, pour valoriser le broyeur il faut y passer du gros diamètre mais c'est tout de même du bois de faible valeur.)
Un gros broyeur prends l'arbre entier, donc il ne faut pas payer l'ébranchage, il y a plus de volume valorisé et on laisse la parcelle propre. Le MAP de plaquettes se vends de 12 a 25 euros. (fruit de mes recherches sur internet)
Il y a 30 ans, des équipement de cette taille n'existaient pas, les branchages étaient brulés et les souches alignées sur un bord de la parcelle ou enterrées.

C'est mieux en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=tWiWDECBXio

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 911
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Filiére bois - energie

Message par Silenius » 12 sept. 2014, 03:27

FOWLER a écrit :Je ne crois pas Silenius, le passage du bois en copeaux n'a rien de marginal.


Aujourd'hui, les marchés des panneaux de particules hautes densité, des pellets et plaquettes, et du papier sont en manque de matière première.
Je n'ai pas dit que c'était marginal, et tant que l'industrie ne pourra pas payer plus de 3€ le stère, le bois va de plus en plus partir dans les chaudières !

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 12 sept. 2014, 09:59

Silenius a écrit : Je pense qu'il y a obligation légale de brûler entièrement les arbres touchés par des "maladies contagieuses.".....
Au sujet des platanes malades du chancre en bors du canal du midi, j' avais effectivement lu qu' ils devaient étres brulés sur place.

L' info est retrouvée ici :
Les 42 000 platanes qui bordent le canal du Midi sont menacés de disparition… Le chancre coloré est un champignon microscopique qui se loge à l’intérieur de l’arbre et bloque ses canaux de sève. Ainsi, il parvient à tuer un arbre en seulement 2 à 5 ans.

La maladie se propage par contact : soit par les racines (très imbriquées), soit par blessure due au frottement des bateaux contre le réseau de racines des platanes lors d’amarrage en dehors des sites aménagés ou directement sur les arbres.

La propagation est rapide et malheureusement sans remède. Après de longues recherches, l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) a conclu que la maladie ne pouvait être combattue ni chimiquement ni biologiquement. Si les protocoles d’expérimentation pour la sauvegarde des arbres sains continuent, il n’existe à ce jour qu’une seule solution pour l’endiguer : abattre et brûler les arbres touchés. Malgré les efforts de prévention, environ 4 200 arbres ont été abattus entre 2006 et début 2013, répartis en 635 foyers. L’urgence de la situation exige la mobilisation de chacun d’entre nous !
http://www.replantonslecanaldumidi.fr/f ... -incurable

Donc pas de broyage et récupération de plaquette pour ces arbres malades.

Image

Image

Image
L’abattage n’est qu’une partie du travail. Une fois au sol, il faut brûler toutes les branches et troncs de platanes. Vu la taille des arbres, il faut des bulldozers pour déplacer les morceaux et les amener dans de grandes fosses creusées pour tout enflammer. Le long des berges, de grands brasiers impressionnant sont allumés pour réduire en cendres ces arbres centenaires. Le feu éteint, le trou est rebouché. Reste les souches à dévitaliser avant de les arracher.

Commence alors un travail de terrassement pour restaurer les berges. Il faudra encore attendre un peu avant de replanter de nouveaux arbres tels que le “platanor”, seule espèce de platane résistante au chancre coloré. Le copalme d’Orient, le chêne à feuilles de châtaignier, le chêne des Canaries, le pacanier, le caryer à feuille cordée, le tilleul argenté sont également testés par VNF pour remplacer les arbres abattus
http://bateau-ocean-manor.blogspot.com/ ... -midi.html

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Filiére bois - energie

Message par sherpa421 » 12 sept. 2014, 12:30

Silenius a écrit :Le bois d'éclaircie et les branchages ne peuvent pas se transporter économiquement sur grumier.
Quand ça fait 75 cm, c'est pas de la première éclaircie et ça se transporte en grumier.

Pour ce qui est des calculs de rentabilité des banquier, ça fait longtemps que je n'y accorde plus aucune valeur. Le travail du bois ne fait pas parti de la formation de base du banquier.
Silenius a écrit :Il faut que l'amortissement + coût d'utilisation + frais divers + salaires + achat de la matière première soit inférieur au prix de vente des plaquettes
Donc, une fois l'investissement fait, tu as intérêt à enfourner un maximum de bois dans ton gros machin pour réduire le coût de l'amortissement par m3 produit, même si pour cela tu achète un peu plus cher ta matière. Tu as oublié le coût de transport de ton gros bidule -> En plus il faut réduire les déplacements.
A l’extrême, tu envoie à la chaudière du bois de charpente. Que ce soit économiquement logique est une chose, mais ça restera toujours une aberration technique ou même un acte immorale.

Pour ce qui est de brûler sur place des platanes complet, ça me semble un immonde gâchi. Vous avez des photos où il montre la façon dont ils désinfecte les pelleteuses ? Parce-que logiquement, si on en est avec un tel niveau d'exigence sur le bois abattu, on devrait passer la pelleteuse à l’autoclave.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 911
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Filiére bois - energie

Message par Silenius » 13 sept. 2014, 02:25

Je vais pas épiloguer pendant des heures, mais un bois sain sur pied en diamètre 75 cm, ça vaut au moins 50€ le m3 (plus abattage et débardage qui doit coûter un bras), donc incompatible avec une utilisation plaquette.

http://www.europeansa-online.com/bois_sur_pied.php

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9458
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Filiére bois - energie

Message par mobar » 13 sept. 2014, 04:38

Silenius a écrit :Je vais pas épiloguer pendant des heures, mais un bois sain sur pied en diamètre 75 cm, ça vaut au moins 50€ le m3 (plus abattage et débardage qui doit coûter un bras), donc incompatible avec une utilisation plaquette.

http://www.europeansa-online.com/bois_sur_pied.php
Dans le cas précis des platanes du canal du midi, il ne s'agit pas de bois sain, mais de bois malade d'une essence qui n'a pas d'utilisation en bois d'oeuvre

Faire des plaquettes avec du platane qui doit être détruit, revient à travailler avec une matière première dont le prix sur pied est négatif (cela coute de couper, dessoucher, bruler, replanter ...)

Qu'est ce qui empêche de valoriser ce bois en plaquettes destinées à la combustion?

La peur de disséminer le champignon peut être?
Plus probablement, un choix d'aller au plus facile et au plus simple ... c'est le contribuable qui paye

Des voies de valorisation sont néanmoins explorées :
Valorisation du bois de platane contaminé

Le principal obstacle à la lutte contre le chancre coloré est le coût élevé de l’abattage et de la gestion des bois contaminés. Face à cette problématique, la FREDON a engagé en 2003 une étude sur la recherche de débouchés économiques pour le bois de platane contaminé. Des solutions sont envisageables dans la filière bois énergie : production de plaquette et incinération dans des chaudières de cogénération. Plusieurs projets sont en train de voir le jour. Ce dossier est actuellement suivi par le SRAL PACA.
http://www.fredonpaca.fr/Lutte,52.html
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Filiére bois - energie

Message par sherpa421 » 15 sept. 2014, 14:26

mobar a écrit :Qu'est ce qui empêche de valoriser ce bois en plaquettes destinées à la combustion?
La peur de disséminer le champignon peut être?
Plus probablement, un choix d'aller au plus facile et au plus simple ... c'est le contribuable qui paye
On pourrait aussi récupérer une partie en bois d'oeuvre. Une fois sec l'activité du champignon sera stoppé. Au pire on peut le laisser se décomposer sur le lieu de coupe ou à proximité, ça augmentera le taux d'humus dans le sol. Au pire du pire, on peut en faire du charbon de bois.

Il y aurait milles solutions.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 07 déc. 2014, 20:46

La centrale Ariège Biomasse Cogénération sort de terre

26 novembre 2014

Le projet ABC, pour Ariège Biomasse Cogénération, était en 2010 le seul dossier en Midi-Pyrénées retenu par le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, au titre du 3ème appel à projets «Biomasse». Ce 24 novembre 2014, après avoir ferraillé près de six ans, les porteurs de projets étaient heureux de présenter à Nathalie Marthien, préfet de l’Ariège et aux parlementaires Frédérique Massat et Alain Fauré, les fondations de ce bâtiment destiné à accueillir dès le mois de janvier une chaudière de 18,5 MWth à la lisière des communes de St Paul de Jarrat et de Montgailhard dont les élus étaient également conviés à cette visite de chantier.

BGA (Bois Génération Avenir), le fruit du partenariat de 2 sociétés ariégeoises
La BGA regroupe trois structures : la scierie, la fabrication de pellets et l’unité cogénération. Le projet est porté par Forestis Industries (Alain et Bruno Barbe), à Saint-Paul-de-Jarrat, spécialisé dans la filière bois (scierie, menuiserie industrielle, charpente…) et la société ariégeoise CEM (Jean Michel Estebe), spécialisée quant à elle dans les centrales de production d’énergie….

Image
http://www.bioenergie-promotion.fr/3860 ... -de-terre/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 07 déc. 2014, 20:51

La plus grande usine Volvo Trucks d’Europe chauffée au bois

Posté par Frédéric DOUARD le 27 novembre 2014

L’usine Volvo Europa Trucks de Gand en Belgique produit plus de 35 000 camions par an. C’est l’usine d’assemblage de poids lourds la plus importante de Volvo en Europe et elle existe depuis 1964. En 2005, pour contribuer à l’effort général en faveur du climat, Volvo a décidé de faire de cette usine la première fabrique de véhicules au monde 100% neutre en CO2. Le projet a été concrétisé dès 2007.

Avant des investissements de plus de 10 M€, le site relâchait environ 14 000 tonnes CO2 par an, dont 4 000 tonnes provenaient d’une chaufferie au gaz naturel utilisée pour le chauffage des bâtiments. Volvo a ainsi réalisé l’ensemble des améliorations thermiques possibles de ses bâtiments et c’est Electrabel qui a réalisé les investissements de production, et qui revend l’énergie électrique et thermique à Volvo. Le dispositif est le suivant :

Pour l’électricité, trois éoliennes produisent chacune 2 MW et couvrent environ 50% de la demande d’électricité du site, le reste d’électricité verte est acheté à Electrabel.
Pour les besoins de chauffage des locaux et des hangars, une chaufferie biomasse de 5 MW couvre 70% et 2 chaufferies à bio-huile couvrent 30% des besoins de septembre à mai.

Image
La chaudière Vyncke de 5 MW, photo Frédéric Douard

..............

La consommation annuelle de granulés est de 1 000 tonnes par an.

Image
La chaufferie bois de Volvo Trucks à Gand et son silo de stockage de granulés, photo Frédéric Douard


http://www.bioenergie-promotion.fr/3870 ... e-au-bois/

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8353
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois - energie

Message par kercoz » 12 déc. 2014, 22:36

Des nouvelles (désastreuses) de Gardanne
http://www.mediapart.fr/journal/france/ ... _article=2
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8353
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Filiére bois - energie

Message par kercoz » 13 déc. 2014, 08:13

Idem sur Terre à terre . tres bien développé :
http://www.franceculture.fr/emission-te ... ne-2014-12
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Filiére bois - energie

Message par energy_isere » 22 déc. 2014, 11:29

Les opérateurs de services énergétiques associés à la filière bois

22 dec 2014 enerzine

La FEDENE, Fédération des Services Energie Environnement, a signé mercredi 17 décembre le contrat de filière du Comité Stratégique de la Filière Bois (CFS Bois) aux côtés du gouvernement et des autres acteurs professionnels du bois en France.

Signe de l'importance de la filière bois en France, les Ministres de l'Agriculture, de l'Ecologie, de l'Economie, et du Logement sont signataires de ce contrat, ainsi que l'Association des Régions de France (ARF), l'Office National des Forêts (ONF), la Fédération Nationale des Communes Forestières (FNCOFOR), et une douzaine d'organisations professionnelles dont la FEDENE. Les syndicats de salariés, la CFDT et la CGT, sont également associés à ce contrat.

Un contrat vertueux pour valoriser la ressource bois et l'accroître

Le contrat de la filière bois engage dans une voie commune et à long terme, l'ensemble des acteurs français du bois à gagner en compétitivité sur des marchés d'avenir répondant à la nécessité d'une économie bas carbone. En pleine loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, ce contrat est un pilier solide qui contient tous les éléments d'une stratégie globale pour valoriser la ressource bois.

Filière bois et transition énergétique

La France possède la deuxième forêt d'Europe en superficie. Sa croissance est continue depuis près de deux cents ans et son solde (production moins récolte) est positif chaque année. La filière forêt-bois emploie 440 000 salariés pour un chiffre d'affaires de 60 milliards d'euros.

Comme l'a souligné Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Énergie, au travers de cette démarche, la filière bois rencontre les chantiers de la transition énergétique. En effet la valorisation énergétique du bois s'inscrit dans une logique de complément d'usages avec les autres formes de valorisation du bois (construction, ameublement, industries) ; les produits à valoriser étant de qualité moindre (taille, essence…) que les bois dédiés à la construction et l'industrie. Exploiter intelligemment la forêt française, replanter des essences adaptées au changement climatique et valoriser en France le bois sous toutes ses formes, tels sont les objectifs de la filière bois au travers de ce contrat.

Le bois-énergie, première source d'énergie renouvelable

La biomasse (chauffage individuel et collectif) représente plus de la moitié de la production d'énergies renouvelables de notre pays. La chaleur représente plus de 50 % des consommations d'énergie en France dont 78 % dans l'habitat (ADEME, 2013). Trop peu connue des Français, le bois-énergie dispose de multiples atouts économiques, environnementaux, sociaux et sociétaux. Les adhérents de la FEDENE gèrent plus de 700 chaufferies bois-énergie réparties sur l'ensemble du territoire, pour alimenter en chauffage des quartiers entiers (réseaux de chaleur) ou pour produire de la vapeur à partir de bois pour des sites industriels.

Emblème d'une approche territoriale de la transition énergétique, cette approche collective du bois-énergie réunit tous les critères retenus par le projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte: production d'énergies renouvelables locales (chaleur, électricité…), indépendance énergétique accrue, réduction des émissions de CO2, valorisation de sous-produits de la forêt, performance énergétique et environnementale des installations, économie circulaire, créations d'emplois pérennes et non-délocalisables, complément de revenus pour les acteurs forestiers…


Une approche de filière pour une gestion durable de la forêt : une avancée fondamentale selon la FEDENE

« La FEDENE, qui représente les opérateurs d'efficacité énergétique et de chaleur renouvelable, se félicite de la signature de ce contrat qui vise à favoriser le développement optimisé de la filière bois-énergie en instaurant une stratégie globale et durable de développement de l'offre et de la demande de la filière bois. » se réjouit Jean-Claude Boncorps, Président de la FEDENE, lors de la signature. La Fédération des Services Energie Environnement ne peut que se satisfaire d'être enfin reconnue comme un acteur à part entière de la filière bois. Au travers de ce contrat, les pouvoirs publics considèrent enfin la filière bois dans son ensemble comme une cause pour l'environnement, l'emploi et la balance commerciale.

Pour atteindre l‘objectif annoncé dans la loi, de 32 % d'énergies renouvelables en 2030 (14 % aujourd'hui), il convient d'accélérer la cadence en misant sur les synergies au sein de la filière. Car, si le stock de ressources est largement dimensionné pour les besoins, il est essentiel d'accompagner les entreprises de récolte de bois qui doivent investir pour mobiliser davantage de volumes et développer la contractualisation dans la durée entre amont et aval de la filière pour sécuriser les approvisionnements pour les différents usages.
http://www.enerzine.com/6/17985+les-ope ... bois+.html

Répondre