Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Comment anticiper au mieux le choc à venir (organisation de la société, questions politiques, conseils financiers, etc).

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 10 juil. 2016, 14:02

Le Comité français du butane et propane teste l’isobutène de Global Bioenergies

Publié le 24 juin 2016 par Aurélie Dureuil

Un nouveau débouché se profile pour l’isobutène biosourcé de Global Bioenergies. La société francilienne et le Comité français du butane et propane (CFBP) ont détaillé les avancées de leur partenariat.

Les discussions auraient commencé en 2015. Après un partenariat signé en 2015, le Comité français du butane et propane (CFBP) est dans une phase de tests des échantillons de Global Bioenergies. « Un des produits que nous commercialisons, le butane, est d’origine fossile. Demain il pourrait être d’origine complètement renouvelable », a indique Joël Pedessac, directeur général du CFBP. Après avoir validé en septembre 2015, la compatibilité de l’isobutène de Global Bioenergies avec la supply chain existante, le Comité teste actuellement les différents usages.

« Dans notre laboratoire, nous testons l’isobutène avec nos bouteilles, les joints, l’impact des impuretés… Nous sommes en train de valider que c’est une voie de ressources renouvelable possible », souligne le dirigeant qui n’exclut pas ensuite de voir des signatures d’accords de fourniture entre les entreprises représentées et Global Bioenergies. « Le marché français du GPL est de 4 Mt. 230 Mt au niveau mondial réparti à 50/50 entre le butane et le propane. Nous pourrions avoir un ratio de 1 à 100 % d’isobutène mélangé à du butane », cite Joël Pedessac.
http://formule-verte.com/le-comite-fran ... oenergies/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 19 nov. 2016, 20:29

Bio-isobutène : Global Bioenergies a achevé la construction de son démonstrateur industriel de Leuna

8 novembre 2016 by Eric Saudemont

La société Global Bioenergies a achevé la construction de son démonstrateur industriel implanté sur le site du Fraunhofer CBP, au sein de la raffinerie de Leuna (Allemagne). Cette installation, d’une capacité de 100 tonnes par an, doit permettre de valider le procédé de production d’isobutène à partir de biomasse développé par l’entreprise.

Diverses ressources seront utilisées dans le process industriel, notamment le sucre industriel dérivé de la betterave et de la canne à sucre, le sirop de glucose dérivé des céréales, les sucres de deuxième générations extraits de la paille de blé, de bagasse ou encore de copeaux de bois, précise Global Bioenergies dans un communiqué publié le 14 novembre 2016.

L’entreprise a mis au point un procédé de conversion de ressources renouvelables en hydrocarbures par fermentation.

Le démonstrateur de Leuna a été financé par une subvention de 5,7 millions d’euros du ministère fédéral allemand de la Recherche (BMBF) et par un prêt de 4,4 M€ obtenu auprs d’un consortium de banques françaises.

« Au cours des prochains mois et des prochaines années, ce démonstrateur nous permettra de compléter la validation de notre procédé en environnement industriel, et de délivrer des lots à la tonne », a commenté Marc Delcourt, dg de Global Bioenergies.

« Nous nous attendons à nouer de nouvelles collaborations avec de nombreux acteurs industriels une fois ce démonstrateur en service », a ajouté le dirigeant.

Global Bioenergies a prévu de mettre en service sa première usine en 2019, dans le cadre d’un partenariat avec le sucrier Cristal Union.
http://www.petrole-et-gaz.fr/bio-isobut ... euna-8031/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 19 janv. 2017, 17:28

signalé par ailleurs par Silenius (en Anglais) viewtopic.php?p=397636#p397636
Partenariat entre Global Bioenergies et Butagaz

Par LeFigaro.fr avec l'AFP le 16/01/2017

Butagaz va commercialiser en France des bouteilles de gaz à usage domestique contenant une part d'isobutène renouvelable produit par Global Bioenergies, ont annoncé lundi les deux entreprises.

Leur partenariat inclut également une participation financière de Butagaz au développement industriel de Global Bioenergies, précise un communiqué. Les termes financiers de cet accord n'ont pas été dévoilés.

Global Bioenergies a développé un procédé par fermentation de végétaux de production d'isobutène, un composé traditionnellement issu de la pétrochimie et utilisé dans la fabrication de plastiques, carburants, verre, etc. Fin 2015, l'entreprise avait pu démontrer que son isobutène renouvelable pouvait être incorporé dans le butane commercial.

"A terme, Butagaz pourrait acheter des milliers de tonnes de bio-isobutène lorsque la première usine commerciale sera en activité", soit fin 2018, précise le communiqué.

L'isobutène livré à Butagaz dès cette année sera produit sur le démonstrateur industriel mis en service à l'automne dernier par Global Bioenergies en Allemagne
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/0 ... utagaz.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 25 mai 2017, 12:16

Global Bioenergies inaugure son démonstrateur industriel

Usine Nouvelle 16/05/2017

La biotech française Global Bioenergies a inauguré le 11 mai, sur le site de l’institut Fraunhofer de Leuna (Allemagne), une unité pilote de production de biogaz à partir de sucre. La start-up transforme du glucose de maïs – et plus tard de toute autre source – en bio-isobutène dans un fermenteur où elle a introduit des bactéries génétiquement modifiées. Le gaz obtenu sert aussi bien à produire de l’essence verte (iso-octane) que des plastiques, du verre et des cosmétiques.

Ce démonstrateur industriel d’une capacité annuelle de 100 tonnes a trois objectifs : convaincre de nouveaux partenaires – après Audi, L’Oréal, Butagaz, Arkema, Ineos… – de s’engager sur des volumes d’achats, convaincre les financiers d’accompagner la construction d’une nouvelle usine en France, en joint-venture avec Cristal Union, et permettre de finaliser les détails de l’ingénierie de cette future unité de 50 000 tonnes.
http://www.usinenouvelle.com/article/gl ... el.N540614

GLOBAL BIOENERGIES : PREMIER SUCCES AU DEMONSTRATEUR DE LEUNA DANS LA MISE A L'ECHELLE DU PROCEDE ISOBUTENE

le 24/04/2017

Evry (France) et Leuna (Allemagne), 24 avril 2017 - Global Bioenergies annonce aujourd'hui avoir réussi à produire de l'isobutène fermentaire à l'échelle du démonstrateur de Leuna (fermenteur de 5000 litres), avec une durée et des performances de fermentation supérieures à celles obtenues jusqu'à présent à l'échelle pilote de Pomacle (fermenteur de 500 litres).

Le succès de cette étape de mise à l'échelle a été obtenu moins de cinq mois après le démarrage de l'unité de fermentation du démonstrateur de Leuna, en décembre 2016. Ce succès représente une étape importante sur le chemin critique menant à l'exploitation du procédé Isobutène à grande échelle.

Ales Bulc, directeur général de la filiale allemande de Global Bioenergies, déclare : « La production fermentaire directe d'isobutène gazeux est une activité nouvelle dans laquelle nous agissons en pionniers. Il n'était pas du tout acquis que nous parviendrions aussi rapidement à répliquer à l'échelle du démonstrateur les résultats obtenus sur de plus petits volumes. »

Rick Bockrath, Vice-Président pour le génie chimique, ajoute : « Les performances du procédé restent inférieures aux objectifs commerciaux. Les efforts des prochains mois seront focalisés sur l'augmentation de la productivité. »

Denis Thibaut, directeur de la fermentation, précise : « De nouvelles souches et de nouveaux protocoles associés à des performances améliorées ont récemment été identifiés en laboratoire. Ils seront prochainement transférés au démonstrateur. »

La Société annonce par ailleurs que l'unité de purification a également reçu l'agrément du TÜV, le principal organisme de certification en Allemagne. Une fois que le système de conditionnement aura été mis en marche, l'unité sera pleinement opérationnelle. La livraison aux partenaires de premiers lots d'isobutène pour test est attendue en juin.

Marc Delcourt, directeur général de Global Bioenergies, conclut : « Un de nos grands objectifs pour l'année 2017 sera de nous approcher des performances commerciales à l'échelle du démonstrateur de Leuna. Nous disposerons alors d'un procédé mature, prêt à être transféré aux futures usines de production.»
http://www.lerevenu.com/breves/global-b ... du-procede

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 27 juin 2017, 13:00

Carbios s'associe à TechnipFMC pour recycler du plastique


le 27/06/2017

La petite société de chimie verte a signé un contrat avec le géant franco-américain de l'ingénierie pour franchir une nouvelle étape dans son projet de recyclage du PET. Jean-Claude Lumaret, directeur général de la start-up, fait le point sur les développements de son entreprise.

Il y a quelques jours, Carbios révélait déjà une annonce encourageante pour son projet de recyclage enzymatique de plastique PET.

Ce mardi 27 juin, la société a fait un pas supplémentaire en indiquant avoir signé un contrat avec TechnipFMC, géant mondial de l'ingénierie, afin de faire passer son procédé au stade pilote (quelques centaines de kilos ,voire quelques tonnes de production d'acide téréphtalique) puis au niveau du démonstrateur (10 à 20.000 tonnes) et enfin de l'usine (50.000 tonnes).

Sur de faibles volumes, Carbios a montré sa capacité à dégrader le PET en sa molécule de base, l'acide téréphtalique, via l'utilisation d'enzymes, puis à retransformer cet acide en PET.

Le pilote devrait être déployé d'ici mi-2018. Selon un calendrier indicatif que nous a présenté Jean-Claude Lumaret, directeur général de la start-up, le démonstrateur pourrait entrer en production en 2020 et la première usine en 2022.

Le dirigeant espère que la relation initiée avec TechnipFMC mènera, à terme, à un vrai partenariat qui pourrait prendre plusieurs formes (signature de licence, coentreprise, etc.). Le groupe franco-américain multiplie, en effet, ses entrées dans le secteur de la chimie verte. Ces derniers mois il s'est par exemple rapproché de Global Bioenergies et Metabolic Explorer.

Selon Jean-Claude Lumaret, son entreprise est la seule à avoir développé une technologie de recyclage enzymatique du PET. Il existe deux autres procédés permettant, en théorie, de donner une deuxième vie aux déchets plastiques.

Premières ventes en 2018

L'un, chimique, est très peu développé car il pose des problèmes complexes de purification.

L'autre, actuellement en vogue, est dit «mécanique». Il consiste «simplement» en un broyage des déchets. Il nécessite d'importants coûts de triage car il faut, par exemple, séparer les bouteilles bleus des rouges et des jaunes. En outre, il ne permet pas d'atteindre des niveaux de pureté satisfaisants, si bien que les bouteilles neuves ne peuvent contenir que 25 à 30% de ce PET recyclé.

À l'inverse, Carbios promet un taux de 100% et un recyclage (quasi) à l'infini d'un même produit.

Au delà de ces ambitions dans le recyclage du PET, la start-up est engagée avec Limagrain et Bpifrance dans un projet de production de plastiques biosourcés et biodégradables. Plus avancé, ce programme pourrait entrer en phase de commercialisation dès 2018 (pour les films non alimentaires) et en 2020 pour les sacs à usage unique utilisés dans les supermarchés.
http://www.lerevenu.com/bourse/carbios- ... -plastique

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 26 juil. 2017, 10:10

Du colza pour la fabrication de panneaux de bois

11.07.17

Après avoir découvert les propriétés de son huile pour la fabrication du biodiesel il y a 27 ans, c’est désormais pour sa protéine que le colza suscite un intérêt particulier. Le groupe Evertree, dont l’activité est tournée vers la recherche d’alternatives aux intermédiaires chimiques traditionnels, mise sur le tourteau de colza dans l’industrie des panneaux de bois
.

Mercredi 10 juillet, Evertree, associant le groupe Avril, le fonds d’investissement SPI (Sociétés de projets industriels) et la start-up israélienne Biopolymer Technologies, a inauguré son premier centre d’innovation basé à Venette, dans l’Oise. Cette nouvelle « halle pilote » a pour ambition de contribuer au développement de la chimie du végétal, en se focalisant plus particulièrement sur les alternatives aux dérivés du pétrole. Les premiers travaux du groupe ont porté sur la fabrication d’un composé issu de tourteau de colza, pouvant entrer dans la composition de la résine des panneaux de bois (1).

Du colza pour diminuer l’utilisation des dérivés du pétrole


Le projet consiste à utiliser la protéine de colza en tant qu’additif, afin de réduire, voire supprimer, la présence de produits fossiles (dérivés formaldéhydes) largement présents dans la résine des panneaux de bois. « À terme, nous souhaitons remplacer 20 % à 40 % de par des protéines issues du tourteau de colza dans le bois composite », explique Fabrice Garrigue, président d’Evertree.

Depuis la création du groupe il y a un an, une première famille de produits a été conçue et testée dans six entreprises pilotes implantées en Europe et aux États-Unis. Désormais, Evertree prévoit une commercialisation de ses produits d’ici au début de l’année 2018, ainsi que la création d’une usine de transformation en France (Seine-Maritime), pour 2020.

Un produit qui répond à toutes les attentes


Face aux études montrant la dangerosité des composés organiques volatils comme le formaldéhyde sur la santé, les alternatives aux produits issus de la pétrochimie sont très attendues par les consommateurs et les industriels. Par ailleurs, avec un meilleur recyclage en fin de vie que les produits fossiles, le tourteau de colza s’avère beaucoup plus eco-friendly.

Au-delà des aspects sociétaux et environnementaux, le tourteau végétal possède un avantage économique pour les industriels. « Moins coûteux que les produits dérivés du pétrole, les composés végétaux issus du colza pourraient permettre aux fabricants de panneaux de bois de réaliser de 5 à 10 % d’économie sur leurs coûts de production », explique Fabrice Garrigue. Finalement, « les technologies mises au point par Evertree ouvrent la voie à une nouvelle génération de panneaux de bois composite plus économique, sans risque pour la santé et respectueuse de l’environnement », explique Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril.

De 20 à 50 milles tonnes de tourteau nécessaires

Evertree prévoit un besoin de 20 000 à 50 000 tonnes de tourteau de colza pour conquérir 20 % du marché des panneaux de bois composite américain et européen, l’objectif fixé pour le moment. Pour rappel, ce sont chaque année plus de 3 millions de tonnes de tourteau qui sont destinées à l’alimentation animale.

« On ne prétend pas avoir trouvé un débouché quantitatif pour les producteurs de colza, mais ce projet permet de montrer que le monde agricole est source d’innovation », explique Michel Boucly avant d’ajouter, « ce nouveau débouché ne va pas changer le marché du tourteau puisque le produit de base reste le même et les quantités nécessaires sont faibles. »

(1) Chaque année, 50 millions de m³ de panneaux de bois sont fabriqués en Europe avec 4 millions de tonnes de résine.
http://www.lafranceagricole.fr/actualit ... 58851.html

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7912
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par kercoz » 26 juil. 2017, 18:44

Soja bien sur OGM puisque non alimentaire ?
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2719
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par sherpa421 » 28 juil. 2017, 11:05

kercoz a écrit :Soja bien sur OGM puisque non alimentaire ?
Qui parle de Soja ?
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8578
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par mobar » 28 juil. 2017, 14:12

sherpa421 a écrit :
kercoz a écrit :Soja bien sur OGM puisque non alimentaire ?
Qui parle de Soja ?
Des noms, on veut des noms :wtf:
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 28 juil. 2017, 18:12

kercoz a écrit :Soja bien sur OGM puisque non alimentaire ?
Colza.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 26 nov. 2017, 13:16

Des bouteilles 100 % végétales

06 novembre 2017 par Juliette Cassagnes

Une PME française, Lys Packaging, a réussi à mettre au point une bouteille fabriquée entièrement à partir de végétaux, donc 100% biodégradable. L'ambition de son créateur : la substituer à celles en plastique.

Lys Packaging, entreprise française basée en Charente-Maritime, propose depuis quelques mois une nouvelle bouteille, munie de son bouchon, fabriquée entièrement en bioplastique, autrement dit totalement biodégradable et compostable au bout de 90 jours. Les matériaux utilisés pour sa conception : des granulés à base de de canne à sucre, teintés à l'aide de co-produits de céréales, coquilles, cacao, noisette, bambou, noyaux d'olives, ou encore, plus récemment crée, aux pépins de raisin. En terme d'aspect, les bouteilles sont rigides et relativement identiques à des bouteilles plastiques traditionnelles.

Baptisée « Vegan bottle », elle est destinée à concurrencer son homologue en plastique, non renouvelable et responsable de nombreuses pollutions. L'entreprise en fabrique déjà industriellement et les commercialise sur différents marchés de l’agro-alimentaire : épices, eau, jus de fruits. Celle-ci ne compte pas (encore) de clients dans le secteur des boissons alcoolisées, mais a déjà mené des premiers tests en partenariat avec l'ISVV sur des vins : « La perméabilité reste à améliorer car nous pouvons seulement pour l'instant atteindre une garde d'un mois environ, précise Nicolas Moufflet, son dirigeant. Mais nous prévoyons de nouveaux essais avec des nouvelles bouteilles fabriquées à partir de nouvelles recettes de matières végétales pour palier à ce problème ».
Lancée en septembre 2016, Lys Packaging a déjà produit et commercialisé 1 million d'unités. Nicolas Moufflet a crée l'entreprise en janvier 2017 et emploie 7 personnes.
https://www.vitisphere.com/actualite-86 ... etales.htm

Image

http://madeinmarseille.net/31059-boutei ... ecyclable/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 14 mars 2018, 12:50

Carbios recycle aussi le polyester des déchets textiles

Myrtille Delamarche Usine Nouvelle le 13/03/2018

Après avoir adapté son procédé de dépolymérisation enzymatique, le spécialiste de la chimie verte Carbios a annoncé le 12 mars être désormais capable de retransformer des déchets textiles (fibres de polyester PET) en leurs monomères d’origine.

En appliquant aux déchets textiles son procédé de recyclage enzymatique du PET, Carbios s’ouvre un nouveau marché d’envergure. Le polyester "est aujourd’hui la fibre la plus largement produite", avec "environ 50% du marché global", affirme Carbios. Sa version la plus courante est le polyester en polyéthylène téréphtalate (PET), le plastique des bouteilles d’eau. Ce qui permet le recyclage de ces dernières en vêtements. Mais le gisement est presque 3 fois plus important : chaque année, 43 millions de tonnes de PET alimentent le marché des fibres, contre 15 millions de tonnes pour celui des bouteilles plastiques.

Des déchets peu valorisés.

Or ces déchets textiles sont en grande majorité mis en décharges ou incinérés. La petite part recyclée l’est dans des matières dégradées. "Transformer des textiles polyesters indésirables en matières premières de haute qualité constitue une opportunité pour complètement changer le mode de fabrication et le commerce du textile en Europe et au-delà. Sur le plan du développement durable, notre approche va modifier très positivement l'impact global du cycle de vie des produits textiles.", commente Alain Marty, directeur scientifique de Carbios.

Développé avec des partenaires institutionnels – l’INRA, Toulouse White Biotechnologies (TWB) et le Laboratoire d’ingénierie des systèmes biologiques et des procédés (LISBP, sous tutelle INRA-CNRS-INSA) – ce nouveau procédé permet de dépolymériser le PET, donc de retrouver ses composants de base, l’acide téréphtalique (PTA) et le mono-éthylène glycol (MEG).

Avec cette solution, Carbios adresse tant les industriels du recyclage pour leur fournir une solution de traitement des déchets de fibres polyester PET jusqu’à une matière réutilisable, que les industriels du textile désireux d’utiliser des fibres recyclées pour abaisser leurs approvisionnements en matières issues de ressources fossiles.

Carbios avait développé en 2017 un procédé de recyclage enzymatique du PET, y compris opaque qui séduit TechnipFMC et L’Oréal. L’année précédente, l’entreprise avait créé avec Limagrain la coentreprise Carbiolice pour fabriquer des granulés pour produire des sacs plastiques enzymés, biodégradables et biosourcés.
https://www.usinenouvelle.com/article/c ... es.N666039

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 05 avr. 2018, 20:06

Premier tour de piste pour une Audi alimentée (partiellement) par de l'essence renouvelable

Sybille Aoudjhane Usine Nouvelle le 05/04/2018

Le français Global Bioenergies et l'allemand Audi se sont associés pour réaliser les essais d'une voiture alimentée par de l'essence renouvelable. Le 5 avril, l'Audi A4 2.0 TFSI a parcouru l'anneau de vitesse de l'autodrome de Montlhéry.

Une Audi A4 2.0 TFSI alimentée à 34% par de l’essence renouvelable réalise ses premiers essais sur la piste de l'autodrome de Montlhéry (Essonne) jeudi 5 avril. Le carburant est conçu par l’entreprise française Global Bioenergies, spécialisée dans la conversion de ressources renouvelables en hydrocarbures par fermentation. La voiture fonctionne grâce à un mélange de dérivés d’isobutène : "l’isooctane, obtenu par la condensation de deux molécules d’isobutène suivie d’une hydrogénation, et l’ETBE, obtenu par la condensation d’isobutène et d’éthanol", explique Global Bioenergies.

"Ces deux composés sont des additifs hautes performances (indice d’octane élevé égal ou supérieur à 100) jusqu’alors produits à partir de pétrole fossile", ajoute le communiqué publié le 5 avril. Mais l’entreprise arrive à produire les mêmes composés à partir de matières premières renouvelables : "des sucres de qualité industrielle, de la paille, du bois résiduel, voire même du gaz de synthèse."

Un mélange adapté aux moteurs actuels

Ce mélange est conforme à la norme EN 228 définissant la qualité des carburants en Europe. Il est donc "d’ores et déjà autorisé à la vente pour toutes les voitures essences, sans précaution particulière", explique Global Bioenergies.

L’entreprise allemande des essais moteurs FEV a testé l’adaptabilité des mélanges sur le moteur mono-cylindre de la voiture. Selon le Dr Johannes Scharf, Vice-Président des motorisations essence chez FEV Europe GmbH, "l’ETBE et l’isooctane sont connus pour être des composants très performants, et les résultats obtenus se sont avérés de manière générale conformes aux attentes." Il souligne que "les propriétés des composés ajoutés pourraient suggérer des réductions d’émissions de particules." Comme l’indique Global Bioenergies, "cet événement marque le lancement de la nouvelle phase de préparation commerciale : les essais sur route sur véhicules de série."

Assez innovant en matière de carburant vert, le constructeur automobile Audi a installé en 2010 leur première usine industrielle "power-to-gas", qui produit du méthane de synthèse décarboné à partir de dioxyde de carbone (CO2) et d’hydrogène vert. Cette usine située à Werlte (Basse-Saxe, en Allemagne) permet de compenser les émissions de CO2 de 1 500 modèles d’Audi g-tron parcourant 15 000 kilomètres par an, explique le constructeur.
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... le.N676289

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7898
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par Remundo » 05 avr. 2018, 22:09

Hmmmm.... ça a l'air bien compliqué...

Mieux vaut faire du méthanol, ou mieux, du bioéthanol par thermolyse de biomasse ou autres déchets organiques : voir ici pour les détails

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52575
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 19 avr. 2018, 16:36

Enzymes dévoreuses de plastiques: Carbios se dit plus avancée que les Anglo-Saxons

AFP / 19 avril 2018

La société française de chimie verte Carbios a jugé jeudi que sa technologie de dégradation des plastiques par des enzymes était supérieure à celle tout juste dévoilée par des scientifiques américains et britanniques.

"L'utilisation d'enzymes pour la dégradation des plastiques ne constitue pas une nouveauté, la biotech française Carbios développe déjà cette technologie avec des performances bien supérieures à celles annoncées par ces chercheurs", a fait valoir l'entreprise dans un communiqué.

Carbios, basée à Clermont-Ferrand, estime que sa technologie permet de dégrader à 97% le PET (polytéréphtalate d'éthylène), l'un des plastiques les plus utilisés, notamment pour les bouteilles, en 24 heures.

Des scientifiques de l'université britannique de Portsmouth et du laboratoire national des énergies renouvelables du ministère américain à l'Energie ont annoncé il y a deux jours qu'une mutation d'une enzyme, permettant à une bactérie déjà connue pour se nourrir de PET, l'avait rendue encore plus efficace.

Les scientifiques relevaient alors que cette découverte ouvrait une nouvelle piste pour la destruction des plastiques qui engorgent l'environnement.

Carbios estime être beaucoup plus avancée dans l'industrialisation de son processus, puisque le groupe entend "initier la phase de démonstration industrielle" de son procédé "dès 2019". Carbios compte alors mettre en place une unité de 10.000 tonnes "qui produira les premiers volumes de PET vierge issus de (sa) technologie à l’horizon mi-2021".
https://www.romandie.com/news/Enzymes-d ... 910284.rom

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités