la récupération, le recyclage dans le BTP

Comment anticiper au mieux le choc à venir (organisation de la société, questions politiques, conseils financiers, etc).

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 03 janv. 2017, 18:03

Plâtre : une filière exemplaire

Par H. Y., le 28 décembre 2016

Image

Le développement de filières dédiées suite au tri sur chantier des différents types de déchets est un sujet primordial pour le recyclage des déchets de chantier. A cet égard, la filière de recyclage du plâtre est exemplaire.

Pendant Pollutec, Placoplatre (Saint-Gobain) faisait le point sur son initiative PlacoRecycling. De fait, à partir d’un Green Deal signé avec l’Etat, les industries du plâtre visent en effet le recyclage de 250.000 t en 2020 contre 71.000 t en 2015. Pour ce faire, Placoplatre, l’un des principaux pourvoyeurs, a créé un réseau de 160 collecteurs "Placo Recycling" répartis en France qui mettent à disposition des bennes sur les chantiers et qui dirigent les matériaux récupérés vers les ateliers de recyclage de la plus proche des 3 usines françaises du groupe : Vaujours (93) pour le Nord de la France, Cognac (16) pour le Grand Ouest, Chambéry (73) pour l’Est et le Sud-Est. «Nous avons ainsi recyclé 45.000 t de plâtre en 2015 et nous atteindrons 50.000 t en 2016», explique l’industriel. Si l’on ajoute les collaborations des autres industriels présents en France, on arrive à un total de 71.000 t de plâtre recyclé en France en 2015. Un chiffre à mettre en rapport avec les 350.000 t de matériau potentiellement recyclable, pour un total de 3 millions de tonnes de plâtre mis sur le marché cette même année.
http://www.constructioncayola.com/envir ... plaire.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 12 janv. 2017, 22:00

Une plateforme dédiée aux traitement déchets du BTP voit le jour à Condat

le 06/01/2017

La société Colas à Condat-sur-Vienne dispose d’une plateforme entièrement dédiée au traitement et au recyclage des matériaux de construction. Explications.

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) a choisi de mettre en avant la société Colas à Condat-sur-Vienne pour sa démarche exemplaire en matière de traitement et de recyclage des déchets de BTP. Jacques Senant, le directeur du site où travaillent 130 personnes, nous présente sa plateforme.

Image
.............................
http://www.lepopulaire.fr/limoges/envir ... 31004.html

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 879
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par Silenius » 15 janv. 2017, 23:14

Image

Je suppose que ceux qui se plaignent des conditions de vie des animaux d'elevage ne vivent pas dans ces ruches malades ? :?

houlouk
Goudron
Goudron
Messages : 122
Inscription : 06 nov. 2010, 14:16

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par houlouk » 16 janv. 2017, 12:33

Et en quoi le fait de ne pas vivre dans ces conditions les rendraient moins audibles quand ils parlent des conditions d'élevage ?
C'est où d'ailleurs ?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 16 janv. 2017, 12:45

Silenius a écrit : Je suppose que ceux qui se plaignent des conditions de vie des animaux d'elevage ne vivent pas dans ces ruches malades ? :?
Qu' est ce qui vous choque ?

Prenez n' importe quel immeuble, videz le de ses occupant et du mobilier, éventrez la façades, et vous aurez la même chose que sur cette photo.

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 879
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par Silenius » 16 janv. 2017, 20:14

houlouk a écrit :Et en quoi le fait de ne pas vivre dans ces conditions les rendraient moins audibles quand ils parlent des conditions d'élevage ?
C'est où d'ailleurs ?
Je ne dis pas qu'ils sont moins audibles, seulement qu'ils sont plus vocaux sur les conditions d'élevage que sur les conditions de logement de leur semblables humains, surement parce qu'ils n'y sont pas confrontes.

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 879
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par Silenius » 16 janv. 2017, 20:18

energy_isere a écrit :
Silenius a écrit : Je suppose que ceux qui se plaignent des conditions de vie des animaux d'elevage ne vivent pas dans ces ruches malades ? :?
Qu' est ce qui vous choque ?

Prenez n' importe quel immeuble, videz le de ses occupant et du mobilier, éventrez la façades, et vous aurez la même chose que sur cette photo.
Je sais bien, mais c'est un peu triste pour une espece qui a vu le jour dans les vastes savanes d'Afrique.
Enfin, c'est ce que l'on dirais si l'on considerait les Humains comme une espece animale parmi d'autres.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 24 mars 2017, 21:13

BTP: les déchets de chantier sont de plus en plus valorisés

AFP le 24/03/2017

Les entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP) ont réutilisé ou valorisé via le recyclage ou le remblaiement de carrières, 61% des déchets inertes de leurs chantiers en 2014, contre 49% en 2008, selon une étude.

Les déchets inertes (essentiellement les terres excavées, ndlr) représentent 80% des 227,5 millions de tonnes de déchets produites cette année-là par ces entreprises, selon des chiffres mis en ligne par le Commissariat général au développement durable (CGEDD), qui dépend du ministère de l'Environnement.

Cela représente une baisse de 10% comparé à la production de déchets de l'année 2008, un recul à rapprocher d'une contraction de l'activité de 12% sur la période.

Ces déchets inertes "sont majoritairement dirigés, dès la sortie de chantier, soit vers d'autres chantiers où ils sont réutilisés, soit vers des structures de valorisation: recyclage, remblaiement de carrières", précise l'étude, pour laquelle 7.049 entreprises du BTP ont été interrogées.

Ils représentent 93% des déchets produits par les entreprises des travaux publics, qui en valorisent ou en réutilisent 63% dès la sortie du chantier, et 75% de ceux du secteur du bâtiment (valorisés dès la sortie de chantier à 46%, ces entreprises ayant souvent recours à un collecteur de déchets).

Le reste est constitué de déchets "non inertes non dangereux" (13,2 millions de tonnes soit 6% du total) et de "déchets dangereux" (2,8 millions de tonnes, environ 1%).

Ces proportions étaient globalement les mêmes qu'en 2008.

Au sein des déchets dangereux, les déchets amiantés montent en puissance avec 570.000 tonnes (1/5e des déchets dangereux) en 2014, dont plus des deux tiers sont des matériaux de construction contenant de l'amiante.

Ces déchets dangereux sont peu valorisés en sortie de chantier, avec seulement 7% recyclés ou réutilisés, et moins de 2% "exploités en valorisation énergétique".

Si les terres et cailloux pollués, qui représentent la moitié de ces déchets, sont stockés à 50% dès la sortie de chantier, ce n'est "pratiquement jamais le cas" pour le bois, le verre et le plastique contenant des substances dangereuses, les ampoules, néons, ou les piles.

Le secteur de la dépollution a représenté quant à lui 4,7 millions de tonnes de déchets produits en 2014, à 70% des déchets inertes et environ 20%, des déchets dangereux, selon le CGEDD.

Une directive européenne impose de valoriser à 70% d'ici 2020 les déchets du BTP, qui, en France, représentent 70% de l'ensemble des déchets produits chaque année, loin devant les déchets ménagers (moins de 10%) ou ceux de l'industrie par exemple.
http://www.boursorama.com/actualites/bt ... 218e2edc22

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 12 avr. 2017, 20:48

Trés belle opération de recyclage BTP sur un ancien site de bureaux de Sanofi à Bagneux :
Bâtiment : Bouygues s'attaque au recyclage des déchets de chantier

Par Giulietta Gamberini 20/03/2017

Le constructeur français a lancé en Hauts-de-Seine une expérimentation destinée à amorcer la construction d'une filière de recyclage de l'ensemble des matériaux issus de la démolition. Sur un site d'un hectare, il compte en valoriser 80%.
.........................
http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 62622.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 13 févr. 2018, 23:02

Les cimentiers prêts à doubler leur consommation de déchets de bois du BTP

Franck Stassi Usine Nouvelle le 13/02/2018

Environ 500 000 tonnes de bois issus de déchets de chantier sont éliminées chaque année. L’industrie cimentière s’est associée aux professionnels du recyclage pour renforcer ses approvisionnements énergétiques.

Doubler les quantités de déchets de bois dans les approvisionnements énergétiques des cimenteries, tel est l’objectif que se sont assigné à l’horizon 2020-2021 le Syndicat de l’industrie cimentière, le Syndicat des recycleurs du BTP, le Syndicat national des entreprises de démolition et la branche bois et palettes de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Cet "engagement pour la croissance verte relatif à la valorisation des déchets de bois issus du bâtiment en cimenterie" a été signé avec les ministères de la Transition écologique et solidaire et de l’Economie. Les cimenteries, qui visent à atteindre en 2025 un taux de 50% de combustibles issus de déchets contre 41% actuellement, comptent sur ce contrat pour accélérer leur transition énergétique. "Au niveau national, la réduction de l’enfouissement et la substitution des énergies fossiles par la biomasse sont des objectifs suivis par la profession à travers des engagements. Ils ont été définis par la loi de transition écologique pour la croissance verte", rappelle Fabrice Copin, directeur délégué de l’Association technique de l’industrie des liants hydrauliques.

Des engagements ("green deals") sur les déchets de plâtre, le verre acrylique, les textiles professionnels, les granulats et matériaux de construction inertes ainsi que le verre ont déjà été signés en 2016 et 2017 dans plusieurs filières consommatrices. Concernant la seule valorisation énergétique, la loi prévoit une réduction globale de 30% de la consommation d’énergies fossiles entre 2012 et 2030.

Une solution aux stocks pléthoriques de déchets de bois ?

Non contents d’enfourner chaque année environ 300 000 tonnes de combustibles solides de récupération (CSR) et 120 000 tonnes de pneumatiques, les cimentiers souhaitent accéder au gisement d’environ 500 000 tonnes de bois issus du bâtiment éliminées chaque année. Seulement 90 000 tonnes sont actuellement utilisées dans les cimenteries. "Lorsqu’ils passent chez les préparateurs, les bois de démolition sont traités pour faire des copeaux destinés aux filières de fabrication de panneaux. Les fines, elles, n’ont pas de débouché identifié. Elles ne pouvaient aller qu'à l’élimination", observe Fabrice Copin. En 2016, Federec avait tiré la sonnette d’alarme sur les stocks pléthoriques de bois en France, au risque d’exporter à perte pour déstocker.

Dans le cadre du projet de green deal des cimentiers, les volumes de bois traités seront issus de filières locales de démolition et de préparation. La profession insiste sur le caractère global de la valorisation des déchets: "chaque fois que l’on utilise des déchets en valorisation énergétique, la valorisation matière se traduit à travers la fraction minérale des déchets qui brûlent. Le bois génère des cendres qui entrent dans la composition du clinker et du ciment. Autre exemple, à l’intérieur d’un pneu, il y a du fer, valorisé par la suite dans la production de ciment", explique Fabrice Copin. Quatre cimenteries pilotes seront prochainement désignées pour lancer le process.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... tp.N652869

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 18 févr. 2018, 13:19

La caserne Mellinet de Nantes est assise sur des montagnes (de granit)

Image

le 16 février 2018

Dans le cadre de la transformation de la caserne Mellinet de Nantes, les matériaux issus de la démolition, pour la plupart en granit, seront réutilisés dans le projet d’aménagement des espaces publics.

Après avoir réalisé un diagnostic pour la transformation de la caserne Mellinet de Nantes et accompagné Nantes Métropole Aménagement dans la mise en place de filières de réemploi in situ, le groupement constitué de TGTFP, Atelier Georges, Burgeap, Tugec, Noctiluca et Bellastock, a été missionné pour la maîtrise d’œuvre du projet.

Les "pyramides" de granit stockées sur site à l’issue de la démolition doivent maintenant être intégrées dans le projet d’aménagement des espaces publics.
https://www.constructioncayola.com/bati ... granit.php


La démolition :
Image


en 2016 :
Caserne Mellinet : les travaux de déconstruction

4 août 2016

Image

Ce chantier qui s’achèvera en octobre, s’inscrit dans une démarche désormais classique de tri sélectif. Elle s’accompagne cependant de la récupération de certains matériaux de construction en vue de leur réemploi sur les espaces publics de la future ZAC. Ainsi, ce sont environ 120 m3 de pavés, 120 m3 de pierres de taille, 100 m3 de moellons, 1100 mètres de bordures granit, 40m3 d’ardoise concassée et 800 mètres de poutres bois qui seront récupérés et stockés temporairement sur site avant de retrouver une nouvelle vie après, notamment, les ateliers participatifs programmés à la rentrée dont l’objet sera de co-concevoir et de fabriquer des éléments de mobilier urbain à partir de cette matière.



Dans le même esprit, trois bâtiments, une fois désamiantés, ont été laissés quelques jours aux associations Stations Services et Matière Sociale en vue de la récupération d’équipements et de matériaux de second-oeuvre (équipements sanitaires, cloisons, appareils électriques, …). Une fois le chantier de déconstruction terminé, ces matériaux seront mis en vente sur le site dans le cadre d’une ressourcerie ouverte au public.

Au cours de l’été, ce sont les bâtiments les plus imposants qui, une fois désamiantés et curés intérieurement, vont être démolis. Parmi ceux-ci, l’ancien bâtiment de commandement sera abattu en août afin de permettre aux archéologues de compléter leurs investigations de diagnostic initiées au mois de novembre 2015 et suspendues dans l’attente de la libération de l’emprise de ce bâtiment.

Enfin, aux alentours du 22 août, un concasseur sera installé par l’entreprise Occamat afin de réaliser les opérations de broyage des bétons issus de la démolition. Les matériaux ainsi concassés seront utilisés pour remblayer l’emprise des sous-sols et vides sanitaires des bâtiments démolis. Le surplus de matériaux sera laissé sur site pour être utilisé comme matériau de remblai sous les futures voies de la ZAC.


http://www.nantes-amenagement.fr/2016/0 ... struction/

A Grenoble on a eu la même chose avec la caserne Hoche il y a une dizaine d' année.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 10 oct. 2018, 01:33

Un bout d'autoroute "100% recyclable" expérimenté en Gironde

AFP le 09 oct. 2018

Une route faite à 100% de matériaux recyclés: une première portion d'autoroute "économie circulaire" a été présentée mardi en Gironde, où le fort trafic du nord de Bordeaux emprunte désormais un petit bout d'A10 qui préfigure peut-être les "Routes du futur".

Ce tronçon d'un km sur une voie de l'A10 dans le sens Bordeaux-Paris, a été achevé lors du chantier de réfection de 40 km de cet axe par Eurovia, filiale de Vinci et un des leaders de la conception et contruction de routes, avec la collaboration du constructeur de matériel Marini-Ermont (Groupe Fayat).

Le revêtement ressemble à n'importe quel autre et rouler dessus n'engendre aucune sensation particulière, ont constaté des journalistes.

L'innovation vient de "l'enrobé bitumineux" (le mélange de gravier, de sable et de liant) qui revêt les chaussées, composé à plus de 97% à 98% d'agrégats provenant de la déconstruction de routes, contre 18% en moyenne pour les routes réalisées ou rénovées en France, jusqu'à 50% sur certains chantiers.

La "100% recyclée" (ou quasi, car quelques pourcentages d'additifs sont encore incontournables), présente des avantages "durables" multiples, a expliqué le directeur général d'Eurovia France, Jean-Pierre Paseri.

Elle préserve les ressources naturelles en n'utilisant pas de granulats vierges (extraits de carrières). Elle fait réaliser de considérables économies de transports des agrégats. Les 3.000 tonnes utilisées sur ce km ont permis d'éviter 20 allers-retours de 300 km à des camions, selon Eurovia.

La clef est la réalisation d'une usine mobile --donc transportable tout près de l'axe routier à rénover-- capable de réaliser des enrobés jusqu'à 100% de recyclés, là où ce pourcentage ne pouvait être atteint que par de grosses unités fixes, donc distantes.

Cette usine mobile "nouvelle génération" permet en outre de réduire de 20 à 50% les consommations d'énergie, émission de gaz à effet de serre et composés organiques volatiles. Et ne perd pas en performance de production -de 250 à 400 tonnes/heure, selon le taux de recyclage.

"Nos matières premières de demain sont dans nos produits d'aujourd'hui", a indiqué Lionel Poitevin, directeur Nouvelle-Aquitaine de l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), l'opérateur public qui accompagne le projet.

Le coût global du projet est de cinq millions d'euros, dont 1,4 M venant de l'Ademe sous forme de subventions ou avances remboursables.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nde-181009

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57722
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage dans le BTP

Message par energy_isere » 01 juin 2019, 14:17

Les chantiers de démolition, une mine pour les producteurs de matériaux de construction

AFP 29 mai 2019

La filière des carrières et matériaux de construction veut renforcer le recyclage de ses produits utilisés dans le bâtiment et les travaux publics, et vise un taux de 90% de recyclage des déchets de chantiers de démolition, en privilégiant les circuits courts.

Ce résultat permettrait de couvrir 30% des besoins français pour la construction, avec des granulats (graviers, sables) recyclés, a expliqué le président de la fédération Unicem, Nicolas Vuillier, mardi lors d’une rencontre avec la presse sur une plateforme de recyclage à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

“Il faut valoriser les produits de la déconstruction”, résume-t-il.

Pour illustrer la stratégie de “boucle courte”, l’Unicem a présenté un parcours en banlieue parisienne menant d’un important chantier de démolition, à Colombes, à la plateforme de recyclage de Gennevilliers, d’où repartent des granulats de béton recyclé, concassés, nettoyés, calibrés pour une nouvelle utilisation.

A Colombes, sur un vaste site de 44.000 m2 auparavant occupé par le groupe Thales, des pelleteuses et broyeuses s’activent pour réduire à l’état de gravats les anciens bâtiments de bureaux, afin de faire place nette pour un nouveau quartier.

Des grandes plaques de béton sont d’abord démantelées par une pince géante, puis ces blocs sont désagrégés par un broyeur qui extrait les ferrailles que renferme le béton armé. Au milieu du va-et-vient des pelleteuses, un opérateur arrose en permanence le chantier pour réduire la quantité de poussière.

Image

In fine, le chantier produira d’ici la fin 2019 quelque 63.000 tonnes de béton, auxquelles s’ajoutent 300 tonnes de ferraille et 3.000 tonnes de déchets industriels qui seront traités en filière spécialisée.

“Le taux de recyclage sera supérieur à 95%”, selon Eric Corbière, responsable du chantier pour la société Cardem, filiale d’Eurovia (groupe Vinci) spécialisée dans la déconstruction de bâtiments.

D’ici quelques mois, le site recevra une unité de concassage, pour terminer le travail de recyclage. Le béton concassé pourra être directement réutilisé dans des applications routières.

“Sur chaque chantier, le choix doit être fait entre concasser sur place ou sur une plateforme” extérieure, explique M. Corbière. “En-dessous de 10 à 15.000 tonnes de béton, on n’amène pas de concasseur.”

A quelques kilomètres, la plateforme de recyclage de l’entreprise SPL à Gennevilliers reçoit des gravats de démolition de bâtiments, de la terre de déblai de terrassement ou des déchets d’enrobés routiers.

Cette matière première est broyée, triée, concassée, tamisée, lavée, pour être réutilisée sous forme de sables, de gravillons ou de terre fine. Les déchets d’enrobés routiers sont réincorporés à hauteur de 10% à 30% dans la fabrication d’enrobé neuf.

Quant aux déchets non exploitables, comme des terres très argileuses, ils sont utilisés pour réaménager et réhabiliter les carrières.

Les sites d’extraction sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à s’accompagner d’une plateforme de recyclage, pour proposer des granulats recyclés.

'' Cela complète leur activité en économisant la ressource” naturelle, indique Christophe Jauzon, président de la commission Economie circulaire de l’Unicem. “On n’est pas en opposition entre carrières et activités de recyclage, mais en complémentarité.”

L’Unicem avait conclu avec l’Etat en 2016 un “engagement pour la croissance verte” qui visait une augmentation de 50% de la production de granulats recyclés. L’engagement a été atteint, selon l’Unicem.

De son coté, l’Union européenne a fixé un objectif de 70% de collecte, recyclage et valorisation des déchets du BTP à l’horizon 2020. “Aujourd’hui, on a atteint ces 70%”, assure M. Jauzon.

Les déchets du BTP en France sont estimés à 227 millions de tonnes, dont 93% de “déchets inertes” (non dangereux). Selon l’Unicem, 148 millions de tonnes sont recyclées, conformément à l’objectif européen. Pour les déchets recyclables, le taux atteint même 80%.

“On peut progresser, mais on est déjà à un niveau assez élevé”, observe Christophe Jauzon.

L’Unicem s’apprête à signer à la rentrée un nouvel “engagement pour la croissance verte” pour la période 2019-2022. “Le premier engagement a bien fonctionné”, s’est félicité le président de l’Unicem Nicolas Vuillier.

Parmi les nouveaux objectifs, un taux de recyclage des déchets inertes porté à 90% à horizon 2025 et une couverture de plus de 30% des besoins de granulats pour la construction en France.
https://www.laminute.info/2019/05/29/le ... struction/

Répondre