Recyclage : le papier / carton

Comment anticiper au mieux le choc à venir (organisation de la société, questions politiques, conseils financiers, etc).

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63314
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Recyclage : le papier / carton

Message par energy_isere » 27 août 2018, 08:55

A Hong Kong, les ramasseurs de cartons risquent de perdre leurs débouchés

AFP • 26 août 2018

Elle a les doigts tordus d'avoir collecté pendant 20 ans des cartons à Hong Kong. Ce n'est cependant pas la pénibilité qui contraindra Au Fung-lan, 67 ans, à renoncer à ce boulot ingrat, mais peut-être la nouvelle politique de Pékin en matière d'environnement.

Mme Au est l'une des 2.900 personnes, essentiellement des femmes, souvent âgées, dont on croise tous les jours les silhouettes voûtées poussant un chariot dans la mégapole grouillante et poisseuse du sud de la Chine.

Leur travail consiste à récupérer les cartons jetés par les magasins, les restaurants ou les particuliers, et à les revendre contre quelques dollars à des dépôts de recyclage, où ils sont plus précieux que le plastique.

Hong Kong ne possédant pas d'usine de recyclage, ces centres expédient ces cartons à l'étranger, en particulier en Chine continentale, où en 2016 ont atterri 95% des cartons usagés de l'ex-colonie britannique.

Problème: la Chine, qui ne veut plus être la poubelle du monde, compte fermer d'ici 2020 ses portes aux déchets solides étrangers, et même à ceux de Hong Kong, région administrative spéciale (RAS). D'où la menace pour Au Fung-lan.

Pragmatique, elle assure qu'elle essaie de ne pas trop penser à cette éventualité et continue, 14 heures par jour, de pousser son chariot.

Son but est d'amasser suffisamment d'argent pour payer l'aide-soignant qui s'occupera d'elle et de son mari de 77 ans - également un collecteur de carton - quand ils décideront de renoncer à leur travail.

- "Liberté" -

"Certains disent que notre travail est rude et nous regardent de haut. Ils nous disent: +Vous êtes tellement vieux, rentrez chez vous et profitez de la vie+", raconte-t-elle à l'AFP.

"Mais si je peux encore travailler, je ne veux pas devoir dépendre des autres."

C'est après avoir perdu son emploi d'ouvrière que Mme Au s'est lancée dans la collecte de cartons.

Elle a trois enfants qui travaillent, mais ne veut pas non plus de leur aide.

En se démenant de l'aube - et même avant - jusqu'au crépuscule, elle gagne environ 300 HKD (33,5 euros) par jour en collectant 300 kilos de cartons qu'elle revend un dollar hongkongais le kilo. C'est une quantité phénoménale, comparée à la moyenne des gains des ramasseurs qui est de 47,3 HKD par jour, selon l'ONG Waste Pickers Platform (WPP) - soit six fois moins que Mme Au

La sexagénaire explique que ses doigts se sont déformés à force de déchirer et d'aplatir les cartons à la main.

Elle a été renversée deux fois par des voitures en poussant son chariot jusqu'au dépôt de son quartier de Kwai Fong, écopant de blessures aux épaules et aux pieds.

Mais elle dit apprécier la "liberté" qui consiste à travailler pour elle-même. "Je n'ai pas peur. Je le fais tous les jours", dit celle dont le métier, non reconnu officiellement, n'ouvre aucun droit à une protection sociale.

- Décharges saturées -

La décision chinoise d'interdire les déchets étrangers pourrait tuer cette économie informelle et priver de ressources ces personnes âgées.

A en croire WPP, 80% des collecteurs ont plus de 60 ans et les plus vieux sont nonagénaires. Les quatre cinquièmes sont des femmes, et un tiers travaille au moins huit heures par jour.

Pour beaucoup, c'est un complément de revenus en appoint d'une petite retraite ou d'économies. Hong Kong est la quatrième ville la plus chère au monde en termes de coût de la vie, selon Economist Intelligence Unit.

WPP estime qu'au moins 193 tonnes de déchets sont livrées chaque jour aux dépôts par ces collecteurs.

La décision chinoise pourrait aussi s'avérer désastreuse pour ces dépôts, estime Jacky Lau, responsable d'une organisation locale regroupant les sociétés du secteur du recyclage.

Si ces entreprises ferment, il pourrait y avoir une "crise des déchets papier" à Hong Kong faute de débouchés.

La ville s'appuie en effet sur ses décharges, mais elles sont toutes déjà saturées.

Jacky Lau espère que la Chine reconsidérera sa politique à l'égard de sa Région administrative spéciale. Il estime aussi que Hong Kong doit accélérer la construction d'une usine de recyclage.

Les enfants de Mme Au l'ont exhortée à renoncer à la collecte de cartons, en vain. Elle considère ce travail comme un investissement pour son avenir.

"Je leur ai dit que si je leur faisais honte, il ne fallait plus qu'ils m'appellent Maman", raconte-t-elle. "Après, ils n'ont plus rien répondu".
https://www.google.fr/amp/s/www.boursor ... f66536a5b1

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63314
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Recyclage : le papier / carton

Message par energy_isere » 22 mai 2020, 18:33

La fermeture de la Chapelle Darblay destabilise le recyclage français du papier
Le finlandais UPM, propriétaire du site papetier qui assure une partie du recyclage des déchets français de papier, compte demander le 15 juin la fin du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), après le retrait de l'offre de reprise du cartonnier belge VPK. La recherche de solutions alternatives se poursuit malgré tout.

Les Echos 21 Mai 2020 Par Myriam Chauvot

La filière française de recyclage des déchets papier risque de s'enfoncer un peu plus encore dans la crise . Le finlandais UPM, propriétaire du site de la Chapelle Darblay qui fabrique du papier journal à partir de recyclé grâce à un procédé qu'il a inventé en 1985, compte demander le 15 juin la fin du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). En pleine crise sanitaire, le fabricant de cartons belge VPK a en effet renoncé le 20 avril à la reprise. « Il faudra une vingtaine de jours pour traiter la demande, donc l'activité cessera vers mi-juillet, avec le licenciement des 230 employés du PSE », résume Arnaud Dauxerre, un des cadres de la Chapelle Darblay.

La course à la recherche de solutions alternatives se poursuit malgré tout. Il s'agit de sauver cet outil unique en France, dont les machines à désencrer recyclaient 480.000 tonnes par an de déchets imprimés en 2015, et encore 350.000 tonnes l'an dernier. Les acteurs des secteurs du papier, du recyclage et la région se sont encore réunis mardi matin. « Un carton sur cinq vient d'Asie, il faudrait qu'un Chinois reprenne le site pour faire des bobines de recyclé à renvoyer en Asie… », avance Pascal Geneviève chez Federec, la fédération des recycleurs.

Espoir encore de solutions alternatives
De son côté, Arnaud Dauxerre veut croire que « le site peut devenir recycleur pour les tiers. Il faut imaginer des débouchés pour de nouveaux produits en cellulose ». Mais, ajoute ce cadre de l'entreprise, « le fonds de roulement nécessaire pour faire fonctionner un tel outil est d'au moins 80 millions d'euros, seul un industriel peut reprendre le site ». Le fait de ne plus avoir à reprendre le personnel pourrait attirer des offres à partir de juillet, estiment des observateurs. Et VPK pourrait refaire surface en fin d'année.

Faute de quoi, la France perdra une capacité de recyclage précieuse alors qu'elle croule sous 1,6 million de tonnes par an d'excédent de déchets de papier carton. Et ce malgré le fait que le numérique fait baisser la consommation de papier de 10 % par an depuis 2018. « Avant la crise, les stocks de déchets papier de certaines collectivités locales étaient tels qu'elles ont dû en incinérer », souligne Jean-Patrick Masson, l'élu de Dijon qui préside le Cercle National du Recyclage (CNR). « Toute l'Europe est excédentaire. UPM réduit ses capacités papetières en fermant deux à trois de ses sites européens par an pour maintenir les prix », observe, quant à lui, Pascal Geneviève. En l'occurrence, UPM a préféré garder l'alter ego allemand de la Chapelle Darblay.

Excédent de papier

Mais le maintien des prix est à double tranchant : il attire les papetiers russes et canadiens, eux aussi à la recherche de débouchés et riches en forêts, qui inondent l'Europe de leur papier vierge et sont accusés de dumping face au papier recyclé européen.« D'autres en Europe prendront le relais de la Chapelle Darblay, mais la France dépendra pour son recyclage des pays voisins qui consommeront en priorité leurs propres déchets et elle sera la variable d'ajustement », remarque-t-on chez Federec. Dans l'immédiat, le confinement, avec ses fermetures de commerces et l'arrêt de la collecte sélective, a divisé par deux le gisement de déchets de papier carton. « Cela a permis aux collectivités locales de vider leurs stocks de déchets. Mais la fédération du commerce reprend la distribution des imprimés publicitaire le 25 mai, cela va à nouveau doubler le gisement de papier », estime Pascal Geneviève.
https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... er-1204672

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63314
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Recyclage : le papier / carton

Message par energy_isere » Hier, 10:35

energy_isere a écrit :
22 mai 2020, 18:33
La fermeture de la Chapelle Darblay destabilise le recyclage français du papier
une courte vidéo sur cette papeterie.

https://www.youtube.com/watch?v=5lSC4Gp89jE

Portrait de la papeterie UPM Chapelle Darblay
2 644 vues•3 sept. 2014
France 3 Normandie
Le Journal de l'économie vous fait découvrir la papeterie UPM Chapelle Darblay. Elle fabrique du papier journal à partir de fibres recyclées à 100%.

Ils peuvent réceptionner jusqu'à 2000 tonnes de vieux papiers chaque jour !

Image

La situation est pas brillante pour eux, Usine Nouvelle en parle encore aujourdhui :
https://www.usinenouvelle.com/article/u ... ay.N969661
.....
L’usine, d’une capacité de production de 240 000 tonnes, est dotée d’une machine à papier (contre deux pour l’autre usine française de papier journal, Norske Skog Golbey (Vosges), d’une capacité de 600 000 tonnes et qui vise plutôt les quotidiens) et d’une unité de recyclage des brochures (imprimés issus du tri sélectif) cruciale pour le secteur français du recyclage des papiers cartons.

Plus de 200 acquéreurs potentiels sollicités

Malgré la sollicitation, par la direction d’UPM, de 230 repreneurs potentiels - parmi lesquels le belge VPK, spécialisé dans l’emballage, qui s’est finalement rétracté - aucune discussion n’a abouti depuis que le groupe finlandais a annoncé la mise en vente du site de Grand-Couronne, en septembre 2019. Le processus de concertation en vue de la fermeture de Chapelle Darblay, spécialisé dans la production de papier journal (notamment pour les magazines), doit s’achever le 15 juin.
https://www.usinenouvelle.com/article/u ... ay.N969661

Répondre