Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Comment anticiper au mieux le choc à venir (organisation de la société, questions politiques, conseils financiers, etc).

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 19 nov. 2014, 14:57

mobar a écrit :Hydrocarbure biogénique gazeux à partir de résidus pétrolier pour l'application carburant automibile
http://www.lepoint.fr/auto-addict/innov ... 43_652.php
interessant :
L' Isoctane C8H18 présente enfin une densité énergétique proche de celle de l'essence (44 MJ/kg contre 46 MJ/kg). Elle est en tout cas très supérieure à celle de l'éthanol (27 MJ/kg) ce qui évite le phénomène de surconsommation volumique constaté par exemple avec les véhicules Flexifuel carburant à l'E85 (15 % de super, 85 % d'éthanol).
Image

http://fr.wikipedia.org/wiki/Isooctane

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 04 déc. 2014, 10:02

Bioplastiques : Le marché devrait croître de plus de 400% d'ici 2018

03 Dec 2014 enerzine

Lors de la 9e Conférence européenne sur les bioplastiques (European Bioplastics Conference) à Bruxelles, les résultats des données du marché effectuée par European Bioplastics confirment la tendance à la croissance positive du secteur mondial des bioplastiques.

"Le marché devrait croître de plus de 400 % sur le moyen terme", a déclaré François de Bie, directeur d'European Bioplastics.

Les données assemblées en coopération avec l'IfBB (Institut des bioplastiques et des biocomposites) et le nova-Institute montrent que la capacité de production des bioplastiques devrait passer d'environ 1,6 million de tonnes en 2013 à approximativement 6,7 millions de tonnes en 2018.

Les matières plastiques d'origine biologique non biodégradables comme le bio-PET connaissent le plus fort développement. Le PLA (acide polylactique) est un facteur de croissance important dans le domaine des matières plastiques d'origine biologique et biodégradables. De plus, les matières plastiques renouvelables et compostables produites localement bénéficieront certainement de la nouvelle directive de l'UE sur la diminution des sacs plastiques.

Les emballages souples et rigides demeurent de loin le domaine d'application principal des bioplastiques.

Image

Image

Concernant le développement régional, environ 75 % des bioplastiques seront produits en Asie d'ici 2018. En comparaison, l'Europe n'en produira que 8 %.

"Nous exhortons les législateurs de l'UE à voir le potentiel immense de croissance environnementale, économique et de création d'emplois de notre industrie, et à l'utiliser à bon escient. Dans ce contexte, le projet d'économie circulaire devrait rester au programme de travail 2015 de la Commission et la révision de la gestion des déchets devrait s'effectuer comme prévu", a conclu M. de Bie.
http://www.enerzine.com/6/17926+bioplas ... 2018+.html

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1030
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par Silenius » 04 déc. 2014, 20:59

mobar a écrit :Hydrocarbure biogénique gazeux à partir de résidus pétrolier pour l'application carburant automibile
http://www.lepoint.fr/auto-addict/innov ... 43_652.php
http://www.global-bioenergies.com
Non, c'est des bactéries qui se nourrissent des sucres de biomasse.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 11 déc. 2014, 20:23

Production biologique de propylène biosourcé par fermentation directe

11 Dec 2014 enerzine

Global Bioenergies a annoncé avoir réussi à produire du propylène biosourcé par fermentation directe. C'est la première fois que la production entièrement biologique – sans aucune étape chimique – est décrite pour le propylène, l'une des principales briques élémentaires pour la fabrication des matières plastiques.

Après l'isobutène en 2010 et le butadiène plus tôt cette année, Global Bioenergies annonce aujourd'hui avoir créé une souche prototype qui a permis la conversion de glucose en propylène à l'échelle du laboratoire. C'est la première fois que la production biologique directe de propylène a été décrite.

Le propylène représente une production annuelle de plus de 80 millions de tonnes et un marché supérieur à 100 milliards de dollars, soit le deuxième de l'industrie pétrochimique après l'éthylène. Ce composé est au cœur de la fabrication de plusieurs matières plastiques ; le polypropylène, par exemple, représente plus de la moitié des plastiques utilisés dans l'automobile.

Jusqu'à présent, le propylène était obtenu exclusivement à partir de ressources fossiles, et principalement par craquage du pétrole.

"Compte tenu de la diminution des capacités de craquage du pétrole, le développement de solutions alternatives pour la fabrication d'oléfines légères, et en particulier de propylène, devient nécessaire. En développant ce procédé de fabrication du biopropylène, nous contribuons à l'avènement d'un monde meilleur, durable et respectueux de l'environnement" a déclaré Thomas Buhl, Directeur du Business Development chez Global Bioenergies.
http://www.enerzine.com/6/17949+product ... ecte+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 18 déc. 2014, 22:13

Dans Industrie & Technologie de Dec 2014 :

Du caoutchouc à partir de la racine de pissenlit !
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10524
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par mobar » 19 déc. 2014, 04:10

energy_isere a écrit :Dans Industrie & Technologie de Dec 2014 :

Du caoutchouc à partir de la racine de pissenlit !
Quelques questions faussement naïves
Combien de grammes de latex de pissenlit transgénique par tonne de pneu?
Combien de pneu au pissenlit transgénique sur le marché mondial?

Surement un business prometteur :^o

En tous cas un article moins couteux pour Continental qu'une pub sur les médias main stream aux heures de grande écoute, merci I&T

On attend avec impatience et délectation la réponse de Michelin, surement financée par l'Agence Nationale de la Recherche avec le pognon de nos impots

Un régal =D>

A comparer avec le contenu en pétrole d'un pneu : 27 litres
http://www.linternaute.com/actualite/sa ... rt/4.shtml
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
FOWLER
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2366
Inscription : 08 févr. 2008, 10:36
Localisation : foret de cure-dents géants des landes, france
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par FOWLER » 19 déc. 2014, 07:56

Pour info

De mémoire la récolte de latex c'est du genre 7 grammes par jour et par arbre, à la main, et Michelin

A besoin d'un millier de tonne....quotidien. C'est la seule marque a avoir conservé une part aussi importante de latex dans les pneus.

Donc, comme d'ab, mécaniser et produire du latex en plein champ n'est pas un petit enjeu.
la nuit la raison dort, et simplement les choses sont.
St Ex

Tout ça pour dire comment ils ne savent pas pourquoi.
Prévert (et pas Guitry !)

J'ai fait fortune...parce que j'ai toujours vendu trop tôt !
Rotschild.

http://www.les-pieds-sur-terre.info

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 19 déc. 2014, 10:03

mobar a écrit : ....On attend avec impatience et délectation la réponse de Michelin, surement financée par l'Agence Nationale de la Recherche avec le pognon de nos impots.....
: déja donné en début d' année dans un post sur le programme de recherche de Michelin : projet Trec (Tyre recycling),
Michelin fait du caoutchouc neuf avec du vieux pneu (Usine Nouvelle le 30 janvier 2014)

avec une participation de l' Ademe.
Donc pour tes impots c' est déjà en cours. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10524
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par mobar » 19 déc. 2014, 10:12

energy_isere a écrit :
mobar a écrit : ....On attend avec impatience et délectation la réponse de Michelin, surement financée par l'Agence Nationale de la Recherche avec le pognon de nos impots.....
: déja donné en début d' année dans un post sur le programme de recherche de Michelin : projet Trec (Tyre recycling),
Michelin fait du caoutchouc neuf avec du vieux pneu (Usine Nouvelle le 30 janvier 2014)

avec une participation de l' Ademe.
Donc pour tes impots c' est déjà en cours. :mrgreen:
Faire du pneu nouveau avec du vieux pneu, ça à surement plus de sens que d'utiliser du pissenlit, des surfaces agricoles, des fertilisants de synthèse ... on aurait pu être d'accord, il aurait seulement fallu, nous demander

Un détail, c'est aussi tes impôts, à moins que tu sois déja passé de l'autre coté de la frontière ou que tu n'en payes pas?
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 19 déc. 2014, 10:19

mobar a écrit : .....d'utiliser du pissenlit, des surfaces agricoles, des fertilisants de synthèse ... on aurait pu être d'accord, il aurait seulement fallu, nous demander
Ah oui n' est ce pas c'est tellement mieux de faire utiliser les surfaces agricoles en Amazonie, en Malaisie et Indonésie pour le latex de nos pneu.
mobar a écrit :Un détail, c'est aussi tes impôts, à moins que tu sois déja passé de l'autre coté de la frontière ou que tu n'en payes pas?
Pour ma part je suis tout à fait d' accord avec ces programmes de recherche. Méme avec une part de mes impots.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 19 déc. 2014, 10:30

et à propos du latex de pissenlit, ça date du début 2010 :
Caoutchouc : Premier pneu à la gomme de pissenlit

20/07/2012 zonebourse.com

Le premier pneu prototype à base de pissenlit russe et de guayule, une plante à latex du désert mexicain, a été produit en Europe. Le programme européen EU-PEARLS (pour la production et l’exploitation de sources alternatives de caoutchouc et de latex naturel en Europe) soutient le projet, mis en œuvre par l’industriel du pneumatique néerlandais Appolo Vredestein.

Le pneu produit parait prometteur, indique l’entreprise, mais sera soumis à des tests de résistance pendant quelques mois pour vérifier ses capacités à tenir la route. Une commercialisation est envisagée à moyenne échéance.

Le Cirad de Montpellier travaille depuis 25 ans sur un substitut au caoutchouc naturel issu de l’hévéa, qui serait produit en Europe. Le guayule, cultivable en climat méditerranéen chaud, pousse à titre expérimental sur une parcelle à Montpellier. Et le pissenlit russe, poussant en zone tempérée, s’adapte bien en Espagne. Des essais ont été réalisés dans la région de Bilbao. Les deux plantes à latex pourraient servir à la production de pneus, gants, semelles ou préservatifs. « Mais, prévient Serge Palu, chercheur au Cirad, il n’est pas question de remplacer l’hévéa. C’est plus une perspective de production européenne à l’horizon 2020 ».

Le caoutchouc naturel provoque des allergies, mais le guayule est moins irritante que le latex d’hévéa, parce qu’il contient moins de protéines, signale Serge Palu. Il sert à produire des gants chirurgicaux au Mexique. Sa gomme très résistante a été utilisée jusque dans les années 1950 aux Etats-Unis pour la fabrication de pneus d’avions.

L'extraction du latex de guayule se fait par broyage et par lavage intensif, et ne requiert pas de solvant chimique additionnel pour le stabiliser comme la gomme de l'hévéa.

Actuellement, la Malaisie, l’Indonésie et le Vietnam dominent le marché mondial du caoutchouc naturel, même si la SIPH produit également en Afrique. Mais de nombreuses plantations d'hévéas sont menacées par la propagation d'un champignon parasite, surtout en Amérique latine.

Le caoutchouc naturel ne suffit pas à couvrir la totalité de la demande des industriels, d’où l’intérêt de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement. Le guayule a en revanche un rendement plus faible que l’hévéa à l’hectare, environ une tonne, soit trois fois moins.
http://www.zonebourse.com/LONDON-CAOUTC ... -14423945/

et ce pdf d' une étude 2010-2013 au Quebec
Ce projet de recherche a permis démontrer que la culture du pissenlit russe (Taraxacum kok‐saghyz) est possible au Québec, et que ses racines possèdent bel et bien des quantités intéressantes de caoutchouc de l’ordre de 4 % sur une basse de masse sèche. L’étude de la plante nous a permis de bien comprendre ses différents stades de croissance et sa réponse aux conditions édaphiques et climatiques de la région de Québec. L’étude de sa biologie florale permet de tracer les premières pistes pouvant mener à une production de masse de semences. La méthode de multiplication végétative par bouturage de racines mise au point permettra de multiplier et de conserver les individus aux caractéristiques les plus prometteuses en vue de constituer des clones ou d’amorcer un programme d’amélioration génétique.
http://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollect ... 810043.pdf

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 29 janv. 2015, 17:38

Chimie verte : lancement du programme Trans'Alg

20 janvier 2015 Rachida Boughriet actu-environnement.com

Fermentalg, spécialisé dans la production d'huiles et de protéines issues de microalgues, lance notamment avec les groupes Arkema et Soprema le programme collaboratif Trans'Alg visant à industrialiser la production de substituts aux produits pétroliers destinés aux marchés de la chimie et des carburants.

Ce programme, piloté par Fermentalg, a pour but la production massive de matières premières de substitutions aux produits pétroliers à "bas prix" (1 à 5 euros/kg), a précisé le groupe dans un communiqué. Ses matières premières sont issues de la valorisation de substrats comme les vinasses viticoles et de la canne à sucre ou les liqueurs rouges de l'industrie papetière permettant de cibler des applications dans les bioplastiques, plastifiants, polyols, lubrifiants industriels, membranes d'étanchéité, mousses d'isolation thermique, carburants, etc.

Trans'Alg vise notamment la construction d'un démonstrateur pré-industriel d'une capacité de 80 mètres cubes installé sur le site de Fermentalg à Libourne (Gironde).

Le consortium regroupe également Condat, Pierre Guérin, l'Union coopératives viticoles d'Aquitaine ainsi que les laboratoires : le CEA (LCPV), le CNRS (Bioteam ICPEES) et l'ITERG. L'enveloppe totale du programme s'élève à 31,2 M€ sur cinq ans et sera financée à hauteur de 13,9 M€ par la banque publique d'investissements Bpifrance. Fermentalg bénéficiera de 8,3 M€ de financements répartis en 2,7 M€ de subventions et 5,6 M€ d'avances remboursables.

"L'adhésion de majors de la chimie et de l'énergie au programme Trans'Alg que nous avons initié conforte notre statut d'acteur incontournable sur le marché mondial de la biotechnologie industrielle des microalgues", a déclaré Pierre Calleja, PDG de Fermentalg.
http://www.actu-environnement.com/ae/ne ... 23687.php4

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 12 févr. 2015, 22:32

Fermentalg débute son aventure industrielle

Par Nicolas César (Aquitaine) - Publié le 12 février 2015 Usine Nouvelle

La société Fermentalg, spécialisée dans la production de microalgues, pose la première pierre jeudi 12 février de sa première unité industrielle à Libourne (Gironde), près de son siège social.

Jeudi 12 février, Fermentalg lance les travaux de sa première usine de microalgues basée à Libourne (Gironde). D’une surface de 3 000 mètres carrés, elle va regrouper les activités de recherche et de développement des procédés. Un démonstrateur pré-industriel de 80 mètres cubes y sera installé. Il aura une capacité annuelle de production de 1 500 tonnes pour la biomasse sèche et autant pour la biomasse fraîche.

"L’objectif avec cette unité est de réduire nos coûts de production des microalgues et de maîtriser parfaitement une production continue", explique Pierre Calléja, le PDG qui a fondé la société en 2009. A terme, il entend atteindre le même rendement industriel que les Américains, qui sont actuellement capables de produire certaines microalgues à 2 dollars le kilo.

Dans cette unité, qui devrait être mise en service au premier trimestre 2016, Fermentalg sera à même de couvrir l’ensemble des étapes de la production de microalgues, du développement de la souche jusqu'au produit fini. Au total, cette usine représente un investissement de 20 millions d’euros. "C’est le début de notre aventure industrielle", s’enthousiasme-t-il. Une étape majeure pour Fermentalg, qui a levé 40,4 millions en 2014 pour son introduction en bourse, sur Euronext.

Une vingtaine de recrutements cette année

La société, qui emploie 60 salariés, vise plusieurs marchés : la nutrition humaine, la cosmétique, la santé, la chimie verte et l'énergie… En plein essor, elle devrait procéder à vingt recrutements cette année. "En ce moment, nous embauchons deux personnes tous les mois, car de nouveaux horizons s’ouvrent à nous", indique Pierre Calléja. Par ailleurs, en début d’année, Fermentalg a lancé le programme collaboratif Trans’Alg pour industrialiser la production de substituts aux produits pétroliers destinés aux marchés de la chimie et des carburants dont le carburéacteur. Elle a fédéré autour d’elle des majors français, dont Arkema et Soprema. L’enveloppe totale du programme s’élève à 31,2 millions d’euros sur cinq ans.

Pour rappel, dès 2011, Fermentalg a signé une première joint-venture industrielle et commerciale avec Avril (ex-Sofiprotéol), pour fabriquer des huiles alimentaires, des oméga 3, acides gras importants pour le bon fonctionnement du cœur et du cerveau. La société est aussi déjà présente sur le marché des oméga 6 avec Polaralg, cofondée en octobre 2013 avec Polaris, le spécialiste breton des lipides nutritionnels.
http://www.usinenouvelle.com/article/fe ... le.N313103

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 12 févr. 2015, 22:40

"Le procédé Isobutène sera exploité à échelle commerciale vers 2017-2018"

12 fev 2015

Global Bioenergies a annoncé avoir franchi la première étape-clé du projet BioMA+, financé par le programme Investissements d'Avenir et portant sur la définition d'une filière de conversion de végétaux en acide méthacrylique, un composant essentiel des peintures acryliques.

Global Bioenergies développe depuis 2008 un procédé de conversion de ressources renouvelables en isobutène, une des principales briques de la pétrochimie dont sont dérivés carburants, plastiques, et caoutchoucs.

...............
lire : http://www.enerzine.com/6/18117+le-proc ... 2018+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60129
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Bio-raffineries / Bio-plastiques / Chimie verte

Message par energy_isere » 04 mars 2015, 19:12

suite de post viewtopic.php?p=367393#p367393
La première production d'isobutène à partir de déchets végétaux

04 mars 2015 enerzine

Global Bioenergies a annoncé hier avoir produit de l'isobutène de « seconde génération », afin de diversifier les matières premières utilisables dans son procédé Isobutène et pour se tourner vers les ressources les moins coûteuses.
Dans la phase de développement de son procédé de production d’isobutène bio-sourcé, Global Bioenergies a d’abord utilisé des matières premières de première génération, telles que le glucose dérivé du blé.


Cependant, le procédé a été conçu pour être polyvalent : sous réserve d’ajustements techniques, il était considéré qu’il serait adapté à l’utilisation de ressources non-alimentaires, - définies au sens large comme des ressources de « seconde génération » -, telles que la paille de blé, les tiges de maïs, la bagasse de canne à sucre ou encore les copeaux de bois.

De nombreuses sociétés travaillent à développer des technologies d’extraction des sucres fermentescibles emprisonnés dans les déchets végétaux. Certaines de ces technologies ont aujourd’hui atteint la maturité industrielle : "cinq usines ont débuté leur production au cours des 24 derniers mois. Cette activité a, in fine, le potentiel d’alimenter les procédés de fermentation en sucres à bas coûts dérivés de ressources abondantes."

Global Bioenergies a récemment mis en place des collaborations avec neuf sociétés de trois continents différents, développant les technologies les plus prometteuses de conversion de
ressources diverses (paille, bagasse, bois…) en sucres fermentescibles. Des tests préliminaires ont permis de produire avec succès de l’isobutène de seconde génération à l’échelle du laboratoire.

Ainsi, le procédé a fonctionné avec des performances comparables à celles observées en utilisant du glucose dérivé du blé.

"Nous avons désormais démontré expérimentalement que notre procédé de production d’isobutène est compatible avec plusieurs ressources de seconde génération. L’utilisation de solutions de sucre brut est en général difficile, dans les procédés de fermentation classiques menant à un composé liquide, car l’accumulation des impuretés dans le milieu de culture complexifie les opérations de purification du produit. Notre procédé, basé sur la production d’un produit en phase gazeuse, répond à cette problématique et nous permettra d’utiliser les matières premières les moins chères" a commenté Frédéric Pâques, Directeur des Opérations chez Global Bioenergies.

"L’accès aux matières premières de seconde génération renforce la perspective que notre procédé Isobutène soit massivement utilisé pour la fabrication de carburants, tels que l’essence et le kérosène." a conclu Thomas Buhl, Directeur du Business Development chez Global Bioenergies.
http://www.enerzine.com/6/18203+la-prem ... taux+.html

Répondre