la récupération, le recyclage...

Comment anticiper au mieux le choc à venir (organisation de la société, questions politiques, conseils financiers, etc).

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 23 mai 2017, 20:07

Recyclage des emballages: trois sociétés agréées (décrets)

AFP 06 Mai 2017

Le ministère de l'Environnement a publié samedi les décrets agréant trois sociétés pour la gestion des déchets d'emballages ménagers en France à partir du 1er janvier 2018, mettant fin au monopole de l'éco-organisme Eco-emballages.

Les trois sociétés agréées sont Léko, Adelphe et Eco-emballages, indiquent les décrets publiés au Journal officiel.

La filière était jusqu'à présent sous la responsabilité d'Eco-emballages. Elle sera ouverte à la concurrence à partir de 2018. L'agrément est valable jusqu'au 31 décembre 2022.

La collecte des emballages ménagers a été quasiment stable en 2016 en France avec 3,3 millions de tonnes (+1%), bien que le tri de tous les plastiques soit possible dans de plus en plus de collectivités, a indiqué Eco-Emballages en avril dans son bilan annuel.

La France est globalement en retard dans ce domaine par rapport à ses voisins européens.
http://www.ladepeche.fr/article/2017/05 ... crets.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 24 mai 2017, 09:16

Forte hausse de la collecte des meubles usagés en 2016

12 mai 2017

L'éco-organisme Eco-mobilier a collecté près de 366.000 tonnes de meubles usagés en 2016 en déchèterie. Soit une hausse de 46% par rapport à 2015. 91% des meubles collectés et triés par l'éco-organisme ont été valorisés l'an dernier : 58% recyclés (c'est-à-dire revalorisés sous forme de matière) et 33% valorisés en énergie.

Dominique Mignon, directrice générale d'Eco-mobilier s'est félicitée le 11 mai de ces résultats malgré "un contexte économique et technique qui reste tendu". "La forte progression de la collecte des meubles en 2016 est le fruit d'une collaboration étroite et efficace avec l'ensemble de nos partenaires : collectivités locales, distributeurs professionnels et logisticiens, plateformes de l'économie sociale et solidaire", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Fin 2016, le taux de mise en stockage du mobilier usagé a été inférieur à 10%. Plus de 3.000 points de collecte sont également recensés, soit une augmentation de plus de 30% par rapport à 2015.
https://www.actu-environnement.com/ae/n ... 28993.php4
,

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 29 juin 2017, 20:56

Les Vosges, champions du recyclage en France
En tête du classement 2015 de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et au-dessus de la moyenne nationale, le département de l’Est devance largement ceux de l’Ile-de-France et du Sud-Est.

3 juin 2017,

En France, les départements de l’Ouest et de l’Est sont ceux qui recyclent le plus, selon les dernières données de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) datant de 2015. Et le meilleur taux de recyclage revient aux Vosges avec 57,04%, bien au-dessus de la moyenne nationale (35,04%).

Les pires départements en la matière se situent dans le Nord-Est, en intégrant l’Ile-de-France, et dans le Sud-Est, Corse comprise. «La Seine-Saint-Denis obtient le pire score de la Métropole avec 12,46% de déchets recyclés en 2015. Paris fait à peine mieux. La part de déchets recyclés n’atteint que 13,70% dans la capitale, qui fait partie des 10 départements ayant le moins progressé en dix ans», détaille Le Figaro.

Les Vosges, champion toutes catégories ou presque

Parmi les départements qui ont fait le plus d’efforts en matière de recyclage en dix ans: les Vosges, toujours en tête, suivis des Côtes-d’Armor et du Finistère. Les Pyrénées-Orientales est celui qui en a fait le moins, précédé de Paris et de la Seine-Saint-Denis.

Cependant, comme le précise le quotidien, trier ses déchets c’est bien, mais en produire le moins possible, c’est encore mieux. Et là, la carte de France est un peu différente, la façade ouest passant dans le rouge en termes de poids des déchets par habitant, accompagnée également du Sud-Est. Et quel est le département où l’on jette le moins de déchets? Les Vosges. En 2015, le département produisait 276,79 kilos par habitant, contre 504,83 kilos en moyenne en France (475 kilos en Europe).

L’Allemagne, meilleur élève européen du recyclage

En revanche, dans ce domaine, c’est le département de l’Aude qui a fait le plus d’effort en dix ans, mais suivi des Vosges et de la Haute-Corse. En bas de classement, la Lozère est celui qui a fait le moins d’efforts avec 42,79% de déchets en plus par rapport à 2005, précédé de la Haute-Corse et de l’Indre-et-Loire.

A l’échelle européenne, la France est plutôt un bon élève, selon Le Figaro, mais n’est pas sur le podium du recyclage occupé par l’Allemagne, l’Autriche et la Belgique. Les pays des Balkans sont en queue de classement.
http://www.vegemag.fr/actualite/les-vos ... rance-9682

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 04 nov. 2017, 13:06

Et si les vieux papiers ne valaient plus rien ?

MYRTILLE DELAMARCHE 24 oct 2017

Depuis l’interdiction chinoise d’import de déchets en mélange, les papiers et cartons issus de la collecte ont perdu, selon les sortes, 60 à 80 euros de valeur par tonne. En septembre, les recycleurs croyaient avoir touché le fond et tablaient sur une légère baisse en octobre. Que nenni. Les baisses de prix égalent celles du mois d’août. "Encore un mois comme ça et nos marges seront réduites à zéro", grince un recycleur.

Et si cela durait ? L’industrie papetière française n’est pas en fonds pour soutenir ses fournisseurs. Restent les fabricants de matériaux isolants biosourcés, qui profitent de la reprise du BTP et des nouvelles exigences environnementales. Certains sont conscients du risque que représenterait, pour leurs approvisionnements, une déstabilisation de la filière. Si cela durait, "il faudrait monter au créneau pour faire passer des coûts d’enlèvement aux entreprises émettrices", continue ce recycleur, qui en frémit d’avance. Allez expliquer à des dizaines de milliers de clients que leurs déchets valorisables ne valent soudainement plus le prix de leur traitement…

Mais il y a pire. Il y a les housses plastiques qui entourent les palettes. "Sans les Chinois, le marché est mort pour dix ans, affirme un de ses acteurs. En attendant l’ouverture d’usines en Asie et en Europe de l’Est, tout va partir en incinération, voire en enfouissement." De quoi plomber l’objectif de recyclage de 100% des plastiques annoncé par Édouard Philippe.
https://www.usinenouvelle.com/article/e ... en.N604033

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 22 nov. 2017, 19:40

Recyvalor en a fini avec les décharges illégales de pneus

Franck Stassi Usine Nouvelle le 22/11/2017

Après neuf ans d’activité, l’association Recyvalor a contribué à valoriser 55 000 tonnes de pneus usagés stockés illégalement. Elle cesse ses activités.

9 millions de pneus, pour un tonnage de 55 000 tonnes, ont été traités sur 54 sites en l’espace de neuf ans par l’association Recyvalor, qui célèbrera le 23 novembre dernier l’arrêt de ses activités. Créée en 2008 à l’initiative de 28 entreprises et fédérations professionnelles du secteur automobile (manufacturiers, distributeurs, garages), elle s’était fixé pour objectif de collecter et valoriser les pneus entreposés illégalement sur 61 stocks répartis sur le territoire. Un accord-cadre avait été alors signé avec les pouvoirs publics, avec un budget de 8,3 millions d’euros auquel l’Etat a contribué à hauteur de 30%.

Des problèmes environnementaux

Ces acteurs ont répondu, à l’époque, à une interpellation de l’association Robin des bois, qui mettait en garde contre les décharges illégales de pneus, ouvertes avant la création de la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) en 2002. Des problèmes environnementaux et de sécurité se posaient, notamment en cas d’incendie. Le risque de prolifération du chikungunya, dans le sud de la France, était aussi présent à cause de l’eau qui stagnait entre les pneus. Des collecteurs de pneumatiques peu scrupuleux triaient les pneus, revendaient très loin les bons pneus, et laissaient de côté les pneus les plus dégradés", explique la présidente de Recyvalor, Bénédicte Barbry, en charge des relations publiques pour le groupe Mobivia et son enseigne Norauto.

Les pneus récupérés ont été utilisés à 70 % en valorisation énergétique, valorisés à 20% dans les travaux publics et utilisés pour 10% en valorisation matière, à l’aide d’appels d’offres locaux auprès de recycleurs.
https://www.usinenouvelle.com/article/r ... us.N617588

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 21 janv. 2018, 13:51

Déchets: la Chine ferme sa poubelle, panique dans les pays riches

Par AFP — 21 janvier 2018

Image
Déchargement d'un camion de déchets électroniques à Shantou, dans le sud de la Chine, en août 2014 Photo JOHANNES EISELE. AFP

Mise en décharge ou incinération? En bloquant l’importation de certains déchets, la Chine, première destination mondiale du recyclage, fait peser le risque d’un «scénario-catastrophe» pour l’environnement dans les pays riches... et met dans la panade sa propre industrie de la récupération.

Depuis le 1er janvier, la porte du géant asiatique est fermée à 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles, une mesure annoncée seulement six mois plus tôt par Pékin, qui avance des motifs écologiques.

Ce redessinage du marché planétaire des déchets s’avère problématique pour les industriels américains et européens, habitués à voir une Chine avide de matières premières absorber la majeure partie de leurs déchets pour les recycler, et qui disposent de très peu de temps pour se retourner.

«C’est un séisme» et «on a toujours l’onde de choc. Cela a mis notre industrie en situation de stress car la Chine est tout simplement le premier marché mondial pour l’exportation de matières recyclables», se désole Arnaud Brunet, directeur du Bureau international du recyclage (BIR) basé à Bruxelles.

- 'Risque majeur' -

L’Union européenne (UE) exporte la moitié de ses plastiques collectés et triés, dont 85% vers la Chine. Les Etats-Unis ont eux envoyé en 2016 en Chine plus de la moitié de leurs exportations de déchets de métaux non ferreux, papiers et plastiques, soit 16,2 millions de tonnes.

«On va chercher des solutions alternatives, essayer d’identifier de nouveaux marchés de substitutions, à supposer qu’ils aient les capacités de traitement: on parle de l’Inde, du Pakistan ou du Cambodge», suggère M. Brunet.

Mais cela pourrait prendre du temps: «Les capacités de traitement ne se déplacent pas comme ça du jour au lendemain», et dans l’immédiat l’accumulation des déchets, notamment en Europe, est «un risque majeur», prévient-il.

Avec comme «scénario-catastrophe» la perspective que ces déchets soient incinérés ou placés en décharge.

Aux Etats-Unis, «des usines cherchent comment entreposer» leurs déchets supplémentaires et «certaines les stockent sur des parkings ou sur des sites extérieurs», indique à l’AFP Brandon Wright, porte-parole de la NWRA, fédération américaine des déchets et du recyclage.

L’impact immédiat va être dévastateur: selon des estimations «prudentes» du BIR, les exportations mondiales de papier vers la Chine pourraient plonger d’un quart entre 2016 et 2018 et celles de plastiques s’effondrer de 80% en deux ans, passant de 7,35 à 1,5 million de tonnes.

Mais certains se montrent plus rassurants: «Nous travaillons depuis des années pour nous développer en Inde, au Vietnam, en Thaïlande, et même en Amérique latine», assure Brent Bell, un responsable de Waste Management, le premier recycleur nord-américain d’ordures ménagères.

«Les investissements récents de plusieurs papetiers américains nous permettent de déplacer (les déchets) vers ces marchés alternatifs», poursuit M. Bell, interrogé par la radio NPR.

- L’UE vise 2030 -

L’interdiction de Pékin pose aussi un épineux problème aux entreprises chinoises du recyclage, extrêmement dépendantes des déchets occidentaux.

«Cela va devenir difficile de travailler», admet Zhang Jinglian, propriétaire d’une société de traitement des déchets plastiques, Huizhou Qingchun. Plus de la moitié de sa «matière première» est importée et sa production va donc être réduite «d’au moins un tiers», explique-t-il à l’AFP, disant avoir dû récemment se séparer d’une dizaine d’employés.

Les répercussions sont plus drastiques encore pour la société Nantong Heju, dans le Jiangsu (est): «Nous stoppons notre activité et cherchons désormais à nous reconvertir», confie un responsable à l’AFP.

La décision chinoise pourrait à terme avoir pour effet positif de muscler les filières de retraitement.

L’UE a dévoilé mardi sa stratégie pour réduire l’utilisation des plastiques à usage unique, avec pour objectif que tous les emballages de ce type soient recyclables d’ici 2030.

Seulement 30% des déchets plastiques des Européens sont recyclés à l’heure actuelle. Le reste finit incinéré pour produire de l’énergie (39%) ou en décharge (31%).

«Nous devrions utiliser cette décision pour nous remettre en question et nous demander pourquoi nous, Européens, ne sommes pas capables de recycler nos propres déchets», argue le commissaire Frans Timmermans
http://www.liberation.fr/futurs/2018/01 ... es_1624046

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 07 févr. 2018, 23:13

Verallia redémarre le nouveau four de son site Vauxrot

31 janvier 2018

Dans une dizaine de jours, le nouveau four du site verrier Verallia de Vauxrot (Aisne) reprendra du service. Il alimentera les trois lignes de production du site qui est spécialisé dans les changements rapides de teintes et de modèles, et la production de modèles complexes. Le site fabrique des bouteilles pour le marché des vins, des spiritueux et de la bière, et notamment celle des micro-brasseries.

Les travaux de cette reconstruction, qui représente un investissement de 24 millions d’euros, ont duré plus de trois mois et mobilisé près de 600 personnes.

Doté de la technologie dite de four «à boucle», ce four répond aux normes les plus exigeantes de consommation d’énergie et d’émission atmosphériques. Il peut désormais être alimenté au gaz, contrairement à l’installation précédente qui était 100% fuel.

Des travaux ont également été réalisés aux bouts chaud et froid afin d’améliorer les conditions de travail : isolation acoustique de la cabine bout chaud et généralisation de l’utilisation de palans pour diminuer les ports de charge.

L’usine de Vauxrot, qui emploie près de 150 personnes et fabrique 600 000 bouteilles par jour, recycle d’importantes quantités de calcin traité par Everglass à Rozet-Saint-Albin, à une trentaine de kilomètres du site.

Inaugurée en 1827, l’usine de Vauxrot est la verrerie historique du groupe Verallia. En 2015, Verallia a investi plusieurs centaines de milliers d’euros pour adapter ses installations à la nouvelle teinte ébène. Presque noire et d'une densité élevée, celle-ci protège le contenu contre les effets de la lumière et donne aux produits une image de distinction et de raffinement.

Avec l’usine de Saint-Romain-le-Puy (Loire), Vauxrot est l’une des deux seules usines du groupe en France à fabriquer des bouteilles en teintes jaune et ébène, principalement destinées aux marchés des spiritueux et bières.

En 2016, Verallia a réalisé un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros.
http://www.emballagedigest.fr/blog.php? ... te-vauxrot

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 13 mars 2018, 20:34

Le papier recyclé français en veine grâce à la Chine

Par Sciences et Avenir avec AFP le 13.03.2018

Véritable effet papillon, l’interdiction chinoise d’importation de certains déchets booste l’industrie de recyclage en France. Cet élan risque toutefois d’être de courte durée.
..................
https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ine_121960

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 18 mars 2018, 14:08

Le 18 mars, première Journée mondiale du recyclage

Les professionnels du secteur lancent la première Journée mondiale du recyclage ce dimanche. L’objectif : faire des recyclables une "septième ressource"…

On ne le répétera jamais assez : "Le meilleur déchet est celui qui n’existe pas." En attendant, on en a quand même beaucoup à disposition… Cartons, métaux, bois, verres… À ce jour, le recyclage (industriel ou domestique) a un impact majeur sur l’environnement en permettant d’économiser chaque année 700 millions de tonnes de CO2 dans le monde, soit l’équivalent de la totalité des émissions annuelles du secteur aéronautique par exemple.

Les grands acteurs de cette industrie, à l’initiative du BIR (Bureau of International Recycling, basé à Bruxelles), initient ce 18 mars 2018 la première Journée mondiale du recyclage pour sensibiliser davantage les leaders mondiaux, professionnels mais aussi citoyens, à l’importance de cette pratique.

Une "septième ressource"
L’objectif est de changer de regard sur le déchet : désormais, les recyclables doivent être considérés comme une "septième ressource", après les six ressources primaires que sont l’eau, l’air, le pétrole, le gaz, le charbon et les minéraux.

"Longtemps, les êtres humains ont eu le sens de la rareté. Tout ce qui était disponible en fonction d’un savoir technique encore limité était utilisé, récupéré, réutilisé, sans que l’on parle même de déchets. C’est à cet état d’esprit que nous devons revenir", souligne Anne Hidalgo, la maire de Paris et marraine de cet événement d’envergure, qui encourage à "tendre collectivement vers le zéro déchet".

Au-delà du bon sens environnemental que cela représente, c’est également une incroyable opportunité économique, disent ces industriels, qui se targuent de créer 1,6 millions d’emplois non délocalisables dans le monde (dont 26 750 en France) et contribuent, avec le recyclage, à hauteur de 400 milliards de dollars au PIB mondial.
........
http://www.linfodurable.fr/culture/le-1 ... clage-2732

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 18 mars 2018, 14:13

Journée mondiale du recyclage : Que deviennent les bouteilles en plastique à Strasbourg ?

Samedi 17 mars 2018 Par Clément Lacaton, France Bleu Alsace

Ce dimanche 18 mars, c'est la Journée mondiale du recyclage. La France reste mauvaise élève en matière de tri du plastique : un quart seulement des emballages est recyclé. On a suivi le contenu de votre poubelle jaune dans l'un des plus grands centres de tri de France, à Strasbourg.
.......

Image

Image
avec des photos : https://www.francebleu.fr/infos/societe ... 1521219278

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 22 mars 2018, 21:02

La première filière française de recyclage de la fibre carbone se lancera en 2019

le 22/03/2018 Infos Reuters TOULOUSE (

La société toulousaine Alpha Recyclage Composites a fait entrer à son capital deux partenaires pour l'aider à développer dès 2019 la première filière en France de valorisation de matériaux composites à base de fibres de carbone.

STS Groupe, spécialisé dans la fabrication de pièces en composites pour l'aéronautique, l'automobile ou encore l'énergie et la société tarnaise Freyssinet Aeroequipment, sous-traitant de Safran notamment pour des pièces mécaniques de précision et des sous-ensembles, ont investi au total 600.000 euros.

Cette enveloppe doit permettre à Alpha Recyclage Composites, créée en 2009 à Toulouse, d'industrialiser un procédé de recyclage de la fibre de carbone par vapothermolyse, développé avec l'Ecole des Mines de d'Albi-Carmaux (Tarn).

"Notre technologie permet par l'action combinée de la chaleur et de la vapeur d'eau, de décomposer la résine du matériau composite et de récupérer les fibres de carbone qui conservent leurs propriétés à 99,9% et peuvent donc être réutilisées dans l'industrie", explique Laura Pech, directrice générale d'Alpha Recyclage Composites.

La construction d'un pilote de vapothermolyse, opérationnel dès début 2019 pour un investissement total d'un million d'euros, permettra à l'entreprise de traiter 400 tonnes de déchets composites par an et signera le début de la première filière en France de valorisation de la fibre de carbone.

Ce matériau extrêmement léger et aux propriétés techniques remarquables, répond aux objectifs de gain de poids et donc de réduction de la consommation de carburant des secteurs de l'aéronautique et de l'automobile.

Une attente des constructeurs

Les deux grands gisements actuels sont les chutes de production et les avions ou hélicoptères en fin de vie. En France, le volume de déchets composites à base de fibres de carbone est estimé à 2.500 tonnes à l'horizon 2025 contre 500 tonnes aujourd'hui qui ne sont ni triées, ni valorisées mais envoyées en enfouissement.

"Les seuls freins à une utilisation plus large sont le coût du matériau lui même et l'absence de filière de recyclage. Notre innovation apporte une réponse à une attente des constructeurs" souligne Laura Pech.

"La valeur de la fibre est la base de notre business model. Dès 2019, l'entreprise sera rémunérée pour ses prestations de recyclage et pour la vente de fibres de carbone recyclées. Nous ciblons les marchés de l'automobile, pour des pièces de carrosserie, et du nautisme, pour les coques de bateau. Ces fibres seront commercialisées 40% moins cher que des fibres neuves, vendues aux alentours de 15 euros le kilo", précise la dirigeante d'Alpha Recyclage Composites.

La société est soutenue pour son projet de filière de valorisation par la Direction générale de l'armement et Bpifrance qui injecteront chacune 500.000 euros au démarrage de l'activité industrielle.

Le procédé de vapothermolyse développé par la PME toulousaine est déjà utilisée pour le recyclage de pneus usagés transformés en fioul et en noir de carbone par une société soeur, Alpha Recyclage Franche-Comté, appartenant à la holding de la famille Pech.
https://www.usinenouvelle.com/article/f ... 19.N670199

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 03 avr. 2018, 19:41

Le rechapage de pneus joue le maintien

Myrtille Delamarche Usine Nouvelle le 28/03/2018

Tandis que la collecte de pneumatiques usagés par l’éco-organisme Aliapur bat un nouveau record (350 000 tonnes en 2017), le rechapage périclite. Sur les 4 100 postes (dont 1 900 emplois directs) que compte la filière, 1 200 sont menacés d’ici à 2020 par la baisse de la demande (taux de pénétration passé de 50% en 2013 à 39 %), alertaient le 21 mars à Paris le Syndicat national du caoutchouc et des polymères et le Syndicat des professionnels du pneu.

À l’occasion du premier anniversaire de l’engagement pour la croissance verte (green deal) en matière de rechapage, les professionnels du caoutchouc rappellent les avantages d’un pneu premium, rechapable, par rapport à un pneu "budget". Un logiciel interactif, qui sera bientôt mis à la disposition des transporteurs, permet de comparer six indicateurs environnementaux et économiques.

Dans l’exemple développé, le coût total d’usage par an d’un pneu low cost montre une consommation de matière accrue de 156%, un volume de déchets doublé et un surcoût de 17%. Cette différence de coût s’explique par les économies de carburant et par la durabilité du pneu : 440 000 kilomètres parcourus avec un modèle rechapable contre 120 000 kilomètres avec un non rechapable.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... en.N671384

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 18 avr. 2018, 19:56

L'Europe en route pour généraliser le recyclage

AFP18/04/2018

Le Parlement européen a validé mercredi le paquet législatif qui doit accélérer la généralisation du recyclage des déchets dans toute l'UE et la disparition des décharges, alors que les 28 sont bien inégaux face à la gestion des ordures ménagères.

Le texte sur lequel se sont accordés les colégislateurs - le Parlement et le Conseil (qui regroupe les Etats membres) - impose que d'ici 2025 55% des déchets dits "municipaux" (produits par les ménages et les entreprises) soient recyclés, 60% d'ici 2030 puis 65% d'ici 2035, contre 44% aujourd'hui (et 31% en 2004).

Le vote du Parlement entérine un long processus: il ne restera qu'un vote purement formel de la part des ministres des 28.

Fin décembre 2014, la Commission européenne de Jean-Claude Juncker, fraîchement élue, avait enterré des propositions de ses prédécesseurs au nom du "mieux légiférer". Début décembre 2015, l'exécutif européen avait mis sa propre proposition sur la table, qui avait soulevé les critiques de ceux qui y ont vu des objectifs moins ambitieux que dans le premier texte.

Le texte de compromis fixe également des objectifs pour les emballages, avec le détail par type de matériaux. L'UE veut collecter plus de la moitié de ses déchets plastiques d'ici 2030.

Les Etats membres devront par ailleurs mettre en place des collectes distinctes pour les textiles et les déchets dangereux au 1er janvier 2025. Les déchets biodégradables devront être soient collectés séparément, soit recyclés à la source (par exemple au travers des composts maison) d'ici la fin 2023.

"Ce paquet contient des mesures importantes en matière de gestion des déchets, mais va parallèlement plus loin en définissant des règles qui prennent en compte l'ensemble du cycle de vie d'un produit et qui visent à modifier le comportement des entreprises et des consommateurs", a souligné la rapporteure sur les quatre directives concernées, l'eurodéputée italienne Simona Bonafe.

La nouvelle législation vise également à limiter la mise en décharge, source de pollution de l'eau, du sol et de l'air. Elle limite la part des déchets municipaux qui pourront être mis en décharge à 10% d'ici 2035, tout en ajoutant que les Etats devraient s'efforcer de garantir qu'aucun déchet recyclable ne soit accepté en décharge en 2030.

Au sein de l'UE, les Etats membres sont très inégaux en matière de recyclage.

En 2014, six pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Pays-Bas, Suède) n'ont envoyé aucun déchet municipal en décharge, tandis que Chypre, la Croatie, la Grèce, la Lettonie et Malte mettaient en décharge plus des trois quarts de leurs déchets municipaux, note le Parlement.

En 2016, la France a recyclé ou composté 42% de ses déchets municipaux, alors que 22% ont été mis en décharge et 36% incinérés.

La gestion des déchets est devenu un véritable enjeu non seulement d'un point de vue environnemental mais aussi économique.

Au début de l'année, la Chine, première destination mondiale du recyclage, a bloqué l'importation de certains déchets, faisant souffler un petit vent de panique dans les pays riches.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 09a57734c7

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 22 avr. 2018, 14:25

Suez France inaugure un centre de tri à Carcassonne

SYLVIE BROUILLET Usine Nouvelle 12/04/2018

Délégataire du Covaldem 11, Audeval (Suez) vient d’inaugurer un pôle environnement de 10 millions d’euros à Carcassonne (Aude), dont la capacité de tri est mutualisée avec un site Suez à Narbonne (Aude) pour optimiser les flux. En outre, Audeval devrait lancer à l’automne 2018 le chantier d’une unité de valorisation matière à Alzonne, près de Carcassonne.

Image

Le Pôle Environnement de Carcassonne, monté par Suez via sa filiale Audeval pour le syndicat mixte Covaldem 11, qui regroupe 384 communes audoises (240 000 habitants), a été officiellement inauguré le 6 avril, a été. Suez avait obtenu une délégation de service public de 19 ans, effective au 1er janvier 2016. Bâti pour près de 10 millions d’euros dont 2 apportés par Citeo, le pôle environnement collecte annuellement 30 000 tonnes de déchets et traite 18 000 tonnes. Les outils de tri mécaniques, optiques et aérauliques peuvent traiter jusqu’à 6 tonnes de déchets par heure. Pour optimiser les flux, Suez profite d’un autre centre en exploitation dans l’Aude - à Narbonne, à 60 kilomètres. Les flux des collectes sélectives sont traités par le site de Carcassonne à la fois pour le Covaldem 11 et l’agglomération du Grand Narbonne, tandis que les flux d’encombrants des deux zones sont traités par le site narbonnais.

Côté emploi, si le centre de collecte/tri emploie 22 personnes, Audeval fait travailler 70 salariés pour le pôle environnement de Carcassonne. Le site intègre une déchèterie nouvelle génération, le Recydrive, où l’usager ne fait qu’un seul arrêt quel que soit le type de déchets apportés et un espace ludo-pédagogique Tri Aventure. Il accueille aussi la ressourcerie le Grenier, exploitée par deux associations locales d’insertion (une douzaine de postes).

Une unité de valorisation matière début 2020

Le contrat prévoit aussi la création par Audeval à Alzonne, au nord-ouest de Carcassonne, d’une plateforme de compostage de déchets verts (opérationnelle, elle met à la vente son premier compost normé AB) ainsi qu’une unité de valorisation matière (UVM) pour 12 millions d’euros. Cette UVM attend son arrêté d’autorisation, et l’enquête publique sur l’autorisation d’exploiter débutera le 27 avril. Selon le Covaldem 11, le début des travaux est programmé pour l’automne 2018, avec un démarrage des essais et tests un an plus tard et une livraison au premier trimestre 2020. L’unité sera dimensionnée pour recevoir 70 000 tonnes par an d'ordures ménagères résiduelles, le transit et le regroupement de 3 000 tonnes de bio-déchets par an.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... ne.N679684

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65088
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la récupération, le recyclage...

Message par energy_isere » 25 avr. 2018, 19:06

Isover Recycling : La laine de verre a enfin sa filière de recyclage

Yannick Le Goff Publié le 13/04/18

Isover a présenté ce jeudi 12 avril Isover Recycling, la première filière de collecte, tri et recyclage de déchets de laine de verre dédiée au bâtiment. Une première mondiale a affirmé la filiale de Saint-Gobain.

Image

Tous les professionnels le savent, l’une des caractéristiques du verre et de la laine de verre est d’être recyclable à l’infini. Caractéristique qui n’empêche pourtant pas les déchets de laine verre, issus de chantiers de rénovation ou de déconstruction, de finir aujourd’hui, la plupart du temps, en enfouissement.

Un état de fait d’autant plus absurde pour Isover que l’entreprise dispose depuis 1997, avec Oxymelt (à Orange dans le Vaucluse), de son propre centre de revalorisation, mais seulement utilisé jusqu’à ce jour, pour ce qui concerne la laine de verre, pour le traitement des déchets de fabrication. Un outil industriel développé par l’entreprise pour augmenter la part de matière recyclée dans ses produits. Part qui s’élève aujourd’hui « a minima à 40 %, mais qui atteint déjà 80 % dans certaines usines » affirme l’entreprise qui affirme sa volonté d’aller plus loin dans cette voie.

75000 tonnes par an


D’où une réflexion entamée depuis déjà plusieurs années pour exploiter le gisement des déchets du bâtiment qui représente aujourd’hui, affirme Isover, « 75 000 tonnes par an et sans doute le double à l’horizon 2030 ».

Restait donc à mettre en place la filière pour prendre en charge le tri, la collecte et le transport des déchets de laine de verre vers Oxymelt, à ce jour seul site dans l’hexagone capable de recycler ces déchets.

C’est chose faite avec Isover Recycling, fruit d’un partenariat entre la filiale de Saint Gobain et différents professionnels du secteur du recyclage. Des syndicats professionnels comme le SR-BTP (le Syndicat des recycleurs du BTP), mais aussi certains de ces membres comme Excoffier Recyclage (Groisy, Haute-Savoie). C’est d’ailleurs sur l’un des sites de ce spécialiste de la collecte et de la gestion des déchets qu’a été officiellement présentée la filière.

Pour l’heure, Isover Recycling n’est accessible que dans deux « zones pilotes », le Sud-Est et l’Ile-de France. Le Sud-Est pour des raisons de proximité avec le site d’Orange, l’Ile-de-France parce qu’elle est généreuse en grands chantiers soucieux de qualité environnementale. Deux régions dont Isover attend qu’elles fassent la promotion d’Isover Recycling, avant une ouverture de l’offre à l’ensemble du territoire.

Un défi logistique

« Nous n’en sommes qu’au tout début du projet » ont conjointement affirmé Dominica Lizarazu et Elodie Rivière, respectivement directrice marketing & développement pour Isover, et chargée de mission au sein du SR-BTP. De fait, pour l’heure, aucun objectif précis n’a encore été communiqué. Isover Recycling entame en fait une phase de promotion de sa prestation en direction des maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre, des spécialistes du curage, de la collecte… Le principal défi à remplir pourrait être la généralisation à l’ensemble de l’Hexagone des conditions économiques qui permettent aujourd’hui dans le Sud-Est à Isover recycling d’apparaître comme une alternative raisonnable à l’enfouissement. Un défi à haute densité logistique puisque, à l’évidence, il sera d’autant plus difficile à relever que le chantier de rénovation ou de destruction sera éloigné du site industriel d’Orange, aujourd’hui donc seul à pouvoir prendre en charge les déchets de laine de verre.
https://www.lemoniteur.fr/article/isove ... e-35470847

Répondre