Le déclin inéluctable de l'industrie agricole française.

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1015
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Le déclin inéluctable de l'industrie agricole française.

Message par Silenius » 30 oct. 2019, 21:54

Remundo a écrit :
11 oct. 2019, 21:09
une vidéo très intéressante publiée par des élites africaines s'exprimant dans un français impeccable.

https://www.youtube.com/watch?time_cont ... 3XPg4Zxiy4

où on voit la conséquence des magouilles fomentées par les grands groupes laitiers ploutocratiques et mondialistes : la ruine des agriculteurs en Afrique ET en Europe sur le lait, pour le plus grand bénéfice de quelques "petits" profiteurs.

y'a même de l'huile de palme, comme cerise sur le gâteau...
En France, un camion laitier collecte 15 000 litres de lait pour 75 km, soit 200 litres de lait collectes / km parcouru.
http://www.filiere-laitiere.fr/fr/filie ... illon-fort

Au Senegal :
Malgrécescontraintes,laLaiterieduBergertente,avecl'appuiduGret,uneONGdedéveloppement,d'élargirlazonedecollecteautourdesonusinedeRichardToll,aunorddupays,àdespopulationsd'éleveurstrèséloignéesetquirestentaujourd'huimarginaliséesfautededébouchés. Ainsi, deux ou trois équipes sillonnent des pistes sablonneuses pour collecter en moyenne 1500 litres de lait par jour auprès d'éleveurs peuls vivant de manière isolée et dispersée


https://www.alimenterre.org/system/file ... e_lait.pdf

Aucune chance que la production locale soit competitive, trop de km et pas assez de lait par producteur, et la collecte s'arrete en saison seche car les eleveurs locaux ne font aucun stock de fourrage (pas dans la mentalite locale).

Sans oublier l'insecurite, ici au Burkina :
Depuis 2015, l’insécurité ne cesse de prendre de l’ampleur, notamment dans les régions du Nord, du Centre-Nord, le Sahel et l’Est. Les pasteurs voient ainsi l’exercice de leur métier devenir de plus en plus difficile. Ils assistent, impuissant à la destruction et au vol de leurs animaux. Les pâturages et les pastorales sont devenus inaccessibles.

Les pasteurs et agropasteurs sont contraints de fuir face à la menace des bandits et à l’action des groupes radicaux. Dans ce contexte, !’approvisionnement en aliment bétail est quasi impossible. Les laiteries, quant à elle, n’ont plus de lait pour tourner. Collecter et livrer du lait est devenu très risqué.

Du coup, les laiteries sont en train de fermer les unes après les autres, laissant dans la précarité un grand nombre de femmes et de ménages sans revenus. Pour beaucoup, la solution est de partir en attendant des jours meilleurs. Face à cette problématique, l’Union Nationale des mini-laiteries et Producteurs de Lait local du Burkina a lancé la réflexion lors des 72 heures du lait local qui se tient à Ouagadougou du 24 au 26 octobre 2019

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59662
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le déclin inéluctable de l'industrie agricole française.

Message par energy_isere » 07 nov. 2019, 18:55

L' agriculture de l'Oise va conserver ses champs !

Image

Abandon du projet.

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/eur ... n-20191107

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59662
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le déclin inéluctable de l'industrie agricole française.

Message par energy_isere » 08 nov. 2019, 23:30

En 2017, près de 20 % des agriculteurs ne se sont pas versé de revenu

BOURSORAMA AVEC AFP SERVICES•08/11/2019

Selon l'Insee, le revenu moyen des agriculteurs en France s'est élevé à 1.390 euros en 2017. La viticulture reste le secteur le plus prospère avec un revenu moyen de 2.790 euros par mois.

Près de 20 % des agriculteurs français ont déclaré un revenu nul, voire un déficit de leur exploitation en 2017, selon un rapport de l'Insee publié jeudi 7 novembre. Toutefois, le revenu moyen affiché est en augmentation, à 1.390 euros mensuels.

La part d'exploitations sans revenus "est particulièrement élevée dans la production de céréales et grandes cultures (30 %) et dans l'élevage d'ovins, caprins, équidés et autres animaux (28 %)" , selon l'institut des statistiques. Pour les céréaliers, cela peut s'expliquer par l'onde de choc provoquée par une année de récolte catastrophique en France en 2016, doublée d'une chute des cours mondiaux.

Moins de 1.000 euros pour les céréaliers
Une situation qui a continué d'affecter les fermes françaises en 2017, la commercialisation des grains étant à cheval sur deux années. Résultat, les céréaliers, traditionnellement la façade prospère de la ferme France, ont dégagé en moyenne un revenu net avant impôts inférieur à 1.000 euros par mois cette année-là (+6,7 %).

En moyenne, les exploitants agricoles ont enregistré un revenu net imposable mensuel moyen de 1.390 euros par mois en 2017, en progression de 8,2% par rapport à 2016, avec d'énormes écarts selon les productions. Sans surprise, la viticulture est le secteur le plus prospère , avec un revenu moyen de 2.790 euros par mois, mais en recul de 3,9 % par rapport à 2016.

Moins de 1.100 euros pour les éleveurs bovins
En bas de l'échelle, les éleveurs d'ovins, caprins, équidés ont engrangé un revenu moyen de 620 euros par mois. Un chiffre en recul de 9 % par rapport à celui de 2016.

Pour les éleveurs bovins, si l'année n'a pas été florissante, elle a connu un mieux en 2017 : avec 1.100 euros de revenu par mois, ils ont bénéficié d'une forme de "rattrapage" (+15,9 %). Dans le même temps, les revenus des agriculteurs en polyculture-élevage voyaient leur revenu moyen passer à 1.090 euros, une progression de 25,2%.

En 2016, ils avaient subi l'effondrement des prix du lait dû à la fin des quotas laitiers en 2015.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 19ce52570d

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59662
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le déclin inéluctable de l'industrie agricole française.

Message par energy_isere » 10 nov. 2019, 23:03

Supprimer le glyphosate aura un coût élevé, estime un rapport parlementaire

AFP•10/11/2019

Le calendrier prévu de suppression du glyphosate sera difficile à tenir partout en l'état actuel des connaissances, et aura un coût élevé pour les agriculteurs, estime un rapport parlementaire demandant à l'Etat de préciser rapidement les cultures qui "bénéficieront d'une dérogation" d'utilisation en 2021.
.........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... be987929c8

BenBen813
Kérogène
Kérogène
Messages : 42
Inscription : 12 oct. 2019, 21:21

Re: Le déclin inéluctable de l'industrie agricole française.

Message par BenBen813 » 11 nov. 2019, 00:03

Et pour la SNCF !

Répondre