Les futurs pics gaziers

Discussions libres mais portant sur le thème général de la déplétion.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Les futurs pics gaziers

Message par Tiennel » 17 nov. 2005, 10:12

A la demande générale, je re-crée un fil dédié à la question du Pic global et des pics continentaux, sachant que le cas US est plus particulièrement traité sur les fils Pic de gaz aux USA dès l'année 2005 ? et "Peak Gas" en Amérique du Nord.

J'ai donc fait une ébauche de topo sur le Pic de Production Gazière. Qu'en pensez-vous ? Quoi rajouter ? Quoi retirer ?
Pour l'estimation du Peak Gas par l'ASPO (2030), je n'ai pas trouvé de tableau, j'ai donc pris un double décimètre et cherché la hauteur maximum des surfaces "gaz conventionnel" et "gaz non conventionnel". Si quelqu'un dispose des données de base du graphique, on gagnerait en précision...
Dernière modification par Tiennel le 11 nov. 2006, 14:48, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 21 nov. 2005, 23:21

Un blog intéressant de Jerome a Paris (sans accents). Quelques belles images comme on aimerait en voir plus souvent :

La Nouvelle-Zélande voit l'oeil de Sauron grandir...

Image

A priori, leur champ de gaz géant (Maui) qui fournit 25% de l'électricité nationale va s'éteindre en moins de deux ans.

Un très joli motif pour les Tshirts Oleocene de cet été :

Image
Il s'agit de la production de gaz US, chaque couleur représentant une année de démarrage de la production

Pas d'image pour la Grande-Bretagne, mais un dilemme si l'hiver est sibérien : faut-il couper le chauffage des cottages ou de la City ? Un bon test pour savoir si Blair est vraiment de gauche :-D
Dernière modification par Tiennel le 22 nov. 2005, 22:54, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
lionstone
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 917
Inscription : 08 avr. 2005, 18:40
Localisation : nulpart

Message par lionstone » 22 nov. 2005, 22:35

On se demande où l'oeil de Sauron irait poser son regard si d’aventure l’empire venait à manquer de gaz, la Suisse, les îles Féroé, l’Iran :-D
Moderacene: le site de la moderation brut

th
Condensat
Condensat
Messages : 683
Inscription : 18 sept. 2005, 22:54
Localisation : Toulouse

Message par th » 23 nov. 2005, 08:51

A priori, leur champ de gaz géant (Maui) qui fournit 25% de l'électricité nationale va s'éteindre en moins de deux ans.

A ce sujet il y a eu une analyse tres interessante sur f.s.e il y qq temps :
lien internet très long
Beaucoup de documents à ce sujet, dont par exemple :
http://www.scoop.co.nz/mason/stories/BU0409/S00057.htm
http://lnweb18.worldbank.org/SAR/sa.nsf ... g2/$File/B...

C'est un cas d'école intéressant. Il illustre l'imprévisibilité du
gaz naturel. Deux choses le distinguent du pétrole :
1- Pour un gisement de pétrole, la production après le pic décline
progressivement. Pour le gaz, on a en général une production à peu
près constante pendant longtemps (à un niveau déterminé par la
capacité des puits et du pipeline) puis une chute brutale une fois que
la pression dans le gisement a diminué.
2- Le marché du pétrole est global, celui du gaz est plutôt régional.
Il ne peut se transporter d'un continent à l'autre que sous forme de
gaz naturel liquéfié (LNG) cryogénique, ce qui nécessite des
infrastructures énormes et explose le cout du gaz à l'arrivée. ainsi,
la NZ est un monde fermé pour le gaz naturel, elle ne peut ni en
importer, ni en exporter.

La Nouvelle-Zélande tirait 80% de sa production de gaz d'un seul
gisement, Maui. Ce gisement, découvert en 1969, offrait 3.5 à 4 Tcf de
réserves, soit un peu moins de la moitié de lacq. A l'échelle de pays,
c'était un eldorado.

Le gaz de Maui semblait inépuisable comparé aux besoins réduits de ce
pays de quelques millions d'habitants (actuellement 3 700 000).

Il devint la principale source d'énergie du pays, alimentant une
partie de sa production d'électricité (en complément l'hydraulique,
source principale), son industrie, son chauffage domestique, et même
une partie des transports. Il permis aussi le développement de
l'industrie des engrais et de la pétrochimie.

La Nouvelle Zélande, s'appuyant sur une source d'énergie locale (donc
sans risques politiques), peu polluante (par rapport au charbon et au
pétrole) et bon marché, tenta peu d'explorer pour de nouveaux
gisements ou de trouver d'autres sources d'énergies.

En l'an 2000, la production de Maui a commencé à diminuer. Le déclin
ne fait que s'amplifier depuis, et la production totale de gaz du pays
(pas seulement de Maui) a diminué de plus 40% au cours des 24 derniers
mois. D'ici deux ans, la production de Maui sera tout seulement
arrêtée. Le deuxième plus grand gisement du pays, Kapuni, est épuisé
aux deux tiers.

Le pays dispose de quelques autre gisements, notamment Pohokura, qui
va bientôt être mis en exploitation, ainsi que de ressource en gaz de
veine de charbon (méthane extrait de strates de charbon possible) mais
celà ne suffira pas à remplacer Maui. Pohokura contiendrait 0.6 Tcf,
est est très peu perméable, ce qui rend difficile l'extration du gaz.
Il en va probablement de même d'un gros gisement offshore (Mangatoa)
de 2 Tcf, découvert dans les années 80 et délaissé jusqu'ici. Son
développement pourrait même échouer techniquement.

Entêtement suprême, le gouvernement a soutenu il y a quelques mois le
lancement d'un projet visant à contruire une nouvelle centrale
électrique au gaz naturel.

La Nouvelle-Zélande a donc un besoin urgent de sources d'énergie.

Importer du LNG demanderait un investissement très lourd pour ce
petit pays.

Les réserves de charbon du pays contiennent 50 fois plus d'énergie
que Maui à son niveau initial, mais remplacer le gaz par du charbon
serait avec la technpologie actuelle trop polluant. La NZ s'intéresse
beaucoup aux technologies de gazéificiation et de séquestration du CO2
qui rendraient l'usage du charbon propre, mais elles ne seront pas
disponibles à temps.

La plus grande ferme éolienne de l'hémisphère (90 MW) ouvrira dans
quelques mois à Te Apiti (ile nord), et sa capacité pourrait doubler
par la suite. Il y a d'autre projets, et l'éolien semble promis à un
grand avenir sur l'Archipel. Mais son impact potentiel sur la
consommation de gaz naturel est réduit : il peut juste autoriser de
réduire le facteur de charge des centrales thermique.

Le pays n'a aucune industrie nucléaire, construire un réacteur
nucléaire serait de toute façon un projet sur 10 ans ou plus.

CONCLUSIONS :

- C'est un exemple de gestion à très court terme : le pays a autorité
un seul gisement à être sa source d'énergie principale sans
s'inquiéter du lendemain. Ils se retrouvent aujourd'hui avec d'énermes
investissements (centrales électriques notamment) qui vont se
retrouver obsolètes.

- Le gaz naturel est une ressource insidieuse, avec sa pôrtée
géographique limitée et ses taux de déclins shakespeariens, qui
rendent possibles des situations de pénuries.

- Le vrai problème est qu'il n'existe actuellement aucun substitut de
grande envergure aux énergies fossiles capable d'être déployé à brêve
échance, et ce même pour un pays aux besoin limités et aux ressources
naturelles importantes.

--

"the greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function"- Bartlett.

postcarbon15
Kérogène
Kérogène
Messages : 63
Inscription : 24 avr. 2005, 16:08
Localisation : AURILLAC ( 15 )

Message par postcarbon15 » 24 nov. 2005, 18:29

Le pic gazier mondial aura-t-il vraiment lieu en 2030 ? Pourtant, au vu du graphique de la page 2 de la newsletter ASPO, on a plutôt l'impression que c'est vers 2011.
Comment expliques-tu cette différence ?

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 24 nov. 2005, 21:05

C'est l'ensemble pétrole + gaz qui culmine en 2011.

Image
Si tu ne prends que le gaz (les deux couches du dessus) et que tu cherches l'endroit où elles sont les plus épaisses, tu devrais tomber vers 2030

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 11 janv. 2006, 12:33

J'ai imprimé la dernière version disponible de la courbe de l'ASPO (newsletter de janvier) en grand et ai pris mon double décimètre avec application pour isoler la partie "Gas + non conventional Gas". Cela donne ceci :
Image
Pic Gaz global en... 2045 selon l'ASPO
Si on enlève le gaz non-conventionnel, on a un plateau entre 2040 et 2045.
Dernière modification par Tiennel le 11 janv. 2006, 12:58, modifié 1 fois.
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
greenchris
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1233
Inscription : 02 août 2005, 12:00
Localisation : 91 Essonne
Contact :

Message par greenchris » 11 janv. 2006, 12:35

Du coup l'apocalypse prévue par certains va mettre du temps a arriver.
Le charbon et le gaz prendront sa place (temporairement).
Dans l'ordre, Sobriété, Efficacité et enfin Renouvelables (negawatt).
Attention aux utopies techniques (Global Chance)

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 11 janv. 2006, 17:49

Connaît-on la date du pic des découvertes de gaz ? A-t-il eu lieu ?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57760
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 11 janv. 2006, 17:49

greenchris a écrit :Du coup l'apocalypse prévue par certains va mettre du temps a arriver.
Rappelez vous le fil de Phylippe >> Citroën C3 1.4 qui marche au méthane
à http://www.oleocene.org/phpBB2/viewtopic.php?t=605

ca a de l'avenir ! :-o
Dernière modification par energy_isere le 12 janv. 2006, 12:31, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
frgo84
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 338
Inscription : 05 avr. 2005, 18:11
Localisation : vaucluse

Message par frgo84 » 11 janv. 2006, 18:48

le pic de gaz arrivera bien avant, en effet si le pic pétrolier est disons, pour cette année, on va se mettre au gaz pour remplacer le pétrole, donc la consommation va augmenté beaucoup plus vite que prévu et les réserves aussi.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 11 janv. 2006, 18:54

non, non, le différentiel devra être assuré par le charbon, le nucléaire et les renouvelables. Cela représente 3% en plus par an de la demande actuelle en pétrole+gaz, c'est à la fois peu et beaucoup
Quant au pic pétrolier, je le rappelle, pas avant 2010 pour Colin Campbell et probablement 2015.
Méfiez-vous des biais cognitifs

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1467
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Message par epe » 11 janv. 2006, 19:13

Je crois qu'il va nous falloir apprendre à penser en pics au pluriel et plus en peak-oil global (encore moins peak-oil & gas, je n'ai pas apprécié du tout le changement d'approche de l'ASPO à ce niveau)

Pic de pétrole léger (probablement déjà passé)
Pic de pétrole conventionnel (encore faut-il définir) (vient d'être passé selon certains)
Pic de pétrole "facile" (la difficulté peut aussi être géopolitique, c'est sans aucun doute plus facile de sortir du pétrole de Norvège, même en off-shore, que d'Irak par exemple)
Pic de gaz "conventionnel"
Pics de gaz locaux (tant que les infrastructures de transformation et de transport de gaz liquéfié sont aussi insuffisantes)
Et où mettre les gaz et carburants liquides indirect? Du gaz de charbon exploité in-situ est-il une production de gaz ou de charbon? Le gaz de pétrole est-il compté dans la production de gaz ou de pétrole? etc...
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

postcarbon15
Kérogène
Kérogène
Messages : 63
Inscription : 24 avr. 2005, 16:08
Localisation : AURILLAC ( 15 )

Message par postcarbon15 » 24 janv. 2006, 17:13

frgo84 a écrit :le pic de gaz arrivera bien avant, en effet si le pic pétrolier est disons, pour cette année, on va se mettre au gaz pour remplacer le pétrole, donc la consommation va augmenté beaucoup plus vite que prévu et les réserves aussi.
Justement, peut-être que le graphique de l'ASPO est pertinent pour cette raison... Si on compense la baisse de production de pétrole par le gaz alors c'est le peak hydrocarbures ( pétrole+gaz ) qui est pertinent. L'aspo le met en 2011 mais si la demande est plus forte il pourrait se produire avant. Problème: le gaz n'est pas un marché mondial alors les pénuries pétrole+gaz pourraient survenir localement à des dates différentes. Bref, épineux problèmes!

coronado
Kérogène
Kérogène
Messages : 57
Inscription : 03 nov. 2005, 17:39
Localisation : Pointe du Finistère, Ex-Marseillais

Message par coronado » 24 janv. 2006, 18:15

Sont deja en Pic en russie/europe vu qu'il ne peux plus assé exporter :D

Répondre